AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le 02/08
Personnages

41 joueurs
62 personnages
29 Hommes
33 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 17 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 10 hab.

Partagez | 
 

 [18/03/2481] Our wildest hopes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Eclaireuse
Âge : 35 ans
Localisation : Steros

Leary est rousse !

Messages : 278
Médaillons : 985

Crédits : Eiven <3
Avatar : Bridget Regan
Présence : Suffisante

Pseudo : Lili-One



Steros • Protecteur



 Sujet: [18/03/2481] Our wildest hopes   Mer 27 Juin 2018 - 21:32

The lovely years yet to come
Leary se tenait en retrait du camp, assise sur une fourrure qu'elle avait ramassée machinalement une fois le groupe installé. Les genoux ramenés contre sa poitrine, le menton posé dessus, le regard dans le vide, elle réfléchissait. Non qu'elle ne se soit pas adonné à cette activité ce jour-là... Après avoir discuté avec Slown, le matin même, elle avait passé la journée à tourner et retourner la situation dans sa tête.

Après leur discussion, il avait fallu un moment avant que Leary ne se décide à remonter en selle. Était-ce vraiment une bonne idée de partir  en patrouille ? A cheval ? Avec les risques de mauvaise rencontre ? En meme temps, elle le faisait depuis plusieurs jours sans que cela ne pose problème, alors quelle différence cela faisait-il ? La différence, c'était qu'elle savait. Alors qu'avant, elle ne savait pas. Elle avait été élevée avec l'idée que c'était quelque chose de précieux, à protéger à tout prix car devenu trop rare. Alors prendre des risques lui donnait l'impression d'être une inconsciente irresponsable.
Cependant, elle ne pouvait pas non plus se soustraire à ses obligations sans une bonne raison, et elle n'était pas prête à en parler. En tout cas pas à tout le monde. Et certainement pas avant que le premier intéressé  - ou le second, selon le point de vue : après tout, la première intéressée, c'est elle ! -  soit informé... Mais alors pour savoir quand et comment, c'était une autre paire de manche !
C'est donc en grande rumination, très préoccupée, et pas très sereine, qu'elle avait enfourcher Barrique, sans pratiquement saluer personne. A peine un sourire crispé à Eagon, un regard un brin désespéré à @Slown Erzion, et en avant. Pas trop vite, mais pas trop doucement non plus, histoire de ne pas susciter de question.

Elle n'avait en tout cas aucune raison de remettre la parole de Slown en doute. Après tout, son amie était médecin, formée à Helion - amusant d'ailleurs de constater que les personnes auxquelles elle tenait le plus étaient pour la plupart issus du Dôme : Mael,  Slown, même Zorhan pour qui elle avait plus de respect que ce qu'elle voulait bien reconnaitre, et Eagon. Eagon... Voilà bien le gros point d'interrogation dans cette affaire..
Toute la journée, elle avait été distraite par la question et elle n'avait jamais autant salopé une reconnaissance : une bande de maraudeurs aurait pu lui passer sous le nez qu'elle les aurait manqué.
Eagon et elle n'avaient pas abordé le sujet depuis un mois et demi qu'ils avaient - enfin diront les mauvaises langues - reconnus les sentiments qui les liaient. Et ben évidemment, profité joyeusement de cette nouvelle page de leur histoire. Son état actuel était la conséquence directe de cette douce insouciance. Qui plus est, Leary s'était tellement convaincue qu'elle devait faire partie de ces femmes nombreuses incapables d'enfanter qu'elle ne s'était posé aucune question.

Et pourtant, c'était arrivé. C'était incroyable, improbable, fascinant, terrifiant... Et formidable. Un sourire se dessina sur ses lèvres malgré elle. Elle les avait vue, ces femmes qui s'arrondissaient, ces bambins qui couraient. Elle s'était défendue de les envier, mais dans son fort intérieur, sa supposée stérilité avait toujours été une blessure sourde. Elle faisait avec - ou plutôt sans - mais elle regrettait. Et voila que la donne avait changé. Un champ des possibles vertigineux s'ouvrait à elle. Mais qu'en serait-il d'Eagon ?  Aucune idée... Elle voulait partager cette nouvelle aventure avec lui, mais lui, le voulait-il ?
Son expression s'assombrit à nouveau alors que le doute reprenait de l'ampleur. Qu'allait-elle lui dire ? Quoi ? Comment ? Où ? Quand ? Et comment allait-il réagir ?

Elle était tellement bien plongée dans ses réflexions qu'elle ne réalisa même pas que quelqu'un s'approchait. Au temps pour les compétences d'éclaireuse...


_________________
Suns and Stars
Your eyes are the only truth I need.
Your arms are the only strength I surrender to.
Your heart is the only home I want.
Keep holding my hand. Keep looking for the future we care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t617-steros-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon http://www.afterdawn-rp.com/t570-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Constructeur
Âge : 35 ans
Localisation : Steros



Messages : 146
Médaillons : 575

Avatar : Chris Hemsworth
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Julyah Haroys



Steros • Civil



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Jeu 28 Juin 2018 - 18:28

Ca faisait maintenant un petit moment qu’il vivait quelque chose de fort et de véritable. C’était à peine croyable pour Eagon de croire que l’amour avait pu le frapper de plein fouet, aussi subitement. Ca faisait des années qu’il connaissait Leary, des années qu’ils arpentaient ensemble les forêts et les environs de Steros. Et pourtant … pourtant au fond, il savait qu’il l’avait toujours aimé. Mais il lui aura fallut bien du temps pour se lancer et s’avouer à lui même qu’il pouvait avoir des sentiments à l’égard de quelqu’un d’autre. Peut-être n’avait-il pas osé franchir le pas plus tôt, car il avait eu trop peur de la perdre. De la voir s’enfuir. Alors pourquoi avoir décidé maintenant ? Tout simplement parce que le temps filait et que la vie était un bien précieux. Surtout à l’extérieur. Il était si bête de gâcher son temps avec des tergiversations incessantes.

Alors il avait agit sans réfléchir. Laissant son cœur le porter et laissant la raison de côté. Le bâtisseur ne regrettait rien. Absolument rien. Il était aujourd’hui heureux de vivre cette passion amoureuse avec Leary. Les deux amants avaient consumé leurs sentiments profonds l’un envers l’autre. Et cela bien de nombreuses fois. Eagon paraissait plus insouciant, plus abordable. Son visage rayonnait à nouveau et les gens voyaient bien que quelque chose avait changé en lui.

Il apportait des petites attentions à Leary, bien singulières, la connaissant pratiquement sur le bout des doigts. Mais lui … il n’avait pas réussi à lui dire qui il était réellement. Son passé, d’où venait-il concrètement. Il avait envie de lui avouer ses sombres secrets, mais quelque chose le bloquait. Non pas qu’il ne lui accordait pas une confiance aveugle, mais il se demandait comment elle réagirait. Et puis était-ce vraiment important ? Est-ce que ça allait vraiment apporter quelque chose à leur relation ? Le passé était derrière lui, bien loin de Steros. Ca faisait 10 ans qu’il le gardait enfoui six pieds sous terre. Alors il n’allait pas remuer la merde et la ressortir sur une nappe blanche. Non, finalement, il ne lui dirait rien. Ca n’apporterait que du gâchis et Eagon n’en avait pas besoin. Personne n’avait besoin de savoir qui il avait été par le passé. Ca le regardait lui et seulement lui.

N’empêche que ça le tourmentait. Il décida de quitter le camp pour sortir dans les environs. Pas bien loin, juste histoire de prendre l’air. Eagon attrapa son gros manteau de fourrure. Après un petit quart d’heure de marche, il aperçu Leary en compagnie de Barrique, qui marchait silencieusement.

Que faisait-elle là ? Seule … Eagon se rapprocha, toussotant pour marquer sa présence.

« Hum hum … Mademoiselle Meehan, mais que me vaut le plaisir de te voir ici ? »

Dit-il d’un air enjôleur. Eagon se rapprocha de Leary et passa ses mains calleuses sur la taille de la jeune femme.

« Tu m’as manqué depuis … ce matin. » Puis il déposa un baiser piquant sur sa joue glacée. « Bon, oui, certes … ça fait quoi … 1h que tu es partie avec Barrique, mais quand même ! Une heure c’est long » lança-t-il sur le ton de la plaisanterie.

Enfin, Eagon se plaça en face d’elle et lui adressa un large sourire. Son visage emmitouflé dans cette fourrure grise, ses longs cheveux flamboyant qui dansaient au rythme du vent, cette peau de porcelaine … mon dieu ce qu’elle était belle. Il attrapa son visage de ses deux mains de charpentier, puis la considéra avec un amour profond.

« Que fais-tu toute seule dehors ? Tu partais chasser avec Barrique ? »

Sans moi ? aurait-il voulu rajouter. Mais Eagon n’était pas le genre d’homme encombrant et possessif. Bien loin de là. Non, il s’inquiétait juste qu’elle puisse partir et ne jamais revenir. Oui, si elle ne le prévenait pas il s’inquiétait.

_________________
let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t863-eagon-niehaus-futur-is-for-us
avatar

Personnage
Occupation : Eclaireuse
Âge : 35 ans
Localisation : Steros

Leary est rousse !

Messages : 278
Médaillons : 985

Crédits : Eiven <3
Avatar : Bridget Regan
Présence : Suffisante

Pseudo : Lili-One



Steros • Protecteur



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Sam 30 Juin 2018 - 22:46

The lovely years yet to come
Quand elle l'avait entendu toussoter, elle avait sursauté et s'était retournée vivement, un peu inquiète à l'idée de s'être laissée surprendre. Même si la troupe de stérosiens et leurs nouveaux "amis" n'était pas loin, ils n'étaient pas à l'abri de rôdeurs plus ou moins sans scrupules et prêts à égorger quelqu'un juste pour la fourrure sur laquelle elle était assise. Ou pire : quand on était une femme, se faire tuer était parfois un moindre mal...
Mais ce n'était personne venu lui faire du mal. Plutôt l'inverse. Dans le froid ambiant, le voir lui procurait une sensation de chaleur des plus agréables. Ca l'avait toujours été, mais depuis qu'ils avaient admis qu'ils étaient plus que des amis. Bien plus... Reconnaitre qu'il était plus qu'un ami précieux avait permis à Leary de se sentir à nouveau complète, sans qu'elle n'ait jamais réalisé qu'il lui manquait quelque chose. De quoi savourer d'autant plus leur relation dans toute sa nouvelle dimension.
Qui plus est, Eagon ne se contentait pas d'être séduisant et un amant consommé. Non, il était en plus attentionné. A se demander s'il avait des défauts quelque part... Bon Leary n'était pas dupe. Elle savait qu'il avait le défaut, et pas des moindres, de garder tout pour lui. Elle savait qu'il ne lui disait pas tout, elle le connaissait assez pour cela. Elle n'avait pourtant pas la moindre intention de le questionner. Dans le monde dans lequel elle été née et avait grandit, l'intimité n'allait pas de soi. Garder ses secrets était un droit absolu, tant qu'on ne mettait personne en danger, tant qu'on faisait sa part, tant qu'on était honnête. Sur les deux premiers points, Eagon était irréprochable. Quant au troisième, il n'avait jamais donné la moindre raison à Leary de douter de lui. Elle lui faisait confiance - des années à vivre et survivre ensemble avaient tendance à avoir cet effet. Il lui parlerait quand il se sentirait prêt - ou pas. Ca ne voulait pas dire qu'elle accepterait tout sans broncher. Mais en attendant, tant qu'il ne lui mentait pas, ses secrets n'avaient aucune raison de la perturber.

Elle l'accueillit d'un sourire et se leva alors qu'il se rapprochait et passait ses mains sur sa taille. Elle-même lui passa les bras autours des épaules lorsqu'il l'embrassa sur sa joue. Elle pencha légèrement la tête pour prolonger le contact, et rit doucement.
" Bien trop long, surtout après une journée de patrouille... " Bon elle n'allait pas lui dire tout de suite que cette journée avait été beaucoup moins intense que les précédentes puisqu'elle avait mis un gros frein à son rythme... Ni pourquoi elle ne l'avait pas retrouvé tout de suite à son retour comme à son habitude. D'autant que l'explication à ces deux faits tient à la même cause... Et elle n'avait toujours pas trouvé comment le lui dire.
Leary avait tellement peur que sa grossesse ne fasse fuir Eagon. Même si les enfants étaient considérés comme un trésor dans les clans, ce n'était peut être pas pareil à Helion. Et puis malgré le statut particulier des enfants, il se trouvait toujours des hommes pour filer la queue entre les jambes dès qu'on leur parlait bébé.
Bon sang, qu'allait-elle bien pouvoir dire ?! Ah et puis qu'il la regardât de la sorte lui faisait perdre tout ses moyens ! C'était un coup bas ! Elle plongea son regard dans ses yeux d'un bleu presque irréel. Elle aurait pu s'y noyer et y périr avec délice. Comment on pouvait en arriver au point de vouloir se perdre ainsi en l'autre, cela dépassait son entendement. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'il avait bouleversé ses priorités. Et plus encore maintenant...

On en était où ? Ah oui... Nidiou, quand il lui prenait le visage de la sorte, elle avait l'impression de défaillir. Elle se rapprocha encore de lui - si c'était possible - et posa ses lèvres sur les siennes après qu'il eut fini sa phrase. Elle l'embrassa doucement, ce qui lui rappela d'autant plus qu'ils ne s'étaient pas vu de la journée. Leary se dit qu'ils pourraient profiter qu'il n'y avait personne autours pour... STOP ! CONCENTRATION !

" J'avais pas réalisé que ca faisait une heure... Pas de chasse, non, Barrique en avait ras le fion de crapahuter. Juste... " Elle se mordilla la lèvre en détournant les yeux avant de le regarder par en dessous. Bon sang, fallait dire quoi ?!
" J'avais besoin de réfléchir... A un truc... "

Voila... Bravo Leary, c'était tout à fait clair et rassurant, comme approche...



_________________
Suns and Stars
Your eyes are the only truth I need.
Your arms are the only strength I surrender to.
Your heart is the only home I want.
Keep holding my hand. Keep looking for the future we care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t617-steros-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon http://www.afterdawn-rp.com/t570-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Constructeur
Âge : 35 ans
Localisation : Steros



Messages : 146
Médaillons : 575

Avatar : Chris Hemsworth
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Julyah Haroys



Steros • Civil



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Sam 7 Juil 2018 - 10:00

Eagon considéra Leary d’un air inquiet. S’écarter du groupe pour réfléchir n’était jamais un bon signe. Surtout venant d’une femme comme Leary. Elle était loin d’être une femme sauvage. Peut-être qu’elle avait un franc parlé, qu’elle ne se laissait jamais marcher dessus, mais elle n’était pas du genre à se couper des autres. Alors oui, Eagon montrait des signes d’inquiétude. Avait-elle besoin de réfléchir à la situation ? Ou à leur relation ? Se demandait-elle si cette union était une pure folie ou une simple lubie passagère ? Car Eagon avait réfléchi à toutes ces questions bien avant de laisser son cœur lui dicter ce qu’il avait à faire.

Avant d’exprimer ses véritables sentiments, le bâtisseur s’était juré de ne jamais tomber amoureux. De ne plus s’attacher aux gens qui l’entour et de ne vivre que pour soi. Il avait eu conscience, lors de son errance dans le désert, que la vie ne tenait qu’à un fil. Et que la nature était bien trop hostile pour laisser les personnes les plus agréables à côtoyer, en vie. Il en avait perdu des amis … Et les pertes étaient toujours trop douloureuses à surmonter. Se reconstruire prenait du temps, or dans ce monde là, le temps était précieux. Alors il s’était juré de ne plus s’attacher. Mais Leary montrait bien que cette idée était complètement fumeuse.

Se détacher de ses sentiments, c’est devenir un psychopathe. Ne plus avoir d’empathie, ne plus exprimer la moindre émotion … ce n’était pas Eagon. Il avait un cœur, il était un homme qui se souciait du bien être des autres. Il était appréciait au camp, et même si parfois son côté lunatique le rendait difficile à cerner, il n’en était pas moins un bon camarade et un bon amant.

Sans dire un mot, les deux Sterosiens s’installèrent sur la terre battue. Le désert s’étendait devant eux et Hélion se dressait à quelques kilomètres dans leur dos. Hélion … c’était une mission bien périlleuse que celle-ci, mais un brin nécessaire pour la survie de la cité nouvelle. Comment croire qu’avec un hiver aussi rude, ils pourraient s’en sortir avec le savoir d’Hécate ? Bien que des idées furent proposées de la part d’Eagon et de son équipe, la production ne serait pas bien suffisante pour nourrir tous les habitants de Steros. Or la faim provoque souvent des soulèvements de population. Quand les gens ont faim, ils sortent dans les rues en brandissant leurs outils de guerre. Il était donc évident pour Steros d’aller chercher de quoi subsister. Et Hélion pouvait leur offrir de quoi tenir quelques mois supplémentaire si le temps ne changeait pas.

Eagon passa une main dans le dos de Leary, puis un sourire en coin se dessina l’épaisse barbe blonde qui ornait son visage depuis les quelques jours de marche.

« Réfléchir à quoi ? » demanda-t-il doucement.

Spoiler:
 

_________________
let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t863-eagon-niehaus-futur-is-for-us
avatar

Personnage
Occupation : Eclaireuse
Âge : 35 ans
Localisation : Steros

Leary est rousse !

Messages : 278
Médaillons : 985

Crédits : Eiven <3
Avatar : Bridget Regan
Présence : Suffisante

Pseudo : Lili-One



Steros • Protecteur



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Dim 15 Juil 2018 - 22:56

The lovely years yet to come

Oui, voilà, c'était réussi, il était inquiet ! Bravo, Leary ! Le pli soucieux sur le front de son compagnon ne pouvait pas tromper. Et même sans cela, elle savait. Ne lui demandez pas comment, elle savait. Une de ces évidences qui confirmait que oui, elle l'aimait et le connaissait par cœur. Elle aurait aimé pouvoir dissiper rapidement cette inquiétude, mais elle craignait que la vérité ne n'empirat les choses. Des hommes capables de promettre la lune pour parvenir à leurs fins, elle en avait connus, directement ou indirectement. Et même si elle ne croyait pas le moins du monde qu'Eagon appartint à cette catégorie, il n'en restait pas moins que la nouvelle était de nature à bouleverser l'équilibre délicat d'un homme et d'un couple.
Nidiou, un couple... Elle avait encore du mal à penser à eux en terme de couple qu'ils allaient bientôt devoir passer au niveau au dessus : la famille...
Nidiou, ça lui collait un vertige pas possible, comment Eagon pourrait prendre la nouvelle sereinement ?! Oula et il valait mieux qu'elle se calme, une nausée était en train de monter... Qui est le connard qui a inventé la nausée de grossesse ?! Elle porta une main à sa bouche, dans un geste qu'elle espéra nonchalent et totalement naturel. En espérant qu'Eagon ne se poserait pas trop de questions.
Cela dit, s'il la connaissait aussi bien qu'elle le connaissait lui, ca ferait chou blanc...

Nerveuse, donc, elle s'installa au côté d'Eagon sur la fourrure qui protégeait leurs céans du sol froid. Le silence était marqué d'une certaine tension, qui leur était totalement étrangère depuis un mois et quelques qu'ils avaient admis leurs sentiments l'un pour l'autre. Un mois et quelques d'ébats sans interruption, ce qui aurait du porter la puce à l'oreille de Leary... Quelle négligence...
Depuis leur escapade, les silences entre eux étaient plutôt porteurs d'une douce sérénité, en tout cas pour Leary. L'impression d'avoir trouvé sa place, d'être comprise et acceptée. Mais cette fois, la pression des événements - de L'événement - effaçait la sérénité pour ne laisser qu'un étrange mélange entre douceur, tension, espoir et appréhension. Si Eagon la devinait comme elle le faisait avec lui, il ne devait rien comprendre...

Cela dit toutes ces pensées hautement philosophiques ne l'aidaient pas à y voir plus clair. Ni à trouver le meilleur angle pour aborder le sujet. Y a-t-il seulement un bon angle ? Aucune idée...
Le bras qu'il passa dans son dos la réconforta autant qu'il la stressa. Évidemment, il lui posa LA question : à quoi réfléchissait-elle ? Elle se tourna vers lui et sourit doucement, prenant le temps de le regarder, la tête sur sa main, le coude en appui sur son genou. Nidiou, qu'il était beau. Et attentionné... S'il transmettait cela à leur enfant, elle en serait ravie. Mais lui, d'où lui venaient ses qualités ? Elle réalisa alors qu'elle ne savait pas grand chose de lui avant Steros. Comment était son enfance ? Comment avait-il été éduqué à la base ? Et est-ce que c'était pareil pour tout le monde, à Helion ? La question n'était pas anodine : Mael aussi avait passé les premières années de sa vie sous le dôme. Ça serait aussi un moyen de se rapprocher de lui.

" A plein de choses..." Bah voyons... Comme réponse bateau, ça se posait là... " Raconte moi... Comment c'était, quand tu étais gosse, à Helion ? C'était aussi sirupeux que j'imagine ? Ou c'était dur parfois ? Genre quand t'avais pénurie d'eau chaude ?!" Son sourire s'élargit, signifiant la plaisanterie, mais ce n'était pas tout à fait exagéré : Leary, aimée par ses parents, qui avaient eu à cœur de lui apprendre ce dont elle avait besoin pour survivre, avait eu une enfance heureuse. Elle imaginait que les choses avaient du être à peu prêt similaires pour Eagon, les pénuries de nourriture, voire d'eau, en moins.


_________________
Suns and Stars
Your eyes are the only truth I need.
Your arms are the only strength I surrender to.
Your heart is the only home I want.
Keep holding my hand. Keep looking for the future we care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t617-steros-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon http://www.afterdawn-rp.com/t570-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Constructeur
Âge : 35 ans
Localisation : Steros



Messages : 146
Médaillons : 575

Avatar : Chris Hemsworth
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Julyah Haroys



Steros • Civil



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Mer 18 Juil 2018 - 19:31

Voilà, il ne fallait pas attendre longtemps pour aborder le sujet qui fâche. Dix belles années qu’ils se fréquentaient et Eagon avait toujours su contourner le sujet « Hélion ». Leary n’était pas une exception, le bâtisseur esquivait la chose avec tout le monde. Mais les choses évoluaient. Hélion se rapprochait à grands pas et ils n’allaient pas tarder à tomber nez à nez avec les parois du dôme. Ce dôme qu’il avait vu disparaître derrière lui le jour même où il fut envoyé à Reiver pour avoir trahi Hélion. Ce jour où il avait vu pour la dernière fois sa mère s’écrouler de chagrin, son père lui jeter un regard rempli de déception et Rhaelyn dubitative quant à sa survie et à un potentiel retour. Il avait d’ailleurs mis un certain temps à l’oublier. A faire une croix sur leur amour de jeunesse, à se dire que jamais plus il ne la reverrait. Au fond, il avait toujours espéré revoir ses amis du dôme, sa famille, les auxquels il avait tenu. Mais étaient-ils encore en vie aujourd’hui ? En quinze ans comment la vie avait-elle évolué là bas ? Est-ce que la révolution et les actes rebelles avaient réussi à changer les choses ? Tant de questions qu’il ne s’était plus posé depuis bien des années refaisaient surface au fond de sa tête.

Eagon aurait préféré rester vague, donner une réponse presque décevante et inintéressante. Il n’avait franchement pas envie que Leary découvre son passé, l’homme qu’il avait pu être. Il avait trop peur de son jugement, de la perdre. De croire que sa lâcheté faisait partie intégrante de lui. Alors il préférait se murer dans un mutisme lourd et dérangeant. En général ça fonctionnait. Les gens laissaient tomber l’idée et abordaient un autre sujet. Au final, les habitants de Steros s’étaient fait à l’idée qu’Eagon avait vécu à Hélion, mais qu’il ne souhaitait pas en parler. Qu’il avait démarré une nouvelle vie ailleurs et que cette avait plus d’importance que quoique ce soit.

Mais maintenant qu’il s’était donné à Leary, qu’il souhaitait parcourir un bout de chemin avec elle et envisager de construire quelque chose de durable, Eagon devait se montrer honnête et transparent. Il ne souhaitait mettre aucun malaise entre eux et surtout pas qu’elle le suspect de cacher quelque chose. Alors si elle l’aimait vraiment, elle le pardonnerait. Quoiqu’il n’était pas certain d’aborder le sujet épineux, tant qu’elle ne lui posait pas la question précise. Il cessa de la caresser et poussa un long soupire tout en regardant le lointain. Son regard semblait perdu dans les souvenirs douloureux. Sa jeunesse à Hélion n’avait pas été aussi joyeuse que pouvait le croire Leary. Bien entendu, leurs conditions de vie étaient bien plus agréables que les oustiders, mais vivre enfermés dans une gigantesque bulle, ça pouvait rendre les gens complètement fous. Or pour Eagon, avoir été éjecté du dôme avait été une sorte de délivrance.

« Tu veux connaître ma jeunesse à Hélion ? » répondit-il d’une voix calme en regardant Leary de la manière la plus douce qui soit.

Par où commencer ? A vrai dire, il ne savait pas s’il devait mentionner son père qui s’était trop projeté sur l’avenir glorieux de son fils ou sa mère qui l’étouffait d’une protection incessante. Ou encore de Rhaelyn … Il pinça les lèvres, baissa les yeux et attrapa une poignée de terre sèche qu’il effrita entre ses doigts.

« Bien ... par où commencer ? Ah voilà ... Hélion est une ville moderne protégée par une bulle opaque. On ne voit jamais la lumière du jour, on ne sent jamais le vent ou le soleil sur la peau, on ne connaît même pas la sensation de caresser les brins d’herbe ou la texture d’une terre grumeleuse. La température est constante toute l’année et la ville est divisée en plusieurs strates … j’avais de la chance de vivre au niveau 2. La vie était plus agréable que dans les niveaux inférieurs. Dès ta naissance on t’injecte une puce au niveau du cou, juste là. »

Eagon indiqua une cicatrice au niveau de son cou, juste au bas de l’oreille gauche.

« Je me suis arraché la puce dès que j’ai quitté Hélion … »

Ce n’était pas totalement vrai. Il avait arraché la puce une fois qu’il s’était retrouvé dans le désert à errer en quête d’eau et de nourriture suite à la mission suicide où Reiver l’avait envoyé.

« Cette puce te permet d’accéder à certain endroit ou non de la ville. C’est un système complexe, donc je ne vais pas tout t’expliquer en détail … mais je me sentais comme pris au piège. Dès mon plus jeune âge, on m’avait réservé une place. J’étais destiné à intégrer l’équipe des ingénieurs du dôme. J’étais doué en calculs, j’adorais dessiner et j’étais doué pour construire des choses de mes mains. Je fabriquais tout un tas d’objets, de pièces complexes. A croire que j’étais fait pour ça. Mon père me mettait continuellement la pression. Mes parents étaient très appréciaient, avaient pas mal de relations au sein du dôme. Je faisais parti des privilégiés. Mais malheureusement pour eux, je n’avais pas la même ambition qu’eux. Je m’ennuyais et j’avais l’impression de mourir à petit feu. J’avais l’impression de vivre en cage depuis ma naissance et que j’étais le pantin d’un gouvernement véreux. Un gouvernement qui nous garde captif en clamant haut et fort que l’extérieur est une zone dangereuse, peu viable et que l’humanité n’y survivrait pas … la preuve, je n’ai pas du tout survécu 15 ans en dehors du dôme et je suis en très mauvaise santé. » ironisa-t-il.

« Le gouvernement se nourri des strates inférieures. Plus tu descends dans la ville, plus la vie y est misérable. C’est une vie que je ne recommande à personne … la vie dehors est plus simple. Dans le dôme, tout devient compliqué. J’avais l’impression que les gens n’osaient rien dire, rien soumettre, n’émettre aucune idée, émotion, sentiment … ils étaient à mes yeux, tels des zombies exerçant une tâche qui leur est assignées (qu’il n’ont pas choisi pour la plupart), pour survivre. Or ce n’est pas une vie ça. Si l’humanité doit ressembler à ça d’après Hélion, alors autant que ça cesse … C’est donc à l’âge de 16 ans que j’ai décidé d’intégrer un groupe de rebelles. On voulait renverser le gouvernement, éveiller les consciences, faire comprendre que cette vie n’avait aucun sens et qu’il était grand temps de changer. Mais c’était utopiste et très dangereux. Comme je te l’ai dit, j’étais destiné à de grands projets pour le dôme, donc j’étais très surveillé. Hélion avait besoin de moi, j’étais une sorte d’élite qu’il fallait chouchouter. Sauf que malheureusement, ça ne marchait pas sur moi. J’ai tout de même continué mes activités illégales. Je trainais la majeure partie du temps au niveau 0 et -1, là où se situe toute la « vermine » du dôme. Ces gens que l’on sacrifie pour que les gens du niveau 3 se gave de richesse, de luxure et j’en passe. »

Il inspira une grande bouffée d’air. Raconter son passé à Leary lui faisait plus de bien qu’il ne l’avait imaginé. Au final, il avait comme l’impression qu’un lourd fardeau venait de s’évaporer. Bien sûr, il était bien loin de raconter son passage à Reiver et l’abandon de ses camarades à une mort certaine. C’était surtout ça qui le hantait et le bouffait de l’intérieur. Mais raconter sa vie à Hélion dans le détail, il ne l’avait jamais fait auparavant. Et savoir que Leary le connaitrait mieux que quiconque à Steros, ça le rendait presque heureux.

« J’ai été pris la main dans le sac et expulsé d’Hélion à l’âge de 19 ans. Ils n’ont pas cherché bien longtemps. A la base, j’avais le droit à la peine capitale, c’est à dire, la peine de mort. Sauf que mon père a fait jouer ses relations pour m’envoyer à Reiver. Mais je n’étais pas très apprécié là bas. Bref, bref, voilà ma jeunesse à Hélion ! Tu t’attendais à ça bien entendu ? » dit-il en étirant un large sourire dans sa barbe hirsute.

Il donna un léger coup d’épaule à Leary.

« Mais le passé appartient au passé n’est-ce pas ? »

_________________
let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t863-eagon-niehaus-futur-is-for-us
avatar

Personnage
Occupation : Eclaireuse
Âge : 35 ans
Localisation : Steros

Leary est rousse !

Messages : 278
Médaillons : 985

Crédits : Eiven <3
Avatar : Bridget Regan
Présence : Suffisante

Pseudo : Lili-One



Steros • Protecteur



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Dim 22 Juil 2018 - 15:51

The lovely years yet to come

« Tu veux connaître ma jeunesse à Hélion ? » Elle avait souri doucement et acquiescé d'un signe de tête se voulant encourageant. Elle voyait bien que le sujet n'était pas d'évocation facile pour son compagnon. Preuve si besoin était qu'il n'était pas bon d'interroger les gens sur leur passé : ils n'avaient pas forcément envie de s'étaler sur ce qu'ils avaient pu vivre de déplaisant. On parlait de ce qu'on avait envie de partager, non ? Elle-même ne parlait de Mael que contrainte et forcée, et encore n'était-ce qu'une mention rapide de son "frère", lorsqu'un épisode de sa jeunesse nécessitait de parler de lui pour être compréhensible. Alors elle comprenait fort bien qu'Eagon ne souhaitât pas aborder ce chapitre de sa vie, s'il était douloureux, et appréciait d'autant plus cette coutume de son clan.
Mais dans la situation actuelle, elle avait besoin de savoir. Ce serait un indicateur précieux pour présumer de sa réaction lorsqu'elle lui annoncerait LA nouvelle. Et puis ca permettait à Leary de retarder l'échéance aussi : elle avait un trac fou.

Alors plutôt que de se regarder le nombril, elle écouta attentivement ce que lui racontait Eagon, ajoutant ses impressions à l'image qu'elle s'était construite d'Helion : une mosaïque faite des témoignages des vagabonds échappés ou rejetés du dôme, mais aussi composée de ce que certains habitants de Stéros avait bien voulu confier.
Eagon lui confirmait ce qu'elle savait déjà : les habitants du dôme n'avait pas d'autre horizon que les parois de leur tombe, coupée du monde, du soleil, du vent... de la vie. Rien que cette idée faisait monter une bouffée de claustrophobie en elle. Leary avait toujours connu la terre sans limite. Le rempart de Steros lui-même tendait à la rendre nerveuse, même si elle en comprenait l'utilité. Sa fonction d'éclaireuse, en lui permettant de libérer l'horizon régulièrement, contribuait pour beaucoup à son équilibre dans le camp. Mais vivre dans une boite ainsi ? Elle eut une grimace de dégoût.
Tout n'avait pas forcément de sens : cette histoire de strates, par exemple, n'était pas vraiment clair pour elle, mais ca n'avait pas vraiment d'importance en soi.
La puce, par contre, était une nouvelle information. Elle suivit des yeux le geste d'Eagon : une cicatrice, un chapitre de sa vie. Leary se sentit contente de mettre une histoire sur la fine ligne blanche qui striait son cou, bien que ce à quoi était relié cette cicatrice la fit frémir à nouveau : ils s'imposaient une limite supplémentaire ?! Comme si ca ne suffisait pas d'avoir une barrière où que se portât le regard, il fallait en plus s'empêcher d'en profiter pleinement ?! C'étaient de grands malades dans ce dôme !

Mais finalement, Eagon en vint à ce qui l'intéressait plus : comment il avait été élevé. Et visiblement, leurs enfances n'avaient pas été les mêmes.
Dans son clan, les enfants étaient accompagnés dans leurs essais pour trouver leur place : couture, taille des outils, etc... On leur donnait les moyens, les explications, et on les laissait faire. Bien sur, certaines tâches étaient obligatoires car nécessaires à la survie : la chasse, la cueillette, la préparation des repas... mais rien n'était prédéterminé.
Alors c'est ca, la famille, pour ceux d'Helion ? Par d'affection, et contraindre les enfants sur une voie qu'ils ne choisissaient pas ?! Même si Eagon était effectivement un batisseur né - difficile de le nier - il n'avait pas eu le choix... Le regard de Leary se perdit dans le vague en s'interrogeant : quel genre de père pourrait-il faire avec ce genre de modèle ?! Et c'est CA que Mael avait été si pressé de rejoindre ?!
Mais fort heureusement, il poursuivit. Il avait rejeté ces principes, il n'en voulait pas. Il les avait combattu. Elle sourit, soulagée, une bouffée de fierté en plus : elle avait beau déjà le savoir, avoir une nouvelle preuve qu'il n'était pas du genre à subir sans réagir l'attachait un peu plus à lui. Il aurait pu y laisser sa vie, apparemment. Mais il l'avait fait quand même. Il y avait de quoi être fière.

Quand il lui donna un coup d'épaule, elle exagéra légèrement le geste de l'encaisser avant de revenir vers lui en riant.

" Pas vraiment nan... J'veux dire... Le dôme, l'air immobile et tout ca, je savais. Je savais pas que les parents étaient cons, là dessous... " Elle lui coula un regard en coin : elle n'avait pas voulu être désobligeante avec ses parents - encore que peut être il s'en fichait - mais il fallait reconnaitre, ce n'était pas très flatteur.
Elle reprit un peu son sérieux et haussa les épaules.
" Le passé, c'est le passé oui... Mais c'est ca qui nous a fait... nous. Je veux dire... Si tu es... toi... " Elle eut un sourire emprunt de tendresse. " ... c'est parce que tu as vécu tout ca... " Elle n'était pas sure d'avoir été claire, encore une fois. C'était clair dans sa tête, mais le rendre en mots, c'était une autre histoire.
De toute façon, l'heure n'était pas aux digressions philosophiques, elle avait un objectif, et elle s'en éloignait quelque peu.

Il avait été élevé par des parents cons - en tout cas, de son point de vue à elle. Mais Eagon n'approuvait pas leur façon de faire. C'était un bon point... Mais quid des enfants ? Leary se creusait la tête pour trouver une façon d'arriver sur le terrain qu'elle voulait. Elle fit une petite grimace avant de se lancer.

" Enfin... Et sous ce dôme, ils sont aussi cons en matière de famille ? Je veux dire... Si tu avais déjà ton métier tout choisi, ils avaient aussi prévu avec qui tu devais t'unir et combien de... " Elle marqua une très courte hésitation. Habituellement, quand elle parlait d'enfants, les termes employés étaient plus souvent du registre du vulgaire - chiards - qu'autre chose. Pourtant, son tout nouveau statut de future mère la retint d'employer ses mots habituels, comme si son enfant à naitre était au dessus de ca. Absurde, hien ? " ... gamins t'étais sensé produire ? "
Voila... C'était pas mal, dans la continuité de la discussion, pas trop direct... Ca devrait lui permettre d'avoir des indices, non ?
Et pendant ce temps là, elle pouvait toujours continuer à réfléchir à la façon dont elle pourrait lui annoncer la chose.

_________________
Suns and Stars
Your eyes are the only truth I need.
Your arms are the only strength I surrender to.
Your heart is the only home I want.
Keep holding my hand. Keep looking for the future we care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t617-steros-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon http://www.afterdawn-rp.com/t570-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Constructeur
Âge : 35 ans
Localisation : Steros



Messages : 146
Médaillons : 575

Avatar : Chris Hemsworth
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Julyah Haroys



Steros • Civil



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Jeu 26 Juil 2018 - 22:36

Remonter à la surface des souvenirs qu’il s’était efforcé d’enterrer lui faisait une drôle d’impression. Il était incapable de dire s’il en souffrait ou s’il éprouvait une sorte de nostalgie passagère. Mais comment pouvait-on exprimer une once de nostalgie à l’égard du dôme ? Cette prison d’acier ne lui avait apporté que malheur et désagrément dans sa vie. Eagon s’était fait la promesse d’oublier à jamais Hélion et de tout ce qui s’y rattache. On l’avait condamné à mort pour une chose qu’il n’avait pas faite, sans preuves, juste par suspicions. Il s’était rendu compte à quel point la justice n’existait pas au sein du dôme. D’un endroit qui se disait protecteur de l’humanité. Gardien d’un nouveau monde. Bref de belles sornettes.

Mais ce fut un mal pour un bien d’avoir été expulsé de cet enfer. Au final, il n’aurait jamais pu connaître Steros et ses habitants. Il n’aurait pas rencontré Zorhan et Hécate, deux amis qui lui était cher à son cœur. Et bien entendu, il n’aurait jamais pu embrasser si passionnément Leary, dont tout son être lui était pleinement dévoué. Eagon se projetait en Steros. Il voyait cette cité s’agrandir, se renforcer. Accueillir de nouveaux habitants, fortifier les rempares, accroitre leurs forces, leurs cultures. Il voyait les bâtiments pousser comme des champignons un peu partout, pour faire d’elle la nouvelle capitale du monde extérieur. Il était convaincu que Steros avait un avenir bien plus florissant et éblouissant qu’Hélion. Le dôme se mourrait de l’intérieur. Les survivants n’étaient pas heureux, étaient pour la majorité malades et faibles. Certes la technologie et le progrès leur permettaient de tenir debout. Mais elle profitait qu’à certains. Qu’à une toute petite poignée d’hommes et de femmes, qui se gavaient alors qu’un peuple mourrait à petit feu en dessous de leurs pieds.

La vie à l’extérieure pouvait paraître rude pour un homme venant d’Hélion. Il fallait montrer une certaine force, une témérité à toutes épreuves et surtout ne pas avoir peur d’un avenir incertain. Bien sûr, Steros n’échappait pas aux aléas de la vie et c’est pour ça qu’ils étaient là aujourd’hui, à quelques pas du dôme. Le cœur d’Eagon se resserrait. Il attrapa son arme pour la blottir contre lui, comme pour essayer de se réconforter contre des souvenirs traumatisants. La milice d’Hélion était entrainée et si le groupe tombait sur l’un d’eux, le bâtisseur était convaincu qu’il ne leur ferait pas de cadeau.

Il leva les yeux vers un ciel bien sombre et couvert. Ces lourds nuages de cendres ne semblaient plus vouloir s’en aller. Les jours s’égrainaient et les températures devenaient de plus en plus froides. Si le soleil ne revenait pas, Eagon n’avait pas seulement crainte pour les récoltes, mais pour toute forme de vie. Si la Terre gelait, alors il deviendrait impossible de cultiver ou de chasser. Les Hommes finiraient par mourir de faim ou de soif. Bref … il secoua la tête pour chasser ces idées sombres et alarmistes et se concentra sur Leary. Elle parlait de famille … oui. Eagon avait-il encore une mère et un père ? Il en doutait.

« Oui … tu n’as pas toujours le choix de la personne que tu souhaites épouser. En vérité tu peux tomber amoureux de qui tu veux, mais certaines familles choisissent les unions. Il est très mal vu qu’une personne du niveau 2 s’unisse avec une personne du niveau 0 par exemple. Avant de quitter le dôme, j’étais amoureux d’une jeune fille. Elle avait des difficultés pour parler, mais elle avait quelque chose de spécial. Un truc qui m’avait attiré tout de suite. Sauf qu’elle n’était pas le genre de fille que mes parents auraient choisi. Et notre union était vouée à l’échec. Quand j’y pense, j’ai été stupide d’avoir écouté mon cœur. Je l’aurai rendu malheureuse, ou même mis en danger. »

La question de Leary était très étrange. Celle sur les enfants. La procréation était un sujet assez tabou et plutôt contrôlé au dôme. Eagon n’avait jamais songé à fonder une famille à Hélion. Pour lui c’était un crime que de donner naissance dans un tel lieu. Il s’était même demandé comme il avait fait pour ne pas sombrer dans la folie. Peut-être avait-il provoqué sa sortie vers l’extérieur en intégrant les rebelles ? Il haussa ses larges épaules et se contenta d’accentuer son sourire aux coins des lèvres.

« Produire des enfants … tu me vois ? Moi ? Machine à produire des enfants ? »

Et il se mit à rire. D’un rire franc et presque un peu trop bruyant. Barrique recula de quelques pas en voyant Eagon se fendre la poire. Le bâtisseur remonta le col de sa cape en peau de fourrure, puis sécha ses larmes de joie du revers de sa manche.

« Ha ha … ma douce Leary. Je ne veux pas produire d’enfants. Je souhaite les élever. Leur montrer qu’une vie est possible là dehors. Que l’humanité peut repartir sur d’autres bases et d’autres valeurs. Je veux les monter vers le haut, leur apprendre le goût de l’effort et des choses bien faites. Je voudrais être le meilleur père qui soit et les protéger au péril de ma vie. »

Il plongea son regard bleu azur dans celui si félin et féminin de Leary. Oh bon Dieu, qu’il avait envie de lui prendre la tête entre ses deux mains et l’embrasser fougueusement.

« Si on ne m’avait pas expulsé, qu’on m’avait assigné à mon grade d’ingénieur et qu’on m’avait uni à une femme que je n’aimerais probablement pas … jamais je n’aurai voulu d’enfants. Je n’aurai pas été assez débile et égoïste pour mettre au monde un être humain dans un tel enfer ! On m’aurait obligé à faire de lui quelque chose qu’il n’aurait probablement pas voulu être. On aurait fait de lui un zombie. Une machine. Un esclave pour le gouvernement. A Steros, je laisserai mes enfants exprimer pleinement qui ils sont, sans les juger. Ils pourront avoir la liberté d’extérioriser leur âme dans toute forme d’art. Le chant, la chasse, le dessin, la sculpture, et j’en passe … C’est grâce à eux qu’on arrivera à forger un monde meilleur. Et donc je ne produirais pas des enfants comme une vulgaire machine Leary, je mettrais au monde un nouvel espoir. »

Puis il posa ses lèvres charnues contre les siennes, l’embrassant assez longtemps pour ne plus sentir le froid lui engourdir le bout des orteils. Lorsqu’il se retira, Eagon dégagea une mèche rousse qui barrait le regard de Leary, puis lui caressa le contour de son visage.

« Mais pourquoi une telle question ? »

@Leary Meehan

_________________
let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t863-eagon-niehaus-futur-is-for-us
avatar

Personnage
Occupation : Eclaireuse
Âge : 35 ans
Localisation : Steros

Leary est rousse !

Messages : 278
Médaillons : 985

Crédits : Eiven <3
Avatar : Bridget Regan
Présence : Suffisante

Pseudo : Lili-One



Steros • Protecteur



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Sam 28 Juil 2018 - 0:50

The lovely years yet to come

S'ils n'avaient pas été en route pour ce qui était une mission de dernière chance - ou y ressemblait beaucoup - , Leary aurait pu apprécier pleinement le moment. Ils étaient dehors, tout les deux, personne à proximité immédiate. Elle ne demandait pas grand chose de plus. De quoi d'autre auraient-ils besoin ? Ils avaient Steros comme refuge, et le monde comme horizon.
Elle avait quitté son clan pour vérifier l'existence d'une rumeur. Elle état restée à Steros parce qu'elle y avait vu un espoir. Mais il y avait aussi toujours eu cette rancoeur sourde, et ce besoin de trouver un ancrage, malgré son refus de s'attacher à qui que ce soit. Une personne pouvait vous abandonner, mais une idée ? Une foi ? Cela ne relevait que d'elle. Alors elle était restée et avait donné le meilleur pour que Steros prospère. Il lui avait pourtant toujours manqué quelque chose.
Malgré la camaraderie, malgré cette communauté active, elle était restée seule, au fond. Ses relations étaient superficielles, chaleureuses, mais avec une distance de sécurité même avec Eagon. Sans jamais s'en rendre vraiment compte, il lui avait toujours manqué cette personne avec qui tout partager, à qui faire une confiance aveugle. Il lui avait fallu du temps pour réaliser qu'il était tout cela, et plus encore. En quelques mois, elle l'avait laissé prendre cette place, et plus encore.
Ca paraissait presque trop. C'était vertigineux. C'était grisant.
Dire qu'elle avait été aveugle pendant tout ce temps... Quelle connerie !

Eagon lui confirma ce qu'elle avait deviné : les gens n'étaient même pas libres de leurs relations. Pas pour tout le monde, mais tout n'était pas permis. Leary connaissait certains clans qui procédaient de la sorte. Les unions étaient très ritualisées, dans le but avoué d'engendrer les meilleurs enfants - meilleur revêtant un sens différent selon les clans, mais au final, il s'agissait d'améliorer les capacités de survie de la génération suivante. Mais en l'occurrence, Leary avait l'impression que sous le Dome, c'était surtout une affaire de convenance. Elle en eut un reniflement méprisant, mais son attention fut vite concentrée sur un autre sujet.

Il avait été amoureux ? D'une nana qui vivait à Helion ? Une... Fille... Qui vivait encore sous ce putain de Dome ?! Une sirène se mit à hurler dans sa tête, tenant des propos absolument ridicules mais qui lui donnaient l'impression d'être vrais : et si Eagon avait participé à cette expédition juste pour la revoir, elle ? Pour la retrouver ? Il en ferait quoi ?! Elle n'avait pas l'intention de partager, si c'était ce qu'il avait en tête et... OH ! Il n'allait quand même pas la rejeter une fois son ex retrouvée, non ?!
Ok, on se calme... Il n'y avait rien de rationnel dans cette idée. Elle se faisait des films. Obligé...
Elle pinça les lèvres et se concentra sur la suite.

On venait enfin au coeur du sujet.
Et son coeur manqua un battement - ce qui fit turbiner à un niveau supérieur la parano jalouse qui sommeillait en elle. Elle déglutit difficilement en le voyant partir d'un fou rire qui semblait inextinguible, suffisamment inattendu pour faire broncher Barrique - mais cet idiot avait peur de son ombre, grommela-t-elle in petto. En d'autres circonstances, elle aurait rit avec lui, d'autant qu'elle adorait le voir ainsi. Elle avait l'impression que son charme se décuplait et la faisait fondre d'autant plus.
Mais en l'instant, elle n'avait aucune envie de rire. Il ne voulait pas d'enfant. C'était nécessairement le sens de sa réaction.

" Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle... " marmonna-t-elle en baissant le nez, alors qu'elle réfléchissait à ce qu'il lui restait à faire. Il ne voulait pas d'enfant, préférait retrouver sa chose fadasse qui poussait sans lumière à l'abri de son Dome moisi, et allait la laisser seule mourir en couche. Que voila un programme réjouissant !
Elle en était à se demander si ce n'était pas le bon moment pour ramasser sa dignité et le laisser mourir de rire sur place tout seul avant qu'il n'ait l'occasion de refaire sa vie avec l'autre cruche, quand il eut le bon goût de poursuivre.

« Ha ha … ma douce Leary. Je ne veux pas produire d’enfants. Je souhaite les élever. Leur montrer qu’une vie est possible là dehors. Que l’humanité peut repartir sur d’autres bases et d’autres valeurs. Je veux les monter vers le haut, leur apprendre le goût de l’effort et des choses bien faites. Je voudrais être le meilleur père qui soit et les protéger au péril de ma vie. »

Une nouvelle fois, son coeur rata plusieurs battements, et elle en oublia même de respirer. Elle releva le nez et plongea franchement son regard dans le sien, cherchant à savoir s'il lui montait un char. Il ne réussit qu'à la bouleverser un peu plus - et les hormones se chargèrent du reste.
A mesure qu'il approfondit sa pensé, elle ne cessa de chercher à reprendre son souffle, sans y parvenir vraiment. Et elle était tellement émue par ce qu'il disait qu'elle sentait monter les larmes. C'était plus qu'elle n'imaginait, plus que ce qu'elle aurait été en droit d'espérer - et ca mettait un peu la pression aussi...
Il conclut en l'embrassant, un de ces baisers passionnés dont il avait le secret et qui lui donnait des palpitations à chaque fois. Avec l'ascenseur émotionnel qu'elle venait de subir, ce baiser en devenait étourdissant. C'en était trop, et quelques larmes lui échappèrent. Trop d'émotions en un temps trop court, et le sujet ne lui permettait aucunement de les cacher sous une bonne colère. Elle n'avait aucune raison d'être en colère : il lui donnait tout, et plus encore. Du coup, elle avait tout, et plus encore. Même dans ses rêves les plus fous, elle n'avait jamais imaginé recevoir autant.

Lorsqu'il mit fin à leur baiser - à son grand regret - elle essuya une larme qui coulait encore sur sa joue et ferma les yeux sous sa caresse. Plus que toutes les étreintes passionnées qu'ils avaient partagées, c'était ce geste empreint de douceur qu'elle préférait.
Cependant, la question, directe, sur ce qui motivait son interrogatoire la fit légèrement sursauter. Elle leva sur lui un regard de biche traquée en se demandant comment et si elle devait éluder la question. Pourtant, elle savait que ce serait une mauvaise idée. Elle avait provoqué ce moment, ces confidences, contre toute son éducation, pour pouvoir se confier à son tour et lui annoncer la nouvelle. Ce n'était pas le moment de se défiler.

Elle ouvrit la bouche une première fois, façon carpe tirée hors de l'eau, avant de la refermer en gonflant les joues. Elle regarda droit devant elle en réfléchissant. Malgré le temps qu'elle avait réussi à gagner avec ses questions, elle n'avait pas vraiment trouvé d'angle pour lui annoncer la chose. Restait donc à se lancer. On verrait bien.
" C'est aussi ce que je crois... Que... que les enfants sont l'espoir. Ils sont importants. Dans mon clan en tout cas, c'est comme ca qu'on les voit. Ils doivent apprendre à participer à la survie du clan, bien sur... Mais ils sont précieux. Leurs mères aussi, forcément... Et naturellement, y'en a plein qui sont stériles, chez nous... " Son regard resta perdu dans le vague. " Je sais que... Enfin je rale beaucoup... Mais j'aime les enfants... Ptete parce que j'ai été élevée comme ca, tu me diras... Pourtant... Malgré tout ceux avec qui j'ai pu... enfin... heu... tu vois... " Elle rougit et piqua du nez. Parler de ses ex partenaires d'ébats lui paraissait incongru, voire même déplacé. Et pourtant, c'était une part du problème. " Enfin j'ai pas vécu en hermite hein... Y'en a pas eu tant que ca ! Mais quand même... " Elle balaya l'air d'une main comme pour chasser les idées saugrenues qui pourraient venir polluer le moment. " Merde, c'est pas le sujet... " Lacha-t-elle en rejetant ses mèches rousses en arrière. Allez ma fille, faut se lancer ! Elle se remémorait toutes ces années où elle s'était crue incapable d'avoir d'enfant, et son regard se couvrit d'un voile de tristesse diffuse. Ce n'était plus vrai, mais elle regrettait le temps perdu, encore une fois. " Malgré ces occasions, je n'ai jamais... Logiquement, ca voudrait dire que je suis stérile aussi... "

Elle déglutit une nouvelle fois et laissa passer un silence. C'était le moment de se lancer. Même si les propos d'Eagon étaient de nature à la rassurer, il y avait quand même un petit pas entre la théorie et la pratique.
Elle le regarda par en-dessous en se mordillant la lèvre, guettant, craignant sa réaction, malgré tout. Et s'il la rejetait ? Contre toute logique, elle craignait encore d'être abandonnée...
" Mais nan... Je... Je suis enceinte... Eagon... "
Et pourquoi avait-elle encore envie de pleurer, hein ?! Elle eut quand même un petit sourire timide, histoire de se dire que c'était quand meme une bonne nouvelle, parce que, malgré tout ce qu'elle avait de trouille, ca la rendait extrêmement heureuse.


_________________
Suns and Stars
Your eyes are the only truth I need.
Your arms are the only strength I surrender to.
Your heart is the only home I want.
Keep holding my hand. Keep looking for the future we care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t617-steros-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon http://www.afterdawn-rp.com/t570-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Constructeur
Âge : 35 ans
Localisation : Steros



Messages : 146
Médaillons : 575

Avatar : Chris Hemsworth
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Julyah Haroys



Steros • Civil



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Sam 28 Juil 2018 - 22:02

La vie à l’extérieure n’avait pas du être facile pour Leary. Pas seulement parce que le climat se montrait hostile la plupart du temps, mais parce que les clans clamaient haut et fort leurs différents. A Reiver, Eagon avait appris un tas de choses sur les différents clans existant dans la zone extérieure à Hélion. Des clans plus ou moins hostiles, mais qui représentaient tous un réel danger pour le dôme. Des clans qui avaient leurs propres règles de survie. Or la survie dans des terres arides et hostile pouvait rendre les hommes fous et hargneux. Eagon avait eu la malchance de rencontrer l’un des groupes les plus dangereux. Des hommes armés jusqu’aux dents, capables du pire pour sauver leur espèce. Une horde qui avait terrassé et massacré les acolytes d’Eagon, sans la moindre hésitation. Il avait réussi à s’échapper, à esquiver les lames des lances tranchantes. Mais pas ses amis. Il avait entendu les cris, les appels au secours, mais Eagon avait tourné le dos à ses semblables, comme un lâche. Et pourquoi ? Pour sa survie.

Alors au fond de lui, il n’était pas vraiment certain d’être l’homme idéal pour fonder une famille. Il en avait vraiment envie. Il croyait en ses paroles, car il espérait vraiment changer le monde. Et l’espoir se transmettrait de génération en génération. Les enfants du futur pourront peut-être réparer les erreurs des ancêtres ? Façonner un nouveau mode de vie plus à l’écoute de la nature et plus respectueux des hommes les uns envers les autres ? C’était une belle utopie, mais Eagon était de ceux qui croyaient au changement. A la possibilité optimiste d’un monde meilleur.

Mais lui … en ferait-il parti ? Il avait abandonné Rhaelyn, sa famille, ses amis. Il avait quitté un champ de bataille au cœur de l’action par peur de mourir. Il avait fuis ses responsabilités envers Saoryne et avait fuit l’amour durant toutes ces années de peur d’être blessé ou de blesser quelqu’un. Alors était-il vraiment quelqu’un de fiable ? Il en doutait. C’est pour ça que lorsque Leary lui avoua être enceinte, il n’explosa pas de joie. Eagon resta interloqué pendant quelques instants. Des instants probablement très longs pour Leary. Une minute peut-être ? Mais certainement interminable. Il fallait qu’il réagisse et rapidement.

Le film de sa vie se retraçait devant ses yeux. Un enfant ? C’était une belle erreur. Combien de temps allait-il vivre en dehors d’Hélion ? Allait-il naitre normal ou mal formé ? Combien de temps Leary et Eagon vivraient-ils encore ? Verraient-ils leur enfant grandir ? Est-ce que Steros serait assez sûr pour protéger cette nouvelle famille ? Toutes ces questions se percutaient dans sa tête. Arriverait-il à tenir sa promesse qu’il s’était faite ? Le jour où il serait père, il protègerait ses enfants au péril de sa vie … mais y arriverait-il ?

Sauf qu’il ne servait à rien de se poser toutes ces questions. Leary était enceinte, point barre. Il devait l’accepter et accueillir cette nouvelle à bras ouverts. Il devait être heureux que son vœu le plus cher soit exaucé avec la femme la plus merveilleuse au monde. Alors il posa une main sur l’épaule de Leary et un large sourire s’étira sur ses lèvres rongées par le froid.

« C’est merveilleux Leary … c’est … le plus beau cadeau du monde que la nature nous a faite. »

Il était sincère dans ses paroles. Après tout avoir un enfant était une chose plutôt difficile à concevoir. Mais tout n’était pas gagné. Il fallait que l’enfant arrive au monde, que l’accouchement se passe bien, que le bébé ne meurt pas de faim, ne tombe pas malade, etc … bref, une toute autre problématique qui arriverait en temps voulu. Eagon serra Leary dans ses bras, inspirant profondément le parfum de ses cheveux flamboyants. Quand il se retira, son regard se porta automatiquement vers le lointain.

« C’est étrange … je ne pensais pas qu’un jour toi et moi nous fondrions une famille. Mais je te promets d’essayer d’être le père et le mari le plus exemplaire qu’il soit. Steros est un endroit bien. Et nous ferons tout pour que cet endroit soit propice à élever au mieux cet enfant. »

Il posa sa main gantée sur le ventre de Leary. A travers sa couche de vêtement il aurait juré avoir senti la chaleur de l’embryon. Bien sûr, ce n’était qu’une impression démesurée suite à l’émotion qu’il éprouvait. Mais maintenant qu’il était au courant, une pensée vint assombrir son visage. Ils étaient en mission pour piller Hélion. Une mission dangereuse à laquelle Eagon avait longuement réfléchi avant de s’engager. Depuis quand Leary savait qu’elle était enceinte ? Pourquoi avait-elle attendu ce moment pour lui annoncer ?

« Mais … attend un instant. »

Le bâtisseur fronça les sourcils et se releva prestement. Il croisa les bras et regarda Leary avec un jugement presque trop sincère. Il l’aimait, mais il ne comprenait pas le risque qu’elle prenait. Surtout enceinte. Un enfant était une chose précieuse et en s’embarquant dans cette aventure elle risquait sa vie et celle du bébé.

« Depuis quand sais-tu que tu es enceinte ? J’espère que tu te rends compte à quel point cette mission est dangereuse ? Leary … Ne me dis pas que tu as attendu tout ce temps pour me l’avouer maintenant de peur que je t’interdise de venir avec nous ? C’est absurde … complètement incensé et irresponsable ! »

Voyant la tête qu’elle tirait, il comprenait qu’elle n’appréciait pas ses remarques. Bon ça ne changeait rien à la situation. Elle n’appréciait jamais qu’on la critique, même venant de son être aimé. Mais Eagon s’en fichait. Il fallait bien que quelqu’un lui dise que son comportement était irrationnel.

« Tu mets ta vie en danger … et celle du bébé. Cette mission … je ne voulais pas y participer à la base. J’ai essayé de trouver d’autres alternatives avec Hécate, mais y’avait rien à faire. J’ai accepté de m’embarquer dans cette expédition suicide pour sauver Steros. Car c’est mon devoir, notre devoir en tant que citoyen … mais Leary … tu es enceinte. Tu devrais être à Steros, en sécurité. Pas ici … pas sur un terrain qui t’est inconnu, avec une technologie qui te dépasse sûrement. »

L’homme aux cheveux blonds passa une main sur son visage et laissa échapper un long soupire. Il s’attendait déjà à des représailles de la part de la jeune rousse. Mais il n’était pas prêt à écouter ses explications. Pour lui, Leary avait commis une erreur en venant le rejoindre. Elle aurait mieux fait de rester en sécurité à Steros. Alors qu’elle s’apprêtait à se justifier, Eagon leva sa main en avant dans sa direction en la stoppant net.

« Non. Ne dis rien. Le mal est fait. Maintenant tu es là et demain nous rentrerons dans le dôme. Je veillerai sur toi, mais j’aurai préféré que tu m’en parles avant … je … j’ai besoin que tu me laisses un instant … seul. »

Et il s’éloigna, sa cape de fourrure claquant lourdement dans une bourrasque de vent glacial. Eagon regagna le camp de fortune, laissant Leary en compagnie de Barrique.

@Leary Meehan

_________________
let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t863-eagon-niehaus-futur-is-for-us
avatar

Personnage
Occupation : Eclaireuse
Âge : 35 ans
Localisation : Steros

Leary est rousse !

Messages : 278
Médaillons : 985

Crédits : Eiven <3
Avatar : Bridget Regan
Présence : Suffisante

Pseudo : Lili-One



Steros • Protecteur



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Lun 6 Aoû 2018 - 0:07

The lovely years yet to come

Avec ce qu'il venait de dire, elle s'était attendu à... Autre chose que ce silence, c'était certain. Un silence pesant, qui lui donnait l'impression qu'Eagon évaluait les mérites comparés de la négociation diplomatique et de la fuite courageuse. Et à mesure que les secondes passaient dans ce silence oppressant, l'expression de Leary se décomposa progressivement pour atteindre le stade "cocker battu". Encore un peu, et elle se mettrait à pleurer - les hormones, vous comprenez...
Mais non. Il sourit. Il la prit dans ses bras. Il acceptait la nouvelle comme un cadeau.
Le nez fourré dans le cou de son bâtisseur, elle prit une longue inspiration comme on reprend l'air après une longue plongée.
C'était fait. Elle lui avait dit, il n'était pas parti, ne l'avait pas rejetée et était heureux de la nouvelle. En d'autre temps, elle aurait pensé "hallelujah", mais en cette période où les dieux avaient abandonné la partie depuis longtemps, elle se contenta de le remercier secrètement.

Elle garda la tête sur l'épaule d'Eagon alors qu'il reprit la parole. Sa promesse la fit sourire, un sourire serein.
" Je te fais confiance. Je sais que tu feras ce qu'il faut. J't'ai jamais vu faire autrement. " Vraiment, aucune raison de s'inquiéter. Enfin si, évidemment. Les craintes d'Eagon, Leary les partageaient, quelque part au plus profond d'elle. Mais elle avait grandit avec ces peurs, ces risques. Ils faisaient partie d'elle, et elle avait appris à vivre avec. Un certain fatalisme, sans doute, mais qui permettait à ceux qui vivaient hors du dome de continuer. La grossesse se passerait bien, ou pas. Ils vivraient longtemps, ou pas. Ils n'avaient pas la maitrise de ces éléments. Pourquoi s'en inquiéter ?
Et puis il passa une main sur son ventre. Un geste dont elle n'avait pas encore l'habitude, mais qui lui parut officialiser la venue de ce petit être qui serait une part d'eux. Elle posa une main sur celle de son compagnon et ferma les yeux. Elle avait réussi à museler ses nausées et baignait dans une félicité toute neuve. Elle en ferait bien son ordinaire. Tout allait bien se passer.

Ou pas.

Il se releva et lui débita un monceaux de propos qui lui parurent sans queue ni tête. Elle avait l'impression d'avoir tué quelqu'un pour le moins. Genre une femme, son gosse, et leurs trois chiots. Et pire que tout, il ne lui laissait pas le temps d'en placer une. Elle tenta de lui expliquer, mais elle ne put qu'enchainer les " Je... Mais je... S'il te... Tu... Att... " avec un ton de plus en plus agacé. La moutarde lui montait au nez, mais avant qu'elle ait pu dire quoi que ce soit, il l'avait plantée là, sur sa fourrure, la bouche ouverte et le sentiment d'être une gamine prise en faute.
Il lui fallut un temps pour réagir avant de lâcher un retentissant " WHAT THE FUCK DID JUST HAPPEN ?!! * " auquel ne répondit qu'un vol d'oiseaux, surpris par le bruit soudain de son exclamation.
Fine énervée, elle siffla Barrique, assez impérieuse pour que son camarade de patrouille se rapprochat sans rechigner - et il semblait en être le premier surpris.
" Quel con ! Il croit quoi ?! Tu crois sérieusement que j'aurais pu rien dire JUSTE pour venir faire la perruche sur cette mission de TARé ?! " Le dernier mot ponctua si vigoureusement sa phrase que Barrique fit un écart. " ON EST D'ACCORD ! Attend que je le choppe, il va le sentir passer SEVERE ! Il croit quoi ?! Qu'il est le seul avoir des principes ?! Et puis... Et puis... LE MAL EST FAIT ?! Je lui en foutrais, du mal ! "
Furieuse, elle grimpa sur Barrique, à cru - qu'on s'avise de lui faire une remarque ! - qui eut le bon goût de se tenir coit. Ils revinrent assez rapidement au camp.
Dans un premier temps trop furieuse pour quoi que ce soit, elle préféra rester bouder dans son coin. Elle rejoignit Slown et les autres au coin du feu et ignora Eagon royalement. De toute façon, il suffisait de croiser son regard pour savoir qu'il n'était pas dans les meilleures dispositions non plus. Une discussion dans leurs états d'esprit respectifs n'aurait pas été constructif - quoique le constructif n'était pas l'intention première de Leary.

La nuit était venue, puis le matin. Leary était toujours renfrognée et avait furieusement envie d'une bonne explication avec Eagon. Elle n'acceptait pas qu'il puisse la penser aussi irresponsable. Elle voulait lui expliquer. Et, chose nouvelle, posément. Elle pouvait le faire. Peut être pas sans injure, mais sans hurler. Elle pouvait.

Ils étaient en train de plier bagages quand elle capta la présence d'Eagon. Il était en grande discussion avec Joras Flaun. Joras était un des membres des protecteurs. Pas celui avec lequel elle faisait le plus équipe, mais Leary l'appréciait. Joras regarda franchement dans sa direction, Eagon plus discrètement, mais elle essaya de ne pas le foudroyer du regard. Juste lui faire comprendre qu'elle aimerait bien parler. Tranquillement. Sisi, c'est possible...
Mais plutôt que de venir vers elle, il tourna les talons et planta là un Joras à l'air dépité. Après une hésitation, Leary n'y tint plus. Elle posa en vrac ce qu'elle portait et rejoignit Joras d'un pas décidé. Sans lui laisser le temps de se dérober, elle attaqua :
" Salut ! Ca va ? " Puissante entrée en matière. Mais rien que ca, Joras lui donnait l'impression d'avoir été aggressé.
" Salut Lea... On fait aller... Et toi ? " Hasarda-t-il.
" Ouais ouais... Dis, tu as vu Eagon ? "
" Hem heu oui... Enfin tu nous a vus... Il est parti par là... "
" Hmmm... Il t'a dit quoi ? " Le regard de Joras prit clairement l'expression de la biche traquée.
" Ecoute... Lea... Tu devrais voir avec lui... "
" Joras... J'irai... Quand je saurai exactement de quoi il retourne... Et j'ai besoin de toi pour ca... " Elle lui offrit son sourire le plus charmeur.
" Lea... Je veux pas être plus mêlé à vos histoires que ca ne l'est déjà... " Leary fronca les sourcils.
" Plus que ca ne l'est déjà ? En quoi t'es mêlés à nos histoires ? Quelles histoires ? JORAS ! Parle ! Sinon la prochaine fois, je te laisse croupir dans le putain de fossé où tu seras tombé ! " Rappelle d'une sortie commune où une mauvaise évaluation du terrain avait conduit Joras dans un fossé boueux où il s'était embourbé.
" Merde, Leary, c'est pas loyal... "
" Qui est-ce qui va plus probablement te sauver le cul ? " Le regard de Leary disait à Joras qu'il avait intérêt à répondre correctement à la question. Le protecteur ferma les yeux dans un soupir.
" C'est juste... Il m'a dit... Pour toi... Félicitations... Et il m'a demandé de te ramener au camp... "
" Au camp ? Quel camp ? " Répondit Leary, occultant temporairement le fait qu'Eagon ait parlé de sa grossesse à quelqu'un sans lui en parler.
" Je lui ai dit que c'était pas une super idée, on a tout les deux des raisons sérieuses d'être là, mais... Tu devrais l'écouter, Lea... C'est pas non plus une super idée de rester... "
" QUEL CAMP ?! " Elle se doutait de la réponse, mais voulait l'entendre haut et clair. Pour mieux exploser ensuite.
" Steros... " Capitula Joras.
" Bordel de... " La colonne se remettait en marche. Le moment de régler les comptes n'était pas venu. Elle se dépêcha de ramasser ce qu'elle portait et de le fourrer en vrac sur leur chariot, avant d'attraper la bride de Barrique. Elle chargea ses affaires au petit bonheur et enfourcha sa monture rapidement. Elle avait pris du retard avec ces conneries.
Elle lança Barrique dans un petit galop confortable et chercha Eagon des yeux. Elle le repéra facilement - comment pouvait-il en être autrement ? - mais musela sa bouffée d'affection au même endroit que ses nausées matinales et se concentra sur le fait qu'elle était fâchée.
Et pour faire bonne mesure, elle passa une jambe par dessus l'encolure de Barrique pas encore arrêté et marcha sur Eagon d'un pas décidé avant de le pousser, les deux mains sur la poitrine, l'air furieux.
" De QUEL DROIT tu demandes à quelqu'un de ME raccompagner où que ce soit ?! DEPUIS QUAND t'es en charge de ma vie ?! CE GENRE DE CONNERIE, C'EST PAS TOI QUI DECIDE, ENFOIRE ! " Rien à faire des regards braqués sur eux. Elle ne voyait que lui, hésitant entre le frapper et recourir à un genre de sanction plus animal. Mais elle se retint. Il lui devait des explications d'abord, avant qu'elle ne lui fournisse les siennes.



Joras = slateblue

*désolée, j'arrive pas à bien le tourner en francais !

_________________
Suns and Stars
Your eyes are the only truth I need.
Your arms are the only strength I surrender to.
Your heart is the only home I want.
Keep holding my hand. Keep looking for the future we care.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t617-steros-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon http://www.afterdawn-rp.com/t570-leary-meehan-keep-a-weather-eye-on-the-horizon-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Constructeur
Âge : 35 ans
Localisation : Steros



Messages : 146
Médaillons : 575

Avatar : Chris Hemsworth
Présence : 6/7

Pseudo : Jekka
Multi-comptes : Julyah Haroys



Steros • Civil



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   Jeu 9 Aoû 2018 - 22:16

Il aurait pu faire abstraction du fait qu’elle soit enceinte, mais maintenant qu’il savait, Eagon ne pouvait pas laisser ses sentiments de côtés. Pas dans cette situation. Se rendait-elle compte du danger vers lequel elle allait ? Bien sûr, il avait peur de la perdre, mais il savait aussi qu’une telle mission n’était pas faite pour une femme enceinte. Elle risquait gros. Un malaise pouvait vite arriver … et si lors d’un combat elle venait à perdre leur enfant ? Eagon était heureux d’apprendre qu’il allait devenir père d’une union avec Leary. Mais cette joie ne pouvait s’exprimer lorsqu’il savait que sa bien aimée se dirigeait droit dans la gueule du loup.

Leary ne connaissait pas le terrain. Il aurait été bien moins inquiet d’attaquer un clan aux alentours de Steros. Mais là il s’agissait d’infiltrer Hélion. Elle ne mesurait absolument la menace qui s’y trouvait. Mais ce qui énervait encore plus le bâtisseur, c’était l’entêtement de Leary. Sa volonté à aller au bout des choses, à se croire invincible. Peut-être avait-elle l’impression d’être utile en les accompagnant. Mais elle avait l’opportunité d’être en sécurité à Steros et Eagon aurait préféré la savoir confortablement installée sur une chaise au coin du feu, plutôt qu’éviter des salves de balles lancées par une milice enragée.

Alors non, il ne pouvait pas lui parler. Il lui faudrait un certain temps avant d’avaler la pilule. Il avait comme cette impression que Leary avait attendu le bon moment pour lui annoncer la nouvelle. Faire machine arrière n’était plus possible et elle le savait très bien. Pourtant, Eagon n’avait pas pu s’empêcher de songer qu’un retour à Steros lui était salutaire. Elle n’avait pas à combattre ou à risquer sa vie pour … de la nourriture. C’était complètement absurde et insensé. Peut-être qu’il avait trop vite réagit, qu’il aurait du aborder ce point en douceur. Mais avec Leary, il n’aimait pas passer par quatre chemins. Elle non plus d’ailleurs.

Il évita son regard pendant le restant de la journée, s’afférant à des activités plus ou moins utiles dans le camp. La nuit tombée il n’alla pas rejoindre sa couche et préféra la compagnie du feu de camp, montant ainsi la garde comme un vaillant soldat.

Le lendemain, la troupe remballait ses affaires pour reprendre la route vers Hélion. La tension était palpable et une peur grandissante naissait dans l’esprit des moins téméraires. Le dôme avait pour réputation d’être un endroit maléfique, habité par des démons et des esprits pervertis. La plupart des survivants qui venaient de là-bas n’exprimaient aucune joie ou excitation à l’idée de revoir les parois lisse de la cité. Eagon lui même exprimait une certaine amertume. Qu’allait-il y découvrir ? Ou revoir ?

L’idée de recroiser le regard rempli de déception de ses parents le meurtrissait d’avance. Et Rhaelyn … il n’avait jamais pu effacer de sa mémoire les bons souvenirs partagés. A cette pensée, il agrippa automatiquement son pendentif au creux de sa main et laissa échapper un soupire lourd. Puis doucement, son attention se focalisa sur Leary. Il ne pouvait pas s’imaginer un seul instant sans elle. Savoir qu’il pourrait la perdre dans cette bataille, qu’il n’avait pas mis tous les moyens pour qu’elle retourne à Steros, il ne pourrait jamais se le pardonner. Alors il demanda à Joras de la raccompagner. Son ami n’était pas vraiment enclin à la proposition. D’une part parce qu’il voulait contribuer à l’attaque contre le dôme et d’une autre part parce qu’il appréhendait beaucoup la réaction de Leary. Elle était connue pour ses sautes d’humeurs et son tempérament un tantinet furibond. Mais Eagon se montra assez persuasif pour que Joras accepte la requête.

Sauf que bien entendu, Leary ne se laissa pas dicter par les recommandations de Joras. Il ne fallut pas bien longtemps pour qu’elle remonte la file et tombe nez à nez avec Eagon. Son visage exprimait une colère bien singulière. Une colère qu’il avait connue au début de leur relation. Elle le poussa sans ménagement hors de la file, gueulant sa rancœur comme une furie. Slown et Zorhan les toisaient d’un regard interrogateur et presque amusé. Eagon, lui, ne l’était pas. Il considérait Leary d’un air furieux et sévère. Elle avait toujours le don d’employer des mots raffinés et blessants. Il recula de quelques pas dans la poussière glacée, avant de défroisser son épais manteau.

« Je ne dirige pas te vie Leary. J’essaie simplement de te mettre en lieu sûr ! Tu n’es pas invisible … tu es enceinte et foncer droit dans la gueule du loup comme on va le faire, ce n’est pas pragmatique. Tu ne connais pas Hélion, tu ne connais pas les gens qui habitent le dôme. Tu ne connais pas leur milice … tu n’es pas préparée à ça et je ne veux pas que tu prennes un tel risque. Pourquoi ? Pourquoi risquerais-tu ta vie et celle de notre futur enfant ? Pour quelques boites de conserves ? Tu n’as pas besoin de faire tes preuves … on sait que tu es forte, que tu es une fervente protectrice de Steros. »

Il prit le risque de se rapprocher d’elle. Il savait qu’elle était trop têtue pour entendre raison. Mais Eagon voulait tenter le tout pour le tout. Si elle se blessait au combat, il n’était pas certain de pouvoir lui pardonner. Alors que si elle tournait les talons maintenant, il n’était pas trop tard. Elle pouvait mettre à l’abri leur espoir, leur futur commun.

« Tu n’as pas la moindre idée de ce qui t’attend là bas. D’ailleurs la plupart des gens ici ne le savent pas. Mais c’est dangereux OK ? Tu comprends ça ? Ecoute … si j’avais su que tu étais enceinte. Si tu me l’avais dit avant que l’on parte, j’aurai refusé cette mission. Je n’aurai pas tergiversé une seule seconde. Mais là tu peux encore changer d’avis et faire demi-tour. Te préserver et te mettre à l’abri. Je connais le dôme et je sais ce qui m’y attend. Je connais les risques que je prends et ceux-ci sont bien minimes par rapport aux tiens. Tu ne peux pas agir en écoutant ton égo, tu ne peux pas croire que tout se passera bien parce que tu as vécu à l’extérieur et survécu aux vicissitudes d’un climat chaotique. Le dôme est un univers tout aussi cruel que tu ne maitrises pas. »

Enfin il posa ses mains sur ses épaules et plongea ses yeux bleus clairs dans les siens.

« Nous allons perdre des hommes dans ce combat, car il ne faut pas croire qu’on rentrera dans cette forteresse en catimini. Nous allons en perdre … et je ne veux pas que ça soit toi. » dit-il sur un ton calme pour essayer d’apaiser la colère de Leary.

Peut-être qu'elle se fichait de ces belles paroles, mais au moins il aurait essayé.

@Leary Meehan

_________________
let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife. -byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t863-eagon-niehaus-futur-is-for-us

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: [18/03/2481] Our wildest hopes   

Revenir en haut Aller en bas
 
[18/03/2481] Our wildest hopes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Les environs-
 
Sauter vers: