AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP
Flash info

Intrigue Mise à jour du chapitre en cours juste ici !
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
44 joueurs ◈ 62 personnages
31 Hommes ◈ 31 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 16 hab.
Extérieur 13 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 Apocalypse Now - RP LIBRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 345
Médaillons : 310
Crédits : BlueAlex & Frimelda & Hollidaysee (icône signature)
Avatar : Willa Holland
Pseudo : BlueAlex
Présence : Présente
Multi-comptes : Hylios Samaeg


Personnage
Occupation : Lieutenant
Âge : 25
Localisation : Steros
Steros • Régisseur



 Sujet: Apocalypse Now - RP LIBRE   Lun 15 Jan 2018 - 19:30



Apocalypse Now
RP LIBRE ξ 15/01/2481

Personne n’aurait pu prévoir ce qui allait se passer. Personne. Peut-être, à la rigueur, les scientifiques d’Helion. Et encore, pour peu qu’il y avait un sismologue là-bas. En soi, Caelyne ne savait rien de tout ça. Et s’il y avait bien une personne qui n’aurait jamais pu imaginer ce qu’il allait arriver, c’était bien elle. Trop convaincue que la Terre leur avait déjà tout mis dans la gueule. Et pas assez de connaissances scientifiques, pour sûr.

La lieutenante était dans son bureau, en train de régler quelques tâches administratives de bon matin quand tout ce désastre a commencé. Un grondement avait retentit pendant de longues minutes, ce qui avait eu le mérite de faire relever la tête à la jeune femme, qui se demandait ce qu’il se passait. Et d’un coup, le sol s’était mis à trembler, fort. Très fort. Sans prévenir. Tout le monde avait été surpris, ça avait été la panique totale pendant les quelques minutes qu’avaient durées cette secousse. Heureusement, dès que ça c’était terminé, le calme était revenu. Il y avait eu des dégâts, mais ils étaient purement matériels. Une personne seulement avait été légèrement blessée. Une chance que la majorité des habitations de Steros étaient uniquement faites de tentes… Une réunion avec l’intendant, le représentant et Aliam avait eu lieu pour décider de ce qu’il fallait faire. Des démarches avaient été entreprises et la vie semblait déjà reprendre son cours normalement lorsque Caelyne était sortie de cette réunion, un sourire satisfait aux lèvres. Malgré la frayeur, tout allait, finalement, pour le mieux. Du moins était-ce ce qu’elle croyait à cet instant.

Nous étions donc en milieu d’après-midi et Caelyne avait été affectée à la réhabilitation du quartier Est de Steros. Elle avait emmenée avec elle quelques-uns de ses hommes pour aider les civils à remonter rapidement les tentes, afin que tout le monde puisse dormir au sec, à minima. La jeune femme elle-même mettait la main à la tâche. La bonne humeur était au rendez-vous, des sourires étaient sur la majorité des lèvres et les blagues et les railleries sur les soi-disant réactions exagérées de tout un chacun allaient bon train quand tout bascula soudainement. En moins de 20 minutes, une chaleur presque insoutenable se fit ressentir, tandis que le ciel se couvrait peu à peu. Cae, qui était à ce moment-là en train de boire un coup, leva la tête vers la couche d’ozone. Elle fronça les sourcils, l’air contrariée, ce qui n’échappa pas à l’un de ses hommes, qui lui en demanda la raison.

« Un orage à l’air de se préparer mais… On dirait un orage d’été, mais nous ne sommes pas dans le cycle de ce type d’orage. C’est… Etrange. »

Soudain, le cœur de la jeune femme se serra. C’était sans doutes dû à son passé de survivante à l’Extérieur. Elle avait toujours eu beaucoup d’intuitions quand quelque chose de terrible se préparait. Son visage se ferma, ce qui eut pour effet que les personnes qui l’entouraient à ce moment-là s’interrompirent dans leur tâche, tournant à leur tour leurs visages vers le ciel. Et brusquement, l’apocalypse commença. En quelques minutes à peine, la chaleur devint accablante et le ciel devint noir. Des cendres, tout d’abord éparses, commencèrent à tomber. Le cœur de la jeune femme se serra. Tout cela ne sentait pas bon. Pas bon du tout. Pendant de longues minutes, la vie à Steros sembla se suspendre. Les respirations se retinrent, les visages devinrent intrigués et interrogatif. Puis, très vite, Caelyne aperçu des lumières étranges dans les nuages, qui ne ressemblaient définitivement pas à des éclairs. Au lieu d’être blanches, violettes ou bleues, elles étaient oranges et rouges. La lieutenante fit instinctivement un pas en arrière. Une méfiance immense s’était emparée d’elle.

Et c’est à ce moment précis que tout s’enchaîna. Elle eu à peine le temps de réaliser que quelque chose de grave était en train de se produire que de la pluie se mit à tomber. Le temps que les gouttes atteignent le sol, la population du camp avait gardé le visage tourné vers le ciel. Ce n’est que quand les gouttes touchèrent les premières peaux, que l’acide commença à brûler et à ronger les chairs que l’ensemble des habitants réalisa de concert la dangerosité de la situation. L’apocalypse commençait.

D’un coup, l’entièreté du campement se mit en branle. La panique s’installa, enflant de seconde en seconde. Les gens se mirent à courir, ne faisant absolument pas attention à où ils allaient. Les cris commencèrent à fuser, la peur se lisait sur les visages. Dans l’instant, Caelyne ne réagit pas. Elle semblait totalement détachée de la situation, les yeux écarquillés, figée par la terreur, des gouttes acides lui rongeant la peau. Le monde était en train de s’écrouler. Ce ne fut que lorsqu’on la percuta de plein fouet qu’elle reprit conscience. Soudain, elle regarda autour d’elle, se couvrant de sa veste posée à ses cotés. Tout ce qu’elle voyait n’était que chaos et corps flous, détalant si et là. Les yeux de la jeune femme parcouru la vague humaine affolée qui se trouvait sous ses yeux, quand elle vit deux hommes se percuter violemment devant elle. Ce fut à ce moment-là seulement que sa raison reprit la main. La jeune femme se mit à courir. Il fallait qu’elle guide les habitants, qu’elle les enjoigne à se mettre à l’abri dans tous les bâtiments en dur  du camp, peu importait lesquels.

« FUYEZ ! METTEZ-VOUS A L’ABRI ! DANS LES BÂTIMENTS EN DUR, VITE ! »

S’époumonait la jeune femme, slalomant entre les habitants paniqués, en guidant d’autres avec force vers les structures les plus proches, de manière plus ou moins violente. Dans sa course, elle repéra certains de ses hommes, qui n’en menaient pas large. Elle se dirigea vers eux, qui étaient stoïques, figés par l'angoisse, et se planta en face. Elle se redressa, ravalant sa propre frayeur. La situation était grave, elle ne pouvait pas se permettre de fléchir, ni d’avoir peur. La population avait besoin d’elle. Ses hommes avaient besoin d’elle. Elle plongea ses yeux clairs dans les leurs.

« REPRENEZ-VOUS ! » cria-t-elle. « C’EST UN ORDRE ! »

Les hommes semblèrent sortir de leur torpeur, se rendant compte de qui leur faisait face.

« REPRENEZ-VOUS BON SANG ! VOUS ETES DES PROTECTEURS ! COURAGE ! »

Son visage était sévère et ne trahissait en rien l’inquiétude qu’elle ressentait pour Steros. Les hommes la dévisageaient maintenant, semblant reprendre leurs esprits.

« GUIDEZ LES HABITANTS VERS TOUS LES LIEUX EN DUR DISPONIBLES. TOUT DE SUITE ! »

D’un seul mouvement, les protecteurs se levèrent pour aller aider à la redirection des habitants. Comme quoi, la fermeté marchait parfois. Quelques minutes à peine s’étaient passées et les lieux semblaient se vider assez rapidement. La lieutenante resta quelques secondes statique, regardant la scène se dérouler, jusqu’à ce qu'un cri non-loin parvint à ses oreilles. Caelyne fit un bon, son corps fonctionnant par automatisme, et reprit sa course. Elle se décida à faire un tour complet du camp. Des gens étaient peut-être coincés quelques parts. Et ils auraient besoin de son aide. Pendant que les pieds de la jeune femme frappaient le sol sableux, faisant fi des gouttelettes acides qui lui tombaient dessus, rongeant sa peau, ses pensées se tournèrent vers ceux qui lui étaient chers.

« Faites qu’ils soient en vie et sains et saufs… »

Se disait-elle, fouillant les débris du regard tandis qu’elle courait.

_________________
Don't trick me, and I'll be fair. Don't lie to me, and I'll be honest. Don't annoy me, and I'll be cool. But if you betray me, if you hurtsomeone I love, if you want to play a bad game with me... I'll kill you.
©️ FRIMELDA

Admin Rédac' • Hylios Samaeg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t152-caelyne-fawkes-if-i-need-someone-special-i-don-t-think-so http://www.afterdawn-rp.com/t96-caelyne-fawkes-don-t-fck-with-me
avatar

Messages : 260
Médaillons : 1542
Crédits : LilDay
Avatar : Katheryn Winnick
Pseudo : peregrin
Présence : régulière


Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros
Steros • Civil



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Mer 17 Jan 2018 - 21:12

Apocalypse Now

Steros' companionship


Repliée sur elle-même, le front contre le sol, les mains tremblantes au dessus, Hécate laissa échapper un hurlement de désespoir. Ce n’était pas la panique qui immobilisait le moindre de ses muscles et jusqu’à la plus infime de ses pensées. Une souffrance profonde venue du fin fond de ses entrailles la gardait clouée à terre. Sa terre… celle qu’elle avait nourrie, chérie, et qui en retour, avait grandi, embelli. Et elle se mourrait. Devant ses yeux. Et il n’y avait rien qu’Hécate puisse faire contre ça.

Quelques heures auparavant, la jeune femme avait une fois n’est pas coutume, décidée de s’éloigner un peu de son potager. Le campement de Steros manquait toujours de bras volontaires et la cultivatrice avait aidé du sien gauche valide la communauté comme elle le pouvait. A la cuisine dans un premier temps, à préparer les rations, trier les légumes tout droits sortis des parcelles cultivées. Puis à la distribution quotidienne près de la place centrale où les habitants de Steros convergeaient en causant haut et fort. Alors qu’elle plongeait la louche cuivrée dans la soupe collective pour une énième ration, trois légères ondes de chocs parcoururent le liquide ambré. Trois secousses subtiles qui firent lever la tête à la jeune blonde.
Pensant avoir averti suffisamment, la terre se mit à trembler alors qu’au loin raisonnait un grondement terrifiant. S’accroupissant par réflexe comme la plupart des habitants, le sol sous ses mains sembla comme se gondoler et Hécate du bout des doigts, suivit avec stupeur la fissure qui s’étalait au sol sur trois bons centimètres de large et le quadruple en longueur.

Après de longues minutes d’incompréhension, la population s’était redressée, à mi chemin entre la peur et la curiosité. Les protecteurs les avaient rassurés et le Guide en personne leur avait demandé de vaquer de nouveau à leurs occupations. Inquiète, Hécate avait choisi de ne pas suivre la bonne humeur ambiante retrouvée pour se diriger vers son potager. Des barrières au sol, quelques arbustes à demi déracinés. Elle savait qu’elle aurait dû être soulagée, comme tout le monde, qu’aucune perte humaine n’est été déplorée, mais à l’idée de ce carnage, son cœur se serra. Et il n’allait sûrement pas finir de se rétracter.

Alors que Steros s’activait avec lenteur autour des tentes échouées avec paresse, Hécate avait ramassé sa pioche et s’exténuait à rempoter la moindre de ses plantes flouées. Elle n’aimait pas ce tremblement de terre, pas du tout. Ni le grondement sourd qui l’avait accompagné. Il lui faisait l’effet d’une bête séculaire sur le point de se réveiller. Alors s’occuper jusqu’à se faire plus d’ampoules que de doigts lui permettait de tenir éloigné son esprit perturbé. Se soumettre à la nature et ses caprices ne lui était pas inconnu. Chaque récolte dépendait de son bon vouloir. Mais sa colère… ça elle ne l’avait jamais vécu et ne le comprenait pas.

Elle plaçait des tuteurs sous les branches de son plus beau spécimen d’olivier quand la pluie grise et consistante s’abattit. Silencieuse d’abord, elle mangea le ciel bleu, le nappant une couverture de saleté. Alors qu’abritée sous son arbre, Hécate mettait sa main en visière pour comprendre de quoi il en retournait, les premières gouttes tombèrent sur ses récoltes. Les feuilles se rétractèrent de douleur sous son effet, se perforant. La terre fut vite couverte par la cendre et le ciel se zébra de couleurs rougeoyantes. Affolée et isolée, la première pensée d’Hécate fut de couvrir les champs. A tout prix. Et avec n’importe quoi. De vieux morceaux de tôles, des nappes abandonnées. Oubliant la douleur elle s’échinait à transporter, à bout de souffle, les bases d’un abri. Le potager devait survivre, sans lui, ils étaient perdus. Sans vivre. De retour à l’état de survivants… de retour à l’extérieur…

L’étau se fit plus dur autour de son cœur palpitant. Perdre… elle était en train de tout perdre de nouveau. Huit ans que la vie lui était revenue, huit ans de pur sursis. Ses genoux faiblir et elle se retrouva échouée au sol, sanglotant de rage et de sel. Tout lui reprendre de nouveau, ce qu’elle pensait acquis, son Eden, son refuge. C’était injuste, amèrement injuste. Son optimiste vola en éclats et elle laissa éructer sa rage avant de s’effondrer comme un chiffon au sol, la tête entre les mains.


_________________
When the day has come, But I've lost my way around And the seasons stop and hide beneath the ground When the sky turns gray And everything is screaming I will reach inside Just to find my heart is beating
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Messages : 881
Médaillons : 1833
Crédits : Rhaelyn d'amour !
Avatar : Marion Cotillard
Pseudo : Sha Lottie
Présence : 7/7

Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs


Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros
Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Jeu 18 Jan 2018 - 19:05

Apocalypse Now




15/01/2481


Il y a des événements qui sont parfois difficile à dépasser, qui chamboule une vie, ou même plusieurs. Qui demande une force et un détachement commensurable pour permettre d’avancer, de recommencer. Le bouleversement peut être tellement grand qu’il est trop dur de s’imaginer repartir de zéro. Plus rien, le néant qui vous ronge et qui vous dit inconsciemment que votre espoir n’est plus de mise, qu’il ne sert plus à rien. Malgré un optimisme sans pareil, il faudra bien plus que ça, bien plus que des belles paroles.


La jeune médecin étudiait une nouvelle espèce qu’elle avait pu se procurer au potager. La jeune herboriste lui en avait vanté les louanges, cette fleur particulière qui se développait particulièrement en front de mer. Une plante grasse d’une couleur rouge vif avec une sève étonnante qui permettait de guérir les brûlures graves très efficacement. Hécate avait réussi à la faire pousser dans la plantation du camp, un miracle vu les conditions qu’elle demandait. La jeune femme était en train d’en extraire la sève, des lunettes de protection sur le visage et ses mains épousant des gants, certes, troués mais c’était le minimum pour se protéger en cas d’une réaction inexpliquée. Le dispensaire était vide, assez calme, le travail n’était pas abondant et ses collègues étaient occupés à s’adonner sur d’autres tâches.  Quelques heures auparavant, un jeune homme avait été emmené par un protecteur, pour une fracture de la jambe. Rien de bien grave, juste la pose d’une attelle et du repos pendant quelques jours. A priori, une branche d’un immense arbre s'était écrasée sur lui après avoir été percutée par la foudre. Un accident anodin, qui peut arriver selon les aléas de la nature. Mais ce qui se préparait, était bien plus grave que ça.


Seule dans le bureau, l’éclairage de l’extérieur s'assombrit soudainement pour laisser apparaître des lueurs inhabituelles. Une lumière fulgurante envahit l’espace, colorant l’atmosphère d’un éclat orangé, qui ne ressemblait en rien aux éclairs précédents. Slown s’approcha de la fenêtre, gardant son travail en suspend. Le ciel était lourd, sur le point d’exploser et l’air y était chargé en électricité. Il se passait quelque chose d’étrange, d’irrégulier. La médecin rangea la plante grasse dans un réceptacle prévu à cet effet, nettoya rapidement ses ustensiles, et se dirigea à grands pas vers l’extérieur.
Lorsqu’elle ouvrit le battement, les gouttes commençaient à perler sur Steros. Sous ce ciel inquiétant et cette terre qui menaçait de s’ouvrir en deux, elle hésita un instant à mettre le pied dehors. Soudain, Slown se rendit compte que ces petites gouttes n’avaient rien d’une pluie habituelle. Le bras qu’elle avait tendu devant elle, fut rongé immédiatement par l’acide, qui avait pour objectif de dévorer chaque parcelle de peaux qu’il trouvait. Elle regarda le ciel pendant quelques secondes, abasourdie, dans l’incompréhension totale.
Il y avait du monde sur la place, tous dans la même posture que la jeune femme. Le regard fixé vers les cieux, se questionnant sur ses caprices.


Il ne lui fallut pas grand temps pour prendre conscience du danger et la panique empara la quasi-totalité du camp. Elle se retourna dans un vif mouvement pour attraper un tas de tissus qui reposaient dans le dispensaire. La jeune femme courut hors du bâtiment après s’être enroulée d’une de ces étoffes. La foule affluait dans tous les sens, les cris se faisaient entendre au loin, l’affolement ne pouvait être calmé.


“VITE !! RENTREZ DANS LES BÂTIMENTS !!”


Sa voix fut couverte par le brouhaha ambiant, dirigeant chaque personne qu’elle croisait vers le dispensaire après avoir couvert leurs têtes d’un bout de toile, pas très efficace vu que l’acide rognait les bouts de cotons, mais toujours mieux que rien.

Tous ses sens en alerte, elle chercha du regard ses proches, ses connaissances, espérant que chaque personne était à la portée d’un abri. La toxine avait bien entamé sa peau, s’écoulant sur son visage comme une déchirure. Elle n’y prêta attention, courant dans les rues, regardant sous chaque tente si personne n’y dormait, si personne n’était à la merci de cette catastrophe.
La zone était plus ou moins vide, mais le camp était bien plus grand. Elle ne pouvait se permettre d’aller plus loin, le dispensaire était rempli et il y avait certainement des blessés qui l’attendaient. Le coeur plein d’angoisse, elle s’en rapprocha, pensant à tous les autres, tous ceux qui n’avaient pu se mettre à l’abri à temps. Une fois sur le perron, elle se retourna lentement, espérant voir des survivants au loin.


_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Messages : 48
Médaillons : 350
Avatar : Felisja Fishball
Pseudo : Callaghann
Présence : régulière
Multi-comptes : Nop


Personnage
Occupation : Eclaireur de Steros
Âge : 24 ans
Localisation : Steros
Steros • Protecteur



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Ven 19 Jan 2018 - 21:37

L'éclaireuse avait parcouru une petite centaine de mètres quand la Terre se mit à gronder, se gondoler, se fissurer et trembler tant et si bien que l'on aurait pu croire qu'elle allait s'ouvrir pour précipiter tout le monde dans le néant insondable des abysses terrestres. Sous l'effet des secousses, la jeune éclaireur se retrouva projetée au sol. Malgré un affolement compréhensible, Kaliska garda un certain sang-froid. Elle porta son attention sur son environnement quand elle commença à percevoir la rumeur monter de Stéros. D'un bond, elle se rétablit sur ses jambes, puis se mit à courir en direction de la cité. En arrivant, elle chercha son amie afin de prendre des nouvelles et de s'assurer de son bien être. Quand elle la retrouva, la rouquine donnait un coup de main pour mener les blessés à l'infirmerie. Kaliska n'eut pas vraiment le temps de lui parler, car elle fut enrôlée par un groupe de protecteurs qui devait aider à la remise en état de la cité. Tout du moins pour aider à déblayer les décombres qui avaient projeté partout dans la cité.

Cela faisait quelques temps que tout le monde travaillait de concert afin de réhabiliter la cité. L'objectif était clair, faire en sorte d'oublier cette mésaventure le plus rapidement possible histoire de reprendre le cours de sa vie. Cependant, la nature avait bien d'autres projets en ce qui concernait la suite des événements. Ce fut en début d'après-midi que le ciel finit pas s'obscurcir progressivement. Il donnait l'impression d'un amoncellement de nuages noirs, comme ceux des orages d'été. Le problème, c'était que nous n'étions pas en été. On en était même très loin. Au plus profond de son être, Kaliska ressentait un certain malaise. Elle avait senti ce sentiment qu'une seule fois auparavant dans sa vie. Le funeste jour de la destruction totale de son clan par des esclavagistes. Comme mue par son instinct le plus animal qui soit, la jeune femme tatouée se mit à courir en direction de l'infirmerie afin de retrouvée son amie rousse. En arrivant, elle ne la trouva pas et se mit à sa recherche.

Ce fut à ce moment que tout bascula. A ce moment précis que la nature démontra qu'elle était loin d'en avoir finit. Il se mit à pleuvoir doucement pour commencer avant que cela ne devienne quelque chose de plus courant. Le problème fut que l'eau tombée du ciel était sombre et brûlait atrocement la peau en infligeant de terribles douleurs. Plus déterminée que jamais, La jeune guerrière tatouée allongea sa foulée tout en accélérant la cadence pour gagner en vélocité. Le cuir de sa tenue lui offrait une protection toute relative, mais elle lui évitait la morsure de la pluie acide. Cependant, elle dû prendre quelque chose pour se couvrir la tête afin de se protéger au mieux. Tout en courant à travers la cité, elle hurlait à plein poumon aux gens de se mettre à l'abris dans les bâtiments en dur. Après ce qui lui parut une éternité, la jeune femme retrouva son amie avec un enfant qu'elle tentait de protéger de son mieux avec son corps sous un abris rudimentaire fait d'une caisse de bois. Avec vigueur, elle les attrapa pour le guider vers le bâtiment le plus proche. Il fallait faire vite pour limiter les brûlures. Une fois à l'abris, Kaliska prit le temps de tourner son regard vers le ciel sombre qui déversait une étrange pluie sur eux. Au plus profond de son être, elle sentait parfaitement bien que ce n'était pas finit. La nature avait des plans précis pour infliger à l'humanité un juste châtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You were the shadow to my light, did you feel us ? Another start... You fade away, afraid our aim is out of sight. Wanna see us alive ❀
Messages : 262
Médaillons : 502
Crédits : Emi.
Avatar : Aurora Aksnes
Pseudo : Lily la junkie
Présence : Instable


Personnage
Occupation : Assistante médicale
Âge : 16 ans
Localisation : Steros
Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Dim 21 Jan 2018 - 10:31



Apocalypse now !

Le campement en alerte



Zed était assise et fixait le sol. Ses pensées voyageaient de ses souvenirs à ses espoirs, redessinant le visage de ceux qu'elle avait rencontré jusque là. Tout semblait se dérouler si vite, ici. Pas d'errance. Pas d'hésitation. Chacun avait un rôle, une utilité, un objectif. Ils ne marchaient pas des heures dans ce paysage toujours semblable, à la recherche de quelque chose à manger. De quelque part où dormir. De quelqu’un avec qui parler. Depuis cette fameuse nuit, avec sa mère, Zed avait eu peu de conversation. Heureusement qu'elle était de nature silencieuse, mais l'absence totale de socialisation aurait pu la conduire vers la folie. Et pourtant, aujourd'hui, alors qu'on lui avait offert la possibilité de vivre plutôt que de survivre, elle avait ressenti le besoin de s'isoler. Voilà pourquoi Zed était assise là, non loin du potager, et fixait le sol.

Elle aimait cet endroit où une nature saine cherchait à reprendre ses droits. Il y avait cette fille, elle ignorait son nom, qu'elle aimait regarder travailler. Elle semblait aimer la terre autant qu'elle. Mais aujourd'hui, elle ne l'espionnait pas, se contentant d'enfoncer ses doigts dans sol poussiéreux pour y inscrire des formes qui se dessinaient dans sa tête. C'est là que tout se mis à trembler. Balafrant son art et noircissant le ciel, la nature semblait furieuse. La jeune fille se redressa pour lever la tête et mieux observer ce phénomène qui n'avait rien d'habituel en cette saison. Quelque chose n'allait pas. Quelque chose avait changé.

Après la secousse, un étrange silence s'imposa. Le genre de silence qui annonce un désastre, comme si la terre elle-même préparait son effet de surprise. Zed resta plantée là, détaillant l'horizon à la recherche d'une réponse alors que d'épais nuages recouvraient déjà le ciel. Et il se mis à pleuvoir. Les premières gouttes l'évitèrent, tombant autour d'elle comme si elles lui offraient un ballet. Mais il y avait, là encore, quelque chose d'étrange. La jeune fille suivait des yeux les traces humides qui s'écrasaient au sol, remarquant que la terre elle-même ne semblait pas vouloir s'en abreuver. Puis une goutte toucha son corps.

Réveillée par l'instinct qui l'avait jusque là maintenue en vie, Zed se redressa et se mis à courir, utilisant ses vêtements comme maigre protection. Mais un cri la retint. Un cri provenant du potager près duquel elle s'était installée. Il était terrifiant, profond, déchirant. Et elle se doutait de qui il provenait, alors elle changea de direction. Ses foulées l'amenèrent rapidement là où elle pensait trouver cette fille et, en effet, elle était là. A terre. Martyr. Des bâches l'entouraient, fixées dans la précipitation pour protéger les enfants de la nature. Ceux qui maintenaient tout le monde en vie. Et elle était visiblement prête à leur donner la sienne. Il n'y avait pas beaucoup d'endroits où se cacher, ici, alors Zed imita la cultivatrice. Elle attrapa un bout de bâche qui lui passa sous le nez, et se précipita vers elle, traversant une boue acide et tentant d'essuyer ces gouttes carnivores. Une fois suffisamment proche, elle se jeta au sol, bâche en avant, jusqu'à ce que celle-ci les recouvre toutes les deux.

Plongée dans l'obscurité, la respiration haletante de la jeune fille se mêlait au choc des gouttes contre le plastique. Ça ne tiendrait pas longtemps. Vraiment pas longtemps. Elle glissa sa main près du corps allongé et resserra la sienne autour de ses doigts.  

Code by Sleepy

_________________
Je sais le temps, je sais les heures, les nuits passées que les rêves ne peuvent soulager. Je sais l'effort et le courage à retrouver, ce souvenir qu'il faudra vivre et continuer. Je sais tout ce qui est pour toi. Sois tranquille.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 260
Médaillons : 1542
Crédits : LilDay
Avatar : Katheryn Winnick
Pseudo : peregrin
Présence : régulière


Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros
Steros • Civil



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Sam 3 Fév 2018 - 11:29

Apocalypse Now

Steros' companionship


Que la pluie lui mange le corps, que les grondements au loin la rendre sourde puisque la nature elle-même semblait se moquer d’elle et de ses piètres efforts pour survivre. Hécate n’aurait même pas bronché si un éclair avait décidé de transpercer le ciel jusqu’à s’immoler dans son corps. Et peut-être était-ce ce qui advient, car d’un coup d’un seul, l’obscurité l’envahit dans un chuintement. La jeune femme arrêta de respirer alors que la pluie avait soudainement cessé de mordre sa chair. Elle l’entendait, mais comme amortit. C’était ça… mourir ? Etrange… pas réconfortant pour un sou, pas apaisant, ni reposant, … un souffle court perça l’atmosphère échauffée. Hécate s’obligea à retirer ses mains blessées de sa tête et rabattit ses longs cheveux blonds en arrière pour percer  de son regard la semi obscurité.

Face à elle, encadrée par des mèches d’un vénitien céleste, se tenait la bouille encore enfantine de celle qu’elle avait intérieurement surnommée miss Papillon. Son apparition, si proche, dans cet environnement de chaos la laissa sans voix le temps d’un demi soupir. Leurs yeux pâles se cherchaient, reconnaissant le mince lien tissé entre elles encore lâche à l’époque et à présent tendu, prêt à rapprocher les bords. Hécate ne remarqua qu’alors sa main dans la sienne, la reconnectant à la réalité, tentant de la sauver.

« Que… que fais-tu … tu ne devrais pas être ici ! » l’interpella t-elle dans un chuchotement rauque. Comme à son habitude, elle avait dû trainer entre les rangées d’oignons et de patates, surprise par la pluie acide. Hécate mis un temps considérable à comprendre que la jeune fille avait décidé de venir la chercher plutôt que de se réfugier vers les abris en dur. Que du haut de ses jeunes années, elle possédait bien plus d’empathie et d’instinct d’entraide que nombre d’adultes réunis. Sa main effleura à peine le visage de la petite, avant d’attraper sa deuxième main pour capter toute son attention. Sous elles, la terre se muait en boue, en boue aussi brûlante que des tisons sortis du feu.

« A trois. On y va… gardes cette bâche sur ta tête, j’en attraperais une autre au passage. Et … ne lâche pas ma main. »
Jeu dangereux aux règles enfantines mais à l’issue fatale, après avoir mesuré la bravoure de la fillette, Hécate mesurait à présent toute la responsabilité qui lui incombait. Pour un moment elle allait devoir oublier son paradis en ruines, perdu à jamais. Plus tard. Quand elle serait maitresse de sa seule vie.

Hécate décompta les trois chiffres fatidiques et s’extirpa de sous la bâche, prenant garde de laisser la fillette s’en couvrir le corps entier. Le ciel était sinistre, d’un noir qui s’effritait en pans entiers. Retenant un frisson d’horreur, la cultivatrice aperçut une bâche non loin qui recouvrait ses plantes de maïs et … au dernier moment, décida d’utiliser son châle qu’elle rabattit sur sa tête, grimaçant sous les aiguilles brûlantes. Attrapant de nouveau la main de sa protégée, elles filèrent à travers les rues désertées de Steros. Hécate menant leur fuite vers l’endroit, en dur, qui tombait le plus sous le sens… le dispensaire de Slown.

De vue, elle reconnut la solide et rassurante silhouette de son amie sur le pas de l'entrée et fit passer Zed devant elle, rentrant à sa suite à l’abri du bâtiment. Son souffle rauque accentué par la course lui dégagea une quinte de toux au goût de cendres. Incapable de parler elle rabattit doucement le plastique noir de la tête de la fillette, son autre main toujours dans la sienne. D’une pression et d’un regard, elle lui fit passer le silencieux message d’une gratitude d’égal à égal.

_________________
When the day has come, But I've lost my way around And the seasons stop and hide beneath the ground When the sky turns gray And everything is screaming I will reach inside Just to find my heart is beating
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Messages : 881
Médaillons : 1833
Crédits : Rhaelyn d'amour !
Avatar : Marion Cotillard
Pseudo : Sha Lottie
Présence : 7/7

Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs


Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros
Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Dim 4 Fév 2018 - 21:08

APOCALYPSE NOW





Le ciel grondant sa peine, exprimant sa fureur, il était loin d’en avoir fini avec eux. La peur se faisait ressentir, les voix tremblantes se faisaient entendre dans le dispensaire bondé. Elle n’avait jamais vu autant de monde dans cet endroit qui paraissait maintenant si petit. Les choses les plus belles ont tendance à ressortir dans les moments les plus sombres, ce qui était beau c’était cette coalition, cette entraide qui devenait toute naturelle. Les plus forts aidaient les plus faibles et vice-versa. Les pas s'agitèrent, les compresses volèrent dans tous les sens, les bandages étaient administrés aux plus touchés. Slown s’arrêta sur une jeune fille dont les deux yeux avaient brûlé.

“1. 2. 1. 2. respire doucement, ça va aller .. Laisse-moi regarder, promis je vais faire tout doucement.”


Elle l’aida à reprendre sa respiration qui se voulait affolée, la rassurant en l’examinant et lui certifiant qu’elle pourrait retrouver la vue avec un peu de patience. Une fois la gamine calmée, elle continua à avancer, essayant de reconnaître un proche à elle dans toute cette foule.  Elle guida les gens, les répartissant selon la graviter de leurs blessures.
Chaque nouveau arrivant été prit en charge au plus vite, les bras ne manquaient pas, tout le monde mettait la main à la pâte. Ne faisant aucunement attention à ses propres blessures, qui étaient de loin minimes, elle donna une pile de serviettes à un jeune homme pour qu’il puisse les distribuer. Revenant près de l’encadrement de la porte où elle s’y tenait quelques minutes plus tôt, elle regarda le ciel, le regard inquiet par ces couleurs inhabituelles.

Au loin, elle aperçut deux silhouettes qui cavalaient pour éviter les larmes d’acides, fendant l’air pour se mettre à l’abri le plus vite possible. S'immobilisant quelques secondes, Slown s’attarda sur les détails, croyant apercevoir la longue chevelure blonde de son amie Hécate.
Une sensation de terreur la submergea, plissant les yeux pour essayer de distinguer la deuxième ombre qui accompagnait la première, elle crut reconnaître  sa protégée.

“ Mon Dieu, c’est pas vrai, HÉCATE,  ZED !! ”

Elle se retourna, trouvant la première personne qui passait et lui demanda de lui ramener au plus vite le matériel nécessaire pour les premiers soins. Prise de panique, peut-être que son comportement pouvait prétendre à un traitement de faveur. Mais en effet, ses deux amies étaient restées dehors beaucoup plus longtemps que la plupart des gens présents ici, donc oui c’était le cas. La jeune docteur se jeta sur ses amies une fois qu’elles franchirent la porte. Le coeur palpitant, paniquée à l’idée que ses proches soient gravement atteintes. Les prenants dans ses bras sans vraiment serré pour ne pas appuyer sur leurs blessures, elle les regarda une à une pour se rassurer de l’ampleur de leurs plaies.  

“ Vous étiez où ?” demanda-t-elle à moitié affolée, à moitié rassurée de les savoirs en lieu sûr et prêt d’elle.


“Venez par là, je vais m’occuper de vous.”

Elle les guida vers un coin de la pièce. Gardant sa main sur l’épaule de Zed d’où elle émit une pression affective, et son autre main dans celle d’Hécate qu’elle serra tendrement. Ce contact était nécessaire pour atténuer cette frayeur qui avait grandi en elle et se persuader qu’elles étaient maintenant en sécurité.




_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar
You were the shadow to my light, did you feel us ? Another start... You fade away, afraid our aim is out of sight. Wanna see us alive ❀
Messages : 262
Médaillons : 502
Crédits : Emi.
Avatar : Aurora Aksnes
Pseudo : Lily la junkie
Présence : Instable


Personnage
Occupation : Assistante médicale
Âge : 16 ans
Localisation : Steros
Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Dim 11 Fév 2018 - 20:47



Apocalypse now !

Le campement en alerte



Zed tentait d'attraper les yeux de la cultivatrice, malgré la pénombre qui les entourait. Incapable de prononcer un mot, elle lui sourit timidement. En toute honnêteté, il n'y avait eu aucun courage caché derrière ce geste, elle n'avait pas réfléchi. Elle savait simplement qu'elle sera là, et elle ne voulait pas l'y laisser seule. Personne ne devrait être seul. Sans perdre le contact de ses yeux rassurants, elle se contenta d'acquiescer lorsqu'elle lui expliqua son plan qui, finalement, était des plus simples : courir. Fuir. Tenter de survivre. Solution instinctive, primaire, évidente et nécessaire. Si elles restaient là, elles allaient mourir. Et pas de la façon la plus douce. Alors en soi, il n'y avait pas de réelles options. Courir ou mourir. C'était au moins quelque chose qu'elle comprenait, pour l'avoir pratiqué depuis sa naissance. Mais ça ne l'empêchait pas d'avoir peur, alors Zed serra un peu plus la main d'Hécate, tentant d'apaiser les battements de son cœur encore trop sauvage. Un. Tout va bien se passer. Deux. Et la mort n'est pas si terrible que ça, après tout. Elle n'est qu'une autre étape, plus floue. Plus mystérieuse. Trois.

Zed se mis à courir sans réellement savoir où elle allait. Elle n'y voyait rien, avec cette bâche, et se contentait de fixer la boue à ses pieds. Elle avait l'impression d'errer. Et c'est à ce moment là qu'un nouveau contact rassura son cœur. Serrant les doigts autour de ceux qui avaient attrapé les siens, elle se laissa guider avec une étrange sérénité, comme si son effroi était davantage du à la solitude qu'à l'acide lui-même. En parlant d'acide, les gouttes commençaient à percer le plastique, forçant la jeune fille à fermer les yeux pour ne pas les sentir brûler. Elle avançait pratiquement dans le noir, avec pour unique lumière cette main accrochée à la sienne. Brutalement, elle eut l'impression d'être projetée en avant. L'atmosphère se réchauffa et le bruit sourd de la pluie sur la bâche avait cessé, laissant place à un silence bien vite troublé par une voix alertée. Une voix qu'elle reconnue sans peine. Slown. Laissant le plastique retomber au sol, Zed essuya ses mains contre ses vêtements avant porter ses doigts à ses yeux. Dans un geste instinctif, elle s'assura qu'aucune goutte brûlante ne viendrait plus les menacer, avant de les rouvrir doucement. Sous la peur et l'effort qui les avaient scellées, ses paupières restèrent collées quelques secondes avant de s'ouvrir sur un monde embrumé. Il fallu encore quelques battements de cils avant que les images ne s'éclaircir pour devenir plus nettes. Réalisant l’endroit où elles étaient, son regard glissa sur la silhouette à côté d'elle. Elle fut d'abord étonnée de remarquer que la pression exercée sur son épaule n'était pas celle d'Hécate, avant de laisser son corps tomber sur celui de Slown. Brutalement. Naturellement. Une étreinte non préméditée qui lui fit le plus grand bien. Et alors qu'elle laissait sa tête reposer sur l'abdomen du médecin, ses yeux cherchèrent une fois de plus ceux d'Hécate. Elle lui offrit un sourire rassuré. Voilà. Tout c'était bien passé. Oubliant sa propre douleur, mais également la panique alentour, Zed se sentait, pour quelques secondes encore, étrangement paisible. Leur corps s'en remettrait, leur âme était sauvée.

Elles avaient survécu.

Code by Sleepy

_________________
Je sais le temps, je sais les heures, les nuits passées que les rêves ne peuvent soulager. Je sais l'effort et le courage à retrouver, ce souvenir qu'il faudra vivre et continuer. Je sais tout ce qui est pour toi. Sois tranquille.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 345
Médaillons : 310
Crédits : BlueAlex & Frimelda & Hollidaysee (icône signature)
Avatar : Willa Holland
Pseudo : BlueAlex
Présence : Présente
Multi-comptes : Hylios Samaeg


Personnage
Occupation : Lieutenant
Âge : 25
Localisation : Steros
Steros • Régisseur



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Lun 12 Fév 2018 - 12:34



Apocalypse Now
RP LIBRE ξ 15/01/2481

Caelyne courait toujours, tandis que le ciel était toujours plus noir, la pluie toujours aussi persistante.  Elle courrait pendant que son regard se posait partout où des personnes pouvaient encore rester. Sur sa route, elle croisa quelques habitants, qu’elle dirigea vers les lieux en dur les plus proches. L’acide entamait ses vêtements, les brûlures commençaient à devenir insupportables, mais elle s’en fichait royalement. La sécurité des citoyens avant tout. Ses pas finirent par la mener près du dispensaire médical, devant lequel elle faillit passer sans prendre garde. Ce ne fut que quelques dizaines de mètres plus loin que la jeune femme réalisa qu’elle devait peut-être aller y jeter un coup d’œil. Au moins pour savoir si les médecins s’en sortaient avec les blessés, s’ils n’étaient pas trop débordés et si le dispensaire lui-même n’était pas trop surpeuplé par les habitants souhaitant se mettre à l’abri. Cae fit alors demi-tour et rejoignit l’entrée du bâtiment.

En entrant, la lieutenante constata que le lieu était plus vide qu’elle ne l’aurait cru – ou voulu –. Il y avait du monde, mais peu comparé à ce à quoi elle s’attendait, c’était peu. Deux options se portaient alors à ses yeux : soit la majorité des habitants avaient trouvé un abri ailleurs, soit il y en avait encore beaucoup trop dehors… La gorge de la jeune femme se serra à cette idée, la panique commençant à monter. Il ne fallait pas que des habitants meurent. Sûrement pas. Sous le coup de la terreur, son corps, mis en mode automatique, fit immédiatement demi-tour pour ressortir… Avant que la raison ne reprenne le dessus. Il serait peut-être d’abord de bon ton de finir ce qu’elle avait commencé, à savoir s’assurer qu’au dispensaire, tout se passait bien. Et puis, les médecins sur place pouvaient sûrement la renseigner sur ce qu’ils avaient vu.  

La lieutenante s’avança donc dans le lieu, observant du regard ce qui l’entourait. Les médecins, infirmiers et autres rebouteux s’activaient pour gérer au mieux les blessés. Au premier abord, ils semblaient efficaces, ce qui rassura grandement la jeune femme. De plus, elle admira leur sang-froid et leur détermination. Tout le monde n’avait pas réagi aussi calmement qu’eux à la catastrophe… D’un sens, cela rassura la jeune femme de voir qu’au moins, eux étaient efficaces. Cela enleva par la même un certain poids de ses épaules… Tandis que son regard explorait des yeux la salle, elle vit dans un coin Slown, nouvelle arrivée depuis un peu plus d’un mois à Steros, encore en intégration. Habituellement, Cae se méfiait d’elle, comme son boulot l’exigeait. Mais aujourd’hui, la donne était différente. Et de ce qu’elle pu voir, elle ne pu que faire confiance en la médecin, qui semblait porter une attention toute particulière aux blessés. Si Cae pouvait bien ne pas enlever une chose à Slown, c’était son empathie envers les autres et donc sa gentillesse. Cae sourit en constatant cela et se dirigea vers elle, remarquant, au fur et à mesure qu’elle s’approchait, que Slown était en compagnie d’Hécate et d’une jeune nouvelle arrivée, Zed. Ces deux là avaient l’air sous le choc, particulièrement Hécate…  Et Cae sentit son cœur se serrer au désespoir qu’elle pouvait lire dans les yeux de la cultivatrice. Elle savait à quelle point la jeune femme tenait à ses récoltes et à ses plantes et à quel point cela avait dû la détruire de tout voir partir en fumée. La lieutenante s’approcha doucement, mais de manière visible. Avec un regard préoccupé mais un air rassuré sur le visage, elle arriva aux côtés des jeunes femmes.

« Hey. Comment ça se passe ici ? Slown, vous arrivez à gérer la situation sans trop de mal ? »

Question générique, mais la réponse que Cae attendait l’intéressait vraiment. D’un sens, en s’adressant à Slown et pas à un médecin officiel pour avoir un point sur la situation était une grande preuve de confiance. La lieutenante se tourna ensuite vers Hécate, posant une main douce sur son avant-bras.

« Ca va aller, Hécate ? »

Elle espérait grandement que oui. Enfin, Cae se tourna vers Zed. Elle ne la connaissait que peu et la trouvait un peu mystérieuse, mais elle était actuellement dans le camp et donc devait tout de même être considérée comme une habitante à part entière.

« Et toi ? Pas trop secouée ? »

Quelques questions, un tour d’horizon pour avoir un aperçu rapide de la situation. En attendant leurs réponses, Cae jeta un œil par la fenêtre. Le ciel était toujours sombre. Un peu comme son humeur…

_________________
Don't trick me, and I'll be fair. Don't lie to me, and I'll be honest. Don't annoy me, and I'll be cool. But if you betray me, if you hurtsomeone I love, if you want to play a bad game with me... I'll kill you.
©️ FRIMELDA

Admin Rédac' • Hylios Samaeg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t152-caelyne-fawkes-if-i-need-someone-special-i-don-t-think-so http://www.afterdawn-rp.com/t96-caelyne-fawkes-don-t-fck-with-me
avatar

Messages : 260
Médaillons : 1542
Crédits : LilDay
Avatar : Katheryn Winnick
Pseudo : peregrin
Présence : régulière


Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros
Steros • Civil



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Mer 14 Fév 2018 - 20:51

Apocalypse Now

Steros' companionship

Ses poumons en feu, Hécate prit le temps de prendre une profonde inspiration alors que les bras de son amie l’enserraient de part et d’autre. Elle se laissa aller quelques secondes à cette étreinte, la tête doucement posée contre l’épaule de Slown, n’osant imaginer la peine de la médecin si elle n’avait jamais franchit le pas de la porte. A travers son enclave protectrice bien que superficielle pour ne pas aggraver ses brûlures, la cultivatrice pouvait sentir toute la frayeur de leur absence, et le soulagement de leurs retrouvailles.

« Au potager… je… j’essayais de protéger les plantes quand Zed m’a trouvé. C’est grâce à elle que je suis ici. » parvint à articuler la jeune femme en posant un regard tendre sur la fillette. Elle omit bien évidemment de dire qu’à l’arrivée de la blondinette, Hécate avait perdu tout espoir et aurait été prête à dépérir là sans y réfléchir une seconde si Zed ne lui avait pas forcé la main. Ce qui l’avait retenu ? De la honte ? Les réprimandes de son amie ? Sa peur d’autant plus grande ? Toutes ces raisons sans doute. Et la profonde intuition que personne ne pouvait comprendre le sentiment d’infini détresse qui l’avait prit alors. Ici, loin de ses plantations, elle aurait même pu croire que tout cela n’avait pas eu lieu. Que la verdure de ses champs l’attendait et que le manteau gris qui les avait recouvert n’était qu’un mauvais rêve. Se laissant diriger par Slown, elle sentit les brûlures sur son corps la démanger de toute part et passa une main sur sa peau à vif en retenant avec difficulté une grimace de douleur. Arrivées à l’écart du reste des réfugiés, elle croisa le regard clair de Zed, le creux de sa main gardait encore le souvenir de la sienne. Et pour cause, c’était bien l’une des seules zones que la pluie n’avait pas grignotée. En passant près d’elle pour s’asseoir contre le mur, elle glissa sa main valide dans les cheveux de la protégée de Slown, la laisser couler jusqu’à sa joue.

« Je suis heureuse qu’on se rencontre enfin… » un sourire triste marqua ses traits et la cultivatrice s’adossa lourdement contre le mur, la tête reposée en arrière. Il y avait certes de meilleures conditions pour débuter une relation. Mais y avait-il meilleures bases pour s’éprouver ? A force de s’être côtoyées pendant ces dernières semaines, les deux jeunes femmes avaient appris les habitudes l’une de l’autre sans s’en rendre compte, et sans échanger un mot. Au prix de la vie on perd forcément sur son chemin, mais ce qu’on y gagne ne vaut-il pas la peine de se relever, au moins jusqu’au prochain carrefour ? D’un coin d’œil oblique, Hécate vit la lieutenante de Steros s’avancer vers elles. Cela faisait quelques années que les deux femmes se connaissaient à présent et Caelyne pouvait compter sur tout le soutien de la cultivatrice. Sa jeunesse n’avait d’égal que son courage et sa volonté de faire au mieux pour tous, elle était un des piliers du campement. Et à en juger par son regard sombre elle s’inquiétait et semblait mémoriser chaque visage pour en recenser les plausibles absents.

Elle ne put répondre à sa question que par un profond soupir. Ne pouvant lui mentir elle se contenta de poser sa main sur la sienne qui avait enserré son avant bras. Malgré la fatigue et le vide qu’elle sentait grandir en elle, Hécate se força à renseigner du mieux possible la lieutenante.

« Le côté ouest est sécurisé… il n’y avait plus que nous près du … potager. »
sa voix s’amenuisât en un souffle à ses derniers mots et elle ferma la bouche, craignant de lâcher les vannes trop vite et se contenta de fermer les yeux lentement alors que Cae s’enquerrait de la petite à ses côtés.


_________________
When the day has come, But I've lost my way around And the seasons stop and hide beneath the ground When the sky turns gray And everything is screaming I will reach inside Just to find my heart is beating
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Messages : 881
Médaillons : 1833
Crédits : Rhaelyn d'amour !
Avatar : Marion Cotillard
Pseudo : Sha Lottie
Présence : 7/7

Multi-comptes : Ven Bishop / Kaenya Obs


Personnage
Occupation : Médecin
Âge : 29 ans
Localisation : Steros
Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Ven 16 Fév 2018 - 18:11

APOCALYPSE NOW



Le coeur rassuré mais l’esprit inquiet, la jeune médecin entreprit de mélanger le cataplasme qu’elle allait appliquer sur la peau de ses deux amies, afin de soulager leurs démangeaisons et de diminuer le risque d’infection. Le ciel continuait à faire des siennes et ce sentiment d’impuissance continuait à la ronger. Elle ne savait si tout le monde avait pu se mettre à l’abri, si tout le monde était hors de danger.  Mélangeant efficacement la substance verdâtre, elle commença à l’appliquer doucement sur leurs plaies. Les regardants tour à tour, tendrement et apaisée essayant de calmer la peur intérieure qu’elle avait perçue dans leurs regards.

À ce moment, la jeune commandante entra dans le dispensaire, observant d’un oeil attentif les habitants qui y étaient présents. Slown se releva à son approche, rassurée de la voir saine et sauve. Même si elle savait très bien que Caelyne se méfiait d’elle, elle mettait de côté cet état d’âme. Ne lui en voulant pas vraiment, c’est bien normal quand on ne connait pas une personne et que l’on est en charge de gérer la sérénité d’un camp. Alors Slown partait du principe qu’il lui fallait du temps, et grâce à ses actes elle pourrait lui prouver qu’elle était digne de confiance. Son seul but était d’aider, bien avant de penser à sa propre personne. Alors, elle n’avais pas vraiment cherché à être dans les bonnes grâce de Cae, laissant le temps au temps. Mais la situation actuelle lui fit oublier tout cela, il était question de vie, question de sécurité. Le fait que la commandante vînt lui demander à elle si tout se passait bien, et pas à Jurah par exemple, lui provoqua un pincement, un pincement de confiance accordée. Les choses évoluaient, en positif.

“Caelyne ! Vous allez bien ? Je suis soulagée de vous voir saine et sauve ! Oui, on arrive à gérer ici, mais j’aurais préféré avoir un peu plus de mal, même si c’est malheureux à dire. Cela signifierait  que plus d’habitants se trouveraient ici et moins de chance qu’ils soient dehors…”

Elle parcourut la pièce du regard observant les blessés et l’équipe médicale s’empressant autour d’eux.

“Quand cela s'est déclenché, je suis allé faire le tour des tentes aux alentours du dispensaire,  pour essayer de rapatrier au maximum de personne. J’espère que la majorité est à l’abri, peut-être au refectoire….”

Un doute dans sa voix, mais en tout cas elle l’espérait du fond du coeur. Elle regarda la commandante parcourant sa peau exposée.

“Laissez-moi vous appliquer ce cataplasme, si vous retournez dehors avec l’état de vos blessures, cela va s’aggraver. Et puis ils ont besoin de vous, on a besoin de vous plus que jamais.”

La situation était grave et très urgente. La tonalité de la fin de sa phrase s’était amoindrie. Au fond, elle n’avait aucune idée de l’après des événements. Tout ce qu’elle pouvait faire, elle le faisait déjà, en extérieur elle ne servait pas à grand-chose. Et si le rôle qui lui était attribué, était de devoir rassurer les gens, alors la commandante pouvait compter sur elle. Slown se doutait bien que Caelyne allait retourner dehors, mais la pluie n’avait pas encore cessé.Tout en continuant de mélanger énergiquement le remède, elle porta un regard vers la lieutenante.

“ J’imagine que monsieur Neldrik sait ce quil se passe. Que va-t-on faire ? On ne peut regrouper tout le monde ici ? Il manquera de place une fois tous les habitants réunis..”

Elle ne voulait le laisser paraître, mais elle avait peur. Peur pour les autres, peur pour ceux qui n’étaient revenu, et peur pour l’après.. Pour le déroulement des choses.


_________________

THE SWEET CARESS OF THE WIND
YOU'LL NEVER BE ALONE AGAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t602-steros-slown-erzion__-la-frontiere-est-mince-pour-passer-de-survivant-a-predateur http://www.afterdawn-rp.com/t560-slown-erzion-___-termine
avatar

Messages : 48
Médaillons : 350
Avatar : Felisja Fishball
Pseudo : Callaghann
Présence : régulière
Multi-comptes : Nop


Personnage
Occupation : Eclaireur de Steros
Âge : 24 ans
Localisation : Steros
Steros • Protecteur



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Ven 16 Fév 2018 - 18:55

Après avoir laissé son regard balayer l'horizon sombre qui crachait une pluie étrangement corrosive sur la Terre, Kaliska se tourna pour voir un peu ce qui se passait dans cet abris là. Il y avait de ça et de là des familles entières qui se perdaient en lamentation, en cris de désespoir, en cris de douleur. D'un ton ferme, elle interpella les gens afin de les calmer un peu.

- Kaliska Blades: Eh ! Tout le monde ! On m'écoute.

Le ton ferme, la voix grave avait finit par avoir raison du brouhaha ambiant. Petit-à-petit, les gens tournaient la tête vers elle. Sa silhouette se détachait difficile dans l'encadrement de la porte du bâtiment où tout le monde avait trouvé refuge. Cependant, nombreux furent ceux qui avaient reconnu la guerrière tatouée. Une fois le silence revenu, elle s'exprima calmement et avec autorité. Les gens qui étaient dans la confusion avaient besoin de savoir qu'une personne savait ce qu'elle faisait. Ou, tout du moins, faisait semblant de savoir ce qu'il y avait à faire dans une situation aussi exceptionnelle.

- Kaliska Blades: Toi ! Dit-elle en pointant du doigt un grand gaillard. Prends plusieurs personnes avec toi pour débarrasser au mieux les meubles de la pièce afin que l'on ait un maximum de place.  Elle marqua une légère pause avant de s'adresser à une femme d'un âge certain. Toi ! Tu vas Voir tout ce que tu peux récupérer comme linge. Prends des gens pour t'aider. Puis voyez avec Natalia comment administrer les premiers soins. Pendant ce temps, je vais filer à l'infirmerie.

Elle ne termina pas sa phrase, car l'objectif était clair. Un dernier regard en direction de son amie, une profonde inspiration et elle fila à toute vitesse à l'extérieur de la bâtisse protectrice.  Ses vêtements renforcés lui offraient une certaine protection, mais la pluie aurait tôt fait de ronger tout cela patiemment. Il fallait agir vite. De plus, le sol était devenu particulièrement glissant et acide. Bondissant d'abris de fortune en abris de fortune, Kaliska finit par atteindre l'infirmerie. Elle fit sensation à son entré.

- Kaliska Blades: J'ai besoin de médicaments et de volontaire pour ...

Elle ne termina pas sa phrase quand elle constata que Slown, Caelyne, Hécate et Zed était là. La jeune guerrière repris sa marche en direction de ce petit groupe pour se planter devant le lieutenant de Steros.

- Kaliska Blades: J'arrive du nord du camp. Il y a plusieurs dizaines de personnes dont de nombreux enfants qui ont trouvé refuge dans un des bâtiments. Il y a Natalia avec eux pour organiser les premier soins, mais il va falloir leur apporter des médicaments. Au minimum.

La jeune femme avait quelques blessures dues à la pluie corrosive. Son instinct de survie et surtout son équipement d'éclaireur lui avait éviter d'être fortement touchée. La jeune femme tatouée avait l'air parfaitement ridicule avec son sceau métallique sur la tête afin de protéger son crâne de la morsure des larmes des cieux.

- Kaliska Blades: Je suis prête à repartir tout de suite leur apporter ce qu'il leur faut. Après, s'il le faut, je peux faire le tour des bâtiments pour voir si d'autres ont besoin d'aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
You were the shadow to my light, did you feel us ? Another start... You fade away, afraid our aim is out of sight. Wanna see us alive ❀
Messages : 262
Médaillons : 502
Crédits : Emi.
Avatar : Aurora Aksnes
Pseudo : Lily la junkie
Présence : Instable


Personnage
Occupation : Assistante médicale
Âge : 16 ans
Localisation : Steros
Nat • Aspirant Steros, évolué



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   Sam 17 Fév 2018 - 12:07



Apocalypse now !

Le campement en alerte



Zed se déconnecta quelques secondes, profitant de la proximité de Slown et de la douceur d'Hécate. Lorsque la main de cette dernière rencontra sa joue, la jeune fille lui adressa un sourire chaleureux. Les circonstances de leur rencontre étaient certes violentes, mais elle n'aurait pas souhaité que cela se passe autrement. En réalité la peur, le peine et la douleur n'avaient eu pour effet que de renforcer la sérénité que la proximité de la cultivatrice lui avait toujours apporté. Elles ne s'étaient jamais réellement parlé et Zed se sentait encore perdue dans ce monde si peuplé, mais aujourd'hui la rencontre était officielle. Et le lien qui les unissait bien réel.

Balayant distraitement la salle de regard, elle pris doucement conscience de la tension qui imprégnait les lieux. Le visage de Caelyne était d'ailleurs fermé. Ses traits étaient inquiets. Et son regard semblait chercher à rassembler tout le courage qu'elle possédait pour ne pas se laisser aller à la crainte et au désarroi. Zed la fixait toujours, happée par cette force qui se dégageait d'elle, avant secouer la tête pour indiquer que tout allait bien. Etre surprise. Courir. Survivre. Cette expérience n'était pas si différente de son quotidien. Les assauts de la nature étaient tout aussi nombreux que les abris qu'elle prodiguait et Zed avait appris à ne plus être choquée. Ni traumatisée. Elle se réfugiait simplement dans une bulle ou seule sa survie comptait. Et c'est donc pour la première fois de sa vie qu'elle se retrouvait confrontée à une telle panique. A une telle inquiétude. Des êtres qui s'inquiètent pour d'autres. Qui cherchent à organiser, protéger, soigner une communauté entière. C'était très déroutant. Parce que c'était nouveau. Doucement, la quiétude qui l'avait enveloppée à son arrivée dans le bâtiment laissa place à un étrange sentiment. Sentiment qu'elle n'eut pas le temps d'approfondir, puisqu'un bruit sourd la ramena sur terre. Face à elle, la silhouette de Kalista avançait, rehaussée de quelques centimètres par un sceau métallique. Elle aurait reconnu ces tatouages n'importe où, et depuis le jour où l'éclaireuse l'avait trouvée près du camp, ils n'avaient cessé de l’intriguer. Mais l'heure n'était pas à la contemplation. Zed observait, une fois de plus, ce phénomène étrange qu'était la solidarité. Le sentiment qui l'avait peu à peu attrapée se renforça, devant pressent au creux de son estomac. Je peux aider, lâcha-t-elle subitement. Elle était sans doute aussi surprise que les autres par son affirmation, d'autant qu'il s'agissait là des premiers mots qu'elle prononçait. Mais comme toujours, c'était son instinct qui prenait le dessus, et elle pensait comprendre ce que chacun éprouvait ici. Au delà de ses connaissances acquises à l'extérieur, elle observait les médecins -pour ne pas dire Slown- depuis son arrivée ici. Je sais faire cet onguent pour les brûlures. Elle désigna d'un regard le pot que Slown tenait encore. Ces gens, là-bas, s'ils sont blessés ils en auront besoin. Après tout, c'était le but non ? De se diviser pour mieux aider. En arrivant ici, Zed n'avait pas l'intention de ressortir. Mais elle aimait apprendre de ce monde, et la leçon du jour était d'intégrer cette entraide comme mode de fonctionnement. Et puis, je cours vite, conclut-elle. C'était toujours utile. Son regard chercha celui de son mentor, avant de s'accrocher à ceux de Caelyne et de Kalista.   

Code by Sleepy

_________________
Je sais le temps, je sais les heures, les nuits passées que les rêves ne peuvent soulager. Je sais l'effort et le courage à retrouver, ce souvenir qu'il faudra vivre et continuer. Je sais tout ce qui est pour toi. Sois tranquille.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Apocalypse Now - RP LIBRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apocalypse Now - RP LIBRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Bastion Steros :: Campement-
 
Sauter vers: