AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP
Flash info

Intrigue Mise à jour du chapitre en cours juste ici !
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
44 joueurs ◈ 62 personnages
31 Hommes ◈ 31 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 16 hab.
Extérieur 13 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Lun 26 Mar 2018 - 18:45




It wasn't meant to be
A storm is loosed upon the sea. Whose eye is stained with tears. A wretch Hell-bound and bent on blood, the makings of the fearful's fears. The tide it stole away her grace, the depths, they wouldn't claim her. A toil begat by father's blood this path was laid before her. Redemption borne by brigand's blood a blight upon the darkness. The pact embraced, a road unsought, the Maiden of Death won't be unwrought. Her wrath is known throughout the black, the gardens of death she is tending. Vengeance is her only ward. Beware the blood red rose's thorn.

Impossible de faire marche arrière. J'avais perdu le contrôle, perdu tout ce qui me différenciait des autres survivants. De ceux que Reiver chassait pour ne pas être leur proie. Aidan n'avait pas mérité ça. Bien des choses pouvaient lui être reprochées, comme son acharnement à vouloir me rabaisser, me mettre à l'écart. Il me détestait et c'était là un sentiment qui m'avait contaminé. Cependant, ça ne valait pas le mal que je lui avais fait. Pourtant... Il n'aurait sûrement pas survécu, même sans l'intervention de Krymov. Si sur le coup j'en avais voulu au sergent de prendre la responsabilité de l'achever, je m'étais rendue à cette triste évidence : il n'aurait pas fait long feu. Sans doute ne se serait-il même pas réveillé...

Sa gueule ensanglantée gisant au sol. Je me souvenais du poids de son corps mort. Les marques de mes poings restaient témoins de mon élan de violence. Les manches longues de ma veste suffisaient à masquer mes jointures abîmées. Kaelen avait pris en charge le corps. Dizel était parti avec lui. Le médecin avait assuré qu'il prendrait soin de lui mais que nous devrions faire part de tout ceci au Commandant. Lui ne voulait pas poser de questions, se contentant de faire son travail. Mais si nous ne voulions pas d'ennuis, il fallait sans plus tarder rendre des comptes. Cette idée suffit à faire s'hérisser chaque parcelle de mon être. Krymov avait conté une histoire à retenir : celle où Aidan s'en prenait à moi, que Dizel était venu trouver le sergent et que ce dernier avait corrigé le milicien d'exploration. Ce n'était pas ce qui s'était passé... mais quelles que puissent être les conséquences, Krymov m'avait sommée de m'en tenir à cette version quoi qu'il advienne. J'avais protesté, lui demandant de me balancer si jamais la sanction venait à être trop sévère. Il ne voulait rien entendre... Je m'étais dit que faire appel à lui n'avait pas été le meilleur choix, mais en même temps, je n'en voyais aucun autre. Goran avait beau vouloir me protéger, dans l'histoire je n'avais pas été la victime. Bien au contraire. Et cette place de bourreau ne me ressemblait pas... Malgré tous mes efforts, il s'avérait que les derniers événements m'avaient bien plus affectée que je ne voulais l'accepter.

Sur les talons du sergent, j'avançais au milieu des allées de la milice avec un regard bas. Au-delà des raisons de ma présence, j'appréhendais de le croiser Lui. Ce visage qui hantait mes cauchemars à me créer des insomnies. Sûrement plus occupé à jouer des poings, il n'était heureusement pas présent au QG lorsque nous le traversions. L'heure était tardive en même temps. Les civils étaient pratiquement tous entrés dans leurs blocs et les miliciens de défense organisaient les rondes pour la nuit à venir. Arrivés devant la porte du bureau de Wernher, je n'en menais pas large. Posant une main sur le bras de Krymov, je le retins de frapper sur la porte, mes yeux cherchant les siens. « Krym... j'ai pas fait appel à toi pour que tu prennes tous mes tords sur toi... Je sais que t'en a rien à faire mais je te le répète : si jamais ça va trop loin... il faudra qu'on lui dise la vérité... s'il te plaît », lui demandai-je une dernière fois. Il m'avait envoyée paître à l'idée que je prenne ma part de responsabilités. Considérant que je n'avais pas à me soucier de ce qui pouvait lui arriver. J'avais l'impression qu'à son sens, il ne fallait pas que je le prenne en considération. Mais ça ne marchait pas comme ça... C'était normal de se soucier des personnes qui nous sont chères. Je ne l'empêchais pas d'aller se donner pour Reiver ou pour toute autre cause lui semblant légitime. Ce que je refusais, c'était qu'il se mette dans la merde pour l'une de mes erreurs...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar
Messages : 138
Médaillons : 437
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Lun 26 Mar 2018 - 20:15




It wasn't meant to be
A storm is loosed upon the sea. Whose eye is stained with tears. A wretch Hell-bound and bent on blood, the makings of the fearful's fears. The tide it stole away her grace, the depths, they wouldn't claim her. A toil begat by father's blood this path was laid before her. Redemption borne by brigand's blood a blight upon the darkness. The pact embraced, a road unsought, the Maiden of Death won't be unwrought. Her wrath is known throughout the black, the gardens of death she is tending. Vengeance is her only ward. Beware the blood red rose's thorn.

Le toubib avait embarqué l'cadavre. Vu l'état du machin, ils allaient s'marrer si ils tentaient l'autopsie...Et pis on s'était tirés d'là sur les conseils de Kaelen. Direction : le bureau du big boss. Wernher. J'appréciais ce type, sérieusement. Mais là, inutile d'espérer s'faire jeter des fleurs. Pis après faudrait que j'me dépatouille avec Hiaana et Drake, et ça, ça allait pas être d'la tarte non plus. C'est dingue : plus j'passe de temps à Reiver, moins j'ai envie d'obéir, et plus j'ai envie de coller des tatanes à mes supérieurs. Pourtant, j'avais jamais été mal discipliné, hein, grognon 24/24, 7/7, j'dis pas, mais même si y fallait qu'je râle tout du long, quand j'avais quelque chose à faire, bah j'le faisais, point barre...

- Krym... j'ai pas fait appel à toi pour que tu prennes tous mes tords sur toi... Je sais que t'en a rien à faire mais je te le répète : si jamais ça va trop loin... il faudra qu'on lui dise la vérité... s'il te plaît , qu'elle a dit en m'prenant l'bras.

D'une. On m'prend pas par le bras comme ça. De deux. "Krym". C'était quoi ce surnom pourri? De trois, j'fais c'que j'veux, et j'l'emmerde. Enfin, non, j'peux pas présenter ça exactement comme ça si j'veux être proche d'la réalité, mais dans l'idée, c'était ça. J'me suis dégagé en lui collant une p'tite clé d'poignet au passage.

- "Krym"? Sérieux? Tu vas m'faire le plaisir d'éviter les surnoms j'te prie. Et ensuite, J'fais c'que j'veux. Si ça t'va pas, c'est pareil. Pis j'peux changer d'avis en route, hein, c'est juste mal parti pour. Mais me chie pas dans les bottes, Hadler, c'est pas comme si on d'vait expliquer pourquoi nos t'nues étaient pas règlementaire là. On joue gros, avec tes conneries.

Parc'que ouais, c'était SES conneries. J'veux dire, lui sauver les miches en bousillant Aidan, ça m'posait aucun problème dans l'principe, mais c'était elle qu'avait foutu la merde. Qui m'croirait si j'disais qu'j'avais démoli l'macchabée pour couvrir Eiven? Goran, peut-être. Le truc, c'est qu'il s'douterait que j'l'apprécie, la p'tite, et vu comme il la couvait, c'était pas DU TOUT la meilleure chose à faire que d'laisser traîner l'idée qu'j'avais pu essayer d'la protéger. En termes stratégiques, c'est c'qu'on appelle communément un avoeu "qui prête à contusions", 'voyez! Fallait quand même être sacrément con pour pas s'en douter... Or, j'sais pas trop pour les autres, mais autant, ma place de sergent, j'm'en foutais un peu, autant m'faire dézinguer pour une connerie pareille, ça m'aurait fait chier et bien chier, alors j'lui ai un peu expliqué les choses, un poil moins délicatement, pendant qu'Dizel faisait l'bon p'tit soldat à vingt mètres

- Pis écoute, vu comme y t'materne, Wernher a une idée en tête. Et j'commence à l'connaître, hein, en six piges ici! Tu peux pas, physiquement, faire autant d'dégats qu'j'en ai collés à Aidan, ça, l'rapport des légistes l'dira. Si on s'en tient pas à ma version, y va s'poser des questions..., qu'j'ai commencé à lui dire, calmement, avant d'relacher un peu la pression en lui t'nant la tête entre mes mains tout en collant mon front contre le sien,Et là, primo, tu sortiras plus d'ta piaule, deuzio, j'risquerais sérieusement la peau d'mon cul. Si c'est dans l'cadre d'mon boulot, ça passera mieux, tu piges? Mais vas-y, j't'en prie, frappe et dis-lui si ça t'amuse de nous plomber tous les deux, toi, t'auras probablement pas l'droit au peloton d'exécution, alors à quoi bon mentir, hein?!, j'ai bouclé en la lâchant pour lui montrer la porte du bureau d'Wernher.

J'comptais pas frapper tout d'suite, ça pourrait attendre encore une bonne trentaine de s'condes, si elle avait quelque chose à répondre pendant qu'j'voyais la tronche du collègue : Dizel aurait pu intervenir seul, dans l'histoire, c'est vrai. Mais avec la version officielle, quand un connard a un couteau, soit on sort son propre couteau (et l'milicien en avait visiblement pas), soit on évitait la bagarre, hein, logique! Donc Dizel était hors de cause, juste là pour appuyer la p'tite histoire. C'était entre elle et moi qu'on allait pouvoir pronostiquer pour savoir qui prendrait l'plus cher. Et j'aurais bien misé cent ou deux cent médaillons sur ma gueule, 'voyez? Parc'que face à Wernher, quand on merdait, c'était pas la peine de compter sur l'copinage: c'était même tarif pour tous les glandus. Sauf pour Eiven. Une native, c'était bien trop précieux pour être buté comme ça. Alors qu'un sergent d'la défense râleur et passablement violent, ça s'remplace facil'ment.

- Quelque chose à redire? Tu comptes frapper ou j'le fais?

Elle a rien répondu. Rien. Elle m'a juste maté avec la tronche de celle qu'a pas franchement idée d'quoi foutre. Ben rien, j'te d'mande de rien faire et d'laisser le monsieur discuter avec son chef, pis tu fais "oui" d'la tête quand le monsieur t'demande. C'est pas si compliqué qu'ça! J'ai collé deux coups contre la porte (sans chercher à la faire trembler, hein, juste des coups pour dire qu'y avait quelqu'un derrière).

- Commandant Wernher? Sergent Krymov Sherkan, défense., que j'me suis identifié, histoire d'faire les choses bien, Y a eu comme qui dirait un "léger incident"... je viens faire mon rapport. Et oui, y a mort d'homme.

Une grande inspiration, un loooooong soupir, et c'était parti. Prêt à rentrer dans l'arène pour passer une fabuleuse fin de soirée. Putain, elle aurait pas pu lui planter la cuisse ou autre et s'barrer? Eiven, Eiven, Eiven...tu m'en dois une sacrée, sur c'coup là.




inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Mar 27 Mar 2018 - 18:01

Rien n'aurait pu prédire comment la soirée allait se finir pour Goran. C'était une journée normale, des plus banales pour lui. Toute la journée, ou presque, il avait eu le nez collé dans des dossiers. Ce n'est pas rare qu'ils doivent envoyer des rapports à Hélion, alors il le fait pour éviter les emmerdes. Voir des hauts placés de Hélion débarquer, c'est pas tellement une chose qui le fait rêver. Bien qu'il y a assez peu de chance que ça arrive. Enfin... on ne sait jamais. On ne peut pas dire que ce soit calme dernièrement dans l'avant poste. Et c'est pas peu dire vu l'immense chose qu'il va apprendre d'ici quelques minutes. Ah... si les choses pouvaient être différentes... si ce putain de monde pourrait ne pas exister...

Assit derrière son bureau, il regardait l'état des stocks qu'on lui avait apportés, ça pourrait clairement être mieux, mais aussi être pire. Sa main passa sur sa nuque pour la masser un peu, il avait vraiment besoin d'une pause, de se poser et pourquoi pas dormir. Mais ça sera pour plus tard. On frappa à sa porte, un son fort et sec qui indiquait que la personne derrière avait une certaine force. Ceci lui fit tout de suite penser à un milicien, sûrement un homme vu l'intensité et la brutalité du son. Qu'est-ce que c'est encore, surtout si tard ? Une voix s'éleva derrière la porte, une voix bien connu, l'un de ses sergents, indiquant son identité et aussi la raison de la visite... La raison le fit pratiquement bondir de son siège. Bordel de merde, c'était quoi encore cette putain d'histoire ? Sans attendre, ni une, ni deux, il se dirigea vers sa porte pour l'ouvrir. C'est ainsi qu'il découvrit Krymov, comme il s'était bien annoncé, mais accompagné de Eiven. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Son regard se porta sur la jeune femme qui préférait regarder le sol. Tout ça n'était pas net, si elle était là accompagnée de Sherkan... Sur l'instant, un brin de colère le traversa, il redoutait ce qu'on allait lui dire, il regrette presque cette journée super banale, qui finalement va finir d'une manière bien différente. "Dépêchez vous d'entrer !" ordonne t-il en ouvrant la porte plus grand et en se poussant sur le côté pour les laisser passer. Une fois fait, il referma la porte et se tourna vers eux, les regards tour à tour. "Qu'est-ce que cette fantastique histoire que vous allez me raconter ?" demande t-il avec un sarcasme exubérant. Il n'avait pas envie d'entendre tout ça, surtout qu'il avait bien entendu qu'il y a mort d'homme dans l'histoire. Le pire, c'est que Eiven est là, il a peur de ce qu'elle a pu faire, de ce qu'il s'est passé et comment il va couvrir ça à la fin. Depuis qu'elle est là, il en fait beaucoup pour elle, beaucoup trop. Ça commence à gêner certaine personne. Goran joue avec son rôle de Commandant et si ça continue, il va vraiment devoir se battre pour garder la légitimé de son poste. "Je veux connaître toute l'histoire et n'essayez même pas de me mentir !" indique t-il clairement. S'il doit arranger ça, il lui faut la vérité, les vrais faits et non une histoire à dormir debout.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Jeu 29 Mar 2018 - 2:07




It wasn't meant to be
A storm is loosed upon the sea. Whose eye is stained with tears. A wretch Hell-bound and bent on blood, the makings of the fearful's fears. The tide it stole away her grace, the depths, they wouldn't claim her. A toil begat by father's blood this path was laid before her. Redemption borne by brigand's blood a blight upon the darkness. The pact embraced, a road unsought, the Maiden of Death won't be unwrought. Her wrath is known throughout the black, the gardens of death she is tending. Vengeance is her only ward. Beware the blood red rose's thorn.

La reprise de Krymov me fit frissonner d'un élan de colère. Je lui en voulais à cet instant de n'en faire qu'à sa tête à vouloir gérer ça tout seul alors que nous étions deux dans cette merde. Je l'y avais entraîné mais pas dans l'idée qu'il vienne à me laver en prenant tout sur lui. Le refus de mon contact m'avait fait reculer d'un pas, loin d'être assez vif pour l'empêcher de me saisir brusquement en une clé dont la douleur ne m'échappait guère. Ses mots fusèrent comme d'autant de lames pourraient me transpercer. J'ignorais pourquoi il en venait à être aussi excédé mais je n'étais clairement pas en état de comprendre quoi que ce soit à ce qui se passait. Entre la culpabilité de l'impliquer et les remords de mes actes, j'étais perdue... Pour une fois depuis des temps oubliés, j'étais incapable de lui dire quoi que ce soit. Même une simple onomatopée ne saurait sortir de mes lèvres tremblantes. Une frénésie encouragée par la colère, la peur, l'adrénaline. Son front collé contre le mien ne suffisait pas à me rassurer. Cette proximité avait beau représenter une safezone à mes yeux, il semblait qu'aucun lieu ni aucune personne ne soit plus en mesure de réellement me servir d'appui à cet instant. Le sergent finit par me relâcher, laissant un silence s'installer.

Mes yeux se portèrent à la porte. Lentement, ma poitrine se levait et s'abaissait alors que l'idée folle de frapper me passa par la tête. Même si je n'avais aucunement envie de faire face au Commandant, ça m'avait frôlé l'esprit : entrer et dire la stricte vérité. Mais bien des événements m'avaient prouvé cette naïveté dont je débordais. Quelque soit la façon dont me considérait Goran, jamais je n'aurais voix au chapitre. Que ce soit me concernant ou concernant Krymov. Le silence s'intensifia et mon regard revint à lui. Je ne parvenais pas à prononcer le moindre mot, restant froide et craintive. Non pas comme un animal apeuré suppliant qu'on l'épargne, mais comme celui qui voyait le danger arriver, la fatalité signer de son sang la suite des événements. Une lueur sombre dans le regard annonçant une résignation saumâtre. Bam, bam. L'annonce d'un nom et d'un rang. Un motif de visite et un avant-goût amer.

La porte s'ouvrit et la vue de Goran me fit tressaillir imperceptiblement. La situation me paraissait si déplacée et inconvenante qu'en plus de toute cette histoire venait s'ajouter un inconfort qui devait sûrement transparaître telle une évidence. Je baissai les yeux pour éviter d'appuyer ce sentiment où les préoccupations de l'instant se confrontaient à cette promiscuité désarmante. Ça ne faisait qu'ajouter à mon ressentiment. Chaque jour se révélait être un pas de plus m'éloignant de ce que je souhaitais à Reiver. De ce que Wernher voulait pour moi. Peut-être que la solution de Krymov était la seule vraiment efficace : être enfermée dans une piaule sans espérer en sortir pour éviter que toutes ces merdes viennent s'accumuler et me tirer inlassablement vers le bas. Le Commandant se décala après nous avoir jaugé, nous demandant de presser le pas. Ce que nous fîmes ; Krymov puis moi sur ses talons. Avancés au milieu du bureau, Goran nous demanda d'expliciter les faits. Cet entretien - ce rapport - n'avait rien de civil. C'était au sergent de détailler l'histoire. Je ne pourrais qu'appuyer certains détails, expliciter certains faits que Krymov n'aurait pu percevoir. Gardant le silence - ce qui peut choquer aussi bien le sergent que le Commandant -, j'œuvrais pour rester calme et entière. Bien qu'à côté de Sherkan, je maintenais une certaine distance avec lui. C'était la première fois que les deux seules personnes en qui je plaçais toute ma confiance se retrouvaient seuls dans la même pièce que moi. Le sentiment qui en découlait était plus qu'étrange... perturbant... Cependant, le propos était loin d'être d'actualité.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar
Messages : 138
Médaillons : 437
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Dim 8 Avr 2018 - 20:19

C'était toujours aussi...agréable d'passer dans le bureau du grand chef pour des questions disciplinaires. Bon, en six ans, c'était arrivé quelque fois, mais pour annoncer qu'un milicien était mort, c'était la...deuxième fois. Sauf que la première fois, c'était un accident indépendant d'qui qu'ce soit. Là, c'était un poil plus compliqué. J'ai pris une bonne bouffée d'air et soufflé avant d'rentrer en poussant Eiven dans la salle.

- Dizel, tu peux retourner t'reposer. On t'rappellera si besoin.
- D'accord, sergent. Mon commandant., qu'il a dit avant d'se barrer comme un bon p'tit soldat.
-Qu'est-ce que cette fantastique histoire que vous allez me raconter ? Je veux connaître toute l'histoire et n'essayez même pas de me mentir !

Ah. OK. Il était super bien luné c'jour là en plus. PARFAIT, bordel, exactement c'qui fallait pour que tout s'passe dans le calme et la sérénité...Nan, j'déconne, c'était parti pour être un sacré merdier à désamorcer.

- Vous en faites pas, mon commandant. Pragmatiquement parlant, c'est moi qui trinque si ça part en steak dans les étages supérieurs de la hiérarchie. Version courte: Aidan, de l'explo', a attaqué Eiven sur mon quart de garde. Dizel et v'nu m'chercher, elle, elle s'est dégagée, et quand on est arrivés, Aidan avait sorti un schlass. J'me suis un peu emporté. Y a d'la purée à l'infirmerie.

Simple. Direct. Efficace. Tout comme j'aime! Faut avouer quand même que j'étais pas serein-serein, j'prenais quand même la responsabilité d'un homicide...tout était relatif, c'était pas un meurtre, c'était d'l'assistance à personne en danger. A grands coups d'bottes ferrées jusqu'à c'qu'y aie du jus par terre, donc bon, j'avais p't'être un poil poussé le cartouchage de macchabée, d'accord...Mais c'était pas un meurtre de sang froid, juste comme ça, pour le fun...officiellement.

J'm'étais toujours contenté d'envoyer du monde à l'infirmerie. Combien y en a, dans c'camp, qui peuvent savoir c'que c'est que d'buter des gens pendant 27 ans et d'se retrouver comme un blaireau à poireauter devant des civils qui passent tête basse ou des miliciens cons comme des manches sans jamais pouvoir descendre un pécore. A vrai dire, ça m'avait manqué. Péter des chicots et des vertèbres, sentir la vie qui se barre sous les coups, le souffle qui s'arrête...Un soulagement. J'avais rien contre Aidan. C'est vrai, il était con, soit, mais est-c'que ça méritait vraiment la mort? P't'être que si il avait fini à l'infirmerie, ils l'auraient sauvé. Sans doute, même. Mais j'voulais pas lui laisser une chance. J'en avais pas envie, sur l'instant. J'voulais juste le défoncer. Comme avant, au bon vieux temps d'la liberté, du sang et des larmes.

Au final, on change vraiment jamais, quand on y réfléchit. On a beau s'planquer derrière des excuses ou des causes à la con...Un connard reste un connard. Un tueur reste un tueur. Et quand t'es les deux, t'es dans la merde.  Et puis...Qu'est c'que j'en avais à foutre? Fallait bien crever un jour ou l'autre. J'avais juste un peu avancé sa date d'expiration...et peut-être la mienne. Alors j'me suis re-planté devant Goran. Sans doute le seul mec avec qui j'pourrais m'foutre sur la gueule et douter d'ma réussite au pétage de gueule. J'ai soupiré longuement, restant au garde-à-vous face à mon commandant, désignant Eiven d'un signe de tête.

- Elle est là qu'pour le témoignage. Vous m'rajoutez un conseil de discipline sur le précédent, ou autre?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Lun 9 Avr 2018 - 16:37

S'il y a bien une chose dont il n'avait pas vraiment besoin aujourd'hui, c'est d'un putain de bordel ! Hélas, c'est toujours quand il ne faut pas que ça arrive que ça se passe. Alors, cette visite, dès les premiers mots qu'il entendit derrière la porte, il la redoutait. Ça sentait mauvais à des kilomètres. Le genre d'histoire qui va lui faire passer une nouvelle nuit blanche et le faire cogiter sur quoi faire pendant des jours. Ah ! Les joies d'être en charge dans un endroit pareil... Parfois, il se demande vraiment ce qu'il fait là. Mais finalement être le Commandant ça lui plaît, même si certaine partie du job serait tout aussi bien si elle n'existait pas.

Le visiteur ou plutôt les visiteurs finirent par entrer. C'était une surprise de voir que Eiven était là, ceci rendait l'affaire encore plus terrible. Oh que oui, il craignait que la jeune femme soit encore la cible d'un truc moche ou quelque chose dans le genre. Si ça continue, Goran va un jour exploser et faire un massacre dans la base. Pour le moment, ça ne servait à rien de s'énerver tant qu'il ne connaît pas les tenant et les aboutissants de cette histoire qui risque de s'avérer très sombre. Sherkan commença son histoire et le moins qu'on puisse dire c'est que cette odeur de merder était réelle. Un mort, un putain de mort, merde ! Encore une fois, tout ça à cause de Eiven. Bon sang, c'est pas possible d'être autant un aimant à problème, il va finir par la garder avec lui tout le temps pour être sur qu'il ne lui arrive rien. Bref, quelqu'un avait voulu ou s'en était prit à la jeune femme et le Sergent était intervenu d'une manière trop radicale pour s'en débarrasser. Goran resta silencieux. Il avait besoin de digérer l'information et de savoir quoi faire ? Option A : rester calme. Option B : demander si c'est une blague. Option C : péter un câble. "Ok... t'es en train de me dire que j'ai un putain de mort sur les bras... à cause de Eiven..." dit-il en gardant faussement son calme. Au bout d'un moment, si chaque problème qui survient et la faute ou compte la jeune femme dedans, ça va devenir un vrai problème. Elle n'est déjà pas bien aimé des gens, mais c'est loin d'être de cette manière qu'elle va se faire des amis.

Son regard se porta vers la jeune femme qui faisait tout sauf le regarder, à croire qu'elle se sentait honteuse ou quelque chose comme ça. Krym assura qu'elle était là, uniquement pour confirmer les faits. "Je peux avoir ta version de l'histoire Eiven !" demande t-il bien que finalement ce soit plus un ordre qu'autre chose. Si elle est là pour témoigner, il fallait bien qu'elle parle à un moment ou un autre. Eh bien c'est maintenant qu'elle allait pouvoir expliquer sa version de l'histoire. Pour l'heure, il ne s'attendait à rien, à croire qu'il était trop blasé par tout ça. Il était déjà en train de réfléchir à ce qu'il allait de voir faire et si punition il allait devoir y avoir.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Mar 10 Avr 2018 - 12:48




It wasn't meant to be
A storm is loosed upon the sea. Whose eye is stained with tears. A wretch Hell-bound and bent on blood, the makings of the fearful's fears. The tide it stole away her grace, the depths, they wouldn't claim her. A toil begat by father's blood this path was laid before her. Redemption borne by brigand's blood a blight upon the darkness. The pact embraced, a road unsought, the Maiden of Death won't be unwrought. Her wrath is known throughout the black, the gardens of death she is tending. Vengeance is her only ward. Beware the blood red rose's thorn.

Seuls face à Goran, il me serait difficile d'être oubliée. Je n'en menais pas large et ça se voyait. Incapable de mentir sur mes émotions et mes doutes, mes appréhensions et mes craintes, il ne fallait pas être un fin limier pour comprendre que quelque chose n'allait pas. Être la responsable d'un mort était une raison suffisante pour se sentir mal. Une chose qui restait on ne peut plus crédible. J'avais un rapport assez particulier face à la mort... Si elle m'indignait, je savais pourtant l'accepter lorsqu'elle se voulait fatalité pure et dure. Or celle d'Aidan n'entrait pas dans cette catégorie de mort acceptable. Il m'avait menacée mais rien ne m'avait laissé croire qu'il en viendrait à réellement me faire du mal. Un jeu dangereux qu'il n'avait pas à jouer, certes. Mais de là à mériter ce que je lui avais fait ? Non... J'avais perdu le contrôle et mon discernement. Cette proximité, ses menaces, ce souffle et cette maîtrise... Je m'étais sentie si démunie... L'idée de me retrouver à la merci de qui que ce soit m'inspirait tous les extrêmes. Si peur de me retrouver dans la même situation qu'avec Drake que j'en perdais mes moyens, laissant la frustration de cette horreur vécue prendre le dessus et me dominer.

Le sergent fit son rapport avec laconisme et franc-parlé. Un détachement certain avec le meurtre que nous avions perpétré. De quoi me glacer le sang alors que j'évitais de me confronter à Wernher. Mais il n'allait pas me laisser m'en tirer facilement. Quand bien même Krymov souhaitait porter le chapeau, le Commandant vint le remettre sur la seule tête qui portait la responsabilité de cet acte. Un mort sur les bras par ma faute. Mes poings se serrèrent autant que ma mâchoire. Ce que j'endurais depuis ces derniers jours remettait en cause bien plus que ma position à Reiver. Elle remettait en cause ma présence même au sein de l'avant-poste. Trop obstinée et fière pour me résoudre à l'âpre constat qu'il aurait mieux fallut que je fuis, à Helion ou dehors, plutôt que de persévérer dans l'idée de rester, il s'avérait pourtant qu'un point de non retour existait. Un point où bien malgré moi, je devrais peut-être mieux donner satisfaction à mes détracteurs en trouvant le moyen de quitter cet endroit... Un extrême que je n'étais pas encore prête à accepter mais que cette affaire pourrait bien me décider à envisager. Que ce soit pour ma survie, celle de Krymov, ou la préservation de Goran.

Sans que je n'ai à lever les yeux vers lui, je sentais son regard se poser sur moi. Il y avait entre nous cette imperceptible aura qui me perçait l'âme. Sur une intonation éloignant le moindre échappatoire possible, le Commandant me demanda ma version des faits. Les yeux rivés dans le vide, œuvrant pour ne pas me décomposer, je sentis mes lèvres s'entrouvrir avec difficulté avant qu'elles ne soient capables d'articuler une once d'explication. « Je rentrais des entrepôts quand Aidan m'a... interceptée. Il voulait... » Un instant d'hésitation. Rien ni personne ne pouvait prouver l'aversion qu'il me vouait, ces menaces qu'il proférait à mon encontre. S'il venait me voir en public, sa voix était toujours basse et son visage toujours bienveillant. Nos rapports devaient paraître presque amicaux aux yeux extérieurs... « Peu importe. J'ai tenté de lui dire de me laisser mais il... » Je passai ma main sur ma nuque, essayant d'occulter le souvenir de ce souffle écœurant ressenti. Cette respiration qui m'avait rappelé celui qui m'avait violée. Mon malaise était plus que notable... J'en peinais à trouver mes mots et à être cohérente dans mes explications. Je fermai les yeux et respirai profondément avant de les rouvrir. « J'ai appelé à l'aide, tentant de fuir Aidan jusqu'à ce qu'il me rattrape et me menace d'un couteau. Ensuite Kr... le sergent Sherkan est arrivé et... il s'est occupé de lui », me contentai-je de terminer en venant croiser mes bras contre ma poitrine. Loin d'être confiante pour la suite des événements. Si j'avais conscience de l'intérêt que me portait Wernher, j'étais loin de croire que cela suffirait à m'épargner les conséquences impliquées par le meurtre d'un de ses hommes.

Krymov aurait beau se montrer convainquant, aux paroles du Commandant et son ton, je ne pouvais m'empêcher de croire qu'il reporterait l'entièrement responsabilité de cet acte sur moi. Et je n'allais malheureusement pas lui donner tord... la culpabilité me rongeait. Si j'avais pu reporter la colère et la haine que m’insufflait Drake sur Aidan, qu'est-ce qui pouvait me dire que je ne viendrai pas à la reporter à nouveau sur quelqu'un d'autre ? La violence ne devait pas être une solution. Elle n'en était pas une. Si j'étais incapable de contrôler cette rage qui sommeillait en moi, mieux valait que je renonce à me battre, m'entraîner, me défendre.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar
Messages : 138
Médaillons : 437
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   Lun 23 Avr 2018 - 2:14

Elle jouait à quoi, là? Elle voulait vraiment que j'finisse au bout d'une corde ou d'vant un peloton d'exécution? En soi, j'dis pas, elle a juste répondu à la question de Wernher...M'enfin, elle avait quand même failli m'appeler par mon prénom, et le bureau du commandant, c'est TOUT sauf une safezone, bordel! Evidemment, ma mémoire a décidé pile à c'moment là d'me jouer un p'tit tour comme elle en avait parfois l'secret, et l'souvenir de ce baiser, l'autre soir, me vint à l'esprit, me faisant passer l'index et le pouce sur mes yeux  en baissant la tête, comme pour signifier une espèce de lassitude histoire d'planquer ma mâchoire crispée et  le léger rouge qui m'montait aux joues. Fallait qu'je trouve un truc, et vite! J'soupirais bruyemment après deux bonnes secondes de silence avant d'venir appuyer ses dires et rerouter l'propos du commandant sur moi.

- C'est un raccourci rapide, commandant. "à cause d'Eiven", j'irais pas jusque là: elle  s'est faite aggresser et elle s'est défendue comme elle a pu, j'dirais plutôt qu'c'est à cause d'Aidan...Bon, après, dans l'principe, j'déteste les combats pas singuliers et c'est mon job de faire régner l'ordre. Milicien entraîné et armé contre civile désarmée et encore en formation, elle y est pour rien, j'ai juste un p'tit peu trop pacifié la zone, mais d'là à dire qu'c'est sa faute... si on part par là, c'est à cause des miliciens que Drake est un connard fini qui intimide ses gars mais qui f'rait pas cinq jours dehors.

Bon, après m'être rendu compte que j'venais d'cracher sur mon officier supérieur devant mon commandant, j'ai froncé rapidement les naseaux avant d'baisser la tête en soupirant.

- Ca m'a échappé, toutes mes excuses, commandant. Mais c'est pas elle la responsable, Dizel vous l'dira. Aidan a dépassé les bornes, j'l'ai buté. Y a qu'Dizel, Eiven et moi qui savons qu'elle est impliquée. Officiellement, si vous préférez dire qu'c'était une rixe entre lui et moi, ça évitera que la totalité de l'avant-poste persifle pendant des plombes. T'façon, c'est juste un homicide. Annoncez le tarif, commandant, j'suis plus à une sentence près., j'ai dit, désabusé.

Et...Il fallait admettre que c'était pas faux. J'veux dire, une punition d'plus ou d'moins...L'outside, c'était encore c'que j'préférais, alors sans doute qu'il allait m'coller une bonne vieille tâche ingrâte, quelques jours/semaines d'isolement (et encore, si on v'nait à manquer d'effectifs ou quoi, j'en sortirais sans doute), éventuellement une p'tite séance de torture...De quoi éprouver l'physique de n'importe qui, et l'mental de quiconque se soucie d'son existence. Pis quand on a conscience qu'on meurt tous un jour, on s'en fout. On accepte et on avance. On s'résigne. Et ça f'sait un moment que j'm'étais résigné.

Et il y avait Eiven.

Sérieusement, Wernher goberait jamais qu'c'est eiven qui l'a descendu. L'explosion d'cervicales, le défonçage d'os, les plaies ouvertes...C'était pas à la portée d'une nana qu'a le gabarit d'une sauterelle anorexique en plein hiver. Bien roulée, certes, mais quand même. La machine était lancée, et ce n'était plus de la persuasion qu'il allait falloir à Eiven pour m'sauver l'cul si Goran décidait d'me coller sous l'gibet, c'était un miracle...et j'croyais pas aux miracles. J'lui ai collé une boîte dans l'épaule, sans méchanceté, juste histoire de la secouer un peu et d'appuyer l'propos.

- Eh, Hadler. Respire, c'est qu'un blaireau d'moins. Toi, t'as rien à t'reprocher.

C'était vite dit, "rien", elle avait juste au trois quarts buté un gars d'Hiaana, pis j'avais fini l'taf histoire de couvrir ses traces, mais officiellement, fallait qu'elle continue de stresser comme une dingue. " tabasser un mec désolée mais pour les gens normaux c'est choquant, Krymov !", qu'elle m'avait dit...J'avais jamais vraiment vu les choses sous cet angle, mais en tout cas, si y a une chose qu'j'avais bien observée, c'était qu'un type à peu près calme qui t'dit "respire" et "t'as rien à t'reprocher" dans la même phrase, qu'tu sois coupable ou pas, ça a tendance à accentuer l'phénomène de stress si la situation s'y prète. Or là, j'voyais pas mieux pour faire un peu plus empirer les choses. J'ai fait une petite grimace en m'retournant vers Goran.

- ...Ok, J'me suis plus que "un peu" emporté. Ca fait... neuf ans qu'j'ai pas buté quelqu'un  d'mon propre chef, commandant. Neuf ans. J'étais pas parti pour, mais j'avais pas mes armes sur moi, et il s'est pas laissé désarmer. Alors avant d'aller plus loin : non, j'recommencerais pas si c'est pas nécessaire. Et oui, ça soulage. Onze ans. Ca f'sait un bail..., j'ai lâché d'un air songeur, le r'gard dans l'vide. Si avec ça, Goran me foutait pas la peine capitale, j'pourrais m'targuer d'avoir une foutue chance. Par contre, si c'était Eiven qui prenait...Bon, ben c'était qu'elle aurait merdé, parce que j'pouvais pas faire beaucoup mieux.

@Goran Wernher

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran   

Revenir en haut Aller en bas
 
(04/01/2481) It wasn't meant to be ▬ Eiven, Krymov & Goran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: QG :: Commandement-
 
Sauter vers: