AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP

Flash info
MàJ Mise à jour #6 en place, un coup de neuf o/
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
40 joueurs ◈ 61 personnages
30 Hommes ◈ 31 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 12 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Dim 8 Avr 2018 - 17:08



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

De détails glanés et intentions avisées, je parvenais à éviter certains nuisibles ayant la fâcheuse habitude de me causer des ennuis ou raviver des cauchemars qui malgré la distance persévéraient à me rendre les nuits impossibles. Si ma mine était basse, je n'en restais pas moins efficace dans les tâches qu'on me confiait aux entrepôts. À chaque soir quand venait le moment de me coucher, j'espérais que la fatigue m'abattrait de sommeil. Mais rien n'y faisait. Si je parvenais à dormir plus de trois heures, je m'estimais déjà heureuse. Une situation qui ne s'améliorait pas avec les défaillances de l'avant-poste. Après l'explosion, le bloc où je résidais avec Kaenya s'était retrouvé coupé d'énergie. Nous devions nous entasser dans un autre bloc où les compartiments de deux se transformaient en entassement de cinq. Si le fait de partager une chambre avec d'autres n'avait jamais été un problème à mes yeux, depuis mon agression c'était différent. Beaucoup de choses l'étaient depuis ce jour. Cette nuit. Ces atrocités...

Je rejetais l'idée que ça ait pu m'apporter quoi que ce soit de positif, mais cette appréhension perpétuelle et cette tendance à constamment regarder ce qui se passe par-dessus mon épaule m'évitait sûrement bien des ennuis. Évitant les risques, restant discrète et impassible lorsque menaces et remarques désobligeantes me parvenaient. Ceci avait tendance à nourrir une frustration néfaste, de celle qui m'avait encouragée à faire du mal à Aidan. Mes détracteurs en jouaient, certains comme Asher s'en amusaient même. Ma volonté était mise à l'épreuve alors que les entraînements avec Krymov se raréfiaient. Si je persévérais, c'était dans l'idée d'apprendre. Pour ne rien éveiller en soupçons ou en questions, pour ne pas avoir à tenter de faire confiance à un autre, je continuais de faire ces entraînements avec Sherkan. Il y avait une tension réciproques bercée par deux raisons très différentes. J'ignorais l'intérêt qu'il me portait et mettais sa distance sur le compte des ennuis que je lui avais attiré. De mon côté, je le considérais comme une erreur. Un attachement provoqué par ce sentiment que j'avais d'être seule et désorientée. J'avais confondu aimer avec aider et m'en mordais les doigts à chaque fois que je croisais son regard pourtant ignorant de ce qui avait pu se passer. Une honte qui me renfermait sur moi-même et qu'il devait sûrement mettre sur le compte de ce qui était arrivé à Aidan.

Si depuis mon arrivée à Reiver et même depuis la dissolution de mon groupe de survivants aucune étincelle n'avait su frayer son chemin dans les ténèbres qui m'engouffraient, j'avais de plus en plus l'impression de m'éteindre. Gaspillant bien plus d'énergie à faire en sorte qu'on me laisse tranquille qu'à tenter d'apporter ma pierre à l'édifice. Bien que ce soit au détriment des aspirations que toute personne devrait être en droit de posséder, au moins j'étais dans les clous imposés par l'avant-poste. Je ne comprenais pas comment les miliciens et autres civils parvenaient à se sentir dans leur élément en ces lieux. À part des personnes telles que Marko Eil ou Heather Rowe qui, de toute façon, ne vivaient que pour l'avant-poste et la défense d'Helion. Même le Commandant, je peinais à croire qu'il soit réellement satisfait de sa situation. Sûrement l'homme le plus dépeint par son rang que par sa personne dans tout Reiver, il m'apparaissait pourtant comme l'une des personnes qui se contraignaient le plus pour poursuivre cette vie à l'avant-poste. Il avait beau transpirer de valeurs louables et loyales envers Reiver, il ne m'en semblait pas être plus accompli pour autant. Une concession peut-être due au fait que Wernher devait constamment cacher sa nature. Si nous n'abordions que rarement le sujet, je savais que si sa hiérarchie venait à apprendre ce qu'il était, tout basculerait pour lui.

Avec dépit, je considérais que s'il était capable de continuer à vivre tout en étant aussi renfermé je pourrais bien en être capable également. Finir par me faire une raison et accepter cette perspective terne et morne. Ne croisant que quelques regards tantôt dubitatifs, méprisant ou indifférents, je traversai le QG pour monter les marches qui menaient jusqu'au bureau de Goran. Drake n'était pas là, Hylios me l'avait assuré. Sans doute allait-il un jour se demander pourquoi je prenais autant de précautions à ne pas vouloir croiser le capitaine de la défense, mais pour l'heure, il devait juste mettre ça sur le compte de la réputation - loin d'être exagérée, de ce que j'en savais - de connard qui le précédait. Le fait qu'il me déteste n'était un secret pour personne de toute façon... Alors il ne serait pas difficile de trouver une excuse pour justifier la distance que je mettais entre nous. Sans Drake, le QG restait l'endroit le plus asphyxiant de Reiver à mes yeux. Il n'y avait qu'une pièce qui, au contraire, me semblait être la plus sûre de l'avant-poste. Frappant à la porte de Goran, j'entrai sans attendre son approbation. Un plateau en main, je refermai la porte derrière moi. « Bonsoir Commandant, lançai-je d'une voix basse. Vu l'heure, je me suis dit que vous deviez avoir faim... » Lançai-je simplement en posant le plateau sur le bord de son bureau. Il n'y avait pas grand chose, un rationnement drastique était déclenché pour assurer la pérennité des réserves le temps que tout entre dans l'ordre et les officiers voyaient également le contenu de leurs écuelles réduire. Ça restait mieux que les barres synthétisées à Helion, même si ces dernières apportaient tout ce dont avait besoin un adulte dans un repas.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 475
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Lun 16 Avr 2018 - 14:18


Avec les derniers événements, Goran n'avait plus une seconde à lui. Étant le commandant de Reiver, c'était à lui de gérer tout ça et de donner les ordres. Autant dire que c'est loin d'être une chose facile à faire ! Certes, depuis le temps qu'il est en poste il a l'habitude, mais ce n'est pas pour autant que ceci en est moins fatiguant. Personne ne peut louper ses cernes qui deviennent bien trop visible à son goût et ses traits tirés qui montre la fatigue qui commence à le faire souffrir. Comment pourrait-il se reposer ? Trop de chose tienne sur ses épaules pour qu'il prenne du temps pour lui. Quoi que dans le sens inverse, s'il s'écroule, ça risque de partir dans tous les sens à Reiver et il ne peut pas le permettre non plus. Alors, il s'accroche ! Il sait que ce n'est qu'un mauvais passager à passer qu'au bout de quelque temps tout finira par revenir dans l'ordre, du moins il l'espère.

C'est à peine s'il fit attention qu'on venait de frapper à sa porte. Il était bien trop concentré sur la lecture d'un rapport sur les dommages qu'avaient subis la base dernièrement. C'est loin d'être rassurant et les réparations vont prendre du temps. Ceci pourrait aller plus vite avec plus de main d’œuvre, mais il n'a pas forcément les compétences sous la main. Alors, il va falloir se contenter de ce qu'il a pour le moment. La voix d'Eiven le fit sortir de sa lecture, son regard se levant sur elle, alors qu'elle posait un plateau sur le coin de son bureau. Elle venait de lui apporter à manger. Est-ce nécessaire ? Plus que les autres, il est du genre à se sacrifier et bien moins manger.... vous savez il faut donner l'exemple. D'un autre côté, vu sa fatigue et le travail qu'il fait, s'il ne mange rien il va perdre des forces et s'effondrer bien plus rapidement. "Merci, mais tu n'avais pas besoin de faire ça !" répond t-il en posant son rapport sur le bureau. Pour décontracter ses muscles, il passa l'une de ses mains dans son cou. Il le sentait, ses muscles étaient tendus et noués, rien de bon tout ça. Du repos, c'est ce qu'il lui faudrait ! Le commandant accorda quand même un sourire à la jeune femme pour son intention qui lui faisait chaud au cœur quelque part. En venant, elle lui offre la possibilité de prendre une pause bien mérité ce qui ne peut pas être plus mal. "Je t'en prie, assis toi un instant. Je crois que j'ai besoin de me changer les idées. Je n'arrête pas de courir partout et de lire les rapports sur la situation. Je n'ai plus une seconde à moi !" déclare t-il en posant enfin son dos contre le dossier de son siège. "Personne ne t'as rien dis quand tu as pris ça ?" questionne t-il en montrant le plateau. Avec les restrictions, il se demande vraiment par quel miracle elle est parvenue à s'emparer de nourriture.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Mar 17 Avr 2018 - 12:51



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

À ses remerciements, je me contentai de hausser les épaules. Après ce qu'il faisait pour moi, je considérais que ce genre d'attentions pouvaient se passer de ces politesses. Si mes traits étaient tirés, je voyais bien que ceux de Goran l'étaient également. Sa fatigue était sans doute plus saine que la mienne. Les temps étaient rudes, peut-être plus que jamais. Cela lui pesait sur le cœur sûrement tel un père incapable de nourrir tous les siens et de leur apporter cette sécurité à laquelle ils s'attendent. Sa dévotion était telle que sa propre condition semblait lui être égale. Le Commandant me dépeignit la frénésie de ces derniers jours. Rythme soutenu et insoutenable. Continuer ainsi n'amènerait rien de bon... ni pour lui, ni pour les problèmes auxquels il doit trouver des solutions. Semblant s'accorder de lâcher prise un instant, il m'interrogea sur la façon dont je m'étais procuré ce maigre plateau - que l'on pouvait considérer comme copieux vu les restrictions en place - je fronçai un instant les sourcils à imaginer devoir me mettre sur la défensive en lui assurant que je n'avais rien volé. Mais cette idée s'évada d'un cillement.

Peut-être devenais-je un peu trop paranoïaque sur les bords... à constamment devoir justifier le moindre de mes actes de peur d'être sanctionnée. Reiver pouvait se targuer de ceci : à défaut d'être docile, j'évitais la sanction. Cette impression d'être un animal trop borné pour être apprivoisé, que l'on réprimande sans s'attendre à ce qu'il comprenne pourquoi, juste que s'il fait telle ou telle action, une punition l'attend. Si cette réaction était en grande partie à attribuer au capitaine de défense, le mérite en revenait également à Asher et toutes ces personnes qui s'étaient passées du carcan des règles de l'avant-poste. Ça n'empêchait pas les ennuis de me poursuivre ni les faux pas d'être faits, mais ça m'en évitait sûrement certains... « J'ai demandé un plateau pour vous, ils se soucient sûrement de votre état et préfèrent rogner sur quelques rations pour s'assurer que vous ayez de quoi tenir le coup. » Ou peut-être parce que c'était le Commandant... même si c'était de notoriété publique qu'à Reiver, les gradés savaient se privés pour le bénéfice du plus grand nombre. Mais de mon côté, j'étais réellement inquiète. Sans douter de ses capacités à tenir bon, je n'aimais pas voir ceux que j'aimais devoir se priver. Même si c'est au nom d'un quelconque bien commun.

Sans attendre de réponse, je me relevai et vins me placer derrière lui. Loin de représenter une quelconque menace pour Wernher, je me permis de poser mes mains sur ses épaules afin de les masser. Ou tout du moins d'essayer... ses muscles paraissaient crispés de toutes ces tensions qu'il devait gérer. Tout le monde paraissait avoir besoin d'une pause. De quelques jours d'hibernation et de relâche. J'ignorais si c'était possible, quels risques encouraient l'avant-poste si tout se mettait en veille ne serait-ce qu'une journée. Mais il était évident qu'à poursuivre cette frénésie, des nerfs finiraient par exploser...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 475
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Sam 21 Avr 2018 - 17:42


Au final, le fait qu'elle soit venue avec à manger n'est pas si grave. Si elle n'aurait pas emmené le plateau, il n'aurait sûrement rien mangé ce soir. Au moins, son estomac aura quelque chose à digérer cette nuit et il ne perdra pas de force. Il se prive bien trop souvent ou ne mange tout simplement pas par manque de temps. Ce n'est pas bien, il le sait, mais quand la fatigue le guette, il a tendance à préférer compter sur une ou deux heures de sommeil. Il attrapa la première chose qui le passa sous la main sur ce plateau pour en croquer une partie et savourer le goût et le fait de tout simplement manger. "Il faut croire que tu es la seule à te soucier de moi. Si c'était vraiment le cas de la part des autres, on m'aurait déjà emmené à mangé depuis longtemps," constate t-il après avoir finit sa bouche. "Merci de l'attention que tu me portes !" A la base, c'est lui qui fait attention à elle et qui la protège et pour une fois, aujourd'hui c'était l'inverse. C'est sa protégée qui vient s'occuper de lui. A croire que c'est le monde à l'envers, mais quelque part, ce n'est pas désagréable d'avoir quelqu'un qui pense à lui pour une fois.

Il observa la jeune femme se lever pour venir se placer derrière lui. Il ne savait pas ce qu'elle venait faire, jusqu'à ce qu'elle pose ses mains sur ses épaules et qu'elle commence à le masser. Il fut surprit. Jamais personne ne lui a fait un massage avant ce jour. Il voulait lui demander d'arrêter, puis finalement, ce n'était pas désagréable. Pour une fois, il décida de se laisser faire et de profiter de l'instant. Certes, c'était quelque peu douloureux car ses muscles étaient vraiment contracté. C'est l'accumulation d'un tresse et de beaucoup de pression depuis trop longtemps déjà. Il baissa sa tête vers l'avant tout en soufflant légèrement, Eiven est vraiment une sorte de bonne fée pour lui. Que ferait-il sans elle ? Et surtout comment a t-il fait avant son arrivée ? "Tu n'es pas obligée de faire ça tu sais ?" dit-il, car il ne veut vraiment pas qu'elle se force. Mais quelque part, si elle le faisait, c'est qu'elle en avait envie.

Au bout d'un moment, il finit par attraper l'une de ses mains, il ressentait le besoin de la toucher pour une obscure raison. Doucement, il se tourna vers elle pour lui faire face, tournant ainsi son siège dans sa direction. "Pourquoi es-tu si gentille avec moi ?" lui demande t-il simplement en la regardant. Il se permit de se lever pour se retrouver à sa hauteur... certes, il est plus grand elle, mais au moins il se sentait moins petit que sur son siège. Il tenait toujours l'une de ses mains dans l'une des siennes, comme s'il ne voulait pas la lâcher de peur qu'elle s'en aille. Pour être honnête, cacher ses propres sentiments à lui même devient de plus en plus difficile et pire encore quand elle est aussi proche de lui et aussi prévenante. "Eiven... est-ce qu'on doit continuer de se voiler la face toi et moi ?" se questionne t-il. Dernièrement, il pense bien trop à elle, ce n'est pas normal et il commence à se dire que rien ne pourra y changer et qu'aller à l'encontre de ses sentiments n'est peut être pas la meilleure chose à faire. Le souvenir de ce baiser le hante...

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Sam 21 Avr 2018 - 22:41



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

Un sourire esquissé dans un froncement de sourcils. Rares étaient les résidents de Reiver qui se donnaient réellement la peine de s'occuper des autres à vrai dire... alors effectivement, si en pensées une attention pouvait être portée envers le Commandant, ça ne se bousculait pas au portillon pour venir lui prêter main forte sans qu'il ne le demande. Au-delà du fait que Wernher soit dans les rares personnes à ne pas me considérer comme une erreur, qu'il soit le seul à se battre pour moi quelques soient les enjeux, ça me paraissait naturel de lui rendre service. Ce n'était pas une question de reconnaissance ni de lui être redevable - bien que je l'étais, mais ces attentions n'étaient rien comparables à ce que je lui devais - il s'agissait simplement de vouloir le soutenir. À vrai dire, je ne me posais pas de question sur le pourquoi du comment, de cette inspiration qui me portait lorsqu'il s'agissait de lui. M'étant toujours sentie en sécurité avec lui, apaisée, je supposais que lui rendre service me permettait tout bêtement de profiter de sa présence... « Je ne me sens pas obligée, rassurez-vous », répondis-je d'une voix silencieuse à sa fausse inquiétude.

Sa main se posa sur la mienne, figeant le mouvement circulaire de mes doigts sur ses épaules. Un frisson me traversa, de ceux qui prévenaient d'un danger imminent. Or, je savais pertinemment qu'il n'y avait rien à craindre. Ça venait d'autre chose et me mit quelque peu mal à l'aise lorsque Goran tourna son siège pour me faire face. Si l'une de mes mains était venue longer mon corps, l'autre restait attachée à la sienne avec une douceur ferme. Sa question me troubla quelque peu et seul mon silence lui répondit. Haussement d'épaule timide à ne pas vouloir mettre de mots sur cette réponse. Le Commandant se leva de son siège, dépassant ma hauteur de ces centimètres qui nous séparaient en taille. Intriguée et le cœur palpitant, je levai les yeux pour ne pas quitter les siens. Une lueur à la fois hagarde et curieuse.

La véritable question qui en suivait me fit rougir sans qu'il me soit donné l'opportunité de l'éviter ou de le masquer. Sentant la chaleur de mes joues devenues écarlates, je baissai les yeux et cherchai à m'éloigner sans pour autant bouger d'un millimètre. Je ne voulais pas m'écarter... ni physiquement ni autrement. Un silence s'immisçait entre nous alors que je relevai à nouveau les yeux vers lui. Mon cœur ne cessait de tambouriner sur ma poitrine malgré l'effort que je mettais à garder mon calme. Si l'envie de quitter la pièce pour éviter cette discussion me traversait l'esprit, une petite voix en moi me faisait comprendre que ça n'aurait pour seul conséquence de repousser l'échéance.

Quelque chose nous liait, Goran et moi. J'ignorais pourquoi et comment. S'il s'agissait d'une alchimie ou d'une illusion. Y réfléchir m'effrayait, redoutant que réaliser ce qui se passait entre nous ne changerait rien et ne ferait que nous faire rencontrer un mur contre lequel on aurait beau se projeter, aucune faille n'apparaîtrait. Et je ne voulais pas être confrontée à cette fatalité. Me rendre compte qu'à côté de moi se tenait un bonheur qui me serait à jamais hors de portée. Fragilisée et instable, je craignais que ceci me pousse dans des retranchements qui viendraient à me nuire. Si le souvenir fougueux de ce baiser qu'il m'avait donné quelques mois auparavant gardait cette saveur passionnée dont la seule pensée suffisait à me faire frémir - pour une fois pas de peur ni d'horreur - j'étais toutefois parvenue à me dire que ça pouvait signifier tout comme rien. Que ce n'était qu'un instant d'égarement dont je m'étais résignée à laisser le sens m'échapper. Laissant bien plus mes appréhensions s'exprimer que les sentiments que j'éprouvais pour lui, je finis par articuler - non sans difficulté - un semblant de réponse. « Où est-ce que ça pourrait nous mener ? Que se passerait-il vraiment ? » Prononçai-je d'un ton perplexe, craignant de me retrouver face à cette fatalité redoutée selon laquelle le Commandant ne pouvait se permettre de faire une place pour nous dans ce monde qui le préoccupait déjà tant.

Ce statut quo paraissait nous préserver l'un et l'autre. Eviter Que l'on pousse une porte menant à un chemin qui nous dévierait de nos aspirations respectives. Si mes parents étaient parvenus à m'élever dans la croyance que l'on pouvait très bien vivre en suivant son cœur, Reiver m'avait forcée à croire que seule la raison et la logique permettaient de survivre. J'ignorais si j'étais prête à accepter ça, laissant les autres choisir pour moi. Si au fond mon âme brûlait de cette envie de tout envoyer balader pour n'écouter que mes sentiments, retrouver ne serait-ce que l'envie de sourire, je m'en tenais à ce que Krymov et Goran voulaient pour moi : me faire oublier, rester dans les clous et survivre. Est-ce que ça en valait la peine ? Est-ce que ça avait le moindre intérêt ? Je n'en étais pas persuadée... cependant, ce n'était pas un choix qu'il m'était donné de faire après ce que j'avais traversé ces derniers mois...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 475
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Lun 23 Avr 2018 - 16:53


A sa question, il ne sait pas s'il attendant une réponse ou une simple illumination qui pourrait lui dire quoi faire. Dans le fond, le Commandant est autant perdu que la jeune femme. D'autant plus que ressentir ce genre de chose est totalement nouveau pour lui. Jusqu'à aujourd'hui, il n'a clairement vécu que pour lui. Certes, il a un rôle important au sein même de Reiver, c'est lui qui dirige et qui doit veiller sur tout le monde, tel un berger sur son précieux troupeau. Mais c'est dans le seul et unique but de protéger sa propre vie. Goran n'est pas idiot, il sait qu'il est typiquement ce que Helios recherche. Le genre de personne avec des capacités extra-ordinaires. C'est simplement hors de question pour lui de finir en rat de laboratoire et de se retrouver sur une table d'opération à se faire charcuter et découper en petit morceau pour faire avancer la science ou dieu seul sait n'importe quelle autre connerie. C'est la même chose pour Eiven, il aurait pu la livrer, mais quelque chose à fait que non, elle pourrait le protéger malgré elle. Au départ, il ne pensait pas développer de quelconque sentiment pour elle. C'était juste un objet, il comptait se servir d'elle pour sauver sa propre vie et sacrifier ceux qui passerait par là. A présent la donne a changé. Elle n'est plus qu'un simple objet de distraction, elle est précieuse à ses yeux.

La réponse à sa question, fut simplement de nouvelles interrogations. Encore et toujours... des questions sur un futur trouble et une relation presque impossible. Son regard s'égara sur le sol, comme si ce dernier allait faire apparaître la solution à chacun de ses problèmes, chose qui naturellement, n'arrivera jamais. L'une de ses mains vint se poser l'une des épaules de la jeune femme et il trouva la force de la regarder en face de nouveau. "Comment je pourrais le savoir ? Ça peut nous mener droit dans le mur, comme ailleurs. Le seul moyen de le savoir c'est d'avoir le courage de franchir le pas..." répondit-il finalement en osant la regarder directement. Il est même étonné de dire ça lui même, d'avoir quelque part envie de passer au dessus de tout ça et d'essayer de vivre quelque chose de nouveau. Les risques, il les connaît, peut être que c'est le moment d'appliquer ce vieux proverbe qui dit "pour vivre heureux, vivons caché". Parfois, certaine choses valent la peine de prendre des risques, c'est peut être le cas ici ? Il n'en sait rien, mais ce qui est certain, c'est qu'une décision devra être prise. A moins qu'ils continuent de vouloir nier ce qu'il y a entre eux, entretenant cette tension qui existent jusqu'à ce qu'un jour ça les détruises de l'intérieur.

Goran fit glisser sa main qui était posée sur l'épaule de la jeune femme, le long de son bras, jusqu'à trouver sa main. Son regard était pensif et lointain pendant quelques secondes. En vain, il essayer d'imaginer les différents scénarios possibles. C'était une torture, car au final tous se révèlent compliqué, que ce soit résister à cette attirance ou si jeter corps et âme. Son regard se plongea de nouveau dans celui de la jeune femme, certainement à la recherche de quelque chose qui pourrait le repousser, d'une lueur contradictoire, mais ce fut un échec. Ce qu'il pouvait y lire, c'était les mêmes choses que son propre regard, il en était presque certain. "Pour une fois, je n'ai pas envie de vivre dans le regret !" s'exclame t-il avant de joindre rapidement ses lèvres aux siennes dans un baiser des plus passionnés. Son corps tout entier frémit d'un désir nouveau, son ventre se mit à lui crier à quel point cette décision était intense au vu des milliers de petits papillons qui y virevoltaient en ce moment même. Wernher n'avait pas l'intention de la lâcher, pas tout de suite en tout cas. Il voulait se laisser aller pour une fois, perdre le contrôler, se laisser à sa nature primal d'être humain, pour se sentir vivant juste une fois, dans les bras de cette femme.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Mar 24 Avr 2018 - 3:17



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

Lui-même semblait dépassé par ses mots... Pourtant, il y avait cette envie commune de faire tomber le voile, de ne plus se poser de questions et d'accepter. Loin d'être une chose facile... Si douter de mes sentiments envers lui relèverait du déni plus que d'une simple naïveté, ce n'était pas pour autant que j'étais prête à les accepter. Égoïstement je maudissais son rang et ses responsabilités. Car quoi qu'il se passe, Reiver passerait toujours en premier et pour ne pas lever le moindre doute sur cette priorité, je savais pertinemment que jamais je ne pourrais avoir de réelle place à ses côtés. Si mon cœur se fichait éperdument de toutes ces notions, ma raison le rattrapait, laissant la peur me dominer. Ce que je ressentais pour lui allait au-delà d'un simple caprice. D'une lubie passagère et éphémère. Raison pour laquelle je ne voulais pas que toute ceci soit pris à la légère.

Ses doutes transparaissaient autant que les miens dans ces interrogations silencieuses qui nous bordaient et nous maintenaient inconsciemment plus proche l'un de l'autre. Un appela au courage de se jeter contre ce mur. Solide ou non. Si je tressaillais d'un soupçon de peur latent, son regard me coupa le souffle. Une main glissant de mon épaule à mon bras et ses yeux captant les miens dans un vertige. Je pris une longue et lente inspiration, essayant de réfléchir à la situation alors que mon esprit paraissait incapable ne serait-ce que de me permettre de me souvenir de mon nom...

Liant sa main à la mienne en entrelaçant mes doigts autour des siens, chaque seconde en contact avec lui me rendait de plus en plus fébrile. Levant mes yeux vers lui, je comprenais qu'aucun de nous n'aurait la volonté suffisante pour éviter cette chute que l'on s'apprêtait à faire. Je ressentais bouillonner en moi cette sensation euphorisante stimulée par l'adrénaline. Un pas au bord du précipice, le regard suffisant à faire perdre l'équilibre.

Si Wernher avait toujours conserver cette distance et ce froid naturel envers moi, même lors de ces brefs instants où il s'accordait de paraître humain, le voir ainsi se faire dominer par ses émotions et ses sentiments me déstabilisait. Si un instant j'avais pu penser à une nouvelle ruse, une manipulation afin de me garder ici plutôt que de me voir glisser doucement vers la sortie après tout ce qui m'était arrivé à Reiver, son expression faisait s'envoler toute suspicion... La peur infondée que ce puisse être la plus grosse erreur qui nous était donnée de commettre maintenait mon silence alors que dans une confidence clamée, le Commandant vint franchir le pas. Faire ce saut que durant des mois nous avions redouté d'exécuter. Alors que ses lèvres vinrent se joindre aux miennes, je faillis me décomposer... Comme si les centaines de frissons qui me parcouraient m'engourdissaient les jambes. Mes yeux se fermèrent et mes lèvres rendirent ce baiser volé dans une passion inavouée. Douce et délicate, tel le parfum d'une fleur propagé par une brise estivale. Ce baiser n'était en rien comparable à celui que nous avions honteusement partagé, il ne ressemblait guère à ceux qu'il m'avait été donné de recevoir ou d'accorder. Si la passion avait toujours animé mon cœur, c'était une toute autre force qui se mêlait à cette étreinte.

Mes mains vinrent se déposer délicatement sur son visage alors que je persévérais à ne pas mettre fin à ce baiser. Une pure folie, c'est tout ce que mon esprit notait. Une alarme qui rendait l'instant d'autant plus excitant. Le frémissement de mon corps faisait se hérisser ma peau. Tout ceci ne m'évoquait aucunement l'erreur redoutée. Comme s'il s'agissait en réalité d'une évidence contre laquelle nous nous étions tant de fois battus.

Une culpabilité naissait en moi à cet encouragement dont je faisais part. J'aurais dû le repousser malgré la célérité de son geste... le soutenir et non le laisser emprunter cette route tortueuse... Quand bien même l'envie m'en dévorait l'âme... Rien ne m'assurait que demain le regret ne sera pas, au contraire, d'avoir posé une nouvelle fois ses lèvres sur les miennes... Reculant mon visage de quelques millimètres pour tenter de reprendre mon souffle, apaiser cette fièvre qui nous enivrait, je fixai sa bouche en remontant mes mains à son torse. « Il m'est impossible de nous regretter... Mais ne jouez pas avec moi... » ordonnai-je dans un murmure. Si je ne doutais pas de la nature de ses sentiments, je voulais parvenir à me préserver malgré ce qui nous attendait. Je n'étais pas sûre de pouvoir être à la hauteur mais ça ne m'empêcher pas de vouloir m'assurer que lui le soit. Goran savait ce qui m'était arrivé et devait se douter que les choses ne seraient pas aussi faciles que ça devrait l'être. Ma main droite vint se hisser jusqu'à son cou alors que mes yeux se relevaient vers les siens. Ils éveillaient en moi tant d'émotions... un tourbillon dans lequel je voulais m'abandonner corps et âme... laissant mes peurs de côté, je l'embrassai à nouveau, sentant peu à peu ma raison se faire terrasser par ce que je désirais réellement : Goran...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 475
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Mer 25 Avr 2018 - 16:44


C'était trop tard... Il venait de succomber, de franchir cette barrière qu'il avait tenté de faire tenir depuis plusieurs mois déjà. Mais c'était vain à présent. Goran en avait tout simplement marre de résister, de se priver d'une chose qu'il désirait plus que tout au monde. Jamais il ne pense à lui, les autres passent toujours avant, sa vie n'était qu'au service de Reiver. N'est-ce pas le moment que ça change enfin ? Mais pourquoi a t-il fallu que ça tombe sur elle ? Sur Eiven, la fille que les gens n'aiment pas et qui n'est pas vraiment intégré comme il le faudrait. Tant pis ! Parfois, il faut laisser les choses se faire. Un baiser... ça ne peut pas faire de mal ? Oh, ça pourrait tellement mettre le chaos et si quand bien même quelqu'un le sait et tente de mettre le bordel, le commandant se montrera sans pitié. C'est sa vie, non ? Il a bien le droit de faire ce qu'il veut, d'aimer qui il veut sans qu'on vienne lui casser les pieds.

En ce moment, il ne pensait pas vraiment aux autres, il était bien trop occupé à se perdre dans ce baiser qu'il donnait à sa belle. Et vous savez quoi... elle répondait à ce dernier, c'était tout ce qui comptait en ce moment. Il ne pouvait clairement pas espérer mieux. Les mains de la jeune femme sur son visage l'aurait presque fait fondre, le faisant frissonner davantage. De sa vie, c'est la première fois qu'il ressent quelque chose comme ça. C'est aussi la première fois qu'il a l'impression d'être réellement vivant et de ne pas vivre uniquement pour lui. C'est à la fois terrifiant et merveilleux comme sentiment. Est-ce que c'est ça l'amour ? Pour l'heure, il ne serait le dire, mais quoi qu'il en soit, c'est un sentiment intéressant qu'il a envie de continuer de ressentir encore pendant longtemps.

A la fin de ce baiser, il avait souffle court et la jeune femme murmura quelques paroles. Tout comme elle, il n'avait pas l'intention de regretter ce qu'il se passe. C'est en âme et conscience qu'il a franchit le pas pour l'embrasser. Et jamais il ne voudra "jouer" avec elle, d'une quelconque manière que ce soit. Goran est sincère, ça fait bien trop longtemps que ça le torture, qu'il a envie de franchir cette étape sans avoir eu le courage de le faire plus tôt. Mais plus les mois ont passé, plus ce désir, cette envie et ses sentiments ont grandis et aujourd'hui, il tente le tout pour le tout. "Eiven..." souffle t-il en venant poser doucement son front contre le sien. "Je n'ai pas l'intention de jouer avec toi. Je suis sincère et ce que je ressens au fond de moi est réel ! Depuis tout ce temps, tu es la première personne qui me rend vivant et surtout humain," explique t-il dans un murmure. En même temps, il vient glisser ses mains dans les siennes, rendant cet instant bien plus intimiste et plus important. "Je n'ai aucune envie de te faire souffrir. Je veux... je veux juste te protéger et être avec toi," assure t-il en reculant légèrement son front pour la regarder droit dans les yeux. C'est sa manière à lui de lui dire qu'il l'aime, sans pour autant dire les vrais mots, car pour le moment c'est une chose difficile à faire. Puis, elle l'embrassa de nouveau et il se laissa transporter sur ce doux nuage. C'était incompréhensif tout ce qu'il ressent pour elle, mais il a finit par accepter ses sentiments. Avec douceur, il posa ses mains sur les hanches de la demoiselle et collant son corps contre elle, gardant tout de même une certaine retenue pour ne pas lui faire peur, mais faisant tout de même en sorte que leurs deux corps soient plus en contact. Goran n'a pas l'intention de brusquer les choses, il est prêt à attendre s'il le faut. Le simple fait de pouvoir l'embrasser était déjà un grand pas en avant entre eux.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Jeu 26 Avr 2018 - 2:38



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

Folie envoûtante qui nous transperçait le cœur, nous faisait perdre haleine. Difficilement persuadée que nous ne faisions pas une erreur, j'en étais cependant sûre que nous nous enlevions un poids sur l'âme. Si notre union défiait les lois du destin, qu'il en soit ainsi. Les mots de Goran m'assurait que quoi que ça puisse nous coûter, je voulais partager cet instant avec lui, et bien d'autres encore. Je voulais croire que lovée dans ses bras, il me serait donné de retrouver un semblant d'espoir, de stabilité. Il avait été mon repère depuis mon arrivée à Reiver. Le premier à m'accorder sa confiance, le premier à me considérer. Le premier à réellement m'aimer ? Si l'idée que ma vie lui appartienne me déplaisait au départ, pestant face au fait qu'il me soit incapable de faire mes propres choix à n'importe quel niveau, aujourd'hui j'aurais été prête à lui offrir mon âme toute entière. Mais ça... il l'avait déjà. Peut-être sans en être conscient... J'étais juste trop têtue pour accepter cette vérité lorsque Krymov me l'avait dite.

J'avais fait une erreur avec le sergent. Pensant que Goran ne pourrait jamais se permettre de m'offrir quoi que ce soit de plus que son visage de Commandant. Perdue et croyant être laissée pour compte, qu'un simple objet posé dans un tiroir en attendant que l'on ait besoin de lui, j'avais fait l'erreur d'un pas envers Krymov. M'imposant à lui plus que ne le feraient un disciple envers son mentor, ou deux amis. J'espérais que de m'être éloignée de lui avait effacé les ambiguïtés qui nous avaient portées jusqu'à lors. Car à ressentir ce que m'inspirait Wernher, je réalisais ma bêtise. Encore une fois, Sherkan aura eu raison. S'il n'en saurait rien, de mon côté résonnerait toutefois la culpabilité de l'avoir entraîné dans mes ombres. Si j'ignorais ce que lui ressentait pour moi, je peinais à croire son discours détaché et désintéressé après tout ce qu'il avait fait pour m'aider.

Suivant l'invitation de ses gestes, je rapprochais mon corps du sien. Les battements de mon cœur frappaientfrappa ma poitrine comme s'il s'agissait de la première fois. Nos lèvres à nouveau entrelacées me transportaient dans un vertige que nul rêve ne pouvait imaginer reconstituer. Douce étreinte de nos âmes éveillées venant sceller nos êtres. Si mille fourmillements me dominaient, faisant croître cette excitation latente refoulée, je gardais une retenue qui ne me définissait guère... chaque geste, chaque mot, se laissait poser en toute liberté de mœurs et d'instinct. Chose qui pouvait choquer certains réfugiés... mais les carcans sociaux venaient à créer des abominations telles que Drake. Alors peu m'importaient les jugements que l'on pouvait faire à mon égard. L'image d'une sauvageonne sans principe ni éducation était loin de me convenir, cependant je me refusais de laisser ma vie être dictée par de viles jugements soit-disant moraux. De toute façon, pour la majorité de mes détracteurs, j'étais déjà intime avec le Commandant...

Si au départ j'avais eu peur de leur donner raison, mes désirs semblaient prendre le pas. Propriété Wernher sans pourtant en porter le nom, je ne voyais plus le tord que tout ceci pourrait causer. Les ragots ? La jalousie ? La seule chose qui me préoccuperait serait que l'allégeance de Goran soit remise en cause. Le fait qu'il ne se perde pas dans des légèretés telles que les sentiments lui conférait une certaine aura. Il n'était pas l'homme qui commandait mais était la personnification même de Reiver. À mes yeux, ça ne changeait rien, qu'il soit avec moi ou non. Car par-delà la fierté, la violence et la discipline, ce camm était humain. Il avait cette part bien plus sentimentale qu'il n'y paraissait. La loyauté envers Reiver, la solidarité, le partage. Des valeurs nobles entouraient l'avant-poste, à l'image de Goran. Et ce, malgré les drames isolés.

Empêchant ses yeux de fuir les miens, nos visages séparés que d'un souffle, je l'entourai de mes bras, ne m'éloignant pas d'un cil. « J'ai confiance en vous. S'il m'est arrivé de détester l'idée que ma vie vous appartienne, aujourd'hui je vous l'aurais offerte... je ne peux m'imaginer ailleurs qu'avec vous sans craindre que le monde me dévore... je me suis toujours sentie en sécurité à vos côtés, j'ignore si cette sensation vient de notre nature ou simplement de vous, mais j'ai ce sentiment d'être à ma place lorsque je suis avec vous. » Des vérités que je découvrais, d'autres dont je trouvais le courage de parler. Me blottissant contre lui, j'entendais le rythme soutenu de son cœur animer son torse. Bien des idées me traversaient l'esprit mais la peur de voir intervenir d'atroces réminiscences m'empêchait de me montrer plus démonstrative. À mes yeux clos, je sentis la fatigue se faire violence alors que l'excitation du moment s'acharnait à me maintenir debout.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 475
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Ven 27 Avr 2018 - 20:22


Elle lui faisait confiance ! Ce simple mot était synonyme de beaucoup pour lui. Ici à Reiver, à Hélion ou n'importe où dehors, la confiance n'est pas quelque chose qu'on accorde facilement aux autres. Alors, il ne peut être que heureux d'entendre se genre de parole. C'est un grand pas en avant. Si elle comprend enfin qu'elle peut lui faire confiance et le croire, elle peut se reposer sur lui et avoir un allier et plus encore. Ceci réussit à lui arracher un sourire, autant dire que c'est assez rare de voir ce genre d'expression sur son visage, mais ça confirme à quel point il aime la demoiselle. Bien que les mots ne soient pas là, ce qu'elle disait faisait penser à une déclaration d'amour. C'est suffisant pour le rendre heureux, du moins en ce moment. Lui, cette âme solitaire depuis son plus jeune âge, il a peut être trouvé quelqu'un avec qui partager des choses. Certes, il sait que ça ne sera pas facile et qu'ils devront se cacher car il ne veut pas faire de vague. Un jour ou l'autre, il espère qu'il pourra révéler ça publiquement et que tout le monde sera capable de l'accepter. Pour ça, il va devoir attendre qu'Eiven soit clairement intégrée à Reiver. Cela risque d'être long, mais ça arrivera pas. Il faut le temps au temps, il ne perd pas espoir, ce n'est pas son genre. Et de toute manière, même sans ça personne ne pourra l'empêcher d'avoir des sentiments pour cette femme, la seule capable de faire battre son cœur.

Alors qu'elle l'enlaçait, il passa ses bras autour d'elle et déposa un baiser sur le sommet de son crâne. C'était si affectueux de sa part, il s'étonnait de pouvoir se comporter comme ça. Finalement, Goran Wernher à un cœur, lui qui pensait définitivement avoir une pierre à la place de ce dernier. Tout est possible finalement. "Est-ce que tu veux bien rester avec moi ce soir ? Le canapé du bureau n'es pas des plus confortables, mais on s'y fait. Je suis sûr qu'avec toi à mes côtés, je parviendrais peut être à trouver le sommeil," propose t-il simplement sans arrière pensée. Il n'est pas idiot, il sait très bien ce qui lui est arrivé dernièrement et il ne compte pas la forcer. Ça peut paraître étrange, surtout de la part d'un homme, mais il ne veut pas que ça aille trop vite, peut être parce qu'il a peur de tout casser et que c'est aussi nouveau pour lui. Alors, plutôt que de compter uniquement sur des ébats torrides, il préfère largement profiter uniquement de sa compagnie, l'avoir blotti contre lui quand il dort. Avec un peu de chance, ça l'apaisera et il parviendra à dormir rapidement et profondément.

Lentement, il se détacha d'elle, rompant leur étreinte. Un dernier sourire bienveillant et il prit sa main pour l'embarquer vers le canapé ou il prit place, invitant au passage la demoiselle à faire de même. C'était loin d'être le grand luxe, il était usé depuis des lustres, mais il avait permit au commandant de sauver quelques heures de sommeil plutôt que de retourner dans sa chambre. Quand on manque de temps, on fait avec ce qu'on a. "Quand on est que tout les deux, tu peux simplement me tutoyer. Je n'ai pas envie d'être ton commandant en ce moment. Je veux simplement être ton ami... ton amant ? J'ignore le mot qu'on doit mettre sur notre relation, mais je serais tout ce que tu veux !" Lui-même a du mal à mettre des mots sur leur relation. Mais ça viendra ! Tout est tellement nouveau, il faut un petit temps d'adaptation.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Ven 27 Avr 2018 - 23:12



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

Son étreinte, sa tendresse, ce sourire... Tout chez lui obtenait le pouvoir de me faire fondre. Il me procurait une telle sensation de légèreté que j'avais l'impression que nous nous envolions. Le cœur s'allégeant peu à peu comme si cette déclaration à demi-mots mettait un pansement sur toutes les plaies qu'avaient causés les outrages que j'avais subi. Un frêle tremblement m'éprenait à réaliser ce qui se passait. Si j'étais encore incapable de lui rendre son sourire, au moins je recommençais à croire que ce serait possible un jour. Cette dernière année avait été si éprouvante que ce seul espoir m'émerveillait.

De sa voix rassurante, Goran me proposait de rester ici, avec lui. Une proposition qui aurait pu avoir une connotation indécente mais qui ne m'apparaissait guère comme tel. Une simple envie de rester l'un avec l'autre, ensemble. J'acquiesçai d'un signe de tête. « Je suis incapable de dormir dans mon bloc... même parterre je dormirai mieux que là-bas », confiai-je pour appuyer mon approbation. C'était comme deux pièce d'un mécanisme ; loin l'un de l'autre, on ne fonctionnait pas... Si ce constat pouvait être effrayant, je me surprenais à aimer cette idée. À l'aimer lui et me rendre compte que je souhaitais chérir le moindre instant qui me serait donné de passer à ses côtés.

Sans opposer de résistance, je me laissai guider jusqu'au canapé. Ce dernier avait l'air d'avoir du vécu... Combien de nuits s'était-il résolu à passer ici plutôt que dans son bloc tant son travail l'accaparait ? Je voulais l'aider, alléger ce fardeau qu'il portait pourtant fièrement. Le Commandant avait beau porter ce devoir tel un étendard, ça allait finir par le tuer... L'écoutant, je me joignis à lui sur le canapé. Sa façon maladroite d'essayer de nous caractériser me fit expirer un rire naturel que je tentai de réprimer, peinant à me faire à l'idée qu'il m'était accordé de ne pas le voir tel le Commandant de Reiver mais l'homme qu'il était réellement. « D'accord, Goran », échappai-je d'une voix douce en venant poser ma tête sur son épaule. Mes lèvres déposèrent un baiser dans le creux de son cou alors que je me blottissais contre lui. Parcourue d'un frisson de bien-être, je fermai les yeux pour savourer cet instant.

Il me serait bien difficile de jouer l'indifférente demain et les jours d'après si on se retrouvait en présence d'autres personnes. Mais je préférais ne pas y penser. Laissant une main parcourir son torse et son bras, rejoindre sa main et m'imprégner de sa chaleur, de son odeur, je chantonnais un de ces airs hérités de ma sœur. Sa voix cristalline me manquait et me manquerait jusqu'à la fin de ma vie, mais aujourd'hui plus que nul autre jour, j'étais persuadée d'avoir fait le bon choix. Cesser d'essayer de la retrouver, de chasser une ombre peut-être déjà disparue de cette Terre depuis des mois. Car ici, j'avais trouvé ma place. Si au début on me fustigeait, les tensions s'amoindrissaient. J'avais une place au camp. De rares mais fidèles amis. Et j'avais trouvé l'homme pour qui mon cœur battait... Cet homme dont l'aura me berçait de tendres pensées jusqu'à lors inavouées...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 475
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Sam 5 Mai 2018 - 18:59


Qui aurait pu un jour imaginer que la bête sauvage qu'est Goran pourrait finalement trouver l'amour ? Lui même à du mal à y croire, mais c'est pourtant bien ça. Il ne peut pas imaginer être loin d'elle et les moment ou il se sent le mieux c'est bien quand elle est près de lui. Ce soir, autant dire qu'après avoir décidé de briser la glace, il est l'homme le plus heureux du monde. Certes, c'est certainement une belle erreur, les choses risquent d'être plus compliqués, mais il préfère ne pas y penser, du moins pour l'instant. Faire des plans c'est pas trop son truc. Depuis toujours, il se contente surtout de vivre au jour le jour sans pour autant prévoir trop de chose dans un futur proche ou lointain. C'est d'autant plus vrai à Reiver, les choses peuvent bouger tellement vite. Il suffit de regarder les derniers mois pour comprendre ça. Alors, Goran ne fait pas de plan, il vit simplement en espérant que personne ne découvrira son secret, ni sa relation avec Eiver. Pour l'heure, ça lui semble bien trop prématuré de dévoiler ça. Alors, pour vivre heureux... vivons caché !

A présent, il était allongé avec la demoiselle sur le vieux canapé. C'était moins confortable qu'un lit, mais ça lui convenait parfaitement. Du moment qu'elle était là, tout lui convenait. Sentir sa présence dans ses bras, c'était presque magique. Un doux sourire se trouvait sur son visage. C'est fou, il n'imaginait pas que la présence d'une femme pourrait un jour le rendre si heureux. Son odeur, sa chaleur et même sa voix alors qu'elle fredonnait une chanson lui donnait l'impression d'être sur un petit nuage. Doucement, il ferma les yeux pour savourer l'instant juste après avoir déposé un tendre baiser sur son front. Dans ce genre de moment, il aurait typiquement pu lui dire "Je t'aime", mais il ne le fit pas. Malgré tout, il reste Goran Wernher, c'est trop tôt et difficile pour lui de dire ce genre de chose. Un jour, peut-être qu'il parviendra à le dire, mais pas maintenant. Et parfois, ne rien dire est suffisant. Entre est, c'est comme une évidence, pour le moment, il n'y a pas besoin de mots.

Au son de sa voix, il finit par tomber dans les bras de Morphée. Cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas endormit aussi vite. A croire qu'il suffit parfois d'une seule chose pour que tout aille bien. Son sommeil fut calme et doux, sans cauchemar, sans rêve horrible, juste une nuit réparatrice comme il n'en a pas eu depuis fort longtemps. Quand ses yeux s'ouvrirent, elle était là, endormi la tête contre son torse. Cette simple vision lui arracha un sourire plein de douceur tout en le mettant de bonne humeur. C'est fou ce qu'elle peut changer sa vie. Tendrement, il écarta une mèche de son jolie visage pour mieux l'observer. Goran décida de ne pas bouger, juste de profiter de cet instant et d'observer Eiven le temps qu'elle dort encore avant que cette nouvelle journée ne les sépares.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Lun 7 Mai 2018 - 14:05



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

Lovée contre lui, ma peau frissonnait à la moindre caresse de son souffle. L'euphorie de l'instant se retrouvait dominé par ma fatigue cuisante mais l'ivresse de l'instant me donnait la sensation d'être sur un nuage de coton dont il me serait impossible de me relever un jour. Une vague de bien-être que je n'avais jamais ressenti auparavant et qui, après tout ce que j'avais traversé, paraissait être une action divine.

Une vie passée à se soucier des autres, de ma famille, à survivre chaque jour en se demandant comment pourrait-on passer la nuit... Bien des embûches et cette marche continuelle vers une utopie que nous savions chimérique. Et si tout cela s'était inscrit dans un quotidien que nous étions tous contraints d'accepter, était venu ce jour où le sang vint souiller les vêtements, les ustensiles, les tentes, la terre... Ce n'étaient pas des visages clairs dont j'avais souvenir en pensant à mes parents. Mais leurs traits déformés par la peur et la douleur, leurs visage défigurés par les assaillants. Si je n'avais jamais vraiment pris le temps de faire mon deuil, mes cauchemars avaient pour habitudes de me rappeler à l'ordre. Et même si Reiver m'avait beaucoup demandé, il m'était encore donné de relativiser et de croire qu'un jour, les choses seront différentes. Avoir tout perdu, ça permet de se dire que rien n'est vraiment terminé tant que notre cœur parvient à battre. Si le mien avait tenu si longtemps par la force de ma volonté et de ma détermination, à partir d'aujourd'hui je n'aurais plus à ne compter que sur moi-même. Que quoi qu'il arrive, il sera là pour moi. Si ça avait toujours été le cas depuis mon arrivée à Reiver, cette étreinte me donnait une preuve infaillible face à laquelle toutes les paroles ne sauraient rivaliser. Si les mots peuvent mentir, cette union en est incapable.

Une bulle d'oxygène, apaisante et douce. Un instant que nul n'aurait soupçonné pouvoir être vécu entre les bras du Commandant. Les rumeurs portant sur Wernher et moi n'avaient jamais impliqué cette affection si particulière qui nous enveloppait. Bien heureuse que ces racontars aient fini par lasser l'avant-poste, je savais toutefois que Goran ne pourrait jamais se permettre de laisser notre lien apparaître au grand jour. Si en ces circonstances rudes les résidents avaient mieux à faire que s'occuper des relations des autres, ce n'était certainement pas le bon moment pour le Commandant d'afficher que Reiver n'est pas sa seule préoccupation. Faisant partie de ses faiblesses depuis le début étant donné qu'il m'accordait sa protection comme à nul autre, je comprenais qu'il y avait bien plus d'enjeux. De quoi, pour une fois, me dissuader de chercher à faire du zèle ou à outrepasser ses directives.

Laissant le sommeil m'emporter comme il avait conquis Goran, mes yeux se fermèrent dans des songes dont je ne pouvais soupçonner la douceur. Un sommeil profond et réparateur qui me paraissait surréaliste. C'est aux lueurs du jour que je reprenais peu à peu conscience, sentant à nouveau le torse de Goran se lever et s'abaisser au rythme d'une respiration lente et reposée. Non sans difficulté, j'ouvris les yeux et relevai la tête pour capter les siens. Depuis combien de temps était-il éveillé à me regarder ? Sa vision au réveil étirait mes lèvres dans un sourire candide, naïf. « C'est la première fois que je suis triste qu'une nuit se termine », déclarai-je avec légèreté. Une nuit sans cauchemar, sans être aux aguets, sans craindre que le monde ne s'effondre. « Je suppose qu'il vaudrait mieux que je m'en aille ? » Déplorai-je d'un air attristé mais résigné. Notre séparation était évidente, en tout cas pour l'heure où il devrait porter sa casquette de Commandant... Mon immobilité traduisait mon envie de ne pas le lâcher d'un iota. Mais il serait déjà bien étrange vis-à-vis des gardes à l'entrée de me voir quitter le bureau du Commandant sans qu'ils ne m'aient vu y entrer...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 475
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Mar 22 Mai 2018 - 18:01


Si on lui aurait dis qu'un jour il se réveillerait aux côtés d'une femme sans avoir couché avec elle, il aurait sûrement éclaté de rire. Encore plus, si cette femme l'attire plus que tout. Et pourtant... malgré l'attraction qu'il l'attire incontestablement vers elle, il est parvenu à garder une certaine distance. Un profond respect. C'est certainement ce qui correspond le mieux à leur relation. Les choses sont compliqués et ils le savent aussi bien l'un que l'autre. Malgré tout, il n'a pas réussi à lui résister, mais il a réussi à rester sage et doux. Au final, être juste avec elle, l'avoir dans ses bras, c'est tout ce qui lui suffit en ce moment. De cette manière, il est sûr qu'il ne lui arrivera rien, il l'a protège d'une certaine manière. Alors, se réveiller et l'avoir au creux de ses bras, contre lui, c'est un vrai bonheur. C'est la première fois que ça arrive et sincèrement, il aimerait que ce soit toujours ainsi.

Quand elle ouvrit ses yeux, il fut heureux de voir qu'elle avait l'air tout aussi heureuse que lui. Souriante. Rayonnante. Magnifique. Oui, elle était juste heureuse, donnant l'impression que rien ne pouvait l'atteindre et que tout ce qui avait pu se passer était tout simplement loin derrière elle. Est-ce c'est l'effet qu'il lui fait ? Certainement, et il en est assez fier. Son commentaire le fit sourire davantage. Lui aussi, il était triste que le matin soit là. Ça voulait dire qu'ils allaient devoir se séparer et attendre il ne sait pas combien de temps avant de se revoir. "Étant le commandant... je pourrais peut être décider que la nuit n'est pas terminée... Tout le monde devrait m'obéir, non !" suppose t-il simplement comme une simple petite plaisanterie, mais aussi comme un vœux impossible qu'il aimerait réaliser.

Bien évidemment, elle devait partir, mais il la serra contre lui, pour lui indiquer qu'il n'avait pas le moindre envie qu'elle s'exécute. "Tu peux rester encore un peu. Ce n'est pas encor le changement de garde, tu pourras t’éclipser à ce moment là." Ce n'est pas le commandant pour rien, il connaît les failles de Reiver et il connaît parfaitement les mauvaises habitudes des soldats. Entre ceux qui sont en retard ou qui veulent prendre le temps de parler deux minutes avec leur collègue, il n'est pas rare que personne ne surveille une zone pendant cinq minutes. C'est gênant, mais ce point peut largement arranger Goran aujourd'hui, alors autant en profiter. Et dans le pire des cas, elle pourrait rester plus longtemps et jouer sur le fait que le nouveau garde est arrivé en retard et qu'il n'a simplement pas vu son arrivée. "Si seulement ça pouvait être comme ça chaque nuit..." confit-il en repensant à ce moment reposant. Pour une fois, il a dormit tellement bien, uniquement grâce à la présence de la jeune femme. Est-ce que c'est ça, l'amour ? Il se le demande, mais il commence à y croire de plus en plus. Après un sourire, il vint déposer ses lèvres sur les siennes, une simple envie, non un besoin, depuis son réveil, il mourrait d'envie de le faire. Sachant qu'il ne pourra pas le faire avant un moment, il n'a pas envie de se priver. "Tu ne t'es jamais demandé, comment pouvait être les relations entre les hommes et le femmes avant ? Bien avant nous, bien avant tout ça ? Est-ce que certains devaient se cacher aussi ? Ou tout était-il plus facile que maintenant ?" Actuellement, il est difficile de s'imaginer comment pouvait être le monde avant. Il reste des vestiges, mais rien de bien compréhensible et ça n'aide pas à deviner comment pouvait être les relations amoureuses autrefois.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2997
Médaillons : 2148
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   Hier à 17:40



Hidden scars bleed again
In a cold lonely night of a million monsters hiding in the dark. Your scars are bleeding again, shattering your soul. Unspoken wish in a dream never shared, you're still alone fighting shadows you never assumed. Finding in a look the key to your peace, you stay quiet, as always. You let it disapear and run away. In the light of a bliss, your heart is falling again. Maybe it's time to not going back and face what is just in front of your eyes.

Mon sourire s'étira à l'idée qu'il puisse faire de cette nuit une éternité. Comme j'aimerai que ce soit possible... Que tout le reste s'effondre et qu'il ne reste plus que nous... Une idée complètement folle qui dépassait la raison. Mais pour une fois depuis que ma vie s'était éparpillée en mille morceaux, je me sentais bien et heureuse. Un moment de bonheur volé pour lequel je ne me sentais pas coupable. Je me lovai un peu plus contre lui, comme si ça pouvait être possible, lorsqu'il me serra un peu plus fort. Les yeux fermés j'inspirai son odeur comme si j'avais peur qu'elle s'envole. Peur qu'il s'envole. Il m'informa du changement de garde, que mon départ pouvait attendre. Il n'en fallait pas plus pour me convaincre de rester plus longtemps.

Il était le Commandant après tout, il devrait pouvoir avoir le droit d'être en compagnie de qui il veut... aucune loi et aucune règle de l'interdisait d'avoir des relations, d'être plus proche de certains que d'autres. Après tout, que faisions-nous de mal ? Qu'est-ce que ma présence pourrait changer à part lui donner l'envie de poursuivre sa tâche, de se sentir épaulé et soutenu, écouté et rassuré. Je n'assistais ni aux réunions militaires ni aux réunions touchant à la vie civile. L'accès à son bureau ? Même si ma présence au QG pouvait être critiquée, ne sachant pas lire, que pouvais-je bien récolter comme informations privées ? Et qu'est-ce que je pourrais en faire ? Mais le souci ne venait pas des lois ni des risques. Seulement du fait que j'étais une survivante. Mon intégration à Reiver avait beau être officialisée depuis plusieurs mois, ça restait frais. Mais je ne perdais pas de vue qu'un jour, ce soit assez loin derrière nous, derrière Reiver, pour que ça n'ait plus la moindre importance. Je gardais pour moi cette idée où Goran et moi pourrions ne plus avoir à craindre quoi que ce soit. Que nos sentiments pourraient ne plus être une source de préoccupation mais d’élévation.

Une teinte de regret colorait ses mots lorsqu'il exposa son envie que chaque nuit soit comme celle-ci. Ses lèvres vinrent chercher les miennes, les trouvant sans difficulté et les joignant dans une tendresse qui me faisait littéralement fondre. La chaleur que ça me procurait, douce sensation de bien-être à la naissance d'un désir auquel je n'étais pas encore sûre de pouvoir céder, me transportait avec une légèreté indescriptible. Mon cœur battait à vive allure alors que nos lèvres se séparaient, regards se dévisageant avec intérêt. Goran se posait la question de cette impasse dans laquelle nous étions : est-ce qu'avant, d'autres devaient ainsi se cacher ? Je fronçai un instant les sourcils et haussai les épaules. « J'en sais rien... dehors, on se préoccupe peu de savoir qui est avec qui, quelque soit le rang de la personne. Je n'en connaissais aucun qui viendrait empêcher deux personnes de trouver dans cette vie un échappatoire, un terrain où se sentir bien et à l'abri. Je crois que l'idée de se cacher, d'être à l'image de ce que les autres attendent, vient plutôt du dôme et de sa culture, peut-être héritée de l'ancien temps, répondis-je avec peut-être un peu trop de sincérité. Enfin je ne juge pas c'est juste que... je pense que dans des communautés si grandes, des enjeux si importants, vous devez vivre bien différemment que les survivants... » tentai-je de me rattraper même si je doutais qu'il vienne à prendre ombrage de mes mots. « Peut-être qu'un jour on n'aura plus à faire attention, à se cacher... que Reiver aura autre chose en tête que la vie privée que tu es en droit de t'accorder... » lui confiai-je d'une voix douce à la fois fataliste et utopiste.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran   

Revenir en haut Aller en bas
 
(10/02/2481) Hidden scars bleed again ▬ Eiran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: QG :: Commandement-
 
Sauter vers: