AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP
Flash info

Intrigue Mise à jour du chapitre en cours juste ici !
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
44 joueurs ◈ 62 personnages
31 Hommes ◈ 31 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 16 hab.
Extérieur 13 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Lun 29 Jan 2018 - 13:41

HRP :
 
Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
Tout était entré dans l'ordre, m'avait dit le médecin. C'était rassurant, mais ma santé n'était pas vraiment ma principale préoccupation... Même si Nenia avait couvert mes arrières, je savais que nos deux vies avaient été mises en danger par ma faute. Une curiosité et un manque de considération pour ceux qui restaient derrière. Un comportement assez inconscient qui, pour l'heure, avait été masqué par le succès de la mission. Je n'étais pas une milicienne. J'avais beau avoir vécu toute ma vie à l'extérieur, je n'étais pas prête. Je m'en voulais un peu d'avoir insister auprès de Wernher pour qu'il m'accorde de partir avec une de ces unités que je voyais quitter l'avant-poste. Grâce à Nenia, il pourrait très bien penser que j'étais capable de me rendre utile aux côtés des miliciens et ça pourrait, pourquoi pas, ouvrir des portes vers d'autres expéditions. Mais au fond, je savais que ça ne serait pas une bonne idée. Récupérant encore de cette mission de laquelle j'étais revenue la veille, je peinai à me lever. La personne chargée de faire décamper les civils en hibernation dans leurs paillasse dû me secouer l'épaule pour que je daigne ouvrir les yeux. « Hadler, t'es censée être au QG depuis une heure déjà ! » Je grognai dans un ultime effort pour ouvrir mes yeux et me lever. Si le Commandant avait réellement eu besoin de moi, il m'aurait fait rapatriée depuis longtemps... Je soupirai un simple : « ouais c'est bon j'me lève... » Et le gars quitta le bloc.

Piochant dans les vêtements qui m'avaient été confiés, je fis une brève toilette et m'habillai avant de partir vers le QG. Traverser les allées jusqu'au quartier général n'était pas pour m'enchanter. J'essayais d'éviter la majeure partie des miliciens, commençant à connaître les recoins les moins fréquentés. Jusqu'à finir par ne plus pouvoir en éviter un seul ; le QG était plein de ces regards qui vous jaugeaient de la tête aux pieds. Des sourires lubriques à l'idée qu'ils se faisaient de moi : le dessert du Commandant. Comme j'avais envie de leur retourner un pain et de les insulter... Ce n'était pas la solution la plus diplomate ni la plus constructive... Mais au-delà de me rabaisser, ça dénotait également d'un manque de respect indirect envers la personne qui, normalement, devrait être la plus respectée. Ces miliciens... Je ne les comprenais pas. Ils devaient être des exemples de discipline et de droiture. mais un sur deux semblait n'être qu'un tas de muscles sur laquelle on a posé une tête pour diriger le tout sans réfléchir plus loin que le bout de son nez. L'autre moitié des miliciens était juste dépitée par ma présence ou alors n'en avait rien à carrer. Je préférais cette deuxième moitié qui paraissait déjà un peu plus honnête... à défaut d'être agréable. Peu de personnes l'étaient avec moi de toute façon. Les civils étaient bien plus ouverts, bien moins préoccupés par ma présence. Malheureusement, ce n'était pas à eux que j'avais le plus souvent à faire.

Sans ennui aucun, on me laissa traverser l'entrée du QG et monter les marches qui menaient jusqu'au bureau du Commandant. Oubliant qu'il était de coutume de frapper pour prévenir de son arrivée dans une pièce, j'ouvris la porte et la fermai derrière moi avant de me tourner vers Wernher. Je mordillai l'intérieur de mes lèvres, traits tirés par l'inquiétude plus que par la fatigue. Cela ne faisait qu'une semaine que le Commandant me laissait aller et venir dans le camp. Après avoir passé plusieurs jours à ne voir qu'une cellule m'ayant rendue claustrophobe, c'était déjà un beau geste qu'il avait fait. Malgré l'accessibilité dont il faisait preuve face à moi, j'émettais encore quelques réserves. Je lui faisais confiance, au fond, et peut-être était-ce dû au fait que nous étions de la même nature, mais je sentais en sa présence quelque chose de rassurant. Comme si ce point commun impliquait une familiarité réconfortante. Je m'avançai sans dire un mot, attendant qu'il m'explique ce qu'il attendait de moi aujourd'hui. Trimbaler un carton de papiers jusqu'à l'atelier de recyclage ? Aller chercher untel et untel pour l'un de ses entretiens barbants ? Je ne m'attendais pas à beaucoup d'action, et n'aspirais pas à beaucoup d'action de toute façon. Même si j'avais l'impression que chaque ordre qu'il me donnait était une tentative de justifier ma présence à ses côtés aux yeux des autres qui le critiquaient de laisser une étrangère l'approcher de si près, au moins j'étais en dehors de ces maudites cellules et personne ne venait me gueuler dessus pour que je lui raconte ma vie. Je savais que je devais m'estimer heureuse et reconnaissante des risques qu'il prenait pour moi. Après tout, la confiance de ses hommes était en jeu. Et même si la plupart n'irait jamais lui dire ses quatre vérités en face, il devait savoir qu'ils n'en pensaient pas moi. Alors reconnaissante, je l'étais. Mais de là à le remercier, je n'étais pas encore fixée...
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Lun 29 Jan 2018 - 15:41


Assit derrière son immense bureau, toujours un peu trop en désordre à son goût, il profitait d'un moment de répit pour se lever. Il alla dans un coin de la pièce et souleva une latte du plancher pour en sortir un bouquin. Un vieux truc dont les pages ont été jaunies par le temps est passé, les pages sont à moitié cornés et froissé, quant à la couverture elle fait grise mine depuis longtemps, le titre était à moitié décoloré et le dessin effacé. Pourtant, on peut toujours y lire le titre "Alice au pays des merveilles" ainsi que le nom de l'auteur. Au final, cela n'a que peu d'importance. Ce livre, il le connaît par cœur pour l'avoir lu des dizaines et des dizaines de fois. C'est le seul livre qu'il a trouvé et sauvé malgré le fait que ce genre de choses soit grandement prohibé. A l'époque, la curiosité l'avait poussé à s'emparer de l'objet, à présent c'est quelque chose de précieux à ses yeux sans vraiment savoir pourquoi. Une sorte de relique, quelque chose qui marque la connaissance oubliée des temps anciens. Et puis... cette drôle d'histoire totalement fantasque lui fait grandement penser à ce monde dans lequel il vit. Bien sûr, là il n'y a pas de lapin blanc qui court ou de reine qui veut trancher la tête de Alice. Ce livre lui a fait vivre une aventure, c'est pour ça qu'il l'aime bien. Il en lu deux chapitres avant de le remettre à sa place.

Finalement, lire ne l'a pas vraiment aidé à trouver une solution à son problème. Quatre personnes ont été trouvés à roder près du dôme et bien sûr tous ont été arrêtés et mené à l'avant garde, c'est la procédure. Le destin de ces malheureux est donc entre les mains de Goran. Ceci pourrait lui donner la grosse tête, mais il sait la garder froide et ne pas abuser du pouvoir qu'il possède. Ce n'est pas un tyran, à quoi ça servirait de l'être ? Le commandant n'est peut-être pas l'homme le plus aimé du coin, mais il ne pense pas avoir fait quoi que ce soit pour qu'on le déteste plus que ça. De toute manière, part sa position les autres lui doivent le respect. Quiconque ne veut pas respecter la hiérarchie et joue d'insubordination sera puni comme il se doit. Ce sont les règles et il les fera appliquer. Bref, les quatre prisonniers étaient l'occasion rêvée pour tester le don de Eiven sur eux.

Eiven... elle n'était pas encore là, en retard. Il regarda l'horloge accrochée au mur, elle devrait être ici depuis déjà plus de quarante minutes. La jeune femme a le droit à beaucoup d'avantages avec Goran, mais s'il y a bien une chose qu'il déteste par dessus tout c'est les retards. Autant dire qu'elle a intérêt à avoir une bonne raison de ne pas être là. Il peut tolérer quelques minutes de retard, mais là... c'est carrément un lapin ! En même temps, tout au fond de lui, il s'inquiète. Et si lui était arrivée quelque chose ? Il sait très bien que les miliciens ne l'apprécient pas plus que ça. L'un d'eux aurait pu s'en prendre à elle et lui faire du mal ? L'idée ne le rassurant pas. Il se leva et commença à faire les cent pas dans son bureau, allant de droite à gauche, les mains dans le dos pour essayer de ne pas sortir en trombe du bureau pour partir à se recherche. Ce n'est rien, il devait s'en convaincre, elle a sûrement oublié ou perdu du temps à s'entraîner trop longtemps.

La porte s'ouvre, sans même prévenir au préalable. Qui voilà ? Eiven Hadler, arrivant comme une fleur. Le regard bleu ciel de Goran se posa sur elle, il n'avait rien de sympathique, au contraire il était autoritaire et les quelques traits tendus de son visage indiqué qu'il était contrarié. "Tu sais depuis combien de temps tu devrais être là ?!" s'exclame t-il sans détour et sans grande sympathie. "J'en fais beaucoup pour toi, mais si tu ne respectes pas un minimum les règles, il y a un moment où je vais devoir sévir !" ajoute t-il d'un ton sec comme un avertissement. Elle s'en sort pour cette fois, mais la prochaine... ça risque d'être plus compliqué. Juste après ça, il ne perd pas plus de temps et lui fit signe de s'asseoir. "J'ai besoin de toi. Nous avons capturé quatre rôdeurs autour du dôme. Je veux que tu les test." Wernher n'a pas besoin de donner plus d'explications, elle sait de quoi il parle. Quand il parle de les tester, elle doit utiliser son don pour savoir si l'un d'eux est comme eux. C'est assez simple comme tâche, non ? Et ceci permettra à Goran de voir si elle est efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Lun 29 Jan 2018 - 20:15

Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
Perplexe, j'oscillais entre son regard persistant et la colonie de papiers et autres choses ayant élu domicile sur son bureau. Ses yeux étaient d'un de ces bleus qui ne pouvaient laisser quiconque de normalement constitué indifférent, mais l'éclair désabusé qui les traversait ne me donnait pas l'envie d'y plonger les miens, loin de là. J'avais tout à apprendre de la discipline militaire - et générale, il faut avouer - et de la rigueur qu'on demandait à chaque personne habitant cet avant-poste. Loin d'être du genre à me plier aux règles lorsque je les trouvais abusives ou sans logique, je n'étais pas facile à gérer, j'en avais bien conscience. Mais je ne voyais pas vraiment le mal que mon retard pouvait avoir causé. C'est vrai... je n'étais pas des plus indispensables... Et je n'avais pas la prétention de croire que ma présence auprès du Commandant suffisait à l'aider... Il me notifia toutefois ce défaut de ponctualité sur un ton répressif. Me rappelant également ce qu'il faisait pour moi, pour que je puisse être ici. Je cillai. C'était lui qui tenait à ce que je reste, lui qui avait choisi de me prendre à charge.

Certes, penser ainsi n'allait en rien arranger les choses et témoignait d'une ingratitude sans nom, c'est pourquoi je me retins de faire le moindre commentaire, baissant simplement les yeux en continuant à me mordiller les lèvres. Reiver n'était pas un lieu de repos ni un refuge pour survivants en mal de compagnie. Et en plus de comprendre les enjeux que le Commandant mettait sur la table pour assurer ma présence ici, je lui devais bien de faire ces efforts qu'il me demandait. Sans son appui, je me doutais que peut-être, je ne serai déjà plus de ce monde. Mais je n'affectionnais pas le moins du monde sa tendance à me parler comme si j'étais une enfant. Même si j'avais remarqué que les gradés avaient tous tendance à parler à ceux qui ne respectent pas les règles comme à des gamins...

Il existait dans le comportement du Commandant une chose assez déroutante de prime abord mais qui épargnait beaucoup de temps : sans plus s'attarder sur la contrariété de mon retard, il me demanda de m'asseoir d'un simple geste et passa à autre chose. Je m'assis sans dire un mot, me contentant d'attendre de savoir ce qui m'attendait ce jour. « J'ai besoin de toi, commença-t-il à expliquer. Nous avons capturé quatre rôdeurs autour du dôme. Je veux que tu les testes. » Je fronçai les sourcils. Ces mots n'échappaient pas à ma compréhension. Je ne connaissais pas très bien les intérêts que Reiver avait pour les natifs, tout ce dont j'avais conscience, c'était du fait qu'il les recherchaient pour les envoyer à Helion. Ce qui leur arrivait là-bas, ça, je l'ignorais. Le scepticisme de Wernher me laissait penser que les natifs étaient étudiés. Était-ce un mal ? Un bien ? J'en savais trop rien. J'étais loin de connaître la morale qui régnait à Helion, ayant toujours vu ce dôme comme un havre de paix où tous vivaient en parfaite harmonie. J'évitais de poser des questions plus précises, ne voulant ni m'attirer les foudres de Wernher, ni m'attirer, à moi, plus d'ennuis qu'actuellement.

Même si j'évitais de laisser ma curiosité m'emmener sur un terrain glissant, je ne pouvais m'empêcher d'émettre quelques réserves... plus dans mon ton que dans mes intentions. « Ces... personnes, il leur arrivera quoi si elles sont normales ? Ou si elles sont comme nous ? » Demandai-je pensant que de toute façon, mon acquiescement était implicite. La requête du Commandant me paraissait assez éloignée de toute envie de m'utiliser comme d'un radar à natif, je comprenais que certains d'entre nous pouvaient représenter un danger et qu'il était mieux pour tout le monde de les identifier. Mais ça ne changeait pas l'idée qu'il s'agissait d'êtres humains et je craignais qu'ils soient destinés à un sort funeste si jamais ils se révélaient être tout à fait normaux, sans particularité. Bien que j'avais envers Wernher une certaine confiance, je n'arrivais pas à savoir ce qu'il attendait de moi, de ma présence, de ces personnes qu'il envoyait ou non à Helion, qu'il recrutait ici ou renvoyait à grand coup de pied. Et même si parfois ça me rendait méfiante, la plupart du temps, j'observais une certaine fascination naissant de la frustration de ne pas savoir l'anticiper, prévoir ce qu'il a en tête.
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Mar 30 Jan 2018 - 19:03


Elle était enfin là, ayant l'air de se ficher de son retard. Tout le monde n'est pas comme lui à respecter les règles. C'est d'ailleurs assez amusant de voir à quel point il s'est discipliné en devenant milicien. Lui qui avait l'âme rebelle. Disons qu'il a compris que pour ne pas avoir d'ennui, il faut savoir rester discret et entrer dans le rang. Il est possible de garder son esprit rebelle de bien des façons. Le simple fait qu'il ait permis à Eiven d'avoir quelques avantages c'est en un sens une sorte de rébellion. Au sein de Reiver, il sait que tout le monde n'est pas d'accord avec ça. Sauf que c'est lui le plus haut gradé, c'est lui qui a le pouvoir et qui commande, personne ne peut donc contester son autorité. Et si quelqu'un veut quand même le contredire, il aura alors à faire à lui. Goran reste un homme dangereux qui n'a pas peur de se battre, ce n'est pas parce qu'il est le plus souvent assit le cul derrière ce bureau qu'il ne sait plus se battre. Comme tout le monde, il s'entraîne tous les jours, même deux à trois plus qu'eux, mais ça personne ne le voit.

Ayant suffisamment réprimandé la jeune femme, tout en sachant que ceci ne lui ferait certainement ni chaud, ni froid, il passe à la suite en lui indiquant de s'asseoir. Perdre du temps est également une chose que le commandant n'apprécie pas. Surtout en ce moment, avec le groupe de type qui attendent d'être interrogé. Sans détour, il explique la situation à la jeune femme. Sa mission est on ne peut plus simple. Enfin... il ignore si l'utilisation de son don est facile. De même, il ne sait pas si elle a une sorte de contre coup quand elle s'en sert. Lui, il sait que ça peut être violent, mais quand il s'en sert, il en abuse souvent un peu trop. La jeune femme l'avait écouté, mais elle avait une question. Bien sûr... il fallait qu'elle pose cette question. Ceci le fit soupirer... Dans un cas, il ne peut pas dire que s'il y a un natif dans le lot, celui-ci deviendra une sorte de cobaye, un sujet d'expérience qui sera très certainement maltraité, qui vivra les pires horreurs avant de mourir. En fait, lui-même ne sait pas exactement ce qu'il s'y passe. Tout ce qu'il sait, c'est que les personnes ayant ce genre de capacité finit par disparaître. C'est bien pour ça qu'il a fuit Hélion, pour se protéger lui même. C'est même extrêmement dégueulasse de sa part d'envoyer des gens comme lui là-bas. Mais n'est-ce pas la meilleure couverture ? Qui ira soupçonner ce bon Commandant Wernher d'être un natif exceptionnel ? La survie, c'est tout ce qui compte dans ce monde. "Ce qui leur arrivera... ça sera à moi de décider. Soit ils seront envoyés à Hélion pour y mener le reste de leur vie, soit ils resteront à Reiver où ils seront jetés dehors. Tu vas me dire ce qu'ils sont. Mais ils seront également interrogés pour connaître leur intention à traîner autour du dôme. En fonction des réponses... leur futur pourra changer." C'est la meilleure réponse qu'il peut donner et c'est ce qui est le plus proche de la vérité. Sauf pour le cas des gens comme eux, qui seront obligatoirement envoyés à Hélion.

Goran se leva de son siège pour faire le tour de son bureau et s'asseoir sur le bord de celui-ci, histoire d'être plus proche de la jeune femme. "En quoi leur sort t'intéresses ? Tu penses que tu as le choix de refuser ? Tu devrais les tester, quoi qu'il arrive !" Ça peut sembler cruel de sa part de lui imposer ça, mais d'une certaine manière, elle reste son objet et il en fera ce qu'il veut. "D'autres questions ou objections ? Ou bien on peut aller à présent ?" demande t-il comme si elle avait vraiment un droit de décision là dedans.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Mar 30 Jan 2018 - 20:36

Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
Mon éducation avait été faite de ces belles choses que l'on imagine lorsque l'on prononce le mot famille. Ces valeurs qui nous poussent à coexister dans une certaine harmonie, une solidarité et un souci de l'autre qui assure une cohésion inébranlable. C'était loin d'être l'ambiance à Reiver de ce que je pouvais constater. Même si la réponse de Wernher me semblait valable et morale, ça restait si impersonnel et arbitraire que je me demandais quand même si c'était juste ou non... Helion ne pouvait pas accueillir tout le monde, c'est évident. Et sans doute que des méthodes plus humaines avaient été testées avant d'en venir à ce détachement. Mais il était évident qu'entre la milice et moi, il y avait tout un fossé. Je ne pensais pas qu'une vision valait plus que l'autre. Elles étaient juste... différentes. Et celle de Reiver me paraissait triste. Je suivis le Commandant du regard lorsqu'il quitta sa chaise pour venir s'appuyer au bord du bureau face à moi. Les yeux se levant pour le garder en vue, je restai quelque peu intimidée.

De son intonation ressortait une certaine arrogance que je devais sans doute mériter pour me mêler de ce qui ne me concernait pas. Évidemment, leur sort m'importait peu. Mais quelque part, je me demandais si je n'avais pas un rôle à jouer plus important que ces interrogatoires. Et que, peut-être, si je déclarais tout le groupe natif, ils auraient la possibilité d'échapper à ce que j'avais pu endurer. Après... je doute que beaucoup de personnes gardent le silence face aux méthodes de Reiver. Le caractère obligatoire de sa requête me dérangeait. Bien sûr que je le ferais. Il pouvait me demander bien des choses sans un s'il te plaît ni un merci au vu de ce qu'il avait fait pour moi et de ce qu'il faisait encore aujourd'hui pour me garder. Toutefois, je considérais sa façon de me traiter plutôt rustre et malvenue... il pouvait se le permettre, c'est vrai, mais devait-il en profiter ? « D'autres questions ou objections ? Ou bien on peut aller à présent ? » Mes yeux se baissèrent un instant et je mordillai à nouveau mes lèvres. Sans un mot, je me levai et me tournai vers la porte que j'avais franchi quelques courtes minutes plus tôt, attendant qu'il ouvre la marche.

Ayant compris qu'aujourd'hui la patience du Commandant était limitée, je me gardai de l'ouvrir durant le trajet qui séparait son office des cellules. Évitant les quelques regards désobligeants des miliciens que nous croisions, je ne lâchai pas les talons de Wernher. Au moins ce matin personne ne se sentait inspiré à l'idée d'aboyer. Peut-être comprenaient-ils que Wernher n'était pas d'humeur à laisser passer le moindre écart de leur part aujourd'hui. Nous arrivâmes à destination. Les miliciens qui se chargeaient de la garde des lieux étaient immobiles, mine patibulaire. En même temps, passer sa journée à faire le planton, ça ne devait pas être très enthousiasmant. Je pris un peu de retard sur le Commandant à m'arrêter sur l'un deux un peu trop longtemps. C'est de foulée accélérée que je revins à la hauteur de Wernher. Revenir dans ces couloirs lugubres me filait la chair de poule. À observer l'endroit, j'essayais de garder mon calme et de ne pas paniquer. J'étais de nature assez téméraire et je ne manquais pas de courage. Mais certains souvenirs rappellent les plus déterminés à l'ordre, inéluctablement. Comme si les cellules étaient prêtes à m'agripper pour m'enfermer elles-mêmes, je me rapprochai un peu plus de Wernher, espérant que tout ceci serait vite bouclé. J'étais loin d'être rassurée et sa proximité m'aidait à rester concentrée.
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Mer 31 Jan 2018 - 17:17


La situation était expliquée à Eiven, elle savait ce qu'elle avait à faire, bien qu'elle voulait savoir ce qui pourrait bien advenir du sort de ces personnes en fonction de ce qu'ils étaient. Ce n'était pas vraiment ses oignons et il lui fit comprendre en disant que seul sa décision à lui comptait au final. La suite, elle n'a pas vraiment besoin de le savoir. Il faut simplement qu'elle sache rester à sa place et suivre les ordres, c'est important pour sa propre survie. Elle n'a sans doute pas envie de se retrouver enfermée de nouveau. N'ayant rien de plus à dire, ils pouvaient enfin y aller sans plus attendre. D'elle-même, elle se leva pour sortir du bureau du commandant, l'attendant sagement. C'est lui qui prit la tête, même si elle sait où se trouvent les cellules. De toute manière, il y a peu de chance qu'on la laisse passer la première. Des miliciens dans les couleurs observaient leur commandant passer tout en le saluant, il vit également quelques regards se poser sur la jeune femme, le genre qu'il n'aimait pas vraiment. La plupart se tenait à carreau parce qu'il était là et qu'il n'hésiterait pas à réprimander le premier venu en cas de besoin.

Au bout d'un petit moment, l'endroit devient plus sombre et bien moins rassurant, c'est l'ambiance des cellules, elles ne sont pas faites pour être du grand luxe. Ce n'est pas un endroit où passer les vacances tranquillement. Eiven n'était pas loin derrière lui, elle se rapprochait au fur et à mesure, il se demandait même si au bout d'un moment, elle n'allait pas se coller à lui et ne plus le lâcher. Un milicien laissa le duo entrer et plusieurs portes numérotés se présentaient à eux. Il prit un bloc note ou était inscrit des choses, là ou se trouvait les nouveaux prisonniers. Direction la cellule 5, 6, 9 et 11. "Je viens avec toi. Je ne sais pas s'ils tenteront quoi que ce soit. Ma présence sera peut être dissuasive, dans le cas contraire, je te protégerais." Mieux vaut l'informer des risques, plutôt qu'elle prenne peur au dernier moment ou qu'elle se sente piégé. Goran ouvrit la première cellule, la numéro 5, entrant le premier, laissant la demoiselle faire de même avant de refermer la porte à clef. D'un regard autoritaire, il indiqua au prisonnier de ne pas bouger et de rester à sa place. Celui-ci semblait trop apeuré pour vouloir tenter quoi que ce soit, mais il vaut mieux rester prudent. "C'est à toi de jouer, Eiven !"

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Mer 31 Jan 2018 - 20:26

Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
Mon angoisse était pratiquement palpable... je n'avais jamais été à l'aise dans les endroits clos et ça ne faisait qu'empirer avec les traitements que m'avaient dispensé les miliciens chargés de me souhaiter la bienvenue à l'avant-poste. Tant que je n'étais pas seule, ça irait. Enfin j'espérais. Wernher m'assura qu'il resterait avec moi durant les visites, pour me protéger en cas de besoin. Mon cœur battait à un rythme accéléré inhabituel. J'appréhendais les rencontres à venir... Il y avait peu de chances que l'on se retrouve face à des natifs évolués, les gens comme nous étaient rares après tout. Mais ça restait intimidant. Rien que l'idée de sentir l'aura d'une personne me laissait perplexe... si je perdais le contrôle et que ça tournait mal ? Là où je pouvais me rassurer c'était que ma capacité ne causait du mal qu'à moi-même. Cependant, ça ne rendait pas l'expérience plus attirante pour autant.

Une première cellule s'ouvrit. Le Commandant la referma derrière nous. Un échange de regard où j'essayais de madquer mon inquiétude à l'idée d'être enfermée. Je pris une inspiration, prenant mon courage à deux mains lorsqu'il me déclara que c'était à moi de jouer. Le captif était au fond de la cellule, apeuré. Je fronçai les sourcils et me dis qu'il s'agissait en fait d'un homme comme moi : un survivant qui a croisé la route de Reiver et qui ne demande rien d'autre qu'un répit. Une chance de recouvrer une vie normale ou un abri. Je n'avais rien à craindre... Une nouvelle inspiration et je m'approchai de l'homme qui paraissait plus intimidé que je ne l'étais. J'aurais aimé le rassurer, lui parler. Mais je doutais que ce soit une bonne idée. Surtout avec le Commandant derrière dont les instructions avaient été des plus concises. Quelques secondes suffirent pour qu'autour de lui se dessine une aura des plus normales. Je me tournai vers Goran et lui fis signe qu'il n'y avait rien à signaler. L'aura du Commandant était bien plus intense, de ces présences qui occultent toutes les autres. J'ignorais s'il s'agissait d'un point commun à toutes les personnes qui possédaient une particularité ou si ce n'était que ma capacité qui impliquait ce passif étrange. Dans une situation comme celle-ci, ça m'apportait un certain soutien non négligeable...

Nous sortîmes de la cellule et à lire son papier, il nous conduisit vers une autre cellule. Idem que la précédente, aucun signe de capacité. Je sentais chaque présence comme de plus en plus oppressante à mesure que nous avancions. Comme si chaque aura me suivait. Un étrange délire paranoïaque qui rendait rapidement ma compétence particulièrement pesante. La cellule suivante était un peu plus loin. Rien non plus à signaler. Vint alors la dernière. La personne qui s'y trouvait n'avait rien d'un animal apeuré au fond de sa cage. L'homme avait une mine sombre et ne levait que ses yeux pour nous toiser d'un regard noir. Cette fois-ci je ne m'étais pas approchée. Je m'étais même reculée d'un pas, manquant de marcher sur le pied du Commandant avant d'avancer vers l'homme. Je n'appréciais pas l'idée de croiser des natifs... Il m'était impossible de savoir ce qu'ils étaient capables de faire et vu ce dont la nature était capable, je redoutais à chaque fois le pire. Pour bien faire il aurait fallu que ma sœur soit là. Elle pouvait le savoir, elle, ce dont les autres étaient capables de faire. Même si je ne l'aurais jamais laissée approcher un homme aussi inquiétant. Son don avait ça de contraignant qu'il nécessitait un contact prolongé avec la personne. Mais Liesel n'était pas là, elle ne le serait sûrement jamais, alors la question ne se posait pas. « Lui... c'en est un », annonçai-je à Wernher. Je lus dans les yeux de l'inconnu qu'il avait compris. Que je voyais sa nature. Ce qui n'avait pas l'air de lui plaire le moins du monde. Entre la chair de poule que me filait cet endroit et la durée de l'utilisation de ma faculté, je me sentais vulnérable et fébrile. Le captif se leva d'un bond, tendant ses bras en ma direction pour m'agripper par le cou. « T'es qui putain ?! » S'emporta l'évolué découvert. Il parvenait à me décoller de quelques centimètres du sol mais son élan vu rapidement interrompu par l'intervention de Goran.
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Jeu 1 Fév 2018 - 15:56


C'était parti ! C'était à elle de jouer et elle savait très bien commencer faire. Il la laissa donc faire son "truc", il ne sait pas comme le don de Eiven marcher, il n'a pas forcément posé la question et au final il se fiche pas mal de la manière du moment qu'il y a un résultat. Le premier n'avait rien de concluant, un type des plus normal dans ce monde anormal. Ce fut identique pour le second, ainsi que le troisième. C'était vraiment décevant, à croire que ce n'est pas vraiment une bonne prise aujourd'hui. Après, elle pouvait aussi mentir, mais il doutait qu'elle le fasse. Jusque là, elle a toujours été honnête avec elle. Et puis... si elle mentait, il le sentirait peut être. Vous savez, les gens ont tendance à changer d'attitude quand ils mentent, un regard fuyant, les yeux qui se lèvent dans une direction précise, un rictus sur le visage, il y a différent moyen de déceler le mensonge.

Vint la dernière cellule et donc le dernier prisonnier à inspecter. Dès son entrée, elle avait l'air étrange, plus méfiante que d'habitude. C'était peut être à cause de ce type, il était plus lugubre, le genre de mec qu'on ne peut pas briser aussi facilement que les autres, un dur à cuir en somme. Il avait à peine levé la tête pour les regarder, se contentant de leur montrer un regard froid, un brin sauvage, montrant qu'il n'était pas impressionné. La voix d'Eiven, pleine d'inquiétude, s'éleva pour indiquer qu'il était comme eux. Ceci occasionna un petit sourire de la part de Goran, content d'avoir un candidat positif. Voilà que le type se lève pour se jeter sur sa protéger en l'attrapant par le cou. Le con ! Il a vraiment mal choisi sa cible. Le simple fait qu'il puisse la toucher énerva profondément le commandant qui ne tarda pas à lui rentrer dedans ce qui le fit lâcher la jeune femme. Il se déchaîna sur lui, levant son poing pour l’abattre sur le visage crasseux du natif et lui péter le nez dans un craquement qui raisonna dans la petite cellule. Le sang ce mit à couler, mais ça n'arrêta pas le milicien qui continua de le frapper. Le gars se défendit, envoyant également un coup en plein dans l’arcade sourcilière du chef, laissant aussi une belle traînée de sang apparaître sur son visage. Très bien... si c'est comme ça... Étant en contact avec lui, il n'eut aucune difficulté à faire marcher son don pour le rendre hyper sensible. Au premier coup de poing qui tomba à la suite, il hurla comme une petite fille avant de reculer. "T'aurais jamais dû la toucher, connard !" gronda t-il alors que la porte s'ouvrit à la volé, un groupe de milicien arrivant pour voir ce qu'il se passait. Voilà qu'il venait d'arriver après la guerre. Goran se tourna vers eux et indiqua de garder ce gars à l’œil et de le tenir informer s'il tentait quoi que ce soit. Sans plus attendre, il prit Eiven par le bras, du moins c'est ce qu'il voulu faire, mais il ne réussit pas à refermer sa main, ses muscles refusant de lui obéir. Bon sang... fichu don à la con. Un juron lui échappe à voix basse. Il fit simplement signe à la demoiselle de sortir, lui la suivant, il est l'heure de quitter la prison, ceci devrait faire plaisir à la jeune femme, non ? Mieux encore, autant retourner dans son bureau ? Quoi qu'il faudrait soigner son arcade ?  

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Jeu 1 Fév 2018 - 16:59

Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
Quelques pouvaient être les intentions de Reiver à l'égard de ces personnes, il était évident que mon don ne pouvaient ni les aider, ni les blesser. Après tout, ce n'étaient que des étrangers, des personnes passées par là au mauvais moment. Ou au meilleur pour celles qui souhaitent obtenir une chance d'entrer au dôme. Mais si peut allaient être comme nous que cela rendait chaque visage finalement très commun. Je n'étais pas de glace, froide et imperturbable face à eux. Parce qu'avant tout, je voyais des êtres humains. Mais après une semaine, un mois, un an, dix ans, verrai-je toujours des personnes avant de voir de simples visages ? De potentielles menaces ou des bouches supplémentaires à nourrir ? Je me gardais alors de prêter le moindre jugement quant aux méthodes de Reiver dont les motivations me restaient encore à apprendre. Nous étions de deux mondes différents et la seule raison qui faisait que ces personnes étaient enfermées et moi aux côtés du Commandant, c'était ma capacité. Était-ce la seule raison qui me valait sa protection ?

Agrippée par le survivants, j'eus à peine le temps d'avoir à me débattre que Wernher li rentra dedans, le faisant lâcher prise et le frappant avec violence. La stupeur m'avait fait reculer jusqu'à la porte. Je voulus arrêter le Commandant mais il paraissait déterminer à en découdre. Haletante, je ne pus qu'observer la scène et ce coup qu'il lui porta. Le survivant hurla à la mort alors que le coup ne semblait pas bien différent du précédent... Ce constat me figea d'effroi. La violence n'a jamais été mon quotidien et ça restait perturbant de voir cette brutalité... Alors que Wernher pestait contre le survivant, la porte s'ouvrit derrière moi et je reculai pour laisser les miliciens entrer. Ils se chargèrent du natif sans attendre. Le Commandant tendit sa main vers mon bras pour me pousser vers la sortie. J’ignorais s'il avait tenté de m'agripper ou s'il s'était désisté, mais son juron me retint de demander ce qu'il pouvait bien faire. Je suivis son signe qui m'intimai de le faire en jetant un dernier regard à l'homme qui s'était fait maîtrisé. Nos regards se croisèrent et le sien me témoigna avec éloquence que s'il me recroisait, il n'hésiterait pas à se venger. Rassurant...

Effectuant le chemin inverse, en direction des bureaux, je fus pour le moins soulagée. Avec ce coup d'adrénaline, je respirais de façon irrégulière mais parvins à me calmer. Une fois sortis des cellules, je jetai un œil hésitant vers Goran. Son arcade était ouverte. Il semblait avoir recouvré son calme caractéristique... D'une voix basse, je m'adressai à lui. « Il y a une trousse de premiers soin dans votre bureau, je pourrais peut-être vous aider avec... vous avez l'arcade ouverte », dis-je en mimant sa blessure et le sang qui en sortait. Un donné pour un rendu, ça m'éviterait de le remercier pour avoir mis ce type hors d'état de nuire... Déjà qu'il n'était pas des plus loquaces, sans doute allait-il l'être encore moins avec ce qui s'était passé. En tout cas ça n'allait pas être le moment de chercher à solliciter sa patience. Le suivant sans autre parole, j'essayais de ne plus penser à ce qui s'était passé dans les cellules. Je tentais d'occulter ces visages de ma mémoire, pensant que de toute façon, je ne les reverrai probablement jamais.
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Sam 3 Fév 2018 - 18:44


Le combat fut de courte de durée. Son adversaire venait de recevoir une douleur anormale, bien assez pour qu'il prenne peur et recule pour sa propre vie. De toute manière, le commandant était du genre déterminé, il ne lâcherait rien et n'hésiterait pas à frapper jusqu'à ce que mort s'en suive s'il le faut. C'est cruelle, c'est horrible, mais la vie est ainsi faite dans ce monde. C'est la loi du plus fort et il n'a pas l'intention de montrer la moindre faiblesse. De plus, de part sa position, il doit continuer d'affirmer sa force, faire peur et ne jamais sciller. C'est ce qu'il fait, qu'importe les conséquences. Ses hommes finirent par intervenir, un peu trop trad, mais au moins, il allait pouvoir prendre la suite. Tous savez ce qu'ils avaient à faire. Ce type, allait subir encore un sale quart d'heure, vous pouvez en être sûr, juste parce qu'il a osé s'en prendre à Wernher et pour lui apprendre le respect. Un chien apeuré n'attaquera jamais son maître.

Sans plus tarder, il quitta les lieux avec la jeune femme. Il ne se préoccupa pas si elle était blessée ou quoi que ce soit, il n'avait pas trop le temps et ne voulait pas montrer son inquiétude à ses hommes. Des bruits de couloirs, il y en a déjà bien assez, inutile d'en rajouter. Goran ne s'était vraiment rendu compte qu'il avait l'arcade ouverte, avec la brusque montée d'adrénaline, il n'a tout simplement rien senti. C'est la jeune femme qui l'en informe en lui disant qu'il y avait de quoi le soigner dans son bureau. Sa gorge émit simplement un grognement pour confirmer qu'elle pourrait le soigner.

Durant le trajet jusqu'à son bureau, il vit les regards de quelques hommes, voir leur chef le visage en sang, c'est loin d'être habituel. Ce n'était pas une blessure grave et il garda son air digne pour montrer qu'il n'y avait aucune inquiétude à avoir. Quoi qu'il en soit, il était bien content de pouvoir arriver dans son bureau pour échapper aux regards et aux questions. Une fois la porte fermée, il attrapa Eiven dans le simple but de l'observer sous toutes les coutures pour voir si elle n'avait rien. Son inquiétude, il avait dû la cacher et la faire patienter jusqu'ici. "Est-ce que tu es blessée ? Tu n'as rien ?" demande t-il en touchant son cou du bout des doigts vus que c'est là que le prisonnier l'avait attrapé. Elle risque sûrement de se retrouver avec des marques pendant quelques jours, rien de bien grave, ça sera juste tout sauf esthétique. Finalement, il lâcha un soupire de soulagement et se recula contre le mur qui n'était pas loin. "Ce type... j'aurais dû le tuer !" C'est ce qu'il aurait dû faire, mais il n'en a pas eu le temps.


_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Sam 3 Fév 2018 - 20:29

Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
Le trajet se termina avec un seul grognement d'acquiescement de la part du Commandant qui restait froid et distant. Il n'était pas réputé pour sa chaleur humaine et son côté avenant, pour sûr. Je respectai ce silence jusqu'à ce que nous ayons atteint son bureau. Cet endroit m'éveillait deux sentiments bien distincts : celui d'être un enfant indiscipliné qu'on gronde au moindre faux pas et celui, plus agréable, d'être enveloppée dans une bulle où rien ne pouvait m'atteindre. Avant même que je ne pose à nouveau mon regard sur lui, Wernher m'attrapa. J'eus bien un mouvement de recul, réflexe acquis suite au bons traitements de Reiver, mais le laissai faire sans opposer de résistance. Le Commandant m'observa alors que je fronçai les sourcils. « Ça va », approuvai-je simplement à cette inspection spontanée. Même si je le remerciais d'être intervenu, je n'aimais pas tellement qu'il me considère comme si j'étais une brindille qu'une brise de vent suffisait à faire fléchir.

Rassuré, il s'adossa au mur le plus proche. « Ce type... j'aurais dû le tuer ! » Je haussai les sourcils. Le tuer ? Pour si peu, vraiment ? « Il s'est senti en danger. Gardé comme un animal en cage, c'est légitime qu'il tente de se défendre, non ? Si vous vous mettiez à tuer toutes les personnes que vous enfermez, vous n'auriez plus grand monde en bas », exprimai-je à voix haute tout en fouillant le coffre où j'étais tombée sur la trousse de premiers soins. J'y trouvai exactement ce dont j'avais besoin. Je m'avançai vers Goran avec un tissu imbibé d'une de ces solutions hyalines que Reiver utilisait pour éviter toute infection dont je me servis pour nettoyer le sang. Me munissant ensuite d'une aiguille chaussée d'un fil, je fis signe au Commandant de se baisser. « Approchez », lui demandai-je d'une voix calme. Il me dépassait d'à peu près vingt centimètres, atteindre son arcade serait bien plus aisé s'il se mettait à ma hauteur. De gestes mesurés, précis mais délicats, je commençai à faire les points de suture. M'y prenant avec une douceur sans doute étrangère à 90% des habitants de Reiver, je me concentrai pour que les points soient les plus discrets possibles. Trois suffirent, ce n'était pas une bien grande blessure.

De ma vie, je n'avais que très peu de fois rencontré de natifs évolués. Il y avait bien ma sœur dont je taisais la potentielle survie, mais elle ne comptait pas vraiment. Liesel faisait partie de ces présences que je décelais sans le moindre effort. Je me doutais que c'était toutefois lié à ma capacité. Ces auras qui, pour une raison inconnues, m'étaient familières. Enfin pour ma cadette, le lien était évident. Mais avec Wernher... c'était loin d'être aussi évident. Peut-être voyais-je en lui un sauveur ? Un gardien ? Il m'avait fait peur au départ, et même encore aujourd'hui il m'arrivait d'en avoir peur. Mais au fond, je lui accordais une confiance certaine. J'ignorais si c'était à raison ou à tord... Toujours est-il que celui qui s'était jeté sur moi n'avait pas cette particularité dans l'aura qui m'attirait chez Goran. J'avais beau être curieuse, je n'expliquais ni ne cherchais vraiment à expliquer pourquoi la perception était différente selon la personne. Pourquoi certains continueraient de m'effrayer alors que d'autres me rassureraient dès les premiers instants... « À moins de vous blesser à nouveau à cet endroit, ça devrait faire l'affaire », expliquai-je en coupant le dernier fil avec de petits ciseaux mis à disposition dans la boîte de soins. Je reposai l'aiguille sur le tissu rougi par le sang épongé et inspectai la blessure de plus près en posant mes doigts sur les contours, m'attardant peut-être un peu trop dans cette observation. Sentant une certaine gêne dans cette proximité, je laissai glisser le bout de mes doigts sur sa tempe avant de commencer à me reculer.
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Dim 4 Fév 2018 - 17:01


La jeune femme allait bien, c'était une bonne nouvelle, assez pour qu'il soit soulagé et ce détende un petit peu. S'il aurait découvert une égratignure sur elle, il y serait peut-être retourné pour faire payer à ce type qu'il avait fait. Quelle idée de s'en prendre à sa petite protégée de la sorte, en sa présence en plus de ça ! Heureusement qu'il a été réactif, au moins, elle n'a pas eu trop de mal. Il n'ose pas imaginer ce qui aurait pu se passer s'il ne serait pas entrée avec elle. D'ailleurs, il chassa cette idée de l'esprit, ça risquait de le rendre encore plus énervé qu'il ne le faut.

Goran pensait sincèrement qu'il aurait mieux fait d'en finir avec ce gars là. Mais il devait penser à Eiven et avec l'arrivée des soldats, il n'avait plus à gérer ce type. Sa protégée trouvait ça injuste qu'il veuille le tuer. Pour elle, ce comportement était normal. Sauf que là, personne n'était en train de faire du mal à ce gars, il n'avait aucune raison de se défendre pour sauver sa vie ? C'était donc totalement inutile et stupide d'attaquer. Au final, à cause de sa bêtise, il va se faire frapper plus que nécessaire pour comprendre son erreur. "Certes, il est enfermé, mais personne n'allait lui faire du mal. Surtout pas toi ! C'était stupide d'attaquer comme ça !" Si le commandant prendrait la peine d'y réfléchir, il pourrait vraiment comprendre l'action de ce type, mais là, il est juste en colère et il n'a pas envie de donner raison à ce gars, surtout avec ce qu'il a fait.

Il se renfrogna un peu et garda le silence, jusqu'à ce que la demoiselle soit de retour avec de quoi soigner sa blessure. Elle veut vraiment jouer les infirmières ? S'occuper de l'homme qui lui a tout de même imposé de retourner dans les sombres prisons de la base alors qu'elle y a échappé ? Par moment, il ne sait plus quoi penser d'elle, ni de ses propres sentiments. Avec elle, il n'est pas comme tout le monde. Certes, il veut l'utiliser et il l'utilisera. Sauf qu'il ne peu nier ce côté protecteur qui est anormal et nouveau. Jamais il n'a eu ce désir de protéger quelqu'un autant. Même en ce posant les questions, il ne trouve pas les réponses. A moins qu'il les occulte volontairement. La voix de Eiven le sortit de ses pensées et il alla s'asseoir pour être à la bonne hauteur afin qu'elle répare cette vilaine blessure. Quand l'aiguille transperça sa chair, encore et encore, il ne grimaça même pas, ce n'est pas la première fois qu'il se fait recoudre, ni la dernière. Et puis sur le moment, il était toujours plus inquiété par sa main qui refusait encore de lui obéir. Son regard était fixé sur elle, essayant de la fermer, d'essayer de retrouver des sensations, mais non, rien du tout. Bon sang, combien de temps ça va durer cette connerie ? C'était toujours variable. Parfois ça n'arrive pas et d'autre fois comme maintenant, ça dure plus longtemps.

Eiven venait de finir de jouer les infirmières, à croire qu'il devrait peut-être lui trouver un boulot à l'infirmerie, c'est qu'elle a l'air de pas mal se débrouiller. Même s'il ne voyait pas le résultat, il était persuadé que c'était plus que correct. Son regard se perdit sur son visage, alors qu'elle continuait de contempler son travail avant de finalement vouloir reculer. Sans savoir pourquoi, le Commandant eut l'idée de la retenir pour qu'elle ne fuit pas plus loin en voulant l'attraper avec sa main qui refusait toujours de lui obéir. Bien entendu, ce fut un échec cuisant. Il ne parvient pas à serrer sa main autour de son poignet. Il a l'air fin maintenant ! Est-ce qu'elle va s'interroger sur cet étranger dysfonctionnement ? Certainement et il faudra sûrement qu'il réponde. Ce n'est pas si effrayant que ça de lui dire la vérité, bien qu'il ne souhaite pas forcément le faire pour ne pas paraître faible. Avant qu'elle ne parle ou quoi que ce soit d'autre, il passa ses bras autour de sa taille et posa sa tête contre son ventre, y cherchant un quelconque réconfort, un peu de chaleur ou quelque chose qu'il ignore.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Dim 4 Fév 2018 - 20:46

Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
Le silence de Wernher me laissait croire qu'il restait préoccupé par ce qui s'était passé dans les cellules. Je me posais des questions sur les procédés qu'utilisait Reiver pour déterminer quelle était la particularité du natif découvert. Je me doutais que ça ne serait pas une partie de plaisir pour le dit natif. Peut-être que, tout comme moi, sa nature le protégera finalement. Enfin encore fallait-il que sa capacité puisse être utile au camp. Je soupirai en m'éloignant, mais j'eus un instant d'arrêt lorsqu'il tenta de m'attraper le poignet. Son geste n'était pas menaçant le moins du monde mais une nouvelle fois, il paraissait avoir un problème avec sa main. Fronçant les sourcils je regardai ses doigts figés puis cherchai son regard. Mais avant de l'atteindre, il passa ses bras autour de ma taille et déposa sa tête contre moi. Surprise par ce geste, je restai figée. Je n'osais pas parler ni même bouger, dubitative. Je sentais mes joues rougir... Je n'avais pas était des plus accoutumées aux démonstrations affectives depuis que j'avais perdu ma famille et la moindre attention semblait alors avoir bien plus d'importance...

L'idée de voir le Commandant agir ainsi me perturbait. Je restais méfiante mais m'accordai de poser mes mains sur lui. L'une sur son épaule et l'autre sur l'arrière de sa tête. « Q-que se passe-t-il ? Votre main et... » Il n'y avait sans doute aucune raison d'être gênée par ce contact soudain, mais ça posait certaines questions. Je pourrais parier mille choses sur le fait que le Commandant ne devait pas être du genre à enlacer quiconque... Ce qui m'interrogeait sur ce que je pouvais réellement représenter pour lui. Sentait-il également cet apaisement en ma présence ? L'hypothèse qui me paraissait la plus plausible était qu'avec moi, il n'avait pas à se cacher. Cacher sa nature. Ce qu'il était. Goran m'avait mise en garde sur le fait que personne, au grand jamais, ne devait apprendre pour sa nature d'évolué. Il y risquait sa place, Reiver et même sa vie. J'imaginais bien qu'avec de pareils enjeux, on se refermait aisément sur soi, s'enterrant dans un rôle à arborer un visage qui ne nous correspond plus vraiment au fil des années... Je trouvais ça triste. Et c'est une chose qui me questionnait au sujet de Wernher. Ce contraste entre l'homme impitoyable et froid, puis cette tristesse dissimulée. Comme si au fond, il n'avait jamais été heureux. Jamais été aimé. Et je ne parlais pas de l'amour d'une femme, mais à minima de l'amour d'une mère. D'une famille et d'amis proches. Réellement proches. Ceux que l'on choisit et non ceux que l'on se fait par dépit de part notre position ou notre situation.

Machinalement, je faisais glisser mes doigts entre les mèches de ses cheveux. Je n'étais pas plus à l'aise à l'idée de le savoir contre moi, mais je ne me voyais pas non plus le repousser. En fait, au vu de ce qu'il faisait pour moi, je me considérais plus que redevable et il était la seule personne dont la parole pouvait faire foi de loi. Les règles n'avaient jamais été mon fort, mais j'accordais une confiance instinctive au Commandant. Loin d'imagine que ça puisse me nuire un jour. « Vous devriez peut-être vous reposer, suggérai-je à voix basse. Si quelqu'un veut vous voir je pourrais lui dire que vous êtes indisponible. » S'il était mon protecteur à Reiver, je pouvais bien être la gardienne de ses songes. Même si au vu de son train de vie, il lui faudrait bien plus qu'une heure ou deux de repos afin de récupérer. Son visage n'était pas marqué par la fatigue, mais ça n'empêchait pas qu'il puisse être moralement éreinté. Gérer un endroit comme Reiver, même en déléguant une grande partie des tâches, ce devait être un poids de chaque instant. Cette dévotion indéniable faisait de Wernher un homme plus qu'admirable. Malgré ses coups de sang et sa tendance à désirer la mort de toute personne n'agissant pas selon sa façon de penser...
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Lun 5 Fév 2018 - 16:46


Comment ne pas le remarquer ? Cette maudite main qui refusait de lui obéir. C'est bien là un affront que lui fait son corps. Ce n'est pas tout le temps, mais parfois, à l'utilisation de son don, les choses partent en vrilles. Pour le moment, il a la chance que ceci n'atteigne qu'un membre, souvent ce sont les mains voir une partie du bras. Mais qu'est-ce qui arrivera si ça va plus loin ? Si ça s'étend à d'autres membres de son corps voir même à des organes vitaux ? Si ses poumons ou son cœur venait à être paralysé ? Ceci entraînement sans doute sa mort. C'est rare qu'il pense à ça. En fait, il ne pense jamais à ça. Aujourd'hui, il avait agi par simple impulsion pour sauver la jeune femme, sans vraiment se contrôler lui même. C'est souvent dans ce genre de moment là qu'il fait la plus mauvaise des utilisations de ce drôle de pouvoir. Quand il s'en servait pour torturer, il pouvait doser son effort, dans la colère, il ne sait plus le faire. A l'avenir, il fera attention pour sa propre santé. Eiven avait remarqué pour sa main et posa la question, bien qu'il n'osa pas donner la moindre réponse. En l'enlaçant, il fit couper court à toute question, la focalisant sûrement sur autre chose. C'était là une attitude bien étrange de sa part.

Les gestes affectifs ne sont pas monnaies courante de la part de Goran. Personne n'a jamais vu ça de la part du Commandant. Eiven est la première. Mais contrairement aux autres, il se sent bien plus proche d'elle. Peut-être parce qu'elle partage la même nature que lui, ça crée une sorte de lien spécial. De même, elle est la seule à savoir que Goran est un natif doué d'un don et il sait la même chose pour elle pour sa capacité spéciale. Un secret qui rend les choses différentes et bien plus intimes. L'homme n'avait pas envie de parler, il avait simplement besoin de silence, d'un moment de calme pour retrouver ses esprits. En étant si proche d'elle, il se sentait bien, sa présence et même son odeur commençait à l'apaiser. Oui, il appréciait ça, sans en comprendre les raisons. Au bout de quelques secondes, il entendit de nouveau la voix de la jeune femme lui disant qu'il devait se reposer ? Du repos ? Non, il ne peut pas en prendre et même si elle pourrait repousser les gens voulant le voir, il ne peut pas se permettre du perdre du temps. "Nan ! Je n'ai pas besoin de repos. Accorde moi juste quelques minutes..." murmure t-il alors que sa tête est toujours contre elle. S'il pouvait, il aimerait rester comme ça éternellement, juste pour ressentir ce drôle de sentiment de douceur et bien être. Mais il ne peut pas, il a des obligations.

Finalement, il la lâcha pour la libérer et se recula, lui redonnant ainsi sa liberté. Ses yeux bleus l'observèrent un instant. Qu'est-ce qu'il cherchait en la fixant ainsi ? A voir si elle avait peur de lui ? Ou si elle pouvait avoir des pensées négatives à son sujet ? C'était peut-être le cas et rien ne pourrait changer ça. Pour que ça ne devienne pas gênant, il regarda ailleurs et se leva de son siège tout en rangeant les différents ustensiles qu'elle avait utilisés pour le soigner. "Tu peux disposer," dit-il bien qu'il avait à moitié envie de la voir partir. Sa compagnie, il avait envie d'en profiter encore un peu, mais il ne peut pas la retenir contre son gré.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   Lun 5 Fév 2018 - 22:08

Eiven
&
Goran
Un cadeau des plus
précieux
La posture du Commandant m'intriguait mais je le repoussais pas, au contraire. Peut-être me trompais-je à croire que ce genre d'instants devaient être aussi rares qu'une perle au milieu d'un désert. Malgré nos différences et l'opposition de nos façons de penser, d'être, je ressentais une certaine affection pour Wernher. Une empathie que je ne m'expliquais pas vraiment et que je ne cherchais pas à expliquer. Il refusa ma proposition de s'accorder un peu de repos, me demandant seulement quelques minutes. Une demande des plus étonnantes à laquelle j'accédai sans dire un mot de plus. Une pause. C'était sans doute déjà un répit en soi... Loin de la cohue, des requêtes, des réclamations et des démonstrations de forces nécessaires pour le fonctionnement du camp. Loin des protocoles et des concepts amenés d'Helion : la hiérarchie et la discipline. Un mode de vie strict et où chaque pion doit rester à sa place tout en s'en montrant digne à chaque instant. Des concepts qui m'échappaient totalement malgré les efforts de Wernher pour me les expliquer. Je ne le trouverais pas indigne d'être à sa place s'il devait s'accorder un repos de quelques heures ou ne parvenait pas à frapper plus fort qu'un autre un prisonnier.

Malheureusement, ici comme dans bien d'autres communautés, c'était la loi du plus fort qui régnaient. Reiver n'échappait pas à cette règle, seulement c'était masqué par la civilité du dôme : ces courbettes et ces titres. La manière dont je faisais face à quelqu'un ne dépendait pas de son nom ni de son rang. Mais du respect qu'il m'inspire. De l'admiration que je peux lui concéder. Je ne parle pas d'un respect volé par la peur ou l'intimidation, mais bien de celui qui se voit mérité. C'était une raison qui faisait que je ne tenais pas vraiment rancune de ceux qui me méjugeaient à l'avant-poste. Être traité de la sorte est loin d'être plaisant, ça manque la plupart du temps de me faire partir en vrille, mais je comprenais pourquoi ils se croyaient légitimes à agir de la sorte à mon égard. Je n'étais rien, qu'une étrangère, et pourtant j'avais le droit de vivre comme eux... Certes, le Commandant justifiait ma présence en m'ayant mise à son service. Mais même sans être une habituée de ce genre de communautés, je savais que ma fonction auprès de lui n'était qu'un mirage. Une excuse. Une place qui m'assurait une survie très confortable et loin des dangers de l'extérieur, mais une place volée quand même.

Les minutes passèrent où malgré mon intrigue, je sentais un léger sourire chercher à se frayer un chemin sur mes lèvres. Laissant ces minutes se suspendre, je m'accordais d'apprécier le silence et la plénitude du moment. Lorsqu'il se détacha, le Commandant me fixa avec une intensité qui me fit frissonner. Je me contentai de fronçai les sourcils en adressant un sourire timide avant de m'éloigner d'un pas. Il se leva et s'affaira à ranger les affaires que j'avais déballé avant de sobrement m'informer que je pouvais y aller. J'ignorais à quoi je m'attendais, si même je m'attendais à quoi que ce soit d'autre, mais je restai un instant au milieu du bureau avant de sortir. Lui signifiant que s'il avait besoin de quoi que ce soit, il pourrait me faire demander. Les occupations des civils n'étaient pas légion à part le travail. Mais le travail, c'était réservé aux intégrés... Un soupir et je refermai la porte derrière-moi, laissant le Commandant vaquer à ses occupations.
CODAGE PAR AMIANTE@Goran Wernher

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran   

Revenir en haut Aller en bas
 
(25/10/2480) Terminé - Un cadeau des plus précieux ▬ Eiran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: QG :: Commandement-
 
Sauter vers: