AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le --/--
Personnages

39 joueurs
60 personnages
28 Hommes
32 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 14 hab.
Extérieur 11 hab.

Partagez | 
 

 (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 409
Médaillons : 2712

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Sam 23 Juin 2018 - 20:21


L'ampleur d'un acte innommable


« June … June ! Peux-tu me rapporter le dossier « Projet Hélion 506-510 » s’il te plait ? »

La jeune femme trottinait jusqu’à l’autre bout du couloir. Elle passa une porte vitrée, puis entra dans une petite pièce grise. De ses doigts malingres, elle pianota un code complexe et sous le coup d’une pression, la porte du coffre fort s’ouvrit. Délicatement, comme s’il s’agissait d’un objet d’une extrême fragilité, June attrapa le lourd dossier demandé par Julyah. Pressée et presque haletante, la scientifique arriva dans le bureau spacieux de Haroys. Elle n’avait jamais connu Hector Haryos, mais elle en avait entendu parlé. Il dirigeait cette section scientifique. Là où sa mère travaillait à l’époque. La mère de June était le bras droit d’Hector et avait toujours mis en exergue le travail de ce grand homme. Alors c’était tout naturellement qu’elle appréciait la fille de ce docteur.

« Voilà Julyah ! »
« Merci June. Tu peux retourner à tes activités. » dit-elle sans lever les yeux de son écran.

June hésita un instant avant de tourner les talons. Devait-elle se lancer ? Prendre le risque de poser une question indiscrète ? Mais la curiosité lui mordait les lèvres. Il fallait qu’elle sache. Que contenait ce dossier si important aux yeux de Julyah ?

« Julyah … je peux te poser une question ? »
« Humm … oui, oui. Je t’écoute. »
« Ce dossier. Je te vois le consulter plusieurs fois par semaine. Tu y accordes beaucoup plus d’importance que tes projets initiaux … j’ai vu qu’il était rédigé par la main de ton père. Je me demandais juste en quoi il consistait … est-ce un projet sur lequel l’équipe travaillera ? Ou travailles-tu directement avec le gouvernement ? »

Julyah arqua un sourcil circonspect. Elle ne pensait pas que June se posait autant de questions au sujet de ce dossier. Même si elle avait lu quelques pages, elle aurait vite renoncé à comprendre l’étude du sujet. Hector avec la brillante idée de rendre ses travaux pratiquement incompréhensibles, généralement codés. Julyah était probablement l’une des rares personnes à pouvoir comprendre sa manière de penser et de mettre à écrit ses projets.

« C’est un dossier sur lequel mon père a travaillé, effectivement. J’essaie de le comprendre autant que je peux. Peut-être m’aidera-t-il a trouver un remède contre ce fléau de pneumonie … »
« Mais je croyais qu’il s’occupait seulement de la gestion et qualité de l’air du dôme ? »
« C’est exacte. Mais les pneumonies viennent en général de la mauvaise qualité de l’air. La quantité de particules fines s’est accrue avec l’explosion du volcan et les dommages occasionnés par les débris et le tremblement de terre. Je pense que ce dossier permettrait de trouver un moyen de rendre les filtres à air plus performants. »
« Je vois … ça me rassure. J’avais peur que tu deviennes obsédée par un sujet qui s’écarte des valeurs d’Hélion. Nous sommes des scientifiques et notre job c’est avant toute chose de veiller sur l’équilibre de la cité. N’est-ce pas ? »
« Heu … oui, oui. Tu as raison June. »

Un sourire satisfait se dessina sur le visage juvénile de June. Elle hocha finalement la tête et pivota sur ses talons pour retourner au laboratoire. Dès que les portes de son bureau se refermèrent, Julyah laissa échapper un lourd soupire. June était en train de l’espionner ? C’était quoi cet interrogatoire ? Son cœur battait la chamade. Elle devait ranger ce dossier dans un endroit qu’elle seule pouvait connaître. La cachette de son père.

En épluchant le dossier, Julyah était tombé sur plusieurs noms. Des noms qui ne lui été pas inconnus. Dr Fred Saint-Clair, Dr Denis McAlister, Alice Rockwood, Simone Fisherman, Rick Bower et Lucy Coower, la mère de June. Lucy Coower … elle avait été une femme proche de Hector. Julyah s’en rappelait. Petite elle n’avait pas le droit de sortir de l’appartement des Haroys du fait de sa santé fragile. Mais elle avait vu plusieurs têtes pensantes passer l’encadrement de la porte. Lucy avait été une femme très présente dans les travaux d’Hector. C’était une scientifique simple. Petite, les cheveux blonds, courts, un nez droit. Elle émanait quelque chose de bienveillant et à la fois de fort et droit.

Fred Saint-Clair, Denis McAlister et Simone Fisherman ne travaillaient plus dans le département scientifique. En consultant la base de données des puces, Julyah avait remarqué qu’ils étaient tous décédés. Fred était mort d’une crise cardiaque peu de temps après la mort d’Hector. La mort de Denis et Simone restait inconnue. Rick avait disparu des fichiers. Introuvable. Alice Rockwood était la seule personne encore vivante travaillant dans les lieux.

Julyah pourrait la questionner sur le projet 506-510. Mais c’était risqué. Lucy Coower en saurait probablement plus. Elle avait été mutée dans une autre section scientifique, la rendant pratiquement impossible à approcher. Peut-être avait-elle demandé à June de mener son enquête auprès de Julyah. Voir si la fille d’Hector ne mettait pas son nez dans des affaires douteuses.

La jeune scientifique devait rester vigilante et discrète. Commencer à jouer au détective et éveiller les soupçons était vraiment la dernière des choses à faire. Elle opta alors pour la première idée. Questionner Alice.

Au bout d’une heure, Julyah entra dans le laboratoire pour y effectuer des analyses quotidiennes, relever des données de ses équipes et s’entretenir avec la plus grande froideur auprès de Rekmon. Finalement, elle se rapprocha d’Alice qui se tenait à l’écart de l’équipe.

« Bonjour Alice. Dis moi, tu as bien travaillé avec mon père y’a 10 ans, environ. »
« Bonjour Julyah … oui, oui Hector. Oui je m’en rappelle. C’était un chic type ton père Julyah. Pourquoi cette question ? »
« Et le projet 506-510. Ça te parle ? »
« Hein ? heum … Julyah. Moins fort … »

Alice tira Julyah par la manche et l’écarta encore un peu plus de l’équipe. Les deux femmes s’éclipsèrent dans une pièce d’analyse, fermant la porte derrière elles. Alice était une femme aux traits tirés, fatiguée. Elle avait une quarantaine d’années, pas d’enfants, un mari distant. Elle n’exprimait pas la joie de vivre, mais son regard était doux et compatissant.

« Tu ne peux pas en parler Julyah. Tu ne dois pas. D’où sors-tu cette information ? Elle est classée TOP SECRET. »

Julyah fronça les sourcils. Mais au fond, elle était contente d’avoir trouvé enfin quelqu’un qui pourrait parler de vive voix sur les travaux de Jagger et Haroys. Sur ce meurtre de masse.

« D’où je sors cette info n’a pas d’importance. Le fait est que j’ai besoin de savoir en quoi consistait ce projet. Concrètement. Mon père y était impliqué et j'y ai trouvé mon nom ... donc tu comprendras ma curiosité et mon insistance. »
« Je ne peux rien te dire Julyah. Je … tous ceux qui ont voulu en parler sont morts. Ca a plus de 10 ans cette histoire ... pourquoi ressasser le passé ? »
« Tu veux parler de Fred, Denis et Simone ? »
« Oui ... et ton père … »
« Mon père ? Mais c’est lui qui est à la source de ce projet ! Mon père est mort d'une maladie pulmonaire ... je l'ai vu mourir.»
« Il n’était pas seul Julyah. Lucian Jagger faisait parti intégrant du projet 506-510. Il a demandé à ton père de constituer une équipe de personnes fiables pour participer à ce qu’il appelait « la régularisation de flux ». Ce n'est pas ce que tu crois ...»
« C’est-à-dire ? »
« Lucian Jagger était un homme influant. Il était agent d’intégration à l’époque et la vie à Hélion n’était pas aussi sereine qu’aujourd’hui. Les populations des niveaux inférieurs grossissaient à vue d’œil et le dôme n’était pas assez grand pour subvenir au besoin d’une population grandissante. La qualité de vie des niveaux supérieurs augmentait et les besoins devenaient de plus en plus importants. L’écart entre les niveaux se creusait de mois en mois. Selon Lucian, il était urgent d’agir. Il annonçait dans son discours, qui si rien n’était fait, le risque serait trop grand pour les personnes des niveaux supérieurs. Qu’on en paierait tous le prix. Tu étais gravement malade et ton père ne pouvait pas se permettre de te perdre … Lucian a promis de mettre en place un remède pour te guérir à condition que ton père contribue à son projet. Lucian avait les moyens de te sauver, ton père non. »

Le cœur de Julyah arrêta de battre une fraction de seconde. Bon sang … alors elle n’avait pas tort. Son père s’était lancé dans cette folie meurtrière pour la sauver elle ? Elle était la responsable de tous ces morts ? Ces 200 victimes pour la vie d’une seule personne. Les larmes lui montaient aux yeux, mais elle continuait à écouter le discours d’Alice.

« Ton père n’était pas convaincu. Il proposa d’abord d’autres alternatives pour satisfaire tout le monde. Mais Lucian était bien plus lucide. Il n’avait pas tort. Le dôme a une certaine capacité et ne peut pas contenir un nombre croissant de survivants. Il proposa donc d’éliminer une partie de la population des niveaux inférieurs. A l’époque on avait tous peur que notre qualité de vie soit impactée par l’évolution grandissante des populations inférieures. On avait notre confort, on avait mérité notre place et on osait imaginer la présence de personnes du niveau 0 venir habiter nos appartements et nos rues. »
« Comment … comment avez vous procédé ? »

Elle baissa ses petits yeux vers ses mains boudinées, honteuse. Julyah voyait bien qu’Alice regrettait. Mais lui avouer tout ça lui faisait également un bien fou. Comme si elle se débarrassait un poids qu’elle avait retenu toutes ces années.

« Nous avons empoisonné l’air du niveau 0. Des blocs 506 à 510. Couper l’arrivée d’air aurait été flagrante et tout le monde l’aurait su. Nous avons sélectionné les 200 personnes en fonction de leur âge, de leurs antécédents médicaux et de leur environnement familial. Il s’agissait pour la plupart de vieillards, d’enfants, de personnes malades ou seules. De personnes peu rentables ou de personnes qui ne manqueraient pas au fonctionnement d’Hélion. C’était une décision lourde, mais qui a permis à Hélion de se relever. »
« Qu’avez vous fait des corps ? »
« Nous les avons brûlés en dehors du dôme pour la plupart. D’autres ont servi de sujets d’études, pour les corps les moins abimés. L’air a été purifié dans les blocs empoisonnés. Après ça ton père se sentait terriblement mal. Mais il ne pouvait rien dire, rien faire … Jagger avait trouvé un moyen de te sauver le jour même de ces événements. Il était tellement heureux de te voir guéri, que ce meurtre de masse fut rapidement oublié. Mais nous autres ; Denis, Simone, Fred, Rick et Alice nous avions du mal à mettre des œillères. Nous avions honte d’avoir participé à un tel massacre pour finalement se rendre compte que les choses n’ont pas tellement changé. La promesse de Jagger ne valait rien. Nos conditions de travail, nos vies et celles de niveaux inférieurs n’avaient pas changé. Peut-être celle d’Hector et de Lucian … »

Julyah déglutissait péniblement. Elle se rendait compte à quel point son père s’était montré égoïste sur le coup.

« Ne voulant pas accuser le coup sur Hector et voulant le laisser savourer des moments de bonheur avec toi, nous sommes tous allé voir Lucian pour lui dire ce qu’on pensait de ce projet, des tenants et des aboutissants. Il nous a simplement envoyé paitre, nous menaçant de mort si on dévoilait quoique ce soit à ce sujet. Nous avions signés une clause dans notre contrat qui nous obligé à nous taire. Rick et Lucy ont eu une belle promotion, mais nous autres … rien. On a voulu en parler, dévoiler le projet à tout Hélion. Montrer aux gens que ce système était corrompu et que nous étions de simples pions qu’on jugeait bon d’éliminer quand le confort des puissants est menacé. Au bout de plusieurs années, ne tenant plus, on en a parlé à ton père. Lui aussi à jugé bon de tout dévoiler. Mais ça lui a couté la vie. Fred, Denis et Simone ne sont pas morts quelques temps après le décès de ton père par le plus grand des hasards. »

« Qu … quoi ?! Tu penses … enfin tu es entrain de me dire que … Lucian aurait tué mon père et les autres ? »
« J’en suis sûre … Je suis désolée Julyah »

Cette révélation venait de chambouler Julyah. Elle ne pensait pas un seul instant qu’en allant parler à la discrète Alice, toutes ces informations allaient lui tomber dessus. Il fallait qu’elle voit Vaughn. Qu’elle lui en parle.

Devant rester la plus discrète possible pour ne pas attirer l’attention, Julyah décida de quitter le labo à une heure correcte et s’élança vers les couloirs que fréquentait le plus son ami. Elle resta un instant près de la bée vitrée, observant le coucher de soleil s’étendre sur l’horizon désertique. C’était un spectacle reposant, agréable et bienvenu pour apaiser les émotions qui chamboulaient le corps de la scientifique. Puis, au bout d’un long moment elle vit Vaughn déambuler dans le couloir d’un pas dynamique. Il paraissait pensif, la tête bien ailleurs.

« Vaughn ! Vaughn ! Hey ! » l’interpella Julyah.

Elle se positionna devant lui, le forçant à s’arrêter. Elle portait encore sa blouse blanche. Ses longs cheveux noirs étaient attachés en un chignon négligé, laissant échapper plusieurs mèches rebelles. Un sourire illuminait son visage gracieux et féminin. Elle tenait dans ses bras une tablette holographique.

« Je peux te parler … concernant le fameux dossier. Tu sais, celui qui m’a rendu émotionnellement instable ? J’ai fait mon enquête et j’aurai quelques infos à te communiquer. »

Voyant qu’il avait l’air pressé, elle insista lourdement du regard.

« Si monsieur le ministre veut bien m’accorder ne serai-ce que 5 minutes de son temps. Ca serait fort appréciable. Pour une bonne amie, il pourrait faire ça ? »


@Vaughn Jagger
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Secrétaire à l'Intégration, D0z
Âge : 39 ans
Localisation : Helion



Messages : 253
Médaillons : 805

Crédits : Dandelion / Beylin
Avatar : Chris Evans
Présence : présente

Pseudo : Vanka
Multi-comptes : Eiven, Zorhan, Wolfrem, Ayeen






Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Mar 26 Juin 2018 - 12:06

L'ampleur d'un
acte innommable
La nuit avait été longue... Préoccupé, égratigné de partout malgré mes tentatives pour protéger un maximum mon visage lors des laborieux combats clandestins auxquels je m'étais adonné cette nuit, je faisais peine à voir. J'aurais sans doute mieux fait de noyer mon trouble dans l'alcool... Mon père avait beau jouer au citoyen parfait, nous avions quelques réserves que j'aimais piller. Mais il fallait que je sois en pleine possession de mes moyens pour faire face à ce qui m'attendait. J'avais le cœur lourd des révélations de la veille et cette histoire qui me tournait dans la tête où mon père serait plus ou moins lié à toutes les opérations de "régulation" de ces trente dernières années.

Il me fallait sauver les apparences tant que je n'avais pas de solution définitive pour mettre mon père à genoux. Alors cette journée se voyait ponctuée d'une inspection à la zone transitoire, quelques heures à signer les intégrations en cours, un bref rendez-vous avec le Commandant d'Intégration pour le recensement des nouveaux intégrés et d'un tour vers le département 8 avec qui je devais voir certains détails. Je retraversais le grand hall du niveau 2 pour aller m'enterrer à nouveau dans mon bureau de la zone transitoire lorsqu'une voix insistante me fit quitter mes pensées. Une Julyah sauvage apparut devant moi, stoppant ma marche déterminée. « Oh, Julyah. désolé j'étais ailleurs... » Me justifiai-je avant de l'écouter. Je hochai la tête d'un air contrit lorsqu'elle évoqua l'idée de s'entretenir avec moi au sujet du dossier sur lequel elle enquêtait. Je savais bien que jamais elle ne lâcherait l'affaire. Et à vouloir l'aider, j'avais déterrer bien des sombres secrets... j'en avais quelque peu perdu mon chemin. Soupirant, je me plaçai à côté d'elle et passai ma main dans son dos pour l'inviter à me suivre. « Ne dis rien et suis-moi », lui ordonnai-je à voix basse.

De longues minutes nous marchâmes, prîmes une navette nous menant jusqu'à Amaranthe. Puis nous empruntâmes le chemin nous conduisant jusqu'à mon ancienne résidence. Elle n'avait toujours pas été assignée. Lucian la gardait pour les heureux futurs unis qu'Ostia et moi seront d'ici... merde ! Il fallait que je prévienne Ostia, qu'on se débarrasse de ça au plus vite... tant pis, ça attendra sûrement demain. Une fois arrivés, je pus ouvrir la porte sans imprévu et invitai Julyah à entrer. Les meubles étaient recouverts de tissus, les protégeant de la poussière. Le vide se laissait percevoir dans cette habitation délaissée depuis la promotion ultime de mon paternel... La menant au salon, j'ôtai le voile qui couvrait le canapé et l'invitai à s'asseoir. « Ici personne ne nous entendra ni viendra nous chercher. Qu'as-tu de neuf qui nécessite à ce point que l'on en parle ? » Demandai-je à demi effrayé. J'étais perturbé par ma mère, les mensonges de mon père, une Eyli qui reconstruisait sa vie avec un fantôme qu'elle prétendait aimer et qui l'aimait en retour, au point d'en avoir un enfant, et Ostia qui allait lier ses pieds et ses mains au nom Jagger pour servir une cause qui me semblait de plus en plus perdue d'avance. J'étais tout sauf présent... tout sauf moi-même... le regard perdu, vacillant, loin de l'assurance et de la sécurité que je m'étais juré de toujours inspirer à Julyah. Même si ce n'était plus une petite fille depuis longtemps maintenant, j'avais toujours ce côté paternaliste envers elle. Le grand frère un peu trop protecteur qui aurait aimé que sa petite sœur ne perde jamais son innocence et sa naïveté... plus jamais je ne verrais les yeux de Julyah s'émerveiller. Tout du moins pas au dôme. Pas depuis la mort de son père.

_________________
in my head
LIFE IS A FIGHTING PIT
MAYBE IT'S NOT TOO LATE TO HAVE YOU BOTH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t505-helion-vaughn-jagger-l-heritier-pas-si-parfait http://www.afterdawn-rp.com/t492-vaughn-jagger-terminee#4217
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 409
Médaillons : 2712

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Mar 26 Juin 2018 - 21:52


L'ampleur d'un acte innommable


Elle le suivit silencieusement, le cœur battant à tout rompre. Par où devait-elle commencer ? Son corps ne pouvait supporter une telle pression. Alors qu’ils arpentaient les différents couloirs du secteur 2, Julyah sombrait doucement dans ses pensées. Tout n’était qu’un brouillard de couleurs autour d’elle. Les sons semblaient étouffés dans un grand tissu en soie. Elle songeait à son père, à tout ce qu’il aurait pu lui apprendre, à tout ce qu’ils auraient pu faire, s’il n’avait pas été sauvagement assassiné par la main de Lucian Jagger. Combien de personnes avait-il tué pour sauver sa place, sa peau ? C’était tellement injuste. Si injuste que la jeune scientifique avait envie de hurler son nom au travers de tout Hélion. Elle avait envie de voir sa tête tomber. De le voir souffrir et pleurer toutes les larmes de son corps. De le voir supplier et gémir, qu’il comprenne à quel point ça fait mal de se sentir plus bas que terre, de se sentir trahi par l’être que l’on admirait le plus au monde. Ses doigts se resserrèrent inconsciemment sur sa tablette holographique.

Enfin, ils pénétrèrent dans un appartement qui semblait totalement abandonné. Ou en cours d’acquisition. Tous les meubles étaient couverts de draps blancs. Vaughn tira l’un des draps qui se trouvait sur un grand canapé confortable. Les deux protagonistes prirent place et enfin Julyah put souffler. Les joues rougies tant les émotions la submergeaient, elle considéra Vaughn avec tout l’amour qu’elle pouvait exprimer. C’était le frère dont elle avait toujours rêvé d’avoir. Il l’avait si souvent protégé, connaissait tout de sa vie. Ses premiers amours, ses craintes, ses espoirs, ses rêves, ses pires cauchemars. Et ça, depuis qu’elle était toute petite. Pourtant, il était le fils d’un salaud infini. Et ça lui faisait du mal de se dire que son père pouvait être un tel monstre, alors que lui en était tout son opposé.

Elle se mordit la lèvre inférieure avant de posa sa tablette sur la banquette du canapé.

« Hé bien … j’ai pas mal fouillé le dossier de mon père. Et j’avais raison. La mort de ces 200 victimes des blocs 506 à 510, sont en partie de ma faute. J’ai eu les aveux d’une personne qui travaillait avec nos deux pères respectifs. Il y a 10 ans, sur ce fameux projet de régulation. Leur but était bel est bien de sacrifier un certain nombre de personne pour sauver Hélion. »

Les larmes commençaient à couvrir ses yeux sombres. Mais Julyah se concentra pour ne pas pleurer. Pas tout de suite. Elle voulait prouver à Vaughn qu’elle tenait le coup. Qu’elle n’était plus une enfant et qu’il pouvait la voir comme une femme forte, indépendante et téméraire.

« Mon père ne voulait pas participer au projet. Lucian a insisté … il savait que Hector était le seul à pouvoir mettre en œuvre son plan. Alors il a joué sur la corde sensible, en promettant de me guérir si Hector acceptait l’offre. J’étais gravement malade à l’époque et mes chances de m’en sortir étaient plutôt maigres … alors mon père n’a pas pu refuser. Il a constitué une équipe de personnes de confiance pour Lucian. Ils ont d’abord commencé à étudier le système d’aération, quel serait le moment opportun pour mettre en exécution leur plan et quels blocs contaminer. Ensuite ils ont fait une sélection dans leurs personnes à sacrifier … Quand leur plan fut mis à execution, ils ont fait disparaître les corps en le jetant et les brulant en dehors du dôme. Certains corps ont été utilisé pour la science ... »

Elle détourna son regard de celui de Vaughn. Les émotions revenaient à la surface et il devenait de plus en plus difficile de lutter. Cette amertume, cette injustice, ce monde tellement cruel. Pour le compte de quoi ? Les choses auraient pu et auraient du se passer autrement. Elle ferma les yeux et une larme timide coula le long de sa joue.

« Le pire ne s’arrête pas là. Tous les membres de cette équipe sont morts ou portés disparus. Il ne reste que Lucy et Alice. Mon père voulait tout avouer. Son équipe ne supportait pas l’idée d’avoir tous ces morts sur la conscience. Je ne sais pas par quel miracle ton père a eut l’information … mais il a su que mon père et son équipe souhaitaient avouer leurs crimes. C’est pourquoi il a décidé de les éliminer un par un. »

Lucian était un monstre. Un homme sans cœur, qui préférait commettre des actes innommables, plutôt que d’essayer un autre chemin. Et tout ça, pour sauver sa propre personne. Il n’assumait en aucun cas l’ampleur de ses actes.

« Lucian est un criminel Vaughn et je doute qu’il s’arrêtera un jour. Si l’a fait, alors il peut le refaire. Tu te rends compte … il a tué mon père. Un homme qui lui accordait une confiance aveugle. Je suis tellement dégoutée … »

Ce n'était plus la tristesse qui l'habitait, mais la colère.

« Mais je suis aussi la cause de tous ces morts ... sans moi, rien de tout ça ne se serait produit. J'étais le moyen de pression de ton père. Et mon père trop naif. Je ne sais plus si je dois le détester pour avoir laissé ses émotions prendre le dessus sur la raison, ou l'admirer pour avoir essayé d'endosser ses responsabilités en avouant ses crimes à tout Hélion. »

@Vaughn Jagger
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Secrétaire à l'Intégration, D0z
Âge : 39 ans
Localisation : Helion



Messages : 253
Médaillons : 805

Crédits : Dandelion / Beylin
Avatar : Chris Evans
Présence : présente

Pseudo : Vanka
Multi-comptes : Eiven, Zorhan, Wolfrem, Ayeen






Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Sam 30 Juin 2018 - 20:27

L'ampleur d'un
acte innommable
Difficilement, je me concentrais sur les mots de Julyah. Je n'avais pas envie d'ajouter à ces révélations, mais c'était important. Sans doute plus vital que mon propre bien... Je craignais qu'elle comprenne trop rapidement le but réel de ce projet. La régulation... un problème de chaque instant. Je déglutissais à l'idée qu'elle en vienne à me dire savoir qu'en plus, à cette période, nous n'avions pas de grands problèmes de surpopulation. Certes, nous étions toujours en surnombre, mais de là à sacrifier 200 personnes...

Ses yeux se ternissaient de larmes hyalines suffocant à vouloir s'échapper. D'un réflexe protecteur, je passai une main dans son dos. Ce n'était pas l'instant adéquat pour jouer les grands frères, la materner, alors je refrénais mon envie de la prendre dans mes bras et de sécher ses larmes d'une simple caresse.

Tentant de conserver ses moyens, elle continuait de me parler du projet. De l'insistance de mon père. Elle ignorait à quel point mon père pouvait être persuasif... Elle ignorait qu'à cette heure-ci, Lucian m'avait engagé auprès d'une amie qui m'était chère. Une amie à qui j'allais m'unir pour son plaisir à lui. Un lien gâché pour ses sombres desseins. La colère n'était qu'un infime sentiment parmi toutes les lourdes émotions qui m'habitaient ces dernières heures... Mon monde s'effondrait alors que j'avais toujours prétendu en connaître les rouages. Savoir ce qui se tramait et savoir qu'il était judicieux de ne jamais tenter de fouiller trop profondément. Mais la frontière, je l'avais franchie. Julyah méritait que l'on prenne ce genre de risques pour elle. Cependant, j'en payais un prix que je n'avais su prévoir...

Je l'écoutais détailler ses vérités alors que les émotions semblaient l'envahir. Elle s'en voulait et portait les morts de mon père sur sa conscience. Je refusais de la laisser dans ce sombre tunnel. « Non, non. Julyah, arrête ça. Enlève cette culpabilité de ta conscience, pestai-je en serrant les dents, exaspéré de voir Lucian la ronger ainsi. J'ai mené mon enquête et je t'assure que Lucian se serait servi de tout ce qui était à sa portée pour faire plier ton père à sa volonté. Je suis bien placé pour savoir comment il fonctionne et je t'assure qu'avec ou sans ton père, avec ou sans toi, il aurait mis son plan à exécution », lui assurai-je. Je posai mes mains sur ses épaules, la forçant à se tourner vers moi. « Je ne pourrais pas être optimiste cette fois-ci Julyah, je ne pourrais pas te dire que tout va bien se passer... Mon... Lucian est bien plus sournois que tu peux l'imaginer... » Je soupirai, plongeant mon regard dans le sien comme je l'avais déjà fait des centaines de fois auparavant. Mais pour la première fois, elle pouvait y lire la peur, le trouble... tous les doutes qui m'accablaient. Je n'étais plus sûr de rien. Plus sûr de qui j'étais... Cette femme, Elith, ce que j'avais ressenti en sa présence, je n'avais jamais rien ressenti de tel avec mon père ou Héra Jagger.

Il fallait trouver un moyen de stopper mon père, d'endiguer l'influence qu'il pouvait avoir sur le dôme et les différents services qui le faisaient tourner. Il avait la main-mise sur tant de choses... et rien ne s'arrangeait maintenant qu'il avait la place la plus haute à laquelle il lui était possible de prétendre. Je montai l'une de mes mains à sa joue, caressant sa peau éreintée du bout de mon pouce. « Il va falloir que l'on trouve un moyen d'arrêter Lucian. Pas seulement de rendre justice à toutes les personnes à qui ses décisions ont fait du tord, à ton père, mais pour préserver toutes les personnes à qui il serait capable de faire du tord... » Impossible de ne pas penser à mes proches, à ses proches à elle et Julyah elle-même s'il venait à découvrir qu'elle en sait trop. « Je n'ai aucune idée des recours possibles, de comment on pourrait s'y prendre pour faire tomber un Conseiller, mais on ne va pas pouvoir rester les bras croisés à attendre que le vent tourne... » Au vu de son état, je ne pouvais pas lui dire pourquoi mes yeux se gorgeaient de cette rancœur...

_________________
in my head
LIFE IS A FIGHTING PIT
MAYBE IT'S NOT TOO LATE TO HAVE YOU BOTH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t505-helion-vaughn-jagger-l-heritier-pas-si-parfait http://www.afterdawn-rp.com/t492-vaughn-jagger-terminee#4217
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 409
Médaillons : 2712

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Dim 8 Juil 2018 - 10:30


L'ampleur d'un acte innommable


Ainsi il n’existait aucun remède au mal qui rongeait ce dôme. Lucian allait s’en tirer encore et encore. Il allait continuer ses actes abominables sans éprouver le moindre remords, sans rencontrer le moindre obstacle. C’était l’image même du psychopathe, manquant cruellement d’empathie. Et c’était probablement pour ça qu’il se trouvait à la tête d’Hélion. Car il pouvait prendre des décisions insensées, lourdes et humainement difficiles à surmonter, sans éprouver la moindre once de pitié. Il se fichait bien d’avoir détruit des familles entières, d’avoir sacrifié des personnes pour rien. Qu’avait-il eu en tête ce jour là ? Pourquoi avoir manipulé tout un groupe de scientifiques dans le seul but de régulariser une population grandissante, mais qui pouvait vivre pleinement dans ce dôme ? Ce n’est pas en éliminant 200 personnes qu’on remet les choses à plat.

Julyah avait tiré des conclusions hâtives, car elle avait besoin de comprendre pourquoi. Pourquoi un tel sacrifice avait été mis en place et surtout pourquoi son père avait-il cédé à la proposition de Lucian. Hector avait tout d’un homme respectable. Il prônait la vie, la guérison et l’espoir. Il n’avait jamais inculqué à sa fille des valeurs aussi morbides que le sacrifice et l’égoïsme. Alors oui, elle préférait endosser la responsabilité de tous ces morts, pour espérer que son père n’était pas non plus un meurtrier. Qu’il avait eu une pression telle, qu’il n’avait pas pu refuser l’offre.

Mais Vaughn venait de lui briser cette théorie glaçante. Il avait raison. Elle n’était coupable de rien et endosser une telle responsabilité sur ses maigres épaules, finirait par la détruire. Lucian aurait trouvé un autre moyen si Hector n’avait pas cédé. Il aurait trouvé un autre procédé. Si ce n’était pas la vie de Julyah, ça aurait très bien pu être sa carrière, sa famille entière, son équipe … bref les choix étaient multiples. Et un homme comme Lucian Jagger avait une ressource illimitée en terme de manipulation et de torture.

La scientifique détourna le regard. Elle avait du mal à regarder Vaughn dans les yeux. C’était difficile de considérer qu’il était le fils d’un meurtrier et qu’il était loin de refléter l’image de son père. Heureusement. Mais elle avait pu lire la peur, la crainte de l’échec, dans le reflet de ses yeux sombres. Elle le considérait comme son frère, son meilleur ami. Celui en qui elle pouvait avoir une confiance aveugle. Vaughn avait toujours dégagé une image de courage et de combattant. Mais aujourd’hui, elle voyait bien qu’il ne savait pas comment réagir. Qu’il était paumé.

Elle se rapprocha de lui, puis posa sa tête sur l’épaule de son ami. Même s’il ne montrait pas les signes habituels de confiance, se sentir proche de lui la rassurait. A chaque fois qu’elle sentait ses mains lui caresser les doigts, à chaque fois qu’elle inhalait son odeur, à chaque fois qu’elle sentait sa chaleur corporelle, Julyah replongeait immédiatement en enfance. Elle revoyait ce jour troublant où elle s’était enfuie de chez elle. Coincée dans un remonte charge, suffoquant à cause de sa maladie, Vaughn était venu à son secours. Elle n’était qu’une frêle petite chose et il l’avait prise dans ses bras protecteurs, la sauvant d’une mort probablement douloureuse et certaine.

Elle inspirait profondément, sans savoir réellement vers quoi ils se dirigeaient tous les deux. Elle entendait les paroles de Vauhgn, mais ne savait pas quoi en penser. Puis elle releva la tête, légèrement dépitée. Si elle pouvait rester collée à lui jusqu’à la fin de la journée, elle l’aurait fait.

« Il doit bien exister un moyen. Personne n’est invincible, pas même Lucian Jagger. Je veux dire … il doit bien exister une faille. Hormis cette affaire gardée secrète, ton père doit bien avoir agit d’une manière ou d’une autre, dans des histoires pas nettes qui pourraient le faire tomber. »

Finalement, elle se leva et fit les cents pas. Bouger l’aidait à réfléchir. Julyah n’était pas prête à abandonner. Il y avait trop de morts, trop de gens innocents.

« On doit agir Vaughn. On a pas le choix. Le dôme ne va pas bien aujourd’hui. Le système de purification de l’air est défaillant, le dôme vieillit et la population est grandissante. Hélion a plus de 400 ans maintenant et je doute que les années à venir seront clémentes. A mon avis si ton père a éliminé 200 personnes, ainsi que toute une équipe de scientifiques pour sauver le dôme à une époque où les choses étaient moins graves qu’aujourd’hui … je n’ose même pas imaginer ce qu’il fera à l’avenir. Il faut qu’on trouve un moyen de l’arrêter. »

Mais comment ? Par quel biais ?

« Tu connais quelqu’un d’assez haut placé qui pourrait trouver un dossier sur Jagger … un dossier qui pourrait faire tourner la justice en notre faveur ? »

@Vaughn Jagger
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Secrétaire à l'Intégration, D0z
Âge : 39 ans
Localisation : Helion



Messages : 253
Médaillons : 805

Crédits : Dandelion / Beylin
Avatar : Chris Evans
Présence : présente

Pseudo : Vanka
Multi-comptes : Eiven, Zorhan, Wolfrem, Ayeen






Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Jeu 12 Juil 2018 - 11:13

L'ampleur d'un
acte innommable
Être à la tête du dôme ou même ne n'importe quelle institution impliquait d'être capable de prendre des décisions qui, parfois, viendraient à nuire à certains pour profiter à d'autres. L'intégration était un terrain très explicite : dès le bas de l'échelle, lorsqu'on est agent d'intégration, on a ce poids sur les épaules. Déterminer si une personne profitera du dôme ou retournera dehors crever comme un moins que rien. Des décisions terribles, j'en prenais ainsi depuis des décennies. Depuis mes premiers services. Je ne pouvais nier que cela m'avait endurci, avait recouvert mon regard d'un voile d'indifférence face aux autres. En même temps, il le fallait. L'empathie aurait creusé un puits sans fond pour y abriter culpabilité et remords à chaque profil qu'il me fallait refuser. Peut-être que mon père s'était trop endurci et ne voyait plus l'être humain qu'il traitait, uniquement ce qu'il pouvait apporter ou non... À occuper le poste de Secrétaire, je me rendais compte à quel point il était facile d'oublier que nous parlions d'êtres humains : tout ce que je recevais, c'était des rapports. Des dossiers sans photos, à peine une identité. Une signature, une encoche dans la case accepté ou refusé et je ne revoyais plus jamais ce nom hormis si l'unité du Commandant d'Intégration les portaient à mon attention pour défaillance comportementale. Triste tâche qui, depuis la découverte de ma mère, m'était difficile à exécuter.

Au fond de moi, une voix persistait à me dire que Lucian n'était pas foncièrement mauvais, que le dôme et son fonctionnement l'avaient façonné et rendu ainsi. Ça ne l'excusait pas, mais ça me permettait de croire que le sang qui coulait dans mes veines, dans celles de Nox, n'allait pas définir qui je serai. Qui elle sera. Un bref élan optimiste dans tout ce bordel.

Il fallait trouver une raison d'avancer. Une issue de secours à cette impasse dans laquelle j'avais l'impression que nous étions. Sa tête se posa sur mon épaule. Je cillai en fronçant les sourcils. Malgré tout ça, Julyah gardait confiance en moi. Elle était assez intelligente pour faire preuve de discernement : je n'étais pas mon père et, visiblement, elle n'avait pas peur que je le devienne. Au moins un point qui me rassurait également. « Porter cette sombre affaire devant la justice est impossible : tu peux être sûre que les dignitaires étoufferont le dossier quitte à devoir faire tomber des têtes. Ils se protègent les uns les autres en se persuadant que de toute façon, le gouvernement agit toujours dans le bien commun... » Lucian ne passera jamais devant un juge. Les Conseillers ont une immunité tacite. « Un Conseiller ne peut être jugé que par les autres Conseillers. Et Carstan comme Skender marchent dans le même sens que lui. L'opinion publique n'a aucun impact sur eux, sur leurs décisions. Les seuls capables de nous sortir de ce cercle vicieux c'est la milice. Et malheureusement... Je n'ai jamais réussi à faire très bonne impression aux yeux du Général. Que ce soit le nouveau ou l'ancien... » Je soupirai. J'aurais dû fermer ma gueule et plier l'échine face à Harisson, j'aurais dû bien la fermer pour l'avoir dans ma poche. Mais mon orgueil et ma fierté m'avaient rattraper sans penser qu'un jour, la milice me serait utile.

Coudes sur les genoux, je croisai mes doigts pour y faire reposer ma tête. Les yeux égarés sur le sol, je cogitais. « Les dossiers impliquant mon père... J'en ai trouvé. Mais je doute que ça puisse être jugé... Du temps où il était agent d'intégration il a permis à une personne d'entrer sans passer les tests. Ou plutôt, elle ne devait pas avoir atteint le quota demandé à l'époque. Il a... échangé son entrée contre un fils », avouai-je à Julyah sans en dire plus, sans croiser son regard. Mes yeux étaient troublés, comme si je ne savais plus qui j'étais vraiment. Perdu dans les méandres qu'impliquait le levé de ce voile qui m'avait aveuglé depuis ma plus tendre enfance. J'étais le fils d'une survivante. « Il a peut-être fait entrer d'autres personnes en servant ses intérêts personnels. Depuis que j'ai son bureau, je n'ai pas cessé d'éplucher les dossiers, les rapports. J'en suis remonté à 40 ans auparavant et les preuves sont très maigres, voire inexistantes. Si j'ai découvert cette affaire, c'est uniquement parce qu'il garde cette femme sur surveillance par la milice, encore aujourd'hui », continuai-je d'avancer comme pour éviter qu'elle n'en vienne à s'attarder sur cette révélation qui me pesait.

_________________
in my head
LIFE IS A FIGHTING PIT
MAYBE IT'S NOT TOO LATE TO HAVE YOU BOTH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t505-helion-vaughn-jagger-l-heritier-pas-si-parfait http://www.afterdawn-rp.com/t492-vaughn-jagger-terminee#4217
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 409
Médaillons : 2712

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Jeu 12 Juil 2018 - 23:28


L'ampleur d'un acte innommable


Alors c’était foutu ? Ils n’allaient pas pouvoir faire mordre la poussière à Lucian Jagger ? Non pas qu’elle espérait assouvir un sentiment de vengeance, mais Julyah était une sorte de justicière de l’injustice. Elle était née pour sauver des vies, pour permettre à l’Humanité de vivre dignement. Et toutes ces choses qui se passaient à Hélion, la dépassaient. Jamais elle n’aurait pu croire que des hommes et des femmes se terraient au niveau -1, vivant comme des âmes égarées, condamnées à mourir lentement. Car oui, ces personnes étaient condamnées. Le niveau -1 n’était pas conçu pour abriter une population. Les filtres d’aération étaient défectueux, inchangés depuis 400 ans. Elle doutait même qu’ils soient encore en état de marche. Ils se croyaient en sécurité là dessous, mais pas du tout. Vivre au quotidien dans les sous sols du dôme rongeait leurs poumons. Elle avait vu des gens dans des états lamentables … c’était tellement inhumain et injuste à la fois. Comment pouvait-elle continuer à vivre dans ses appartements en sachant qu’en dessous d’elles des femmes et des hommes mouraient à petit feu ?

Oui, ça lui avait donné encore plus de motivation à trouver un remède aux épidémies de pneumonies et autres maladies pulmonaires. Mais parfois Julyah avait la vague impression d’être seule sur le bateau. La plupart des gens vivaient comme des zombies. Ils effectuaient leurs tâches quotidiennes et rentraient se parquer dans leurs appartements. Ils oubliaient leur environnement, les gens qui les entouraient. Mais au final, c’était peut-être eux qui avaient raison ? Faire abstraction de l’horreur, de l’injustice, de la misère … car c’est plus simple à vivre ainsi. La culpabilité, le remord, le sentiment de révolte … tout ceci disparaît. Peut-être même qu’ils sont heureux ? Mais Julyah ne se rappelait pas avoir côtoyé des gens heureux au niveau 0 ou -1.

« Donc on ne va rien faire ? On va le laisser s’en tirer ? Faire comme si il ne s’était rien passé ? Désolé Vaughn … mais ton père à tué le mien. Mon père et son équipe étaient prêts à tout dévoiler, à assumer leurs erreurs. A accuser le coup. Lucian se conduit comme un lâche. Alors oui, je conçois qu’il est haut placé, que des gens influents vont le protéger et détourner tout ce qu’il a fait pour le projeter vers la lumière des projecteurs … mais je pense qu’il existe encore des gens un brin censé au niveau 3, non ? Ou sommes nous gouverné par des gens véreux ? Tu n’es pas censé reprendre le flambeau ? Montrer qu’on peut changer les choses sans massacrer des innocents ? »

Elle fulminait à l’intérieur. Roooouh ce qu’elle avait envie de frapper quelqu’un. Ca ne lui ressemblait pas. Julyah avait toujours été une femme optimiste, docile, compatissante, aimante … bref, comme l’avait dit le Docteur Hauss lorsqu’il avait jugé bon de la former médecin, elle était un petit ange tombé du ciel. Mais là, elle avait laissé le petit ange de côté.

« On ne peut pas laisser ces gens mourir en bas, tandis que d’autres se gave d’une vie luxuriante en haut. Ca ne fonctionnera pas éternellement. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut faire tomber le système, car à deux on y arriverait pas, mais au moins de déstabiliser Lucian. Tu sais peut-être quelque chose qui pourrait l’ébranler ? Quelque chose qu’il souhaiterait garder secret et qui pourrait le faire chuter de son piédestal ? Pourquoi ne pas interroger cette femme par exemple ? Son témoignage pourrait jouer en notre faveur. »

Elle considéra Vaughn avec un air sévère et déterminée. Julyah était têtue, bornée et n’allait certainement pas abandonner. Ouuuh que non. Mais voyant que Vaughn détournait le regard en fixant le sol, elle claqua des doigts pour le faire réagir.

« Hé ho Vaughn ! Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu ne m’abandonnes pas j’espère ! »

@Vaughn Jagger
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Secrétaire à l'Intégration, D0z
Âge : 39 ans
Localisation : Helion



Messages : 253
Médaillons : 805

Crédits : Dandelion / Beylin
Avatar : Chris Evans
Présence : présente

Pseudo : Vanka
Multi-comptes : Eiven, Zorhan, Wolfrem, Ayeen






Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Sam 14 Juil 2018 - 11:42

L'ampleur d'un
acte innommable
Les conclusions de Julyah paraissaient m'accuser dans leur ton. M'accuser de ne pas vouloir bêtement me sacrifier ou sacrifier ma fille. Une cause était à défendre, mais je n'allais pas faire comme ces imprudents soit-disant révolutionnaires qui allaient faire pâtir les innocents de leurs actions coup de poing, de ces prétendus martyrs de l'humanité à me sacrifier pour des concepts qui anéantiraient le dôme et priverait toute la population présente du confort qu'il propose. Parce qu'on pouvait rêver d'un monde utopique : sans milice, sans règles, sans restrictions. Mais ce serait la porte ouverte à trop de laisser aller, trop de déviances humaines. La surpopulation était déjà un problème majeur et le dôme s'essoufflait à grande vitesse. Je ne restais pas immobile face à tout ça. Mon premier mois en poste avait fait bien des remous face à ma proposition de camps secondaires aux abords du dôme. Une alliance avec Reiver qui allait au-delà de simples services rendus. Et c'est comme ça qu'il fallait agir : progressivement, selon nos moyens. On ne pouvait pas décemment renverser la vapeur sans faire s'écrouler ce toit qui nous protéger de l'extérieur.

Mais les sentiments de Julyah me laissaient comprendre cette frustration que faisait naître cette idée d'inaction... « Je ne reprendrais jamais le flambeau que laisserait la disparition de mon père. Je rentre à peine dans mes chaussures de Secrétaire alors de là à ce que les Conseillers viennent à me faire confiance, on est loin du compte. Mettre à mal mon père ne ferait qu'ouvrir la porte vers un autre calvaire. Et n'ose plus jamais mettre la vie de ma mère en jeu. Cette femme a passé toute une vie à éviter son fils pour ne pas finir tuée, ils l'ont forcée à rester seule et isolée de tout, elle a déjà beaucoup trop donné pour qu'on lui demande une telle chose. » Je me levai, conscient de la colère qui montait dans mes mots alors que Julyah me demandait ce qui n'allait pas. Un long soupir. « Non, je t'abandonne pas Julyah. Mais il faut arrêter de croire qu'on peut changer le monde en claquant des doigts, atterri merde ! » Mes mots se coupent et je réalise la portée de mon comportement.

Outre la colère, c'est aussi la peine et mon incapacité à changer le monde en un claquement de doigt qui fait monter ces larmes dans mes yeux d'ordinaire si sûrs d'eux... J'étais resté naïf à ma façon, toutes ces années. À me dire que j'étais plus utile à me pavaner au gouvernement à mettre quelques maigres bâtons dans les roues des hauts-placés qu'à réellement agir. Que ce soit en proposant des idées qui, de toute façon, ne seraient jamais appliquées et viendraient à décrédibiliser mon père et l'éducation qu'il m'avait prodiguée, avec ces médaillons gagnés au marché noir dans les combats clandestins aux niveau -1 que je redistribuais au dispensaire, j'avais toujours su garder des limites pour ne pas tomber. Je savais au fond qu'agir de manière plus virulente m'aurait coûté ma place, ma vie, et surtout ma fille.

Mais avec tous les sacrifices que j'avais fait, à commencer par l'amour de ma vie, je devenais révolté. Révolté à l'idée que malgré ça, je n'avais rien changé à la façon dont tournait le monde. « J-je.... désolé Julyah... je n'aurais pas dû te parler comme ça... je ne suis pas énervé contre toi, seulement contre moi. La vie que Lucian s'invente est écorchée de mensonges que personne ne sera prêt à croire. Il réduirait au silence ma mère, Eyli et toute personne qu'il soupçonnerait de faire partie de ce manège. Et ce avant même que nous n'ayons prononcé le moindre plan. Mais j'ai quelques connaissances en bas qui pourraient nous être plus qu'utiles. Il faut que tu me fasses confiance. » Si je ne pouvais plus rester les bras croiser à ne prendre que des demi-décisions, je n'en restais pas moins protecteur envers ceux que j'aimais. Alors je prendrais le temps de mettre en garde Nox, de demander à Kostya d'assurer la surveillance d'Elith par des yeux plus bienveillants et de mettre à l'abri Eyli. Car même si mon union avec Ostia allait être prononcée, je me doutais que Lucian savait qu'après toutes ces années, mes sentiments envers Eyli ne s'étaient pas flétris d'un iota.

_________________
in my head
LIFE IS A FIGHTING PIT
MAYBE IT'S NOT TOO LATE TO HAVE YOU BOTH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t505-helion-vaughn-jagger-l-heritier-pas-si-parfait http://www.afterdawn-rp.com/t492-vaughn-jagger-terminee#4217
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 409
Médaillons : 2712

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    Sam 14 Juil 2018 - 15:30


L'ampleur d'un acte innommable


Elle ne l’avait jamais vu dans un tel état. Probablement que son impulsivité à vouloir faire justice avait énervé Vaughn. Mais Julyah ne supportait plus tout ce cinéma. Cette structure, cette hiérarchie, cette façon de gérer l’humanité. Oui, probablement qu’elle était utopiste, qu’elle vivait dans un monde de guimauve, mais elle était une femme au bon cœur. Elle avait comme vocation d’aider son prochain. Il n’était pas dans sa nature d’écraser les autres pour arriver à ses fins. Encore moins de vivre dans l’aisance la plus totale et fermer les yeux sur ce qui se passe sous ses pieds. Elle était médecin et avait juré par un serment sacré qu’elle sauvegarderait la vie quoiqu’il en coûte.

Alors on pouvait la dire naïve, idéaliste, folle, stupide … qu’importe. Elle était consciente que le dôme était dirigé par de la vermine, des personnes peu recommandables. Elle était également consciente que ces mêmes personnes ne changeraient rien au monde le système mis en place. Ils avaient trop à perdre et le confort ne pouvait être distribué pour tous. Et c’était probablement ça qui décevait le plus Julyah dans l’humanité. Cet égoïsme que l’on retrouvait en chaque être humain. Vaughn était égoïste de vouloir protéger les siens au détriment des autres, Julyah était égoïste de faire tomber Lucian pour venger son père et les 200 victimes, Lucian était égoïste de laisser toute une population crever la gueule ouverte pour profiter d’une vie de maitre. Au final, ils se ressemblaient tous. Il n’y avait ni bons, ni mauvais dans cette histoire. Que des êtres humains qui vivaient sous un même toit.

Elle écoutait Vaughn avec une oreille attentive, croisant ses bras et le considérant d’un air grave. Il était en colère et s’emportait. Si bien qu’une chose la percuta de plein fouet. Il parlait de sa mère … une femme isolée ? Pourtant elle l’avait toujours vu en compagnie de Lucian. Elle avait tout sauf l’air d’une femme isolée. Parlait-il de la même personne ? La scientifique arqua un sourcil circonspect, mais ne coupa pas la parole de son ami. Il avait besoin de balancer ce qu’il avait sur le cœur et son comportement fragile déstabilisait Julyah. A vrai dire, elle ne l’avait encore jamais vu dans un tel état, malgré les nombreuses années qui les liaient.

Eyli … ainsi il était encore amoureux d’elle. C’était à la fois touchant et à la fois tragique. Un sentiment de tristesse traversa la jeune femme. Elle n’avait jamais connu un amour aussi fort, qui puisse perdurer sur tant d’années. Elle était triste car elle avait conscience que leur union était vouée à l’échec. Du moins, tant que Lucian était encore en vie. Une fois la colère de Vaughn dissipée, Julyah prit place à ses côtés. Voyant sa peine et ses épaules lourdes, elle glissa une main dans son dos pour le réconforter.

« Oui d’accord … je te fais confiance. »

Dit-elle doucement. D’un geste doux, elle attrapa le visage de Vaughn entre ses doigts et lui adressa un sourire amical.

« C’est juste que … j’ai le sentiment que le temps passe et que les opportunités nous files entre les doigts. J’ai peur qu’on ne puisse rien faire. Qu’au final nous sommes inutiles. Je ne veux pas jouer les justicières, mais simplement protéger l’humanité. Le système actuel a marché durant des années, des siècles même. Mais tu le vois bien, le dôme est vieillissant. Il ne tiendra pas éternellement. L’humanité ne peut pas tenir éternellement enfermé dans une bulle. Un jour les gens finiront par en prendre conscience et ils se soulèveront. Mais ce jour là, il sera trop tard. Car l’humanité a le don d’agir au dernier moment, quand il n’y a plus rien à faire … »

Elle n’était pas défaitiste, simplement réaliste. Pourquoi les hommes étaient-ils obligés de vivre dans un dôme aujourd’hui ? Parce que leurs ancêtres n’avaient pas su écouter les signes. Parce qu’ils avaient pris conscience de l’ampleur des dégâts bien trop tard. Et Julyah redoutait que les choses se reproduisent. Alors que s’ils inversaient la tendance maintenant, peut-être qu’il y aurait un moyen de sauver l’humanité ? Mais le tout était de savoir comment ?

Enfin, elle s’écarta légèrement de Vaughn, se tenant droite sur son siège, les mains jointes sur ses genoux.

« Tu as mentionné ta mère … et je te demandais si on pouvait interroger la femme que Lucian a fait entrer clandestinement … tu veux dire que … enfin, ta mère serait cette femme ? »

@Vaughn Jagger
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable    

Revenir en haut Aller en bas
 
(14/03/2481) L'ampleur d'un acte innommable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: Helion :: Niveau 2 :: Grand Hall-
 
Sauter vers: