AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le --/--
Personnages

39 joueurs
60 personnages
28 Hommes
32 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 14 hab.
Extérieur 11 hab.

Partagez | 
 

 Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Batisseur / père
Âge : 32
Localisation : Extérieur



Messages : 357
Médaillons : 737

Avatar : Charlie Hunnam
Présence : 5/7

Pseudo : Zora


Nat • Rôdeur



 Sujet: Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.   Mar 20 Fév 2018 - 21:36


Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.”
@Djebann Jacks [19/02/2481]



Depuis que le trio a quitté les landes sèches et arides, tous apprécient l’air légèrement meilleurs des montagnes. C’est la première fois que Nadzim vit un semblant d’hiver, comme on en entend parler dans les légendes de l’ancien temps, avant la fin du monde. Le froid à souffler de la buée, les yeux qui piquent, les doigts qui gèlent. Emmitouflé sous la veste en peau et fourrure de son père, Elias dort paisiblement. Tout deux sont installés sur le dos du vieux cheval qui ne sera sans doute jamais baptisé, et ils avancent tous vers le nord. Quelques heures plus tôt, alors qu’il errait encore et toujours, un petit groupe de vieux survivants lui avait indiqué la localisation presque précise d’un clan. Ca fait plusieurs semaines qu’il entend parler de cet endroit, et maintenant qu’il s’est perdu dans les landes et qu’au lieu de trouver le bastion Steros il a atterrit aux pieds des montagnes, rejoindre le petit clan lui semble le plus judicieux. les ressources s’amenuisent et Elias a sérieusement besoin d’aménagement. A ce rythme il ne se déplace pas alors qu’il peut marcher, il parle peu, reste au chaud contre son père sans interactions avec le monde extérieur. Et ne parlons pas des repas, qui sont de moins en moins riches depuis qu’ils sont sortis du couvert de la forêt. Alors certes les attaques et embuscades sont moins fréquentes, mais les vivres aussi.

Eh bien vieux cheval, avance !” Mais le canasson est campé sur ses antérieurs, les oreilles en arrière et le dos tendu. Sous ses fesses, Nadzim sent sa réticense mais continue d’insister en pressant ses talons. La traversée des montagnes fut assez laborieuse mais jamais le vieux cheval n’avait montré de signe de panique. “ Allez !” Nadzim donne un gros coup de talon dans les côtes de l’équidé, en vain. Avec l’hiver volcanique et le froid ambiant, il est difficile de savoir quand la nuit va tomber. Ness se fie à son estomac et à celui de son fils pour monter le camp, et là il semblerait qu’il reste encore un peu de temps. S’ils pouvaient arriver à avancer un peu dans le désert, ça serait pas de luxe. Le vieux cheval commence à piaffer et se rassembler sous ses postérieurs. Nadzim lance sa jambe par dessus l’encolure de l’animal pour rejoindre la terre ferme. D’une main il tient la longe qui sert de renne et de l’autre il maintient le corps d’Elias contre lui. Après plusieurs claquement de langue pour stimuler l’animal, Ness finit par avancer. Il n’y a plus de sentier depuis des kilomètres, c’est peut être ça qui panique le vieux cheval. Deux pas en avant il est maintenu en arrière par le canasson qui tire et se cabre presque. D’une voix bourrue, Nadzim ordonne à l’animal d’avancer en même temps qu’il recule.

Put-aaaah !
Nadzim sent le sol caillouteux se dérrober sous ses pieds. Ses réflexes s’actionnent automatiquement alors qu’il chute rudement dans un trou dissimulé. Sa main lâche la longe du vieux cheval pour venir soutenir son premier bras autour d’Elias. Il ne tombe pas longtemps, juste assez lentement pour se rendre compte de ce qu’il lui arrive. Le nuage de poussière que son corps a déplacé en heurtant le sol lui pique les yeux et visiblement ceux de son fils aussi, dont la tête est sortie de sa cachette durant la chute. Il se met à pleurer doucement, plus prit de panique que réellement secoué. Nadzim se relève promptement en hurlant “A l’aide !” de toute sa voix. Le trou est trop profond pour qu’il puisse l’escalader avec le petit sur le ventre, et bien sur son paquetage avec le harnais dorsal est rester sur le cheval. Sa voix s’élève dans le ciel encore et encore, couvrant les pleurs du petit visiblement stressé par son père.

made by black arrow

_________________
I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t858-natives-nadzim-shark-liens-et-rps http://www.afterdawn-rp.com/t851-nadzim-shark-fiche-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Trappeur (Sillon) Φ A encore sa puce : accrédit' R1
Âge : 27 ans
Localisation : Extérieur



Messages : 96
Médaillons : 632

Crédits : Vava ©VOCIVUS ☩ Sign ©ASTRA
Avatar : Matthew Daddario
Présence : Uniquement les WE

Pseudo : PopGun

Out • Clan



 Sujet: Re: Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.   Mer 21 Mar 2018 - 14:18

Le monde est un repère
semé de pièges et d’embuches
«  They talked in the shorthand of old friends and shared memories »
19.01.2481 - @Nadzim Shark
_______________________________________________________________

Jinx et Naveen n'étaient toujours pas rentrés et la vague de froid qui avait suivi le tremblement de terre minimisait grandement leurs initiatives d'expédition. Il fallait se préserver, reconstruire, s'organiser et ce, jusqu'au retour des deux leaders. Si rester sagement au camp à attendre qu'un miracle se produise n'était pas dans ses habitudes, Djebann en fût rapidement contraint. Leur situation actuelle était bien trop précaire pour se permettre de déserter le camp pour se lancer à la poursuite des deux absents, aussi importants soient-ils. Étant la personne la plus proche de Jinx en l’absence de Naveen, les autres membres s'étaient tout naturellement tournés vers lui. Une sensation d'autant plus déplaisante pour l'ex-milicien qui n'avait jamais eu la carrure d'un responsable d'équipe, ce que Jinx avait également du sentir en lui pour ne pas lui avoir proposé la place du second. Oui, leur absence commençait réellement à lui faire du soucis... Pas parce qu'il remettait en doute leurs capacités de survie à tous les deux, mais bien car Sillon ne marcherait pas sans son leader et son bras droit. Combien de fois, avait-il pu leur répéter qu'un bras droit devait JUSTEMENT rester au camp lorsque le leader s'en allait ? Ce n'était pas à Naveen d'accompagner Jinx lors des missions. C'était à lui. Lui et Jinx. Mais comme d'habitude, on ne l'écoutait pas. Jamais. Djebann n'était tout bonnement pas fait pour tenir la boutique, ni même jouer les secrétaires de Jinx. Bien qu'il se retrouvait régulièrement à devoir endosser ce rôle, où bien était-ce celui de la mère poule...? Il n'en savait rien, c'était vague. Une chose était sûre : il s’inquiétait réellement pour eux et comptait bien leur passer une sacrée gueulante quand ils repasseront les portes de Sillon sain et sauf. A un moment, il fallait arrêter les conneries.

Emmitouflé dans une bonne couche de vêtements chauds afin de se protéger du froid et des neiges acides, Djebann s'était risqué à procéder à un rapide tour des environs. Afin de s'assurer que le périmètre était tranquille et en profiter pour inspecter ses pièges dans l'espoir qu'un ou deux gibiers s'étaient laissés attraper durant l'apocalypse. Peut-être même trouverait-il une trace récente qui le guiderait jusqu'à Jinx et Naveen, il fallait garder espoir... La notion d'heure quant à elle, lui échappait totalement à cause de l'écran de cendres qui avait plongé leur journée dans une obscurité inquiétante et pourtant, il savait que le jour n'était pas terminé. Milieu d'après-midi ? Début de soirée ? Il lui restait encore un peu de temps avant d'être rappelé à Sillon par ses obligations de suppléant. S'il y avait certes des inconvénients avec un temps pareil, il existait également quelques avantages. Notamment, celui de pouvoir traquer plus aisément sa proie. Les traces étaient bien plus visibles qu'elles ne l'étaient habituellement dans le sable, contrée aride aujourd'hui remplacée par un océan de froid mordant.

Une bonne demi-heure après sa sortie, le voilà sur les traces de ce qui s'apparentait à des empreintes équines. Le tout, pour finalement arriver à l'un des pièges que les membres du groupe de Sillon l'avait aidé à mettre en place, des appels aux secours fuitant de cette fosse mortelle. Durant sa traque, il avait pu sentir son estomac grogner à l'idée de pouvoir se mettre un cheval sous la dent. Ils étaient de précieux alliés pour les déplacements, mais ce qui leur manquait aujourd'hui était des vivres. Cette bête égarée allait donc rentrer avec lui pour finir en brochettes. Quant à l'homme qui s'était laissé piégé... Son sort était des plus incertains. S'approchant prudemment de l'animal pour ne pas l'effrayer, il laissa glisser sa main le long de son encolure avec une profonde empathie. Silencieusement, il inspecta le matériel qu'il transportait. Cet homme devait être un voyageur, les traces parlaient d'elles-mêmes, il était seul. Seul et perdu, de toute évidence. Que serait-il venu chercher dans un coin aussi reculé que celui-ci ? Ça ne le regardait pas après tout. S'il comptait bien le laisser là et s'approprier ses biens pour les redistribuer à son groupe, ce n'est que lorsque des pleurs de bambins prirent le relais des appels rauques de l'homme que sa conscience le rappela à l'ordre. D'un juron contenu, il encocha une flèche sur son arc et une fois aux abords du trou, ne se priva pas de bander l'arc pour inspecter ce qu'il y avait là-dedans. Peut-être que l'homme en question possédait une arme, peut-être s'était-il trompé quant à la nature de ce dernier, peut-être était-ce un piège dans un piège. Mieux fallait-il se montrer trop prudent que pas assez. Surplombant la crevasse dans laquelle l'homme était coincé, Djebann ne devait pas être perçu comme l'homme le plus de sympathique au monde. Son visage était partiellement caché derrière une large écharpe en tissu épais et seuls ses yeux clairs transperçaient les deux survivants en contrebas. Il y avait bel et bien un enfant en bas âge. Sans rajouter mot, il débanda son arc pour s'accroupir et élever la voix : « Passe le moi. Je t'aide à sortir de là juste après ». Rien dans sa voix ne laissait transparaître une quelconque fourberie de sa part mais pour autant, rien ne pouvait certifier que ses intentions étaient parfaitement nobles. Surtout pas après son apparition armée. Très sincèrement, Djebann savait déjà quelle serait la réponse de l'homme, aussi ajouta-t-il bien assez vite : « Si t'as une meilleure idée fais le moi savoir, vite. J'ai pas toute la journée non plus. » Djebann avait froid, Dejbann avait faim, Djebann était inquiet pour Jinx et Naveen, Djebann ne se sentait pas de devoir prendre des décisions vis à vis de Sillon... Un cocktail stressant qui, pour une fois, ne le rendait pas des plus sociables, ou même patient.

HRP:
 
_______________________________________________________________

Made by Neon Demon

_________________
Forgive me For everything I've done in the past — If I had a single flower for every time I think about you, I could walk forever in my garden ;; @Claudia Grandi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t909-outsiders-djebann-jacks-i-ve-been-accused-of-vulgarity-i-say-that-s-bullshit#11399 http://www.afterdawn-rp.com/t834-djebann-even-my-grandma-is-funnier-than-you-and-she-s-fucking-dead
avatar

Personnage
Occupation : Batisseur / père
Âge : 32
Localisation : Extérieur



Messages : 357
Médaillons : 737

Avatar : Charlie Hunnam
Présence : 5/7

Pseudo : Zora


Nat • Rôdeur



 Sujet: Re: Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.   Mar 29 Mai 2018 - 18:54


Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.”
@Djebann Jacks [19/02/2481]



.
.
.

Plus les minutes passent plus l’énervement envahis Nadzim, coincé au fond de son trou avec son enfant apeuré. Il a beau appeler à l’aide, longtemps personne n’arrive. En même temps il imaginait quoi ? Personne n’habite ici, au delà des montagnes si près du désert. Aucun randonneurs ne vit dans le coin, et celui qui a camouflé ce trous ne doit pas être très sympathique. Hurler dans cet environnement est cependant la seule et unique chance pour Ness et Elias de poursuivre leur voyage et leur vie.  Il fait froid bien que le vent ne s’engouffre pas dans le trou et le bébé ne peut pas s’empêcher de pleurer. Entre les cris de son père et ses propres bruits, ils vont bien réussir à attirer au moins une bête. Qui se repaîtra du vieu cheval et tuera sans doute le reste de la petite famille. Il est presque à bout de souffle quand il distingue un bruit de sabot plus haut, signe que cheval bouge. Ness s’arrête de crier, serrant son fils dans ses bras, et apperçoit une silhouette au dessus de son crâne. L’homme bande un arc dans sa direction, son visage est à contre-jour aussi Nadzim ne parvient pas à voir s’il est pourvu de mauvaises intentions. Même s’il fait très froid, le soleil perce parfois la couverture de nuage et lorsqu’il cogne, on peut pas le rater.

Levant une main libre, il la place en visière et observe les traits de son potentiel sauveur. Il veut parler mais l’homme lui coupe l’herbe sous les pieds en déposant son arme. Elias a arrêté de pleurer. « Passe le moi. Je t'aide à sortir de là juste après » L’homme est accroupi et tend un bras vers le trou. Il insiste alors que Nadzim hésite et tente de contenir les battements de son coeur. Laisser son fils à un inconnu ? Jamais il ne pensait être capable de le faire et pourtant son instinct de père lui fait lever les bras chargé de son fils vers cette main salvatrice. Peu importe si lui et cheval se font abattre tant qu’Elias peut vivre. Après tout, un bébé est un être vivant rare dans le coin. Nadzim ne dit mot et déglutit douloureusement en voyant son fils quitter ses bras et disparaître de son champs de vision avec l’homme à l’arc. Il perçoit des bruits de pas mais aussi les sabots du vieux cheval racler le sol. Le temps qui se déroule alors lui fait reprendre des forces. Ses yeux commencent à sortir de leur orbite, fou de rage à l’idée d’avoir laissé la chair de sa chair à un terrible inconnu. Ils avaient traversés tellement de choses depuis la mort de Rum qu’il était inenvisageable que Nadzim laisse Elias seul au monde.

Prit d’une hargne sans nom il s’élance contre la paroie du trou et essaye de l’escalader, grognant et soufflant irrégulièrement. “Fait moi sortir de là !” Il glisse à nouveau et retombe au sol, désemparé, les larmes lui montent aux yeux.

made by black arrow


HJ : désolée à mon tour pour le temps de réponse :wup:

_________________
I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t858-natives-nadzim-shark-liens-et-rps http://www.afterdawn-rp.com/t851-nadzim-shark-fiche-terminee

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le monde est un repère semmé de pièges et d’embuches.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Désert Ardeus :: Clan Sillon-
 
Sauter vers: