AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Participez à la Roulette RP !
Φ Prochaine MàJ le Le --/--
Personnages

27 joueurs
39 personnages
17 Hommes
22 Femmes
Helion 13 hab.
Reiver 10 hab.
Steros 11 hab.
Extérieur 5 hab.

 

 Smells like shit in a pot #Eiven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Rebouteuse
Âge : 34 ans
Localisation : Helion

Messages : 158
Médaillons : 159

Crédits : vanka
Avatar : Astrid Bergs-Frisbey
Pseudo internet : Flafla

Helion • Civil



 Sujet: Smells like shit in a pot #Eiven   Sam 26 Mai 2018 - 1:15


14 mars 2481

Je ne savais pas comment considérer Reiver. Mes jours n’étaient qu’une suite infinie d’émerveillement et de frayeur. Si les petites brises du vent m’arrachaient constamment un frisson de plaisir, les entraînements et les petites bagarres entre habitant de ce lieu me laissaient davantage perplexe. Certes, il y avait de la violence à Hélion mais au niveau -1, lieu où peu de personnes osaient vraiment y mettre les pieds. Les rares autres manifestations de violence étaient rapidement réprimées et punies.

A bien réfléchir, je me sentais comme une enfant arrachée à son cocon paisible. Un amer rappel à bien des années auparavant, quand mes parents m’avaient abandonné au dispensaire. Pendant cinq ans, malgré leurs querelles, malgré leur indifférence à mon égard, je me sentais malgré tout chez « moi », et à  « l’abri » avec eux. Puis, j’ai été abandonnée dans un nouveau lieu, avec de nouvelles têtes, et de nouvelles règles. J’ai apprécié des choses, j’ai détesté d’autres, mais j’avais assimilé finalement et appris à vivre avec. Reiver n’allait pas échapper à cette règle.

Non, Reiver n’allait être qu’un passage à bien réfléchir. Dès l’instant où je serais à un stade avancé de ma grossesse, je serais rapatriée à Hélion. Et une fois là-bas, je doutais un seul instant que je pourrais à nouveau y échapper. D’une part, car je ne pourrais pas abandonner Nox. Et d’autre part car une certaine personne aimait m’avoir sous son contrôle, pour me faire payer un crime que j’ignorais – un crime que je n’avais peut-être même pas commise.

« Non. Pas maintenant. Pas à lui. Il faut que je profite. Il faut que je me détende. Cet enfant arrivera à son terme. Quoi qu’il en coûte ». Incessante litanie que je me répétais depuis que j’avais pris ma décision de me « réfugier » ici – oui, drôle de refuge, je concède. Cependant, un refuge que j’appréciais au fond de moi.

Je voyais enfin ce fameux « soleil », astre solaire brillant de mille feux et brûlant la peau – j’avais même failli faire un petit malaise, lors de mes premiers jours ici. J’avais également découvert sa sœur, l’astre lunaire que l’on nommait « Lune ». Cette fameuse « bise » que j’avais lue dans une vieille comptine – apprise par un charmant garçon – prenait également tous son sens. La « bise », Un doux courant d’air qui vient caresser votre visage avec délicatesse ou malice, et qui vous arrache un petit sourire – ou une grimace si la bise est froide.

La découverte était ma principale activité lorsque j’avais fini ma garde au centre médical. Chaque instant comptait ici, et surtout pour moi. Aujourd’hui, j’étais prise de lubie de découvrir les écuries et voir ces fameux chevaux. J’avais vu des dessins, j’avais entendu des descriptions mais jamais je n’en avais vu un en « vrai ». Et encore moins « toucher ». On m’avait assuré qu’ils n’étaient pas dangereux, une certitude qui se brisa en mille morceaux lorsque je me retrouvais face aux bêtes.

Plus j’approchais des enclos, et plus une odeur lourde et persistante vint chatouiller mes narines. Les odeurs étaient une chose assez perturbante à Reiver. Certes, Hélion n’était pas totalement aseptisé et nous avions bien des odeurs mais ici, c’était un tout autre niveau. Un tout autre mélange. Et ce n’était pas toujours dans le bon sens du terme.

Qu’importe les histoires, qu’importe les on-dits, rien n’aurait pu me préparer à la surprise que j’éprouvais à cet instant-ci, en découvrant pour la première fois les « chevaux ». Elles étaient bien grandes, bien droites sur leurs jambes musclées et osseux. Leurs regards brillants m’observaient avec curiosité et semblaient plus être un miroir où je me voyais que des yeux vivants. Enfin, leurs « cris » me surprirent, au point de me faire bondir d’un pas en arrière, marchant inconsciemment sur quelques choses, de mous et d’épais.

Un simple regard et je constate d’avoir mis pied dans une texture marron. Et puante.

- Oh non…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t762-eyli-senam-une-mere-avant-tout#8461
avatar

Personnage
Occupation : Manutentionnaire
Âge : 28 ans
Localisation : Reiver



Messages : 3714
Médaillons : 165

Crédits : Vanka / Heresy
Avatar : Lyndsy Fonseca
Présence : Présente

Pseudo internet : Vanka
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen



Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Ven 22 Juin 2018 - 14:23

Smells like shit
in a pot
Le travail aux réserves était parsemé de petites surprises. S'il arrivait que l'on passe des heures à rester oisif, se contenter d'arranger les étals et de surveiller les allées des grands hangars, d'autres jours on ne voyait pas le temps passer. Me focaliser sur mon travail me permettait d'échapper aux pensées sombres. Parfois, mon esprit s'évadait lors de tâches devenues plus proches de l'automatisme que de réel travail. Auparavant, je craignais ces rêveries qui me ramenaient inévitablement au capitaine Drake et aux horreurs qu'il m'avait fait vivre. À m'en déclencher des crises d'angoisses qui m'éprenaient encore de temps à autres. Mais à mesure que le temps passait, je gardais en premier songe le souvenir de l'étreinte de Goran. De la douceur de ses lèvres et la sécurité de ses mots. Rien que de penser à ces sentiments qu'il m'avait avoué, ça me réchauffait le cœur.

Un apaisement qui n'était pas sans être remarqué... Mes collègues voyaient bien que ma confiance revenait. Certains qui avaient pour habitude de s'éloigner de moi de peur que je ne leur fasse du mal s'autorisent à me parler, à me considérer comme une personne normale et non une survivante dégénérée et instable. Je l'avais été, assez longtemps d'ailleurs, mais les entraînements dispensés par Krymov m'aidaient à extérioriser et l'amour que je portais à Goran canaliser le reste de l'énergie que je possédais. Un équilibre que, pourtant, je ne parvenais pas à considérer comme acquis. Il m'arrivait de le croiser, Drake. De croiser son regard. Il s'en amusait, pour lui, c'était un jeu. Il savait pertinemment que je ne l'avais pas dénoncé. Ce violeur était en liberté, intouchable et haut placé, et c'était de ma faute. Une culpabilité qu'il m'était difficile d'ignorer. Cependant, je ne pouvais pas me battre sur tous les fronts... Alors je l'acceptais. Acceptais ma faiblesse, ma couardise face à ce monstre. Personne ne savait... mais je préférais passer pour une lunatique instable que de prendre le risque que Drake ne s'en prenne à des personnes qui m'étaient proches.

Aujourd'hui était un de ces jours où je parvenais à maintenir l'espoir. Une illusion qui me berçait agréablement. Un temps de pause qui m'était accordé. Après avoir réuni les différents outils demandés par les enclos, je m'attelai à tracter la brouette jusqu'au lieu dit. J'espérais croiser Kaenya... Arrivée au point donné, je me retrouvai étonnamment seule. Un travailleur finit toutefois par apparaître et réceptionner le matériel. Traînant derrière moi la brouette de bois aux roues ballantes, je m'arrêtai sur une femme que je trouvai bien étrange. Ce fut plutôt sa brève exclamation qui causa mon arrêt. Lâchant la brouette, je m'avançai vers elle et constatai sa maladresse. « Oh... de la chance que ce ne soit que du crottin. » Ne pas regarder où on reculait, à l'extérieur, ça revenait à se jeter tout droit dans un piège. Car cette mine aurait pu être un piège. « Tu penses pouvoir t'en sortir ? » Demandai-je sur un ton ironique. Si son visage m'était alors inconnu, je comprenais par son attitude qu'il s'agissait d'une civile.

_________________
so damn lostAs I'm lying awake
I'm still hearing the cries

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Personnage
Occupation : Rebouteuse
Âge : 34 ans
Localisation : Helion

Messages : 158
Médaillons : 159

Crédits : vanka
Avatar : Astrid Bergs-Frisbey
Pseudo internet : Flafla

Helion • Civil



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Dim 24 Juin 2018 - 13:48

- Oh... de la chance que ce ne soit que du crottin.

Je me retournais vers la personne qui m’avait parlé, et lui lançait un regard interrogateur. Que sous-entendait-elle exactement, par cette phrase ? Est-ce qu’un cheval pouvait offrir autre chose que du crottin ? Une question qui me brûlait les lèvres et que j’étais sur le point de formuler à haute voix, mais fut interrompue par une nouvelle tirade de l’inconnue. L’ironie évidente ne passait pas inaperçue et pourtant, je préférais feindre l’ignorance. Avec Vaughn, j’avais appris à outrepasser, à ravaler mon amour propre, à « prétendre », à « mentir », à « paraître ».

- Tu penses pouvoir t'en sortir ?
- Evidemment, pourquoi ne le pourrais-je pas ?

Pourtant, à peine je fis un pas pour m’extraire de cette gelée brunâtre immonde, que l’odeur qui s’en émanait eut le don de me retourner l’estomac et de m’offrir une merveilleuse et mémorable nausée. Aussitôt, un cercle vicieux s’enclencha. L’idée de vomir sur ce « crottin » et d’avoir à respirer les deux odeurs en duo ne rendaient cette envie de vomir que plus insistante et incontrôlable.

- Je ne me sens pas bien … finis-je par avouer, une main sur le ventre, et une autre sur la bouche.

Je m’extirpe avec plus de force et m’éloigne de quelques mètres, jusqu’à pouvoir m’appuyer quelque part, et pouvoir vider tripes et boyaux. Cette grossesse était définitivement plus dure que la première – et similaire à la seconde à mon grand désespoir. Je vomissais plus que je ne mangeais, et la fatigue était toujours plus pesante – rendant ma tâche journalière au Centre toujours plus complexe, toujours plus ardue.

Heureusement, le « vomi » d’une femme enceinte n’était un liquide abondant. C’était souvent qu’un petit filet – ou deux petits filets – facile à enterrer sous du sable et de la terre. A étouffer. A noyer. A cacher. Une tâche à laquelle je m’attelle sans tarder, et un tantinet honteux. J’avais assuré aux autorités que j’étais solide, que je ne mettais nullement ma santé en danger … or me voilà vomir juste devant un crottin.

« Je vais mieux ici qu’à Hélion » pensais-je aussitôt, pour affermir cette volonté fébrile à certaine, et taire cette conscience coupable, celle qui m’accusait d’être une mauvaise mère, en ayant abandonné son aînée aux mains d’un monstre – ou de deux montres, je ne saurais compter. Ma tâche achevée, je me retourne vers l’inconnue et baisse un tantinet la tête.

- Je m’excuse … je ne suis pas encore habituée à tout ça.


Pourquoi est-ce que je m’excuse ? Pourquoi avais-je cette maudite habitude de m’excuser au monde entier, alors que je n’avais rien fait de mal, que j’avais nettoyé ce que j’avais fait ? Etait-ce parce que je culpabilisais toujours, et inconsciemment, à l’idée que j’ai été abandonnée car j’étais une mauvaise fille pour mes parents ?

- Je … voulais voir les chevaux. Je n’en ai jamais vu à Hélion. Je ne comprends pas votre remarque sur les crottins. Est-ce que j’aurais dû m’attendre à autre chose ?


Je cherchais à changer de sujet de conversation, maladroitement certes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t762-eyli-senam-une-mere-avant-tout#8461
avatar

Personnage
Occupation : Manutentionnaire
Âge : 28 ans
Localisation : Reiver



Messages : 3714
Médaillons : 165

Crédits : Vanka / Heresy
Avatar : Lyndsy Fonseca
Présence : Présente

Pseudo internet : Vanka
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen



Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Mer 27 Juin 2018 - 11:09

Smells like shit
in a pot
L'inconnue paraissait quelque peu déroutée. Un sourire sur mes lèvres laissait entendre que je n'étais pas là pour l'ennuyer ou lui causer le moindre tord. Elle prétendait que ça irait mais sa pâleur suivie son haut-le-coeur. J'allais me reculer et me dédouaner de tout ce qui pourrait alors sortir de son corps, les yeux écarquillés de dégoût, mais lorsqu'elle énonça son malaise, mes pas me firent plutôt avancer vers elle. La jeune femme s'éloigne mais je reste non loin d'elle, prête à intervenir si elle n'arrive plus à gérer la situation toute seule. Détournant le regard, je lui accordai une once d'intimité.

Après quelques courtes minutes, elle revint vers moi. Je l'observais, détaillais ses traits, haussant les épaules face à ses excuses. J'avais vu pire, elle pouvait me croire... De part son attitude, je me permis d'avancer qu'elle sortait d'un nid douillet, du dôme protecteur et affaiblissant. Supposition confirmée alors qu'elle évoque Helion et l'inconnu que représentaient les équidés à ses yeux. Un sourire amical et je lui tendis l'outre d'eau qui me pendait à la ceinture. C'était pratique d'en avoir sur soi lorsqu'on vagabondait un peu partout dans l'avant-poste. « Dans mes premiers jours, de corvée de latrines pour je ne sais plus quelle insubordination, des malins ont trouvé judicieux de me faire tomber dedans. À côté, le crottin paraît être la plus pure des senteurs, j't'assure », décrivis-je d'un air rieur. Je me montrais rarement si amicale envers les autres.

Depuis des mois déjà, mes traits restaient d'un ordinaire morose et terne. Mais depuis que j'avais avoué mes sentiments à Goran et lui m'avait avoué les siens, je recommençais à voir la lumière du jour...

« Helion alors ? Le dôme t'a envoyée pour rejoindre la milice ? Sans offense mais... tu n'as pas vraiment l'air d'être une guerrière... » Mon jugement ne se faisait ni sur sa légère faiblesse, ni sur son gabarit. Uniquement sur ce qui se dégageait d'elle. Cette femme avait l'air... gentille. Disons que les visages qui passaient par Reiver étaient loin d'avoir sa douceur dans l'expression. Un visage qui me paraîtrait presque familier. Mes parents et ceux de la communauté où je vivais auparavant avaient cette simplicité dans l'âme qui les rendaient humains. Les pilleurs, Reiver... ils volaient tous cette humanité dans les cœur. Les renforçant, les rendant de pierre à forcer chacun à refouler ses sentiments et ses émotions. Moi qui était très émotive, ça m'avait coûté de me confronter à des murs. Comme Goran à nos débuts, Krymov encore aujourd'hui, ces personnes qui se renferment pour parvenir à faire passer leur mission avant toute autre chose.

_________________
so damn lostAs I'm lying awake
I'm still hearing the cries

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Personnage
Occupation : Rebouteuse
Âge : 34 ans
Localisation : Helion

Messages : 158
Médaillons : 159

Crédits : vanka
Avatar : Astrid Bergs-Frisbey
Pseudo internet : Flafla

Helion • Civil



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Sam 14 Juil 2018 - 13:28

D’ordinaire, avant d’accepter quoi que ce soit, je prends grand soin de remercier cette personne qui acceptait de partager une ressource avec moi. Dans un monde où ressources rimaient avec survie, ce type de partage était tout simplement un geste à la fois fou, généreux et « beau ». Un remerciement n’avait aucune valeur – je concédais – mais, lorsque nous n’avions rien, c’était tout simplement la seule chose que l’on peut offrir. Sauf aujourd’hui.

Je m’empare instinctivement de la gourde d’eau, pour me renverser une petite gorgée dans la bouche – sans toucher les rebords de mes lèvres – afin de me rincer et recracher par terre. Le gout de bile – acide et amère – ne partait pas, mais s’atténuait enfin. Je me suis permise une seconde gorgée pour boire, et calmer ce feu dans mon œsophage. C’est à peine si je rougis de mon geste ou de mon manque de courtoisie. Une courtoisie qui me revint bien vite à l’esprit.

- Je suis désolée … Merci beaucoup !


Elle semblait sympathique, parlant subitement de ses premiers jours ici. Je ne pus m’empêcher de grimacer … et de pouffer un tantinet.

- Helion ou Reiver, il semblerait que certaines traditions ne changent pas. J’ai moi-même eu à me charger des … lieux d’aisance des patients comme du personnels, comme des couches de certaines vieilles personnes.

Il serait mentir de dire que je n’avais pas été dégoutée – et rien que le souvenir m’offrait un autre haut le cœur- mais, il serait mentir de dire que je n’avais rien appris. Par exemple, nettoyer toujours après soi et ne pas laisser à autrui cette tâche. Enfin, que nous soyons riches ou pauvres, nous finissions toujours de la même façon : vieux et mourants, en ayant besoin de l’assistance de plus jeunes. Un court instant, je pensais à Lucian.

« Lui, il ne sera pas mourant »
pensais-je. Il était bien trop mauvais et avec des gens qui le détestent autant que moi – voire plus – et surement plus puissants que moi. Lui, il allait tomber douloureusement de son piédestal, et mourir sans sursis, sans douleur, sans cette crainte de voir la faucheuse débarquer d’un jour à l’autre. Il allait avoir une mort rapide. Une mort clémente. L’ironie de la vie était ainsi : les bons vivent longtemps, mais soumis et finissent par quémander – ou exiger – la mort. Les monstres vivent une courte vie, mais fastueuses, pour mourir sans douleurs.

- Je me suis portée volontaire pour apporter mon aide au personnel médical. Apparemment, il y a un certain besoin.


J’allais taire la véritable raison, évidemment. A moins qu’elle ne soit déjà connue de tous, à travers multiples rumeurs – vraies comme fausses. Rumeurs dont je me préoccupe à peine : j’avais mon lot à Helion, avec des voisins, collègues et même de prétendus amis. Ce n’était pas les rumeurs d’une poignée d’inconnus comme d’une base temporaire qui allaient m’importer. Non, à cet instant et pour les années à venir, tout ce qui m’importera sera mes enfants. Rien, absolument rien d’autre.

- Je suis incapable de me défendre …
soufflais-je, avec un ton mêlant gêne et amertume. Si j’avais su me défendre – ne serait-ce qu’un peu -, est-ce que les choses auraient été meilleures ? Ou pires ? Je ne savais pas. Des interrogations qui n’avaient aujourd’hui plus la moindre pertinence. Ce n’est pas dur d’apprendre à se défendre dans un tel environnement masculin?

J’avais vu ces femmes et ces hommes- sans distinction – revenir avec des hématomes noirs et gonflés, des membres brisés ou totalement en sang. Une violence qui n’avait de cesse de me surprendre : comment l’humain pouvait-il être autant en soif de sang et de douleurs ?

- Je suis Eyli Senam, me présentais-je, consciente que « tu » et « vous » avaient leurs limites dans une conversation qui allait bon train.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t762-eyli-senam-une-mere-avant-tout#8461
avatar

Personnage
Occupation : Manutentionnaire
Âge : 28 ans
Localisation : Reiver



Messages : 3714
Médaillons : 165

Crédits : Vanka / Heresy
Avatar : Lyndsy Fonseca
Présence : Présente

Pseudo internet : Vanka
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen



Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Dim 12 Aoû 2018 - 23:13

Smells like shit
in a pot
Un haussement d'épaules accueille les remerciements de la jeune femme. Si ce n'était pas usuel de donner sans rien attendre en retour, ça me paraissait encore normal. Et ce malgré ces longs mois passés à Reiver.

De ce qu'elle décrivait de ses tâches à Helion, je comprenais que l'avant-poste était véritablement son enfant. Les personnes venant du dôme étaient toutes les mêmes, propageant une même culture entre ces remparts. Ce n'était pas une tare, ce constat aidait simplement à comprendre certaines choses...

La présence de la réfugiée s'expliqua tout autrement qu'avec la milice : une soigneuse. Effectivement, il y avait besoin de personnes ayant son savoir. Les récents événements avaient éprouvés bien des guérisseurs... et ceux venant d'Helion avaient un savoir que dehors, nous ne pouvions développer. Elle serait sans doute d'une aide très précieuse. Mais ce qui préoccupait l'étrangère se portait plus sur sa capacité à se défendre dans ce genre de milieu, ou en tout cas l'apprendre. À nouveau, je haussai les épaules. « Je dirais qu'il faut tomber sur la bonne personne. Les civils ne sont pas censés participer aux entraînements. Trouve quelqu'un qui se donne d'outrepasser les règles, qui ne soit ni raciste envers les réfugiés ni envers les femmes. Rassure-toi : il existe plus de miliciens détestant les survivants que les réfugiés. » Mes mots n'étaient sans doute pas optimistes, mais je ne pensais pas qu'elle cherchait en ma répondre le moindre réconfort.

Au moins, la réserve qui se dégageait d'elle signifiait que cette femme avait conscience de l'endroit où elle mettait les pieds. C'était un plus pour sa survie. Car les menaces ne venaient pas uniquement de l'extérieur : également de l'intérieur... « Eiven Hadler, je travaille dans les entrepôts à l'organisation des réserves », me présentai-je ensuite pour faire écho à son nom : Eyli Senam. « Si tu te sens mal, je peux t'accompagner jusqu'au centre médical. Une guérisseuse malade, ça n'a rien de vraiment enthousiasmant », lançai-je avec un sourire taquin.

_________________
so damn lostAs I'm lying awake
I'm still hearing the cries

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Personnage
Occupation : Rebouteuse
Âge : 34 ans
Localisation : Helion

Messages : 158
Médaillons : 159

Crédits : vanka
Avatar : Astrid Bergs-Frisbey
Pseudo internet : Flafla

Helion • Civil



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Dim 30 Sep 2018 - 19:50

Je secoue la tête à sa proposition de m’accompagner au centre médical. Mon mal n’était pas curable avant sept mois, si tout allait bien – et j’espérais sincèrement que tout n’ira que bien, loin de ceux qui me font mal. J’avais adopté une attitude lâche mais je n’en étais nullement rougissante ou honteuse. La honte ou l’honneur, voilà des concepts qui disparaissent dès que nous sommes parents. Nous sommes capables de tous, absolument tout, pour la chair de notre chair.

- Je ne suis pas malade. Du moins, pas dans le sens « traditionnel ». Un simple petit malaise, j’étais bien pire le premier jour, lorsque j’ai mis pied ici. A l’air … libre.


Je me rappelle de ce soudain enivrement – à croire que mes poumons étaient restés sans airs depuis des années – ou encore au tournis subit qui s’en est ensuivi. J’ai failli tomber, mais quelqu’un avait réussi à me rattraper à temps, à croire que c’était un tantinet commun pour ceux qui n’étaient jamais sortis d’Hélion à ce jour.

Je l’observe encore, réfléchissant à ses dernières paroles.

- Par contre, je ne comprends pas vraiment pourquoi ce besoin de se … défendre. Si l’avant-poste tombe sous le joug d’un ennemi, qu’importe mon entraînement, je ne pourrais pas me défendre.

Elle n’était pas la première à sous-entendre une telle chose : savoir se défendre, même à l’intérieur. Cette notion me dépassait. Certes, Hélion ne brillait pas pour un ordre absolu mais la peur de son voisin existait surtout au niveau -1. Au sein des autres niveaux, les agents ou miliciens surveillés attentivement les quartiers et s’assurer que tout était plus ou moins en ordre. Reiver devait être bien plus tatillon à ce sujet, « ramassant » les indésirables et fauteurs de trouble d’Hélion. Ironie du sort, un lieu qui rassemblait des personnes dangereuses … mais qui était sûrement la plus sûre, n’est-ce pas ? Ou était-ce naïveté de ma part de penser ainsi ?

- Pourquoi parlons-nous de survivants ?
susurrais-je. Et pourquoi les détester autant ? Je sais qu’ils peuvent avoir des idées arrêtées ou un style de vie un peu particulier, mais ils finissent toujours par s’accommoder à Hélion… Enfin. Presque.

A nouveau, j’étais perdue avec les sous-entendus de la demoiselle. Certes, ceux qui sont acceptés au sein d’Hélion mais qui viennent de l’extérieur n’ont pas la vie facile les premiers mois. Cependant, avec le temps, et une conduite exemplaire, ils se fondaient dans la masse de ceux qui sont nés à Hélion et qui n’ont connu qu’Hélion. Soudainement, une idée me frappe. Si Hélion acceptait des survivants, cela sous-entendait également un passage par Reiver. A la seule différence qu’à Hélion, il y a un long processus pour adapter le survivant à cette nouvelle vie.

- Comment … sont-ils vus, ici ?
m’aventurais-je.

Je sais bien que tous les survivants n’ont pas bon cœur et qu’il y a un grand nombre qui peuvent vouloir du mal à Hélion, et qui ont sûrement fait du mal à certains camarades des miliciens de cet avant-poste. Cependant, ils ne sont pas tous ainsi. Qu’arrivent-ils à ceux qui ont passé Reiver mais pas Hélion ? Que se passe-t-il à ceux qui « préfèrent » rester ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t762-eyli-senam-une-mere-avant-tout#8461
avatar

Personnage
Occupation : Manutentionnaire
Âge : 28 ans
Localisation : Reiver



Messages : 3714
Médaillons : 165

Crédits : Vanka / Heresy
Avatar : Lyndsy Fonseca
Présence : Présente

Pseudo internet : Vanka
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen



Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Sam 20 Oct 2018 - 17:58

Smells like shit
in a pot
La justification de la jeune femme me paraissait acceptable. Les poumons aseptisés du dôme ne tenaient que rarement la distance une fois jetés dehors. C'est à voir cette différence de métabolisme que je me demandais si nous, les survivants, ne serions pas de véritables poisons à l'intérieur de leurs murs. Que devenaient vraiment les miens une fois qu'ils passaient les portes d'Helion ? Si je me doutais que les natifs n'étaient pas laissés à l'air libre, je me demandais comment les autres, plus normaux, étaient intégrés. Loin d'imaginer les technologies et moyens qui se trouvaient là-bas. Décontaminer une personne de l'air extérieur me paraissait infaisable.

Cette différence semblait échapper à la réfugiée. Un froncement de sourcils. Était-ce si difficile de ce rendre compte des choses ? J'ignorais tout de sa vie au dôme et de ce qu'on pouvait voir de l'extérieur lorsqu'on était en son sein. Alors j'imaginais que ce devait être deux mondes bien trop distincts pour communiquer... « Dehors, chaque jour est une lutte pour trouver un refuge, à boire et à manger. Et beaucoup d'entre nous ne lésinent pas sur les moyens pour obtenir ce qu'ils veulent. À l'intérieur, vous avez de quoi vivre. Et cette disposition vous force à suivre des règles. Ça forge des esprits bien différents les uns des autres. Là où un survivant tentera toujours de faire la peau de l'autre pour espérer survivre, un réfugié aura des barrières morales lui permettant de réfléchir avant d'agir. Enfin... je suppose. Le groupe dont je faisais partie avant d'arriver à Reiver n'était pas de ceux qui agissent avant de réfléchir. Mais on s'est fait... manger, par un groupe qui préférait agir d'abord. Et c'est comme ça. La nature humaine nous pousse à nous servir des plus faibles pour gagner un sursit. Ce qui explique une cohabitation parfois difficile à Reiver. Entre les survivants te les réfugiés. Les sauvages et les civilisés », ajoutai-je grossièrement en souriant. « Ça demande de l'adaptation des deux côtés. Mais pour être honnête, à Reiver, ce n'est pas des survivants dont je me méfierai le plus si j'étais à ta place », lui confiai-je l'air plus grave. Un air que je balayai d'un hochement de tête.

_________________
so damn lostAs I'm lying awake
I'm still hearing the cries

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Personnage
Occupation : Rebouteuse
Âge : 34 ans
Localisation : Helion

Messages : 158
Médaillons : 159

Crédits : vanka
Avatar : Astrid Bergs-Frisbey
Pseudo internet : Flafla

Helion • Civil



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Dim 28 Oct 2018 - 21:41

J’écoutais attentivement les paroles de la demoiselle, et j’étais un tantinet confuse. Effectivement, je ne pouvais pas comprendre cette notion de lutte quotidienne pour le repas ou la boisson mais il y avait bien une lutte constante au sein d’Hélion et à bien des niveaux. Au sein du niveau 0 pour sortir d’une forme de pauvreté et servilité aberrante, au sein des niveaux supérieurs pour obtenir toujours plus, ou encore à plus grand échelle pour comprendre comment maintenir cet équilibre fragile. Si jamais Hélion avait à opter pour des mesures drastiques et immorales, digne d’un sauvage, est-ce que les dirigeants reculeront ou prendront peur ? Je repensais aussitôt au dirigeant actuel et un « non » s’imposa naturellement dans mon esprit. Lui, il ne reculera devant rien. Ses seules faiblesses sont son nom, son sang et ses héritiers.

La dernière phrase laissa planer une gêne étrange. Son regard avait subtilement changé, son ton laissait entendre bien plus … Je me voyais un tantinet en elle. Garder un secret bien trop lourd pour de frêles épaules, ou encore porter une cicatrice profondément ancrée en soi.

- Je ne pense pas que quiconque sera capable de m’effrayer ici. Je n’en ai peut-être pas l’air, mais je pense que j’ai eu droit à mon lot de cauchemars et de monstres aussi, confiais-je.

Les femmes craignent d’ordinaire la brutalité d’un homme, le mauvais regard d’autrui ou une atteinte à son intimité. J’avais expérimenté chacune de ces horreurs, et par le même homme. Je ne disais pas que j’avais pris goût ou que j’avais gagné une forme d’insensibilité. Non, mais j’avais appris à desceller des signes avant-coureurs. Décrypter la vérité derrière cette vague d’insultes, desceller la faiblesse derrière ce besoin de domination, savoir imposer à temps une barrière entre deux corps, savoir écouter son instinct quand ce dernier disait de fuir et surtout, voir la folie dans les prunelles de l’autre.

- Je ne crains qu’une seule et unique chose. Et si elle m’arrive… le reste n’aura plus aucune importance. Je pourrais mourir ou vivre, je ne verrais pas la différence.

Qui je suis, ou ce que je pense. Ce que je veux ou ne veux pas. Ce que j’aime ou ce que je déteste. Tout ceci n’aura plus la moindre importance si je perdais à nouveau cette vie en moi. Les ignares, ceux qui n’avaient pas eu d’enfants, pensent naïvement que nous ne ressentons aucune empathie ou amour pour cette vie qui se forme en nous, une vie que nous ne voyons pas et n’entendons pas. Pourtant, on la « sent ». Ses coups, sa lourdeur ne sont qu’un rappel constant d’une existence heureuse, mais surtout une existence unique. Même les jumeaux – malgré une forte ressemblance – était unique à leur façon, tantôt par le geste, tantôt par le physique, tantôt par leur façon d’être. Définitivement, une vie n’était pas remplaçable, dès l’instant où elle s’était formée et avait pris solidement racine.

- Je suis enceinte, indiquais-je, pour mettre fin à tout malentendu. Une fausse-couche est la seule que je crains.

Je me tais, et avance petit à petit vers les écuries pour observer ces majestueux animaux.

- Etrangement, je trouve que cet endroit est plus sain qu’Hélion. On sait … à quoi s’attendre avec les personnes. Ce n’est pas le cas à Hélion. Beaucoup prétendent, et la réalité est tout autre.

Les déceptions étaient nombreuses. Or, à Reiver, je n’avais guère grand espoir et je m’étonnais à être surprise chaque jour.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t762-eyli-senam-une-mere-avant-tout#8461
avatar

Personnage
Occupation : Manutentionnaire
Âge : 28 ans
Localisation : Reiver



Messages : 3714
Médaillons : 165

Crédits : Vanka / Heresy
Avatar : Lyndsy Fonseca
Présence : Présente

Pseudo internet : Vanka
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen



Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   Ven 23 Nov 2018 - 0:31

Smells like shit
in a pot
Un rictus m'échappa face à l'assurance de la réfugiée. Je doutais qu'elle soit capable de faire quoi que ce soit devant un Drake. Même être plus petite et frêle, accentuant ses forces sur sa rapidité et son agilité, ça ne suffisait pas face à une armoire telle que lui.

Un frisson désagréable me parcourut mais je fis comme si de rien n'était. Mon intérêt se capta bien plus sur l'intrigue de cette horreur qui terrifiait tant la nouvelle. Le temps d'un souffle et elle avoua être enceinte et que la fausse-couche serait le pire des drames. Je fronçai les sourcils, venant à me poser une question bête : pourquoi venir à l'extérieur si elle tenait tant à cette vie en elle ? Mais sa contemplation s'en alla vers les équidés et l'image qu'elle se faisait de Reiver. "Helion doit être un lieu vraiment horrible pour que tu prennes alors le risque qu'il arrive quoi que ce soit à ton bébé. Si j'avais le bonheur d'être enceinte, j'irais partout sauf ici..." D'une part parce que les enfants n'y étaient pas admis, et d'autre part parce qu'on ne pouvait pas savoir ce qui pouvait arriver. Une tempête, un furieux qui vient craquer et s'en prendre à l'enfant, ou même à la mère... une mission périlleuse ou une soudaine montée de stress dû à l'arrivée d'une menace...

Avec ce qui m'était arrivé, je peinais à croire qu'il me serait possible de donner vie à un enfant dans un tel monde. Et pourtant, sommeillait en moi cette envie presque instinctive d'être mère. Mais à voir Eyli, je me prenais une énième claque à me dire que le jeu n'en valait pas la chandelle : les risques étaient si grands... "J-je ne m'y connais pas trop en grossesse, ni en maternité tout court malheureusement, mais... s'il y a des choses dans ton quotidien qu'il faudrait changer... je sais que ce n'est pas la politique de Reiver que de tenir compte de ce genre de cas. Mais je pourrais en toucher quelques mots à qui de droit pour que certaines mesures soient prises à ton égard. Sans rien promettre... ce serait juste un essai", lui dis-je en me montrant concernée par son état et ses craintes. Je sais que j'aurais aimé avoir quelqu'un qui chercherait à se soucier de moi dans les moments difficiles. Goran était la personne qui s'en rapprochait le plus, mais ses responsabilités et l'ambiguïté qui nous liait m'assurait de l'impossibilité de lui imposer mes peurs. Il me soutenait de loin, c'est tout ce qu'il pouvait faire. Et si ça ne suffisait pas, je savais pertinemment que c'était le mieux qu'il pouvait offrir...

_________________
so damn lostAs I'm lying awake
I'm still hearing the cries

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Smells like shit in a pot #Eiven   

Revenir en haut Aller en bas
 
Smells like shit in a pot #Eiven
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: Aire civile :: Enclos-