AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le 02/08
Personnages

41 joueurs
62 personnages
29 Hommes
33 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 17 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 10 hab.

Partagez | 
 

 Haute couture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Couturier
Âge : 34
Localisation : Steros



Messages : 174
Médaillons : 423

Crédits : Mon ami Google
Avatar : Adam Driver
Présence : Comme que ça vient ~

Pseudo : KiraKoujo
Multi-comptes : Léticya Wolfenstein

Je parle en #FF9EDE


Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Haute couture   Mar 13 Mar 2018 - 21:26

Haute Couture
Il se réveilla dans un sursaut. Il lui fallut un petit moment pour se rappeler d’où il était et de ce qu’il se passait. Pourquoi il était là. En expirant, un petit nuage de fumée se forma devant sa bouche. Il grogna. Son corps était tout engourdi et endolori, et il mourrait de froid. Comment avait-il fait pour s’endormir par terre ? Rapidement, il referma le livre de Hal qui – merci mon dieu – était toujours posé sur ses jambes, et l’enfourna dans son sac. D’un doigt, il replaça ses lunettes sur son nez, parce qu’elles avaient un peu glissé quand même, et il se releva. Ce ne fut pas très facile, ses articulations s’étaient vraiment vissées avec le froid. Un regard autour de lui. Il s’était posé entre deux tentes un peu plus tôt dans la journée. Il était caché comme ça, il pouvait se perdre dans ses réflexions. Ça faisait un mois, à peu près, qu’il était « en acceptation ». Un genre de test, qu’il voulait réussir. Il sentait qu’il ne trouverait pas beaucoup d’alliés à sa cause ici, mais au moins il s’assurait un endroit où dormir en sécurité. Mais Hal… Son attitude, en y repensant, n’avait aucune logique. Pourquoi s’était-il autant éloigné ? Des jours, il avait marché, et pendant tout ce temps, Hal était prisonnier. Ou bien il est mort. Mais il ne voulait pas y penser. Chaque jour il regardait le livre. Lui, il ne lisait pas bien sûr, mais en fixant les mots, il se souvenait de la voix de Hal. Il tournait les pages, jusqu’à ce qu’il y ait du sang. Là, il arrêtait, et il prenait les gants qui restaient toujours dans la poche de sa veste, contre son cœur. Josefine, il pensait à elle avec tendresse et frustration. Ils ne pourraient jamais s’expliquer. Mais au moins, elle n’avait jamais appris pour Hal. Sans vraiment s’en rendre compte, il s’était mis à grincer des dents.

Le sac jeté sur son épaule, il regarda à nouveau autour de lui pour se repérer. Il n’était pas certain de savoir de quel côté partir. En balayant l’espace du regard, il aperçut une femme qui s’avançait d’un pas décidé dans sa direction. Il n’était pas certain qu’elle venait vers lui, mais il n’avait pas du tout envie d’attendre pour le découvrir. Il n’avait pas envie de s’expliquer – et puis de toute façon, ses yeux commençaient à sérieusement le piquer, et il sentait le bout de ses doigts pulser à cause du froid. Bref, il était grand temps de rentrer au chaud. Sans trop réfléchir, il poussa le pan de tissu qui fermait la tente la plus proche, et entra à l’intérieur en espérant ne tomber sur personne.

Il faisait incontestablement meilleur ici, bien que la différence ne fût pas si grande. Mais avoir des murs, même faits de tissu, ça évitait au moins de geler. Le soulagement de ne pas voir le propriétaire des lieux le fit se sentir plus léger. Au moins, il n’aurait pas à expliquer ce qu’il fichait là. Sans vraiment faire attention à ce qui l’entourait, il tituba jusqu’au lit, abandonnant son sac au passage, et se laissa tomber sur le lit sans douceur. Il voulait juste s’asseoir une seconde, reprendre son souffle, puis il partirait. Juste se réchauffer un peu. Et puis éviter la femme. Sa main collée à son front lui donnait l’impression de mieux réfléchir. Il souffla. Hal avait raison. La vie loin de la cabane, c’était autre chose. Il regrettait la tranquillité de la forêt. Les arbres. Le vent surtout. Le murmure du vent dans les branches, il en était presque en manque. D’autant qu’il ne savait pas quand, ni s’il pourrait à nouveau l’entendre un jour. Sa main glissa de son front à la branche de ses lunettes, qu’il retira d’un geste fluide. La lumière à l’intérieure de la tente était supportable, mais il devait quand même plisser légèrement les yeux. Et alors que ses pensées le trainaient sur les rives d’un lac, un bruit de métal se posant sur du bois lui fit lever les yeux et sursauter légèrement. C’est seulement à ce moment qu’il le vit : le propriétaire. Il se tenait devant lui, l’air un peu hébété. Ou tout à fait mécontent. Peut-être un peu des deux, il n’était pas certain de pouvoir se décider sur l’expression du type, qui, ses cheveux clairs lui chatouillant les joues, venait de poser ce qui ressemblait à une large lame de chasse sur une table. Thadée allait balbutier des excuses, mais l’autre le devança. Et au ton de sa voix, il n’était vraisemblablement pas très heureux de le voir débarquer chez lui et se poser sur son lit sans y être invité …
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t1005-thadee-czerkow-toutes-les-couleurs-de-l-arc-en-ciel
avatar

Personnage
Occupation : Recycleur
Âge : 24 ans
Localisation : Steros

Messages : 29
Médaillons : 497

Crédits : Corus (site) / 26/12/2015
Avatar : Reilly Dolman
Présence : 2/3 fois par semaine

Pseudo : Nomat

Steros • Civil



 Sujet: Re: Haute couture   Ven 16 Mar 2018 - 21:00

Haute Couture





Myho resserra la main autour du couteau, à défaut de pouvoir l’enfoncer dans sa poche. La lame était glaciale contre sa paume. Il la sentait qui courait le long de son avant bras, s’appuyait contre son coude. A chaque mouvement, il avait l’impression qu’elle rentrerait dans sa peau. Il imaginait déjà la brûlure, puis le déchirement, poisseux. Rien ne se passait. Mais ça le rendait nerveux. Il aurait voulu pouvoir tenir le morceaux de métal à bout de bras, ou mieux, le lâcher par terre, ramener ses doigts gelés bien au chaud et se dépêcher de rentrer chez lui.

 Évidemment, ce n’était pas possible. Déjà, il ne pouvait pas lâcher une arme dans la nature. Même si la lame était complètement émoussée. En fait, elle risquait de se casser sur quelque chose plus que de le couper. Mais ça restait un grand coutelas de combat. Et personne ne serait ravi de trouver ça par terre. On ne plaisantait pas avec les armes, ici. Donc, bien sûr, Myho ne pouvait pas la lâcher. Et, pour la même raison, il ne pouvait pas la montrer. Il faisait assez sombre pour qu’on ne voit alors de lui qu’une silhouette armée, et ce n’était pas vraiment une bonne idée.

 Non, la solution la plus simple aurait été de la laisser à l’atelier, cette lame. Et c’est ce qu’il aurait fait, d’habitude. Il n’avait jamais besoin d’emporter de boulot chez lui. Il y avait l’atelier pour travailler. Et c’était jamais la peine de continuer le travail après. Quand l’eau avait été bien filtrée et qu’on avait trié ce qu’il fallait composter de ce qu’il fallait réutiliser, il ne restait plus vraiment d’impératif. C’était rare qu’on leur amène un matériau qu’il faille réparer tout de suite. Bien sûr, ils travaillaient tous sérieusement. Il ne fallait pas avoir peur du travail à Steros. Mais ils n’avaient pas besoin de passer des nuits sur des projets que personne ne leur avaient demandé.

 Il continuait de marcher avec ce morceaux de métal gelé qui refusait de se réchauffer au contact de sa peau, et l’occasion de regretter sa décision un peu plus chaque seconde qui passait. Il n’avait que quelques heures avant le lever du jour, merde. Qu’est-ce qui lui avait prit ? Il fallait qu’il dorme. Le sommeil était primordial. C’était si facile de vouloir s’en passer, mais quand on avait du mal à se réveiller, on avait aussi du mal à survivre. Et pourtant quelque chose l’avait poussé, un peu plus tôt, à ramasser le fer crasseux et les pièces de cuir.

 C’était le cuir qui l’intéressait. Il l’avait trouvé dans la caisse où ils rangeaient tout ce qui était plus ou moins un tissu. Les morceaux, sales et usés, avaient l’air d’avoir été piétiné par quelque chose. Il y avait immédiatement vu un fourreau pour une arme. Après sa corvée d’eau, il s’était installé à sa place avec une lame émoussée autour de laquelle il comptait coudre les différents petits morceaux comme il pouvait. Et puis… Il n’y était pas arrivé. La pointe glissait sur le cuir, ou bien elle se coinçait, et le fil fragile se cassait quand il essayait trop impatiemment de le dégager. Les heures s’étaient écoulées, sans résultat probant. Il rassemblait quelques morceaux, mais le cuir refusait de se plier à la forme qu’il voulait donner, et la couture était trop fragile. Elle se cassa sans effort quand il tira d’un coup sec. Il fallait recommencer. Gaïel avait secoué la tête, un de ses rare sourire sur les lèvres.

- Tu devrais laisser ça, elle avait dit.

 Elle avait sans doute raison. Mais il ne l’avait pas écoutée. Une impulsion. Il repensait à son sourire, et ensuite, il repensait au froid qui pulsait contre son bras. Le froid voulait dire que c’était plus pénible, mais aussi plus dangereux. Et le fer qu’il tenait avait été plusieurs fois plongé dans du sang. Il sentait les écailles de rouille contre sa peau. Et c’était sûr, que le sang avait plusieurs fois été humain, il pensa. Non pas qu'il ait sentit un indice quelconque. Simplement, c'était évident. Les attaques, c'était constant. Il ne fallait pas faiblir.

 Et qu’est-ce qu'il était censé laisser de côté, exactement? Un truc aussi simple, aussi minuscule? Et il savait ce qu’il faisait. C'était certain, qu'il allait finir par y arriver. Il fallait juste qu’il trouve comment. Il y passerait le temps qu’il fallait. Il inspira profondément pour réfréner un frisson. Il ne sentait plus sa main. Mais au moins, personne ne l’avait prit pour un intrus et il voyait sa tente d’ici. Indifférent aux formes troubles des toiles tendues autour de lui, il parcourut machinalement le trajet qu'il connaissait par cœur sans difficulté. Le fil transparent qu’il avait trouvé l’autre jour, en arpentant le camp, il lui en restait un bout sur sa table. Peut-être que ça ferait l’affaire. L’autre main, dans sa poche, tournait et retournait fébrilement la pointe entre ses doigts.

 Ca pourrait marcher cette fois. Déjà, il serait plus prudent, avec le fil. Il ferait attention. Il poussa la toile et entra d’un pas vif, droit vers la petite table où il posait ses quelques affaires. Il y avait encore assez de lumière pour qu’il distingue quelque chose sans avoir à allumer l’une des bougies fondues qui s’accumulaient sur le bois. Il s’apprêtait à fouiller dans quand son instinct lui souffla de s’arrêter.

 Il se tourna lentement pour constater ce que son cerveau avait comprit avant lui : il n’était pas seul dans sa tente.

 Il y avait un homme sur son lit.

 Myho sursauta, son cœur fit un bond, il se figea, instantanément. Ses mains tremblaient. Les pensées fusaient dans sa tête. Un intrus ? Chez lui ? Crier, donner l’alerte ? L’attaquer ? Il ne bougeait pas. Le regardait, fixement, immobile: prendre l'avantage. Le tuer ? Il sentait encore le coutelas contre sa peau alors qu’il n’était plus là.

 Mais il ne chercha pas à l'attraper. Il avait reconnu l’intrus. C’était un des nouveaux. Il avait eu l’occasion de le croiser plusieurs fois. Et il faisait attention aux nouveaux. De toute façon à force de vivre ici, tout le monde avait vu qui était tout le monde.

 Il n’avait pas l’air menaçant, de toute manière. La bouche entrouverte, il le regardait, immobile, l’air aussi étonné que lui.

 Mais qu'est-ce qu'il fabriquait chez lui? Et pourquoi sur son lit ? La stupeur passée, Myho commençait à sentir la colère monter. Le gars était juste là, sur son lit, il faisait rien, il s’était peut-être trompé de tente, pour ce qu’il en savait, avec la nuit qui tombait. Mais ce froid là, tout le temps, et ce saleté d’étui qu’il n’arrivait pas à faire, et sa respiration encore précipitée. Pourquoi, merde ?

- Eh...Je peux savoir ce que tu fous ici? C’est pas chez toi !

 Les mots fusèrent bien avant qu’il ne se rappelle d’être prudent. L’homme était plus grand que lui, et il venait d’arriver de l’Extérieur. Myho aurait peut-être le dessous. Mais c’était trop tard. Et merde, il s’en foutait.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t976-steros-myho-hewinm-just-trying-to-make-it http://www.afterdawn-rp.com/t968-just-trying-to-make-it-myho-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Couturier
Âge : 34
Localisation : Steros



Messages : 174
Médaillons : 423

Crédits : Mon ami Google
Avatar : Adam Driver
Présence : Comme que ça vient ~

Pseudo : KiraKoujo
Multi-comptes : Léticya Wolfenstein

Je parle en #FF9EDE


Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Haute couture   Sam 17 Mar 2018 - 16:17

Haute Couture
Rester figer, ce n’était peut-être pas la chose à faire en premier, mais il n’arrivait pas à décider de comment réagir. Ce genre de situation le mettait mal à l’aise. Pourtant il fallait bien dire quelque chose, bouger, s’excuser. Prendre son sac et partir. Sa tente n’était pas si loin après tout. Thadée se demanda pourquoi il ne s’était pas directement dirigé vers son chez lui. Ça aurait pu éviter cette situation. Il n’aurait pas dérangé ce type. Il se serait juste mêlé de sa vie, il aurait continué à penser à Hal et… Et à quel point il ne faisait rien pour aller le chercher.

 « Eh… Je peux savoir ce que tu fous ici ? C’est pas chez toi ! »

Très juste. C’était chez lui, ce gars, qui avait cet énorme couteau pas loin. Tad savait que si ça dégénérait, il finirait mal. Ce n’était pas un guerrier, pas du tout. Et puis de toute manière, il ne voulait pas se battre. Il voulait juste s’en aller. Doucement, il se leva en essayant de ne pas faire de mouvement brusque.

« Je suis désolé. J’avais froid, j’ai… » il commença, avant de songer que c’était une mauvais idée de dire à ce gars qu’il avait juste squatté par flemme de faire dix mètres. « Non, je n’ai pas d’excuses en fait. Je suis juste entré, je n’aurais pas dû. Je m’en vais tout de suite. »

Et il commença à s’avancer pour récupérer son sac. Mais évidemment, comme il l’avait lâché sans ménagement, il s’était ouvert. Et quand il essaya de l’attraper sans regarder – parce qu’il ne lâchait pas la lame des yeux – il en reversa la moitié sur le sol. Quelques bobines roulèrent aux quatre coins de la tente, sa boite d’aiguilles tomba dans la terre, et l’épais morceau de peau de lézard qu’il trainait depuis un moment commença à se dérouler. Il se dépêcha de rattraper la peau pour éviter qu’elle ne touche le sol. Ce qui était stupide car c’était ce qui craignait le moins de tout ce qui s’était éparpillé.

« Merde ! Euh, je suis désolé, je ramasse tout ça et je m’en vais, je te jure. »

Et il s’empressa de refourrer quelques bobines proches dans le sac. Les aiguilles étaient à moitié perdues dans la terre. Il plissa les yeux pour tenter de toutes les repérer. Il les attrapait une à une en essayant d’être rapide sans se piquer pour autant.

« Tu sais coudre ? »

La voix désormais intriguée du propriétaire de la tente lui fit relever la tête. Il n’avait presque plus l’air énervé – quand même un peu – mais plutôt intéressé par son matériel. Il avait ramassé une cannette de fil qui avait dû rouler jusqu’à lui et semblait en plein débat intérieur. Qu’est-ce que ce fil pouvait bien lui évoquer ? Toujours accroupi, il arrêta de ranger ses affaires.

« Euh… Ouais. C’est mon… Mon travail. Je suis couturier. Enfin, je me débrouille. »

Son travail, comme cette idée était étrange. Mais c’était comme ça, on lui avait expliqué. Pour rester à Steros, il devait être utile. Mais on ne l’avait pas forcé à faire quoi que ce soit qu’il n’aurait pas aimé, non, on lui avait demandé ce qu’il savait faire. Alors il avait montré ce qu’il portait sur lui et il avait dit : j’ai cousu tout ça. Ça avait impressionné sur le coup, parce qu’il était doué. Et ça tombait bien, du travail pour un couturier à Steros, ce n’était pas ce qui manquait. Réparer une tente abimée par les intempéries, confectionner une veste plus chaude, broder un cadeau spécial pour quelqu’un – tout ça il savait faire. Le cuir, le tissu, il maitrisait à peu près toutes les matières. Tout était une question de patience.

Le regard de l’autre glissa finalement de la canette à lui. Thadée n’osait pas bouger, même pas respirer. Il était intrigué aussi de savoir pourquoi il lui demandait ça. Peut-être qu’en fait, il allait lui demander de réparer quelque chose pour se faire pardonner. Et il accepterait, bien sûr, parce qu’il ne voulait pas passer pour un type impoli ou quoi. D’autant qu’il était vraiment désolé.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t1005-thadee-czerkow-toutes-les-couleurs-de-l-arc-en-ciel
avatar

Personnage
Occupation : Recycleur
Âge : 24 ans
Localisation : Steros

Messages : 29
Médaillons : 497

Crédits : Corus (site) / 26/12/2015
Avatar : Reilly Dolman
Présence : 2/3 fois par semaine

Pseudo : Nomat

Steros • Civil



 Sujet: Re: Haute couture   Ven 30 Mar 2018 - 22:52

Haute Couture





 Le battement de ses tempes s’atténuait, et sa main se desserra. Le danger n’arrivait pas. Il entendait l’hésitation dans la voix de l’autre homme. En plus de ses excuses, et sa maladresse.

 Myho se baissa machinalement pour ramasser un cylindre qui avait roulé jusqu’à son pied. En le touchant, il s’aperçut de la douceur du matériau, et comprit ce que c’était en le relevant devant ses yeux. Il avait rarement vu un fil de cette qualité. En même temps, on ne leur ramenait que des choses dont on ne voulait plus. Leur fil à eux, il le prenait sur des morceaux de tissus raidis par la crasse, ou sous la forme de pelotes de nœuds emmêlés avec d’autres nœuds. Le contraste n’avait rien d’étonnant, et puis l’homme devait être un professionnel, vu la quantité de matériel de couture qui venait de se répandre par terre.

 Il tourna la tête, presque involontairement, vers sa poche, où se cachaient les morceaux de cuir. Son fil, il l’avait récupéré dans la couture le reste d’un vêtement qui partait en lambeaux. Il en avait perdu quelques couches, qui étaient restées collées, dans ce qui avait l’air d’être de la boue. Peut-être qu’avec quelque chose de plus solide. Le bruit de la voix de l’inconnu, par terre, attira son attention.

 A le voir s’agiter fébrilement pour essayer de ramasser tout ce qu’il venait de faire tomber, l’irritation de Myho s’émoussa sérieusement. L’homme avait l’air tellement paumé qu’il était difficile de lui en vouloir. Maintenant, il se sentait presque idiot de s’être énervé. Et puis, tous ces risques. Pour rien. Mais il fallait qu’il réagisse comme ça, parfois. Stupidement. Une impulsion, encore une. Peut importait, au final, pourquoi l’homme était venu jusque là : il allait partir, maintenant. Le fil dans sa main engourdie ne pesait presque rien. Il le regarda, une dernière fois. Il avait vraiment l’air plus solide que celui qu’il avait. Et il y avait les choses répandues à ses pieds. Et la main qui les ramassait. Une main, qui malgré l’affolement visible de son propriétaire, saisissait sans se piquer chaque aiguille, rapidement, expertement.

- Tu sais coudre ?

 Il n’avait pas eu l’intention de discuter avec l’intrus. Un vieil instinct. Il avait régulièrement des questions à poser à Reevend. Quand il fallait choisir son chemin entre des arbres tous pareils, la meilleure façon de tailler un morceau de bois avec un autre ou bien d’un coup le vieil homme levait la tête, comme s’il avait deviné l’arrivée de la pluie dans l’odeur de l’air.

 Il avait apprit à coudre avec lui. Les vêtements, il fallait les retaper. Des nœuds aussi, pour les pièges. Mais c’était surtout les plaies. Il y en avait souvent. C’était ça, les bouts de métal caché sous la poussière. Le verre cassé aussi, partout sur les chemins entre les vieux blocs de béton affaissés qu’ils traversaient rapidement, avec méfiance. Les racines, les rochers, les pièges des autres aussi. La première fois qu’il l’avait fait lui-même, le sensation de l’aiguille sous sa peau lui avait retourné l’estomac. Mais Reevend lui avait demandé de le faire. C’était tout, il n’avait rien ajouté, aucune explication : mais sa respiration était déjà plus heurtée, à ce moment là. Et, plus que le métal encore chaud qu’il fallait bouger dans la blessure, il avait détesté de voir son visage immobile, ses yeux inexpressifs qui examinaient ses gestes, alors qu’ils savaient très bien pourquoi il devait faire ça, tous les deux. Et, précisément parce qu’il savait ça, il n’avait rien dit non plus, ni cette fois, ni les autres. Il avait apprit, silencieusement. Les fois d’après, ça avait été plus facile.
 
 L’autre le regardait, un sourcil levé, attendant la suite, et il commençait à se demander s’il avait eu raison, parce que, mais pourquoi il était là ? Il n’avait absolument aucune raison de lui faire confiance : plutôt le contraire. Il ne comprenait vraiment pas ce qu’il foutait ici. Mais il n’avait pas l’air d’une menace. Et sans doute qu’une fois qu’il serait sortit de la tente, il ne reviendrait plus. Alors qu’il fallait juste qu’il lui dise. Si c’était possible.

 Il s’approcha de l’inconnu et lui tendit la bobine de fil.

- C’est juste que… Il y a un truc sur lequel je bute. Je penses, tu dois savoir quoi faire, il expliqua.

 L’autre attrapa le fil sans le quitter des yeux. Et vu la façon dont il s’était énervé un peu plus tôt, il ne pouvait pas lui reprocher d’être méfiant. Il se demanda s’il devait ramasser quelques aiguilles sur le sol, pour faire bonne mesure. En même temps, il pourrait prendre ça pour un geste menaçant. Il choisit plutôt d’en venir directement à ce qui l’intéressait. Il sortit les morceaux de cuir de sa poche.

- Tu vois c’est… C’est ça que j’arrive pas à terminer. J’ai juste ramassé les morceaux, l’autre jour.

Il expliqua son problème, rapidement.  C’est vrai que l’autre venait juste de se lever de son lit, sans avoir aucune raison d’être là, et qu’il commençait à faire de plus en plus nuit dans la tente, et il ne l’oubliait pas, il en était incapable. Mais il ne voyait toujours pas de menace arriver. Et rien n’était menaçant dans cette histoire, en vérité. Il l’écoutait sans bouger, toujours avec ces grands yeux écarquillés. Aucun geste suspect, et même, pas beaucoup d’assurance.

- Tu vois, j’arrive pas à les relier. Tu peux juste me dire comment tu fais ? Rapide, il ajouta, pour le convaincre.

 Un genoux par terre, les morceaux de cuir et de fil éparpillés dans ses mains, il attendit sa réponse.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t976-steros-myho-hewinm-just-trying-to-make-it http://www.afterdawn-rp.com/t968-just-trying-to-make-it-myho-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Couturier
Âge : 34
Localisation : Steros



Messages : 174
Médaillons : 423

Crédits : Mon ami Google
Avatar : Adam Driver
Présence : Comme que ça vient ~

Pseudo : KiraKoujo
Multi-comptes : Léticya Wolfenstein

Je parle en #FF9EDE


Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Haute couture   Lun 2 Avr 2018 - 14:57

Haute Couture
Quand le propriétaire de la tente s’approcha pour lui rendre la canette de fil, Thadée eut un petit mouvement de recul. L’autre ne le remarqua surement pas, mais c’était là. Il ne comprenait pas ses réactions depuis l’attaque de la cabane. Toujours sur la défensive, toujours à craindre le coup qui devait, fatalement, arriver. Mais non, pourtant. Avant, il n’était pas beaucoup plus doué pour le contact humain – il se souvenait parfaitement de sa rencontre avec la jeune fille de la forêt, celle dont il avait allègrement écrasé l’abri. Alors quand on a aussi peu d’aptitudes à être avec les autres, vivre reclus dans une cabane, c’est bien. Oui mais il avait dû partir, et maintenant, il enchainait les gaffes. Et puis il ne se sentait à sa place nulle part, un peu perdu. Comme si tout ça allait bientôt finir. Et c’était exactement ce qu’il pensait : il allait retourner chercher Hal, et voilà ! Tout rentrerait dans l’ordre. Il se le disait chaque jour, mais chaque jour il n’y allait pas. Il récupéra son fil sans quitter l’autre des yeux, et le fourra dans son sac.

Le gars avait sorti de sa poche un cuir grossier, dont les bords étaient sacrément abimés par des coups d’aiguille incertains. Un fil trop fragile donnait un semblant d’assemblage entre les morceaux, mais d’un coup d’œil, Tad comprit qu’il n’aurait pas à forcer beaucoup pour le rompre. Ça n’avait rien de solide. Il plissa les yeux, pour mieux observer les détails. Qu’est-ce qu’il essayait de faire avec ça ? C’était trop épais, et long, pour en faire une bourse. Et trop court pour espérer en tirer des gants. L’image du couteau posé sur la table lui revint en mémoire, et il lui sembla qu’une pièce du puzzle venait de s’assembler dans son esprit. Oui, pour un fourreau, c’était un morceau de choix ! Il était vieux, et durci, ça il le savait sans avoir besoin de le toucher, il le voyait. En le patinant un peu sur le dessus, il pourrait même lisser le cuir et y graver quelque chose. A l’intérieur, il aurait fallu une doublure plus douce pour ne pas abîmer la lame, et même la faire briller… La peau de lézard ! Celle qu’il trainait dans son sac, ça ferait une super doublure ! Les écailles robustes et pourtant fraîches entretiendraient l’éclat du métal d’une lame. C’était parfait. Sans vraiment y faire attention, il avait tendu la main vers le morceau de cuir, qu’il touchait maintenant entre son pouce et son index. Oui, il pouvait aider ce gars. Mais d’un seul coup il songea : peut-être qu’il ne veut pas du tout en faire un fourreau ? Il relâcha le cuir, et se laissa tomber au sol, parce que ses genoux commençaient à lui faire un peu mal.

 « Tu veux en faire quoi, de ton cuir ? »

Il devait commencer par-là, parce que selon la réponse, il ne pourrait rien pour lui. Et puis c’était un travail compliqué. Il pouvait lui expliquer rapidement la technique, mais sans le matériel … Ce fil était vraiment en mauvais état. Il aurait peut-être mieux valu qu’il lui propose de le faire pour lui. Ça ne le dérangeait pas, il avait peu de travail en ce moment, et puis le dernier fourreau qu’il avait fait remontait à un moment, pour Hal. Ça lui rappellerait de bons souvenirs. En tout cas, s’il acceptait. Ou alors, il pouvait lui proposer de le faire avec lui, au moins pour surveiller. Ça lui faciliterait la tâche… Il était emballé par le projet, l’idée de son projet, peut-être même un peu trop car ce n’était peut-être pas ce que l’autre voulait – d’ailleurs c’était quoi son nom ? – et puis aussi, il devait peut-être s’en aller, le laisser tranquille. Après tout c’était ce qu’il était supposé faire à la base, parce qu’il n’était pas chez lui, dans sa tente. Il se mordit la langue pour retenir ses questions. Son cœur battait un peu fort, comme chaque fois qu’il était content, vraiment content de quelque chose. Peut-être que c’était une bonne chose, finalement, qu’il soit entré dans cette tente. Le destin. Allez savoir. Il attendait la réponse à venir, peut-être avec trop d’impatience. Un peu plus, et il allait se mettre à sourire bêtement…
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t1005-thadee-czerkow-toutes-les-couleurs-de-l-arc-en-ciel
avatar

Personnage
Occupation : Recycleur
Âge : 24 ans
Localisation : Steros

Messages : 29
Médaillons : 497

Crédits : Corus (site) / 26/12/2015
Avatar : Reilly Dolman
Présence : 2/3 fois par semaine

Pseudo : Nomat

Steros • Civil



 Sujet: Re: Haute couture   Ven 20 Avr 2018 - 21:45

Haute Couture





 La sensation de fabriquer quelque chose l’absorbait facilement. Il n’oubliait pas ce qui l’entourait. Mais il n’y accordait plus tellement d’attention. Les images passaient devant ses yeux comme à travers une lentille déformée. Les couleurs se brouillaient. Ce qu’il voyait était ailleurs, quelque part au niveau de ses mains, et de choses qui n’existaient pas encore. Il les imaginait, et alors les murs gris sales et les bruits derrière lui se distordaient, présents, sans aucun doutes, mais il les refusaient.

 Il ne regrettait pas de ne pas pouvoir s’arracher complètement à ce qu’il y avait autour. Il n’essayait pas de s’en détacher. Mais ça arrivait. Ces petits objets insignifiants. Et il se détournait du monde. Il le faisait, juste.

 Il ne comprenait pas pourquoi il faisait ça, et il voulait ne pas y arriver. Ce qu’il voulait, c’était l’entièreté. Les deux pôles. Définir ces objets, et avoir conscience de ce qu’il se passait autour de lui. Ce n’était même pas un idéal, ça aurait dû être la base. Il ne pouvait pas s’en sortir s’il n’était pas capable de faire deux choses en même temps. Mais précisément, les objets avaient besoin que ce soient eux avant tout. Donc, c’était impossible. Jamais il n’y arriverait ? Cette question, il refusait de se la poser, parce qu’il connaissait pertinemment la réponse. Oui, si il continuait comme ça, jamais.

  Il fallait  quand même y arriver, il se disait en regardant le type. Il fallait arriver à ne plus se poser de questions. En même temps dans ces yeux-là c’était encore pareil. Pourtant il devait savoir assez de choses pour ne pas se retrouver dans cette situation. C’était en tout cas ce que Myho ressentait en le regardant, parce qu’il pouvait presque entendre le bruit des pensées qui s’entrechoquaient rapidement alors qu’il passait en revue le contenu de ses mains, avant de finalement relever la tête vers lui, pensivement.

- Tu veux en faire quoi, de ton cuir ?

 Même s’il avait déjà plus ou moins compris que l’homme ne s’apprêtait pas à partir, ses mots déclenchèrent une étincelle d’excitation dans sa poitrine. Il resserra sa main autour des petits morceaux de matière et la sentit plier sous la pression. Si fragile, il pensa, et en même temps il souriait avant d’avoir pu s’en empêcher. Il s’apprêtait à se relever pour aller chercher le couteau, pour lui montrer, quand il se souvint juste à temps que ce n’était pas une bonne idée. Il commença à expliquer.

- C’est pour l’arme, là-bas.

Ca faisait longtemps qu’il n’avait pas appris quelque chose, en même temps. C’était peut-être pour ça qu’il était aussi fébrile. Il essayait d’expliquer simplement, mais il butait sur les mots. Le fourreau, autour du couteau. Mais ça ne tient pas. L’autre ne faisait pas mine de bouger, mais il craignait quand même de le voir partir. Il réalisa que s’il s’en allait, ça lui manquerait. Ce serait presque pire que de ne l’avoir jamais croisé, et de n’être pas parvenu au résultat qu’il voulait. Il avait maintenant besoin de savoir.

Il avait appris beaucoup de choses depuis qu’il était arrivé si. Toutes les machines, comment elles marchaient, d’abord. Et puis tous ces outils, pas comme les substituts qu’ils bricolaient dehors, avec Reevend. Il y avait beaucoup d’objets qui avaient des noms, et qui se ressemblaient. Ce n’était pas comme les choses qu’ils fabriquaient, et qui étaient toujours uniques.

Il avait éprouvé longtemps de la honte, d’ignorer tout ça, alors que ça aurait dû être son boulot. On venait lui demander de fabriquer une « pelle » ou des « lances » et il restait planté là, les yeux ronds, jusqu’à ce que quelqu’un finisse par venir l’aider. Il n’avait vraiment pas l’air d’être à sa place, et pour la première fois, les matériaux ne s’assemblaient pas sous ses gestes. Il restait des heures à les regarder. Ses mains ouvertes, sur l’établi, ne tenaient rien. Mais il pouvait apprendre. Il l’avait fait, frénétiquement, comme d’avaler de grandes goulées d’air après avoir cru se noyer. Il regardait constamment les autres, jetant de rapides coup d’œils, interrompant le mouvement de ses mains au-dessus de son tas de débris.

 Il avait finit par y arriver. Au point où il avait pu mélanger ce qu’il apprenait avec ce qu’il savait. Ses fabrications étaient uniques, et ça allait, parce qu’elles marchaient très bien comme ça. Les autres s’enfermaient dans leur idées dès fois, de comment les choses devaient être. Lui, il n’avait pas ça qui l’entravait. Chaque objet qu’il faisait pouvait tout devenir : il s’en contrefichait, si ça tenait. Et ça tenait.

 Il n’y avait pas eu besoin de demander. Presque jamais, à bien y réfléchir. Quand il apprenait des autres, il ne disait rien, parce qu’il ne pouvait pas leur parler. Pas encore. Pas après toutes ces années. Quand il avait finit par y arriver, il n’en avait plus eu besoin. Et il avait presque oublier ce que ça faisait : de pouvoir avoir la connaissance, comme ça. Qu’on la lui donne.

 Il avait terminé ses explications. L’autre l’avait écouté, silencieusement, ses yeux passant du visage de Myho, aux objets dans ses mains, comme s’il réfléchissait déjà.

- Alors ? Comment tu ferais ça ?

 Il tendit les morceaux à l’autre. Pour qu’il lui montre.

 Avant d’avoir pu y réfléchir, il tendit les morceaux à l’autre. Pour qu’il lui montre.

 Peut-être qu’il n’aurait pas dû. Déjà que l’inconnu avait envie de partir. Mais il n’avait pas réfléchit. C’était seulement venu naturellement. C’était comme ça qu’il apprendrait, après tout. Et de toute manière, c’était trop tard pour changer d’avis. Il se demanda si l’autre allait se contenter de regarder sa main tendue sans oser l’approcher. Et, connaissant la façon de faire des habitants de Steros comme de lui-même, c’était malheureusement possible. Il craignait d’avoir déclenché un malaise. Mais après tout, le type était venu dormir dans son lit, et il lui demandait maintenant son aide. Il n’y avait donc plus grand-chose à ajouter pour que la situation devienne bizarre. Alors autant y aller.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t976-steros-myho-hewinm-just-trying-to-make-it http://www.afterdawn-rp.com/t968-just-trying-to-make-it-myho-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Couturier
Âge : 34
Localisation : Steros



Messages : 174
Médaillons : 423

Crédits : Mon ami Google
Avatar : Adam Driver
Présence : Comme que ça vient ~

Pseudo : KiraKoujo
Multi-comptes : Léticya Wolfenstein

Je parle en #FF9EDE


Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Haute couture   Lun 30 Avr 2018 - 16:13

Haute Couture
Il avait presque crié : hallelujah c’est pour la lame ! Mais heureusement il avait réussi à se retenir. Ça aurait été bizarre, encore plus que d’être rentré sans invitation chez ce gars et de s’être assis sur son lit… Oui mais voilà, ils étaient sur la même longueur d’ondes ! Pas que son avis importe vraiment, après tout le cuir était à l’autre gars, mais quand même. Faire un fourreau, c’était vraiment un jeu d’enfant ! Enfin… Il fallait la technique quand même, pour ne pas abîmer la peau déjà en mauvais état. En tout cas, ça l’amuserait surement, et il allait enfin se sentir utile. Oublier un instant qu’il retardait sa mission de sauvetage…

 « Alors ? Comment tu ferais ça ? »

Thadée attrapa les morceaux, et tira dessus. Comme il l’avait prévu, le fil cassa comme une herbe sèche. Le blond fronça les sourcils, mais ne dit rien.

 « Tu as un endroit où on pourrait… se poser ? »

Son regard glissa vers la table derrière eux. Ils seraient plus à l’aise en hauteur qu’accroupis sur le sol. Le gars suivit son regard, et lui proposa de prendre place. Lui aussi devait bien se dire que ce serait plus pratique. En se levant, Thadée attrapa son sac, en faisant attention cette fois. Il se dépêcha de rejoindre la table, de s’asseoir, et il attrapa la lame. Le métal était plus abîmé que ce qu’il avait vu, de loin. Si le propriétaire de la tente ne remettait pas le métal en état, la doublure en lézard n’était peut-être pas nécessaire… Tad positionna les bandes de cuir de chaque côté de la lame. Il constata avec soulagement qu’il avait largement de quoi tailler les morceaux abîmés, et il lui resterait pile la taille suffisante. Fourrant la main dans son sac, il en tira une espèce de pierre blanche. En quelques traits, il marqua les endroits à couper d’un trait plein, et les endroits à coudre de pointillés. Puis il posa la pierre, et tourna le cuir vers son propriétaire.

 « Ici, les bords sont beaucoup trop abîmés, » il commença, l’autre attentif à ses explications.  « Tu n’iras pas loin si tu ne recoupes pas. Mais en taillant ici et… ici, tu vois ? On obtient un morceau propre. De là on peut assembler ces deux parties, comme ça, en repliant ici et… »

Thadée se perdait dans ses explications, tournant le cuir dans tous les sens pour montrer où plier, où piquer, et comment placer la doublure. Finalement, il allait demander à l’autre si l’idée lui convenait, et il se rappela qu’il ne s’était toujours pas présenté. Ce n’était pas forcément très grave, mais ce serait plus facile, s’ils venaient à travailler ensemble, de connaître le nom de chacun. Juste pour ne pas avoir à dire : hé, machin, tu me passes le fil ? Ça sonnerait mal, quand même. Maintenant, il devait commencer à faire sérieusement sombre, parce qu’il distinguait enfin parfaitement le visage de son interlocuteur. Il avait l’air perdu dans ses pensées, mais sincèrement intéressé. Un sourire étira ses lèvres, et il lui tendit la main.

 « J’m’appelle Thadée, au fait. »

Il espérait ne pas avoir trop perdu son hôte. Il n’avait pas employé de mots techniques, mais il était peut-être allé un peu vite dans ses explications, et tourner, retourner, ça lui paraissait peut-être assez abstrait à ce type. Thadée voulait le rassurer, pour lui montrer que c’était facile.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t1005-thadee-czerkow-toutes-les-couleurs-de-l-arc-en-ciel
avatar

Personnage
Occupation : Recycleur
Âge : 24 ans
Localisation : Steros

Messages : 29
Médaillons : 497

Crédits : Corus (site) / 26/12/2015
Avatar : Reilly Dolman
Présence : 2/3 fois par semaine

Pseudo : Nomat

Steros • Civil



 Sujet: Re: Haute couture   Sam 5 Mai 2018 - 12:28

Haute Couture





 Il faisait de plus en plus sombre dans la tente, et Myho plissait les yeux pour distinguer les mouvements de l’inconnu sur le cuir. Mais malgré ses efforts il sentait son esprit glisser petit à petit. Il était fatigué. Plus d’une fois il se surprit à suivre d’un œil étonné le ballet des mains expertes de l’homme autour du tissu au lieu d’écouter  ses explications. Il essayait de rester concentré, mais il avait du mal. Tout le travail de la journée commençait à lui revenir dans les épaules. La voix de l’autre se perdait quelque part avant de l’atteindre.

  Quand il se présenta soudain, Myho réalisa qu’il n’avait pas vraiment compris. Mais c’était trop tard : visiblement, le temps des explications était terminé. L’homme tendait sa main. Il mit un moment à se souvenir de ce que ça voulait dire : et il finit par l’attraper, maladroitement, avant de se présenter à son tour.

- Moi, j’suis Myho.

 Comme il laissait son bras retomber à côté de lui, son esprit tournait à plein régime. Thadée s’était de nouveau penché sur le cuir, qu’il examinait, avant de relever la tête vers lui. Il était évident qu’il attendait quelque chose : un mot de départ, peut-être ? Sauf que Myho avait encore besoin de lui.

- Euh… Eh ben...

 Mais voilà, il n’arriverait pas plus à écouter maintenant qu’avant, n’est-ce pas ? Donc ça ne servait à rien qu’il lui demande de répéter. Et Myho n’avait pas envie d’avouer qu’il n’avait pas suivit alors que c’était lui qui avait demandé de l’aide, de toute manière. Déjà qu’il avait du en demander. Il toisa le cuir, le foutu morceau de cuir. Il n’y avait pas un autre moyen ?

- Est-ce que tu… Tu penses que tu aurais le temps de…

 Il releva la tête, décidé à soutenir le regard en face de lui.

 - Tu voudrais bien juste...M’aider avec le début ? J’ai du mal avec tous ces … gestes.

 Il fit un mouvement du bras, pour englober tous les « gestes ».

- L’assemblage , il compléta.

 Après tout, l’autre avait vu la faiblesse de sa couture. Quand il l’avait décroché, Myho en avait conçu un étrange sentiment : tout à la fois, il savait que ce qu’il avait fait ne tenait pas, mais il avait détesté que ça ne tienne pas. Il avait presque ressentit la cassure du tissu comme un coup. Un affront. Cette faiblesse qu’il avait montré le faisait songer à toutes les autres choses qu’il avait faite : et combien avait finit comme ça, cassées ? Quelques unes, il le savait, parce qu’il revoyait des morceaux réapparaître dans leurs caisses. Chaque fois qu’il les voyait, son visage se crispait. Quelque fois il pouvait les renforcer, et c’était une victoire. D’autres fois, la pièce était trop abîmée, et il ne pouvait plus rien faire. Il détestait ça.

 Il récupéra le cuir entre ses mains et le plaça comme Thadée avait fait au tout début – ou , du moins, comme il croyait s’en souvenir.

- Tu pourrais commencer cette couture ? Que je voies comment ça marche ?

 Thadée baissa les yeux vers le cuir, et Myho, encore une fois, ressentit tout l’inhabituel de la situation : quelqu’un, chez lui, qui l’aidait. Ca n’était pas arrivé depuis quand il était venu au tout début, et qu’on lui avait assigné quelqu’un.

 D’habitude à ce moment là de la journée il se retrouvait seul. Il n’était pas forcément très entouré le reste du temps. Mais il y avait à Steros en permanence des gens autour de vous : vous les voyiez, et ils vous voyaient. Il sentait peser les regards sur lui. Les demandes, muettes. Il savait qu’il y avait des choses qu’il devait faire : et il devait sans cesse penser auxquelles. Il devinait dans chaque mouvement autour de lui une attention, une question, et il n’avait jamais envie d’y répondre.

 Le mur d’un bâtiment, la toile de sa tente, s’interposait entre lui et tout ça, et enfin les demandes multiples se taisaient. Il n’y avait plus d’autres réponses que les siennes, un fil d’actions avec lesquelles il cheminait doucement. Les seules présences qu’il distinguait encore étaient celles que son esprit imaginait pour le tenir en éveil. Il attendait le danger, mais le danger n’avait pas d’yeux ou de bouche quand il restait dans l’ombre. C’était quelque chose de creux et de silencieux. Il avait appris à vivre avec elle et il la préférait même au bruit de milles alliés autour de lui.

Il aurait pû attendre, proposer à Thadée de le voir plus tard, au recyclage peut-être, se débrouiler avec ce qu’il avait comme d’habitude. Et en même temps, il y avait le besoin qu’il éprouvait de terminer cet objet. Et puis, aussi, peut-être plus que Myho ne voulait admettre, il y avait y avait la façon dont Thadée était arrivé. Ça n’avait aucun sens. Mais il l’avait fait. Et, quelque part, plus Myho regardait ce visage, ces mains, et plus il ressentait que les attentes qui se cachaient derrière la tête de cet inconnu n’étaient pas dirigées vers lui comme d’autres l’étaient. Après tout, il était là, alors qu’il n’aurait pas du vouloir l’être. Et, au moins pour ça, la présence de cet inconnu chez lui ne le gênait pas tant que ça, finalement.  



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t976-steros-myho-hewinm-just-trying-to-make-it http://www.afterdawn-rp.com/t968-just-trying-to-make-it-myho-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Couturier
Âge : 34
Localisation : Steros



Messages : 174
Médaillons : 423

Crédits : Mon ami Google
Avatar : Adam Driver
Présence : Comme que ça vient ~

Pseudo : KiraKoujo
Multi-comptes : Léticya Wolfenstein

Je parle en #FF9EDE


Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Haute couture   Ven 1 Juin 2018 - 1:07

Haute Couture
Il avait mis un morceau à l’envers. Thadée lui avait cependant montré à l’instant. Il observait assez perplexe le cuir alors que Myho – c’était le nom du type – lui demandait s’il voulait bien commencer la couture, pour lui montrer. Tad pinça les lèvres. Oui, bien sûr qu’il voulait bien, mais ce n’était peut-être pas le moment, après tout. En relevant les yeux, il voyait très clairement que Myho était épuisé. Ses paupières semblaient trembler pour ne pas tomber. Il avait sérieusement besoin de dormir, et il n’apprendrait rien dans cet état. Mais il ne voulait pas paraître impoli ou le vexer, alors il fit un grand sourire en retournant le morceau de cuir discrètement. Là, c’était dans le bon sens. Il attrapa du fil, fit un rapide nœud d’arrêt, glissa le fil dans l’aiguille la plus solide qu’il trouva dans sa boîte, et fit trois premiers points avec une facilité déconcertante. L’habitude. Coudre de genre de matière rare, c’était comme faire du vélo. C’était une expression de sa mère, ça, même si Thadée n’avait pas la moindre idée de ce que pouvait bien être un vélo et de comment on pouvait bien en faire, il pensait comprendre l’idée de la phrase. En gros, même si c’était peu souvent, les mains se souvenaient toujours du geste. Les trois points serrés le rassurèrent sur la qualité du cuir et la possibilité de la réalisation. Il allait vraiment pouvoir faire quelque chose de chouette. Il secoua la tête. Non. Myho voulait seulement qu’il lui montre comment faire, le reste il voulait le faire seul. Oui mais, déjà qu’il avait mis l’autre morceau à l’envers – ce qui montrait clairement qu’il ne faisait pas la différence entre les deux faces – est-ce que ce n’aurait pas été mieux pour lui de laisser Thadée le faire ? Il se mordit la lèvre inférieure.

« Tu vois, ce n’est pas très compliqué. »

Il montra le point croisé à Myho, qui semblait déconcerté.

« Ecoute euh… tu as l’air épuisé. Si tu veux je peux revenir demain ? Ou plus tard. Ce sera mieux, si tu veux retenir quelque chose. »

Il posa le cuir sur le bureau, et encra ses mains sur ses cuisses. Un sourire bienveillant éclairait son visage.

« Je peux aussi te proposer de le prendre. Je suis couturier, c’est mon travail ici. Je peux te le faire. En échange, tu me pardonneras d’être rentré chez toi… »

Il essayait de faire de l’humour, mais n’était pas certain que ce soit du meilleur effet. Il n’empêchait que la proposition était on ne peut plus à l’avantage de Myho, ce genre de travail, d’habitude, lui aurait coûté cher. Enfin, pas en argent bien entendu, en service. Il devait bien s’en douter.

« Ce n’est pas un travail difficile pour moi, mais c’est délicat. Si tu n’as jamais cousu, c’est peut-être un peu compliqué pour commencer. A toi de voir. Ça ne me dérange pas. »

Son regard retourna caresser le cuir. Il y avait là la promesse d’un bon moment, et de bons souvenirs.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t1005-thadee-czerkow-toutes-les-couleurs-de-l-arc-en-ciel
avatar

Personnage
Occupation : Recycleur
Âge : 24 ans
Localisation : Steros

Messages : 29
Médaillons : 497

Crédits : Corus (site) / 26/12/2015
Avatar : Reilly Dolman
Présence : 2/3 fois par semaine

Pseudo : Nomat

Steros • Civil



 Sujet: Re: Haute couture   Mar 26 Juin 2018 - 10:59

Haute Couture





 Myho n’avait pas envie de dormir, pas vraiment, mais quand Thadée lui fit remarquer qu’il était tard, il s’aperçut tout à coup qu’il distinguait à peine son visage. Il faisait vraiment sombre à présent. Même s’il allumait une des bougies qui traînait, il n’était pas certain que ça lui suffirait à voir le fil dans l’aiguille. Il le perdait tout le temps. Mais c’est pas comme s’il allait pouvoir commencer tout de suite, de toute façon. Thadée avait bougé et re-bougé le tissu, l’aiguille, le fil, et il était incapable de se souvenir de toutes les étapes. Il allait définitivement abîmer le cuir s’il se trompait encore.

 Malgré la proposition de Thadée, il sentit le découragement l’envahir. Il n’en revenait pas de ne pas réussir. Après tout, il suffisait de bouger le fil, et le cuir, et voilà… Il regardait ses points parfaitement cousus avec amertume. Et la lame, à côté, qu’il avait ramené pour rien. Vraiment, quelle perte de temps…Mais au moins, cet homme voulait toujours l’aider. Il n’était pas certain de comprendre pourquoi. Il n’avait rien à lui offrir en échange. Peut-être qu’il avait repéré quelque chose à lui échanger dans cette tente. Ou alors, peut-être qu’il voulait un deuxième lit.

- Demain, pourquoi pas… ?

 Mais avant qu’il n’ait pu terminer, Thadée le devança, lui offrant carrément de faire le boulot à sa place. Myho le regarda avec des yeux ronds. Il n’en revenait pas de la proposition. L’homme n’avait pas l’air plus embêté que ça de la faire, en plus. Pourtant, ça lui rajoutait du travail, et il n’y gagnait absolument rien. Rien ? Et lui ? Myho baissa les yeux sur le cuir, qu’il avait récupéré dans ses mains. Même si on en faisait un étui exceptionnel, ça ne lui servait à rien, s’il ne savait pas comment faire la prochaine fois.

-  Euh…

 Thadée, cependant, lui expliquait que c’était compliqué pour commencer. Et Myho avait beau hésiter, il savait qu’il n’était pas capable de faire quoi que ce soit en l’état. Même quand il n’aurait plus envie de bâiller, même à la lumière du jour dans son atelier.  Et peut-être qu’après quelques jours, il n’en saurait pas plus. Pour commencer. Il releva la tête vers lui, de nouveau, incertain. Thadée souriait chaleureusement, comme si la perspective de faire tout ce travail l’amusait vraiment. Et peut-être que c’était le cas. Peut-être qu’il avait tout simplement envie de bien faire, et que regarder Myho se débattre avec un fil l’ennuyait carrément. Dans ce cas...

- Et si...Et si je te regardais faire ? Comme ça j’apprendrais. Et...Je n’aurais plus à t’empêcher de dormir pour m’aider. Comme ça, tu n’auras vraiment plus besoin de mon lit.

 Il laissa échapper un sourire, peut-être enhardit par la sympathie de Thadée.

_ En échange… Tu peux garder l’étui si tu veux.

 Normalement, les objets étaient donnés à ceux qui en avaient le plus besoin. Mais cette fois, c’était différent. Et sans Thadée, le cuir aurait certainement finit en charpie. Il avait remarqué l’attention avec laquelle l’homme manipulait le matériau. Peut-être que c’était ça qu’il voulait, finalement. Eh bien, Myho n’était pas dérangé de lui donner.




Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t976-steros-myho-hewinm-just-trying-to-make-it http://www.afterdawn-rp.com/t968-just-trying-to-make-it-myho-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Couturier
Âge : 34
Localisation : Steros



Messages : 174
Médaillons : 423

Crédits : Mon ami Google
Avatar : Adam Driver
Présence : Comme que ça vient ~

Pseudo : KiraKoujo
Multi-comptes : Léticya Wolfenstein

Je parle en #FF9EDE


Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Haute couture   Mer 11 Juil 2018 - 1:56

Haute Couture
Myho avait ce côté innocent qui le rendait plutôt attirant. Cette idée frappa Thadée de plein fouet alors que le jeune homme fatigué semblait hésiter à lui confier le travail de ce morceau de cuir. Bien que cela ne l’ennuie nullement, il pouvait comprendre que Myho préfère le faire lui-même, après tout, si Tad s’en occupait, l’autre ne pourrait pas apprendre. Le brun baissa les yeux pour éviter de trop dévisager le propriétaire de la tente. Quand il fit une boutade à propos de son lit, le couturier ne put réprimer un franc sourire, et releva un regard pétillant.

« Tu es gentil. Tu ne m’empêches pas de dormir, c’est plutôt moi qui te retiens. Tu sais… »

Il hésita une seconde. Devait-il lui parler de ses yeux ? C’était assez personnel comme sujet, et puis il n’était pas sûr de vouloir le raconter à tout le monde. Il ne connaissait Myho que depuis quelques minutes, peut-être heures, ce n’était pas suffisent.

« Je dors peu. » trancha-t-il. « Quant à l’étui, c’est le tien. Le travail ne m’ennuie pas, tu as dû le comprendre, mais je ne vais pas le garder. Et puis… » il désigna la large lame du menton, « tu vas en avoir besoin. »

Dans un mouvement fluide, Thadée se redressa, poussa légèrement sa chaise en arrière et se leva.

« Demain, donc. Tu n’auras qu’à venir me chercher. Ma tente est un peu plus loin, tu ne peux pas la louper avec tous les tissus qui pendent devant… »

Myho le regardait ranger ses aiguilles dans une boîte et la boîte dans son sac, puis jeter ledit même sac sur son épaule.

« Va dormir. Je laisse ton lit tranquille, promis ! »

Et il ponctua sa blague d’un clin d’œil.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t1005-thadee-czerkow-toutes-les-couleurs-de-l-arc-en-ciel

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Haute couture   

Revenir en haut Aller en bas
 
Haute couture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Bastion Steros :: Campement :: Habitats privés-
 
Sauter vers: