AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP

Flash info
MàJ Mise à jour #6 en place, un coup de neuf o/
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
41 joueurs ◈ 62 personnages
30 Hommes ◈ 32 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 12 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 (27/01/2481) L'accalmie (PV Marko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 28
Médaillons : 277
Crédits : Kai Z Feng
Avatar : Natalie Portman
Pseudo : .//
Multi-comptes : Yuzi Seung


Personnage
Occupation : seconde du capitaine de défense / accréditation R1
Âge : 34
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: (27/01/2481) L'accalmie (PV Marko)   Dim 18 Mar 2018 - 19:48



Une accalmie... cette furtive éclaircie, trompeuse, lors d'une tempête jugée trop violente, même pour elle. Un terme qu'elle avait toujours préféré à "repos" ou "calme", par ailleurs, ce plaisir coupable de s'attarder sur les mots malgré les sermons d'un Medrick agacé par ce détail dans sa personnalité qu'il n'avait pas soupçonné chez elle. Bien qu'il la connaissait mieux que quiconque, bien qu'il savait ce qui résidait vraiment à la base de cette personnalité, celle-là même qu'il avait gommée et calibrée par ses soins. Une claque salement pesée derrière la nuque quand elle s'attardait trop longtemps sur un mot qu'elle aimait bien. "On ne prend aucun plaisir à faire ces choses là, Heather"  L'instruction mécanique, qu'il lui soulignait toujours. Apprendre pour ne rien ignorer sans jamais développer de joie dans l'apprentissage. La joie rendait dépendant. Sauf qu'Heather, habituée à envoyer des coups et s'en recevoir, plus que certaine que seule la douleur physique était efficace à l'endiguement de sa sauvagerie froide, s'était elle-même étonnée de trouver ce "bonheur" entre les lignes d'une feuille volante. Lorsqu'elle lisait, elle se perdait sur des termes qui racontaient autre chose que sa propre réalité. Ce fut été comme de ne plus avoir à penser le temps de quelques instants. Eteindre son cerveau.

Une accalmie... dans son quotidien.
Le mot roulait naturellement. La langue collait au palais à mi-chemin, telle la formation d'une vague.
Le fautif avait été appréhendé. Les interrogatoires, les menaces, l'explosion, la panique générale avaient eu lieu mais leur passage s'était davantage ressenti dans les esprits.
Car les instruments avaient été rangés, le responsable exécuté... que le ressac avait continué paresseusement son mouvement en n'y laissant que quelques coquilles vides. Heather n'avait pas encore eu le temps de se préparer à la prochaine lame de fond. Cette montée d'angoisse l'avait noyée dès l'instant où elle avait compris que la défense avait été percée. Cette fêlure dans le mur aurait pu rendre plus de sang. Cette situation l'avait terrifiée.

Le fautif, elle avait souhaité le tuer de ses mains. Or sa suppression avait été trop rapide, trop expéditive à l'image de sa propre manière de procéder et pourtant... cette sensation d'inachèvement lui scindait dorénavant la poitrine.
Le tumulte s'était fait à l'intérieur, là, ce mélange de frustrations quand le sentiment qu'il manquait quelque chose, quand la solitude normalement rassurante dans sa vie appuyait sur le caractère d'actes inaccomplis. C'était un constat terrible pour quelqu'un comme elle qui ne ressentait d'ordinaire pas grand chose.

Alors voilà, cette accalmie, où elle se trouvait au final. Pas tant chez les autres, pas tant dans les lieux ré-organisés, non : c'était sur sa couchette, à l'intérieur même de son bloc, murée entre ces quatre murs froids tandis qu'elle lisait... Elle l'avait façonnée, cette accalmie, créée de toutes pièces pour tenter d'omettre l'étrange état dans lequel elle se trouvait depuis ces quelques semaines. Plus de vent, plus de vague, se concentrer sur des phrases dans le but d'effacer le murmure parasitaire de ses pensées... et elle y arriverait avec brio. Quand bien même quelqu'un viendrait taper à sa porte, personne n'aurait eu la faculté de la déranger... n'est-ce pas ?




_________________
"first, i'll cut your head off and then see
if you are still able to tell me all your shitty sentences..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t836-heather-rowe-calluna-vulgaris
avatar

Messages : 141
Médaillons : 866
Crédits : moi
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Amuk Rahir


Personnage
Occupation : bras droit du commandant
Âge : 36
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: (27/01/2481) L'accalmie (PV Marko)   Mer 21 Mar 2018 - 23:19

L'accalmie


Marko se tenait la tête, perdu dans ses pensées alors qu'il relisait pour la dixième fois le même rapport. Le ton montait entre certains miliciens. L'isolement, l'impossibilité de sortir pour ceux qui en avaient l'habitude, la tension créée par l'inconfort de leur situation faisait résonner un grondement de mécontentement dans tout l'avant-poste. Le coupable du sabotage avait été attrapé et exécuté, mais son méfait continuait d'handicaper tous les habitants de Reiver. Les générateurs secondaires n'allaient pas fonctionner pour toujours, mais les ressources leurs manquaient pour effectuer des remplacements. Ils avaient besoin des nouvelles que Helion leur rapporterait, après que l'expédition chargée de raccompagner les quelques scientifiques de Harroys soit revenue.

Soupirant, Marko finit par se laisser aller contre le dossier de son siège, portant une main à pommette toujours douloureuse du coup de pied qu'il avait reçu, dans ce bureau même. Cet épisode était bien la preuve que même lui commençait à perdre son sang froid devant toute cette situation. L'agacement qu'il ressentait à l'idée de s'être pris le coup de pied était tout autant lié au fait d'avoir complètement oublié sa place, qu'à celui de ne pas avoir été en mesure de l'éviter en le voyant venir. Il aurait dû être capable de l'éviter. Tout comme il aurait dû être capable d'éviter toute cette situation. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas ainsi oublié toute forme de protocole et de professionnalisme dans un lieu aussi sérieux, si on exceptait les événements survenus en salle de briefing.

Songer à son visage meurtri ne pouvait le laisser sans penser à la personne qui en était responsable, et s'il lui plaisait à laisser ses pensées vagabonder dans sa direction quelque fois, ça n'était pas le cas pour ce soir. Pourtant, lorsque le visage de la fautive s'effaça de son esprit, ce fut pour laisser place à celui bien connu d'une femme qu'il connaissait depuis longtemps et estimait bien plus que la plupart des gens qu'il côtoyait. Assez pour se sentir coupable de ne pas avoir cherché à entretenir son amitié avec elle, récemment. Cependant, il espérait qu'elle comprendrait que le travail avait été très prenant pour le directeur de l'avant-poste, ces derniers temps et il imaginait sans peine qu'elle devait également être débordée en sa qualité de vice-capitaine de la défense. Voilà bien un département que Reiver qui avait la rage au ventre de ne pas avoir su empêcher le sabotage d'avoir eu lieu.

Prenant une décision rapide, le directeur ferma le rapport qu'il rangea soigneusement avec les autres, puis sortit de son bureau en adressant un signe de tête à la sentinelle qui veillait devant sa porte. Il n'essaya pas d'aller la trouver dans son propre bureau, se doutant qu'à cette heure-ci, elle devait déjà être retournée dans ses quartiers, aussi c'est directement là-bas qu'il se rendit. Sans repasser par sa propre chambre, il s'arrêta devant celle d'Heather Rowe et frappa à la porte trois coups secs avant d'entrer, sur une invitation de la personne se trouvant à l'intérieur.

Un léger sourire vint étirer ses lèvres lorsqu'il vit l'occupation à laquelle elle s'adonnait, si proche de la sienne il y avait à peine quelques instants. Il devait reconnaître que lire des rapports dans le confort d'un lit devait être plus agréable que sur la raideur apportée par une chaise de bureau. N'ayant pas été invité à venir plus avant, il resta où il était, à un pas de la porte, pour s'adresser à elle.

-Bonsoir Heather, j'espère que je ne te dérange pas trop. Il s'exprimait avec son calme habituel, mais une certaine chaleur transparaissait entre ses mots. Il appréciait véritablement la jeune femme, avec qui il se trouvait des points communs. Il y a trop longtemps qu'on ne s'est pas parlé.

Jamais plus de quelques mots échangés au détour d'une réunion ou par le hasard d'une rencontre fortuite dans le fort. Ces derniers temps ils n'avaient pas eu de conversation plus poussée ou agréables.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t483-reiver-marko-eil-you-call-it-paranoia-i-call-it-awareness http://www.afterdawn-rp.com/t477-paranoia-is-knowing-all-the-facts-marko-eil
avatar

Messages : 28
Médaillons : 277
Crédits : Kai Z Feng
Avatar : Natalie Portman
Pseudo : .//
Multi-comptes : Yuzi Seung


Personnage
Occupation : seconde du capitaine de défense / accréditation R1
Âge : 34
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: (27/01/2481) L'accalmie (PV Marko)   Dim 25 Mar 2018 - 7:33



La caractéristique des rapports était leur triste, rébarbative, vétusté de mots.
Malgré elle, Heather en était parfois venue à déplorer que son seul loisir coupable n'ait pas plus de pages. Les rapports étaient concis, clairs, professionnels, souvent trop rapides à lire.. Une fidèle représentation de ce qu'elle paraissait être. En ce moment elle avait besoin de plus de mots sous ses yeux pour s'empêcher de penser à côté.
Elle n'avait plus envie de réfléchir...
A force de lire, elle sentait les prémices rassurants de la fatigue se prendre dans les filets des lignes qui la berçaient. Elle se serait volontiers laissée à fermer les yeux sans penser à se changer, ni à défaire ses draps.
Ne plus réfléchir.
Mais comme un ultime pied de nez, on toqua à la porte, trois fois.
Elle leva les yeux de son rapport et invita l'inconnu à entrer en s’apprêtant à se lever. Sauf qu'elle resta à moitié figée quand elle découvrit l’identité de l'homme. Elle trouvait presque irréaliste le fait de le trouver ici à cette heure. En temps normal elle lui aurait peut être demandé la raison de son visage tuméfié, mais pas cette fois.

— Tu ne me déranges pas, entre.

Cette phrase lui brûla la langue.
Il n'y avait  eu aucune intonation complice. Le simple fait qu'il s'approche avait suffi à lui faire tourner la tête.

— Tu peux débarrasser ce qu'il y a sur la chaise si tu veux, ces feuilles sont de simples formalités... dit-elle d'une voix absente en reprenant sa lecture et en se rasseyant complètement sur son matelas. Elle pouvait sentir son regard sur elle, et le silence peu naturel qui était retombé après cela. Marko avait très mal choisi son moment pour décider de prendre de ses nouvelles.
Cela faisait bien trop longtemps.
Effectivement, une phrase bien sous toute couture. Combien ? Cinq, six mois ? Qu'importe, puisque seul le travail comptait, que depuis les incidents récents Heather ne l'avait que trop compris. Cette idée de fraternité avait été absurde depuis le début.
Alors pourquoi était-il ici ce soir ?

— Est-ce que l'organisation avance de ton côté ? demanda-t-elle d'une voix calme. Elle lisait, mais ce qu'elle lisait elle n'en comprenait même plus le sens. Et de cette question formelle qu'elle avait lâchée, elle aurait voulu en rajouter bien plus. Si seulement ce fut été n'importe qui, n'importe qui d'autre. Pas celui qui avait retenu sa silhouette d'adolescente en lui intimant de se reprendre. Il était le dernier vestige de cette vérité, sur sa vraie personnalité, jadis, ce qu'il savait d'elle, lui, plus que quiconque. Des défauts. Aujourd'hui elle voyait des défauts partout qui parsemaient sa route et il était un obstacle difficilement surmontable. Comment pouvait-elle ignorer ce demi-sourire confiant, cette paranoïa qu'elle discernait parfois sur son visage et qui l'amusait parfois sans qu'elle ne sache pourquoi... Des souvenirs. Depuis tout ce temps durant, elle l'avait laissé entretenir une sorte de lien, cultivé par la routine de leur vie : à se voir, discuter, chercher un moment de complicité bien très étrange pour celle qui n'avait jamais eu l'habitude d'apprendre à garder contact. Alors elle avait essayé, et ce fut été sa plus belle erreur.
Il avait été trop occupé quand elle avait entrepris de vouloir discuter avec lui.
6 mois.
Heather... se mettre à rechercher quelqu'un pour parler de la routine, prendre de ses nouvelles, croire qu'un lien fraternel s'était développé entre eux... absurde, presque honteux maintenant qu'elle y pensait.

— Est-ce que cela t'arrive d'avoir l'impression que les lignes se chevauchent à force de les lire ? murmura-t-elle avec lassitude, se frottant les yeux tandis qu'elle s'adossait contre le mur. Elle se sentait particulièrement fatiguée ce soir. En privé avec Marko, elle exprimait une facette de sa personnalité que nul autre à ce jour, si ce n'était Medrick, n'avait jamais vue chez elle, n'aurait même soupçonnée d'ailleurs. Elle avait comme l'étrange impression de revenir un peu aux temps passés, aux temps d'un Marko tellement plus jeune qui était regardé avec circonspection quand il marchait en compagnie de Heather. Personne ne comprenait comment ces deux là avaient pu s'entendre. Marko restait un homme sociable, juste et droit. Quand Heather ressemblait à ces mauvais esprits qui volettent dans le dos des gens. Sauvage à sa venue, flippante ensuite... quoique flippante, elle l'avait toujours été.

Elle rabaissa finalement sa feuille, comme si le poids trop lourd sur ses épaules avait fini par gagner la partie.

— C'est étrange, environ six mois qu'on ne s'est pas véritablement parlé... et pourtant, j'ai le sentiment de n'avoir rien de spécial à te raconter... Croiser son regard lui fut plus douloureux que ce à quoi elle s'était attendue.

— Et ne me regarde pas comme ça Marko... lui souffla-t-elle, la mâchoire crispée.  En réalité, elle se disait que s'il pouvait définitivement arrêter de la regarder, que cela soit ici ou ailleurs, sa vie en deviendrait définitivement plus facile.



_________________
"first, i'll cut your head off and then see
if you are still able to tell me all your shitty sentences..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t836-heather-rowe-calluna-vulgaris
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (27/01/2481) L'accalmie (PV Marko)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(27/01/2481) L'accalmie (PV Marko)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: Hébergement :: Blocs Officiers-
 
Sauter vers: