AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP
Flash info

Intrigue Mise à jour du chapitre en cours juste ici !
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
44 joueurs ◈ 62 personnages
31 Hommes ◈ 31 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 16 hab.
Extérieur 13 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mar 6 Fév 2018 - 1:10



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Secouée de la nuit passée à l'infirmerie, j'étais parvenue à reprendre du poil de la bête même si je n'en menais pas large... J'avais tenté de suivre les conseils d'Aerin et ça semblait porter ses fruits. Passer les prochains jours sans forcer, sans trop en demander à mon corps et ce petit passage à vide serait derrière moi. Les entraînements de Krymov n'étaient pas des plus doux. C'est sans doute pour ça qu'ils étaient efficaces. Mais je ne devais pas brûler les étapes et me laisser aller comme j'avais pu le faire. Ça ne rendait service à personne. Surtout pas à moi. Je ne voulais pas tout ficher en l'air en agissant comme une idiote. Seulement deux jours s'étaient écoulés depuis le début de cet entraînement, mais déjà j'accordais au sergent Sherkan une confiance indéniable. Que ce soit auprès d'Eil, Hiaana ou d'autres, j'avais eu du mal à m'acclimater, à accepter leur autorité. Mais avec Krymov, ça semblait naturel : il m'apprenait un savoir, ça méritait bien plus qu'une simple considération. Le Commandant avait sans doute choisi Krymov en sachant que malgré sa neutralité et sa froideur, il était étonnamment de ces personnes avec qui je pouvais m'accorder...

Je sous-estimais sûrement la capacité d'observation de Wernher. Le pensant bien trop occupé à gérer ses affaires pour avoir l'œil sur ce qui se passait. Mais les murs avaient des oreilles, comme me l'avait si bien fait comprendre Krymov. Cependant, depuis mon retour de l'expédition au Sillon, je ne m'étais pas trop préoccupée de ce que pouvait faire ou penser Wernher. Pas par manque d'intérêt, mais par contrariété. Ça pouvait sembler n'être qu'un caprice, peu m'importait. Je voulais intégrer la milice d'exploration et non finir enterrée dans cet avant-poste... Certes, j'y avais la sécurité - quoi que variable... - et tout le confort pour survivre sans me demander si demain j'aurais de quoi manger. Mais ça ne me convenait pas... Si j'avais voulu signer pour être enfermée, alors j'aurais insisté pour intégrer Helion et avoir une chance d'y retrouver ma sœur... Je n'avais jamais parlé de Liesel à Goran et ne comptait pas le faire. Elle me paraissait si lointaine... Dans ce passé sur lequel j'avais voulu tirer un trait. Je m'étais fait une raison : plus jamais je ne les reverrais. Ils étaient morts ou portés disparus. L'espoir n'allait faire que me ronger et me détruire. Les entraînements m'aidaient assez à canaliser cette colère et ce sentiment d'abandon qui me tourmentait. Je ne savais pas vraiment contrôler ces élans, ce qui m'avait valu l'admission de cette nuit, mais je me pensais être sur la bonne voie.

Toujours est-il que je me sentais abusée ; le Commandant ne s'était jamais exprimé sur ce que serait mon futur à Reiver et j'avais naïvement cru qu'il me permettrait de faire mon choix quand à cette nouvelle vie que j'acceptais d'amorcer. Mais sous couvert de ma protection, il avait trouvé à me cloisonner. L'amertume que je ressentais face à ça me laissait penser qu'il se moquait éperdument de ce à quoi je pouvais aspirer et que tout ce qui importe, c'est que je sois au camp, disponible à lui servir de radar lorsque l'occasion se présentait. Le fait qu'il m'est mise dans les pattes d'un instructeur était probablement sa façon à lui de faire un pas vers moi, d'établir un compromis, mais ça ne suffisait pas. Après, j'avais beau silencieusement lui en vouloir, je n'étais pas si en colère que ça... Considérant que ça me passerait, je m'échinais à garder l'esprit occupé pour ne pas y penser. Je n'arrivais pas à imaginer que Wernher puisse faire quoi que ce soit contre moi. Ce n'était pas un sentiment d'être plus importante qu'un autre... loin de là. Je me disais seulement qu'après tout ce temps, s'il avait voulu me garder dans le seul but de m'utiliser pour ma capacité, alors ça ferait des semaines que j'aurais été laissée au fond d'une cellule. Ça voulait dire qu'au fond, le Commandant avait une certaine considération à mon égard qui dépassait l'utile que je représentais. Ou bien était-ce la peur que je vienne à mettre le doute sur sa nature ? Je n'étais pas de ceux qui cherchaient à nuire aux autres. Même avec de bonnes raisons... Je préférais essayer d'arranger les choses plutôt que de les briser. De me montrer conciliante, trouver un terrain d'entente où chacun finit par pouvoir s'y retrouver.

Avertie par un milicien de garde, je m'étais rendue au rendez-vous fixé par Goran. Je pensais qu'Eil serait celui qui me donnerait mon affectation vu qu'il gérait les civils, mais je n'étais qu'à moitié étonnée que le Commandant veuille être celui qui officialiserait mon intégration. Un grand moment à ne pas rater... Le ventre noué, j'approchais du quartier général et pus y entrer avant qu'un milicien ne vienne me saisir par le bras pour m'arrêter. « Hadler, t'as rien à faire ici », m'informa-t-il avec raison. Je n'étais pas accompagnée d'un milicien et n'étais pas au service de Wernher aujourd'hui alors effectivement, je n'avais rien à faire ici. Au moins, j'avais une bonne excuse qui ne serait pas difficile à vérifier cette fois... pas comme cette fichue intrusion aux blocs des officiers... Prendre la carte d'accréditation du Commandant pour aller lui chercher une veste sans le prévenir et revenir sans rien, ça n'avait pas été l'action la plus maline de ma vie... Eil me l'avait bien fait comprendre à me laisser pourrir dans une cellule pendant deux jours... Enfin deux jours. Le premier fut passé sous calmant tant la panique m'avait rendue hystérique. Alors finalement, ça n'avait pas été si horrible que ça... « Wernher m'a demandée », répondis-je d'une voix assurée. « C'est Commandant Wernher... » me reprit-il, dépité par mon manque de rigueur. Je soupirai en forçant sur mon bras pour l'inciter à défaire son emprise. Ce qu'il fit avant de m'indiquer d'un geste de la main la direction du bureau du Commandant. Il me suivit pour me permettre de passer les gardes sans autre questionnement. Une fois devant la porte du bureau, il frappa et attendit l'approbation de Goran pour ouvrir et m'annoncer. « Commandant, Hadler. Elle déclare que vous souhaitiez vous entretenir avec elle. » Avant qu'il ne termine son discours, je me glissai derrière lui pour entrer dans le bureau. Aux premières loges, je le vis repartir une fois les courbettes de rigueur effectuée. Je portai mon attention sur le maître des lieux, tentant de rester la plus neutre possible. « Commandant Wernher », le saluai-je d'un ton qui paraissait plus froid que je ne m'y attendais.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mar 6 Fév 2018 - 17:10


Les choses allaient évoluer aujourd'hui, changer d'une certaine manière. Pas en mal, bien sûr que non. Plutôt en bien, du moins pour une personne vivant à l'intérieur de ce camps. Cette décision, il espérait qu'elle était la bonne. Jusque là, il avait mis longtemps à la prendre. Ce n'est pas à cause de l'attitude des autres miliciens, ça il n'en a que faire. Ici c'est lui qui commande, personne n'a à contester ses ordres. Et puis, dans le fond quoi qu'il puisse faire ou dire, il y aura toujours des gens pour ne pas être d'accord et vouloir s'y opposer. C'est difficile de contenter tout le monde, c'est même totalement impossible en fait. Depuis le temps, il a l'habitude et n'y fait plus intention. Qu'on vienne lui dire que ce qu'il fait est mal... cette personne sera vraiment très bien reçu, vous pouvez en être sûr. Le commandant avait demandé à quelqu'un d'aller prévenir Eiven Hadler qu'elle devait se rendre dans son bureau.

La demoiselle ne devait ce douter de rien. Elle devait juste s'imaginer que Goran avait besoin d'elle pour une raison X ou Y. Il se demande ce qu'elle va dire, qu'elle sera sa réaction quand il lui annoncera qu'elle est officiellement membre de Reiver. Certes, ça sera en tant que civil, il ne peut pas l'intégrer à la milice. Ce n'est pas qu'il ne peut pas c'est juste qu'il ne veut pas. La jeune femme est bien trop précieuse, si jamais elle sort et qu'elle ne revient jamais, qu'elle est tuée... ça serait une perte tellement énorme. Ici, elle est bien la seule pouvant trouver qui a des dons, c'est un peu comme si elle était la poule aux œufs d'or. Après, il n'y a pas que ça qui rentre en jeu, elle est aussi précieuse à ses yeux. Il ne sait expliquer pour quoi, mais il a une affection particulière pour cette femme.

A Reiver, tout le monde pourra vous le dire, Goran est quelqu'un de très réservé, il ne se mêle pas vraiment aux autres. Encore plus depuis qu'il est à la tête de cet endroit. Devenir trop proche de ses hommes ça pourrait être un handicap. Il ne peut pas au moment d'envoyer quelqu'un dehors ou quelque chose dans ce genre là, hésiter parce qu'ils ont des liens très forts. Il se veut impartiale, mettant tout le monde sur le même pied d'égalité et autant vous dire que ce n'est pas une chose facile. Ceci lui impose beaucoup de sacrifice, comme être distant et froid et toujours faire figure d'autorité. C'est une vie qu'il a choisie, ça lui convient comme ça, mais ça ne veut pas dire que c'est facile. Eiven est l'exception. C'est la première personne dont il est si proche d'une certaine manière. Il ne peut pas dire qu'elle est sa meilleure amie, il ne se confit pas forcément, mais le simple fait qu'il soit son protecteur c'est un énorme changement et ça des gens l'ont vu au sein de la base.

On cogna à la porte, le faisant ainsi sortir de ses pensées. Un milicien annonçait l'arrivée de Hadler, cette dernière s'était déjà frayée un chemin entre la porte et lui pour passer. Goran ne le montra pas, mais ceci l'amusa intérieurement. Elle a ce petit côté rebelle que personne n'a à Reiver. Il remercia l'homme qui s'en alla et salua la jeune femme tout en lui montrant le siège devant son bureau pour qu'elle puisse s’asseoir. Lui, était dans son fauteuil également, il venait juste de se rasseoir, cherchant pas où commencer. Il n'avait pas envie d'être direct, mais de prendre son temps pour une fois. Comparé à tout les autres, elle est tellement spécial pour lui. "Merci d'être venue si rapidement, Eiven." Il faut bien commencer par quelque chose, non ? Alors, c'est ce qu'il fait. "Tu as une idée de pourquoi je t'ai fais venir ?" demande t-il, histoire de voir si elle avait des doutes où pas.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mar 6 Fév 2018 - 20:21



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Une salutation modeste et l'invitation à prendre place. Ce que je fis sans cérémonie, affrontant son air froid auquel je m'étais habituée au fil des semaines. Notre silence me rappela à quel point cet endroit pouvait être calme. Loin de cette fourmilière que représentait Reiver où tout devait être fait en temps et en heure, où chaque événement de la journée était dicté par des montres et cardans. Un mode de vie bien loin de ce à quoi j'avais été habituée... La rigidité du système de l'avant-poste était indispensable à la cohésion, m'avait expliqué Wernher. Que la discipline permettait de maintenir l'ordre et l'équilibre. Je comprenais sans mal ces justifications, mais ce n'était pas pour autant que je trouvais cette manière de faire plus naturelle... Combien de fois m'était-il arrivé de dormir quatre petites heures, de me lever et vaquer à des occupations deux heures avant d'aller me rendormir et pourtant rester fraîche le matin ? Ici, un couvre-feu notifiait au personnel non autorisé de ne pas quitter son bloc, de mettre sa vie en pause jusqu'au levé du soleil. Ça pouvait paraître idiot, mais c'était en toutes ces petites choses que Reiver m'étouffait. Ces choses que les expéditions auraient pu m'aider à encaisser... ne subir les limites de Reiver que les périodes où j'y réside mais être libre lorsque je pars. Un bon compromis pour une survivante. Au moins, passer ces derniers mois à Reiver m'avait assurer d'une chose sur laquelle le Commandant avait raison : si déjà Reiver me pesait, je n'étais pas faite pour Helion...

Pour commencer, Wernher me remercia d'être venue si vite. Il est vrai que je n'étais pas des plus ponctuelles... alors ça pouvait mériter d'être porté à mon crédit sans doute bien bas pour tout ce qui se rattachait à la discipline de l'avant-poste. Goran était certainement le seul à pouvoir croire que je faisais des efforts. Bien qu'il ne l'exprimait pas explicitement, il avait l'air de me comprendre. Le Commandant me demanda si je savais pourquoi il m'avait fait venir. Je cillai. Ce n'était pas tellement dans ses habitudes de tourner autour du pot... alors peut-être que cela signifiait que ça avait un intérêt de réfléchir à la question et de trouver par moi-même. Si on mettait de côté les deux jours de cellule pour m'être introduite dans le quartier des officiers et qu'à mon retour de l'expédition j'avais été baladée par Krymov alors aucun risque d'avoir pu faire la moindre erreur... Peut-être droit à un sermon sur le fait que j'ai été blessée lors de l'expédition, mais pourquoi attendre trois jours après mon retour pour me passer un savon ? Notre dernière réelle conversation remontée au rapport d'Eil et l'évocation de mon souhait d'intégrer Reiver. Depuis, nous ne nous étions vus qu'en coup de vent. De part le fait que je me donnais à fond dans les entraînements avec le sergent Sherkan et sûrement parce que de son côté, il devait être occupé. De toute façon contrariée, je n'étais pas la meilleure des compagnies...

Quittant ces quelques secondes prises pour réfléchir, je soupirai en m'enfonçant dans le siège qui m'avait été offert d'occuper. « Je n'ai pas entendu parler de l'arrivée de survivants suspects alors je dirais... que ça a un rapport avec notre dernière conversation dans ce bureau. » Désinvolte ? Peut-être un peu. Je gardais une certaine froideur dans mon intonation qui n'était pas dans mes habitudes lorsque je m'adressais à Goran. On se contrastait en cela qu'il était un exemple de sang froid et de maîtrise alors que de mon côté j'étais émotive et plus expressive. Si bien que l'on pouvait assez facilement lire ce que je pouvais ressentir une fois que l'on apprenait à me connaître. Que ce soit en positif ou en négatif. Peut-être que ces trois jours avec Krymov m'avaient plus impactée que je ne le soupçonnais...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mer 7 Fév 2018 - 16:45


Comme prévu, elle était là. Quoi qu'il arrive, quand le commandant demande à voir quelqu'un, il finit toujours par arriver ici, même quand la dites personne ne le veut pas. On n'échappe pas à un ordre du commandant. Et si par hasard on refuse de venir, c'est les miliciens qui amènent cette personne que ce soit de gré ou de force. Autant dire qu'il vaut mieux éviter la force... c'est on ne peut plus douloureux. Avec Eiven, il n'y a pas ce genre de problème. Goran n'est pas son ennemi et même si c'est pour se faire réprimander, elle ne risque au final pas grand-chose. Si ça continue, elle pourrait bien devenir sa faiblesse, la seule qu'il puisse avoir. Autant ne pas se focaliser sur ça pour le moment, c'est inutile !

La demoiselle n'avait pas la moindre idée de sa présence ici. Elle imaginait autre chose, mais ce n’était pas l'affaire du jour. En soit, elle n'avait rien à craindre. Il soupira un instant, cherchant à comment lui annoncer la bonne nouvelle, en espérant que ce soit positif pour elle. Certes, elle sera déçue, il le sait. Car elle veut intégrer la milice pour pouvoir partir en exploration avec les autres. Sauf que ceci n'est pas possible, il ne peut pas se permettre de l'envoyer dans la nature et de la perdre. Ceci serait tellement terrible... surtout pour lui au final. L'homme s'avança un peu sur sa chaise et posa ses avant-bras sur la table tout en ayant les mains jointes, lui donnant un air autoritaire et quelque peu effrayant. Pourtant, ceci n'avait pas à être le cas. "A partir d'aujourd'hui, tu fais officiellement partie de Reiver !" Devait-il se montrer plus cérémonieux ? Nan, inutile. En général, ce n'est pas lui qui fait ce genre d'annonce officiel. Il a des subalternes pour s'en occuper. Alors, pourquoi le faire en personne avec Hadler ? Parce qu'elle est spéciale ? Parce que le lien qu'il y a entre eux est particulier ? C'est une possibilité. Étant son protecteur, il se voyait mal attribuer la tâche à quelqu'un d'autre. C'est plus juste que ce soit lui qui lui annonce. "Tu es donc officiellement une civile de l'avant poste." C'est là qu'elle va certainement commencer à tiquer, autant prendre les devants. "Je sais très bien que ce n'était pas ton désir. Mais pour le moment, je souhaite vraiment que tu restes en tant que civil. Une fois que tu auras un meilleur entraînement, peut-être que je pourrais reconsidérer la question de la milice." L'intégrer tout de suite à la milice, ça pourrait être du suicide pour elle. Les miliciens ne se cachent pas pour montrer leur "haine" à l'égard de la jeune femme. C'est plus sûr de commencer en l'ayant comme civil, avec le temps, elle sera acceptée, du moins c'est ce qu'il espère. Est-ce qu'elle va être d'accord avec ça ? C'est une autre histoire, il s'attend à ce qu'elle essaie de parlementer ou de montrer son désaccord. Hélas pour elle, qu'importe ce qu'elle pourra dire, sa décision est prise.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mer 7 Fév 2018 - 19:23



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

L'air sévère de Wernher me toisait mais je restais de marbre. Attendant qu'il précise le fond de sa pensée. Une annonce importante : mon intégration officielle à Reiver. Depuis que j'avais émis l'idée de rejoindre Reiver, je m'étais préparée à ce moment où ce serait accepté. Où on me trouverait une place. Mais étonnamment, je ressentis un certain soulagement. Un soupir presque salvateur que je tentai de masquer avec difficulté. Cillant pour chasser la consolation que cette déclaration m'apportait. À partir de ce jour, je faisais réellement partie de Reiver. Et là où je volais son soutien, son hospitalité, elle me revenait à présent de droit. Maintenant, je n'aurais plus à me soucier de mon avenir, d'où je serai demain, après-demain et tous les autres jours de ma vie. Même si Reiver en lui-même et la protection d'Helion n'étaient pas ce qui m'avait motivé à m'enterrer ici, au moins me sentais-je enfin légitime.

Ça aurait pu être un grand moment. Pour Wernher comme pour moi. S'il n'avait pas cette perpétuelle casquette d'autorité. Si je faisais l'effort de comprendre sa position face à moi. Toutefois, il ne me fut pas difficile de retenir l'euphorie naissante. Lorsqu'il m'explique que peut-être un jour, dans un conditionnel altéré, si mon entraînement portait ses fruits, alors il serait possible de réétudier ma demande concernant l'intégration de la milice d'exploration. « Reconsidérer la question de la milice ? Répétai-je sur un ton pour le moins indigné. J'expirai un rire désabusé. Ça vous tuerait d'être honnête avec moi ? Vous n'allez rien reconsidérer du tout. Ce n'est pas une question d'entraînement, ai-je tord ? Je sais que ça n'a rien de personnel non plus. Ce serait juste dommage qu'il arrive quelque chose à votre radar... je suppose que vous allez m'affecter à un poste où là aussi, je n'aurais jamais aucun risque à prendre ? » Peut-être était-ce injuste de ma part de réagir ainsi, mais je n'avais pas l'intention de jouer les hypocrites avec lui.

C'était une part de leur culture : louer de politesse et abdiquer face aux supérieurs. Mais ces liens forgés par des lignes directives et non par les sentiments réels des gens rendaient les relations superficielles et dénuées de sens. Ce n'était pas ce que je voulais avec Wernher et au vu de ce qu'il m'accordait en terme de comportement, je supposais qu'il n'attendait pas non plus de moi que je réagisse comme les résidents de l'avant-poste. Ou alors il n'aurait qu'à hausser le ton et alors je me formaterais à ce que Reiver attend de moi : respecter la barrière entre miliciens et civils. Même si ce n'était pas ce que je souhaitais le moins du monde. Le Commandant était le seul réel repère que j'avais en ces lieux. Deux mondes avaient beau nous séparer, je ne voulais pas perdre ce que nous avions. Ça n'était pas grand chose vu de l'extérieur, mais ça avait beaucoup d'importance à mes yeux. Après tout, c'était grâce à lui que j'étais encore en vie. Partant de ça, Wernher pourrait être un connard notoire que ma reconnaissance lui serait tout de même acquise. Le fait qu'il ne le soit pas et qu'il ait cette présence apaisante ne faisait qu'ajouter à cela une affection certaine que j'essayais de dissimuler. C'est que malgré tout ces éléments, je gardais cette fierté mal placée qui me poussait à ne pas exprimer ce que je ressentais.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Jeu 8 Fév 2018 - 17:28


C'était prévisible, n'est-ce pas ? Vous savez, la réaction de Eiven. Avant même de parler, il était presque certain de la réaction qu'elle allait avoir. C'est qu'il commence à la connaître assez bien. Assez pour savoir que jouer les civils ça va l'emmerder au plus au point. Elle n'a pas envie de rester enfermer à Reiver, elle n'a pas envie de devoir chaque jour qui passe faire la même chose, une activité banale, même si chaque chose à son importance ici. Tout le monde est un maillon de la chaîne pour faire fonctionner cet avant poste. Même l'activité la plus insignifiante est importante. Il suffit qu'un rouage soit cassé pour que l'ordre devienne désordre. Mais ça, il n'est pas sûr qu'elle puisse le comprendre, du moins pas maintenant. Ça fait tellement longtemps qu'il est ici, il connaît tout et surtout il a vu beaucoup de choses se passer. Sauf qu'elle ne voudra pas l'entendre. Elle souhaite partir à l'aventure, pouvoir bouger et ne pas être un simple petit toutou bien dressé au sein de la base. C'est compréhensible, il sait ce qu'elle ressent, mais ne peut pas accorder son souhait. C'est bien trop dangereux pour le moment. Si seulement, il y avait un moyen de lui faire comprendre ça ? Malgré ce qu'il pourrait dire, il est presque certain qu'elle ne voudrait pas l'écouter, trouvant un quelconque prétexte pour râler.

Ainsi, Hadler était persuadé que Goran ne reconsidérait jamais la question. Que quoi qu'elle arrive, elle resterait une simple civile de l'avant-poste. C'est ni vraiment vrai, ni vraiment faux. Sur beaucoup de points, elle avait juste, hors il ne peut pas l'avouer et dire la vérité. Quoi qu'il arrive, il doit vraiment lui laisser croire en la possibilité que sa position puisse changer. Mais pas aujourd'hui, ni demain. Avant qu'il puisse faire ça, il doit avoir confiance, aussi bien en elle, qu'en ses hommes. Beaucoup de miliciens n'aiment pas la jeune femme, si elle doit partir en mission dehors, il doit être sûr qu'il ne lui arrivera rien. Elle n'a pas l'air de tout comprendre et de voir tous les aspects. Ceci changera peut être avec le temps. Quoi qu'il arrive, dans un premier temps, elle doit se faire accepter et pourquoi pas oublier. Par la suite, il sera plus simple pour elle d'évoluer au sein de Reiver.

Un soupire échappa au commandant, voilà qu'il va devoir s'expliquer, il s'attendait à ça et n'avait pas vraiment envie de devoir le faire. On dirait bien que ça va être obligatoire. C'est parti pour parler à une sourde qui ne voudra de toute manière rien entendre. "Est-ce que tu pourrais me laisser parler une seconde ? Si je fais ça, c'est pour ta sécurité. Je ne suis pas dupe, je sais que beaucoup de milicien ne t'apprécie pas et ne comprenne pas pourquoi tu es ici. Ce n'est pas possible de t'intégrer tout de suite dans la milice, ça serait trop dangereux aussi bien pour toi que pour moi. Je suis le commandant, je ne peux pas t'accorder tous les privilèges. Alors, tu vas prendre ton mal en patience, t'intégrer et te faire accepter en tant que civil. Tout le monde finira par t'oublier, un nouveau sera peut-être détesté d'ici là !" Goran explique ça le plus clairement possible, mais aussi avec une voix quelque peu autoritaire pour essayer de lui faire comprendre tout ça. "Je le fais pour ton bien et ça te fait peut-être chier, mais c'est certainement mieux que de se faire casser la gueule tous les jours. Traite moi de con si ça te chante, mais je fais mon possible pour prendre les bonnes décisions pour toi, parce que je n'ai pas du tout envie qu'il t'arrive du mal !" Est-ce qu'il doit en dire plus ? Est-ce qu'il doit faire un dessin pour se faire comprendre ? Là, il ne parle même pas de sa capacité, mais de sa vie à elle. Parce qu'il apprécie Eiven, même s'il n'est pas forcément démonstratif. Après, est-ce qu'elle le comprend ? Ça il l'ignore.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Jeu 8 Fév 2018 - 18:34



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Bras croisés, enfoncée dans l'assise, je levai les yeux dans un soupir. J'étais bien consciente de n'avoir aucun autre choix que d'accepter ce que le Commandant déciderait pour moi. J'étais même prête à endurer et encaisser bien des choses dans l'espoir de rester à Reiver. C'est pourquoi malgré ma mauvaise tête, j'écoutais avec attention ses mots. Se faire oublier pour s'intégrer. Disparaître des radars. Son ton autoritaire était aussi mesuré que contrôlé. Comme s'il était incapable de vraiment exprimer sa colère ni la moindre émotion forte. Ça lui donnait ce même aspect coincé que pouvait avoir le directeur... « Traite moi de con si ça te chante, ajouta-t-il, mais je fais mon possible pour prendre les bonnes décisions pour toi, parce que je n'ai pas du tout envie qu'il t'arrive du mal ! » Pour sûr, je le croyais. Mais je ne lui prêtais pas les bonnes raisons. Interprétant cette perpétuelle distance comme une limite qu'il s'imposait pour être sûr de ne pas oublier la raison de ma présence ici. Un outil de plus dans son précieux avant-poste. Soit.

Plantant mes yeux dans les siens, je décroisai mes bras et me levai sans attendre son autorisation. Je franchis le pas qui me séparait de son bureau, m'approchant si bien qu'il devait lever les yeux pour me regarder et moi les baisser. « Me faire oublier implique que je ne travaillerai plus à vos côtés, alors dites-moi où vous m'envoyez et considérons cet entretien terminé, je ne voudrais surtout pas voler votre précieux temps », lançai-je sèchement. Les civils n'avaient pas à être dans les locaux des miliciens, une cloison était dressée pour que les résidents s'occupent uniquement des affaires qui les concernaient. Ma présence dans le quartier général était une infraction perpétuelle à ces règles que Marko n'avait pas manqué de me rappelé en me laissant pourrir deux jours durant dans une cellule avant la précédente expédition. Aucun mal. Il est vrai que dans cette dernière expédition, j'avais mis ma vie en danger pour sauver celle d'Eil... Bien que ça puisse paraître comme un risque inconsidéré de ma part, ça n'avait pas été une impulsion stupide. Eil avait bien plus d'importance que moi et ce, même si j'avais cette capacité si chère aux yeux de Wernher. Ce n'était pas un risque inconsidéré mais une réaction de protection normale envers une personne plus essentielle. Mais ce "risque", ces fois où j'ai manqué de mal finir, dehors où à Reiver, c'était le même combat. Sauf que dehors, je ne connaissais pas à l'avance mes ennemis.

Au camp, j'avais déjà manqué de souffrir bien plus de mal qu'à l'extérieur... Notamment ces jours qui avaient suivi la mission punitive qu'on m'avait ordonné de faire avec Aidan. Où, mécontents que le capitaine Hiaana ait cherché à obtenir des informations en me gardant en tête à tête, Aidan et Mikali avaient tenté de me faire du mal. Enfin surtout Mikali... Je me souviens encore de la peur ressentie lorsqu'ils m'avaient maîtrisée. Si Meëk n'était pas intervenu, il serait sans doute arrivé bien des drames... Je me rassurais en pensant qu'aujourd'hui, grâce aux enseignements dispensés par Krymov, je serai plus à même de me défendre et d'éviter ce genre de situations... « Si ça peut vous retirer une épine du pied, vous pouvez également considérer que vous n'avez plus à vous soucier de ce qui peut m'arriver ici. Remerciez le sergent Sherkan pour ça. » L'idée de ne plus représenter le moindre poids pour le Commandant était un sentiment sincère. Toutefois, je cachais mal l'idée que de ne plus être amenée à le fréquenter me déplaisait... Ce n'était pas de con que je voulais le traiter, mais lui lancer une gifle en pleine face pour tenter de déclencher ne serait-ce qu'une vague de colère. Me prouver qu'il n'était pas qu'un automate et qu'il savait être autre chose que le Commandant. Ces choix qu'il faisait pour mon bien. Ces choix qu'ils faisaient avant tout pour le bien de Reiver. Qu'en était-il des décisions à prendre pour notre bien en tant qu'être humain et non en tant que pion de l'avant-poste ? Une question que je n'osais pas poser car je préférais encore rester à espérer la réponse que je souhaitais plutôt que d'affronter la vérité et d'entendre de sa voix que ça ne comptait pas, que seul Reiver importait. Reiver nous permettait de vivre. Alors je ne lui en voudrais pas réellement... Même si pour l'heure, ça me faisait bouillonner de l'intérieur.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Dim 11 Fév 2018 - 16:20


Ça ne lui plaisait pas, il le savait. Devoir être une simple civile ce n'est pas un rôle qui l'intéresse, mais elle n'a pas le choix. Pour l'heure, elle devra jouer le rôle qu'on lui impose même si c'est déplaisant. Elle n'aura pas d'avantage comme peuvent avoir certain milicien. Mais si elle se tient à carreau, peut être que les choses pourraient évoluer dans le bon sens pour elle. C'est une sorte de promesse, certes absolument pas sûre, mais c'est rien qu'une réponse définitive, non ? Potentiellement, elle pourra évoluer. Ces chances de devenir un jour milicienne ne sont pas totalement mortes. Autant dire que ceci n'enchante pas Goran, mais il garde à l'idée qu'elle pourrait faire un bon soldat. Sauf que c'est trop tôt pour ça, il ne peut pas prendre de tel risque tout de suite. Avant de se décider, il lui faut du temps, beaucoup de temps ! De plus, vu la réputation de la jeune femme, elle risquerait d'en baver plus que nécessaire en intégrant le groupe. Mieux vaut pour elle d'être une civile pour commencer et ainsi laisser les choses se tasser un peu. Peut-être qu'elle ne le comprend pas, mais un jour, elle lui dira merci pour cette sage décision.

Après ses explications, elle se leva pour venir le voir, l'air toujours mécontente, mais ceci n'avait rien d'étonnant. Est-ce qu'elle compte négocier ? Essayer de cracher son venin pour faire réagir le jeune homme ? L'un dans l'autre, la décision est prise, ce ne sont pas de belles paroles qui changeront les choses à présent. Mademoiselle voulait écourter tout ça, en lui faisant bien comprendre au passage qu'elle ne serait plus à son service en étant civil. Vraiment ? C'est ce qu'elle croit ? Si jamais il a besoin d'elle, elle fera toujours appel à elle. C'est le commandant, non ? Qui viendra contester sa décision ? Personne. Et puis, si quelqu'un ose faire ça, il risque d'avoir de graves problèmes. Goran n'est pas du genre à se laisser faire, surtout si on cherche à contredire son autorité. Son regard était levé vers elle, si elle pensait que ce qu'elle faisait avait un sens comme le dominer, elle se trompait lourdement la pauvre ! "Je me doutais que tu allais t'énerver et rien comprendre, quoi qu'il arrive. Tu ferais mieux de te calmer un peu ! J'avais l'intention d'être clément et de te laisser le choix de ton affectation chez les civils. Continue comme ça et je te refile le job le plus merdique que je peux trouver !" lui lance t-il pour la prévenir. Goran peut être gentil, mais il sait que s'il n'insiste pas et ne se montre pas dur envers elle, elle ne voudra rien entendre.

Ce n'est pas de gaieté de cœur qu'il a dit tout ça. Il cherche juste à lui faire comprendre, mais avec sa chance, elle va certainement s'énerver plus que de raison. En plus de ça, elle voulait lui assurer que plus rien de mal ne lui arriverait, car elle sait soit disant se débrouiller grâce à Sherkan. Il a une grande confiance envers le Sergent, mais de là à ce qu'elle puisse s'imaginer pouvoir se défendre, elle est loin du compte. C'était même énervant qu'elle puisse s'imaginer si forte en si peu de temps. Ne réalise t-elle donc pas le danger ? Brusquement, perdant un tant soit peu son sang froid, sa main vint se saisir du cou de la jeune femme. Il n'avait pas l'intention de lui faire mal, juste de lui faire peur, de lui faire comprendre le danger qui est constant ici pour elle. Sa main resserra sa prise assez pour que ce soit inconfortable, mais pas assez fort pour lui laisser des marques. En même temps, il se leva pour prendre le dessus et la dominer de toute sa hauteur. C'est lui qui baissait les yeux sur elle à présent, il la fit reculer jusqu'au mur à côté d'eux pour la bloquer, tenant toujours son cou. "Espèce d'idiote ! Tu penses vraiment être apte à te défendre contre tout le monde ? Regarde toi... tu n'as même pas été capable de m'arrêter. Et après, tu voudrais que je t'intègre dans la milice !" Il ne lui restait plus que ça pour lui faire comprendre, la violence, la brutalité et sincèrement ça le dégoûtait d'agir ainsi avec elle. Sa main resserra sa prise, comme un avertissement de plus, lui donnant sûrement du mal à respirer. "Une minute d'inattention et tu n'es plus rien face aux types d'ici ! Sache que je n'ai pas la moindre envie de te retrouver en morceau !" Finalement, il lâcha sa prise, se rendant compte de la violence dont il a fait preuve. Son regard changeant, se voulant désolé et inquiet. L'une de ses mains vint se poser contre le mur, juste à quelques centimètres de la tête de Eiven. "Déteste moi si ça te chante, je fais tout ça pour te protéger !" souffle t-il en la regardant dans les yeux.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Dim 11 Fév 2018 - 17:23



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Ce que je pouvais penser ou ressentir ne semblait pas atteindre le moins du monde le Commandant. Comme si je n'avais pas à avoir le moindre état d'âme ; car devant être trop redevable envers Reiver ? Envers lui ? Ou bien car ma place était au fond d'une réserve, un objet ne trouvant son intérêt que dans une situation précise et qui, le reste du temps, doit rester bien à sa place sans ciller. Wernher me confia son souhait de se montrer clément en me laissant choisir cette place que je devrais occuper le temps de me faire oublier, une place à occuper en attendant demain et chaque jour d'après bien sagement. Ajoutant que si je continuais à ne pas vouloir comprendre, alors il s'assurerait que cette place soit la plus merdique qui soit. Mes yeux toisaient les siens avec une colère froide. Alors c'était tout ? Quoi qu'il en dise, j'avais cette impression d'être emprisonnée et non celle d'être protégée.

Mes réflexions n'étaient pas à son goût, ce qui n'avait rien de surprenant... Je savais ne pas être apte à me défendre contre les miliciens surentraînés, quels que puissent être mes progrès auprès de Sherkan. Mais je savais qu'il ne me lâcherait pas de si tôt et que grâce à lui, je pourrais être apte à me défendre par mes propres moyens. Loin d'être taillée pour faire face à des masses comme Drake, mais assez rusée et habile pour qu'avec de l'entraînement, je parvienne à me sortir des situations les plus dangereuses. Ma détermination et l'obstination de Krymov étaient deux traits qui, sur un moyen terme, donneraient forcément quelque chose. En attendant, j'allais devoir me faire oublier, en ça je ne pouvais pas vraiment opposer de contradiction à Goran... Ce dernier prouva que mes paroles n'étaient qu'un optimisme naïf. Sa main vint me saisir au cou dans un mouvement vif que je ne sus intercepter à temps. Il me maintint ainsi sans forcer mais avec une fermeté qui m'empêchait de le défaire. D'un geste brute, le Commandant me faisant reculer jusqu'au mur juxtaposé à nous. Bien qu'il mettait en exergue mon incapacité à lui faire face, mon regard ne se défit pas, le fustigeant en silence alors que je n'opposais aucune résistance. Je n'avais pas peur de ce qu'il pouvait me faire, mais l'intimidation et la tension faisaient s'accélérer ma respiration, respiration qu'il entravait de son étreinte.

Ses mots étaient durs et quelque peu injuste à mes yeux. Je ne voyais pas la milice comme un perpétuel affrontement entre miliciens. L'exploration était l'appréhension de l'extérieur, une connaissance de l'environnement et des dangers. Je n'étais pas la meilleure au combat, surtout pas au corps à corps, mais je savais me défendre dehors. J'étais persuadée de pouvoir apporter quelque chose aux unités d'exploration, d'y avoir ma place. Depuis que je sais bander un arc je parcours les forêts et les plateaux, pistant et traquant jusqu'à atteindre mon but. Je n'avais rien d'une guerrière, mais je pouvais être les yeux d'une unité de miliciens et ce sans avoir besoin de leurs entraînements quotidiens. Certes, c'était risqué, cela comportait plus de dangers que de rester enfermé au sein de l'avant-poste. Mais c'était ma place... la place que j'avais toujours eu dans ce monde. Wernher ne semblait pas pouvoir comprendre ça... La sécurité, se protéger, se préserver, ne prendre aucun risque, rester en retrait, mesurer chaque action comme s'il était possible de tout anticiper... Il y avait un monde entre me permettre de me faire une place au sein d'une escouade d'exploration et me retrouver en morceaux, comme il disait. La pression qu'il exerçait avec sa main diminua jusqu'à disparaître.

Mon souffle reprit, j'inspirai longuement avant de reprendre une respiration normale. Nous avions deux visions si éloignées des choses... Comment pouvait-il se montrer aussi fermé et distant ? Je ne comprenais pas les raisons qui le poussaient à se montrer à ce point hermétique et réfractaire à mes aspirations. Mais je savais pertinemment que discuter ses choix ne m'apporterait rien de bon... Ses traits perdirent leur rigueur un bref instant où, à travers son regard azuré, je perçus une once de regret. Une main vint se placer non loin de mon visage, m'enveloppant entre le mur et son souffle. Ses yeux déterminés se plantèrent dans les miens, me dissuadant de bouger d'un seul millimètre. Le détester... ça me coûtait plus que je ne l'imaginais. Sa position face à ma place à Reiver m'énervait et me dépassait, mais je peinais à réellement le détester... Tout ceci n'était fait que dans l'idée de me protéger... jusqu'où était-il prêt à aller pour ça ? J'avais l'impression que tout ce qu'il souhaitait pour moi c'était ça : me protéger. Bientôt, il viendrait me traîner en personne dans une cage et m'y enfermer en déclarant tout simplement : je fais ça pour te protéger Eiven.

En attendant de voir cet extrême arriver, je ne pouvais pas vraiment m'opposer à ses décisions de toute façon... alors il valait mieux pour moi d'accepter ce compromis où j'acceptais de m'enliser dans la vie civile de Reiver en échange d'un espoir aussi infime qu'un grain de sable dans le désert qu'un jour je puisse intégrer la milice. « Ce serait plus facile si j'arrivais à vous détester. J'ai bien compris l'idée que mon avenir ici ne dépendrait que de vous et de vos seules aspirations. Alors quelque soit la place que vous me donnerez, je l'accepterai. En espérant ne pas regretter d'avoir choisi de renoncer au dôme pour vous, Commandant Wernher », déclarai-je avec la formalité exagérée due à son rang. Chaque supposition qu'il m'avait confié quant au destin qui attendait les natifs à Helion, je l'avais acceptée comme une probabilité suffisamment importante pour croire que le dôme n'apportait rien de bon aux gens comme nous. Après tout, pourquoi cacherait-il sa nature aux yeux des siens si le danger n'était pas réel ? Wernher était un homme rationnel, pragmatique, pour que lui-même craignent les conséquences que pourrait avoir la révélation de sa nature, c'est que toutes ces histoires étaient sans doute vraies... J'avais appris à mes dépend que les réfugiés aimaient s'amuser de la naïveté et de l'ignorance des survivants, mais j'espérais que sur ce point, le Commandant ne m'avait pas joué un tour dans le seul but de m'effrayer et de me maintenir à Reiver. Je restais immobile, sans que mes yeux n'échappent au siens, dents et poings serrés.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Lun 12 Fév 2018 - 17:11


Bien qu'à sa merci, elle ne bronchait pas. Elle ne chercha pas à se débattre. Elle devait certainement savoir qu'il ne lui ferait pas de mal. Ce n'est pas son genre d'être méchant et violent gratuitement, encore moins avec elle. C'est sa protégé, ce n'est pas pour en faire une femme battue. Certes, il pourrait la frapper, seulement si elle venait à se montrer violente avec lui. Une sorte de défense. Mais là, il n'y a pas de raison. Dans le fond, tout ce qu'il veut faire avec les décisions qu'il a pris c'est la protéger. Avec tout ça, il redoutait qu'elle puisse commencer à le détester et le haïr, se pensant comme une sorte de prisonnière. Ce n'est pas le cas, elle n'est pas une prisonnière, loin de là. Si c'était le cas, elle serait enfermée dans une cellule sans avoir la possibilité d'en sortir et d'aller où elle veut. Mais il ne peut pas non plus lui laisser faire tout ce qu'elle veut. Un jour, elle en prendra peut-être conscience. Elle comprendra que tout ce qu'il a fait c'est pour elle. Goran n'attend pas des remerciements, il n'en veut pas. C'est juste, qu'il souhaite qu'elle prenne conscience de tout ça.

L'observant dans les yeux, il espérait voir si une flamme de haine y brillait. C'était plus de la colère. Voilà qui est rassurant et pourtant, il craint qu'un jour elle puisse lui tourner le dos. Cela serait si facile pour elle de le trahir et peut-être même de dire à tout le monde sa vrai nature. Certes, ça pourrait la mettre en danger aussi, quoi qu'elle ignore ce qui est fait aux gens comme eux, c'est sûrement bien ainsi d'ailleurs. Goran doit tout faire pour rester en bon terme avec elle. De toute manière, il n'a pas envie de briser ce lien qui existe entre eux. Pour une obscure raison, il aime la présence de la demoiselle. Est-ce que c'est parce qu'elle partage la même nature que lui ? Peut-être que oui. Sauf qu'il ne peut pas nier également cet attachement et l'affection qu'il a pour elle, bien qu'il ne le montre pas vraiment. Les sentiments, c'est une chose avec lesquels il n'est pas très à l'aise. Ce n'est pas comme s'il avait eu une famille aimante quand il était petit. Un père adoptif lui battant... c'était loin d'être la joie. Cela forcerait n'importe qui à s'endurcir et créer une barrière de pierre autour de son cœur. Pourtant, elle semble être la seule à pouvoir atteindre ce cœur piégé derrière cette solide protection qui l'entoure.

Par chance, Eiven ne le détestait pas et finalement, elle était même d'accord pour accepter les décisions qu'il lui imposait. C'était trop beau pour être vrai. Sur l'instant, il avait l'impression d'être un homme cruel qu'elle ne devait certainement pas bien comprendre. Il veut la protéger et pourtant et lui impose des choses qui ne sont pas forcément ce qu'elle souhaite. C'est un peu le contraire que de la protéger, non ? Un jour, elle comprendra, il l'espère. Un jour, elle le remerciera de lui avoir sauvé la vie en lui imposant de rester à Reiver, mais c'est trop tôt pour en parler. Quelque peu soulagé, il baissa doucement ses yeux, quittant le regard de la demoiselle. Bizarrement, son attention resta bloquée sur ses lèvres. D'un coup, elle était si attirante... si jolie... si tentante. Et pourquoi son corps semble bouger seul, sans même lui obéir, allant vers , se rapprochant près, vraiment trop près. Serait-il en train de perdre la tête ? Goran ne peut vraisemblablement pas se laisser aller de la sorte. Pourtant... pourtant ses lèvres sont presque à la limite d'embrasser les siennes, les effleurant presque... Mais un éclair de lucidité le stop, le faisant reculer d'un pas en essayant de ne pas avoir un air gêné.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Lun 12 Fév 2018 - 20:57



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Une tension indescriptible savait se hisser entre nous à la moindre proximité appuyée. Nos yeux croisés, chacun cherchant à déchiffrer l'autre sans y parvenir. Ce qui nous divisait et pourtant nous attiré sans doute l'un vers l'autre. Avec autant de colère que d'affection. D'un côté comme de l'autre, Wernher était de toute façon si imperméable en apparence qu'il m'était difficile de savoir ce qui l'incitait à persévérer avec moi. Il n'était pas un modèle de patience quoi que d'un naturel calme et stoïque. Et j'avais tendance à énerver même les plus placides. S'attachait-il à cette indifférence pour ne pas risquer de perdre ma coopération dans les projets de Reiver ? Ou par peur de s'ouvrir ? Je détestais cette position où je me retrouvais incapable de savoir quels étaient ses intentions. Ne me fiant alors qu'à mon instinct avec lui depuis le début, avec cette peur de me tromper sur son compte et de finir pieds et mains liées dans une situation dont je ne pourrais me défaire... J'avais eu cette impression, lorsque Goran s'était montré catégorique sur mon avenir à la milice. Je gardais cette déception mais acceptais de lui laisser le bénéfice du doute ; peut-être avait-il raison, que tout ceci serait pour mon bien. Je l'espérais de tout mon cœur. L'idée d'avoir fait tout ce chemin à Reiver pour me rendre compte que finalement, ce n'était pas la route qui me convenait, ça me détruirait. Je n'aurais certainement pas la force de quitter cet endroit pour tenter ma chance ailleurs...

Une boule au ventre qui mettrait du temps avant de disparaître. Car personne ne pouvait dire de quoi demain sera fait et rester dans l'ignorance m'effraie... Fut un temps où l'inconnu m'intriguait, m'attirait. Mais avec tout ce qui s'était passé, je ne pourrais supporter de faire face à l'inconnu seule. Était-ce l'insouciance qui s'échappait ? Cette part de folie qui pourtant m'avait apporté tant de belles choses ? Reiver me changeait de l'intérieur... autant que l'avait fait la perte de ma famille. Peut-être me lèverais-je un matin et que je me mettrais à avoir de mon propre reflet... Devenant une inconnue à moi-même... Ces craintes, je pense que toute personne normalement constituée s'y voit confrontée lors de changements aussi importants. Or, ma vie avait toujours été exempte de ces virages à 360°. Les seuls changements étaient les voyages d'un camp à un autre, au gré du climat et des informations que l'on obtenait sur le dôme. Arrachée à ma liberté, j'avais pu gardé Soren comme repère... mais lui aussi s'en fut parti. Et à Reiver... à Reiver le seul qui me servait de point de repère était cet homme. Cet homme qui, de jour en jour, se posait en gardien de mon avenir, de mes choix, de ma vie. Je pourrais me défaire de lui, tenter le tout pour le tout et partir. Un coup de tête suffirait à me faire prendre cette décision qui serait certainement la plus stupide de toute mon existence...

Au fond, je m'en savais incapable. Par peur de l'extérieur et de ce qui pourrait m'y arriver si je venais à devoir y survivre seule, par crainte de la solitude. Dans un premier temps, oui, ça avait été vrai. Mais ce serait mentir que de dire que c'étaient les seules raisons qui me permettaient de m'accrocher à Reiver... Ses yeux s'abaissent, se raccrochant à mes lèvres comme s'ils ne voulaient pas s'échapper de mon visage. Le silence qui s'était installé ne m'interpella guère, je ne sentais qu'une chaleur m'envahir dans une vague incertaine où se dessina un bref instant, sans que je n'y pense, cette aura qui le caractérisait. Son visage s'approcha un peu plus du mien dans une évidence qui me maintint plaquée au mur. Mon souffle se suspendit à l'instant où je réalisai que ses lèvres étaient prêtes à caresser les miennes. Désemparée par ce geste vertigineux, j'étais restée immobile. Le Commandant eut toutefois un sursaut de conscience et se recula d'un pas. Je cillai et baissai les yeux, essayant de revenir sur Terre, évitant de croiser son regard, ne pouvant cacher la gêne indéniable que ça me procurait. Ce n'était pas tant le geste qui me perturbait mais plutôt l'idée qui avait pu lui traverser l'esprit à cet instant. Peut-être devrais-je me demander ce que j'aurais fait s'il ne s'était pas ravisé... j'étais loin d'être frigide et farouche, mais il importait de savoir ce que ce genre de geste signifiait pour l'un et pour l'autre. Les remarques indécentes dont on me targuait depuis mon arrivée, où dans l'esprit de beaucoup je n'étais que ce genre de jouet pour le Commandant, m'avaient dissuadées de penser à lui de la sorte. Me fermant sans doute à la compréhension des raisons qui le forçaient à être si prévenant envers moi, à en devenir aussi invasif...

C'était bien plus facile de remettre ces pensées à plus tard, me consolant dans l'idée que de toute façon, il ne s'était rien passé. Je finis par me détacher du mur, sans parvenir à cacher le trouble que son geste avait provoqué chez moi. « J-je ferais peut-être mieux d'y aller... Vous... qui dois-je voir pour l'assignation d'un poste ? » Je restais à sa portée, cependant prête à tourner les talons pour quitter ce bureau. Mon regard se faisait hésitant et fuyant. J'étais à des années lumières de réellement penser à ma question. Mon intérêt était bien plus porté sur le Commandant que sur le poste qui m'attendait en réalité... Bien que je n'ai jamais eu de problèmes de concentration. Je n'étais même pas sûre d'entendre sa réponse s'il venait à m'en donner une... Je ne me sentais ni en danger ni en tord, mais j'appréhendais ce qui pouvait se cacher derrière la porte entrouverte par Goran. À croire que lorsqu'un problème de réglait, dix autres venaient prendre leur place et venir compliquer les choses. Mon esprit et mes pensées s'embrouillaient sans que je ne parvienne à réagir avec lucidité. Partagée entre l'idée de saisir cet instant pour abaisser les barrières et tout laisser de côté, ou bien me persuader que ça ne voulait absolument rien dire, que peut-être cherchait-il à éveiller mon affection envers lui pour m'ancrer à Reiver et à sa cause. Lâcher prise ou trouver une excuse. Incapable de faire ce choix, je ne réagis pas à cette incartade.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mar 13 Fév 2018 - 16:47


Quelques millimètres, c'est tout ce qui avait séparé ses lèvres des siennes, c'était infime, tellement irréaliste. Et pourtant, il avait failli céder à la tentation. Oui, Goran aurait pu tout simplement se laisser emporter par la tension qui n'a toujours pas disparu d'ailleurs. Il avait pu sentir son souffle sur son visage, ça aurait pu l'encourager, le faire sombrer dans cet abyme inconnu sans qu'il ne sache comment en sortir. Sa raison c'est voulu plus forte, bien plus encré dans la réalité comme toujours. La logique... voilà quelque chose qui le caractérise pourtant bien, il a laissé la logique ce coupler à la raison pour l'empêcher de faire une chose qu'il aurait pu regretter... ou tout simplement aimer. C'est à contre cœur qu'il a fuit, qu'il a mis de la distance entre elle et lui. Car si jamais il restait aussi proche, il aurait vraiment succombé.

Le silence était présent, il avait un petit quelque chose de pesant et donnait l'impression d'être une tierce personne en train de les observer pour savoir ce qu'il pourrait bien arriver par la suite. Ce silence là, il le détestait. C'est comme s'il était lourd d’accusation, qu'il savait tout de ce qu'il pouvait ressentir. Oui, il semblait clairement l'accuser d'être éprit de la jeune femme, de vouloir le cacher, mais c'est un peu tard, non ? Ne vient-il pas d'essayer de l'embrasser ? C'est tellement évident, même Eiven ne peut pas être assez aveugle pour en douter. Il est dans l'impasse, il ne sait plus quoi dire ou quoi faire. L'éviter, ne pas la regarder, c'est tout ce qu'il a trouvé pour ne pas devoir s'expliquer ou simplement pour ne pas craquer.

Malgré sa volonté, dur comme le fer et à tout épreuve, une petite voix sournoise lui susurre doucement de se laisser aller, d'oublier pour une fois les règles et de ne penser égoïstement qu'à lui. Tout ceci le tiraillait, son esprit semblait vouloir peser le pour et le contre, un combat de tous les instants. C'est comme avoir un petit diable sur une épaule et le petit ange sur l'autre qui se battent pour gagner. La voix de Eiven le sortit de ses pensées, sauf qu'il n'avait aucune idée de ce qu'elle avait dit. Son regard se posa donc à nouveau sur elle, l'air assuré, du moins à moitié. Que doit-il lui répondre ? Il ne sait pas ce qu'elle a dit. Doit-il lui demander de répéter ? Son regard se perdit une fois de plus dans le sien, c'était comme un piège, quelque chose dont il ne pouvait pas s'échapper et s'était terriblement dérangeant et excitant. De tout son être, il lutta contre ce premier pas qu'il fit vers l'avant. A quoi bon s'avancer ? Réfléchis Goran ! Mais pourquoi la laisser s'échapper ? Si ce n'est pas lui, ça sera quelqu'un d'autre. L'idée d'imaginer un autre avec elle l'aurait presque rendu fou. C'est qu'il pourrait ressentir de la jalousie... C'est d'un ridicule et pourtant c'est la stricte vérité. Sa chance, il doit la laisser passer, c'est mieux pour tout le monde, surtout pour elle et pour lui. Alors pourquoi, il se retrouvait juste devant elle, une fois de plus, attiré par cet étrange attraction qu'elle exerce sur lui. Il avait même envie de la toucher, de glisser ses doigts dans sa chevelure. Mais pourquoi est qu'il est vraiment en train de le faire ? Pour quelle raison sa main le trahie ainsi, glissant sur ses cheveux. Tout ce passe sans qu'il en ait réellement conscience, c'est comme si le temps était suspendu, arrêté sur cet instant délicat et merveilleux où ses lèvres vinrent se poser sur les siennes pour lui voler ce baiser qui le tourmentait depuis déjà un moment sans même qu'il ne l'avoue. Ce fut comme une révélation, ce baiser le libéra, lui faisant oublier ce qu'il pensait lui même de cette relation. A cet instant, tout ce qu'il voulait, c'était ce perdre dans ses bras.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mar 13 Fév 2018 - 19:01



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Reculer, m'éloigner et quitter ce lieu qui était pourtant le seul où je m'étais toujours sentie en sécurité, en confiance. Je n'ai pas à rougir de la situation et pourtant je sens mes joues devenir écarlates. Penser un instant qu'il ait eu cette pensée folle d'aborder ainsi mes lèvres... Je devrais sans doute être réfractaire, détester cette idée. Mais ce n'était pas le cas... On pouvait prêter toutes les mœurs que l'on voulait aux survivants, ce n'était pas qu'une question de physique entre nous deux. L'alchimie qui semblait avoir entre nous, cette sensation apaisante de me sentir légère et à ma place en étant à ses côtés, ces attentions implicites que nous avions l'un pour l'autre... Tout ceci me mettait face à un mur que je ne voulais pas franchir. Par peur, certainement. L'idée qu'il puisse nourrir à mon égard des sentiments dépassant ce que notre relation impliquait me terrifiait. Pourquoi ? J'avais confiance en lui, en sa bienveillance. Je lui prêtais les intentions qui m'arrangeaient pour ne pas avoir à me poser les questions que le Commandant paraissait se poser à l'instant. Mais lui et moi... Cette folle idée n'avait pas sa place dans son monde. Je n'avais pas ma place dans son monde...

Pourtant, quand Wernher s'approcha à nouveau d'un pas, je campai sur ma position, sans reculer d'un iota. Malgré la crainte de ce qui allait suivre, de ce qu'il risquait de se passer si nous restions là, tous les deux, je ne parvenais à détacher mes yeux des siens. M'y perdant dans un vertige infini. Je voulais le repousser, lui dire que tout ceci était déplacé et sans la moindre chance de mener à quoi que ce soit, mais j'en étais incapable. Incapable de mentir. Ce que je ressentais pour lui, je l'avais toujours affilié au fait qu'il m'ait sauvée, qu'il ait tout fait pour m'accorder une chance de vivre auprès de Reiver. L'avais-je laissé me persuader d'oublier Helion dans l'espoir, en réalité, que cet instant n'arrive ? Ce moment où un frisson fit frémir chaque parcelle de mon corps au contact de ses doigts qui frayaient leur chemin à travers mes cheveux. Cet instant où, souffle coupé, je gouttais à ses lèvres dans ce baiser fugace que je tentai inconsciemment de retenir. Tout sembla s'arrêter, se dérober à mon regard. Il n'y avait plus que Wernher et cet océan qu'étaient ses iris bleutés. Ce frisson ne voulait cesser de propager cette vague de plaisir qui fourmillait jusqu'au bout de mes doigts.

Ce moment suspendu telles des notes échappées d'une musique démarrant dans l'ombre d'une nuit étoilée où le silence berce les âmes éteintes. Si lui n'était pas capable de se raisonner, je devais le faire. Pour nous. Pour lui... Mais éprise de cœur que je jurais sentir battre, je déposai une main sur sa nuque et vins m'approprier ses fines lèvres avec une tendresse très éloignée de ce monde qu'il côtoyait sans doute depuis trop longtemps. Je gardais en réserve cette colère que je lui vouais encore un peu plus à cet instant où je le trouvais stupide de s'être autorisé ce geste. C'était le Commandant, je n'étais encore qu'une étrangère à ce camp. Ceci était voué à n'être qu'un rêve, une chimère, un écart qui nous vaudrait de lutter pour ne pas céder l'un à l'autre. Ressentait-il réellement de l'amour pour moi ? Ressentais-je ça pour lui ? Impossible de savoir... J'étais incapable de le savoir... Sa froideur et sa soudaine affection, ses remontrances et sa perpétuelle protection... Alors que tout ceci pouvait se retrouver sous le seul étendard ce que Wernher pouvait ressentir pour moi, je ne pouvais l'accepter. Il était mon repère, certains soir il fut mon havre de paix, l'élément sûr et immuable qui m'aidait à ne pas me perdre. La chaleur de nos souffle entremêlés trahissait cette envie, cette pulsion partagée. Mais nous ne devions pas... « Commandant j-... je n'suis pas sûre que donner raison aux rumeurs soit une bonne façon de me faire oublier... » murmurai-je sans quitter la proximité de ses lèvres, les yeux perdus sur celles-ci. Il avait cure de ce que pouvaient penser les autres, mais c'était tout ce que j'avais trouvé pour tenter de calmer ce jeu auquel souhaitaient s'adonner nos corps.

Mes yeux avaient en eux cette tristesse passagère, cette peur de faire le moindre mal à cet homme que j'estimais. Nous étions seuls, livrés l'un à l'autre, mais je savais qu'il me serait impossible de regarder nos détracteurs dans les yeux et de les envoyer paître si leurs remarques se trouvaient être à présent fondées. J'étais bien trop susceptible et fière pour passer outre le jugement des autres dont je payais déjà assez les frais. Cependant, d'un mouvement lascif, je vins faire glisser mes lèvres sur sa joue jusqu'au creux de son cou où je déposai ma tête. Laissant ma main sur sa nuque caresser la naissance de sa chevelure et mon autre main se frayer un chemin jusqu'à son dos. Son contact m'apportait un tel sentiment de plénitude que j'en perdais pied. Savourant l'odeur de sa peau et la chaleur de son étreinte... Je me sentais coupable d'apprécier cette sensation qu'il me procurait, cherchant à y mettre fin tout en sachant que ce n'était pas ce que je souhaitais, qu'au fond de moi résonnait cette voix qui me disait de ne pas réfléchir à l'instant ; seulement de profiter de chaque seconde de ce moment d'égarement... Goran était de ceux que l'on ne voyait qu'à travers leur rang, les doutes d'Aerin me l'avaient encore confirmé cette nuit sans que je ne veuille y prêter attention. Mais peut-être que s'il tenait vraiment à moi de cette manière, le Commandant accorderait au temps une chance de réellement me faire oublier avant de m'entraîner dans cette nouvelle folie...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mer 14 Fév 2018 - 17:04


De la folie... C'est ce que c'était de craquer de la sorte. Le Commandant à toujours tout fait pour laisser ses sentiments de côté et ne jamais craquer devant la tentation. Bien des fois, une vague idée de rapprochement l'avait traversé, mais il était toujours resté maître de lui-même. C'est là une force dont il sait faire preuve, un contrôle de lui-même impressionnant en toute circonstance ou presque. Étant le plus gradé ici, il doit imposer le respect et ce n'est pas en se montrant trop émotif qu'il fera régner l'ordre. Avec le temps, il a apprit à se maîtriser et même à contrôler sa colère. Une tâche très difficile, mais avec de l'acharnement c'est devenu naturel. Son rôle lui demande d'en imposer et c'est ce qu'il fait d'une manière assez naturelle. Mais en la présence de Eiven, c'est toujours plus difficile. Cette attirance est en permanence présence, semblant le narguer, cherchant constamment à le faire craquer. Quand il y a du monde, c'est facile de ne pas y penser et de rester concentré. Mais en étant uniquement avec elle... les choses ce complique tellement ! Elle est comme une vile tentatrice, les simples fois où elle le regarde, même quand elle le défi... Ce n'est pas qu'une simple question d'attirance physique, c'est bien plus profond que ça. Son caractère l'a énormément marqué et impressionné. Le fait qu'elle n'ait pas spécialement peur de lui et qu'elle puisse par moment ce foutre totalement du respect imposé par son grade. Sans oublier ce lien, ce point commun unique qui les lies d'une certaine façon. C'est largement suffisant pour qu'il se passe quelque chose.

Aujourd'hui... malgré toute la résistance qu'il avait pu faire, son esprit n'avait pas été assez fort. Craquant pour de bon, succombant à ses lèvres qui semblaient l'envoûter tel le chant d'une sirène dans l'Océan, cherchant ainsi à faire sombrer les navires. Est-ce que c'est ce qui arrivera ? Est-ce qu'elle va le faire tomber de son piédestal ? Goran ne peut pas nier à quel point cette inconnue dans l'équation est effrayante et pourtant il ne peut lutter. Tout ce qu'il désir c'est ce contact, ses lèvres sur les siennes pour oublier la frustration de ne pas avoir pu le faire plus tôt. La sensation que lui procure ce baiser est salvatrice et tellement douce. Il en oubli tous ! Les problèmes, l'avant poste, les ordres, les rumeurs... plus rien n'a d'importance. Encore moins quand il sent que la demoiselle se laisse emporter par ce geste tendre, le prolongeant d'une manière qu'il apprécie. Dans son esprit, beaucoup de choses ce bouscules, il n'est pas capable de les mettre en ordre et n'y arrivera pas de toute manière. Toutes les bonnes choses ont une fin, la réalité devait revenir. La voix de la jeune femme lui murmura qu'ils ne devaient pas, que ça serait confirmer les rumeurs. Elle avait tellement raison, c'était stupide... sauf qu'il n'avait pas pu s'en empêcher. D'ailleurs, une terrible envie de recommencer était présente, au creux de son ventre. La raison, il doit la retrouver.

La demoiselle vint ce caler contre lui, l'enlaçant d'une manière douce et affectueuse. Comment lui résister ? C'était une telle torture. Ce baiser était une erreur en plus de ça. A présent, à chaque fois qu'il va la voir, la croiser, il va brûler d'envie de recommencer, de rester auprès d'elle. Hélas, cela n'est pas possible, il doit conserver cette distance, mais il n'en a pas envie. Pourquoi la vie est t-elle toujours aussi cruelle avec lui ? Au fond de lui, il mourrait d'envie de passer ses bras autour d'elle, de l'enlacer tendrement, sauf que s'il le fait, il ne pourra jamais la laisser partir, pas maintenant et les choses pourraient dégénérer. Autant arrêter tout ça avant que ça n'aille trop loin ? C'est tellement difficile. Lutter contre soi-même, contre ses désirs c'est une épreuve qu'il ne souhaite à personne. "Tu ferais mieux d'y aller," lui dit-il à contre cœur tout en essayant d'avoir une voix neutre et détaché, mais on pouvait sentir à quel point il se forçait. "J'ai du travail qui m'attend !" se force t-il à ajouter pour se convaincre lui même que c'est vraiment ce qu'elle doit faire, le laisser seul...

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Mer 14 Fév 2018 - 20:40



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Ce contact, ce frémissement et la sincérité de son geste... Je me laisse happer malgré moi, me blottissant comme si pour la première fois depuis la mort des miens, je me sentais enfin réfugiée. Il n'y avait pas d'indécence ou d'inconvenance, mais notre étreinte était pourtant déplacée... Non pas dans l'idée que nos intentions soient dénuées de sincérité, mais parce que nous savions sûrement tout deux ce qui nous attendait si aucun ne signait de temps mort. Et ça, il ne pourrait l'assumer. Était-ce pour cela qu'il était si distant ? Si réservé de ses sentiments ? Fronçant les sourcils, je pestais silencieusement contre lui. Ce que Wernher me laissait voir là, ce qu'il me laissait comprendre, ça ne pouvait être notre réalité. Nos positions respectives, ses responsabilités... Il n'y avait pas de place pour moi dans sa vie. Et comprendre que malgré ça, il était prêt à déraper, à se laisser tenter, ça me tuait de l'intérieur. J'étais bien plus attachée à lui que je ne voulais l'admettre. S'il n'était pas à la tête de cet avant-poste, je me serais certainement abandonnée à ce sentiment naissant, à ce lien que nous partagions sans vraiment le nommer. Croire que cette affection n'était qu'à sens unique me donnait une raison de ne pas m'y raccrocher, de ne pas espérer. Or, je voyais bien qu'au-delà de son autorité et de l'intérêt que ma présence avait à l'avant-poste, le Commandant ressentait une attirance sincère à mon égard.

Qui en pâtissait le plus ? Je ne saurais dire. Peut-être lui... Selon Aerin, il n'avait jamais montré autant d'intérêt envers une personne. Et au jour où il se découvrait des sentiments forts, il fallait que ça tombe sur une étrangère de ce monde auquel il appartenait. Wernher avait beau ne pas avoir grand chose à faire de ses détracteurs, il était évident que c'était ce qui le freinait : sa position et le jugement de ses actions. Il n'était pas libre de montrer ses émotions, ses sentiments. Seule raison de sa distance ? Je l'ignorais. Et même si la question me brûlait les lèvres, tout comme mille autres interrogations, je n'en prononçai aucune. Profitant de cette étreinte le temps qu'elle durait. Essayant de le faire renoncer à son impulsion alors que je désirais le contraire... Penser à la suite, c'était une sagesse qui me dépassait en temps normal. Mais ce que nous avions m'était cher et précieux, je ne voulais pas le perdre ni risquer de changer ça. Même si de fait, les choses seraient inéluctablement différentes dès lors que nous aurons remis les pieds sur Terre.

Mes mains le serrent un peu plus fort alors que ses mots s'envolent dans les airs. Des paroles qui vont dans le sens de notre raison, à contre courant de nos cœurs. Je ne devais pas m'attacher, je devais oublier cette idée, ces gestes... Pourtant, je m'en savais incapable. Son intonation était ferme et en même temps forcée. Goran avait beau être un modèle de self-control, il semblait atteindre sa limite. La balle semblait être dans mon camp... Son prétexte tenait bien la route : le travail, le manque de temps. C'était ce qui nous attendait si nous cédions l'un à l'autre. Ça n'avait rien de reluisant et pourtant, une voix me disait que c'était tout ce à quoi il était en droit d'espérer. Tout ce qu'il pouvait s'accorder : un entre-deux, une pause. Je ne pouvais pas me résoudre à n'être qu'une pause... Et malgré sa froideur, j'étais prête à parier que ça ne lui suffirait pas non plus. Me fermer à lui était au dessus de mes forces... Je relevai la tête et fixai son regard dans un silence éloquent. Je ne voulais pas avoir raison. Je ne voulais pas m'éloigner de lui. Mes lèvres s'entrouvrent sans que je ne puisse prononcer le moindre mot. Tout ce qui me venait à l'esprit était un mélange de reproche et de contradictions mêlant mon affection pour lui à l'inconscience de la bombe qu'il venait de placer entre nous deux.

Je craignais qu'à franchir la porte, je ne le verrais plus en me retournant. Qu'il chercherait à disparaître, se faire oublier, se renfermer et nous perdre. Ce qu'il devrait faire pour se préserver, nous préserver. Bien que cela puisse nous coûter à l'un comme à l'autre. Traits toujours crispés par la contrariété, j'en venais à ressentir un sentiment de culpabilité à l'idée de causer un tel tourment qu'il en venait à vouloir céder. Je baissai les yeux, me reculant plus brusquement que je ne le souhaitais. Toutefois, je ne m'éloignai que d'un pas, lui faisant toujours face, cherchant mes mots, combattant mon émotivité pour ne pas laisser de larme s'échapper et ajouter à cette dissension une note mélodramatique mièvre. « J-je tiens à vous... bien plus que je ne le devrais, admis-je en fuyant son regard. E-et j'aimerais qu'il n'y ait aucune barrière entre nous mais... je sais que c'est impossible. Vous le savez aussi alors... » Je peinais à trouver mes mots, partagée entre l'idée de fuir et d'assumer ce qui venait de se passer.

La seule chose qui me rassurerait dans cet instant était de me terrer en safezone, là où personne ne pouvait m'atteindre, où l'on veillait mes songes et éloignait mes craintes. Mais la vie n'était pas une safezone. Et je me considérais assez forte pour ne pas avoir à constamment me cacher, me renfermer... mais je n'avais pas l'appui et la stabilité que m'apportait auparavant mon clan. Wernher était l'un des rares piliers auxquels je pouvais me raccrocher et le problème c'est que c'était lui que je voulais fuir à ce moment précis. Le fuir et en même temps le laisser me rattraper... « Vous pourrez envoyer quelqu'un me donner mon affectation lorsque vous aurez décidé de la place que j'aurais à l'avant-poste... » Luttant pour ne pas revenir vers lui et nous encourager dans cette voie, j'abdiquai en croisant son regard une dernière fois. « Désolée pour... tout ça. » J'avais le cœur lourd, si lourd qu'il me pesait jusqu'à me nouer l'estomac. Je pouvais toujours me rassurer en me disant que son légendaire stoïcisme lui permettrait de passer rapidement à autre chose. Ce ne serait pas le cas pour moi. Mais ça ne me semblait pas avoir de grande importance... Non pas que ce serait facile, loin de là, simplement ces derniers mois avaient été bien assez lourds de peines et de douleurs que je n'estimais pas être à un mal près. Je n'attendais qu'un signe de sa part pour quitter ce bureau...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 973
Médaillons : 420
Crédits : Nono
Avatar : Michael Fassbender
Pseudo : Nono


Personnage
Occupation : Commandant de Reiver
Âge : 41 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Officier, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Ven 16 Fév 2018 - 15:59


Lui dire de partir, c'était la meilleure chose à faire en ce moment même. Il fallait qu'il la fuit, qu'il ne pense plus à elle pendant un moment et pour ça, elle ne doit pas être là sous ses yeux. Goran à beau avoir un assez grand contrôle de lui-même, il n'en reste pas moins un humain avec des limites et qui peut craquer. La tension du moment n'aidait pas à le faire rester fort. Tout son être ne désirait qu'une chose, ne pas résister, se laisser aller dans ses bras, se perdre dans ses sentiments en oubliant la réalité. Sauf que c'est dangereux et que s'il succombe à la tentation, il ignore comment le futur se présentera pas la suite. La fuite reste donc la meilleure option, même si ça lui donne l'impression d'être un lâche. La commandant déteste ça, mais c'est ainsi, il faut parfois savoir agir contre son gré pour se protéger. Être avec Eiven, c'est trop dangereux, il y a déjà bien assez de rumeur qui circule dans les couloirs pour leur donner raisons. De plus, il ne peut pas avoir de point faible apparent, trop de personnes pourraient saisir l'occasion pour le faire tomber ou simplement le menacer et obtenir quoi que ce soit de lui. Leur relation doit donc rester tout à fait professionnel, même si la simple idée d'y penser lui fend le cœur.

La demoiselle finit par le lâcher, comme si elle comprenait très bien ses paroles, donnant raisons à ses dernières. Rester ensemble n'était pas une bonne idée, elle devait vraiment partir pour ainsi mettre fin à quelconque tentation supplémentaire. Il l'observa, à quelque mètre de lui et malgré tout, il ressentait encore l'envie de la tenir dans ses bras et de la garder juste pour lui pendant un moment en se fichant pas mal de ce que pourrait dire ou penser les autres. Si seulement c'était aussi simple... mais ce n'est pas comme ça, il ne suffit pas de vouloir quelque chose pour l'avoir dans ce monde. Ce qu'elle lui disait... il aurait préféré qu'elle garde tout ça pour elle, qu'elle n'avoue pas tenir à lui. Ceci ne faisait que renforcer ses propres sentiments, ceux qu'il veut tant cacher et enfouir quelque part au plus profond de son cœur.

De la volonté, il en faut pour ne pas craquer, une partie de son cerveau lui criait d'oublier son grade et les idées des autres, qu'il a le droit de vivre et d'aimer. Mais c'est bien impossible, ce genre de tentation ne fera que la mettre en danger. Alors, il ne bougea pas, la regardant seulement en réprimant l'envie de goûter une fois de plus à ses lèvres. "Très bien, j'enverrai quelqu'un pour t'informer de ça. A présent tu peux disposer !" C'était froid, plus froid que toutes les fois où il avait pu lui parler avant. Mais c'était le seul moyen de mettre une distance entre elle et lui pour ne pas craquer et la prendre dans ses bras. De même, il coupa tout contact visuel en lui tournant le dos, ainsi il serait plus simple de combattre la tentation qui le torturait. Tout ce qu'il pouvait attendre à présent, c'est qu'elle quitte son bureau rapidement. Car si elle reste là, il sait qu'il finira pas craquer, qu'il ne sera pas assez fort pour lutter et que tous les efforts qu'il vient de faire seront inutiles. La torture physique est extrêmement douloureuse, mais à présent il est certain que c’est encore pire de devoir lutter contre ses propres désirs, que la torture psychologique est bien pire et douloureuse.

_________________


Goran Wernher Every night the dream's always the same. Can't escape these walls of dark decay.
Feel me drowning underneath the waves. Every time it never seems to change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t758-reiver-goran-wernher-commandant-de-reiver http://www.afterdawn-rp.com/t754-goran-wernher-dechiffre-moi-mais-n-en-tire-pas-de-conclusion-je-peux-te-surprendre
avatar

Messages : 2774
Médaillons : 1893
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   Ven 16 Fév 2018 - 23:30



every cloud has a silver lining
I'm more content to walk outside the walls and catch a breeze. I'm more inclined to climb on by or ride internal seas. I'm more alive to vibe inside a mansion full of trees. I do this for a reason that they can't pretend to glean. I lose myself infused in something more than what they've seen. I'm not a slave to greed but still, I embrace their cause.

Ses talons se tournèrent en premier. Luttant sûrement pour rester droit et ne pas se décomposer. Enfin luttait... Il s'agissait de Goran Wernher. Sa réputation me laissait croire que tout ceci n'était qu'une mince faille dans sa capacité à être imperméable face aux autres et aux événements. Peut-être même que jamais nous n'évoquerions cet entretien. Ça avait beau me blesser, je me persuadais que c'était au mieux pour nous deux. Que lorsqu'un nouveau jour se lèvera, ce sera sans doute plus facile à laisser derrière nous... Peinant à croire que ce qui l'avait amené à ces attentions ne soit qu'éphémère, je devais avouer une lueur discrète mais présente qui persévérerait à scintiller malgré l'apparente envie que je pouvais avoir de l'éteindre...

Il me fallut quelques secondes où, immobile, j'encaissais le tout. Son ton particulièrement froid me fit l'effet d'une brise perçante. Fronçant les sourcils, me résignant à partir, je le jaugeai cependant une fois de plus, bien qu'il me tournait le dos. Attendait-il vraiment quelque chose ? Impossible d'en être sûre et je n'étais pas prédisposée à poser la question... Une inspiration et je me décidai à me tourner vers la porte. Je ne pensais plus au sujet de ma présence, à ce qui avait été dit... perturbée, je dirigeais vers la sortie, espérant parvenir à prendre une bouffée d'air. Mais sur les quelques pas qui m'en séparaient, je priais pour ne pas réussir à l'atteindre... Retiens-moi, Goran, suppliai-je entre cœur et raison. Il ne fallait pas... Ce qui rendait cet instant outrageusement plus désirable. Il était sage de le laisser à cette portée : un désir. De ces mirages vers lesquels on marche sans jamais parvenir à les atteindre.

Pourtant, il était là.
Je sentais sa présence même en fermant les yeux.
Ressentant ce natif comme si nos êtres étaient de ceux que le destin forçait à se compléter.

Le Commandant était une évidence autant qu'il était une contradiction. Je ne savais ce qui nous coûterait le plus : se laisser prendre à cette attirance ou repousser l'échéance. Mais pour aujourd'hui, ma main se posa sur la porte et je traversais la sortie sans oser lui adresser de dernier regard. Au risque de ne plus le revoir pendant plusieurs jours... La porte se referma plus violemment que je ne l'aurais pensé. Expirant longuement, je m'adossai à l'encadrement, essayant de reprendre mes esprits. Mais au lieu de pester et de le maudire, je me surpris à soupirer un sourire. Comme oscillant entre le bien et le mal qui ressortait de cette entrevue. Longeant le couloir, je dissipai cet sourire mièvre avant d'atteindre les gardes. Ils me laissèrent passer sans la moindre histoire. Sauf une. Qui ne venait malheureusement pas d'eux.

En bas des marches, trois applaudissements espacés rythmèrent les trois dernières marches qu'il me restait à descendre. « Aidan ? » M'intriguai-je de le voir. Son sourire sarcastique et son dédain perpétuel affiché en gros plan sur son visage. « J'ai presque failli pas être là pour la fête ! Alors ? Tu vas continuer à renifler le cul du Commandant ou bien tu vas enfin servir à quelque chose d'autre qu'à jouer au pot de fleur ? » Rien de mieux que ses mots tendre pour me faire redescendre sur Terre... « Avant de t'occuper des culs que je renifle, lâche le mien Aidan. Ils me donneront vite un poste, merci pour ta sollicitude mais maintenant tu vas peut-être songer à me foutre la paix, non ? » Il plissa les yeux en hissant le coin de ses lèvres jusqu'à ses oreilles tout en secouant doucement la tête de gauche à droite. « Nos comptes sont loin d'être réglés, Hadler. » Dit-il en décampant de sa position jusqu'à retourner vaquer à ses occupations. Je soupirai, agacée par son comportement - et frustrée de ne pas pouvoir lui en décoller une à lui clouer le bec une bonne fois pour toute - je ne perdis pas mon temps dans ce couloir et quittai le quartier général en espérant retrouver Krymov. Peut-être pourrait-il m'entraîner ? Sinon je n'aurais qu'à retourner dans mon bloc et y attendre un sursaut d'illumination de Goran ou Eil pour me donner une tâche à faire dans ce camp.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran   

Revenir en haut Aller en bas
 
(30/12/2480) (Terminé) Every cloud has a silver lining ▬ Eiran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: QG :: Commandement-
 
Sauter vers: