AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP
Flash info

Intrigue Mise à jour du chapitre en cours juste ici !
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
44 joueurs ◈ 62 personnages
31 Hommes ◈ 31 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 16 hab.
Extérieur 13 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 161
Médaillons : 763
Crédits : d.m (L)
Avatar : Goo hara
Pseudo : aucun
Présence : regulière


Personnage
Occupation : Informatrice/Livreuse
Âge : 28
Localisation : Helion
Helion • Civil



 Sujet: Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)   Mer 3 Jan 2018 - 14:09



Yuzi avait mal au crâne. La matinée avait pourtant bien commencé dans une bonne humeur nettement moins partagée par Kira, surtout lorsque Yuzi était revenue tout sourire en lui annonçant que Maël Keenan était, somme toute, un homme charmant. Elle s'était amusée à voir son air renfrogné et accusateur tandis qu'elle portait sa coupe à ses lèvres.
"Tu lui as parlé de quoi?" lui avait demandé Kira d'un ton trop dégagé pour être véritable . Très joyeuse, Yuzi lui avait alors répondu : "Je lui ai surtout parlé de toi !". Oh bon sang, que n'avait-elle pas dit, que n'avait-elle pas fait ! Voilà que la demoiselle courroucée était partie dans des feulements incroyables : eh pourquoi, et de quel droit, et je m'en fiche éperdument de monsieur Keenan, moi ! Voilà d'où était parti son mal de tête... Et puis, et puis hélas, car on ne saurait croire qu'il n'y avait pas autre chose par la suite, Yuzi s'était rendue à ses appartements car son travail devait reprendre dans l'après midi. Ses livraisons avaient mystérieusement été écourtées d'une petite heure pour laisser place à un message clignotant sur son Intranet, de celui qu'elle ne reconnaissait que trop. Une mission, encore une. Mâchonnant son stylo après avoir pris des notes, elle avait continué à lire les lignes deux, trois fois de suite histoire de s'assurer qu'elle ne faisait aucune erreur. Elle devait se rendre au dispensaire pour chercher des papiers, des preuves tangibles, d'un des membres du corps soignant suspecté de taper dans les étagères pour refourguer certains objets ailleurs. C'était une accusation plutôt grave... si bien que Yuzi s'imaginait que la date de cette mission n'était pas tombée pile poil par coïncidence avec celle de cette journée commémorative. Avec autant de gens agglutinés dans la place, il lui serait nettement plus facile de fureter sans problème. Elle déplorait cependant de ne pas avoir été avertie à l'avance. Les missions flash infos, elle n'était pas une grande fan...  Elle se disait aussi que c'eut été, sans doute, la raison pour laquelle son mal de crâne s'était intensifié.

Alors elle avait attrapé son colis vide, dans lequel elle avait fourré des pansements de sa propre pharmacie et quelques flacons qui ne soignaient pas mais parfumaient -elle ne possédait rien de très pratique pour soigner dans sa pharmacie de fortune. Puis elle s'était rendue jusqu'au dispensaire, munie de sa fidèle "crocheteuse" comme elle l'aimait à l'appeler, à savoir une simple lame capable, avec un peu de chance, de s’immiscer dans une serrure pour la faire céder, et son fidèle colis en guise d'alibis -je suis livreuse, je viens juste livrer ! Elle se sentait éreintée, passablement excédée de ne pas pouvoir s'organiser au mieux et son mal de crâne allant en s'empirant, elle risquait fort bien de voler à son tour dans le dispensaire !
Comme elle l'avait présumé, il n'y avait pas grand monde. Personne, surtout, dans le bureau qu'elle avait innocemment ouvert- par effraction, soit.

Maintenant elle s'y trouvait plus ou moins silencieuse, assise au secrétaire comme si c'était le sien, seule, taciturne mais pressée ; ouvrant les tiroirs, prenant une loupe qu'elle avait dénichée en lisant les petites lignes en bas de pages capables d'être les preuves manifestes d'ordonnances frauduleuses. Son travail était de trouver mais pas d'emporter avec elle. Yuzi se disait qu'elle embarquerait bien la loupe, quand même, qui était plutôt jolie et se demandait aussi si transporter une lampe jusqu'à son appartement semblerait suspect. Après tout, elle avait le temps... la plupart des gens étaient toujours occupés à commémorer... non ?


_________________


Et mon coeur s’effraya d’envier maint pauvre homme
Courant avec ferveur à l’abîme béant,
Et qui, soûl de son sang, préférerait en somme
La douleur à la mort et l’enfer au néant
baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t481-yuzi-seung-kleptomane-riche-voleur#4193
avatar

Messages : 141
Médaillons : 834
Crédits : moi
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Amuk Rahir


Personnage
Occupation : bras droit du commandant
Âge : 36
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)   Mer 3 Jan 2018 - 21:40

Mais diable, qui êtes vous ?

Marko ne regrettait pas d'être venu à cette commémoration. Se rendre compte que le dôme était entre les mains d'un conseiller aussi dévoué que lui aux intérêts d'Helion était on ne peut plus rassurant. Bien entendu, Marko ne se berçait pas d'illusion sur l'homme malgré tout, il restait en politicien et avait sans doute plus d'un tour dans son sac, ainsi qu'une bonne doublure sur sa veste, au cas où il souhaitait la retourner. Malheureusement, seul le temps donnerait raison ou tord au directeur de l'avant-poste et en attendant il ne pouvait que jouer le jeu et se tenir prêt à toute éventualité.

L'entrevue n'avait pas duré énormément de temps, mais chacun des deux partis semblaient en être sorti satisfait. Marko avait alors continué de serrer quelques mains, échangé quelques mots avec les officiels locaux, puis avait laissé un temps libre à ses miliciens le temps qu'il aille retrouver ses parents dans un endroit convenu à l'avance par l'intranet du dôme. Il chargea néanmoins l'un de ses miliciens d'ouvrir l’œil et de profiter de sa venue pour récolter toutes les informations qu'il pourrait récupérer auprès des habitants du dôme, avec la méthode de son choix tant qu'il se conformait aux lois d'Helion.

Ses retrouvailles avec ses parents furent chaleureuses et particulièrement bienvenues. Il retrouvait dans leurs yeux et leurs paroles toutes les choses qu'il souhaitait entendre à l'avant-poste, mais qu'il ne se ferait jamais dire, ce qui était sans doute pour le mieux en y réfléchissant bien. Après tout, il ne savait pas comment il réagirait si un de ses subalternes venait lui dire à quel point il faisait du bon boulot et qu'il était fier de lui. Néanmoins, un peu de reconnaissance ne faisait pas de mal, de temps en temps. La sévérité et la paranoïa dans laquelle il s'enfermait ne lui permettait de s'ouvrir à beaucoup de gens. Beaucoup craignaient de le croiser au mauvais moment et être convoqué dans son bureau était rarement une expérience plaisante, mais ça n'était pas une raison pour être aveugle à tout le travail qu'il fournissait pour maintenir l'avant-poste à flot et améliorer au maximum la vie et le confort de ses miliciens.

Marko resta finalement avec eux autant de temps qu'il osa se le permettre, affichant un visage si différent de tout ce que les autres avaient pu voir, qu'ils ne l'auraient sans doute pas reconnus, puis il dû les quitter à contrecœur pour se rendre à un rendez-vous important. Le devoir était une chose importante pour le directeur et l'entrevue qui allait suivre était capitale pour coordonner les forces de Reiver et Helion. Ça n'était pas tous les jours que les hautes autorités des deux structures se rencontraient face à face. Cependant, il n'eut même pas l'occasion de monter d'un étage qu'il fut témoin d'une scène particulièrement étonnante.

Une femme en tenue de livreuse était en train de crocheter la porte du dispensaire. Immédiatement, Marko s'était reculé à pas de loup pour pouvoir observer sans crainte d'être vu. Croyant halluciner, il la vit entrer de manière totalement illégale dans le dispensaire de l'infirmerie. Il pensa tout d'abord à une voleuse de médicament, mais la suite fit chauffer son cerveau déjà plein de doutes. Elle ne jeta qu'un bref coup d’œil aux médicaments avant de se rendre directement dans un bureau auquel elle s'assit avant de commencer à fouiller la pièce, visiblement à la recherche de quelque chose. Dégainant son arme de poing, sécurité enclenchée, il se dévoila à l'embrasure de la porte et la braqua avec son arme.

-Laissez moi deviner. Là c'est le moment où vous allez me dire que vous vous êtes perdue, que vous avez laissé votre ordonnance ou je ne sais quoi chez le médecin en partant hier matin et que vous n'êtes là que pour la récupérer.

Une excuse banale comme une autre pour essayer de se sortir d'une situation problématique. Par exemple pour expliquer sa présence dans un endroit interdit en dehors des heures de visites. Mais certaine pas pour justifier le crochetage d'une serrure. Marko dévisageait l'étrangère avec un air déterminé, les lèvres serrées. Pour lui, il ne faisait aucun doute que cette personne était une survivante, certainement en train de fouiller dans les dossiers d'un médecin pour trouver un moyen de saboter les traitements des habitants d'Helion, sans doute pour préparer cette grande invasion à laquelle il se préparait depuis tant d'années.

-Une erreur que vous allez payer cher. Je vous laisse une chance de vous expliquer, mais d'abord, qui êtes vous ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t483-reiver-marko-eil-you-call-it-paranoia-i-call-it-awareness http://www.afterdawn-rp.com/t477-paranoia-is-knowing-all-the-facts-marko-eil En ligne
avatar

Messages : 161
Médaillons : 763
Crédits : d.m (L)
Avatar : Goo hara
Pseudo : aucun
Présence : regulière


Personnage
Occupation : Informatrice/Livreuse
Âge : 28
Localisation : Helion
Helion • Civil



 Sujet: Re: Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)   Ven 5 Jan 2018 - 7:16



La psychose.
Dès que Yuzi avait levé le nez vers l'inconnu - non sans sursauter- ce mot lui était venu en tête. La psychose. De celle qui vous pousse à pointer votre arme sur une livreuse détenant les papiers d'un simple dispensaire. Yuzi avait lentement reposé la loupe sur le bureau, le visage interdit. Elle l'avait immédiatement compris que cet homme avait un sérieux problème.  C'était la dure réalité des psychotiques : les seuls et uniques individus que Yuzi ne pouvait pas ramener à la raison ou travailler dans son sens. Capables d'imaginer les pires délires et incroyablement bornés. Ce qui ne voulait dire qu'une chose la concernant... elle était dans la merde. Elle tâcha d'ignorer le battement frénétique de son coeur au moment de ranger, d'un geste prudent et lent, les papiers là où elle les avait trouvés.

Une erreur que vous allez payer cher. Je vous laisse une chance de vous expliquer, mais d'abord, qui êtes vous ?

Refermant le tiroir dans le calme, elle donna du temps à son cerveau pour turbiner. Son ton condescendant et son attitude suspicieuse... peut-être un milicien loyal ou un homme habitué à donner des ordres. Dans les deux cas, elle ne l'avait jamais vu ici.  Avec une sérénité proche de l'indolence -le comportement qu'elle adoptait quand elle réfléchissait trop- elle reporta son regard sur lui... puis sur le pistolet.

"Eh bien, je m'appelle Yuzi Seung." dit-elle sans équivoque. Aucun sourire, pas même ce petit frémissement à la commissure des lèvres qu'elle avait l'habitude d'offrir. A voir sa tête, il n'en avait strictement rien à foutre de son nom. Elle ne pouvait l'en blâmer.

"Je suis..." Elle se tut un instant. La pensée de Will Hayes et des risques qu'il pouvait encourir la frappa soudain au point de la remuer. Habituellement, jamais elle ne faisait passer l’intérêt d'un autre avant le sien. Et pourtant...

"En réalité je suis cleptomane." lâcha-t-elle alors, très sérieuse, avant de lui adresser un sourire poli, comme s'ils étaient de bons amis qui se retrouvaient au coin du feu pour parler de leur déboire respectif. Elle osa même s'adosser de plus belle au dossier de la chaise, convaincue que, de toute manière, elle n'avait plus grand chose à perdre.

"J'imagine que je l'ai toujours été... d'aussi loin que je m'en souvienne. Les boucles d'oreilles de ma mère, le bouquin de sciences que je n'ai même pas lu. De mon père le bouquin, soit dit en passant.." qu'elle souligna à demi-voix, son regard devenu un peu absent "J'ai eu mal à la tête, un mal à m'en taper le crâne contre les murs...et impossible de trouver le moindre médicament, alors je suis descendue au dispensaire.." elle fronça des sourcils, donnant l'air de chercher dans sa mémoire "mais rien, personne, et ce mal de crâne, bon sang... Donc, j'ai pris la petite épingle et je me suis dit que j'allais ouvrir cette serrure si personne ne daignait m'offrir un moyen de calmer la douleur." Sans tenir compte du pistolet qui la menaçait toujours, elle détacha ses cheveux pour refaire sa queue de cheval, continuant calmement ses explications "Ensuite j'ai ouvert la porte... je suis rentrée, j'ai cherché sur les étagères d'abord, on cherche toujours sur les étagères en premier... après, je voulais savoir où ils rangeaient l'aspirine, donc j'ai ouvert les tiroirs... j'ai pris la loupe. C'était celle-ci" souffla-t-elle en lui désignant l'objet reposé sur le bureau "parce que j'avais trop mal à la tête pour lire convenablement et encore après.. vous êtes arrivé en braquant un pistolet sur moi, et je crois bien que c'est tout."

Elle lui envoya une grimace désolée.

"Le plus triste dans toute cette histoire, c'est que mon mal de tête n'est pas parti."


Puis elle lâcha un soupir bruyant et épousseta son pantalon, l'observant avec un intérêt poli.

"Si nous devons bouger, je suis prête à vous accompagner. Où allons-nous ?"

_________________


Et mon coeur s’effraya d’envier maint pauvre homme
Courant avec ferveur à l’abîme béant,
Et qui, soûl de son sang, préférerait en somme
La douleur à la mort et l’enfer au néant
baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t481-yuzi-seung-kleptomane-riche-voleur#4193
avatar

Messages : 141
Médaillons : 834
Crédits : moi
Avatar : Armie Hammer
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Amuk Rahir


Personnage
Occupation : bras droit du commandant
Âge : 36
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)   Dim 7 Jan 2018 - 18:06

Mais diable, qui êtes vous ?

À gestes très lents, celle qui se présenta comme étant Yuzi Seung referma doucement le tiroir dans lequel elle fouillait jusqu'à maintenant. Elle avait mis un peu trop de temps au goût de Marko pour répondre à sa question, un temps de latence qu'il mettait sur le compte de la préparation d'un mensonge plus ou moins élaboré pour justifier sa présence ici. Hypothèse qui se confirma lorsqu'elle lui dit avoir fouillé les étagères avant de venir s'asseoir au bureau pour chercher où étaient rangés les aspirines.

-Tiens donc, souffla-t-il. Une voleuse doublée d'une menteuse.

Il l'avait vu entrer dans le dispensaire en crochetant la serrure, quel bonheur qu'il n'ai pas tenté de l'arrêter directement, il aurait bien pu se laisser berner par des explications vaseuses et simplement l'arrêter pour effraction. À la place, elle lui mentait ouvertement, s'inventait une vie sans aucune honte, se fichait visiblement de sa tête en s'imaginant qu'il allait tout gober sans broncher et prenait ses aises sur un siège qui ne lui appartenait pas.

-Levez-vous.

L'ordre claqua entre eux sans qu'il n'y ai matière à discuter. Elle avait dit être prête à l'accompagner où il voulait, elle ne serait pas déçue du voyage. Marko attendit qu'elle lui ait obéit avant de recommencer à parler, ne baissant pas son arme et conservant une expression peu avenante à son encontre.

-Il y a un léger détail dans votre histoire qui ne colle pas, mademoiselle Seung. Il se trouve que le hasard m'a amené sur vos pas alors que vous étiez précisément en train de crocheter la serrure dont vous parliez à l'instant. Vous n'avez pas fouillé les étagères. Vous avez directement filé vers ce bureau pour y chercher... quoi, exactement ?

Il attendait une réponse à cette question. Sa première idée lorsqu'il l'avait surprise installée à son bureau avait été qu'elle cherchait un moyen de saboter les traitements, d'empoisonner les habitants d'Helion avec de fausses prescriptions. En continuant de réfléchir, d'autres hypothèses lui étaient venues en tête. Peut-être n'était-elle pas une survivante. Peut-être faisait-elle partie d'un groupe de réfugiés anarchistes souhaitant renverser le dôme. Avait-il mis le doigt sur un complot immense visant à prendre le contrôle de l'industrie pharmaceutique d'Helion ? Tout pouvait être possible. Il devait immédiatement rapporter cette femme aux autorités compétentes, elle avait déjà prouvé qu'elle n'hésiterait pas à mentir, rien ne lui disait qu'elle répondrait honnêtement à la question qu'il venait de poser.

-J'ai bien peur que votre mal de tête n'aille pas en s'arrangeant là où je vous emmène. Quelqu'un qui fouille dans les étagères du dispensaire : c'est du vol. Un crime répréhensible, mais de moindre importance, comparé à d'autres. En revanche, quelqu'un qui fouille dans le bureau d'un responsable, visiblement à la recherche de documents, c'est soit du sabotage, soit de l'espionnage et croyez moi aucune de ces deux options ne vous sera agréable une fois entre les mains de la milice. Personne n'ignorait les méthodes barbares du dôme pour faire parler ses détenus. La torture était un moindre mal lorsque le sort de l'humanité était en jeu. Maintenant vous allez vous diriger vers la porte, les mains bien en évidence, là où je pourrais les voir. Au moindre mouvement suspect, je n'hésiterais pas à faire feu.

En disant ça, il recula lui-même hors du bureau pour lui laisser la place de sortir. Il ne plaisantait pas avec la sécurité du dôme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t483-reiver-marko-eil-you-call-it-paranoia-i-call-it-awareness http://www.afterdawn-rp.com/t477-paranoia-is-knowing-all-the-facts-marko-eil En ligne
avatar

Messages : 161
Médaillons : 763
Crédits : d.m (L)
Avatar : Goo hara
Pseudo : aucun
Présence : regulière


Personnage
Occupation : Informatrice/Livreuse
Âge : 28
Localisation : Helion
Helion • Civil



 Sujet: Re: Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)   Sam 13 Jan 2018 - 18:44



Pourquoi parles-tu autant, Yuzi ? Pourquoi ne peux-tu pas être comme le reste du commun des mortels  ? Scientifique est une bonne vocation. La vie demande du sérieux. Tu sais, cela finira par t'attirer des ennuis.

Sa mère le lui avait si souvent dit, incapable de lever la voix devant elle. Elle trouvait sa fille adorable mais estimait que le monde ne serait pas aussi amène à son égard. Elle avait raison. Et pourtant, Yuzi continuait d'être trop insolite : une insulte au dôme, une occupation qui tient de l'ordre du passage, jusqu'à ce que... jusqu'à ce qu'on tombe sur ce genre d'individus : cet homme, arme au poing, visage sévèrement tiré comme si céder aux blagues risquait de provoquer la destruction des murs. Il représentait, vraiment, tout ce qu'elle détestaiti.
Se relevant à son injonction, elle soupira en levant les yeux au ciel, donnant l'air de déplorer son attitude ronflante. Dans sa tête en revanche... ses pensées se bousculaient sur une place réduite : chacune voulait passer, si bien qu'aucune n'y arrivait et qu'elle s'y trouvait coincée, elle, Yuzi. Elle n'avait plus le choix, voilà ce qu'elle se répétait.  Mais une petite voix s'était élevée dans ce tumulte :"Bien sûr que si Yuzi. Bien sûr, que tu as encore le choix." Lorsque l'homme souligna la fausse note dans son discours, elle gloussa en croisant les bras.

"Vraiment ?! J'étais pourtant persuadée d'y avoir jeté un coup d'oeil !" dit-elle avec gravité. Et la petite voix gonfla dans ses pensées "Tu as encore le choix, dis lui, Yuzi. Tout ce que tu as à faire, c'est parler de Hayes."

-J'ai bien peur que votre mal de tête n'aille pas en s'arrangeant là où je vous emmène. Quelqu'un qui fouille dans les étagères du dispensaire : c'est du vol. Un crime répréhensible, mais de moindre importance, comparé à d'autres. En revanche, quelqu'un qui fouille dans le bureau d'un responsable, visiblement à la recherche de documents, c'est soit du sabotage, soit de l'espionnage et croyez moi aucune de ces deux options ne vous sera agréable une fois entre les mains de la milice."

Maintenant vous allez vous diriger vers la porte, les mains bien en évidence, là où je pourrais les voir. Au moindre mouvement suspect, je n'hésiterais pas à faire feu.

Yuzi resta parfaitement immobile, debout face à lui. Il n'y avait aucun courage dans son attitude. Elle réfléchissait.  Dévoiler sa couverture et peut-être mettre Hayes au pied du mur, elle n'avait qu'à le faire, qu'à tout expliquer et sauver sa peau comme elle le faisait à chaque fois, sans se soucier des autres. Yuzi, qu'est-ce que tu attends pour parler ?
Lentement, un doux sourire étira ses lèvres, lui conférant plus que jamais cet air de renard. Alors, secouant ses poignets pour arranger ses bracelets, elle leva ses mains en l'air sans le quitter des yeux une seule seconde.

"Allons-y."
souffla-t-elle.

Elle sentait son coeur battre à tout rompre, son rythme calqué sur les élancements d'une tête qu'elle sentait sur le point d'exploser. Elle savait pertinemment ce qu'on faisait aux gens soupçonnés de trahison. Elle le savait, parce qu'elle en avait elle-même fait tomber, des individus qui avaient eu confiance en elle, qui avaient cru qu'elle saurait garder un secret. Tout comme Will Hayes avait confiance en elle... Ca ne lui ressemblait tellement pas, d'encaisser.
D'une démarche nonchalante, presque absente, elle passa devant lui et ouvrit la marche. Elle connaissait déjà le lieu où il l'emmenait, elle se doutait de ce qu'il s'apprêterait à faire pour avoir des réponses, lui ou un autre, à vrai dire pour Yuzi ce genre d'hommes se ressemblaient tous. Des soldats sans poids dans l'univers, de simples robots, dénués d'âme, qui portent le noir avec beaucoup d’élégance. Du vide, du vent, des attitudes apprises quand Yuzi, elle, laissait parler des couleurs : "oh qu'elle est marrante, fatigante, grotesque! Sauf que ça manquait de classe, de jouer le pitre"



_________________


Et mon coeur s’effraya d’envier maint pauvre homme
Courant avec ferveur à l’abîme béant,
Et qui, soûl de son sang, préférerait en somme
La douleur à la mort et l’enfer au néant
baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t481-yuzi-seung-kleptomane-riche-voleur#4193
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais diable, qui êtes-vous ? (Marko)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: Helion :: Niveau 0 :: Dispensaire-
 
Sauter vers: