AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP

Flash info
MàJ Mise à jour #6 en place, un coup de neuf o/
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
41 joueurs ◈ 62 personnages
30 Hommes ◈ 32 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 12 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 35
Médaillons : 87
Crédits : Noemlk (c) || BEYLIN (c)
Avatar : Eiza Gonzales
Pseudo : Noemlk
Présence : 7/7

Multi-comptes : Rhaelyn ✶ Eykho

Personnage
Occupation : Second à l'exploitation
Âge : 31 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Dim 6 Mai 2018 - 12:54

Memories never die, we forget them.

 @Elrych Gently & Eykho Griffin  


The road has been long but my memory is still alive. I can not forget your mistakes, I only learn to forgive them. I do not know if I succeeded, because a hate burns in me, that of treason.



« Eykho, ne t'ai-je pas dis à plusieurs reprises de ne pas te rendre aux niveaux inférieurs ? Sais-tu ce qui s'y trouve ? Sais-tu ce qu'on va faire à une belle fille comme toi ? Va plutôt faire de la lecture, tu en as besoin. »

Le niveau 2 était grand, probablement proportionnel à la surface entière du dôme. Elle ne pouvait le savoir puisque jamais elle n'avait pu descendre au monter découvrir les autres strates. Cela la rendait triste, car malgré la grandeur de l'endroit, elle était loin de s'y amuser. Elle connaissait chaque cachette, ce qui rendait sa vie extrêmement ennuyeuse. C'est ainsi, agacée, que la jeune fille de quatre ans abandonna son but pour retourner à ses occupations quotidiennes.

« Oui, maman. » Avoua la douce brune, dans un long soupire avant de tourner les talons.

D’un pas lourd, elle rejoignit son quartier, là où elle habitait depuis son plus jeune âge. Sur le chemin, elle rencontra un garçon, visiblement un peu plus âgé qui jouait devant la porte de son bloc. Peureuse, elle s’approcha de ce garçon et d’un ton doux comme la brise, elle le questionna.

« Que fais-tu ici ? Tu t’es perdu ? Ici, c’est chez moi, je vis avec ma maman. » Elle pointa du doigt la porte devant laquelle il était assit. « Comment tu t-appelles ? Moi c’est Eykho. » La petite fille tendit son bras pour présenter sa main avec grand respect à son nouvel ami.


✶✶✶


« Eykho ? Eykho ? »

Son nom résonnait dans sa tête, tendit que la vision claire de son passé disparaissait peu à peu. Soudainement, le flashback laissa place à la réalité. Redécouvrant le brouhaha des habitants de Reiver discuter de tout et de rien. L'espace était vaste et peuplé, la lumière fuyait de quelques ouvertures présentes dans les hauteurs des murs en pierre. L'endroit restait sombre et plus lugubre qu'à Helion, lorsque Eykho habitait le niveau deux. Même si les lumières artificielles ne valaient guère celle du soleil lui-même, elle regrettait parfois la propreté qui s'y trouvait.

Dans un état de stupéfaction, la belle brune reprit ses esprits. Elle ne saurait dire si elle préférait se rappeler sa vie dans le dôme de verre ou sa vie active à Reiver. En tout cas, la journée semblait nostalgique puisque depuis le réveil, Eykho ne cessait de penser à sa vie passée, ainsi qu'à ses choix. Le petit enfant qui avait traîné devant sa chambre avait bien grandit et cela la fit sourire en voyant que la personne qui s'adressait à elle, n'était autre que lui. Aujourd'hui, sa barbe avait poussé, il avait pris de nombreux centimètres, il était plus fort et plus intelligent. Même si son visage était plus autoritaire avec l'âge, il arrivait, comme dans le cas présent, que ses expressions soient plutôt drôles puisqu'il regardait la jeune femme avec interrogation : sourcils froncés et les bras croisés. Après un instant suffisant pour reprendre contact avec la conversation -si on pouvait la qualifier comme telle-, elle put enfin répondre à celui qui semblait inquiet.

« Qu'y a-t-il Cap'taine Elrych ? » Lui demanda t-elle mimant un salut militaire en guise de respect envers son supérieur, qui dans cette situation, était plutôt un geste taquin.

Eykho était probablement la seule à oser le nommer ainsi. L'humour n'était pas toujours de bon augure et surtout depuis qu'il était devenu capitaine des exploitations. Tout le monde l'appelait par son grade, sans l'écorcher. Mais Eykho avait un passé qui lui permettait de faire sourire Elrych et de lui permettre d'employer de temps à autre le ton de l'humour. La taquinerie avait toujours été un aspect de leur relation, plutôt fusionnelle.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________
In all stories,
TREASON IS ALWAYS PRESENT
FORGIVNESS IS TOO EXPENSIVE FOR YOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
The Gentle
Messages : 371
Médaillons : 1746
Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Pseudo : /
Présence : plutôt la semaine



Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Mer 9 Mai 2018 - 12:14



 
MEMORIES NEVER DIE, WE FORGET THEM
« Memories are the key not to the past, but to the future. » ― Corrie Ten Boom

De façon générale, Elrych n'était pas un gros dormeur. Son corps se réveillait toujours de lui-même, naturellement et spontanément, très tôt tous les matins. Mais depuis quelques temps, à peu près depuis l'incident à la machinerie, cette règle souffrait d'exceptions de plus en plus régulières. Son poste de capitaine lui prenait trop de temps et lui aspirait surtout trop d'énergie. Cela ne se voyait pas encore dans son travail, mais avait de sévères répercussions sur son corps qui n'obéissait plus à ses anciennes règles physiologiques pourtant si bien rodées. Lui qui avait d'habitude si peu d'appétit se retrouvait à manger plus pour compenser le manque de sommeil, ses membres s'engourdissaient du manque d'entraînement qui était autrefois quotidien, et il ne se réveillait plus aux aurores avant tout Reiver pour commencer sa journée de boulot. C'est ce qui était encore arrivé ce matin ; ses yeux ne s'étaient ouvert que 45 minutes après l'heure usuelle.

Agacé par son propre épuisement, peut-être signe également qu'il prenait de l'âge et qu'il n'avait plus vingt ans, il se leva d'un bond pour aller se débarbouiller. Cette routine, il n'avait même plus besoin de la connaître par cœur tant elle était inscrite dans ses habitudes et ses réflexes. Un regard dans le petit miroir accroché au-dessus de son évier, et il remarqua que sa barbe commençait à être un peu longue ; il ne l'avait pas rasée depuis quelques jours, toujours à cause du même problème : le temps. Il hésita un instant à se poser pour le faire mais y renonça finalement. Il était déjà en retard, pas selon les règles de l'avant-poste mais selon son planning personnel. Il le ferait ce soir, si la chance était avec lui.

Traversant en silence les couloirs jusqu'à son bureau, il commença déjà à réfléchir à la solution à son problème. Il le savait, il ne savait pas déléguer, ne savait pas comment faire et ses difficultés à accorder sa confiance n'arrangeait pas les choses. Mais de toute évidence, il devait désigner un second qui pourrait supporter avec lui toutes les tâches de commandement. Les autres capitaines – aussi épuisés soient-ils – avaient l'air de l'être moins que lui, épaulés par leurs bras-droits. Elrych s'était toujours donné tout entier dans son travail, se tuait à la tâche... Mais il était forcé d'admettre aujourd'hui que depuis quelques temps, la tâche était devenue beaucoup trop conséquente, même pour lui, bosseur acharné. Il devait la partager, trouver quelqu'un qui serait capable de comprendre ses attentes, qui connaissait ses méthodes et sa façon de penser.

Et le choix s'imposa d'abord comme une évidence. Pragmatique et loin de tous sentiments, il attrapa tout de même une feuille de papier pour y inscrire les pour et les contres ainsi que les qualités et les défauts de la personne qu'il avait en tête, et cela dura plusieurs heures. C'était une décision importante, qui allait véritablement tout changer, autant pour lui que pour l'exploitation ; il ne souhaitait pas se précipiter, prendre une décision éclairée et objective était primordial. Seulement il tourna en rond. Peu important comment il tournait la situation, son choix emportait toujours plus de positif que de négatif. Quand il regarda l'heure, il fut choqué de voir que l'horloge sonnait déjà midi. Sans s'en rendre compte, il avait perdu toute une matinée à cogiter sur le sujet. Soufflant un bon coup, il se leva énergiquement de son bureau, prêt à faire ce qui était juste et le plus intelligent pour son unité : désigner un second.

Après quelques questions à des miliciens ou civils croisés, il finit par trouver celle qu'il cherchait. Elle était là, allongée sur un des bancs de la place de l'aire civile, les yeux fermés et probablement perdue dans un rêve. Pendant un instant, il se demanda si cette personne en train de dormir pendant sa pause était réellement un bon choix, mais il repensa à ses heures de réflexion un peu plus tôt, et se conforta dans sa décision. Il appela son prénom plusieurs fois pour la réveiller, en vain. Il se rapprocha un peu plus de son oreille, et répéta à nouveau son nom. Elle mit du temps, mais finit par émerger.

« Qu'y a-t-il Cap'taine Elrych ? », lâcha-t-elle avec un sourire en se remettant assise, le tout accompagné d'un salut militaire exagéré.

Il laissa échapper un semi rire, étouffé par son nez. Eykho faisait partie des rares personnes qui occupaient une place spéciale dans sa vie – il pouvait littéralement compter ces personnes sur les doigts d'une seule de ses mains. Sans la prévenir, il lui lança une des barres protéinées qu'il avait récupérées sur le chemin et qui leurs feraient office de déjeuner, avant de s'asseoir près d'elle sur le banc. Il garda le silence un moment – elle était habituée au fait qu'il était un homme de peu de mots – en se demandant comment il pouvait amener le sujet.

« Est-ce que tu me fais confiance ? », demanda-t-il finalement après avoir pris une grosse bouchée de sa barre.

Cette question s'imposait. Ils se connaissaient depuis longtemps, depuis toujours à vrai dire. Seulement leur relation n'avait pas suivi le cours d'un fleuve tranquille, mais bien d'un torrent déchainé. Ils s'étaient aimés comme des frères et sœurs enfants, puis s'étaient perdus de vue, elle lui en avait voulu, ils avaient travaillé ensemble mais elle n'avait jamais apprécié cette nouvelle face de lui née de son travail et de ses expériences, puis ils avaient fini par échouer à Reiver, abîmés par un événement qui resterait à jamais gravé dans la roche de leur amitié.

Ce fameux jour où Eykho, son amie de toujours, s'était retrouvée sur sa chaise d'interrogatoire.
 
⇜ code by bat'phanie ⇝


@Eykho Griffin coeur

_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
avatar

Messages : 35
Médaillons : 87
Crédits : Noemlk (c) || BEYLIN (c)
Avatar : Eiza Gonzales
Pseudo : Noemlk
Présence : 7/7

Multi-comptes : Rhaelyn ✶ Eykho

Personnage
Occupation : Second à l'exploitation
Âge : 31 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Mer 9 Mai 2018 - 14:29

Memories never die, we forget them.

 @Elrych Gently & Eykho Griffin  


The road has been long but my memory is still alive. I can not forget your mistakes, I only learn to forgive them. I do not know if I succeeded, because a hate burns in me, that of treason.

Eykho s'attendait à recevoir les foudres de son ami qui n'était autre que son supérieur. Lui capitaine, elle sergent, elle pensait que sa posture relaxante ne lui plairait guère, étant bien trop à cheval sur les conditions de travail présentes à Reiver. Pourtant, une fois assise, elle ne reçut pas les salutations péjoratives qu'elle attendait. Tandis qu'elle s'apprêtait à se justifier quant à son comportement, Elrych lui lança une barre protéinée, qui, pour sûr, serait son unique déjeuner pour ce jour. Quittant donc son salut militaire exagéré, elle attrapa son maigre repas dans un bon réflexe. Tout en observant son interlocuteur prendre place à ses côtés, elle fut que peu surprise du silence interminable qu'immisçait son capitaine dans la conversation. Pour cette raison, elle entama sa barre d'une petite bouchée tandis que son ami prit enfin la peine de lui adresser quelques mots.

« Est-ce que tu me fais confiance ? »  lui adressa-t-il la bouche pleine à craquer.

Cette question raisonnait dans sa tête à plusieurs reprises. Bien évidemment, cette interrogation était loin d'être anodine. Elrych était une connaissance de vieille date, peu de gens avaient une place comme ce dernier dans le coeur de la belle brune. Il avait vécu de belles choses mais celles qui restaient le plus en mémoire étaient les mauvaises. Alors oui, cette question n'était pas sans sens puisque, un jour, Eykho et Elrych eurent l'occasion de tester la solidité de leur amitié lors de l'arrestation de cette dernière pour les crimes de son frère. S'il y a bien longtemps la réponse à la question de son capitaine était évidente, aujourd'hui, elle paraissait plus complexe.

« Confiance ? »  Répéta-t-elle un sourcil haussé, alors qu’elle se remémorait les complications que leur amitié avait rencontrées.


✶✶✶


« Eykho Griffin, c’est votre tour… »

Allongée sur son lit, fixant le plafond de son bloc, Eykho se redressa après avoir entendu son nom suite à l'ouverture de la porte de son bloc. Cela faisait une bonne heure qu'elle attendait son tour, se répétant un discours qui était bien différent de celui que sa mère s'était appliquée à construire afin de sauver chacun des membres de sa famille. Cette dernière fut libérée des mains des trois miliciens suite à son interrogatoire, le visage inquiet et légèrement bleuté. Toute la famille devait y passer : sa mère, Eykho et enfin son frère. Les gardes étaient postés au seuil de la porte et attendant que celle qui comptait être incriminée pour les fautes de son cadet, ne se lève. De sa position assise, elle s'éleva et marcha, le regard vide et tout aussi neutre que l'expression de son visage vers les miliciens. Une fois à leur niveau, elle pivota, poignés joints dans son dos attendant qu'on lui passe les menottes pour assuré la sécurité jusqu'à arriver à la salle d'interrogatoire.

Ces dans un silence plat qu'elle entra dans la pièce peu chaleureuse. S'y trouvait deux chaises, l'une vite et l'autre occupé par la brune. Une fois à sa place, on attacha ses menottes à la table ce qui évitait une quelconque agression des interrogé envers leur interrogateur. Le regard fixe, rien ne pouvait la déstabiliser, même pas l'arrivée de son ami d'enfance, Elrych, dans la salle dans laquelle elle se trouvait à présent. A vrai dire, elle ne l'avait pas tellement remarqué, bien trop concentré dans le discours qu'elle s'était promis de tenir. Ce ne fut qu'une fois assise devant elle qu'elle reconnut la seule personne qui était aujourd'hui digne de sa confiance, et pourtant, elle ne devait pas flancher, pas maintenant. Son coeur s'emballa, elle ne pouvait nier la peur qui avait envahi son corps à l'instant même où les miliciens étaient venus la chercher. Les couloirs qu'elle avait empruntés paraissaient même interminable jusqu'à son arrivée dans la salle de la vérité. Elle était loin de s'imaginer qu'elle ferait face à cet homme à qui elle n'avait jamais menti. Afin de ne pas être déstabilisé davantage, elle décida de parler la première.

« Ma mère n'est pour rien dans cette histoire. Elle cherchait juste à me protéger. »

Elle espérait, par ces mots, que son ami comprenne qu'elle était la vraie coupable dans cette histoire. Certes, cela n'était qu'un mensonge, mais son visage était si confiant, si neutre et fermé qu'il était difficile de ne pas la croire. De plus, avoir surpris plusieurs fois son frère voler dans les réserves, lui permettait de donner des détails que seul le fauteur pouvait donner.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________
In all stories,
TREASON IS ALWAYS PRESENT
FORGIVNESS IS TOO EXPENSIVE FOR YOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
The Gentle
Messages : 371
Médaillons : 1746
Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Pseudo : /
Présence : plutôt la semaine



Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Mer 9 Mai 2018 - 16:10



 
MEMORIES NEVER DIE, WE FORGET THEM
« Memories are the key not to the past, but to the future. » ― Corrie Ten Boom

2473, Hélion, niveau 1, zone des interrogatoires.

Il tournait en rond dans le bureau des interrogateurs, les cents pas devenant mille, le fameux dossier qu'il rechignait tant à traiter dans les mains. D'habitude, on faisait en sorte de confier les sujets à des interrogateurs qui ne les connaissait pas afin d'éviter que tout sentiment subjectif n'entre en jeu. Mais pour cette affaire, la règle avait subi une dérogation. Souhaitaient-ils le tester, ou plus exactement tester sa loyauté envers le dôme, juste avant son départ pour l'avant-poste ? C'était possible. La raison pouvait également être toute autre ; on ne savait jamais vraiment avec Hélion.

Il venait tout juste de sortir de l'interrogatoire qui l'avait mis face à madame Griffin, cette femme médecin de caractère qui l'avait reçu tant de fois chez elle quand il n'était encore qu'un gamin, pour le laisser jouer avec sa fille. Cette femme qui avait été si amie avec sa mère, et dont il avait vu le chagrin à la mort de cette dernière. La séance avait été compliquée à mener, il aurait voulu qu'elle soit honnête pour arrêter le calvaire dés le début, mais sa volonté de protéger sa famille l'avait emporté. Il avait même fini par en venir aux mains, lui avait donné quelques coups au visage – retenus, bien moins fort que si elle avait été une parfaite inconnue mais des coups tout de même – pour la faire craquer ; en vain. Elle avait maintenu sa version des faits jusqu'au bout, version qui ne tenait pas la route au regard des éléments qu'il avait en sa possession sur l'affaire. Il s'entendait encore lui asséner ces mots : « Vous m'en voyez désolé madame Griffin, mais puisque vous insistez avec votre mensonge, je suis dans l'obligation de mettre fin à notre interrogatoire pour commencer celui de votre fille ». Le regard apeuré, et probablement haineux aussi, qu'elle lui avait alors jeté lui avait retourné l'estomac. Mais amis ou non, il se devait d'effectuer son travail correctement, surtout lorsque le crime commis était aussi grave.

La porte s'ouvrit, et on l'avertit que le sujet était installé dans la salle numéro 3, exactement la même que sa mère quelques minutes plus tôt. Il prit deux ou trois grandes inspirations puis alla la rejoindre, affichant son masque d'interrogateur plus que jamais, peut-être bien plus pour se protéger lui que son amie. Il la trouva assise sur la terrible chaise métallique, les mains menottées de chaque côté, le regard absent et plongé dans le vide. Il déposa le dossier sur une des tables sur lesquelles étaient posées divers matériels servant parfois durant les interrogatoires et alla s'asseoir sur sa chaise, face à elle. Quand elle le remarqua, ses yeux reprirent vie un instant avant de s'éteindre à nouveau, comme sa mère l'avait fait avant elle. Elle s'apprêtait donc à mentir aussi. Les jambes légèrement écartées, les mains croisées posées sur ses cuisses, il souffla silencieusement et plongea ses intenses yeux verts dans les siens. Elle fut la première à parler, signe de stresse et de détresse.

« Ma mère n'est pour rien dans cette histoire. Elle cherchait juste à me protéger », dit-elle d'une voix neutre et presque sans émotion.

Il n'en était pas à son premier interrogatoire. Il s'agissait même d'un de ses derniers, avant son départ définitif pour l'avant-poste. Il aurait aimé ne pas avoir à vivre ça avant de ne plus jamais pouvoir la revoir, mais le destin en avait décidé autrement. La vie avait décidé que leur longue amitié se finirait sur une note négative, et il regrettait cette tournure. Car du fait de son expérience, et de son véritable don d'observation, Elrych était devenu un interrogateur hors pair, capable de discerner le vrai du faux la plupart du temps. Et Eykho ne faisait pas exception, il voyait déjà clair dans sa stratégie qui n'était autre que la même que sa mère.

« Tu me prends pour un imbécile ? », demanda-t-il de son habituelle voix calme et monocorde. « Très bien. Je vais t'accorder le bénéfice du doute pour l'instant. Raconte-moi ta version des faits, je suis prêt à t'écouter. »
 
⇜ code by bat'phanie ⇝


@Eykho Griffin coeur

_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
avatar

Messages : 35
Médaillons : 87
Crédits : Noemlk (c) || BEYLIN (c)
Avatar : Eiza Gonzales
Pseudo : Noemlk
Présence : 7/7

Multi-comptes : Rhaelyn ✶ Eykho

Personnage
Occupation : Second à l'exploitation
Âge : 31 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Mer 9 Mai 2018 - 17:54

Memories never die, we forget them.

 @Elrych Gently & Eykho Griffin  


The road has been long but my memory is still alive. I can not forget your mistakes, I only learn to forgive them. I do not know if I succeeded, because a hate burns in me, that of treason.


Son but était clair et précis : être accusée coupable du trafic de médicament et sauvé son frère d'une peine qu'il n'aurait su supporter. Les coups que sa mère s'étaient pris ne lui faisait pas peur, en revanche, cela lui donna encore plus la rage de d'être accusée. Comment son ami avait pu en venir aux mains avec sa mère, celle qui l'avait toujours soutenu. Lors de la mort de la mère d'Elrych, elle n'avait rien avoué à Eykho, mais ce n'était pas pour autant qu'elle ne s'inquiétait pas pour cet adolescent qu'elle croisait volontairement aux niveaux inférieurs. Certes, il se devait d'être professionnel, mais on ne lui avait pas demandé de devenir si inhumain, si ?

Quoi qu'il en soit, ils en étaient là, à se regarder dans le blanc des yeux, à s'affronter alors qu'ils avaient toujours été ami. Si Eykho aurait été capable de tout pour lui, il ne semblait pas éprouver le même désir envers elle. Chose qui, surtout dans ces circonstances, la blessait grandement. Certes, elle avait probablement fauté en parlant la première, mais cela pouvait aussi prouver qu'elle attachait beaucoup d'importance à cette histoire, chose qui une personne impliquée aurait ressenti. Toujours aussi neutre et détachée de tous ces événements, elle écouta son interrogateur, au final, tout aussi déstabilisé et touché par la situation. Il le cachait bien, aussi bien qu'elle probablement, mais son air calme n'était que foutaise, aussi bien que les paroles de la brune. Détaillant chaque objet servant à la torture, elle écouta avec attention les dires de son interrogateur, ennuyé qu'ils en arrivent ici.

« Tu me prends pour un imbécile ? » Par son caractère, elle avait envie de lui répondre positivement, mais l'humour était loin d'être le bienvenu. « Très bien. Je vais t'accorder le bénéfice du doute pour l'instant. Raconte-moi ta version des faits, je suis prêt à t'écouter. »

Ces mots avaient été de trop. Elle avait bien trop de caractère pour se laisser parler de la sorte, encore plus de la part de son ami, de celui qui partageait ses secrets. Après un long soupire, le regard noir de colère, elle décida de rétorquer de manière franche et directe.

« Pour l'instant ? Alors quoi ? Tu veux que je te dise ce que tu veux entendre ? Dis-moi, dis-moi ce que tu attends de moi. » Elle s'enfonça dans sa chaise, le regard tel un révolver qui tirait sa dernière balle. « Je doute que la vérité te plaise au point de vouloir y croire. » Elle laissa un silence se glisser dans la conversation qui était devenue glaciale le temps pour elle de se redresser. « Je suis désolée de baisser dans ton estime, désolée des fautes que j'ai pu commettre. J'ai été bête de croire que personne ne se douterait que mes allers-retours dans les différentes strates soient dues au fait que je sois milicienne. Enfin, était.» Corrigea-t-elle afin de paraître plus crédible qu'elle ne l'était déjà. « De toute façon, tu es bien trop proche de ma famille pour pouvoir avoir un avis objectif sur notre culpabilité ou non. Ca crève les yeux et toi tu ne vois rien, alors oui, tu es un imbécile.»

Elle avait fait des aveux, elle s'était portée coupable. Dans ces cas là, le déclaratif primait. Ainsi, il n'avait aucun droit de prolonger les interrogations, de plus cela risquait de lui porter préjudice puisque le coupable s'était livré et qu'il n'avait aucune preuve que les dires de la brune étaient de purs mensonges. Suite à ces mots, elle se tut, continuant d'affronter de ses yeux couleur noisette, le vert de ceux de son interlocuteur. Le sourcil arqué comme pour lui dire « Qu'est-ce-que tu attends de moi ? Que cherches-tu ? », Elle s'enfonça à nouveau dans son siège, souffrante des menottes qui écorchaient ses poignets.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________
In all stories,
TREASON IS ALWAYS PRESENT
FORGIVNESS IS TOO EXPENSIVE FOR YOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
The Gentle
Messages : 371
Médaillons : 1746
Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Pseudo : /
Présence : plutôt la semaine



Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Mer 9 Mai 2018 - 23:44



 
MEMORIES NEVER DIE, WE FORGET THEM
« Memories are the key not to the past, but to the future. » ― Corrie Ten Boom

2473, Hélion, niveau 1, salle d'interrogatoire n°03.

Doucement, les yeux vides d'émotion d'Eykho se remplirent de colère. Il n'avait pas besoin de regarder pour savoir qu'elle serrait fort les poings, peu important que les menottes lui fassent encore plus mal ainsi. De ses derniers mots s'en était suivi un duel de regards. Cet interrogatoire n'allait pas être facile ; il ne voulait pas aller trop loin, mais il s'en trouverait obligé si elle ne jouait pas le jeu et ne disait pas rapidement la vérité. Or pour le moment, elle avait plutôt l'air de vouloir lui tenir tête.

« Pour l'instant ? Alors quoi ? Tu veux que je te dise ce que tu veux entendre ? Dis-moi, dis-moi ce que tu attends de moi. Je doute que la vérité te plaise au point de vouloir y croire. »

Au fur et à mesure qu'elle parlait, elle s'était affaissée sur elle-même tandis que lui fronçait de plus en plus les sourcils. Elle avait donc choisi la voie difficile, celle de l'insolence, celle qui les mènerait vers ce qu'il ne souhaitait pas faire si elle ne changeait pas de discours. Gardant toujours le silence, il laissa un souffle s'échapper alors qu'elle se redressait tant bien que mal sur sa chaise inconfortable pour continuer.

« Je suis désolée de baisser dans ton estime, désolée des fautes que j'ai pu commettre. J'ai été bête de croire que personne ne se douterait que mes allers-retours dans les différentes strates soient dues au fait que je sois milicienne. Enfin, était. »

C'était donc ça, sa version des faits. Quelques temps plus tôt, madame Griffin avait tenté de lui faire croire qu'une autre famille avec un médecin était coupable de la disparition des médicaments. Maintenant, Eykho sous-entendait qu'elle était la seule coupable dans l'affaire. Voilà pourquoi ses premières paroles en arrivant avaient été de dire que sa mère avait cherché à la protéger. Seulement il en avait croisé d'autres, des familles dont tous les membres mentaient pour se protéger l'un l'autre. Laquelle mentait ? Et puis il y avait le petit frère qu'il n'avait pas encore interrogé. Elle avait beau se déclarer coupable, – d'autres interrogateurs moins consciencieux se seraient contentés de ces pseudo-aveux – le mystère restait entier sur ce qu'il s'était véritablement passé.

« De toute façon, tu es bien trop proche de ma famille pour pouvoir avoir un avis objectif sur notre culpabilité ou non. Ça crève les yeux et toi tu ne vois rien, alors oui, tu es un imbécile. »

Pendant un bref instant, sa ride du lion s'accentua grandement, laissant ainsi entrevoir son agacement. Elle jouait avec ses nerfs, connaissait son manque de patience pour ce genre de paroles jetées en l'air. Mais il était bien forcé d'admettre qu'elle était forte, car cela lui permettait de cacher tout un panel d'émotions face au radar d'Elrych. Sa tirade terminée, elle se relaissa tomber dans sa chaise, ne le lâchant pas du regard une seule seconde. Comme souvent dans les discussions qu'il entretenait avec les gens, autant personnellement que professionnellement, il garda le silence le temps de rassembler ses pensées avant de prendre la parole.

« Tu te trompes. C'est parce que je suis proche de ta famille que je sais quand vous mentez. Et ta mère et toi, vous me mentez. Tu m'as demandé ce que je voulais ? La vérité, tout simplement. L'heure est à la vérité, Eykho, pas aux excuses bidons. »

Il s'agissait du seul commentaire hors-sujet qu'il s'autorisait en réponse à sa pique. Il savait qu'elle en ferait d'autres ultérieurement, il devait s'en garder sous le pieds pour lui rétorquer correctement et ne pas manquer de répartie quand il serait moins en contrôle de lui-même. Pour le moment, encore calme, il préférait opter pour la stratégie de l'interrogateur plutôt détaché et professionnel malgré son attachement pour son amie.

« Enfin, soit, permets-moi de résumer ta déclaration. Selon toi, tu serais la personne à l'origine des vols de médicaments. T'aurais utilisé tes privilèges de milicienne et la place de médecin de ta mère pour réussir ton coup. Ça ferait de toi la coupable et de ta mère ta complice. C'est bien noté. », dit-il sans rien bouger d'autre que ses lèvres. « Mais ça ne marque pas la fin. Je dois interroger ton frère après toi. Qu'est-ce que tu peux me dire sur lui ? Il était au courant de ton business ? »

Il avait déjà rencontré le jeune garçon. Gentil, mais loin d'être sage, contrairement à Eykho. Il la connaissait bien, et c'était bien la plus grosse faille dans son mensonge éhonté. Il la savait incapable de commettre de tels faits ; en revanche, il la savait prête à tout pour défendre et protéger son cadet. Tout cette histoire était suspecte, et pour le bien de son amie, il souhaitait à tout prix aller jusqu'au bout des choses et de l'enquête. Il refusait de la laisser être sanctionnée pour un acte qu'elle n'avait pas commis. Pour l'heure, il devait revêtir le costume de l'ami indigne, de l'interrogateur féroce et sans vergogne, mais cela était impératif s'il voulait la sauver des griffes de la terrible justice du Dôme.
 
⇜ code by bat'phanie ⇝


@Eykho Griffin coeur

_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
avatar

Messages : 35
Médaillons : 87
Crédits : Noemlk (c) || BEYLIN (c)
Avatar : Eiza Gonzales
Pseudo : Noemlk
Présence : 7/7

Multi-comptes : Rhaelyn ✶ Eykho

Personnage
Occupation : Second à l'exploitation
Âge : 31 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Ven 11 Mai 2018 - 14:05

Memories never die, we forget them.

 @Elrych Gently & Eykho Griffin  


The road has been long but my memory is still alive. I can not forget your mistakes, I only learn to forgive them. I do not know if I succeeded, because a hate burns in me, that of treason.


Le visage indéfectiblement calme avait fini par disparaître, remplacé par des traits plus durs dévoilant son agacement face aux paroles de la brune. S'il avait décidé d'insister, elle en avait fait de même. Auparavant, il était arrivé que les deux individus se disputent, voulant l'un comme l'autre avoir raison. Jusqu'ici, Eykho avait toujours été la première des deux à céder ou abandonner, mais aujourd'hui les enjeux étaient trop importants pour qu'elle laisse tomber. Elle était prête à lui montrer sa vraie nature. Souffrant en silence de ses mains menottes qui torturaient ses poignets, elle écouta son interlocuteur qui tentait de la faire craquer.

« Tu te trompes. C'est parce que je suis proche de ta famille que je sais quand vous mentez. Et ta mère et toi, vous me mentez. Tu m'as demandé ce que je voulais ? La vérité, tout simplement. L'heure est à la vérité, Eykho, pas aux excuses bidons. »

C'était de la pure torture psychologique, ça, elle l'avait compris. La croyait-il si faible, si bête au point de livrer ce qu'il voulait sur un plateau d'argent avec une attaque si facile. Elle protégeait sa mère et son frère alors quoi de plus intelligent que de la déstabiliser avec sa propre force. Le regard toujours aussi noir, elle pencha sa tête sur le côté.

« C'est donc ça ? T'en prendre à des parfaits innocents. Je n'ai jamais eu besoin de ma mère pour quoi que ce soit. Elle serait plus que déçue d'apprendre que je suis coupable dans cette histoire, autant que toi. » Un rire ironique résonna dans la pièce peu garnie. « Je te pensais meilleur que ça Elrych. »

Une grimace qui traduisait sa déception avait pris l'emprise de son doux visage coloré. Toujours dans un esprit de neutralité et d'aveux, Eykho écouta son interrogateur qui semblait perdre de plus en plus de patience tandis que cette dernière en gagnait. L'insolence dont qu'elle jouait à merveille, elle le devait à sa mère qui lui avait toujours interdit un tas de choses au sein du dôme. Alors, une petite étincelle de rébellion était née à l'intérieur de son être, depuis sa plus tendre enfance. Grâce à cette partie d'elle, elle parvenait à déconcentrer celui qui aujourd'hui était devenu son adversaire. Elle doutait que les choses se passent comme elle l'avait souhaité, les paroles du jeune homme ne firent qu'augmenter ce ressentit.

« Enfin, soit, permets-moi de résumer ta déclaration. Selon toi, tu serais la personne à l'origine des vols de médicaments. T'aurais utilisé tes privilèges de milicienne et la place de médecin de ta mère pour réussir ton coup. Ça ferait de toi la coupable et de ta mère ta complice. C'est bien noté. », Résuma-t-il. « Mais ça ne marque pas la fin. Je dois interroger ton frère après toi. Qu'est-ce que tu peux me dire sur lui ? Il était au courant de ton business ? »

La colère bouillait en elle, mais cette dernièrese vengeait sur les menottes qui s'enfonçaient à travers sa fine peau hâlée. Lui aussi semblait vouloir jouer avec sa patience, chose qui ne lui plaisait pas. Pourtant, elle avait une force de caractère qui lui permettait de garder un calme impartial.

« Permets-moi de te corriger : je suis à l'origine des vols de médicaments et des dossiers Zoltan et Solko. » Ces deux dossiers étaient les deux seules qui avaient disparu il y a de ça plusieurs mois. « J'ai utilisé mes privilèges de milicienne afin de me déplacer à travers le dôme, notamment au niveau -1. J'ai volé ma mère, j'ai pris son Pass pour me rendre dans son bureau et y voler des médicaments comme de la morphine ainsi que les dossiers. J'ai reposé le Pass à sa place, ni vue, ni connue. Je pense que tous bons interrogateurs comprendraient que ma mère n'est qu'une victime. » Elle se laissa le temps de reprendre sa respiration ce qui lui laissa le temps de se redresser à nouveau dans cette chaise qui lui causait d'affreuses souffrances au coccyx et au poignet, rongés par les menottes. « Pour ce qui est de mon frère, il est loin de savoir ce que je trafiquais, il est jeune et avoir un tel exemple comme soeur, je ne suis pas sûr que ça ne soit pas vraiment bénéfique pour lui. Alors non, je ne lui en ai jamais parlé. Je ne pense pas qu'il m'ait aperçu lorsque j'ai volé les documents et les médicaments en question. Puis, il y a encore moins de chance qu'il met aperçu aux strates inférieures, il n'a pas le droit de s'y rendre. Ma mère est très sévère là-dessus. »

Eykho avait bien saisie que son interlocuteur avait deviné le véritable coupable. Il connaissait bien trop cette famille pour savoir que ni la mère, ni la fille n'aurait fait ce genre d'actes. Si Eykho avait trouvé en la milice un défouloir, son frère ne semblait pas avoir comblé le manque d'un père. Alors il avait décidé de devenir un délinquant dans le but d'attirer l'attention à lui.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.


_________________
In all stories,
TREASON IS ALWAYS PRESENT
FORGIVNESS IS TOO EXPENSIVE FOR YOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
The Gentle
Messages : 371
Médaillons : 1746
Crédits : (c) les roses noires
Avatar : chris pratt
Pseudo : /
Présence : plutôt la semaine



Personnage
Occupation : Capitaine d'exploitation à Reiver - accréditation M2
Âge : 35 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   Ven 11 Mai 2018 - 17:19



 
MEMORIES NEVER DIE, WE FORGET THEM
« Memories are the key not to the past, but to the future. » ― Corrie Ten Boom

2473, Hélion, niveau 1, salle d'interrogatoire n°03.

Ils se connaissaient mieux que personne. En apparence, tous deux étaient d'un calme olympien mais ils le savaient ; chacun savait que l'autre bouillait d'impatience et de colère. Elle lui nomma les deux dossiers qui faisaient partie des affaires dérobées aux services médicaux du dôme. Elle lui expliqua également de façon très précise comment elle s'y était prise pour mettre en place le trafic dont elle se disait coupable. Son innocence ni sa culpabilité n'étaient plus à prouver aux yeux d'Elrych, mais ces détails qu'elle lui donnait démontraient clairement qu'elle était au courant, et probablement depuis longtemps. Elle avait protégé le vrai coupable en gardant le silence alors qu'il aurait été de son devoir de le dénoncer, et elle le protégeait toujours aujourd'hui avec de faux aveux l'incriminant elle plutôt que lui. Comme si ce n'était pas suffisant, elle en rajouta une couche sur le fait que son frère n'était au courant de rien et qu'il n'avait de toute manière pas accès aux autres niveaux que le deuxième. Pour toute réponse, il garda le silence, dépité.

Pour la première fois depuis le début de l'interrogatoire, il bougea. Décroisant les mains, il posa ses avant-bras sur ses cuisses et se pencha en avant vers Eykho. Adoptant une voix plus douce – ce ton dans sa voix serait très sûrement une découverte pour la jeune fille qui n'avait jamais entendu que son ton monotone depuis leurs retrouvailles dans la milice –, il prit enfin la parole.

«Ça va être mon dernier avertissement. N'importe qui au courant de ce qui se tramait pourrait me donner ces informations ; ne cherche pas à me convaincre, je sais que tu n'as rien à voir avec cette histoire. »

Calmement, gentiment, il posa une main sur son genou.

« Au mieux, tu écoperas d'un ou deux mois de détention si tu ne prends que pour les vols. Au pire, on t'accusera de trahison à cause du trafic. Et la trahison, c'est la peine capitale, Eykho. La peine capitale. »

Il avait peu d'amis, deux ou trois au maximum, et elle en faisait partie. C'était peut-être égoïste de sa part, mais il ne comptait pas la perdre à cause des crimes commis par quelqu'un d'autre. S'il portait la jeune fille dans son cœur, ce n'était pas le cas de son frère, qui était probablement le véritable coupable. Il préférait largement que le jeune homme soit condamné plutôt que sa sœur, et il ferait tout pour la sauver du funeste futur qu'elle se réservait. Mais malgré tout, elle ne lâcha pas le morceau. Son regard plein de défi perçait toujours le sien. Il souffla un bon coup et se releva d'un mouvement.

« Tu ne me laisses pas le choix. »

Sans en dire plus, il alla ouvrir la porte pour chercher le garde. Il lui murmura quelques mots à l'oreille qu'elle ne pouvait pas entendre à cette distance. Sans faire plus de bruit que nécessaire, il referma la porte en attendant que le milicien remplisse la mission qu'on lui avait transmise. Pendant ce temps, Elrych en profita pour noter tout ce qui avait été dit (ou presque) durant l'entretien dans le dossier. Quand il eut fini, il se posa contre une des tables, les bras croisés, face à Eykho. De longues minutes passèrent, sous une terrible tension, avant que le garde ne toque et n'entre en compagnie du jeune frère qu'il installa sur la chaise de l'interrogateur, le menottant de la même manière que sa sœur.

« Bonjour, Nikholas. »
 
⇜ code by bat'phanie ⇝


@Eykho Griffin coeur

_________________
hope you see my face when you go to hell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t932-reiver-elrych-gently-i-can-hurt-people-gently-with-a-single-careless-breath http://www.afterdawn-rp.com/t919-elrich-gently-in-a-cruel-land-you-either-learn-to-laugh-at-cruelty-or-spend-your-life-weeping
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: {26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently   

Revenir en haut Aller en bas
 
{26/02/2481} Memories never die, we forget them. ◇ ft. Elrych Gently
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: Aire civile :: Place-
 
Sauter vers: