AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Steros !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le --/10
Personnages

44 joueurs
65 personnages
30 Hommes
35 Femmes
Helion 17 hab.
Reiver 19 hab.
Steros 16 hab.
Extérieur 12 hab.

 

 (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver

The Gentle

Messages : 380
Médaillons : 1964

Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Présence : plutôt la semaine

Pseudo internet : /



Reiver • Officier



 Sujet: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Dim 11 Mar 2018 - 21:02


kaenya & elrych



16.01.2481 ▽ Years of hiding out in the light
@Kaenya Obs
« Capitaine, l'équipe envoyée à l'extérieur est de retour. Toutes les ressources ont bien été récupérées et elles sont en bon état. Nous n'avons subi aucune perte humaine, mais un cheval a du être abandonné. »

Le visage d'Elrych ne bougea pas d'un iota ; même ses ridules restèrent de marbre. La mission en extérieur ne s'était pas révélée être un échec cuisant mais elle était loin d'être parfaite, ce qui était plus que contrariant. Certes, il n'avait perdu aucun homme et tout ce qui devait être apporté à l'avant-poste était là et dans les temps qui plus est. Mais à apporter des ressources, ils en avaient perdu d'autres. L'abandon du cheval était intolérable, ils ne pouvaient pas se permettre de gâcher ainsi leurs moyens de transport rapides. Leur reproduction se faisait ici-même, à Reiver : ce n'était pas comme s'il pouvait demander un étalon de remplacement à Hélion. Perdre un cheval, c'était perdre plusieurs mois à en reproduire un avant d'élever le nouveau poulain jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge adulte et soit capable de partir en expédition ; du temps et de l'énergie dépensés inutilement. Il ne supportait pas le gâchis.

« Pourquoi ? », demanda-t-il simplement, la voix terne et monotone.

« Pendant une des pauses, l'animal semble s'être éloigné du convoi. Il s'est fait attraper à la gorge par surprise pendant qu'il broutait par un crocodile qui rôdait dans les parages. »

Un crocodile ? L'incident avait du arriver il y a 1 ou 2 jours tout au plus, quand le groupe se trouvait encore vers les marécages. Elrych claqua sa langue contre son palais pour montrer son mécontentement. Il n'avait pas laissé l'équipe partir avec des chevaux et des buffles pour que ses membres les laissent mourir.

« Lequel ? »« Skydoum, mon capitaine. »

Le bruit produit par le dossier qu'il posa sur son bureau parut aussi fort que celui du tonnerre tellement le silence qui s'était installé dans la pièce après la réponse était pesant. De tous les chevaux de l'avant-poste, il avait fallu que ça tombe sur Skydoum, une des bêtes favorites de Kaenya. Reiver était sur le point de trembler sous la colère de la responsable des écuries ; le problème devait être réglé avant qu'elle n'apprenne la nouvelle.

En peu de mots, et après avoir obtenu le nom du milicien qui avait eu le cheval à sa charge pendant la mission, il ordonna au sergent d'aller le chercher. Tous deux devaient avoir une petite... discussion. Il ne fallut pas longtemps avant qu'il ne revienne avec le concerné, mais il avait tout de même eu le temps d'éplucher son dossier. Il était en présence d'un jeune homme de 24 ans, affecté à Reiver il y a 3 ans, sans problème de santé si ce n'était une amblyopie, autrement dit une très - trop - mauvaise vue mais de l'oeil droit seulement. D'un geste nonchalant, il congédia le sergent afin de se retrouver en tête à tête avec celui qui l'intéressait en cet instant, intéressé qui ne semblait pas avoir de doute sur ce qui allait lui arriver. Il n'était donc pas nouveau ; cela était encore plus décevant. Comme avant chaque « discussion » avec un de ses hommes, il laissa échapper un souffle qui lui prêtait un air las et désinvolte.

« D'après votre sergent, l'animal se serait éloigné de lui-même du convoi. C'est correct ? » Il n'eut pour réponse qu'un hochement de tête qu'il n'apprécia pas le moins du monde. Le milicien dut s'en rendre compte puisqu'il prononça un faible « oui » dans la foulée.

«Encore d'après votre sergent, il se serait fait attraper par un crocodile qui rôdait dans les marais. C'est correct ? » Une autre réponse affirmative suivit.

« Toujours d'après le même sergent, le cheval aurait été laissé sur place pour faire office de repas à une bête sauvage pendant que le groupe fuyait et reprenait la route. C'est correct ? »

Le « c'est correct, mon capitaine » du milicien résonna dans le bureau, se prenant de plein fouet le lourd silence d'Elrych. Comme à son habitude, son visage ne démontrait rien, aucune émotion, aucune vie. Pourtant, il était quelque peu dépité : une fois qu'elle apprendrait la mort dudit animal, elle se précipiterait ici pour pousser une gueulante et ce serait à lui de gérer son énervement mais également sa peine qui ne serait pas des moindres.

« Skydoum. Le meilleur étalon de l'avant-poste, rapide et robuste, devenu steak pour crocodile, offert par nous en offrande. »

Le dos tourné au milicien mais face à son bureau, il sortit ses fameux gants de sa poche et les enfila méthodiquement. Puis il s'empara sans que l'autre ne voit d'un cadeau offert par Kaenya quand elle était devenue responsable des écuries. Il s'agissait d'un magnifique fer à cheval usé mais encore en assez bon état qui avait été porté par une des meilleures montures de l'avant-poste, monture qui n'était autre que Skydoum lui-même. Il n'avait pas montré un grand intérêt pour le présent quand il l'avait reçu mais il l'avait toujours chéri à sa façon, le laissant traîner en évidence sur son bureau alors qu'aucune autre babiole ne se trouvait dessus. Lentement mais sûr de lui, il pivota sur ses talons sans quitter le fer des yeux afin d'attirer l'attention du milicien sur l'objet. Il laissa échapper un dernier souffle de lassitude.

« On ne vous a jamais dit qu'on ne faisait pas d'offrande à Reiver ? »

Sans rien ajouter d'autre, ses yeux plongés dans ceux effrayés du milicien, il lui planta un des bouts du fer dans l'oeil droit atteint de myopie. Ce choix n'était évidemment pas dû au hasard : la sanction devait nécessairement tomber, mais elle ne devait pas affecter l'utilité et l'efficacité de l'homme. La perte totale de son œil droit déjà dysfonctionnel ne lui changerait pas la vie, seulement son physique. De son point de vue, il lui rendait même service puisqu'il allait désormais avoir une excellente vue non perturbée par une myopie unilatérale. Le soldat tenta de se débattre et de se dégager, mais tout ce qu'il gagna fut une violente poussée contre le mur pour l'immobiliser. Ses hurlements de douleur perturbèrent le silence du bureau – peut-être même au-delà – mais n'atteignirent pas les oreilles habituées d'Elrych dont le visage et la tenue s'étaient tâchées de sang. Il laissa finalement le soldat tomber au sol quand il sentit qu'il n'était plus capable de riposter. Avec sa nonchalance légendaire, il s'abaissa à son niveau et récupéra son cadeau sans une once de dégoût, sans un seul haut-le-coeur, sans aucune démonstration de perturbation.

« Vous n'avez pas besoin de ça. » Il attrapa un pan propre de la chemise du milicien et essuya rapidement le fer. « Ne traînez pas là, vous salissez mon bureau. Et estimez-vous heureux, je visais l'œil gauche mais ma main a dérapé. »
(c) AMIANTE


_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
avatar

Personnage
Occupation : Responsable des écuries
Âge : 26 ans
Localisation : Reiver



Messages : 122
Médaillons : 610

Avatar : Freya Mavor
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Ven Bishop




Reiver • Civil



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Ven 16 Mar 2018 - 13:31



► 16.01.2481/ @Elrych Gently
Years of hiding out in the light
Elrych &  Kaenya

Ouvrir les yeux, se remettre dans le moule, continuer un quotidien en oubliant tout. Une barre dans le crâne ne voulait me quitter depuis ce désastreux épisode. Mes insomnies s’accentuaient par son sourire morbide. Rien ne servait à ressasser un passé enfoui, mais ce qu’il m’avait fait était trop pour ne pas y penser. Trop de temps à essayer de me reconstruire, pour rien. Pour que les fantômes du passé viennent me hanter à la moindre occasion. Foutu Wrex, il n’y avait qu’une chose qui me permettait de sortir un peu de ces songes fantasques, de cette fiction chimérique, mes chevaux. Donc au pied du lit, zappant la case déjeuner,  le cerveau encore un peu dans les vapes, je décidai de m’y rendre directement. Les cheveux en broussaille, un vieux tee-shirt que j’avais piqué à Elrych à l’époque, j’enfilai mes vieilles bottes en cuir, dans l’optique de monter un peu aujourd’hui. Un besoin de défoulement, un besoin de galoper et sentir l’air revigorant sur mon visage. Sachant directement quelle monture j’allais prendre, j'accélérai le pas jusqu’au bâtiment.

Le soleil levant commençait à offrir ses quelques rayons, laissant présager à une belle journée, tu parles d’une belle journée. Les stalles s’approchaient, d’un petit sifflement, les équidés me répondirent par des petits hennissements de bienvenue. Un léger sourire en coin, c’était bien ce petit genre de détail qui me faisait savourer mon travail. Ce sont des bêtes emplies de compassion, attentionnées, qui ont un pouvoir tellement apaisant. Après être allée chercher la brouette pour distribuer les rations du matin, je me dirigeai vers le box de Skydoum, un étalon noir, mon étalon noir. Un des meilleurs chevaux de Reiver, une bête farouche avec qui j’avais pris énormément de temps à apprivoiser, mais le résultat était largement concluant.

Étonnée de ne pas voir sa tête sortir à l’approche de la stalle, je pressai le pas pour aller vérifier qu’il n’était pas malade ou un truc dans le genre. Mais à ma grande surprise, le lit de paille était vide, bien vide. Putain, mais il est où ? Légèrement anxieuse, je courus au paddock pour vérifier que Taryan ne l’avait pas sorti un peu plus tôt. Mais non, toujours vide.  

“TARYAN !!!!”

Le palefrenier accourut de la réserve, pelle à la main, ne sachant la cause de mon appel.

“Mademoiselle Obs !  Sincèrement désolé, j’allais les nourrir et puis.. je vous ai vu avec la brou…”

“Il est où Skydoum putain ?? “

“Ha.. Heu le cheval noir ? Bah je sais pas, je n’ai pas vu l’escouade rentrer hier soir.”

L’inquiétude naissait doucement en moi, quelle quiche ce Taryan, un jeune apprenti qui avait été envoyé pour m’aider à l’écurie, mais il n’y connaissait absolument rien aux chevaux.

“QUOI ? Quelle escouade ? Parti où ? C’était Patty qui devait être envoyée avec l’exploitation, pas Skydoum !! Je t’avais précisé d’envoyer la jument grise  bordel !”

J’espérai silencieusement que rien ne lui était arrivé, s’il y avait bien un cheval à qui je tenais, c’était celui-là. D’un pas vif, quittant le jeune homme des yeux, je me pressai vers le bureau du commandant. Sans me retourner, je lançai sèchement à l’apprenti.

“J’espère pour toi qu’il ne lui est rien arrivé ! Et je t’ai déjà dit de m’appeler Kaenya s’il te plait !”

Pendant mon chemin vers le QG, mille et un films s’entremêlaient dans ma tête, gardant une chance que l’équipe n’était juste, tout simplement, pas encore rentrée. Mais un mauvais pressentiment ne voulait me lâcher, il y avait anguille sous roche, c’était étrange que personne ne soit venu m’avertir de ce possible retard. Des regards noirs à tout ce qui croisèrent mon chemin, je me hâtai vers le bureau d’Elrych sans remarquer des membres de l'escouade d’exploitation. Les deux gardes à l’entrée m’haltèrent à mon arrivée.

"-   Je dois voir le capitaine Gently !
-   Impossible mademoiselle, il est occupé.   
-   C’est urgent, je suis la responsable des écuries !"

Un rire narguant sortit de leurs lèvres, comme si mon poste n’avait pas la moindre importance. Mais la fureur qui émergeait en moi était beaucoup trop intense pour m’abaisser à eux. Les yeux bourrés de fureur, je leur lançai sèchement.

“ J’ai dit c’est IM-POR-TANT !! laissez-moi passer bordel !”

Leurs moqueries ne me touchaient pas le moins du monde, donc ni une ni deux, je poussai d’un coup d’épaule le plus léger pour m’enfuir à l’intérieur du bâtiment. Avec le temps j’avais appris à contourner tous leurs putains de contrôles et ce n’était pas avec leurs pas lourds qu’ils allaient me rattraper. M’étant dissimulé derrière le coin d’un couloir, je vis les deux lourdos partir à l’opposé de ma direction. Parfait ! Il allait m’entendre le Elrych, on ne touche pas à mes chevaux sans autorisation et si il y a bien une chose qu’il sait, c’est ça !

La porte du bureau apparut devant moi, mais d’étranges bruits en sortaient, des voix rauques et énervées, des cries de douleurs noyés par la peur. Doucement, invisiblement, je poussai le battant sans me faire remarquer. Horrifiée, je vis El’ face à un homme, le fer à cheval que je lui avais offert il y a quelques années dans la main. Le fer à cheval de Skydoum justement. Putain, mais qu’est-ce qu’il se passait ici ? Je n’avais jamais vu le visage d’El avec cette façade-là. Impassible, gardant un calme qui lui était propre, il y avait une flamme différente dans son regard, une flamme qui pouvait attiser n’importe quel feu. Bouchée-bé, je ne me rendis pas compte de la situation, du moins, pas de suite. Mais alors que j’essayais de comprendre, je reconnus le milicien éborgné, c’était un membre de l’escouade qui était en charge de la mission avec Skydoum. C’est à ce moment-là, que l’inévitable m’empara, me rendant compte qu’il était bien trop tard pour espérer revoir mon cheval. Que le steak pour crocodile était en fait mon animal des plus précieux.

Mais Elrych, putain mon Elrych ! Qu’est-ce qu’il faisait ? Qu’est-ce qu’il était ? Je ne le reconnus pas, comme si l’homme avec qui j’avais vécu, l’homme que j’avais aimé comme un père, avait disparu de son corps. Le regard terrifié, je restais planté là à l’observer essayant de reconnaître en lui un semblant d’humanité. Dans sa posture, j’avais l’impression de revoir Wrex quelques jours plus tôt, de revoir sa joie à procurer de la douleur. Non, ce n’était pas possible ? pas lui ?



CODE BY ÐVÆLING // groover par une SHA LOTTIE

_________________
IF WE SHADOW.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t859-reiver-kaenya-obs-you-are-your-only-limit http://www.afterdawn-rp.com/t847-kaenya-obs-you-are-your-only-limit
avatar

Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver

The Gentle

Messages : 380
Médaillons : 1964

Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Présence : plutôt la semaine

Pseudo internet : /



Reiver • Officier



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Lun 19 Mar 2018 - 23:28


Kaenya & Elrych

16.01.2481 ◈ Years of hiding out in the light
@Kaenya Obs

Elrych se releva lentement, bien décidé à aller rincer le fer tant que le sang n'avait pas encore séché dessus. Son idée de sanction avait été plutôt bonne – il s'en félicitait – mais abîmer le cadeau de Kaenya n'était pas envisageable. Et puis, si elle voyait son présent dans un tel état, elle commencerait à poser des tonnes de questions auxquelles il ne souhaitait pas répondre. Seulement... Quelle ne fut pas sa surprise quand il se retrouva en face d'elle, les pieds à peine entrés dans le bureau et les yeux en dehors de leurs orbites. Son regard était figé sur le visage du milicien toujours assis au sol. Il pouvait y lire de la peur, de la colère mais surtout du dégoût. Du dégoût pour lui, pour ce qu'il venait de faire. Lui ne comprenait pas réellement ce sentiment que pouvaient avoir la plupart des personnes quand ils voyaient cette partie de son travail. Dans un monde tel que le leur, avec une organisation telle que Reiver, il était obligé d'employer de tels moyens pour se faire respecter comme Capitaine et maintenir l'ordre dans son unité. Bien qu'il y était entièrement insensible, il n'y prenait pas plaisir non plus. Comme bien des choses dans sa vie, il se sentait indifférent. Pourquoi pas les autres ? Pourquoi l'humain devait-il autant se sentir concerné par ces mesures alors même qu'elles servaient à sanctionner un comportement qui aurait pu causer du mal à plus de gens ? C'était le choix qu'il avait fait en acceptant sa position : punir un seul pour éviter qu'il ne recommence et ne pénalise des centaines voire des milliers d'autres.

Il ne cacha pas son ennui en laissant échapper un long souffle avant de se tourner vers son bureau pour y déposer le fer à peine essuyé et toujours ensanglanté. Se calant contre le rebord du meuble sans vraiment s'asseoir et les jambes croisées, il entreprit d'enlever ses gants trempés. Ça ne se voyait pas du fait de la couleur des gants – ils étaient d'un noir profond – mais ils avaient épongé une grande quantité de sang. Toujours d'un pragmatisme absolu, il les garda en main afin d'éviter d'encore plus salir sa petite pièce personnelle ; le milicien l'avait déjà bien amochée. Il serait beaucoup plus facile de nettoyer ses mains que son bureau.

Il croisa finalement les bras, laissant au milicien tout le temps qu'il souhaitait pour rejoindre l'infirmerie. Il était dans son intérêt de s'y rendre le plus tôt possible pour éviter toute infection mais s'il était trop traumatisé pour bouger, il n'allait pas le secouer non plus. Cette position lui permettait également de cacher ses mains et les gants de la vue de Kaenya qui en avait probablement vu plus qu'elle n'aurait jamais pu imaginer. En dix ans, il avait réussi à cacher cette partie violente de sa vie mais aujourd'hui, ce grand secret avait pris son envol. Des années de secret avaient été révélées à la lumière.

« J'imagine que tu as des questions. », dit-il le plus simplement du monde. La connaissant, il savait très bien qu'elle ne le laisserait pas tranquille avant d'avoir des réponses, mais il ne savait absolument pas par quoi commencer. Pendant tout ce temps, il ne s'était jamais demandé ce qu'il pourrait dire si une telle situation venait à se produire. Il avait toujours eu confiance en ses capacités à lui cacher cette facette de lui, et il ne s'était pas trompé pendant près de dix ans. Jusqu'à aujourd'hui, jusqu'à Skydoum.


_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
avatar

Personnage
Occupation : Responsable des écuries
Âge : 26 ans
Localisation : Reiver



Messages : 122
Médaillons : 610

Avatar : Freya Mavor
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Ven Bishop




Reiver • Civil



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Mer 21 Mar 2018 - 17:35



► 16.01.2481/ @Elrych Gently
Years of hiding out in the light
Elrych &  Kaenya


Gardant cet air effaré, ne me rendant pas vraiment compte de la situation, je le fixai, sentant mon âme sortir lentement de mon esprit. Étant complètement dans le déni, je cherchai toutes les situations possibles, pour me dire que ce n’était pas lui qui avait accompli cet acte. Ce ne pouvait pas être lui non ? j’avais vécu avec lui, je l’avais côtoyé jour après jour, cernant la personne qu’il était, sincèrement. Enfin, c’est ce que je croyais… Des années entières qui s’envolaient doucement, laissant un goût amer dans la bouche. S’il y avait bien un personne en qui je croyais, en qui je puisais une confiance aveugle, en qui je savais être un homme respectueux et humain, c’était bien lui. Je fixai le fer à cheval encore dégoulinant de sang, un liquide épais et foncé s’étalait doucement dans les arrondis du métal. Le milicien avec le visage ensanglanté se leva pour détaler à toute vitesse. Je me plaquais contre le mur, le laissant passer, effrayée par son visage. Qu’avait-il fait pour endurer ça ? Etait-ce lié à Skydoum justement ?

Mes pensées s’emportèrent dans mille et une questions, ne trouvant aucune réponse, restant dans des limbes cauchemardesques. Je me revoyais, il y a quelques jours, gisant sur le sol comme un cadavre à moitié en vie, sentant l’urine de Wrex, m’étouffant dans le seau d’eau sous ses yeux attendris par mon supplice. Est-ce El’ prenait le même plaisir à faire tout ça ? Peut-être était-il lui aussi un de ces monstres, comme ceux qui ont éventré ma mère ? Tous ces souvenirs se mélangeaient, se ressemblant, pour s'assembler sans aucune cohérence. Moi j’étais au milieu de tout ça, ayant l’impression d’être la cause de la souffrance de tous. Car j’imagine, que pour être comme cela, il faut souffrir quelque part. Et pourtant, moi qui le voyais comme une personne tellement posé, tellement apaisé dans son for intérieur.

De le voir si serein, si calme renforça en moi cette sensation de colère. Oui j’étais en colère contre lui, je ne pouvais pas avoir peur comme je l’avais eu avec Wrex, car Gently, faisait partie de ma famille, il faisait parti de moi. Mon visage se mêlait d’étranges expressions, toutes entrechoquées les unes aux autres. Les larmes qui coulèrent en pensant à Skydoum, la haine qui grandissait en voyant une personne que je ne connaissais plus face à moi. De son long souffle légendaire, il laissa échapper une question, presque inaudible.

“Des questions ? Bien sûr que j’ai des questions !! Déjà qui es-tu ? Je ne te connais pas ! je ne te connais plus…”

Même si le début de ma phrase avait été bien plus puissant que je ne l’aurais espéré, je la terminai dans un marmonnement qui ressemblait plus à un sanglot qu’autre chose. Les démons qui remontèrent à la surface paralysaient tous mes muscles. Mais pourtant j’avais la force de lui parler, de lui cracher au visage ce que je pensais, aussi distinctement que possible. Mon regard azur était intensément planté dans le sien, cherchant une cohérence à tout cela, cherchant un lien qui pouvait me dire que ce n’était pas réel. Glissant sur les gants qu'il tenait entre ses mains, je remarquai des gouttes tomber doucement sur le sol, des perles d’un rouge foncé s’éclater sans un bruit.  Mes yeux finirent par se poser sur le fer à cheval et mes pensées dérivèrent sur la crinière foncée de son propriétaire.

“Où est-il ? Que lui est-il arrivé ?”

L’idée de ne plus le revoir, de ne plus pouvoir me confier à lui, de ne plus le chevaucher cheveux au vent, m’anéantissait. La situation commençait à m’étouffer. Si je n’étais pas porté par un excès d’ébullition, mes jambes auraient flanché sous mon corps, chose qui ne tardera à arriver.




CODE BY ÐVÆLING // groover par une SHA LOTTIE

_________________
IF WE SHADOW.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t859-reiver-kaenya-obs-you-are-your-only-limit http://www.afterdawn-rp.com/t847-kaenya-obs-you-are-your-only-limit
avatar

Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver

The Gentle

Messages : 380
Médaillons : 1964

Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Présence : plutôt la semaine

Pseudo internet : /



Reiver • Officier



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Jeu 22 Mar 2018 - 21:11


Kaenya & Elrych

16.01.2481 ◈ Years of hiding out in the light
@Kaenya Obs

Il remarqua les larmes qui coulaient lentement sur les joues de Kaenya, mais il ne s'attarda pas dessus. Il ne voulait pas flancher. Qu'elle ne comprenne pas qu'il puisse faire de telles choses, il pouvait l'appréhender ; mais son avis sur la question ne changerait en rien sa façon de faire. C'était comme ça qu'il tenait l'exploitation en main, c'était comme ça qu'elle fonctionnait, c'était comme ça qu'elle tenait la route, et il n'en emprunterait pas une autre simplement pour faire plaisir à quelqu'un, même si ce quelqu'un était un être cher.

Le milicien devenu borgne se leva finalement et décampa à toute vitesse, laissant derrière lui ce bureau sombre et froid qui avait changé sa vie. Il avait rapidement repris ses esprits – Elrych en avait vu d'autres prendre plus de temps que ça – et le centre médical pourrait sûrement l'aider au mieux.

« Des questions ? Bien sûr que j’ai des questions ! Déjà qui es-tu ? Je ne te connais pas ! », s'exclama-t-elle une fois qu'elle eut retrouvé sa voix. Rien ne cachait sa rage et son désespoir.

« Je ne te connais plus… »

Ces derniers mots, elle les avait laissés s'échapper dans un souffle, dans un sanglot qu'elle avait tenté d'étouffer sans succès. Lui garda ce regard qui, sans être froid, était des plus indifférents. Il ne s'agissait pas réellement d'un système de défense contre ses émotions. Aujourd'hui, dans cette situation, il ne ressentait rien d'autre que de l'ennui, l'ennui qu'elle ait découvert cette partie de sa vie alors que ce n'était pas prévu.

Il n'eut pas le temps de répondre quoique ce soit, elle enchainait déjà.

« Où est-il ? Que lui est-il arrivé ? »

Parlait-elle du milicien ? Elle l'avait pourtant vu s'enfuir en courant. Il comprit finalement qu'elle parlait de Skydoum quand il remarqua que ses yeux ne se détachaient pas du fer ensanglanté posé sur son bureau. Elle ne savait donc pas ce qu'il s'était passé, seulement qu'il avait disparu. Non seulement devait-il s'expliquer sur ses pratiques, mais il devait en plus s'occuper d'annoncer la mauvaise nouvelle. Certaines journées pouvaient vraiment se montrer pourries, même pour lui.

« Il s'est éloigné du groupe pendant une pause et s'est fait avoir par un crocodile. Ils sont repartis sans lui, c'était déjà trop tard quand ils sont arrivés pour le retrouver. »

Il pouvait sentir sa main devenir de plus en plus humide et collante à cause du sang qui sortait des gants sous sa poigne. Il n'avait pas prévu cet événement, cette légère perte de temps qui l'empêcherait de tout nettoyer avant que ça ne sèche. Il n'y avait rien de plus ennuyeux que nettoyer du sang séché, il en avait l'expérience.

« Le milicien qui était là ? C'était son cavalier. Skydoum avait été placé sous sa responsabilité, et il a manqué à son devoir. Tout échec mérite sanction, c'est les règles. Il les connaissait mais il s'est pourtant montré négligent. »

Il espérait qu'elle comprenne simplement avec cette petite explication, mais il la connaissait bien. Elle ne se contenterait pas de ça. Elle allait l'interroger, le scruter et ce, jusqu'à ce qu'elle comprenne. Seulement il n'était pas sûr qu'elle puisse comprendre un jour. Toute cette discussion promettait d'être mouvementée et interminable s'il ne trouvait pas un moyen d'y mettre un terme prématurément. Mais cela était-ce vraiment la bonne chose à faire ? Était-il capable de se mettre une de ses rares amies à dos ?  


_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
avatar

Personnage
Occupation : Responsable des écuries
Âge : 26 ans
Localisation : Reiver



Messages : 122
Médaillons : 610

Avatar : Freya Mavor
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Ven Bishop




Reiver • Civil



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Sam 24 Mar 2018 - 16:56



► 16.01.2481/ @Elrych Gently
Years of hiding out in the light
Elrych &  Kaenya


Il était là, planté devant moi, avec son regard habituel, intransigeant, ne décrivant aucune émotion. Alors que moi, bien au contraire, j’essayai de renflouer une sensibilité bien trop importante, une affectivité qui commençait à me dépasser. S’en était trop, cette accumulation de douleur qui profanait mon coeur. C’était en mille morceaux que je le voyais, que j’essayerai d’en recoller les éclats. Mais aurais-je cette force ? Plus je le voyais devant moi, gardant cette façade froide et insensible, plus ce creux s'accentuait. Mais, combattant cette peine, que j’essayai tant bien que mal de transformer en colère, ses paroles me glissèrent dessus, sans vraiment me parvenir aux oreilles. C’était un nuage de tonnerre qui brouillait ma tête, me perdant dans l’écho des grondements. Elrych voulait montrer qu’il tenait son rôle de capitaine comme il se devait, que ce masque était posé à sa juste valeur.

Rassemblant mes forces, calmant cette ardeur grandissante, je m’avançai vers lui, essayant de faire abstraction à ce sang par terre, à cette chaise vide où le fantôme résidait quelques secondes auparavant. C’était une vision d’horreur que je voulais oublier, imaginant l’étalon noir se faire attraper par les crocs d’un crocodile monstrueux.  Mon courage était là, bien planté en moi, ce qui me permis de planter mon regard azur dans le sien. Sévère et intransigeante à mon tour.

“Et il me semble que le devoir d’un capitaine est de veiller à ce que les procédures soient respectées non ? Emprunter les chevaux de Reiver sous les ordres d’un simple assistant est-ce normal ? Cela ne paraît pas bizarre d’avoir le  m e i l l e u r  étalon du camp pour une simple mission de routine ? Il n’y a pas quelque chose qui cloche là ? Il me semble que vous connaissez les compétences de ce cheval, n’est-ce pas capitaine ? À moins que vous ne vérifiez pas les préparatifs de votre escouade avant de l’envoyer à l’extérieur ?”

C’était ma fureur que je lui envoyais au visage, il voulait rentrer dans son rôle professionnel, et bien qu’il en soit. Il verrait donc, qu’en m'emmenant à Reiver avec lui, il y a de cela 8 ans, les années m’avaient forgé. Son statut lui tient à coeur ? Et bien le mien aussi. On ne touche pas à mes chevaux sans avoir MON autorisation, n’est ce pas normal ? Après ces quelques secondes où mon discours se voulait dur et intense, mon regard dévia une nouvelle fois sur le fer à cheval, ensanglanté par le sang de son assassin.

“C’était Patty qui devait être prise... Pas lui…”

Ma voix c’était bien plus adoucie, bien plus tremblante, me disant que cette banale erreur avait coûté la vie à un être.. qui m’était des plus chers. Des erreurs, tout le monde en fait… Mais pourquoi cela tombait toujours sur moi ? C’était un acharnement ou quoi ? Je n’étais qu’à quelques centimètres de lui, et pourtant, maintenant il me paraissait si loin. Comme-ci l’homme se tenant en face de moi, n’était plus qu’un inconnu, n’était plus qu’un de ces tortionnaires, comme beaucoup des hommes de Reiver. Moi qui voyais en ce lieu, un endroit où justement, l’optique est de protéger, de défendre une cause juste, tout se chamboulait en moi. En quoi punir cet homme ferait revenir Skydoum ? En quoi faire souffrir quelqu’un permettrait d’en guérir un autre ? C’était une logique qui m’échappait, que je n’arrivais à cerner. Wrex, je le voyais comme un psychopathe ayant un besoin profond de se défouler, comme une sombre merde, qui ne peut affronter égal à lui… Mais El’.. Il n’était pas comme ça… C’était donc doucement, embué par une incertitude, que je m’égarais dans ses yeux, plombés par le roc de mon accablement.

“Vous n’avez pas répondu Capitaine.. N'êtes-vous pas le Elrych, que je pensais connaître si bien ? Il n’aurait jamais fait ça, LUI ! ”

Scrutant la moindre de ses rainures, je cherchais la flamme, l’âme qui m’était familière, dans le plus profond de ses yeux. Ma question était sincère, elle était à coeur ouvert même si j’imposais une barrière par ce vouvoiement, qui m’était guère familière envers lui.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une SHA LOTTIE

_________________
IF WE SHADOW.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t859-reiver-kaenya-obs-you-are-your-only-limit http://www.afterdawn-rp.com/t847-kaenya-obs-you-are-your-only-limit
avatar

Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver

The Gentle

Messages : 380
Médaillons : 1964

Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Présence : plutôt la semaine

Pseudo internet : /



Reiver • Officier



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Mer 28 Mar 2018 - 17:52


Kaenya & Elrych

16.01.2481 ◈ Years of hiding out in the light
@Kaenya Obs

Kaenya posa sur lui un regard noir, dur et sévère. Il l'avait rarement vue comme cela ; il se demandait même si ce n'était pas la première fois. Ils ne s'étaient pas souvent disputés ; il avait toujours fait en sorte d'éviter les sujet fâcheux avec elle, avait toujours dissimulé ces parts de lui qu'il savait ne seraient jamais acceptées par elle. Et cette réaction qui la gagnait ce jour ne faisait que confirmer ce qu'il avait soupçonné tout ce temps : ils avaient beau s'aimer comme on aime sa famille, ils étaient différents, ne voyaient pas le monde de la même façon, ne possédaient pas la même sensibilité. En avait-elle trop, ou en manquait-il cruellement ? Probablement un peu des deux et cet antagonisme les plaçait maintenant dans une situation délicate à régler sans abîmer leur précieuse relation.

« Et il me semble que le devoir d’un capitaine est de veiller à ce que les procédures soient respectées non ? »

Ce reproche, il le prit comme une claque. Il se fichait pas mal de ce qu'on pouvait dire sur lui en général mais avec Kaenya, c'était quelque peu différent. C'est parce qu'il valorisait son opinion qu'il avait toujours dissimulé les noirceurs de son âme. Qu'elle remette en question ses capacités en tant que capitaine – son précieux travail qu'il chérissait tant et pour quoi qu'il donnerait tout jusque sa vie et sa mort – lui faisait l'effet d'un millier de piqûres aux viscères.

« À moins que vous ne vérifiez pas les préparatifs de votre escouade avant de l’envoyer à l’extérieur ? »

Cette fois, c'en était trop. Passer au vouvoiement alors qu'elle le tutoyait depuis presque dix ans était immature, et ses jugements sur son travail devenaient insupportables. D'un geste rapide et calculé, il cogna son poing sur son bureau, ce qui fit trembler toute la pièce. Le fer à cheval sursauta sous la force du coup, éclaboussant du sang un peu partout autour.

« Ça suffit. », dit-il simplement sans hausser le ton ni changer de regard, mais d'une voix plus grave et sévère qu'à l'accoutumée.

Abandonnant l'idée d'éviter d'ensanglanter plus son bureau – il était trop tard maintenant – il lança sa paire de gants dessus ; ils atterrirent à moitié sur le fer à cheval, faisant de cet endroit une sorte d'autel à la torture improvisée.

« C’était Patty qui devait être prise... Pas lui… », chuchota-t-elle, la voix tremblotante, quand ses yeux se posèrent dessus.

Il aurait aimé lui répondre qu'il s'agissait de son travail à elle de vérifier que les bons chevaux partaient pour les bonnes missions, qu'il n'avait pas le temps de s'attarder sur ces détails en tant que capitaine, mais il se ravisa. Même si c'était son travail de la rappeler à l'ordre, en cet instant, cela ne ferait qu'envenimer les choses, et il n'avait ni le temps ni l'énergie pour cela. Et au-delà des accusations que chacun pouvait faire envers l'autre, cette situation révélait encore un autre problème d'importance qu'il allait devoir régler. Pour quelle raison Skydoum avait-il donc été envoyé en lieu et place de la jument désignée par Kaenya ? À quel moment dans la chaîne de commandement le « couac » s'était-il produit ? D'un point de vue encore plus général, comment pouvait-il désigner un second de qualité quand il était entouré d'autant d'incompétents ?

« Vous n’avez pas répondu, Capitaine... N'êtes-vous pas le Elrych que je pensais connaître si bien ? Il n’aurait jamais fait ça, LUI ! »

Laissant échapper un de ses longs souffles nonchalants, il posa ses paumes sur le rebord du bureau, cherchant les meilleurs mots pour lui répondre puisque c'était ce qu'elle attendait tant. Ce qu'il avait à dire ne lui plairait probablement pas, mais il ne lui avait jamais menti et ne comptait pas commencer aujourd'hui. Il avait omis certaines choses – beaucoup même – mais il ne lui avait jamais menti ouvertement.

« Tu te trompes, Kaenya. Il le faisait déjà, il le fait depuis bien longtemps. Il a commencé quand tu as emménagé chez lui, quand il a été muté au niveau 1. »

Son regard n'était plus aussi dur, mais il ne portait toujours pas de douceur, cette douceur qu'il lui avait toujours réservée même si ces moments avaient été rares. L'heure était au rétablissement de la vérité et des faits, pas aux sentiments, tout du moins pas pour lui.

« J'étais interrogateur, ça tu le sais. Mais ce que tu ignores, ce sont les méthodes utilisées pendant ces interrogatoires. J'avais carte blanche, la seule règle était de ne pas échouer et d'obtenir des résultats. Ça fait 10 ans que cet Elrych existe, tu ne l'as juste jamais croisé. »

Il passa sa main gauche sur sa barbe de trois jours, et il sentit ses doigts déposer du sang frais sur son visage, le marquant de ce qu'elle voyait comme un crime écoeurant, lui comme une sanction méritée.

« Si je n'appliquais pas les mêmes méthodes ici, à Reiver, je ne tiendrais pas une demi-journée au poste de capitaine. Quand de telles erreurs sont tolérées ou pas assez sévèrement punies, il y a des récidives. Et quand il y a des récidives, on coupe la tête en charge. Et la tête de l'exploitation ? C'est la mienne. Un œil malvoyant vaut mieux qu'une tête bien pensante, crois-moi. » 


_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
avatar

Personnage
Occupation : Responsable des écuries
Âge : 26 ans
Localisation : Reiver



Messages : 122
Médaillons : 610

Avatar : Freya Mavor
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Ven Bishop




Reiver • Civil



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Mar 3 Avr 2018 - 12:31



► 16.01.2481/ @Elrych Gently
Years of hiding out in the light
Elrych &  Kaenya



Consciente de l’avoir piqué là où ça fait mal, je ne regrettais en rien mes paroles. En sachant que ce qui était le plus important pour lui était son travail, c’était sans une once d’hésitation que j’avais pointé ce sujet. Inconsciemment, involontairement, une partie de moi avait voulu le blesser, comme je me sentais l’être en ce moment. Ce visage impassible, intransigeant m’énervait par tant d’accalmie. Comment faisait-il pour rester imperturbable en toutes circonstances ? Comment tant d’indifférence pouvait être son maître-mot, sans jamais refléter une sensibilité certaine? Je ne sais pas, je ne le comprenais pas.. ou plus…

Jamais je ne douterais de ses compétences, il me l’avait prouvé par mille fois, mais mon déchirement, n’avait amené que de la provocation. Voulant répandre cette douleur qui naissait en moi. J’étais consciente qu’il n’en était pas la cause. Ce n’était pas lui qui m’avait uriné dessus, ce n’était pas lui qui avait tué Skydoum… Ce n’était pas lui qui avait tué mes parents, bien au contraire. Me rendant compte, que si son geste était dur à encaisser, il était aussi dans l’optique de me protéger, ou du moins de me rendre justice. Justice au mal inconscient que ce milicien m’avait infligé, justice à la perte d’un être qu’il me savait cher.

Peut-être qu’avant, c’était une admiration que j’avais envers ce trait de caractère si inhabituel. Considérant  qu’il ne pouvait qu’être fort d’esprit, gardant ses faiblesses enfouies à l’intérieur de lui.  Mais maintenant, je ne voyais en El’, qu’un monstre, un fantôme oppresseur, un bourreau tyrannique. Il me stoppa net par un “ça suffit.” Sans une tonalité plus haute que l’autre, juste en gardant un air plus que sévère, plus que tranchant qu’à l’ordinaire.

Je vis sa paire de gants atterrir sur le bureau, ensanglantées, laissant une trainée rouge reflétant le fer à cheval. Si je n'étais pas si sensible et si terrorisée, j’aurais pu voir là une oeuvre d’art abstraite, mais je n’en retirais que la gravité du geste d’Elrych. Je savais que j’étais en faute, que si Skydoum y était allé et pas Patty, c’était entièrement de ma responsabilité, et pas celle de mon assistant, pas celle de l’homme qui se tenait devant moi, mais avais-je la force pour me l’avouer ?

Après quelques secondes, qui me parurent une éternité, un long souffle bien connu du milicien se fit entendre. Cherchant ses mots à ma question, je le voyais concentré, cogitant pour employer les bonnes phrases. D’un discours long, qui était rare venant de lui, Elrych m’expliqua tout. M’expliquant, qu’il avait toujours été comme ça, et que, dans une optique de me préserver, je suppose, c’était une facette qu’il ne m’avait jamais montrée. Mais ses paroles étaient bercées de vérité, ne cherchant pas à se dissimuler derrière un mensonge qu’il n’était pas, c’était franc et sincère. Mes grands yeux débordant de larmes que je me résignais à ne laisser couler, posés sur lui, l’écoutaient attentivement.

Me certifiant que c’était bien lui, depuis le début, un rôle qu’il se doit de maintenir, une image qu’il se doit d’imposer en tant que capitaine. J’en étais consciente, mais bien trop désabusée pour le réaliser. Ne voulant pas m’avouer que cette facette d’Elrych était vraiment lui, que le sang et la violence n’avaient pas bercé toutes ces années dans le plus grand secret, je détournai les yeux de son regard de plomb. Doucement, je tendis le bras pour attraper le bout de métal arrondi, observant les moindres détails, le sang qui commençait à sécher, juste pour éviter son regard, qui m'atteignait tant. Essuyant la trace rouge, avec le pan de mon vieux tee-shirt, j’essayai de comprendre tant bien que mal, que les procédures qu’il utilisait, étaient la bonne solution, la seule solution. Mais pour moi, c’était loin d’être le cas.

“Il..Il y a d’autres manières, j’en suis persuadée. Combattre le mal par le mal, c’est juste se rabaisser à être comme eux. Et tu n’es pas comme eux !! Tu représentes la justice, la loi et tu protèges tout le monde ! Oui, c’est ça... Tu protèges les gens toi, tu ne les détruis pas !  ”


Il savait très bien de qui je parlais, que les personnes que je visais n’étaient autres que les ravisseurs de qui, il m’avait sauvé. J’étais perdue, mes pupilles vacillaient sur les siennes, cherchant la flamme d’une expression familière, alternant d’un oeil à un autre, d’une manière tremblante et apeurée. C’était le dénis total, rejetant complètement ce nouveau personnage qui s’offrait à moi. Dans un élan incontrôlable, je lançai le fer du Skydoum de toutes mes forces, contre le mur derrière lui. D’un impact assourdissant il vint s’écraser contre le béton, pour retomber aussi vivement contre le sol. C’était une manière qui ne m’était pas habituelle, mais au moins, j’exprimai comme je pouvais ce feu qui brûlait mes entrailles.


Me tournant ensuite, pour m’appuyer contre le bureau, mon dos glissa le long du bois pour me recroqueviller sur moi-même, ramenant mes genoux contre mon menton. Ne pouvant plus renflouer les larmes, elles glissèrent sur mes joues comme sur une pente glissante.,Ma rage s’était doucement muée en tristesse, ma haine en peine, murmurant presque inaudiblement.


“Je … Je ne comprends pas… J’ai vécu des années avec toi.. Je t’ai vu tous les jours… Et pas une fois, pas une seule, je me serais douté que tu sois comme ça.. Je ne peux pas… Je ne veux pas t’assimiler à eux… tu n’es pas comme toutes ses ordures, qui ne jurent que par le sang et la douleur...   “

Me rendant compte doucereusement, qu’il était beaucoup pour moi, que je l’aimais tel un père, tel un frère, beaucoup plus qu’un simple sauveur qui vous délivre des griffes du mal. Et quand la personne que vous considérez comme tel, vous montre à quel point il est différent de l’image que vous vous étiez faites de lui… Alors, c’est l’anéantissement total… Il était le seul sur lequel je pouvais compter, le seul avec qui je partageais des moments paisibles, d’une confidence certaine.. Et tout ça… Je ne voulais pas que ça s'arrête là...



CODE BY ÐVÆLING // groover par une SHA LOTTIE

_________________
IF WE SHADOW.

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t859-reiver-kaenya-obs-you-are-your-only-limit http://www.afterdawn-rp.com/t847-kaenya-obs-you-are-your-only-limit
avatar

Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver

The Gentle

Messages : 380
Médaillons : 1964

Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Présence : plutôt la semaine

Pseudo internet : /



Reiver • Officier



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   Lun 16 Avr 2018 - 18:02

Kaenya & Elrych

16.01.2481 ◈ Years of hiding out in the light
@Kaenya Obs

Ce serait mentir que d'avouer qu'il n'était pas un minimum touché par ces petits yeux embués de larmes qu'elle se refusait à laisser couler. Mais ce qui le touchait encore plus, c'était qu'elle ne semblait plus capable de le regarder dans les yeux, de lui tenir tête comme elle l'avait presque toujours fait. Celle à qui il avait toujours tout cédé, qu'il avait si rarement réprimandée quand elle avait osé hausser le ton avec lui, venait de perdre tout son aplomb après ses révélations. Elle n'avait pas besoin de lui dire pour qu'il sache : elle ne le reconnaissait plus, avait l'impression de se trouver en face d'un parfait inconnu, un monstre un tortionnaire. Pourtant il n'avait rien changé, il était toujours le même. On lui avait simplement retiré ses oeillères. Après tout ce temps passé à traverser cette vie pourrie à deux, elle voyait enfin le paysage dans son ensemble ; un paysage gris, morne, mort.

Elle s'approcha fébrilement de lui, le regard toujours posé sur le fer à cheval qui avait un jour appartenu à Skydoum. Le sang avait déjà commencé à sécher dessus : il allait avoir un mal fou à le nettoyer sans abîmer le fer déjà rouillé par le temps. D'un geste plus qu'affectueux, elle l'attrapa et passa l'objet entre deux pans de ton tee-shirt pour enlever le reste de sang qui pouvait encore se retirer facilement.

« Il... Il y a d’autres manières, j’en suis persuadée. Combattre le mal par le mal, c’est juste se rabaisser à être comme eux. Et tu n’es pas comme eux ! Tu représentes la justice, la loi et tu protèges tout le monde ! Oui, c’est ça... Tu protèges les gens toi, tu ne les détruis pas ! »

Il leva une main pour la poser sur l'épaule de la jeune fille mais se résigna au dernier moment. Il n'était pas sûr que ce geste serait accepté, il était inutile de s'imposer un rejet alors que la situation était déjà délicate.

« Je protège Reiver, je protège Hélion, je te protège toi aussi, et ma tête peut-être, un petit peu. C'est tout. Si défendre tout ça implique que j'utilise des méthodes que tu ne trouves pas conventionnelles, alors soit, ça ne me pose pas de problème. »

Il était peut-être temps pour lui de faire semblant, de lui faire croire qu'il arrêterait, qu'elle avait raison... mais il n'y tenait pas. Repartir sur une route remplie de mensonges – et de mensonges directs cette fois-ci, pas d'omission – lui demanderait trop d'énergie qu'il n'était pas prêt à concéder. Dans le fond, il avait même envie qu'elle le comprenne. Il n'avait jamais recherché l'aval des autres – si ce n'est peut-être de ses supérieurs ? – mais avec Kaenya, ce n'était évidemment pas pareil. Elle était l'exception, l'a toujours été. Malgré toutes leurs différences, malgré tout ce qui les séparait, ils avaient fini par former une famille. Même lui était capable d'admettre cela. Et n'était-il pas normal de chercher à obtenir de ceux qu'on aime un minimum de compréhension ?

Puis ce fut la surprise, la surprise qui le fit sortir de ses pensées. Contre toute attente – car il l'avait rarement vue dans un tel état de rage – Kaenya balança le fer qu'elle tenait toujours entre les mains contre le mur en béton derrière lui, passant tout juste à côté de son visage. Il ne bougea pas d'un pouce pour autant, ni dans une tentative d'esquive, ni dans un mouvement de surprise. Par ce seul geste, il avait d'autant plus compris l'ampleur des sentiments qu'elle pouvait ressentir à l'instant. Elle s'appuya ensuite contre le bureau à sa droite pour se laisser glisser contre lui et s'asseoir au sol. Toute recroquevillée, elle laissa enfin ses larmes s'exprimer.

« Je... Je ne comprends pas... J’ai vécu des années avec toi... Je t’ai vu tous les jours... Et pas une fois, pas une seule, je me serais doutée que tu sois comme ça... Je ne peux pas... Je ne veux pas t’assimiler à eux... Tu n’es pas comme toutes ces ordures, qui ne jurent que par le sang et la douleur... »

À son tour, il se laissa glisser par terre, la jambe droite tendue, la jambe gauche pliée et un bras posé sur le genoux.

« Je vais être honnête avec toi Kaenya, parce que c'est l'occasion, mais je ne sais pas vraiment quoi te dire. Je t'ai caché tout ça pendant tout ce temps parce que je savais que tu réagirais comme ça. Aujourd'hui, t'es au courant, mais je changerai pas, autant te le dire franchement. J'ai toujours procédé comme ça, et ça a fait ses preuves. »

Il marqua une pause mais face au manque de réponse, il reprit.

« Je te l'ai dit, je n'y prends pas plaisir, même si je ne le fais pas à contrecoeur non plus, je l'avoue. Reiver c'est... un monde difficile, brutal, tu le sais bien. » Il souffla un coup, cherchant ses mots. « Comment dire... Regarde l'avant-poste à travers mes yeux pendant deux minutes : donc oublie tes émotions, pense rationnellement, sois seulement pragmatique. Le seul moyen de mater ces bêtes que sont la plupart des miliciens, c'est en instaurant la peur. Tant qu'ils ont peur, ils font leur boulot correctement. Le jour où je me montre soft, crois-moi, je me fais bouffer tout cru. Je suis pas un psychopathe qui recherche absolument à faire du mal aux autres, mais je suis prêt à faire le nécessaire pour que tout fonctionne sans couac. »

Il prit une grande inspiration et tourna enfin le regard vers Kaenya. Il n'aimait pas lui asséner un tel coup, c'était tout aussi douloureux pour lui, mais c'était nécessaire.

« Soit tu acceptes cette part de ma vie, soit nous... soit il ne restera que du professionnel de notre relation. Il n'y a pas dix-huit solutions. »


_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs   

Revenir en haut Aller en bas
 
(16/01/2481) Years of hiding out in the light. – ft. Kaenya Obs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: QG :: Commandement-