AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Steros !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le --/10
Personnages

32 joueurs
47 personnages
20 Hommes
27 Femmes
Helion 17 hab.
Reiver 11 hab.
Steros 14 hab.
Extérieur 5 hab.

 

 Shèid iad am lasair saorsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Chasseuse
Âge : 15 ans
Localisation : Helion

Messages : 67
Médaillons : 410

Crédits : Mö et Eiven
Avatar : Sadie Sink
Présence : 5/7

Pseudo internet : Ready
Multi-comptes : No one



Out • Rôdeur



 Sujet: Shèid iad am lasair saorsa   Dim 17 Juin 2018 - 19:15

Neuf mois auparavant

Il y a des jours qui commencent vraiment mal. Ce fut le cas aujourd’hui : je n’ai plus rien du tout à manger. Rien de chez rien … Même pas un fond d’une quelconque herbe comestible, de l’écorce à sucer ou je ne sais quoi. Je ne vais tout de même pas manger mes bottes ! J’en ai besoin ! Je reste immobile, assise en tailleur devant mon sac vide et un craquement de branche me fait tourner la tête

« Sirven ?! »

Je me sens stupide. Sirven est parti, il m’a laissé toute seule … Bon … quelque part j’ai toujours été un peu seule, mais là c’est différent. Je me sens terriblement seule … Je repense aux rencontre que j’ai fait, Zed et d’autres … Je me demande comment Zed va … Elle avait l’air tellement fragile pour notre univers … A t-elle put survivre jusqu’au dôme ? A t-elle réalisé ses rêves ? J’espère que oui … Petite chose … J’aurais aimé que tu reste avec moi : je t’aurais protégé de tout et de n’importe quoi. Un peu comme une grande sœur, même si je suis plus jeune que toi. J’aurais pus rester près de toi le soir jusqu’à ce que tu t’endorme, veiller sur ton sommeil, te prendre dans mes bras et te rassurer. J’aurais aimé t’apprendre à grimper comme les écureuils dans les arbres pour tutoyer le vent et le ciel … Je ne t’en veux pas d’avoir choisis le dôme … Mais j’aurais aimé que tu reste. Sans doute mon mauvais caractère t’as fais fuir plus rapidement, mais tu sais … J’ai apprécié tout les moments près de toi. J’espère que tu es heureuse et vivante, où que tu sois. Je rassemble lentement mes affaires le cœur serré, je veux revoir Zed …

Je prends une profonde inspiration : pas question de pleurer, ça ne sert à rien, je doute de la revoir un jour ! Je bois une longue rasade d’eau glacé qui me brûle la gorge, c’est la seule chose qui me reste. Et pour l’instant ça remplis le ventre, du moins ça l’empêche de grogner. Je prépare mon arc au cas où je trouverais quelque chose à manger sur le chemin, une bête, avant de grimper dans les arbres.

J’ai beau avancer je ne trouve rien et ma réserve d’eau s’épuise petit à petit, mais je n’ai même pas besoin de m’arrêter. Je m’arrête tout de même pour faire le point et réfléchir où je suis. J’entends du bruit, un groupe d’être humains en bas à en juger. Et pas vraiment discret. En même temps en groupe c’est difficile d’être discret. J’écoute avec attention et me déplace lentement pour essayer de les repérer.

La fatigue et la faim me font faire des erreurs et je me sens basculer en criant. Amdir : t’es nulle. Je sens mes poumons se vider sous la violence du choc et la blessure sur ma cuisse que j’ai eu il y a quelques jours s’ouvrir de nouveau sous le choc. Le sang chaud se met aussitôt à couler et j’entends une voix, mais j’ai la tête qui tourne je ne suis pas sûre de comprendre. J’ai des points noirs dans la vision : je n’ai pas vraiment manger depuis plusieurs jours. Deux bras puissants me soulèvent alors que je garde mon arc serrer dans ma main. C’est un homme et il a l’air inquiet. Je préfère fermer les yeux j’en peux plus.

_________________
Amdir Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t987-outsider-amdir-minuial-l-important-est-la-caresse-du-vent-sur-mon-visage http://www.afterdawn-rp.com/t985-amdir-minuial-la-protege-du-grincheux-de-premiere-classe
avatar

Personnage
Occupation : Chasseuse
Âge : 15 ans
Localisation : Helion

Messages : 67
Médaillons : 410

Crédits : Mö et Eiven
Avatar : Sadie Sink
Présence : 5/7

Pseudo internet : Ready
Multi-comptes : No one



Out • Rôdeur



 Sujet: Re: Shèid iad am lasair saorsa   Lun 18 Juin 2018 - 19:24

J’ai mal partout, surtout à la tête, mais une main sur ma jambe douloureuse me fait ouvrir grand les yeux et me redresser sur un coude en cherchant d’une main mon poignard, mes doigts ne touchèrent que l’humus. La main se retire immédiatement et j’observe autour de moi. Il y a … quatre, cinq hommes, mon arc est près de moi, l’un des homme est à genoux prêt de moi avec une trousse de soin, je note des armes à feu, mais aussi de larges couteaux. Ils sont bien nourris et bien armé, ils n’ont pas l’air agressifs. Celui qui est près de ma jambe s’approche, il a les mains couvertes de mon sang qui continue de couler, mais moins qu’avant.

« Du calme, tout vas bien. Je ne voulais pas te faire peur. Je voulais juste soigner ta jambe. Tu t’es fais ça comment ? »

Je l’observe avec attention. Les autres sont calmes, ils n’ont pas l’air inquiet ou quoi que ce soit. Qui sont-ils ? Des Reivers ? Je doute qu’ils m’auraient laissé en vie. Si c’était des reiver je serais mortes. Donc … Un clan ? À cinq … Ça ne me semble pas beaucoup. Ils n’ont pas l’air d’être du dôme. Ils sont trop bien armés. Je ne vois que le clan comme solution crédible à mes yeux. Ils m’ont laissé mon arc à porté de main, mais pas mon coutelas que l’un d’eux examine, un blond aux yeux noirs. Il doit sentir mon regard sur lui puisqu’il tourne la tête.

« Rends moi mon coutelas. »

Je ne m’occupe même pas de celui qui est prêt de ma jambe. Le blond s’approche en rangeant mon arme et la pose avec mon arc et mes flèches. Il sourit et je me sens un tout petit peu plus détendu puis il indique son copain d’un signe de tête. Ah ! Oui … Sa question. Je hausse les épaules.

« J’sais plus. Une blessure de plus ou de moins …
- D’accord, je vois, je vais désinfecter et recoudre tout ça. Ça marche ? »

Je hoche la tête : ça marche. Je reste cependant dressée sur mes coudes pour le regarder faire : la vue du sang ne me dérange pas. Il travaille vite et bien et finit même de nettoyer en gaspillant de l’eau. Il aurait put laisser le sang, m’aurait pas dérangé. Mais bon … S’il est médecin on va le laisser faire. Mon ventre gargouille bruyamment et le brun qui m’a ramassé s’approche avec une assiette. Je me sens presque baver je m’assoie et il attend que je sois installée pour me la donner et il s’installe près de moi.

« Tu foutais quoi dans les arbres ?
- Chasse.
- Tu chasses dans les arbres ?
- C’moins dangereux, pis j’grimpe bien.
- J’ai vu ça, tu plane comme un oiseau aussi.
- V’nez d’où ?
- De loin. Et toi ? Tu vis ici depuis longtemps ?
- Toujours. »

J’engloutis mon repas sans vraiment le savourer, profitant surtout du fait de pouvoir me remplir le ventre. Il se présente et présente les autres avec, je me sens bien avec eux, mais je ne pense pas rester plus de quelques jours. Après … Après je retournerais dans les bois, loin de tout. On discute un bon moment et je me sens vraiment bien avec eux. Ils posent des questions, j’y réponds. Pas sûre que toutes mes réponses leur plaises, mais ils font avec. On boit un peu, et ils me prêtent même un coin où dormir, je sombre dans un sommeil épais, gluant … Une petite voix me hurle de me réveiller, mais le noir la bâillonne et je m’endors.

_________________
Amdir Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t987-outsider-amdir-minuial-l-important-est-la-caresse-du-vent-sur-mon-visage http://www.afterdawn-rp.com/t985-amdir-minuial-la-protege-du-grincheux-de-premiere-classe
avatar

Personnage
Occupation : Chasseuse
Âge : 15 ans
Localisation : Helion

Messages : 67
Médaillons : 410

Crédits : Mö et Eiven
Avatar : Sadie Sink
Présence : 5/7

Pseudo internet : Ready
Multi-comptes : No one



Out • Rôdeur



 Sujet: Re: Shèid iad am lasair saorsa   Dim 24 Juin 2018 - 14:20

En discutant avec la petite troupe venant du dôme dés le lendemain matin, je m’aperçois qu’ils cherchent  des plantes bien précises. Et qu’ils sont visiblement pas bien partit pour en trouver. Ce qu’ils cherchent ne pousse pas dans ce coin de la forêt. Ils perdent du temps. Je leur explique du mieux que je peux où elle pousse en sortant même ma carte de mon sac. D’accord c’est une carte que j’ai fais moi-même, très imprécise, mais elle a le mérite d’exister. Je leur montre l’endroit qui est à deux jours de marche. Ils ne semblent pas convaincus, mais deux d’entre eux partent quand même après que je leur ai assuré que j’étais sûre de moi. Ils me font confiance, mais ils me disent de ne pas partir avant leur retour. De toute façon leur médecin m’interdit de bouger tant que ma jambe n’est pas guérie. Non, mais je suis pas en sucre non plus.

En attendant les deux autres ils me racontent le dôme, comment c’est là bas … Et je grimace malgré moi. Je crois qu’ils essayent de me donner envie, mais tous ce qu’il y a là bas me fait plus fuir qu’autre chose. Je ne serais pas expliqué, mais je ne connais que les bois, je n’ai pas envie de les quitter. C’est chez moi ici, je connais les règles, les codes, vaguement quelques personnes que je croise. Je sais que je peux me faire tuer à tout moment, mais ça fait partit du jeux. Je ne pourrais jamais dormir sans entendre le bruissement de la forêt, devoir chasser ma nourriture, pouvoir profiter des arbres. Je sais que ma vie n’est pas parfaite, au contraire ! Elle est remplit de dangers ! Mais je me sens vivante justement parce que je lutte pour vivre, pour savourer la caresse du soleil sur ma peau. Oui je tue et je peux me faire tuer, mais c’est parce que je sais que ma vie ne tient qu’au fils de mon poignard. Je me sens vivante parce que je sais que si je ne prends pas soin de mes affaires je vais y passer. Chacun de mes battements de cœur est une victoire contre tout ce qui veut ma mort. J’examine mes armes en discutant, ils en ont prit grand soin, je suis contente. Des armes comme celle-la on en trouve que très difficilement. Mon arc est mon bien le plus précieux. J’en prends grand soin pour éviter qu’il ne se brise. Ils me montrent leur armes à eux, je n’aime pas vraiment leur armes à feux, leur poignards sont parfaits, mais pas d’arc. Ils disent que c’est peu utilisé.

Comme je n’avais pas mentis, les autres reviennent avec les herbes qu’ils cherchaient, et moi je peux filer. Je les remercie et leur souhaite une bonne continuation. Cependant ils me demandent s’ils vont me revoir. Je ne peux rien jurer, peut-être. Ils s’en vont et moi je retourne dans les arbres. La vie fait parfois de drôle de surprise : je les ai recroisé huit fois. La troisième fois ils m’avaient apporté un nouvel arc en bois. Une réplique du mien, en plus puissant et plus récent. Mied, le médecin, en avait fait des croquis qu’il me montre. C’est exactement le même ! Et ils m’ont même offert de nouvelles flèches. Je continue à leur montrer les endroits dont ils besoin pour les plantes, et par la même occasion j’apprends le nom de ce qu’ils cherchent après descriptions. On dirait un puzzle, c’est rigolo. En deux fois je sais toujours vers où et quand ils installent leur camp, si bien que je vais toujours les rejoindre. Je profite de leur nourriture et eux de mes connaissances.

22 mars 2481

C’est justement pendant leur période que j’ai tout perdu, ou presque. Je suis entrain de fouiller les environs pour trouver de quoi manger ce soir quand j’ai entendu un murmure bien connu. Axiar Dieux du Chaos. Je me suis retournée en serrant de toutes mes forces mon arc une flèche encochée. Le vieil homme est là, murmurant toujours la même phrase. J’ai l’impression qu’un serpent m’étrangle lentement dans ses anneaux, mon souffle devient aussitôt irrégulier et je pousse une longue plainte en essayant de m’empêcher de trembler alors que l’homme s’approche lentement. Je n’arrive même pas à respirer comme il faut. Je sens mon cœur tambouriner contre mes côtes et une certitude s’impose à moi : je vais crever. L’obscurité envahit mon champ de vision et ma conscience flanche quand je sens l’homme me toucher le front. Je n’ai pas entendu un coup de feu, je n’ai pas sentis ma chute contre l’herbe, je n’ai pas vu le vieil homme fuir, je n’ai pas vu Mied arriver en courant avec les autres, je n’ai pas sentis qu’on me soulevait dans les airs. Je n’ai pas vu le voyage. Je suis dans l’obscurité et, c’est ainsi que les hommes du dôme l’appellent, dans le coma.

_________________
Amdir Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t987-outsider-amdir-minuial-l-important-est-la-caresse-du-vent-sur-mon-visage http://www.afterdawn-rp.com/t985-amdir-minuial-la-protege-du-grincheux-de-premiere-classe

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Shèid iad am lasair saorsa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shèid iad am lasair saorsa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Forêt Weild-