AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le 30/09
Personnages

33 joueurs
48 personnages
21 Hommes
27 Femmes
Helion 17 hab.
Reiver 11 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 5 hab.

 

 Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros



Messages : 1202
Médaillons : 2275

Crédits : lux aeterna
Avatar : Marion Cotillard
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs




Steros • Civil



 Sujet: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Sam 10 Mar 2018 - 23:58



► Quand les mots se cristallisent pour ne rendre qu'un.
Une goutte pour creuser le roc
Jaxson &  Slown
La fin de journée commençait à pointer le bout de son nez. Le ciel, petit à petit, s’assombrissant, laissa place à quelques scintillements dans l’obscurité. Ce qu’a priori, on appelait des étoiles. Chose magnifique que Slown ne se lassait pas d’admirer lorsque le ciel le permettait, qu’il en offrait la possibilité. Le médecin aimait passer des heures, dans l’herbe non loin des enclos, là où l’agitation du camp se faisait des moindres. Des instants paisibles, pour pouvoir se ressourcer, repenser à tout ce chemin parcourut, et faire le point sur elle, sur sa vie et sur les choix qu’elle avait fait. Le constat était souvent positif, oui, il y avait toujours des doutes certes, mais n’est-ce pas normal en tant qu’être humain de douter ? C’est ce qui nous rend si humain d’un côté. Mais en prenant ces moments-là, Slown pouvait se permettre de se projeter, dans un avenir qu’elle n’aurait jamais imaginé quelques années plus tôt. Un avenir avec des compagnons qu’en rien elle ne regrettait d’avoir rencontrés. Des compagnons avec qui ensemble, malgré des circonstances sinueuses, elle pouvait avancer main dans la main.


La journée avait été rude, comme beaucoup d’autres depuis l’incident. Les cas les plus graves avaient eu le temps de se rétablir, mais certains n’avaient pas eu cette chance. Tombés au combat, tout à leur honneur, mais laissant derrière eux un village en peine, gardant un souvenir des habitants qui avaient péri dans ses atroces circonstances. Mais maintenant, il fallait se reconstruire, aller de l’avant et pour garder cet optimisme, Slown était assez douée. C’était une de ses vertus, de voir le positif, là où il n’y est pas, en chaque personne, en chaque situation. Certains pourraient la qualifier de folle, d’autres d’être trop naïve, mais après tout c’était son rôle de rassurer les gens, de leur dire quand il fallait continuer d’y croire ou non. C’était un quotidien, parfois lourd à porter, mais qu’elle avait choisi et pour rien au monde elle ne changerait de vie.


Surtout lorsque la vie vous emmène à faire des rencontres, des connaissances assez étonnantes. Une en particulier l’avait récemment marqué, c’était une personne spéciale, différente. Surtout à ses yeux, elle qui n’avait côtoyé presque que des habitants du dôme de fer. Malgré certaines rencontres avec des natifs, il n’y avait jamais eu ce quelque chose qui faisait qu’elle voulait en savoir plus que ce que l’on osait lui dire. Mais après cette première rencontre, c’était une évidence qui avait naquit en elle. Elle voulait savoir, elle voulait le connaître. Donc, sans vraiment grande hésitation, même si elle avait mis quelques jours à se décider, Slown passa à l’infirmerie pour récupérer deux couvertures assez chaudes.

Les nuits se faisaient bien trop froides en ce moment, pour survivre paisiblement entre les tentes de Steros. Le médecin avait la chance d’avoir un habitat avec des murs, mais c’était avec plaisir qu’elle le partageait maintenant avec Zed, il faut se serrer les coudes et elle ne laisserait pas sa protégée dormir entre les tourments de la nuit. Mais Zed n’était pas la seule personne pour qui elle s’inquiétait, c’était donc en route vers une tente en particulier qu’elle prit le chemin. Espérant ne pas s’être trompé sur son habitant, Slown perçut au loin les bouts de toiles alignés les unes à côté des autres. De faibles lueurs se dessinaient derrière celles-ci, laissant supposer des signes de vie.


Doucement, évitant d’éveiller l’attention de l’entourage, elle s’approcha de son objectif, d’un pas souple et calme,espérant silencieusement que celui-ci s’y trouvait. Tenant les couvertures contre elle, la jeune femme osa s’approcher de l’ouverture de la tente, sans y entrer, elle souffla dans un murmure assez fort pour que seul l’occupant puisse l’entendre.

“Jaxson, tu es là ? C’est Slown.”

CODE BY ÐVÆLING // groover par une Sha Lottie



_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Personnage
Occupation : chasseur
Âge : 36
Localisation : Steros

Messages : 95
Médaillons : 991

Crédits : angie
Avatar : Jason Momoa
Pseudo internet : dardar
Multi-comptes : Nenia Wald




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Mer 14 Mar 2018 - 12:45

une goutte pour creuser le roc

Les enfants. Des saloperies qui grouillent et qui posent des questions sans cesse. Pourquoi. Pourquoi. Un non entraîne forcément et irrémédiablement après un pourquoi. Et ils riaient de mon agacement. Ils voulaient jouer avec Hope, reproduire le même jeu que j’avais mis en place où le chien partait chercher un bout de bois que je lui envoyais. Ils voulaient aussi courir après l’animal mais je leur interdisais de l’approcher. Seulement ils voulaient comprendre mais ne pouvaient. Cet animal, de base sauvage, avait l’habitude de traquer des humains et devait apprendre à ne plus le faire mais chasser uniquement d’autres animaux. Et lorsque je les voyais courir et s’amuser entre eux, je sentais le besoin de les pourchasser piquer à vif l'animal mais je le retenais d’une poigne de fer.

Hope. Ce nom était étrange mais résonnait mieux sortant de la bouche de la doctoresse qui l’avait nommé ainsi plutôt que dans la mienne. La bête s’était remise de ses blessures aux pattes et il gambadait avec plus d’aisance depuis quelques jours. Les soins n’étaient pas évidant mais je m’appliquais à le tenir en place pendant tout ce temps.

Les jours passaient et Steros se remettait doucement de la pluie d’acide et des dégâts qu’elle avait causé. J’avais revu la jeune fille qui était tombée devant moi dans une flaque d’eau et m’avait offert en retour de recoudre mes vêtements et réparer ma tente pour me remercier. Je la laissais faire sans rien dire alors qu’elle piaillait tel un petit oiseau racontant ses journées, sa vie à Steros et les soins qu’elle avait reçu pour cette blessure. Me voyait-elle comme un sauveur? La belle affaire. Son visage serait défiguré à jamais et il m’était impossible de penser à ce que je pouvais avoir en échange d’elle. Mais avec ce visage, elle ne pouvait finir qu’en viande pour cannibale mais la revendre ne pourrait rapporter grand chose au vendeur. Vieux réflexe.

Et malgré un retour à la normalité pour ces habitants, Steros mourrait de froid. Après le tremblement, après la pluie, le froid s’installa sur ces terres qui n’avaient certainement jamais connu un tel ravage. Le rationnement risquait d’être plus difficile car le potager avait été en grande partie détruit et la chasse risquait de ne pas nourrir tout le monde car les animaux avaient dû se terrer pour survivre. Alors j’avais faim, Hope avait faim et nous avions froid dans cette tente recousue. Je gardais mon manteau sur moi et tous les vêtements que j’avais pour me couvrir. Assis sur le lit de camp qu’on m’avait fourni, Hope était collé à moi et dormait paisiblement tandis que j’aiguisais avec une pierre prévue à cet effet mes haches dans un silence de marbre.

J’entendis un léger mouvement à l’extérieur, m’annonçant que quelqu’un s’approchait de ma tente. Arrêtant mon geste, mon regard se posa sur l’entrée de la tente. Un murmure s’échappa de l’autre côté. Slown. Un sourire se dessina sur mes lèvres, une certaine fierté se manifestant par une insolence méprisante qui s’effaça immédiatement lorsque je lui adressais la parole, ne montrant rien d’autre qu’un sourire bienveillant.

Inutile de te présenter, je reconnais ta voix. Entre.

Il était tard et les rencontres nocturnes était plutôt rares, les gens étaient trop exténués pour penser passer du temps là où ils pourraient s’effondrer sur leur lit. Mais cette visite surprise était plutôt agréable tout compte fait. Notre première rencontre m’avait laissé un sentiment d’inachevé. J’avais réussi à déstabiliser le docteur. Ses réactions étaient à l’origine de ce constat et je devais m’en saisir.

Tu rends visite à tes anciens patients toujours de nuit ?  Demandai-je un brin amusé posant ma hache et la pierre à aiguiser alors que Hope levait la tête en sa direction.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros



Messages : 1202
Médaillons : 2275

Crédits : lux aeterna
Avatar : Marion Cotillard
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Ven 16 Mar 2018 - 22:44



► Quand les mots se cristallisent pour ne rendre qu'un.
Une goutte pour creuser le roc
Jaxson &  Slown


L’intonation dans sa voix paraissait presque amusée, comme si d’un étonnement inespéré, la situation en était déroutante. Délicatement, elle poussa le pan de tissu pour pénétrer dans la cahute de Jaxson. Sobre, sans vraiment de grands aménagements, cela définissait bien la durée de sa présence, elle savait que le chasseur était arrivé il y a peu, et le confort de ces lieux devait être grandement suffisant pour lui. Elle-même n’avait pas vraiment eu le temps de s’attarder sur ce genre de détail dans sa petite cabane, bien d’autres choses avaient une plus grande importance, surtout en cette période. La raison de sa présence en faisait également partie. Elle le vit assis sur son lit, plantant son regard dans le sien, et reconnu cette étrange sensation qu’elle avait déjà pressentie lors de leur première rencontre. Cette fois-là, elle n’avait pas réussi à se contrôler, montrant la déstabilisation dont elle avait fait part, chose qu’elle voulait remédier. Ce n’était pas le genre de femme à laisser paraître une agitation possible, au contraire, réussissant à garder son plus grand calme dans des situations désastreuses. Mais leur premier contact lui avait laissé un goût d’insuffisance, comme si cette visite était écrite dans des romans chimériques, comme si le fait qu’elle vienne le voir était une chose inévitable.  


“Je préfère de jour mais en l'occurrence c’est surtout la nuit qu’il fait le plus froid. C’est pour ça que je suis venu t’apporter des couvertures. “

Déposant lesdites couvertures à ses côtés, celles qu’elle tenait près d’elle, un sourire presque malicieux en coin, elle rentrait dans son jeu, et avec plaisir même. Cela se voyait dans son attitude, dans son regard, que cet homme aimait jouer, jouer de la personne impressionnante qu’il était. Mais la doctoresse savait qu’elle pouvait engendrer un masque de personne sûre d’elle, du moins en avoir l’air.

“Mais on peut plutôt dire que je n’apporte pas des couvertures à tous mes patients. Juste mes préférés.”

Son regard se glissa vers Hope, un regard bienveillant et plein de tendresse. C’était indéniable, depuis son arrivée dans le grand monde, la jeune brune était tombée amoureuse des animaux, des gros comme des petits, de Bourrique comme de Hope.

“Je parle de ton chien bien sûr, ne le prends pas personnellement.”

Présageant très bien qu’il se douterait de ses demi-mott, elle n’allait pas lui servir sur un plateau d’argent le fait qu’elle avait envie de le revoir, de parler avec lui, de continuer cette discussion si inopinément écourtée. Il y avait une différence très particulière, comme si ce ravin qui les séparait de deux mondes bien différents, les rapprochait paradoxalement. Comme si deux entités bien distinctes se devaient de faire découvrir l’un à l’autre ses particularités. Même si le jeune docteur ne savait pas vraiment comment se positionner face à lui, qu’au fond, il y avait une part d’intimidation, mais elle ne voulait pas le montrer. Juste profiler un miroir éclatant, sur lequel il pouvait regarder son reflet sans se perdre dans les limbes de ses émotions.

“Je ne voudrais pas que vous attrapiez froid. Tu serais alors obligé de revenir à l’infirmerie, et avec tous les microbes qu’il y a là-bas, c’est une chose que je ne te souhaite pas.”

Elle gardait ce sourire éveillé, un brin moqueur, pas que le revoir à l’infirmerie la dérangerait, bien au contraire. Pas que l’infirmerie regorgeait de nombreux microbes, bien au contraire. Mais c’était une incitation à leur amusement commun, une chasse qui n’en était pas vraiment une.

“Est-ce que Hope va mieux ? Il marche correctement, j’espère que vous avez bu les plantes que je vous ai données ?”

Restant debout à sa position, elle posa ses deux mains libres sur ses hanches, un regard plus sévère continuait à se perdre dans celui du chasseur. Son ton se voulait plus directif, l’âme de médecin en elle ressortait, gardant un professionnalisme certain sur le suivi des traitements de ses patients. De toute manière, si elle était venue ici, c’était pour ça non ? Enfin, à la base oui.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une Sha Lottie



_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Personnage
Occupation : chasseur
Âge : 36
Localisation : Steros

Messages : 95
Médaillons : 991

Crédits : angie
Avatar : Jason Momoa
Pseudo internet : dardar
Multi-comptes : Nenia Wald




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Sam 17 Mar 2018 - 20:25

une goutte pour creuser le roc


La venue de cette femme était providentielle. Slown tenait contre elle deux couvertures comme si elle se doutait que je n’allais pas supporter cette vague de froid. À la différence de notre première rencontre, je ne voyais pas apparaître sur son visage un quelconque signe de déstabilisation. Peut-être que la première fois, ma venue avait réussi à la surprendre. Aujourd’hui, c’était moi qui étais surpris de la voir débarquer dans ce que je pouvais appeler mon humble demeure.

Je n’avais jamais eu pendant très longtemps de lieu de vie. En dehors de notre campement où avec mon groupe nous ne restions que quelques jours, notre mode de vie était celui de nomades, sans domicile fixe, juste avec un lieu où nous retombions à chaque fois. Mais c’était fini. Je devais m’habituer à cette toile au-dessus de ma tête, ce lit de camp et les quelques meubles que je pourrai obtenir par la suite. Me contentant de peu, je ne voulais rien.

Ne bougeant pas alors qu’elle m’expliquait la raison de sa venue, confirmant ainsi ce que je pensais. Sachant que je n’étais là depuis pas longtemps, le médecin se doutait que je n’avais pas grand-chose avec moi pour contrer le froid. Slown posa les deux couvertures sur mon lit, restant debout. Je les attrapais et m’entourais d’une tandis que je posais la seconde sur Hope qui continuait à fixer le médecin, cherchant à savoir s’il devait la poursuivre ou s’il ne fallait rien faire. Émettant un grognement, je lui interdis de bouger, comprenant ainsi qu’il ne la pourchasserait pas si elle déplaçait. Alors il reposa sa tête sur ses pattes, continuant d’observant l’étrangère.

Slown lui confia ne venir voir que ses patients préférés. Étrangement, cela gonflait ma fierté à avoir réussi du premier coup à l’intéresser. Comme quoi vivre un mois en solitaire ne m’avait pas fait perdre de ma prestance. Tout en restant assis, je redressais mon torse, presque en le bombant. Mais le médecin me ramena à une réalité bien trop cruelle. Le chien était son patient. Je la pris au mot, sentant bien qu’il y avait anguille sous roche, mais la dévisageant, feignant le désappointement, le laissant planer quelques secondes, avant de m’adresser au chien, laissant un sourire apparaître sur mon visage :

T’en as de la chance ! Je vais finir par être jaloux, t’as plus de succès.

Jaloux, certainement pas. Mais émettre cette idée était amusant. Slown ne se doutait pas de ce que Hope était capable et encore moins ce dont j’étais capable de faire à des femmes comme elle. Seulement, elle portait le titre de femme alors que les autres n’avaient le droit qu’au terme de marchandise. Une beauté de ce genre pouvait s’échanger contre énormément de vivres ou de rations. Rien que ses compétences pouvaient me faire vivre dans l’opulence jusqu’à la fin de mes jours. Par contre, il était vrai que j’attirais les curieux avec la présence de cet animal à mes côtés. Beaucoup avaient peur de m’approcher de par mon allure, malgré que j’essayais de ne paraître pas fermer aux rencontres, ma carrure ne devait pas leur donner envie de chercher à me connaître. La peur de l'inconnu. Mais le médecin ne semblait pas être de cet acabit.

Dis simplement que tu voulais revoir … Hope,  dis-je alors qu’elle me disait ne pas vouloir me revoir dans son infirmerie, me parlant de chose que je ne connaissais pas.

Slown finit par me demander comment allait mon chien et si nous avions bu les plantes qu’elle avait données. Oui, pour Hope, je les avais préparées avec une rigueur qui m’avait impressionné mais je ne voulais pas lui dire. Laissant un sourire crispé apparaître sur ma gueule, je m’amusais déjà de voir sa réaction. J’allais passer un sale quart d’heure, mais la voir s’énerver ne pouvait pas me rendre plus heureux. Les émotions. Surtout avec ce petit air autoritaire, le médecin se voulait crédible, aurait pu l’être avec certain mais je n’en avais cure.

Oui, le premier jour… Si quelqu’un ne me dit pas de les prendre tous les jours, j’oublie et bien que Hope jappe beaucoup, il n’est pas si bavard que ça…

J’eue un réflexe de me protéger, comme pour laisser entendre que j’allais me faire frapper. Ce n’est pas une tape de sa part qui risquait de me faire mal mais encore une fois l’idée que je pouvais la craindre me faisait rire. Je doutais au fond qu’elle puisse y croire mais au jeu du chat et de la souris, nous semblions nous entendre.

Merci pour les couvertures, Slown. J’ai passé des nuits dehors mais la pluie, les tremblements, ça a changé quelques choses. Habituellement, il fait froid mais ces dernières nuits ne sont clairement pas normales. Tu as ce qu’il te faut pour la nuit ?  

Pourquoi demander ? Parce qu’elle pouvait m’avoir donné les siennes et je ne pouvais les accepter. Certes, cela me faisait carrément chier de devoir les abandonner car j’en portais une sur le dos et je sentais déjà la chaleur regagner doucement mon corps mais je me devais de les refuser. Uniquement pour obtenir ce que je voulais de ce bout de femme qui éveillait en moi bien des envies.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros



Messages : 1202
Médaillons : 2275

Crédits : lux aeterna
Avatar : Marion Cotillard
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Lun 19 Mar 2018 - 18:18



► Quand les mots se cristallisent pour ne rendre qu'un.
Une goutte pour creuser le roc
Jaxson &  Slown



Face à lui, un regard plongé dans des infusions de douceurs, la doctoresse savourait cet instant, si simple, mais si agréable. Il y avait quelque chose, dans leur échange, de paradoxale. Il n’avait pas l’allure d’un homme comme elle en côtoyait d’ordinaire, c’était peut-être cela qui justement, rendait les choses si ravissantes. C’était peut-être cela qui attisait sa curiosité, cherchant à éclaircir cette part d’ombre qui captivait tant. Ne prêtant guère attention au lieu, un sourire malicieux s'immisça sur son visage lorsque Jaxson s’adressa au chien, d’une tonalité moqueuse avec une pointe d’ironie. Il se doutait très bien, que Hope était un lien facile entre eux deux, une amorce qui lui permettait d’avoir une excuse des plus crédibles.

Le vent glissait doucement sous les pans de la tente, venant offrir son souffle glacial sur les bras de la jeune femme. D’un frisson, elle glissa ses deux bras croisés sur sa poitrine pour réchauffer ses avant bras nus. Doutant que même avec les deux épaisses couvertures, le chasseur et son chien, puissent envisager une nuit confortable. Si Slown en avait eu les moyens, elle aurait aimé offrir un toit et des murs à tous les habitants qui devaient endurer les tourments de la nuit et plus particulièrement à ces deux -à, ses deux patients privilégiés. Car oui, on pouvait bien dire qu’ils étaient privilégiés, passant sans attendre pour qu’elle puisse les ausculter, leurs offrants des couvertures, le jeune docteur ne savait pas vraiment pourquoi elle leur accordé tout cela.

Lorsque Jaxson lui signala qu’il n’avait pas suivi le traitement comme il fallait, que si personne n’était là pour lui rappeler, une fine ride d’une fausse colère s’immisça sur son front, venant imposer un air autoritaire sur son visage. La jeune brune décroisa les bras, faisant un pas en direction de son interlocuteur, et pointa son index vers lui, pour venir le déposer sur son épaule. Comme par réflexe celui-ci fit semblant de se protéger comme une anticipation fortuite de son geste.

“Alors comme ça, monsieur n’est pas un élève assidu ? J’aurai dû m’en assurer moi-même en venant tous les jours donc ? Eh bien, tu ne me facilites pas la tâche toi hein.”


Elle appuya son doigt qui paraissait si insignifiant comparé à la masse musculaire sur lequel il était posé. Concluant sa phrase par un léger soupir railleur. Ce jeu qu’ils entamaient, si complémentaire l’un dans l’autre, lui parut soudainement des plus naturels, comme s’ils se devaient de passer par ça pour prétendre à une communication. Même si elle ne savait pas vraiment où elle mettait les pieds, que Jaxson avait sûrement dû être beaucoup moins complaisant par le passé avec les gens, Slown ne voulait pas s’attarder sur ce genre d’idées. Pensant que chaque être peut évoluer, peut grandir dans ses idéaux, se disant pourquoi ne pas laisser une chance à cet homme, qui pourtant paraît si abrupt avec les autres. Même si le médecin doit avoir des valeurs bien différentes par rapport aux habitants de l’extérieur, c’est une force qu’elle veut utiliser positivement.

“Avec plaisir, je ne l’aurais pas fait si je n’en avais pas eu les moyens. Oui j’ai de la chance d’avoir eu un cabanon à mon arrivée, je m’en sens presque privilégiée alors que je suis moi-même une nouvelle arrivante.”


D’une légère moue, ne pensant pas mériter une telle chance, elle remit ses mains frêles autour de ses bras pour resserrer le châle qui lui couvrait les épaules. Un air pensif la traversa, essayant de ne pas laisser paraître une impression d'excuse sur son visage.

“Il me reste un peu de cette infusion chez moi d’ailleurs, peut-être que cela devrait revigorer Hope et te réchauffer un peu, si tu en as besoin.“


Ne sachant pas elle-même si c’était une proposition à venir dans sa demeure, elle pourrait très bien juste aller la chercher pour lui rapporter. Mais sa curiosité l’emportait, Slown n’avait pas oublié les dernières paroles de Jaxson, lui assurant qu’en temps voulu, elle en apprendrait un peu plus sur lui. En temps normal, ayant accompli ce qu’elle était venue faire, elle aurait tourné les talons tout en souhaitant une bonne nuit à Jaxson, mais son instinct en fit tout autre.

“Puis il me semble que tu me dois une explication, c’est ce que tu m’as dit la dernière fois non ?”



CODE BY ÐVÆLING // groover par une Sha Lottie



_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Personnage
Occupation : chasseur
Âge : 36
Localisation : Steros

Messages : 95
Médaillons : 991

Crédits : angie
Avatar : Jason Momoa
Pseudo internet : dardar
Multi-comptes : Nenia Wald




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Mer 21 Mar 2018 - 15:40

une goutte pour creuser le roc


Le frisson qui parcourut le médecin ne m’échappa et je comptais bien la réchauffer en éveillant en elle un sentiment de colère. Elle décroisa ses bras et avança vers moi, posa un doigt inquisiteur sur moi. Alors je me protégeais, riant intérieur de la voir ainsi, gardant mon sourire crispé. Elle me sermonna, en me demandant si elle aurait dû venir chaque jour pour s’assurer de mon observance. Je ne répondais pas, laissant un rire comme seule réponse. Slown me disait que je ne lui facilitais pas la tâche et c’était, d’une certaine manière, le cas.

Je la remerciais pour sa venue et m’expliquai posséder un cabanon, à la différence des autres. Le médecin était arrivée il n’y a pas si longtemps que cela mais avait un avantage certain de vivre entre quatre murs… Surtout après avoir vécu dans la grande bulle. Peut-être souhaitait-il garder ce médecin à tout prix car ses connaissances étaient essentielles pour les bons soins des habitants de Steros ? En l’installant confortablement, ils s’assuraient sûrement de sa loyauté envers le bastion.

Peut-être n’avaient-ils pas de tente à te proposer,  dis-je simplement, peut-être que la personne vivant avant dans ton cabanon est morte, ou expulsé le jour de ton arrivée.

Sa chance pouvait aussi être liée au hasard et ce que je cherchais à lui faire comprendre. Ses traits me montraient qu’elle culpabilisait d’avoir autant d’avantages alors que d’autres étaient protégé par un simple morceau de tissu. Voyant qu’elle refermait son châle autour d’elle, elle me parla à nouveau de ses feuilles qu’elle gardait chez elle. Était-ce une invitation ? Puis le médecin me rappela que je lui devais une explication.

Je te dois une explication ?  Répétai-je en fronçant les sourcils, feignant de chercher à comprendre ce que la jeune femme voulait dire par là.

À notre première rencontre, je n’avais pas répondu à ses questions me concernant, laissant une part de mystère peser sur ma personne. Je ressortirai la même histoire que j’avais sortie au lieutenant de ces lieux, la dénommée Caelyne. Zohran m’avait prévenue qu’elle ne m’aimerait pas et c’était bel et bien le cas.

Viens t’asseoir,  dis-je en levant la couverture pour l’inviter à s’asseoir à côté de moi et se couvrir de la couverture qu’elle avait apportée. Un médecin qui attrape mal à cause d’une visite nocturne, ce n’est pas autorisé.

Le ton de ma voix était moqueur. Avant de reprendre la parole, j’attendis qu’elle s’installe à mes côtés pour lui laisser un pan de couverture, frôlant son dos de ma main pour la poser devant moi, nos épaules se posant l’une contre l’autre. Mon regard croisa le sien et à cette distance, je pouvais mieux observer sa peau, son grain, ses yeux bleus, ses traits fins, ses pommettes saillantes. Tout l’or du monde…

Qu’est-ce que tu veux savoir ? Demandai-je en posant ma hache et la pierre à côté du chien qui avait posé sa tête sur ma cuisse.

Je n’allais pas lui faire un résumé de ma vie en commençant par ma naissance jusqu’à mon arrivée, en passant par cet âge que l’on appelait adolescence, tout en omettant ma vie de marchands d’esclaves. Alors, j’attendais de voir ce qu’elle voulait savoir, les questions qu’elle allait me poser et je comptais bien lui répondre sans l’ombre d’une hésitation, pour lui montrer qu’elle pouvait avoir confiance en moi, que tout était naturelle chez moi et que je n’étais pas un sauvage.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros



Messages : 1202
Médaillons : 2275

Crédits : lux aeterna
Avatar : Marion Cotillard
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Jeu 22 Mar 2018 - 22:56



► Quand les mots se cristallisent pour ne rendre qu'un.
Une goutte pour creuser le roc
Jaxson &  Slown


Lorsque le chasseur laissa présager au médecin que la chance y était peut-être pour quelque chose, celle-ci acquiesça d’une légère moue, pas vraiment convaincue. Après tout, une personne plus ancienne aurait pu la prendre et elle, récupérer sa tente. Enfin bref, s'en était ridicule de s’attarder sur une chose comme celle-ci, elle n’allait pas regretter d’avoir un confort si gracieusement offert, un confort dont elle profiterait avec grand plaisir. Si, par le plus grand des hasards, elle pouvait en faire profiter ses amis, comme Zed, ou ses nouveaux complices, alors que grand bien fasse.

Sa réflexion fit son petit effet, peut-être pas l’effet exactement voulu, mais en tout cas, il fit réagir le chasseur. Slown se doutait très bien qu’il savait de quoi elle parlait, leur dernière rencontre ne les avaient pas laissé de marbre, ni l’un, ni l’autre, elle en était persuadée. Sinon, il n’aurait pas eu ce petit sourire surpris en la voyant débarquer ce soir. Sinon, il n’aurait pas cherché à lui affirmer qu’il lui dirait tout en temps voulu, la dernière fois. Mais le docteur, n’était pas vraiment du genre à s’avancer, elle n’était pas du genre à forcer, qui que ce soit pour une communication non voulue. C’était donc avec douceur, qu’elle le regardait, qu’elle se remémorait ce corps meurtri par les années et une vie rude de sens. D’un sourire en coin, elle lui répondit silencieusement, laissant présager que oui, elle avait envie, envie d’entendre des récits qui la dépassait. De découvrir un côté de lui qu’elle n’osait s’imaginer.

Dans un revers léger, comme élevant une cape le long de son bras, il découvrit son flan pour qu’elle puisse se glisser sur la banquette, près de lui.


“Ce serait même un comble d’ailleurs, mais je suis sûre, que maintenant, il n’y a plus de chance pour que cela arrive.”


Terminant sa phrase dans un léger rire flottant, Slown vint se faufiler à ses côtés, comme une goutte se déposant près de son roc. Elle se sentait tellement minuscule comparé à la masse qu’il imposait. Une masse rassurante et protectrice, c’était comme ça qu’elle le percevait. Le médecin pouvait sentir, ressentir la chaleur qu’il dégageait, épaule contre épaule, peau contre peau, même si ce n’était qu’une infime partie, il y avait une légère électricité, une jonction accentuée par le froid atmosphérique qui les entourait.
Dans sa voix rauque, le barbu vint droit au but en lui demandant ce qu’elle voulait savoir, exactement.


La doctoresse n’était pas là pour entendre une histoires déjà écrite, un roman préparé minutieusement, pour donner ce que l’interlocuteur a envie d’entendre, non elle ne voulait pas ce genre de récit. Ce qu’elle aimait, c’étaient les coeurs ouverts, les visions de vies franches, sans balivernes. Mais elle n’était pas persuadée de pouvoir retrouver ça en Jaxson, de cerner ce personnage-là était plutôt difficile, quand la carapace qu’il arbore, cache le plus grand fond de son âme. C’était une femme d’esprit, peut-être parfois trop.

“Je ne sais pas vraiment, qu’as-tu envie de me dire ? Comment vois-tu la vie ? Comment la considères-tu peu-être… Qu’est-ce que tu recherches en elle ? ”

Sa voix était douce, laissant une communication possible, même si elle se doutait bien que ce ne fut pas le point fort du chasseur. Entendre des banalités ne servait à rien, et la brune se doutait bien que son passif avait été des plus durs, peut-être trop dur à expliquer correctement. Donc ce n’était pas ce qu’elle recherchait, mais plutôt une ouverture d’autre chose, sortir des sentiers battus pour une fois. Slown lui adressa un regard en coin, ne tournant pas complètement la tête, car leur proximité était bien présente. D’un mouvement lent, elle passa sa main devant Jaxson, pour glisser ses doigts fins le long du museau d’Hope, qui se trouvait à l’opposé de lui. Du fait de ce geste, son avant-bras frotta doucement le buste de son partenaire, chose qui ne la gênait pas, car c’était dans un optique tout autre. Juste de pouvoir caresser le chien, qui quelques minutes plus tôt ne savait pas vraiment comment se comporter envers elle.



CODE BY ÐVÆLING // groover par une Sha Lottie



_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Personnage
Occupation : chasseur
Âge : 36
Localisation : Steros

Messages : 95
Médaillons : 991

Crédits : angie
Avatar : Jason Momoa
Pseudo internet : dardar
Multi-comptes : Nenia Wald




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Lun 2 Avr 2018 - 19:18

une goutte pour creuser le roc


Je devais laisser une part de mystère mais lui donner l’impression que j’allais m’ouvrir à elle en me confiant, en racontant une partie de ma vie. Lui faire croire qu’elle était privilégiée face aux autres parce qu’elle avait su lire en moi comme un livre ouvert. Un jeu, rien de plus dans lequel je prenais part. Mon regard se posait alors que la jeune femme s'asseyait à côté de moi, un rire cristallin s'échappant de ses lèvres. Je pouvais la sentir et inspirais son odeur, ne ressentant pas une quelconque gêne d'être aussi prêt d'elle. Ce n'était pas son cas car Slown me regardait seulement du coin de l'œil. A ma question, le médecin me laissait le choix de raconter ce que je voulais et m'amenait sur des questions qui ne m'avaient jamais traversé l'esprit. À quoi bon se poser ces questions? Ce devait être des réflexions que les gens vivant dans la grande bulle se posaient régulièrement. Le sens de la vie. Connerie. Dans l'optique de me montrer sincère, honnête, je répondais naturellement, sur un ton franc tout en continuant de scruter son visage, un haussement d'épaule attaquant ma phrase, frottant la sienne au passage.

J’sais pas. C’est pas des questions que je me pose. Autant avant, j'espérais chaque jour trouver de quoi me nourrir et survivre suffisamment longtemps pour passer la nuit. Aujourd'hui, tout ça est nouveau pour moi... Enfin presque.

L'arène me rappelait parfois cet endroit, très brièvement. C'était une vie en communauté, une vie de sédentaire. Rien de plus. Steros me donnait simplement le sentiment de liberté, ce que je n'avais pas là-bas. Mes yeux glissèrent sur le bras que Slown allongeait pour poser sa main sur la tête de l'animal, frôlant mon torse presque innocemment. Je ne pouvais croire que cela soit innocent. Pas après l'avoir vue rosir dans son bureau alors qu'elle posait des questions sur ma vie. A ne pas parler, à observer, à martyriser des êtres humains, j'avais appris à comprendre leur réaction. A présent, j'observais Hope qui fermait les yeux sous les caresses du médecin. Un sourire apparut sur son visage et je fis un signe de tête comme si j'avais eu un éclair de lucidité.

Je n’ai pas eu le choix de raconter ma vie mais toi.... Tu t'es livré alors je dois sûrement te rendre la pareille.  

Je marquais une pause, regardant le sol, fronçant les sourcils comme pour me donner un peu de courage et prenais une profonde inspiration, ma main, qui n'était pas celle contre le médecin, passa dans ma barbe et je la laissais retomber sur le dos de l'animal. Je jetais un bref coup d'œil vers elle avant de me concentrer à nouveau sur le sol. Trois, deux, un. Lever de rideau.

Peut-être que je peux te faire confiance mais je te préviens, ce n’est pas folichon.  

Secouant la tête, je devais lui donner l'impression que derrière cette carapace, il pouvait y avoir quelqu'un qui pouvait ressentir des sentiments.

Immédiatement j’ai senti avec toi cette connexion. Ton regard, tes paroles, ta personne me donnent une raison de plus pour rester dans ce bastion. T’as pas de mauvaises intentions. Tu donnes de ta personne avec passion. Tu pourrais découvrir le monde mais tu reviens soigner les autres, sans raison. Comme par attraction. Et tu trouves encore du temps pour venir me passer un savon. J’aimerais pouvoir dire qu’avec moi tu fais une exception. Mais non. Slown, j’ai de la chance d’être tombé sur toi pour soigner Hope avec ta concoction. Et j’crois qu’il n’y a pas assez de mots pour décrire ce que j’ai vu en toi tant ça dépasse mes capacités et mon imagination...

Je poussais un soupir, laissant échapper un souffle amusé.

Je me sens un peu con... Mais je vais te raconter.

Clamer la beauté de sa personne, qui, je devais le dire , était une belle personne, une personne onéreuse, était un moyen d'attirer un peu plus son attention. Allait-elle penser pouvoir percer ma carapace en faisant simplement acte de présence? Slown éveillait en moi des pulsions animales. Qu'est-ce qui m'empêchait de me jeter sur elle? Le besoin de pouvoir l'utiliser pour les mois à venir, voilà tout. Elle était la première, en dehors de Caelyne et de Kaliska, à venir me voir. Les deux autres femmes avaient des obligations. Le médecin, c'était par choix, par curiosité.

J’ai été vendu gamin à une arène, probablement pour le divertissement ou pour me faire bouffer par leurs bestioles mais le chef a vu en moi quelque chose. Je suis devenu un combattant pendant je ne sais pas combien d’années. J’étais le meilleur et du coup j’avais tout ce dont je pouvais avoir besoin, de la nourriture, un toit, des femmes et une occupation pour mes journées. J’avais même acquis une certaine gloire mais …

Je m’arrêtais, continuant de regarder le sol, le visage fermé, décidé à laisser cette zone d’ombre.

J’ai gagné ma liberté par le sang et un groupe a fini par me trouver, m’a accepté parmi eux. On est resté ensemble pendant plusieurs années mais ils ont été éliminés par l’avant-poste d’Helion. On a beaucoup voyagé mais ça faisait déjà quelque temps que je voulais découvrir Steros et me voilà avec cette bestiole de malheur qui a été mon compagnon le plus fidèle.

Émettant un grognement pour l'animal, Hope leva la tête et me regarda, les oreilles dressées. J'aimais cette bête, c'était la seule émotion que je m'autorisais.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros



Messages : 1202
Médaillons : 2275

Crédits : lux aeterna
Avatar : Marion Cotillard
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Ven 6 Avr 2018 - 20:09



► Quand les mots se cristallisent pour ne rendre qu'un.
Une goutte pour creuser le roc
Jaxson &  Slown



Rares étaient les fois ou les relations avec ses patients prenaient une tout autre envergure que seuls leurs buts initiaux. Par respect, par professionnalisme, ou juste pour maintenir cette barrière qui la protège des autres. C’était une peur, un sentiment qu’elle ne voulait plus connaître. Les deux seuls hommes qu’elle avait aimés, n’étaient plus. L’un mort, l’autre l’abandonnant. Cela justifiait pourquoi Slown avait passé de nombreuses années seule par la suite. Se consacrant corps et âme dans le travail, dans ses recherches, oubliant cette sensation que cela procurait. Un délice de sentir son coeur battre au rythme de ses battements de cils. Un plaisir de sentir les pulsions dans sa carotide, bien trop perturbée par une sorte de stress, une agitation peu commune. C’était des papillonnement au fond de ses tripes qui lui laissèrent une sensation qu’elle n’avait ressenti que très peu de fois. Mais consciente que cela pouvait lui être dangereux, lui faire souffrir d’une manière qu’elle ne savait guérir, c’était aussi sa plus grande anxiété qui grandissait doucement en elle.

Ses questions étaient sincères, dans l’optique de cerner une personne d’une autre manière, de sortir des banalités. Mais peut-être trop profonde pour cet environnement, quand la vie vous oblige seulement à survivre, elle ne vous offre pas la possibilité de vous poser des questions, sur comment la vivre. Et pourtant, cela fait parfois du bien, mais inconsciemment, Slown comprenait. D’une nature compatissante, doucement elle l’assimilait, se disant que maintenant, cette occasion pourrait s’offrir à lui. Que l’enceinte de Steros pourrait doucement l’apprivoiser, pour n’être que plus libre par la suite. Son visage fin était maintenant tourné vers lui, l’écoutant attentivement, cherchant dans ses yeux s’il ne jouait qu’à ce jeu entre eux, ou si ses paroles étaient plus sincères, dans une plausible confidence.

Se convainquant que ce qui s’était passé lors de leur première rencontre n’était pas anodin, Slown allait à cet instant, découvrir une facette de Jaxson qu’elle n’aurait imaginée, pas dans le moindre de ses rêves. Pourtant, après une longue inspiration, après une concentration plus que sérieuse, le chasseur entreprit un récital de paroles plus belles les unes que les autres. Faisant monter une rosée aux joues de la doctoresse, une ivresse de palpitations dans les battements de son coeur, elle resta bouche bée par tant de poésie. Ne sachant pas vraiment s’il était conscient de l’émotion dont il faisait part, elle plongea dans ses yeux un regard hypnotisé, envoûté par les lignes de ses lèvres.


“Je … je crois que l’on ne m’a jamais dit ce genre de choses… Tu me laisses sans voix.. J’ai senti aussi quelque chose à notre première approche… Mais me dire que cela a aussi été ton cas.. Alors là…Tu n’as pas à te sentir con, c’est juste impressionnant… Magnifique.”

Ses derniers mots se finirent dans un souffle, gardant cette tension dans son regard posé sur lui. Même si le sien était concentré sur la terre à leurs pieds, elle ne pouvait ôter sa vision de son visage, se disant que le pas qu’il venait de faire, était cyclopéen. Peut-être un peu naïve, mais voulant y croire tout de même, car parfois, il faut savoir se laisser aller. Tout en continuant son roman, il décida alors de s'ouvrir à elle, sur son passé, tout comme elle avait pu le faire. Slown essaya de se convaincre que c’était une carapace qui s'amenuisait, un voile doucement retiré.

Il fit part de son passé dans l'arène, de sa période de gloire, et de la façon dont il s’en était dégagé. Un passé lourd en souffrance, comme s’il s’était sorti d’une géhenne infernale, pour atteindre un Olympe harmonieux. Mais Slown ne jugeait pas, ne portait aucun retranchement à son égard. Il n’avait pas choisi son sort après tout, il n'avait pas choisi de naître où le destin l’avait envoyé.

“Le principal c’est que tu puisses penser à l’avenir maintenant. Je ne vais pas te plaindre, je ne vais pas être compatissante envers ton passé, mais te pousser pour un futur meilleur. Que tu aies fait le pas de te sortir de ça, est remarquable.. Et que tu cherches maintenant, à atteindre une vie plus paisible, l’ait encore plus. On ne choisit pas nos malheurs, mais on peut provoquer notre bonheur..”

Sincèrement, elle ne cherchait pas à appuyer plus sur son histoire, gardant l’idée qu’il n’avait sûrement pas tout évoqué, mais cela était amplement suffisant pour le connaître un peu plus, pour comprendre ces chaînes invisibles qui le poussaient à être comme tel. C’était une influence bien étrange qu’il avait réussi à avoir sur elle, et bizarrement, elle ne voulait pas y mettre un terme, du moins pas encore. Sa main qui était en direction d’Hope se glissa furtivement sur celle de Jaxson, incrustant ses doigts sur les siens, la doctoresse se leva au même moment.

“J’pense que cette bestiole de malheur et son maître courageux ont bien mérité cette infusion et un peu de réchauffement non ? Vous êtes les bienvenues chez moi..”

Gardant la paume de sa main dans la sienne, elle se tenait debout devant lui, les séparants d’à peine quelques centimètres. Cette tension électrique ne cessait de grandir, s’amplifiant par ce regard qui n’était autre qu’une effusion d’une conjoncture harmonieuse.


CODE BY ÐVÆLING // groover par une Sha Lottie



_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Personnage
Occupation : chasseur
Âge : 36
Localisation : Steros

Messages : 95
Médaillons : 991

Crédits : angie
Avatar : Jason Momoa
Pseudo internet : dardar
Multi-comptes : Nenia Wald




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Mer 11 Avr 2018 - 21:39

une goutte pour creuser le roc


Le spectacle était terminé et le public avait applaudis tout en criant à en perdre la voix. Je levais les bras en direction de la foule, tournant sur moi-même, le torse ruisselant et la mine enjouée. Mon petit discours avait eu l’effet escompté au point de la laisser sans voix. Personne avant ne semblait avoir osé la baratiner pour recevoir ses faveurs. Je n’avais jamais eu besoin de le faire car, avant de venir à Steros, je prenais de gré ou de force tout ce dont j’avais besoin. À présent, il me fallait agir autrement.

Son regard, alors que je me forçais à continuellement fixer le sol, s’était posé sur moi et je sentais dans sa voix les émotions qui la parcouraient. Si je posais ma main sur elle et cherchais à lui ôter ces sensations, je sentirais mes tripes se tordent, ma poitrine se contracter et la joie parcourir chaque parcelle de mon corps alors que résidait un soupçon de crainte, la crainte de cet inconnu et pourtant dangereusement attirant. Tout cela pour décrire une simple constatation : Slown me mangeait dans la main. J’eue une esquisse de sourire alors qu’elle terminait sa phrase dans un souffle déclarant que mon discours était magnifique. J’avoue n’avoir jamais fait de discours aussi éloquent car ce n’était pas dans mes habitudes.

Alors que je lui racontais ma vie, je la sentais prise par mon histoire avec cet espoir indicible mais vain de percer ma carapace. Et ses paroles eurent un effet étrangement apaisant tant sa voix dégageait une douceur propre au médecin. Seulement, il n’y avait rien à plaindre ni à compatir, j’ai une belle vie, faites de surprises. Je n’irai pas dire que j’étais heureux de cette vie à traverser les différentes terres à la recherche d’humain, à devoir affronter des hommes régulièrement pour un public en délire mais je ne regrette rien.

Doucement mais sûrement la main de la jeune femme glissa de la tête de l’animal, qui n’avait pas bronché, à ma main, passant ses doigts dans les interstices, créant une douce chaleur en son sein. Serrant un peu ma poigne, ce geste voulait lui faire comprendre que je ne comptais pas la lâcher, pas même pour marcher à l’extérieur. Peut-être était-elle consciente que ce qu’elle venait de faire me confirmait le même besoin que j’acceptais de ressentir depuis plusieurs minutes. Je voulais la posséder entièrement.

Je croisais son regard alors que Slown m’invitait à la suivre pour aller dans son abri, prétextant une boisson chaude pour nous réchauffer du froid. Mais je n’avais plus froid à présent, pas en pensant à ce qui allait suivre. Alors je me levais, disant simplement un sourire chaleureux apparaissant sur mes lèvres :

Allons-y.

Je me redressais à mon tour et sifflais pour intimer à Hope de me suivre. L’animal couina et laissa tomber la couverture sur le sol, prêt à trottiner à côté de moi.

Et puis merde,  finis-je par dire.

À peine avait-elle fait quelques pas que je la forçais à se retourner en l’attirant vers moi pour l’obliger à plaquer nos deux corps, glissant une main sous sa nuque pour la maintenir et l’empêcher de s’échapper. Mes lèvres se posèrent sur les siennes, brut, presque sauvage, comme si je voulais lui voler ce baiser. Mais, sans grande surprise, malgré la sienne, le médecin répondit à cet échange sans résistance, cédant même à son emprise. Ses lèvres étaient douces et son contact m’obligeait à ralentir cette rude ardeur qui était la mienne. Je n’avais jamais connu rien d’autre que la possession des autres et la douceur, la tendresse ne faisaient pas parti des actes capables à donner.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros



Messages : 1202
Médaillons : 2275

Crédits : lux aeterna
Avatar : Marion Cotillard
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Dim 13 Mai 2018 - 19:11



► Quand les mots se cristallisent pour ne rendre qu'un.
Une goutte pour creuser le roc
Jaxson &  Slown

Des secondes d’extases enivrées par une harmonie silencieuse. Il y avait un suspens dans le temps, qui faisait écho autour d’eux, les berçant dans une atmosphère qu’elle ne connaissait que trop peu. En effet, pour une femme qui va atteindre bientôt la trentaine, ces choses de la vie ne sont, que ce qui peut la rendre des plus palpitantes. Et essayer d’y contrer, ne peut la rendre que bien plus maussade. Jusqu’à présent, Slown avait renié toute relation, depuis lui.. Ne voulant pas s’attarder sur des émotions qu’elle ne connaissait pas. Par peur ? Par manque de courage ? Surtout car, elle réfléchissait beaucoup trop. Et pour vivre sereinement une relation, il ne faut pas vraiment y réfléchir, mais laisser le fil des choses prendre son cours. Et pour une fois dans sa vie, la doctoresse prit la décision de se laissa aller.

Même si au fond, elle ne connaissait Jaxson que trop peu, et du peu qu’elle en connaissait, sa raison lui aurait dit de fuir, de ne pas s’attarder sur le total opposé qu’il était. Sur le natif, ayant eu un parcours bien plus douteux que ce qu’il laissait envisager, sur le sauvage imprévisible qu’elle avait du mal à cerner. Mais peut-être bien qu’au fond, c’est ce qui l’attirait chez lui ? Que ce qu’elle était venue chercher à Steros, était de sortir de ses sentiers battus ? Se contenter à vouloir côtoyer le “même” genre de personne qu’elle aurait pu connaître à Helion, était loin de l’idée qu’elle s’était faite après toutes ses années.

Les premiers instants auraient pu ressembler à une expérience, un test. Elle-même ne savait pas vraiment ce qu’elle en attendait. Prévoir, toujours analyser, anticiper, était ce que Slown faisait en temps normal, que ce soit comportemental ou physiquement. Un fonctionnement qu’elle utilisait sur ses patients, sur les rencontres qu’elle avait pu faire. Mais depuis sa “sortie”, les choses avaient bien et belle changées. Et depuis quelques mois, la brune se redécouvrait, sous un nouveau visage, sous une nouvelle facette. Cette tirade, ces paroles qui avaient traversé les lèvres du beau brun, l’avaient fouetté en plein coeur, traversant le fond de son âme. Elle ne pouvait que s’y convaincre, au risque de se brûler les ailes naissantes qu’elle s’était confectionnée.

L’emprise de sa main dans la sienne la raccrochait à une tout autre réalité, la reliant à son être par une force bien plus puissante que seulement une poignée de main. Laissant de côté toutes les ondes qui auraient pu la ramener à la réalité en une fraction de seconde, Slown s’y tenait comme on tient à une vie, comme on s’accroche à un idylle naissant. Mais la force s’intensifia pour l’obliger à se retourner, se retrouvant à quelques centimètres de son souffle.

Les courbes charnelles de ses lèvres se posèrent sur les siennes, lui arrachant son geste satiné spontanément. La résistance ne lui parcourut l’esprit que le temps d’une pensée, abaissant les dernières barrières que le médecin aurait pu dresser. Redoutable et savoureux, la mêlée de leur geste s'harmonisa au fils des secondes, contrastant avec la rudesse dont il faisait preuve. C’était une passion sauvage qui s’intensifia au fond de ses tripes, se laissant complètement bercer par l’échange suave de Jaxson. Comme parsemé par la foudre, électrifiée par cette force qu’il dégageait, elle se colla un peu plus contre lui, ce corps frêle contre cette masse imposante, qui maintenant l’attirait comme un aimant.

Ne se dégageant que le temps de plonger son regard dans celui profond du barbu, elle eut presque un sourire amusé par cette âpreté si plaisante. Sans un mot, sans une once de voix, elle passa sa main dans la chevelure de Jaxson, pour replonger ses lèvres contre les siennes avec toute l’ardeur dont il avait fait preuve. Réveillant en elle, un caractère bien plus animal qu’elle ne se connaissait, le mouvement de son baiser était tranché entre la douceur et l’avidité. L’idée d’être en sa possession, le temps d’une seconde volatile, le temps d’oublier tout le reste, était maintenant une évidence. Il lui en fallait plus, elle voulait plus, lui offrir quelque chose qu’elle avait longtemps maintenue au fond d’elle.

Cet emballement ne pouvait se conclure que d’une seule manière, elle en était consciente, du moins c’est ce qu’elle venait de se rendre compte. C’était une effusion volcanique qui grandissait en elle, en eux. Et si ce partage pouvait ouvrir à des regrets, alors ils attendraient.
Arrachant une dernière fois une volupté à ses lèvres et laissant glisser sa main sur sa joue, elle se détacha pour enserrer sa main dans la sienne, bien plus fort que précédemment. Chuchotant à demi-mot tout en le regardant plus que fièvrement.


“C’est une bien belle merde... allons-y.”


Slown l’attira en dehors de la tente, comme d’une évidence. A cet instant précis, elle voulait fuir pour poursuivre cette frénésie, elle ne voulait que lui.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une Sha Lottie



_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Personnage
Occupation : chasseur
Âge : 36
Localisation : Steros

Messages : 95
Médaillons : 991

Crédits : angie
Avatar : Jason Momoa
Pseudo internet : dardar
Multi-comptes : Nenia Wald




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Jeu 24 Mai 2018 - 20:57

une goutte pour creuser le roc


Le médecin n’avait pas lâchée ma main alors que je l’avais forcée à m’approcher pour lui voler un baiser. Ce dernier s’intensifia lorsqu’elle répondit à ce contact charnel. Je sentis son corps se coller un peu plus au mien comme si ce besoin était irrépressible. Ne bloquant plus sa nuque, Slown recula légèrement sa tête pour croiser mon regard. Elle pouvait y lire toute l’ardeur que ce baiser avait éveillé en moi. Je tentais de cacher cette bestialité que ce genre d’acte pouvait amener mais peut-être était-ce plus difficile à cacher face à cette femme qui réveillait ces pulsions animales.

Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Sa main libre se glissa à l’arrière de mon crâne et m’attira vers elle pour m’embrasser à nouveau, donnant le change à notre échange. La fougue avec laquelle elle s’était empressée de renouer le contact éveillait en moi une satisfaction sans égale. Non seulement Slown ne résistait pas mais me permettait d’apercevoir une nouvelle facette de sa délicieuse personnalité. Entre deux baisers à la douceur déstabilisante, elle titillait mes lèvres en les mordant avec un appétit vorace. Libérant sa nuque, ma main glissa pour se poser dans le creux de ses reins afin de coller son bassin contre le mien pour y sentir naître un désir encore plus physique.

Je reconnais tout de même avoir accepté de jouer à son jeu, alternant des baisers rudes et doux, car cela avait un effet étrangement vivifiant que je ne connaissais pas. La dernière fois que j’avais embrassé une femme remontait à l’époque de l’arène où je découvrais les joies des plaisirs charnels avant de comprendre que je n’avais pas besoin de ça pour obtenir une femme. Je pouvais les prendre sans leur accord. Elles n’avaient pas leur mot à dire. Aller au plus simple pour mon propre plaisir. Mais avant ça, ces esclaves m’avaient montré de ces échanges-là apportaient d’agréable sensation et éveillait un désir autre que le besoin de posséder. Un frisson, nouveau et loin d’être désagréable, parcourut mon corps alors que sa main se glissait sur ma joue tout en s’écartant.

Slown m’invita à nouveau à la suivre et je ne répondis que d’un simple sourire. Elle sortit de mon domicile me guidant à travers les tentes parfois éclairés où l’on entendait des brides de conversations, des soupirs et des ronflements. Hope nous suivait en trottinant autour de nous mais sans jamais nous dépasser. Sa main ne me lâcha pas une seconde et je resserrais de temps à autre ma poigne pour garder ce lien. La lune était pleine en cette fin de mois et elle éclairait notre chemin à travers les vétustes habitations.

Nous parvînmes à un abri en pierre que je constatais être son domicile. Elle en avait parlé un peu plus tôt et je voyais les avantages de ce lieu. Elle entra la première dans la pénombre de la pièce et se dirigea vers ce que je ne pouvais voir, probablement pour chercher un peu de lumière. Je m’habituais rapidement à cette légère pénombre que la pleine lune empêchait d’être complète. Je pouvais voir ses formes occupées. Et alors libre de mes mouvements, je me rapprochais à pas de loup. Une fois derrière elle, je posais mes mains sur ses hanches, posant de courts baisers sur une de ses épaules, remontant jusqu’au cou pour mordre son creux. J’avais vu ça chez certaines bêtes enfermées avec moi dans l’arène quand elles n’étaient pas séparées. Mais chez eux, c’était plus souvent la croupe qu’ils mordaient mais je n’allais pas me baisser devant elle.

C’est bien ce que tu veux ? Soufflai-je à son oreille alors que ma main remontait lentement vers la naissance de ses seins.

Évidemment que c’était ce qu’elle voulait. J’avais touché sa sensibilité en lui offrant un discours éloquent de sa personne, offrant une histoire qui pouvait éveiller sa compassion. Je le répétais mais le médecin me mangeait dans la main et j’allais profiter de cet instant pour mêler l’utile à l’agréable. Pourquoi m’avoir amené ici, pourquoi avoir pressé son corps contre le mien ainsi si c’était juste pour boire une infusion ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros



Messages : 1202
Médaillons : 2275

Crédits : lux aeterna
Avatar : Marion Cotillard
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Lun 3 Sep 2018 - 21:05



► Quand les mots se cristallisent pour ne rendre qu'un.
Une goutte pour creuser le roc
Jaxson &  Slown


À peine perceptibles, l’ombre des silhouettes se reflétait sur les carreaux de la petite chaumière. Entre l’éclat de la lune et la pénombre de la pièce, le contraste des deux amants n’aurait pu se deviner d’aucun regard extérieur. Ils étaient enfin là, dans le lieu si attendu, dans l’espoir d’oublier un quotidien un peu trop acariâtre. Rentrant dans la pièce avec entrain, tout comme elle a pu le paraître le long du chemin, Slown se mit à chercher la flamme pour percer le silence de la maison. S’approchant vers la lanterne, elle dégaina une allumette posée à côté de celle-ci. L'étincelle illumina les contours de son visage, dansant sur la pâleur de son visage, offrant une timide visibilité aux deux nouveaux éprouvés. Même si des centaines de questions, de doutes et d’hésitations battaient au fond de ses pensées, le médecin voulait tout laisser de côté, se laisser dépasser par tout ça, juste un instant.

Jaxson vint poser des mains chaudes le long de ses courbes, pour intensifier le feu par des baisers le long de son coup, de sa nuque. Mêlée entre frissons et excitations, la jeune femme ferma les yeux tout en élançant son port de tête pour offrir une meilleure posture aux crocs du jeune homme. Tendue et irriguée, sa jugulaire appelait le plus sage des vampires pour venir y goûter son délice. Alors que le chatouillement des doigts du chasseur venait frôler son buste, son susurrement lui fit rouvrir les yeux pour prendre pleinement conscience de ses paroles. Sa question résonnait en écho, tel un éclat de vérité venant perforer le rêve.
Est-ce que je veux vraiment ça, vraiment lui ? Qu’est-ce que je veux réellement ?
Elle-même n’en savait rien, strictement rien. La seule chose dont elle était persuadée, c’était que le regard que lui avait porté Jaxson, était bien plus puissant que tous ceux qu’on lui avait offerts.

Après une légère seconde d’hésitation, de volatilité, la brune se retourna pour faire face à son compagnon. Retrouvant une assurance certaine, son air espiègle s’accompagna d’un sourire en coin.


“Peut-être, préférerais-tu que je fasse du thé ? Tiens, j’avais presque oublié ! “


Alors que son regard en disait tout autre, la doctoresse s’éloigna doucement du lien qui ne cessait de l'attirer, pour s’avancer vers le buffet où reposait la théière. Si l’envie de se jeter sur lui était bien présente, celle de se faire légèrement désirée aussi. Slown était consciente que Jaxson avait le jeu de cartes entre ses mains, qu’il tenait la partie d’une poigne ferme et confiante. Mais elle jouait aussi, elle n’était pas juste, cette simple brebis égarée venant se réconforter auprès du grand loup. Non, même si l'apparence est parfois trompeuse, elle voulait faire partie des prédateurs et non des proies. Elle voulait juste être un peu son chat..


Glissant les quelques feuilles bleutées dans le récipient, une petite flamme venait chauffer le tout dans un foyer au préalablement allumé. Alors, langoureusement, Slown se retourna vers son chasseur, lui lançant un regard plus que voluptueux, comme elle n’en avait jamais lancé. Alors qu’une mèche tomba devant son regard, elle murmura, assez fort pour qu’il entende sa passion.


“J’en sais trop rien, mais ce que je sais, c’est que je préfère avoir des regrets plutôt que des remords… Et toi Jaxson, qu’est-ce que tu veux ?”



CODE BY ÐVÆLING // groover par une Sha Lottie



_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Personnage
Occupation : chasseur
Âge : 36
Localisation : Steros

Messages : 95
Médaillons : 991

Crédits : angie
Avatar : Jason Momoa
Pseudo internet : dardar
Multi-comptes : Nenia Wald




Steros • Civil



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   Mer 12 Sep 2018 - 15:34

une goutte pour creuser le roc


Le médecin se laissait entièrement à ma disposition, son cou se tendant pour que je puisse mordre un peu plus dans sa chair. Alors que mes mains remontaient vers sa poitrine, je sentis un instant d’hésitation tendre légèrement son corps, la sentant se mouvoir pour pouvoir se tourner vers moi. Bien que j’aurais aimé l’empêcher de me faire face pour pouvoir la prendre à même cette table, je la laissais faire, conscient que je ne pouvais la traiter comme une marchandise. Son regard malicieux en disait long sur ses intentions mais pourtant Slown revint à la charge avec son infusion, s’éloignant de l’espace restreint de leurs deux corps pour se diriger vers un meuble où elle devait ranger ses remèdes.

Ne l’empêchant pas d’agir, je l’observais sans me mouvoir, uniquement en bougeant la tête pour ne pas la lâcher du regard, tel un prédateur prêt à bondir sur sa proie. Tentait-elle de jouer avec moi ? À repousser l’irréversible ? Se doutait-elle qu’elle fît face à un homme qui chassait depuis bien plus longtemps qu’elle ne pouvait l’imaginer ? Ses mouvements, sa respiration, chaque parcelle étaient décortiqués pour prévoir le prochain geste. Seulement mes chasses ne se terminaient jamais bien. La jeune femme risquait de se brûler si elle jouait trop longtemps avec mes nerfs. Je ne devais pas céder à mes impulsions premières et montrer l’animal qui était en moi. Ma respiration était lente et régulière. Je la voyais mettre quelques feuilles dans une sorte de récipient probablement fait pour des infusions. Puis le médecin se retourna et son regard m’indiqua qu’elle me voulait. Mais pourquoi se retenir ? Pourquoi ne pas céder immédiatement et prendre ce qui nous était dû ? Etait-ce une habitude propre aux habitants de la Grande Bulle ? Ou simplement une habitude qu’on ne m’a jamais donnée l’occasion de découvrir ?

Jouer, éveiller le désir chez soi, chez l’autre. Je ne pouvais imaginer ce que cela pouvait réellement apporter. Pourtant, je ne fondis pas sur elle en entendant ses paroles qui vibraient d’un désir difficilement dissimulable, même si j’étais à deux doigts de céder. Slown me demanda en retour ce que je voulais. Mon discours éloquent n’avait pas suffi pour la convaincre de mon attachement à son égard. Alors je m’appuyais contre la table, un sourire apparaissait sur mon visage et répondis sur un ton à la fois charmant et joueur.

Une infusion.  

Je tendis une main vers elle, pomme en l’air pour l’inviter à me rejoindre. Peut-être avait-elle hésité, peut-être pas, mais la lumière venait de derrière elle et son visage était dans une certaine pénombre tandis que je cachais moi-même une partie de la lumière en étant dos à celle allumé un peu plus tôt. Pourtant Slown s’approcha de moi. Sa main se glissa dans la mienne et je l’attirais pour retrouver la chaleur de nos deux corps l’un contre l’autre. De ma main libre, j’ôtais la mèche de son visage pour la glisser derrière son oreille et dégager ainsi son visage. Nos regards ne se dérobèrent pas et je savais qu’elle le voulait tout autant que moi. Ne la lâchant pas, j’approchais ma tête d’elle, reprenant ce que de droit m’appartenait en l’embrassant, d’abord de cette façon brute qui était la mienne mais m’adaptant à sa douceur pour rendre ce baiser moins bestial, plus tendre à l’image de cet agneau sans défense. Etrange mais agréable et enivrant, j’en appréciai l’échange. Entrainant sa main que je tenais toujours, je la posais sur mon entre-jambe à présent éveillé, lui laissant le choix de l’ôter ou non en la libérant de ma main pour pouvoir poser cette dernière au même niveau que l’autre, tenant son visage.

Je ne peux rien te cacher,  dis-je après m’être détaché de ses lèvres, sur un ton sérieux.

Ô diable les beaux discours, les belles paroles, si le physique ne répondait pas à ses questions, je finirais par la prendre coûte que coûte. Mais je savais que je ne pouvais me mettre à dos le médecin. Je pouvais en avoir besoin.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une goutte pour creuser le roc [25/01/2481]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Bastion Steros :: Campement :: Habitats privés-