AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP

Flash info
MàJ Mise à jour #6 en place, un coup de neuf o/
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
41 joueurs ◈ 62 personnages
30 Hommes ◈ 32 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 12 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

  (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 476
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran   Mar 15 Mai 2018 - 15:52

Quelques jours étaient passés depuis cette fameuse histoire. Une histoire fâcheuse ou il y avait eu un mort, quelqu'un tué par Krymov qui n'avait fait que protéger Eiven qui s'était mis malgré elle dans une sale histoire. D'après son récit, elle avait été attaqué et Krym n'avait fais que lui porter secours pour la sauver. Hélas, il s'était grandement emporté, tuant le malheureux qui s'en était prit à elle. Goran n'est pas sans ignorer que les choses ici se font à la manière de la loi du plus fort, mais il aurait vraiment voulu éviter d'avoir un mort sur les bras.

Pendant son temps de réflexion, histoire de faire la lumière sur cette drôle d'histoire. Il avait enfin trouvé quel genre de punition il allait pouvoir imposer. Cela faisait déjà plusieurs jours que les deux "coupables" se trouvaient consignés dans leur chambre. Il était temps de les convier ici. Pour ça, il avait simplement envoyé deux soldats pour les chercher et les ramener dans son bureau.

En les attendant, il resta assit derrière son bureau, se demandant si c'était la bonne solution ou non. Mais il ne pouvait tout simplement pas emprisonner à long terme les deux. Eiven n'aurait rien, étant la victime dans l'histoire, elle était totalement innocenté et sincèrement, il ne peut pas se permettre de la punir davantage. Elle a déjà était dans bien trop d'histoire, ça ne serait pas l'aider de lui infliger une punition. Le sergent va donc tout prendre. Quelque part, il le mérite pour vraiment y être allé trop fort en éliminant ce type. Et puis, il sait que le soldat est fort et que quoi qu'il puisse recevoir comme punition, il s'en relèvera. Quelques coups portés à la porte le firent sortir de ses pensées, sa voix grave ordonna qu'ils pouvaient entrer. "Prenez place ! Il est temps qu'on en finisse avec cette histoire."

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar
Messages : 175
Médaillons : 411
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran   Lun 21 Mai 2018 - 2:02



- BOUGE TON CUL, SHERKAN, T’ES D’MANDE AU COM’!

Une bien belle journée qui s’annonce. Ca, c’était Stacker, un des gars de sécu du commandement qui tambourinait méchamment sur la porte. Un connard bien comme il faut. Faut dire que j’l’avais pas entraîné n’importe comment, mais c’était déjà un beau salaud d’base. Ca l’avait pas arrangé d’se faire bolosser pendant trois mois.

- T’as la carte, viens m’chercher, connard. J’espère qu’t’a au moins amené une bouteille ou 2-3 cigares histoire de fêter ma fin d’mise au placard !

- TU L’AURAS VOULU, PAUV’ CON! OUVREZ-MOI CA, LES GARS !

« les gars » ? Eh merde.  D’habitude, on envoyait qu’un enfoiré pour sortir quelqu’un d’son bloc. Mais quand la porte s’est ouverte sur trois enfoirés en tenue d’combat, c’était pas la même histoire. Ca sentait méchamment la ratonnade, tout ça ! Pis les matraques en main, vous vous doutez bien qu’c’était pas pour la déco. Lobster et Narem, c’était pas non plus les plus délicats d’la galaxie. J’me suis l’vé du plumard, en futal, torse-poil rangers aux panards, mitaines de combat. J’avais prévu d’m’en farcir un histoire d’fêter ma fin d’mise à l’écart, pas trois… Du coup, fallait qu’j’les choppe à la porte pour pas qu’ils puissent m’allumer d’tous les côtés.

- T’aurais du v’nir tout seul, Stacker, j’vais finir par croire que j’te fais peur!

- Calmez moi c’connard !

Et SCHBLAM, un coup d’matraque dans la mâchoire...PUTAIN, ça fait un mal de chien c’te merde ! J’en avais plus collé qu’reçu d’ces conneries...Ben du coup, j’ai r’culé en r’montant la garde pour pas m’en manger un autre, l’truc, c’est qu’ça les a laissé rentrer. J’me suis r’dressé d’un coup en évitant la patate qu’allait m’coller Lobster avant  d’lui en décoller une histoire d’le calmer. Ca a pas loupé, la tronche prise en tenaille entre mon poing et la porte, ça vous l’a calmé fissa ! Pour Narem, ça a été une bonne vieille kimura, et vu l’bruit qu’a fait l’épaule et l tronche qu’il a tiré , j’ai du lui r’faire le doublé omoplate-clavicule en l’foutant au sol. J’ai pu qu’pousser Stackeren collant un coup d’pompe dans la face de Narem pour lui faire r’joindre son collegue direction la sieste forcée. A peine l’temps d’me r’tourner, Stacker avait posé la matraque, j’ai vu son poing m’arriver dans les naseaux...Juste l’temps d’dévier l’coup, mais c’est la pommette qu’a mangé. Ca a été un festival de calottes, du coup d’genou au coup d’poing, des mollets à la tête…

En fait, en soi, le un contre un, ça allait. Bon, on était dans un sale état, hein, entre les coups d’latte, les coups d’coude, les coups...bah les coups d’tout, en fait. Heureus’ment, j’avais laissé l’schlass dans la caisse, sinon j’pense que j’l’aurais planté. Bah, avec un peu d’recul, faut dire qu’ça aurait été foutrement con d’buter mon guide touristique pour une visite moyennement guidée dans l’bureau d’Wernher, vu qu’on m’y amenait précisément pour avoir officiellement massacré un type...’fin, bref, le un contre un, ça allait. Sauf que quand une unité d’Drake s’est pointée faire sécu,  le sept contre un, j’ai moins aimé. Le nez y est passé, une pommette en mode tirelire, une ou deux côtes fêlées et des hématomes un peu partout. Ah, et deux molaires à droite, aussi. Pis on m’a balancé d’vant l’bureau d’Wernher. Eiven était déjà là, et en meilleur état qu’moi, faut dire c’qui est...Goran a parlé en même temps qu’cet abruti d’Stacker, qu’était aussi amoché qu’moi.

-Prenez place ! Il est temps qu'on en finisse avec cette histoire.


- Putain, quand Wernher va apprendre qu’tu fais d’la résistance, tu vas morfler, bâtard de mes deux !

- C’est ça, va sucer une chèvre, fils de pute!...


Excellente entrée en matière, vu qu’un des deux baraqués à la porte a ouvert quand j’ai braillé sur Stacker. Ca, ça allait pas m’arranger l’merdier, pis on est entrés. Avec galanterie (et p’têtre parc’que j’avais pas vraiment envie d’voir la gueule à Wernher tout d’suite après avoir balancé la phrase précédente), j’ai laissé Eiven passé d’vant. Et aussi pour en coller une dernière à Stacker, en pleine gueule. Ah, celle là, elle lui avait fait fermer sa mouille pour un moment ! Mais j’ai pas eu trop l’temps d’en profiter qu’un des deux lascars à l’entrée m’poussait dans l’bureau avec la délicatesse adaptée à mon statut de...de quoi ? « suspendu et enfermé dans sa chambre pour avoir massacré un milicien » ? C’était long. Mais c’était comme ça. J’me suis r’dressé en f’sant craquer ma colonne...ca f’sait un mal de chien, putain, y z’y étaient pas allés d’mains morte, ces enculés !..Pis j’me suis r’trouvé face à face avec Wernher. Pas glop. J’savais pas trop ou m’foutre...Du coup j’me suis justifié, les yeux dans les yeux (enfin, l’oeil et d’mi dans les yeux, j’avais l’droit qu’était en couille d’hirondelle après l’tabassage précédent). C’était assez rare pour être souligné, mine de rien !

- C’était pas pour vous, commandant, j’me s’rais pas permis, quand même...Connard de Stacker...Bon... Rendez l’verdict, vu comme a commencé la journée, ça peut qu’mieux finir.



HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3003
Médaillons : 2152
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran   Lun 21 Mai 2018 - 8:26

Punition
Tourner en rond alla un temps. Tout comme les questions de Kaenya. Rester confiner dans cette chambre était oppressant mais au moins je n'étais pas cloisonnée dans les murs des cellules. J'aurais juré que l'ennui parviendrait à me faire dormir plus de deux heures d'affilé, mais ça restait de l'ordre de l'utopie... À chaque fois que la porte s'ouvrait, j'espérais que c'était pour me sortir de là. Même si la perspective d'une réprimande n'avait rien d'enchantant, au moins ça signerait la fin de ce confinement. J'avais assez de temps libre pour laisser mon imagination établir les scénarios les plus tordus... malgré ça, à part les corvées et l'emprisonnement, je ne voyais pas trop ce qui pourrait réellement m'arriver. L'exclusion ? La mort ? Malgré les actes pour lesquels Krymov et moi allions être jugés, je doutais que Goran en vienne à cet extrême avec moi. Le pire qui pourrait vraiment m'arriver serait un allé simple pour Helion... Pourquoi Krymov ne m'avait pas laissé porter le chapeau ? Laissée être responsable de mes propres actes.

Trois coups secs furent frappés. Kae ne frappait pas pour rentrer chez elle... Allongée sur le lit, je me redressai pour être assise. La porte s'ouvrit sur deux gardes. L'un resta à l'entrée, l'autre entra de quelques pas avec un air grave collé au visage. « Hadler, t'es convoquée au bureau du Commandant », se contenta-t-il de lancer à mon attention. Hochant la tête, je me levai pour le rejoindre. Une fois arrivée à sa hauteur, il vint me prendre par le bras. D'un sursaut inconscient, je me défis de cette légère étreinte en le toisant d'un regard méfiant. Il écarta sa main et la mit en évidence pour me montrer qu'il avait compris et ne me toucherait pas. « C'est le Commandant Wernher qui décidera de ton sort, on est juste là pour t'accompagner », se justifia le garde en voyant mon inconfort. C'est que la dernière fois que deux gardes se sont pointés pour m'emmener au bureau d'un officier, les choses s'étaient plutôt mal passées... Mais c'étaient des hommes rattachés directement à Goran, pas des sbires de Drake. Alors je parvins à me rassurer et à les suivre sans autre préoccupation que ce qui allait m'attendre comme punition de la part du Commandant.

On me fit attendre devant la porte. Un boucan se fit entendre. La délicatesse et le raffinement de Krymov qui ne pouvait pas passer inaperçu partout où il allait... Lorsqu'il arriva, je ne pus m'empêcher de le fixer avec inquiétude. Me doutant qu'il avait sans doute cherché cet évident passage à tabac, ça ne m'empêchait pas de vouloir faire un pas vers lui pour l'aider. Mais la porte s'ouvrit sur le Commandant. L'un des gardes en bisbille avec Krymov proféra quelques dernières paroles alors que la voix de Wernher devait capter notre attention. La réplique de Sherkan fut tout autant mal placée... ça s'annonçait mal. Nous entrâmes à la suite du Commandant. Gardant les bras le long du corps, je luttais pour ne pas montrer ma nervosité. Si au début j'aurais tout fait pour qu'il m'accorde d'aller à Helion, aujourd'hui j'étais prête à tout pour qu'il m'en tienne éloignée le plus possible. Cependant, l'heure n'était pas aux suppliques. Muette, je gardais un regard fuyant.

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 1178
Médaillons : 476
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran   Mar 22 Mai 2018 - 17:58


Le temps lui sembla long, entre le moment ou il avait envoyé ses hommes chercher les deux "coupables" pour leur rendre leur jugement. Au fond de lui, Goran n'avait pas la moindre envie de devoir donner une sentence. Premièrement, les sentiments qu'il a pour Eiven viennent clairement interférer la dedans. C'est à peine s'il comprendre lui même ce qui lui arrive. A chaque minutes, à chaque secondes qui passent, elle hante son esprit. Elle est comme une présence fantôme qui rode autour de lui pour qu'il ne puisse pas l'oublier. C'est comme une obstination, une pensée permanente qu'il ne peut pas fuir. Pire encore, il commence à aimer ce sentiment qu'il éprouve pour elle, qui a toujours été un homme froid et distant avec les femmes. Avec Hadler, c'est différent... est-ce à cause de leur point commun ? Ou parce que c'est simplement le destin ? Voilà une question énigmatique à laquelle il ne peut pas répondre, de toute manière, elle n'est pas à l'ordre du jour. En plus de la jeune femme, il doit aussi prendre en compte Krymov qui fait partie de l'histoire et qui serait donc le coupable de tout ça. C'est un bon soldat, un homme fidèle qu'il ne peut pas vraiment jeter au placard et encore moins tuer. Sauf qu'en raison de son acte, il ne peut pas fermer les yeux. Par moment, être Commandant c'est un vrai calvaire.

Le duo arriva enfin et pas dans un silence absolue. Avant même que la porte s'ouvre, il avait entendu du bruit dans le couloir. La voix grave du sergent faisait des siennes. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt, combien y avait-il de chance que ça se passe dans le calme ? Pendant un court instant, il leva les yeux au ciel en soupirant, à croire qu'il ne pourra jamais changer ce type. D'un côté sa personnalité fait son charme, non ? Un Krymov docile, ça ne serait plus vraiment Krymov ! Ce dernier entra déjà bien amoché, un œil à moitié gonflé par des coups qu'il avait dû se prendre. Par chance, Eiven allait bien, aucune égratignure, ce qui le rassurant, car il n'est pas certain qu'il aurait pu pardonner quelqu'un d'avoir fait du mal à celle qui hante ses pensées à longueur de journée.

L'un des miliciens vint se plaindre, mais Goran n'en avait rien à faire, il le regarda et lui fit signe de prendre congé. Une fois la porte fermée, un soupire lui échappa alors qu'il adressa un regard quelque peu sévère au Sergent. "Tu crois que c'est une bonne idée d'aggraver ton cas de la sorte ? T'aurais pas pu te tenir à carreau pour une fois ?" demande t-il avec un ton las. Ce qui était fait ne pouvait plus être changé à présent. Inutile de vouloir changer ce type, c'est pas son genre d'être une bête docile de toute manière. "J'ai prit ma décision, vous allez savoir le sort que je vous réserve pour ce que vous avez fait." Devoir jouer les juges... en voilà une chose qu'il n'aime pas, surtout quand il s'agit de ses hommes et de très bon élément en plus de ça. "Eiven, étant la victime, tu n'as aucune sentence. Je te demande juste de ne pas traîner dans les couloirs si tu n'as rien à y faire. Je préfère que tu sois en sécurité dans ta chambre plutôt que de traîner, du moins le moment que l'affaire se tasse." En gros pour elle, la liberté va être un poil restreint, son couvre feu se fera peut être plus tôt que les autres pour croiser le moins de monde possible. "Quant à toi Krymov... Tu vas simplement avoir le droit à une bonne correction. Je comprends ce que tu as fait, mais tuer... c'est être allé trop loin. Quelque part, tu dois servir d'exemple pour les autres. Je ne peux pas tolérer une telle violence au sein de Reiver." Le verdict était donné, chacun des deux savaient ce qui va leur arriver.


_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 3003
Médaillons : 2152
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran   Hier à 23:56

Punition
Silencieuse, fautive, coupable sans l'avouer et sans oser l'avouer. Regard fuyant et l'envie pressante que tout se termine au plus vite, au moins pire. On s'avance dans le bureau et le Commandant tente de tempérer Krymov. Peine perdue... mais il est bien placé pour le savoir. Après cette scène, il en vint directement au fait : la sentence. Inquiétée et appréhendant ce qui nous attendait, mes yeux fixaient ses lèvres comme par peur de manquer l'information. Je frémis à l'évocation de mon prénom en préambule, craignant que ça annonçait le pire. Mais non. Une peur échappée dans un soulagement que je me gardai d'exprimer. Ne pas traîner, me contenter d'être là où je dois être ou bien dans mon bloc. Rien d'infaisable ou d'insupportable. De toute façon, après ce qui s'était passé, je ne comptais pas faire autre chose que frôler les murs plus qu'à l'accoutumée et d'éviter tout contact avec qui que ce soit... ça finissait toujours par un malheur et je ne me sentais pas d'en supporter un seul de plus.

Vint le tour de Krymov. Un châtiment pour l'exemple et l'image disciplinaire. On ne peut pas outrepasser les règles et se faire juge même en tant que sergent. Les actes de violence étaient réprimandés, alors il le serait. Pestant silencieusement de voir que Sherkan serait porté en étendard de ce principe alors que d'autres, plus haut placés aux actes tout aussi intolérables passaient entre les mailles du filet. Mais c'était en grande partie ma faute... un manque de courage qui ne me ressemblait guère mais qui laissait Drake libre de vivre sa vie comme si de rien n'était. Je vins chercher le regard de Krymov, presque à lui implorer de dire la vérité, qu'il n'était pas seul coupable dans ce meurtre. Or, je ne trouvais que sa détermination. Quand bien même ça avait été dit sous l'emprise de l'alcool, je me souvenais de ses mots, de la façon dont il pouvait me voir. Je n'avais pas le droit de venir lui demander son aide et d'ensuite revenir sur ma position pour lui demander de se dédouaner. C'était son choix et sans doute avait-il plus les idées claires que je ne pouvais les avoir ces derniers temps... Me mordant les lèvres pour me retenir de dire la vérité omise, détestant l'idée de ne pas tout avouer à Goran, de lui cacher à nouveau quelque chose, et de voir Krymov payer seul un crime dont je sortirai indemne, il fallait bien ça pour ne pas céder.

Le silence restait mon ami, comprenant que cette version de l'histoire arrangeait chaque parti : je ne serais pas portée coupable, Krymov se savait apte à encaisser, Goran ne serait pas confronté au choix de me réprimander et de me causer du tord ou de me laisser m'en sortir et voir la confiance de ses hommes s'étioler à l'idée qu'il ne respecte pas ses propres règles. Si à l'extérieur les conflits se réglaient entre les partis concernés et appelaient parfois un intermédiaire impartial, les choses ne pouvaient pas se passer de cette manière dans une si grande communauté. Ce serait vite l'anarchie... Alors même si Krymov avait fait ce qui lui semblait juste, il serait puni pour cet acte et ce sera considéré comme juste. Alors nous allions joué ce jeu et prétendre trouver ça juste. Peut-être que le temps me permettra de moins culpabiliser, mais pour l'heure, l'idée me laissait un goût amer dans la bouche.

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 175
Médaillons : 411
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran   Aujourd'hui à 1:08




-Tu crois que c'est une bonne idée d'aggraver ton cas de la sorte ? T'aurais pas pu te tenir à carreau pour une fois ?

- Non. Mais ça fait du bien d'casser du bâtard.

-...Eiven, étant la victime, tu n'as aucune sentence. Je te demande juste de ne pas traîner dans les couloirs si tu n'as rien à y faire. Je préfère que tu sois en sécurité dans ta chambre plutôt que de traîner, du moins le moment que l'affaire se tasse."Quant à toi Krymov... Tu vas simplement avoir le droit à une bonne correction.

Silence. J'lachais pas Goran du r'gard En fait, j'le fusillais clairement. C'était pas l'envie d'lui envoyer une droite qui manquait, mais c'était pas l'idée du siècle quand on y réfléchit. Eiven était hors de cause, c'était déjà ça d'gagné, mais...Y avait un truc qui m'chipotait, outre l'fait que j'm'était DEJA pris une pétée dans la journée et qu'j'avais pas une envie folle de r'mettre ça de suite, m'voyez?

- ...Je comprends ce que tu as fait, mais tuer... c'est être allé trop loin. Quelque part, tu dois servir d'exemple pour les autres. Je ne peux pas tolérer une telle violence au sein de Reiver.

-...


Ouais, clairement, s'il la rouvrait, là, tout d'suite...j'lui en posais une. Commandant, pas commandant, j'en avais rien à foutre. Les muscles tendus, ça m'faisait un mal de chien entre les os pas loin d'être fracturés, les hématomes et les nerfs qu'avaient déjà pris chers, mais lui avoiner la tronche et lui mettre le faciès en mode steak tartare, ça, c'était pas exclu. Non mais il se prenait pour qui, celui-là ? Ouais, Ok, pour le responsable du commandement de la zone. Mais là, ça relevait sérieusement du foutage de gueule.

- Vous comptez m'faire démissionner, commandant? Non, parce qu'à titre informatif, les violeurs, ici, ou ceux qui TENTENT de tuer des citoyens de Reiver, j'les ai toujours vu finir leur vie avec une balle dans l'crâne, la corde au cou, la gorge tranchée. Donc j'sauve les miches de la p'tite, j'nous débarasse d'un fils de pute de dernier degré, en appliquant la sentence classique, mais pour vous c'est "aller trop loin"? Alors ouais, j'ai un peu salué l'comité d'accueil à grands coups d'latte, mais j'aime pas qu'on vienne me dire bonjour à coups d'matraque. DONC. Qu'on soit bien au clair sur les faits: va pour la correction, d'la taule et/ou privation d'bouffe...Lachez-vous,si ça vous éclate, ça m'fait ni chaud ni froid. Mais m'prenez pas pour un con. C'que j'ai fait, c'était dans l'intérêt d'Reiver ET d'Hadler, donc doublement dans l'vôtre. OK, j'ai un peu poussé, mais il était mort t'façon.  A vous d'voir si vous comptez m'chier dans les bottes et considérer qu'dans moins d'une heure j'ai définitivement décarré ou si vous allez faire autre chose que d'la politique à deux balles sans considérer l'intérêt général., j'ai lâché en f'sant rouler mes épaules. Autant, les côtes étaient en merde, autant les jambes et les épaules fonctionnaient à peu près comme il faut. Alors maint'nant, si vous m'cherchez, j'suis dans mon bloc. ET LE PREMIER CONNARD QUI S'POINTE AVEC DES INTENSIONS BELLIQUEUSES, J'LUI AVOINE LA MOUILLE SANS SOMMATION, ET PLUSIEURS FOIS SI Y FAUT!

Grand coup d'latte dans la porte, qu'a pas vraiment aimé (et l'garde derrière non plus), et j'ai tracé jusqu'à mon bloc, dégageant tout l'monde sur l'passage avec la délicatesse qu'en incombe à ma personne, sans écouter ceux qu'essayaient d'me parler. Mund s'est ramassé une droite en plein foie au passage, et Slope est passée par d'sus une rambarde. Y a eu quelques taloches et coups d'poing en plus, mais j'vous cache pas qu'j'ai pas fait gaffe à toutes les gueules/voix sur l'passage, pis j'me suis magné d'aller chercher un paquet dans ma piaule pour l'refiler à Jab, avant d'y r'tourner en courant, m'harnacher d'une paire d'surins XXL et d'me bander les côtes pour éviter les problèmes. J'ai même r'trouvé une molaire dans l'entrée! Et j'me suis affalé sur mon plumard après avoir verrouillé l'loquet median, celui qu'on peut ouvrir qu'à la paluche, et que d'puis l'intérieur. Qu'ils y viennent, ces enfoirés. Si Wernher m'veut menotté sur la place et qu'j'encaisse les coups d'fouets pour son p'tit plaisir et c'lui d'tous les enfoirés, qu'il vienne m'chercher lui-même, seul, et on avis'ra à c'moment là. Enfoirés.[/b]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran   

Revenir en haut Aller en bas
 
(06/01/2481) Punition ▬ Eiven, Krymov & Goran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: QG :: Commandement-
 
Sauter vers: