AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Steros !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Le 22/06 à 21h soirée CB ! !
Personnages

37 joueurs
57 personnages
26 Hommes
31 Femmes
Helion 16 hab.
Reiver 13 hab.
Steros 14 hab.
Extérieur 12 hab.

Partagez | 
 

 (pv Riviera) Une soirée chez Jërikk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 28
Médaillons : 125
Crédits : Inconnu
Avatar : Diana Agron
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Multi-comptes : Krymov et Corvo


Personnage
Occupation : Matriarche du clan Mantis
Âge : 31
Localisation : Extérieur
Nat • Chef de clan, évolué



 Sujet: (pv Riviera) Une soirée chez Jërikk   Ven 15 Déc 2017 - 15:56

Lessivée. J’étais lessivée. J’avais passé ma journée à bailler aux corneilles, autant vous dire que quand on est en activité permanente et qu’on en branle pas une pendant vingt quatre plombes, d’une, on s’emmerde sec, de deux, on finit sur les rotules. Fallait faire cracher les pistons, pour pas avoir la caboche comme un tambour.  Et pour ça, le meilleur coin, c’était chez Jërikk, ce vieux forban avait toujours d’quoi vous r’mettre dans votre assiette, même si y fallait la gerber d’abord. Du spiritueux à la poussière de fée pour les narines, y avait pas une saloperie illégale ici qui lui échappait. Ca valait son pesant de cacahuètes,  mais « quand on aime, on compte pas », hein ? Putain,j’devais vraiment être carpette pour balancer d’la locution 100 % greluche à  maquereau…

L’problème, c’est qu’y fallait l’trouver, le zigue. Autant, j’avais la gueule de la gonzesse à fréquenter un type comme lui, autant quand on connaît pas trop d’monde, demander son ch’min aux bouseux du coin, c’était la croix et la bannière. Oh, j’dis pas qu’ils soient plus cons qu’les pécores d’ailleurs, c’était pas la question, mais quand ta calebasse leur revient pas, pas moyen d’avoir des infos. Et même si la milice passait pas masse dans c’trou à pouilleux, c’était pas la peine de penser leur secouer les tétards d’la caboche, la plupart avait l’ciboulot comme si il était passé au presse-purée, pis si jamais y avait un tabanard de la matraque qui v’nait jouer les virtuoses du gourdin, on avait tôt fait d’se faire buster et d’finir en cabane. Mais pas Jërikk. Lui, c’était l’fantôme. Soixante cinq piges qu’il avait, p’t’être 40 piges qu’il la portait, sa rustine derrière le crâne, histoire de caler une de ses puces braconnées en d’sous en faisant mine d’avoir pris un schtar pour changer d’identité à volonté.

Ah ça, le Jërikk, c’était un vrai renard ! Avec sa tronche de cake, ses grands yeux bleus qu’avaient du faire tremper les d’sous d’un paquet d’gazelles sentimenteuses, sa p’tite barbe blanche, toute propre, et son accoutrement d’ces pignoufs aux tifs laqués avec leurs frusques de carnaval des étages au d’sus, y avait pas à dire, c’était un cador. Y glissait entre les mains d’la milice avec une facilité qu’en f’rait pâlir d’envie n’importe qui, ici. Et j’dois dire que pour le coup, j’étais jalouse, et d’un mec en plus ! Condamnée à rester dans c’foutu sous-sol où ça schlinguait la fange, la maladie et l’cadavre en dev’nir….Fallait que j’me désaltère. J’ai passé une putain d’heure à trouver la cave où il s’était calé c’jour là, mais j’ai fini par m’asseoir sur un cageot avec une bouteille de jus d’dagguier distillé quatre-cinq fois, et un paquet d’clope. Y faisait raquer sec ce con, et c’était pas en lui f’sant les yeux doux qu’on avait des ristournes, j’peux vous l’garantir. J’me suis assise à une table où ça jouait aux cartes, et j’ai aligné les médaillons.

- Mise minimale, les gars?
- 70, ma jolie...si tu les as.
- Vous plaignez pas si vous finissez à loilpé, les gars. Et appelle-moi encore une fois « ma jolie », j’te fais bouffer ton usine à foutre.
- Relax, c’était pas méchant.
- Moi non plus. C’est juste une question d’principes. Fais pas ton macho et distribue. qu’j’ai craché en m’enfilant une rasade de spiritueux avant d’m’allumer une fumette.

Jouer avec des porte-chibres, c’était pas vraiment dans mes habitudes, mais j’le savais : valait mieux pas faire de grabuge si on voulait sortir pépouze. Et j’avais pas l’choix : m’fallait r’sortir en vitesse. Mais en attendant l’retour direction les bois, fallait passer le temps. Picoler. Fumer. Jouer aux cartes en espérant pas finir à sec.


- Relance à 100.
- T’y vas pas doucement, toi!
- Tu suis ou tu t’dégonfles?
- J’me couche.
- Pareil.
- Pareil.
- Double paire, 2 et rois. Envoyez l’pèze.
- Va pour un tour suivant. T’as la grosse blend, 90...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 2391
Médaillons : 10698
Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Pseudo : Sammix
Présence : 3-4/7
Multi-comptes : Naveen


Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion
Helion • Élite, évolué



 Sujet: Re: (pv Riviera) Une soirée chez Jërikk   Mar 19 Déc 2017 - 17:34

UNE SOIRÉE CHEZ JËRIKK


J'avais dégainer l'argument imparable pour avoir l'excuse de porter des lunettes de soleil cachant mes yeux. C'est vrai, il n'y a pas vraiment de soleil ici, mais vous savez parfois, il suffit d'un rayon laser mal placé, ou mal réglé et vos yeux pleuraient un peu trop. Non, c'était une excuse, mais au moins, j'allais pouvoir bluffer tout le monde là où je voulais me rendre, c'est à dire au niveau -1 dans un de ces bars clandestins qu'on ne trouve nul par ailleurs qu'ici. Bon d'accord, l'odeur n'était pas très bonne parfois, souvent, cela dépendait de l'endroit où je devais me rendre, c'était un fait non négligeable, mais en rentrant, il suffira d'une bonne douche et d'un bon lavage pour que ces traces là partent dans les confins de la terre. Alors, hop hop, je m'habillais de façon passe partout, on n'aurait pas dit que j'étais archiviste, ni que je venais du haut du panier, mais juste que je venais du niveau 0, à la rigueur peut être du 1, mais pas plus alors que pourtant, je bosse au 3. Oui, je sais, dis comme ça, ça en jette plus que je ne le voudrais mais on s'en fiche. Là, je ne suis qu'une petite joueuse de poker, un jeu de cartes très populaire à une époque, un peu moins maintenant. Il faut dire que pour les gens de la haute société, il n'y a plus grand chose d'intéressant alors que chaque jour je découvre des trucs dans les archives, souvent par hasard d'ailleurs. Mais c'est pour ça que je ne regrette pas une seule seconde mon métier. Alors, après avoir déambulé quelques instants dans le niveau -1, j'arrive à destination. Je ne peux pas dire que je suis une habituée, mais je viens quand même souvent. A la table de jeu, il y a une jeune femme que je ne connais pas qui vient de s'installer alors que je venais juste d'arriver. C'est une belle blonde, une grognasse sans doute, que les gars vont laisser gagner pendant une ou deux donnes avant de reprendre la main. Je connais leur numéro, et si je ne suis pas encore assise c'est que j'observe dans mon coin. Puis, je prends place, tranquillement, mes lunettes vissées sur mon nez. Je regarde combien ils ont mis de médaillons sur la table. Et je dépose la somme. Je ne dis rien, je dévisage juste l'autre blonde derrière mes lunettes, histoire de la jauger un peu.

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(pv Riviera) Une soirée chez Jërikk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: Hors Jeu :: Animations :: Boîte à chimères-
 
Sauter vers: