AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le --/--
Personnages

40 joueurs
61 personnages
28 Hommes
33 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 16 hab.
Steros 14 hab.
Extérieur 11 hab.

Partagez | 
 

 {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion



Messages : 2505
Médaillons : 11799

Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Présence : 3-4/7

Pseudo : Sammix
Multi-comptes : Naveen & Fiona



Helion • Élite, évolué



 Sujet: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Jeu 22 Fév 2018 - 22:43

Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Nous avions été parqués comme des animaux, il y a de cela deux jours. Et j'avais fait une étrange rencontre, je dois bien vous l'avouez, mais si elle sonne comme étant étrange, elle sonne comme étant étonnamment fraîche également. Parce que ce Ven Bishop n'est pas n'importe qui, du moins, il n'est pas un simple habitant du dôme. Enfin, si on parle du sens commun du terme, il est habitant du niveau 0, zone sud est. Mais c'est aussi un ancien milicien, aujourd'hui ingénieur en armement. Et par le moins grand des hasards de l'univers, il semble aussi savoir des choses sur moi. Comment ? Je ne sais pas trop, mais quelques choses me dit qu'il y a clairement anguille sous roche avec lui. Alors, l'appât qu'il m'avait donné voilà deux jours, ce bout de papier encore en état même si jauni par le temps avait été une aubaine que je n'aurais pas espéré. Il faut dire aussi qu'il a du culot, qu'il ose certaines choses que d'autres n'oseraient jamais et ça me plait. Alors, je l'avais pris aux mots. S'il pensait que j'allais répondre défavorablement à son invitation cachée derrière certains compliments, il se fourrait un doigt dans l'oeil. Mais je lui avais donné rendez-vous deux jours après, histoire qu'il puisse faire un brin de ménage chez lui, histoire que je puisse vérifier quelques petites informations sur lui, simple précaution. Je ne veux pas non plus me jeter dans la gueule du grand méchant loup, même si au fond, cela ne changerait rien du tout. C'est dingue, mais en fouillant dans les archives, je suis tombée sur ce qu'on appelait une série télé à l'époque. C'est vieux, cela à plus de 450 ans, mais dans une série horrifique, j'ai cru le voir. Oui, parce que même si je ne le connaissais pas avant il y a deux jours, son visage me disait quelques choses, et pour preuve, je l'avais vu dans American Horror Story. Enfin, quelqu'un qui lui ressemblait traits pour traits, sans doute un de ces ancêtres, mais c'est étonnant. Peut être que moi aussi, j'ai quelqu'un qui me ressemble dans ce genre d'archives, il faudrait que je regarde ça. Mais quand j'ai regardé rapidement un épisode hier, ça m'a fait rire, j'ai rigolé comme une débile. Du coup, j'ai décidé de lui faire un cadeau, les 3 premiers épisodes de la saison 1 de la série, rien que ça. Bref, je descends donc au niveau 0, et contrairement à bien d'autres, cela ne me dérange pas, Hélion est chez moi, alors si certains membres de l'élite n'aiment pas descendre en bas, moi ça ne me dérange pas du tout. Je pense que nous devrions tous être égaux, et pouvoir nous balader plus librement, mais cela pourrait changer; il faudrait que ça change, ce serait bien, mieux. J'arrive donc devant la partie qui est la sienne, et je frappe à la porte. Bien entendu, je ne reste pas devant et je me cache juste à côté, pour qu'il ne puisse pas me voir, lorsqu'il ouvrira la porte, pour voir si le cowboy va partir à la recherche de sa princesse, puisque ce sont les rôles que nous nous sommes attribués de façon naturelle et implicite ou presque.


_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn <3

Messages : 321
Médaillons : 840

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Ven 23 Fév 2018 - 0:58

@Riviera Martins
&
Ven Bishop
PRENDRE AU JEU DES MAUX POUR EN FAIRE DES MOTS DOUX

Une légère boule au ventre, je ne savais vraiment pas si j’avais eu une bonne idée en l’invitant chez moi. Mais son innocence, la pudeur qu’elle dégageait m’avait mis en confiance, comme si elle ne pouvait pas être du mauvais côté. Enfin, cela dépend bien sûr de quel côté vous vous positionnez. Pour moi, cela avait été une évidence depuis bien longtemps, pour elle je n’en suis pas encore vraiment très sûr. Ce n’était pas dans mes habitudes de proposer à une fille, aussi jolie soit-elle, de venir chez moi. Bien sûr dans une optique purement professionnelle, mais là je ne pouvais rater cette occasion. De me dire que je pouvais partager ce petit bout d’histoire avec une experte comme elle me rendait enthousiaste, rendait en quelque sorte un petit hommage à ma défunte mère.

M’agitant dans ma petite piaule pour tout mettre en ordre, nous nous étions donné rendez-vous deux jours après notre rencontre. Même si j’avais légèrement entendu parler d’elle, que je savais où elle travaillait, ca, une jolie blonde aux archives ne passait pas inaperçu dans les ateliers où je bossais. Jamais je n’aurais pensé un jour qu’un petit bout de femme comme elle aurait l’envie de passer un peu de temps avec moi, à moins que ce ne soit seulement pour ma comptine. J’avais un léger doute, mais cela m'importait peu. Au fond, je savais bien que je ne faisais pas partie de ses hommes qui se récoltent toutes les femmes, qui ne pensent qu’à ça. Moi j’étais plus le bon copain, le grand frère comme je l’étais pour Soma, celui sur qui on peut compter même dans les moments les plus horribles. Une seule avait réussi à faire baisser cette barrière que je m’étais mise, qui avait enlevé le masque du mon cynisme, et à chaque fois que je la recroisais, mon ventre me le rappelait dur comme fer. Mais il était temps, après toutes ses années de passer à autre chose, d’oublier que les sentiments peuvent détruire et nous changer. Peut-être bien que nous changeons inconsciemment à cause ou grâce à ses sentiments. En tout cas, devant la princesse je n’avais pas envie de perdre mes moyens, j’étais à l’aise et moi-même.

Regardant ma montre, l’heure n’allait pas tarder à annoncer son arrivée. J’avais pris le temps de me préparer, de coiffer un peu mes cheveux en bataille qui, d’ordinaire  je n’accordais aucune importance. Le miroir devant moi me rendit mon visage de crétin. J’avais l’air bête, pourquoi faire tant d’effort pour une fille que je ne connaissais guère, alors que cela lui importait peut-être peu ? Pourquoi pas après tout. À mon grand étonnement, je ne m’étais pas rendu compte de tous mes efforts jusqu’à présent. Ma maison n’avait jamais été aussi nickel, même si ce n’est vraiment pas dur, pas que ce soit un préjugé pour les mecs, mais j’étais loin d’être une fée du logis. La différence me sautait généralement aux yeux quand je me rendais chez Eyli ma voisine et maman qui puis est. Donc le contraste a tendance à se faire vite ressentir.

Au même moment, j’entendis des frappements à ma porte. L’attente n’était pas vraiment mon fort, donc c’était d’un soulagement que je me dirigeais vers la porte. Doucement je tournai la poignée, le visage égayé. Mais rien, vide, juste les pavés gris du perron. Passant la tête par l’encadrement, aucune silhouette ne se fit paraître. L’étonnement sur mon visage, au début je pensai à un canular, mais peu probable qu’il coïncide parfaitement avec l’heure de mon invitée. Je décidai donc de m’avancer dans la ruelle, laissant la porte ouverte et oubliant complètement de prendre mes clés.  Cherchant le moindre signe quelque part, j’osais lancer d’une franche voix.

“Princesse, tu es là ?”

CODAGE PAR AMIANTE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion



Messages : 2505
Médaillons : 11799

Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Présence : 3-4/7

Pseudo : Sammix
Multi-comptes : Naveen & Fiona



Helion • Élite, évolué



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Ven 23 Fév 2018 - 13:50

Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Normalement, il attendait ma visite, approximativement à cette heure là, alors même si la surprise ne sera pas très grande, il se posera des questions en voyant que quelqu'un frappe à sa porte mais qu'il ne verra personne devant quand il cherchera à l'ouvrir. Je ne sais pas même pas pourquoi, je fais vraiment ça, mais c'est ce qui est le plus drôle. Et si la princesse était en danger parce que des méchants indiens viennent de la prendre en otage, que fera le cowboy à ce moment là ? Je ne sais pas s'il est si courageux et vaillant que cela. Il ose, c'est une certitude, mais osera-t-il partir à l'aventure contre les méchants indiens ? Je ne sais même pas s'il connait les références à vrai dire, car ce sont de très vieilles choses qui ont disparues depuis très longtemps, trop longtemps même. Mais c'est comme ça, n'est ce pas ? Il y a tellement de choses que moi seule peut comprendre, car en dehors des archives que je peux consulter à volonté, il n'y en plus de traces visibles ailleurs, à l'extérieur par exemple, sous le dôme encore plus. Car à l'extérieur, il y a des traces, des vestiges de la civilisation passées. Sous le dôme, il n'y a plus rien qui ressemble à cela, tout est fait pour que tout le monde puisse optimisé tout ce qu'il touche, tout ce qu'il fait, même ces déplacements, les économies en eau et en électricité aussi. En tout cas, Ven était venu ouvrir de façon rapide sa porte, pour ne trouver personne devant donc puisque j'avais opté pour une autre option. J'aurais pu prendre le temps de monter en hauteur mais je ne suis pas une acrobate, alors j'étais juste un peu plus loin. Il savait que c'était moi quoiqu'il en soit, il le savait car presque immédiatement, il appelait sa princesse. J'étais là évidemment.

" Au secours cowboy, de méchants indiens veulent me kidnapper. "

C'était ce que je lançais alors que je le voyais, il était à quelques mètres de moi seulement, mais je voulais voir la réaction qu'il allait avoir, s'il allait se précipiter en direction de ma voix, ou alors s'il allait simplement rire de la blague. Il avait deux options, restait à savoir laquelle j'allais préférée, et si cela allait joué sur le reste de cette deuxième rencontre, chez lui donc puisqu'il avait osé m'inviter.


_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 321
Médaillons : 840

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Sam 24 Fév 2018 - 22:37

@Riviera Martins
&
Ven Bishop
PRENDRE AU JEU DES MAUX POUR EN FAIRE DES MOTS DOUX


" Au secours cowboy, de méchants indiens veulent me kidnapper. "

Une réjouissance aux lèvres à l’idée de redécouvrir sa voix. Elle était bien là, c’était bien elle. Me faisant tourner en rond, jouant au jeu du chat et de la souris. Ce qu’elle ne savait pas encore, c’est que j’étais fort à ce genre d'espièglerie. Très fort même, mais ce qui m’amusait le plus, c’était de la laisser gagner. De trouver l’étonnement dans la candeur de son regard, dans la douceur de son sourire. Cette jeune perle avait l’air d’aimer le rôle que je jouais avec elle et le plus beau, c’est que moi aussi. Peut-être une façade, mais je ne me sentais pas déstabilisé, je me sentais intangible, profitant d’un moment de vie qui pourrait paraître insignifiant aux yeux de certains.

En entendant sa phrase, j’eus un soudain doute. Des indiens? Était-ce un groupe de rebelles que je ne connaissais pas ? Je ne savais pas du tout de quoi elle parlait.. Mais je décidai donc de mettre mon chapeau de cowboy et de monter sur mon grand cheval blanc.
D’une voix faussement hésitante, je me retournai dans la direction de son écho.

“Ne t’inquiètes pas Princesse ! J’arrive te sauver sur mon fidèle destrier !”


Je ne la voyais pas, juste me doutant de sa direction, j’imaginais qu’elle pouvait m’apercevoir de sa tanière, sûrement non loin de moi. D’un rire insaisissable, je fis semblant de me hisser sur une monture imaginaire, galopant d’un pas intangible. Sautillant dans de petites foulées, comme si mon équidé fougueux voulait me désarçonner. J’espère que mon spectacle valait le coup car, le ridicule aurait pu m’écraser dans toute ma splendeur. Inconsciemment, j’espérais qu’Eyli n’était pas en train de rigoler derrière sa fenêtre, se délectant d’une misérable mise en scène.

La belle ne devait plus se trouver bien loin. J’aurais pu reconnaître son doux parfum entre mille, encore plus dans l'arôme fade de l’air du niveau zéro. Même s’il ne m’avait envoûté qu’une seule fois, je perçus les nuances fleuries pointées d'accords sucrés, qui représentait tellement Riviera. Me surprenant moi-même d’arriver à penser des choses comme ça. Ce n’était pas dans ma nature de m’attarder sur ce genre de détails, et pourtant…
Au détour de la palissade, là où je supposais sa position, un sourire paisible sur mon visage, je me montrai, à découvert. Faisant tourbillonner mon bras au-dessus de moi, comme si un lasso magiquement invisible pouvait quérir la poupée, je le lançai en sa direction pour l’attirer contre moi. Elle était là, je pouvais enfin apercevoir son regard espiègle, son air jovial et enchantant.

“N’approchez pas ma belle, bande de Indien ! Je ne vous laisserai pas toucher à un de ses cheveux !"


Regardant le vide, d’un air amusé et faussement énervé, je me voulais chevaleresque et exagéré. Me doutant bien que le mot Indien sonnait complètement faux dans ma bouche de  par mon ignorance. Je faisais les gros yeux à des êtres que je ne pouvais imaginer, juste pour voir son sourire se dessiner sur son visage.

CODAGE PAR AMIANTE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion



Messages : 2505
Médaillons : 11799

Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Présence : 3-4/7

Pseudo : Sammix
Multi-comptes : Naveen & Fiona



Helion • Élite, évolué



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Mer 28 Fév 2018 - 17:41

Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Le courant passait bien, trop bien même pour que ce soit vrai, mais nous ne nous connaissions pas encore vraiment. Durant ces quelques heures, j'avais fait une petite recherche sur lui, rien de fou cependant, juste pour savoir si je ne m'étais pas laissée avoir par un tombeur dans un guet-apens. Mais visiblement, ce ne serait pas le cas, alors j'avais opté pour la carte amusement, celle qui avait été la nôtre sur la place publique de niveau zéro, il y a de cela deux petits jours. Je me retrouvais donc de façon imaginaire kidnappée par des indiens puisqu'il était le cowboy qui venait sauver sa princesse. C'était un conté de fée revisiter à notre sauce, si je suis la princesse, il est en théorie le prince qui vient la délivrer, mais naturellement, c'était sa dégaine et le mot cowboy qui était venu s'accrocher à mes lèvres. Est ce qu'il savait ce que cela voulait dire ? Semble-t-il puisqu'il ne m'avait pas posé la question, il devait donc avoir entendu parler des cowboys et des indiens qui étaient leurs ennemis jurés, enfin, dans les films vieux de plus de cinq cents ans, ou dans les livres, les bandes dessinées de l'époque. Mes références sont vieilles, et bien souvent, elles sont incomprises par les gens. En effet, je lis beaucoup de choses dans les archives, et je retiens assez bien, alors parfois, je ne me rends pas compte que ce que je peux dire n'est pas connu du commun des mortels. Et bien souvent, j'en joue, c'est amusant d'ailleurs. Là, c'était le cas, mais mon interlocuteur s'était pris au jeu, de façon complète et littérale, mais il semblait lui manquer quelques éléments. Il arrivait donc pour me sauver, montant de façon presque véridique sur son fidèle destrier même si bien entendu il n'en avait pas et faisait semblant d'agir de la sorte. J'entendais ces pas sur le sol, je ne savais pas s'il n'avait pas peur du ridicule mais si quelqu'un d'autres était là, il devait se demander ce qu'il faisait, ce qui se passait quand même dans sa tête pour agir de la sorte. Mais c'était ça le plus drôle, il agissait de façon naturelle, comme s'il n'y avait que nous deux dans les parages alors que peut être il y avait les voisins qui l'observait en douce, se demandant quelle mouche avait bien pu le piquer. Je l'entendais rire aussi, il faut dire que la situation s'y prête tellement bien. J'étais un peu plus loin et il arriva enfin à ma vue. Il fit donc tourbillonner son bras au dessus de sa tête, comme s'il avait un lasso imaginaire, un air lasso dirons nous pour avoir les indiens, sauf qu'il ne semblait pas savoir réellement ce qu'était les indiens, ce qui me fit sourire d'avantage encore. Il connaissait bien les cowboys mais pas les indiens ? C'était étrange, car bien souvent, ils étaient fortement liés. Dans tout ce que j'avais pu lire, ils étaient associés, mais il faut croire que de toute évidence, nous n'avions pas les mêmes histoires en tête. Je souriais alors à sa phrase qui semblait ne pas avoir totalement de sens pour lui.

" Vite, attrapez les avant qu'il ne soit trop tard. "


Mais il était déjà trop tard, un cheveu de ma tête tombait au sol et je faisais semblant de m'effondrer sur celui-ci aussi, comme mortellement blessée par ces fameux indiens. Mais sans doute allait-il pouvoir me sauver pour m'emmener chez lui et me soigner à coup de comptine, celle dont il avait le secret, la fameuse si précieuse, celle qu'il ne traînait pas de partout car devant être gardée en lieux sûrs.


_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 321
Médaillons : 840

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Ven 2 Mar 2018 - 19:02

@Riviera Martins
&
Ven Bishop
PRENDRE AU JEU DES MAUX POUR EN FAIRE DES MOTS DOUX



Cette comédie que nous jouions me faisait doucement rire, m'emmenant dans un univers que je ne pouvais qu’imaginer, mais qui me sortait de ce quotidien, bien trop fade à mes yeux. Elle était là, devant moi, égayée par mon petit cinéma, amusée de voir que je rentrais aussi bien dans son jeu. Dans une bulle, qui rendait ce niveau zéro bien plus égaillant, je m’imaginais une plaine remplie de verdure, avec un soleil éclatant qui reflétait ses rayons sur le visage angélique de Riviera. À vrai dire, si j’avais su plus tôt, qu’avec cette petite archiviste, que je ne connaissais que de nom, je pouvais vivre des instants si délicieux, je n’aurais pas hésité à aller lui parler. Mais j’avais été bien plus occupé que de penser que prendre un peu de temps pour le plaisir, me ferait le plus grand bien. Bien trop occupé à aller au niveau moins un m'occuper des clandestins, bien trop occupé à monter des plans pour les Lucioles, ou juste bien trop occupé à travailler, montant des plans de toutes sortes pour confectionner des armes pour l’avant-poste. Alors que là, pas la moindre seconde je pensais à tout ça, profitant juste, d’un instant qui se faisait presque sacré.

Dans un élan, la princesse se laissa tomber sur le sol, s’effondrant par le mal imaginaire que ces vilains Indiens lui avaient fait. Dans un bond souple et vif, je me portai à son secours, l’attrapant de justesse avant qu’elle n’atteigne le béton dur et froid. Bien plus légère que je ne l’aurais imaginé, je la soulevai, doucement et avec douceur. Je ne m’attendais pas à une telle proximité, de voir son doux visage d’aussi près. La rosée me monta aux joues, balayant une mèche qui me tomba dans les yeux, d’un léger coup de tête. Presque fier d’avoir un si beau trophée dans les bras. Dans un souffle, à peine perceptible, je lui susurrai.

“N'aillez crainte ma douce, là où je vous emmène, il n’y aura personne pour vous faire du mal.”

Bon certes, ce n’était pas digne d’un château de princesse, mais l’atmosphère que j’avais donnée à ma pièce suffirait. Ordonnée, ayant emprunté quelques bougies à ma voisine, je pense ne m’être que très rarement investi dans une telle mission. D’un pas fluide, je pris donc la direction de ma demeure, gardant la petite blonde prêt de moi, savourant ce contact que je n’avais alors jamais eu. Fasciné par le mouvement de ses cheveux aux rythme de mes pas, je la regardais presque langoureusement avec le bleu de mes yeux perçants.

La porte se faisait voir,  une fois sur le perron, je poussai l'ouverture dans un coup de pied tout en maintenant fermement Riviera dans mes bras. On y était et au fond j’espérai qu’elle ne jugerait pas ma petite pièce, qui aurait pu être bien plus grande si j’avais accepté le logement au niveau deux. Mais très peu pour moi, cela me suffisait amplement.

“Voici ma très chère dame ! Un des plus grands châteaux que vous n'aillez jamais vu, j’suis sûr ! “


Dans un rire ironique, je la laissai glisser sur le sol pour qu’elle puisse se remettre sur ses deux jambes. Fermant alors la porte derrière nous, pour pouvoir oublier les lugubres rues qui entouraient ma maison, la douce lumière des bougies, entourèrent son visage, nos visages. Plus rayonnante que jamais, j’en étais presque gêné, je lui désignai la table, dans un geste de bras, là où était entreposée ma relique. Ce bout de papier si cher à mes yeux, ce cadeau de ma mère qui était devenu si important à mes yeux au fil des années, alors que pour certains, cela n’est juste qu’une futilité.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion



Messages : 2505
Médaillons : 11799

Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Présence : 3-4/7

Pseudo : Sammix
Multi-comptes : Naveen & Fiona



Helion • Élite, évolué



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Mer 7 Mar 2018 - 0:24

Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Ce moment dépassait l'entendement. Il dépassait la réalité des choses, comme si, nous étions revenus des années en arrière alors que la terre n'était pas qu'une vaste étendue à moitié en vie, et que nous ne vivions sous un dôme de protection vis à vis de ce qui nous entourait. C'était comme si nous étions dans une de ces vidéos d'archives que je regardais parfois, où l'humanité était encore parfois un peu insouciante, qu'elle ne se posait pas de questions particulières pour sa survie. C'était tout le contraire de ce que nous vivions aujourd'hui. Mais le plus étonnant, c'était le fait que Ven se soit si facilement fondu dans ce moule d'amusement que j'avais créer. Moi, je savais de quoi je parlais quand je parlais des cowboys et des indiens, mais s'il avait capté la référence aux premiers, il ne connaissait pas l'existence des seconds, ce qui est presque paradoxal à vrai dire, car dans les archives, ils sont en général intimement liés, pour certains en tout cas. Car entre les indiens d'Amérique, et les véritables indiens, ceux qui vivaient en Inde, il y a tout un monde que personne ne connait, même moi, j'en connais peu, et encore, c'est parce que je suis aux archives, et que je vois tout un tas de choses défiler. Mais une chose est sûre, j'ai bien plus de choses en commun avec Ven que je ne pouvais le penser, à commencer par ce petit mouvement de rébellion auquel nous appartenions. Je n'en suis qu'à mes balbutiements, lui sans doute qu'il a déjà fait plus que ça pour notre cause. Mais ça n'a pas d'importance, nous ne pensons pas à cela dans l'instant.

C'est ainsi que je m'effondre au sol, prise du mal imaginaire que l'on me fait subir. Mais le cowboy réussi à m'intercepter avant que je ne touche le sol, me prenant dans ces bras pour sauver sa princesse. Et dans un souffle, il me dit que là où il m'amène, il n'y aura personne pour me faire du mal. Je ne sais pas à quoi ressemble son appartement, mais sans doute n'était-il pas très différent de ceux de ces voisins, modeste mais parfaitement convenable pour n'importe qui ou presque. J'avais pris l'habitude d'avoir mieux mais ce n'était pas un problème pour moi. Contrairement à ce que beaucoup pense, comme je fais partie de l'élite, me mêler avec les autres, du "commun" peuple ne me dérange pas. Ils sont comme les autres et le moment que je passe avec Ven le prouve très largement. Qui "là-haut" se permettrait ce genre de choses ? Personne, ou presque, car beaucoup trop ont un balai coincé dans le derrière, tout n'est que règle très stricte, sans concession. Alors, même si je ne fais pas de vagues, je suis le véritable ovni de l'élite, car bien souvent, de la musique résonne dans mes oreilles, je danse sur ma chaise, je ne fais rien comme les autres. Enfin, quand je suis seule, car s'il y a du monde autour de moi, je ne danse pas, même si je peux écouter de la musique, comme si j'écoutais une archive auditive, alors que cela n'est qu'un prétexte pour rechercher d'autres choses.

Il me porte donc dans ces bras forts et musclés de cowboy. Il a sauvé sa princesse, cela ferait-il de lui un prince ? Non, l'image du cowboy est bien plus drôle, bien moins lisse que celle d'un prince qui respecte les règles pour ne jamais les briser. Non, l'image que je lui ai donné lui corresponds bien, quelqu'un qui n'a que faire des règles et qui ne se prends pas trop la tête. Pourtant, je m'imaginais la scène suivante : celle où il était tellement éberlué par ma beauté qu'il se prenait les pieds dans le tapis et que nous faisions une chute au sol. Mais même s'il semblait heureux de m'avoir dans ces bras, il ne chuta pas au sol comme on aurait pu l'imaginer. Il fit bien son travail, pas de chute et nous arrivions dans son appartement. Il était fait sur le même modèle que ceux d'à côté. J'avais pu en voir quelques uns, que ce soit en photo, sur des plans d'archives ou en réalité puisque j'avais quelques amis qui étaient ici ou dans un des blocs d'à côté. Son château comme il le disait de façon si ironique était bien rangé pour quelqu'un comme lui. Je suis loin d'être maniaque, mais vous savez, en général, les hommes sont moins bien soigneux que nous, en général, mais Ven faisait peut être partie des exceptions, à moins que, sachant que je devais venir il avait fait le ménage. Mais je ne poserais pas la question, l'ambiance intimiste avec les bougies me plaisaient bien, presque trop d'ailleurs. Et d'un geste du bras il me désigna la table, là où se trouvait sa comptine. J'en souriais.

" Il est donc là le fameux trésor. Mais je t'en pris Ven, lis-moi cette belle comptine de ta si belle voix. "

Un compliment venant de ma part, sincère, mais peut être qu'il avait du mal à lire, je ne saurais dire, je ne l'avais encore jamais entendu dans cet exercice là. Mais j'avais hâte de voir ce qui lui tenait tant à coeur.


_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 321
Médaillons : 840

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Dim 11 Mar 2018 - 22:27

@Riviera Martins
&
Ven Bishop
PRENDRE AU JEU DES MAUX POUR EN FAIRE DES MOTS DOUX



Quel impoli que je faisais, ce n’était pas un accueil digne des plus grandes princesses. Je l’avais posé là, et juste montré la comptine, en oubliant les banalités habituelles. Qu’est-ce qu’elle me déboussolait la petite archiviste.

“J’en oublie mes bonnes manières, veux-tu boire quelque chose ?”

Je m’activai dans le coin de la pièce qui me servait de cuisine. Un peu perturbé par sa présence, mais ça, j’essayais d’en laisser le moins transparaître possible. Je sortis une bouteille d’eau de ce qui me servait de frigidaire. Un regard vers elle, je la vis toujours debout, m’observant avec ses grands yeux d’une couleur qui reflète tellement une rivière. Ses parents ne lui avaient pas choisi ce prénom pour rien, remarquais-je silencieusement. D’un signe de main, je lui désignai le canapé, pour qu’elle puisse s’installer confortablement.

“Je t’en prie, fais comme chez toi ! Tu veux boire quoi ? J’ai de l’eau… Mais sinon il me reste quelque chose d’un peu plus fort…”

Hésitant, je me doutais bien que ce ne fût pas l’heure pour nous laisser aller à ce genre de breuvage. Mais bon, il faut bien des exceptions et sa venue en était une. Puis pour lire à voix haute ce texte, à une fille que je ne connais que très peu, il me faudrait un peu de courage tout de même. Dans ni une ni deux, je pris les deux bouteilles accompagnées de deux verres, lui laissant le choix de boire ce qu’elle préférerait. Me demandant pourquoi ma comptine l’intéressait tant, je me dirigeai vers la table pour aller la chercher. Était-ce, car en tant qu’archiviste, c’était son devoir de se soucier de trésors comme cela ? Ou était-ce peut-être pour moi ? Que ma compagnie lui plaisait ? Je n’en savais vraiment rien, du moins pas encore. En tout cas, être avec elle me plaisait, me faisait sortir d’une routine bien trop fade à mes yeux.

Tenant le parchemin entre mes doigts, je m'approchai d’elle, pour pouvoir m’installer à ses côtés, sur le coussin moelleux du divan.

“Bon, tu es prête ?”

Je me raclai légèrement la gorge, gardant ce petit sourire espiègle, plein de surprises au visage. Cela me faisait vraiment bizarre de faire ça, je ne l’avais encore jamais lu à personne.

“Au temps joyeux des cabrioles,
Je me souviens petit garçon,
Suivant la brise après l'école,
D'un lieu magique et polisson ;
Pour un goûter sous les grands arbres,
Mon frère et moi toujours partants,
Nous délaissions nos lourds cartables
Et dévalions comme un torrent.

Au petit jardin,
Qu'est ce qu'on était bien,
Roi et bohémien,
Plus besoin de rien ;
Une jolie clairière,
De douces fougères,
Paradis sur terre
Et notre grand-père.


Nous jouions cow-boys ou Apaches
Comptant les fleurs de pissenlits,
À trap-trap ou à cache-cache,
Les mûres dans nos mains noircies ;
On inventait des matchs de poules,
C'était le foot et ses champions,
Puis on sortait les jeux de boules,
Dans l'herbe courait le bouchon.


Au petit jardin,
Qu' est-ce qu'on était bien,
Roi et bohémien,
Plus besoin de rien ;
Le trou d'un Gruyère,
Quelque amande amère,
Quatre noix par terre,
Et notre grand-père. "

Ma voix se voulait claire et fluette, montrant que ses paroles, je les connaissais par coeur, un récital qui explosait d’entre mes lèvres. Après mainte et mainte lecture, que ce soit de ma mère ou de moi par la suite, je connaissais tous ses mots, j’avais cherché leurs significations avec le temps. Peut-être que grâce à cette lecture, elle saurait pourquoi je connaissais ce surnom de cow-boy, peut-être saurait-elle à quel point je viens de m’ouvrir à elle en cet instant. Prenant fin à ma tirade, je plongeai le bleu de mes yeux dans les siens, dans un regard intense, plein d’émotion, qui laissait transparaître une sensibilité certaine.

CODAGE PAR AMIANTE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion



Messages : 2505
Médaillons : 11799

Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Présence : 3-4/7

Pseudo : Sammix
Multi-comptes : Naveen & Fiona



Helion • Élite, évolué



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Ven 16 Mar 2018 - 21:22

Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Il m'avait donc déposé dans son appartement, juste là, me disant que la comptine n'était pas très loin, m’appâtant en quelques sortes puisque c'était pour cela que j'étais venue ici au fond, non ? Oui, mais pas seulement, car, j'avais compris que s'il me connaissait, ce n'était pas si anodin que cela. Il y avait une luciole qui se cachait dans le coin, et même si pour le moment, je ne suis pas encore très encrée dans le processus, je suis bien là, un pion essentiel même devrais-je dire. Mais pour le moment, le pion que j'étais n'était pas très actif, pas vraiment en sommeil, non plus. Je ne pouvais pas m'amuser à faire trop de choses non plus, enfin, trop de choses louches, je ne devais pas me faire repérer trop vite même si je sais qu'à un moment ou un autre, il va falloir prendre des risques, et que si j'échoue, je deviendrais un rat de laboratoire, car ils comprendront que c'est moi qui est à l'origine de certaines choses. Will Hayes n'était plus de ce monde, ce qui n'arrangeait pas mes affaires, mais Lucian Jagger avait pris sa place. Pour combien de temps ? Cela était impossible à savoir, peut être pour peu de temps, peut être pour longtemps, quoiqu'il en soit, il y avait de grandes chances que, s'il venait à mourir, ou à être mis de côté que Vaughn prenne potentiellement sa place. Il était plus jeune mais il avait le potentiel pour faire le job, du moins, je le pensais. En tout cas, toutes ces idées étaient loin de mon esprit, je pensais au cowboy, à Ven qui se rendit compte qu'il ne m'avait pas proposé à boire en arrivant chez lui, la moindre des choses. J'étais du coup machinalement restée debout, alors il me proposait de m'asseoir dans le canapé, me proposant donc des molécules d'eau, ou quelques choses d'autres, de plus fort, de l'alcool sans doute, enfin ce qui se faisait un niveau plus bas sans doute. Je me suis amusée à voir tout ce qu'il y avait comme alcool dans le temps, c'est dingue tout ce qui a pu disparaître quand même. Je lui souriais donc.

" De l'eau ce sera parfait, ne t'en fait pas. "

Je suis une princesse, d'accord mais je ne suis pas très difficile non plus. Il déposa alors les deux bouteilles sur la table, me laissant donc choisir. J'optais pour l'eau qu'il y avait, tout simplement, pas que je ne veuille pas boire autre chose mais en la circonstance, je n'avais pas envie de m'enivrer de façon plus spécifique. Peut être que pour lui, ce serait différent, peut être qu'il se mettait la pression pour cette petite comptine qui serait sans doute très bien, je n'en doutais même pas. Elle n'était finalement qu'un prétexte pour apprendre un peu à le connaitre même si au fond, j'avais envie de l'entendre cette comptine. Peut être que je la connaissais, peut être que ce n'était pas le cas. Il me demanda si j'étais prête alors je lui disais oui de la tête et je l'écoutais me la lire. Mais aux premiers vers, ça ne me disait rien du tout. Je souriais pourtant lorsque dans cette comptine, le mot cowboy apparu, suivi des apaches, soit l'autre nom des indiens, voilà pourquoi il ne les connaissaient pas. Mais sa comptine ne semblait pas être complète bizarrement, du moins, je trouvais qu'il en manquait une petite partie, la fin sans doute, car le début semblait sympathique et cohérent. Peut être que je me trompais, quoiqu'il en soit Ven semblait ne pas divulguer cette comptine à tout le monde.

" J'adore, c'est vraiment beau. Tu connais l'auteur ? En tout cas, tu sauras que Indiens = Apaches, c'est un synonyme que je connais personnellement mieux. "


C'était plus pour l'anecdote, pour sa culture personnelle que pour autre chose que je disais cela. Je me servais alors un verre d'eau, souriante, comme si j'étais chez moi, comme si finalement, cette scène inédite ou presque faisait partie de notre quotidien, comme si le lien qui m'unissait à présent à Ven était devenu encore plus fort en très peu de temps.


_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 321
Médaillons : 840

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Mar 20 Mar 2018 - 15:56

@Riviera Martins
&
Ven Bishop
PRENDRE AU JEU DES MAUX POUR EN FAIRE DES MOTS DOUX


La belle princesse me paraissait concentrée et à l’écoute, peut-être emportée par les louvoiements de mon histoire ? Je ne saurais dire vraiment, mais moi-même j’étais emporté par cette vision chimérique de la vie. Imaginant des personnages fantastiques se baladant dans des contrées lointaines.  À chaque lecture, je m’envolais sur un petit nuage, propice aux miracles de toutes sortes. Le fait de pouvoir partager cela avec elle, qui pourtant ne m’était encore qu’une inconnue, nous mettait dans une certaine bulle, de tendresse et de confidence. À la fin, de mon récit, Riviera m’informa donc la définition des Indiens, mot que je n’avais pas vraiment compris un peu plus tôt. Eh ben, je n’imagine pas mon air idiot quand j’avais essayé de le prononcer, trouvant qu’Apache, sonnait mieux.

“Humm l’auteur ? Je ne crois pas non… À vrai dire, c’est un trésor que ma mère m'a légué avant de disparaître, que sa mère lui a légué et ainsi de suite. J’imagine que l’on se le fait passer depuis des générations. C’est pour cela que j’y tiens beaucoup.”


Un léger sourire en coin, montrant une confiance certaine, à l’idée de lui parler de tout cela, je plongeai mon regard dans le sien, essayant d’attendrir la douleur que m’évoquait l’histoire de ma mère. D’une tête légèrement pensif, je me concentrai sur elle, essayant de voir si ma comptine ne lui avait rien évoqué.

“Mais malheureusement, nous avons perdu une partie, il manque la suite. J’imagine qu’elle se trouve encore sous le dôme, enfin je l’espère.Je suis allé de nombreuses fois au marché noir, mais rien, impossible d’en voir la couleur. Peut-être se trouverait-elle dans les archives ?”

Qui ne tente rien n’à rien, sait-on jamais. Pourrait-elle m’aider d’une certaine manière ? En tout cas, si je lui avais proposé de venir ici, ce n’était pas dans cette optique-là, non pas du tout. La personne qu’elle était m’intriguait, une fille qui parait simple, mais qui peut avoir un oeil sur tout, de plus j’avais entendu parler qu’elle allait rejoindre les Lucioles ? Si c’était vraiment le cas, je devais en être au courant. Mais j’attendrais de voir si elle m’en parlerait d’elle-même, ce n’est pas un sujet vraiment facile à aborder.

Me servant un verre d’eau, que je bus à grandes gorgées, je m’enfonçai dans le coussin moelleux qui composait mon canapé. Appuyant ma tête sur la main, je la regardais, me perdant dans la fraîcheur de son visage.

“Et donc … Toi ? J’aimerais en savoir un peu plus sur toi ? Ma vie est bien trop fastidieuse pour se pencher dessus… Tu dois en voir des choses dans les archives ? Des secrets cachés aux yeux de tous?”

J’eus un petit haussement de sourcils, comme si les énigmes des niveaux supérieurs, révélaient de grandes surprises. Même si au fond s’en était le cas, même si au fond, c’était une recherche de toute une vie, je ne voulais pas non plus lui donner l’impression de lui soutirer des informations. Juste pouvoir écouter sa voix harmonieuse, me racontant des choses que je ne savais pas déjà.


CODAGE PAR AMIANTE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion



Messages : 2505
Médaillons : 11799

Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Présence : 3-4/7

Pseudo : Sammix
Multi-comptes : Naveen & Fiona



Helion • Élite, évolué



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Lun 2 Avr 2018 - 12:04

Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Je ne savais pas où nous allions, pas vraiment mais nous allions dans une direction qui me plaisait bien, surtout pour ce que nous préparions pour les prochaines échéances. Bien entendu, il n'y avait pas de planning spécifique, ou précis, les choses se mettaient en place, doucement, mais sûrement, pour qu'un jour Hélion soit à feu et à sang, que les choses changent, que les privilèges soient abolis, et pour bien d'autres choses encore. Je n'étais pas depuis très longtemps engagée dans ce mouvement, c'était encore bien nouveau, mais j'avais compris que ma place pourrait être d'une importance cruciale. En vérité, je crois que mon père ne m'a pas placé là pour rien. Savait-il pour ma nature ? Je ne saurais le dire, si c'est le cas, il ne m'en a jamais parlé ouvertement. Mais vu ce qu'il a fait pour ma mère, je doute qu'il veuille que les choses restent en l'état de façon complète et absolue. Il a du comprendre que ça sa fille avait le potentiel pour faire changer les choses, alors il lui a appris quelques rudiments de combats, puis il a prétexté que ce n'était pas pour moi, pour m'envoyer aux archives. Je peux ainsi obtenir presque n'importe quelle information, même les plus secrète, même si mon accréditation n'est pas au niveau de celle d'un conseiller évidemment. J'en souriais intérieurement, j'avais hâte de voir ce qu'il serait possible de faire. Mais pour le moment, j'étais avec Ven, je faisais connaissance pour ainsi dire, car nous ne nous connaissions pas encore vraiment, même si pourtant, j'étais déjà chez lui. Il m'avait donc raconter la fameuse comptine qu'il tenait donc de sa mère, de génération en génération visiblement. Pourtant, je doutais que ce bout de papier soit si vieux que ça. Peut être qu'il avait pu traverser quelques générations oui, mais pas énormément même si le papier semblait être d'une qualité remarquable. J'avais l'habitude de manipuler du papier jauni avec le temps, du papier qui était entreposé à l'abri de l'air, de l'humidité, pour être conservé au mieux dans nos archives, et même avec ces bonnes conditions, le papier avait jauni, plus que ce qu'il avait entre les mains. Alors même s'il le conservait à l'abri de la lumière, il semblait le manipuler "trop" souvent pour qu'il puisse survivre encore des années. Mais je ne lui disais rien de cela, je n'avais pas envie de faire ma rabat-joie pour qu'il continue à se bercer de cette illusion là. Ce qui accentuait cette impression était le fait qu'il manque un bout de la comptine. Pourquoi ? Parce que justement, la conservation n'était pas optimale, et que donc, peut être qu'avec le temps, la fin de la comptine avait été abîmée, et donc qu'elle avait été "perdue". Il me demanda alors si elle ne pourrait pas se trouver dans les archives. Cela était plus que probable, véritablement.

" Tu penses que c'est dans les archives ? Par contre, je doute qu'elle y soit en version papier, il n'y a pas tellement de choses qui ont été conservées de cette façon, juste les plus importantes, et comme l'auteur ne semble pas être très connu, je doute que ce soit le cas. Mais c'est possible d'y jeter un coup d'oeil rapide. Tu as une tablette chez toi ? "

Même si je n'étais pas sur mon lieu de travail, je pouvais regarder ce genre d'archives là de n'importe où, car inoffensives du moins à priori. S'il avait de quoi me connecter, je pourrais y jeter un oeil rapidement. S'il n'avait rien, cela devra attendre un petit peu, mais vu comment il en parlait, il semblait avoir véritablement de savoir comment tout cela se finissait puisque sans doute, sa mère n'avait pas ce bout là, non plus, et qu'elle lui l'avait dit. Puis, il s'en vint à me poser la question qui tue, celle me concernant personnellement, car jusqu'à présent, s'il semblait me connaître en surface, une petite blonde qui est archiviste, il ne connaissait rien d'autres.

" J'ai vu bien plus de secrets qu'il n'en faut, mais j'en ai d'autres que je peux dévoiler. "


Je décidais donc de me lever d'un coup, et de balancer mon pied en l'air pour lui montrer que je savais me battre et que j'étais donc très souple, mais en vérité, le geste était loin d'être bien maitrisé, enfin, si on veut, et mon pied droit lui arrivait alors en pleine figure. Le pire dans tout ça ? C'est que je ne m'en rendais pas compte tout de suite car je continuais à gesticuler dans tout les sens, alors que je venais de l'assommer, purement et simplement.


_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 321
Médaillons : 840

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Dim 15 Avr 2018 - 18:57

@Riviera Martins
&
Ven Bishop
PRENDRE AU JEU DES MAUX POUR EN FAIRE DES MOTS DOUX


Elle était face à moi, aussi éclatante que douce, comme si la pureté l’avait caressé du bout de ses plumes à sa naissance. Même si je n’étais pas du genre à fricoter avec beaucoup de filles, contrairement à ce que ma réputation peut dire, ce n’était pas ma vraie personnalité. Mais Riviera me donnait un autre goût, une autre vision de la féminité. Je ne savais pas vraiment ce que notre rencontre projetait, mais autant savourer un instant paisible, un moment qui nous enveloppait d’une auréole différente du quotidien d’Helion. Cela ne servait à rien de m’imaginer tout un scénario gorgé de fantaisie, mais seulement de laisser le destin décider pour nous. J’étais loin d’être une personne qui essaye de préméditer chacun de ses actes minutieusement, bien au contraire d’un esprit parfois contradictoire, j’ai souvent tendance à me laisser porter. Et là, je ne saurais dire pourquoi, mais c’était la meilleure solution.

Lui faisant part de la perte de notre comptine familiale, Riviera m’informa qu’il y avait peu de chance, mais que si c’était le cas, elle serait informatisée. Je doutais sur cette possibilité, car ce trésor était sûrement rentré illégalement sous le dôme, vu la façon dont ma mère me l’avait transmise. Une forme d’art que l’on ne trouve plus, et que certains ne veulent pas qu’on trouve. Permettant de libérer certains esprits, ouvrant le champ de l’imagination, chose complètement prohibée dans l’esprit d’Helion. C’est pour cela que je m’étais bien gardé d’en parler, de clamer autour de moi l'existence de celle-ci, sous conseil de ma mère. Je me levai pour aller chercher la tablette en charge pour la ramener à l’archiviste. Lui tendant avec une légère moue, perdant légèrement espoir à ce qu’elle puisse la trouver. Mais bon, cela serait un mal pour un bien, car si s’en était le cas, on pourrait facilement remonter à ma famille et à moi par la même occasion. Ce n’était pas le moment de m’attirer des problèmes, à cause d’un objet illégal qui est resté caché dans ma famille pendant des décennies.

“Je doute un peu, ce n’est pas quelque chose de très légal, du moins l’art n’est pas toléré non? Même si j’imagine que dans tes dossiers, tu dois en voir beaucoup. J’ai juste peur qu’on remonte jusqu’à moi...Mais on ne sait jamais.”

Après cet instant d'entraide et de partage, la douce réagit à ma question dans un battement de cils qui ne me laissait pas imperturbable. D’un air presque mystérieux, gardant un soupçon de magie dans la voix, elle me laissa imaginer ses talents cachés. Ni une ni deux, légèrement et gracieusement elle se leva pour illuminer la pièce par un enchaînement de mouvements presque incompréhensible. D’un sourire attendris, je l’observais tel une ballerine dansant son récital. Elle était pleine de convictions, dans une chorégraphie plus que sûre d’elle.

Mais soudainement, ma vision fut arrêtée par un coup violent, un flash sur le sommet de mon crâne. Son pied avait valdingué pour atterrir d’une façon complètement incongrue sur ma tête. Le mal qui m’avait envahis était assez supportable, je ne doutais pas de sa force, mais pas assez pour me mettre ko tout de même. Intérieurement, une petite voix me disait d’en jouer tout autrement. Accentuant le coup, je m’effondrais sur le reste du canapé, gardant les yeux fermés. Mon bras vacilla dans le vide, inerte, comme si le coup qu’elle m’avait porté, en avait été foudroyant. Coupant presque mon souffle, je voulais juste voir sa réaction, viendra-t-elle au secours de son fervent chevalier à son tour? Je m'empêchai de sourire, même si dans mon fort intérieur s’en était le cas. Sa maladresse était adorable, et même si je ne voulais me l’avouer, cela me faisait craquer.



CODAGE PAR AMIANTE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Archiviste, accréditation D0z
Âge : 24 ans
Localisation : Helion



Messages : 2505
Médaillons : 11799

Crédits : Tumblr
Avatar : Dove Cameron
Présence : 3-4/7

Pseudo : Sammix
Multi-comptes : Naveen & Fiona



Helion • Élite, évolué



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   Sam 21 Avr 2018 - 13:58

Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux

Il ne semblait pas vraiment vouloir retrouver le bout perdu de cette comptine, comme si elle n'était connue que de lui, de sa famille, alors qu'elle doit très certainement se trouver dans nos archives, parce que de toute évidence, il ne sait pas ce qu'elles contiennent, non, il l'ignore, mais ce n'est pas le cas de ma petite personne. Moi, je sais qu'il y a beaucoup de choses, trop de choses même, mais qui font parties de notre héritage et la partie concernant l'art est bien plus grande que tout le monde le pense ici à Hélion. Pour cela devrait faire partie de nos habitudes quotidiennes ou presque, mais ce n'est pas le cas, pour la plupart des personnes évidemment. Pour moi, c'est le cas, j'écoute de la musique très souvent, trop souvent même pour le commun des mortels mais ça me va bien, j'adore ça d'ailleurs. L'art est pourtant mal vu ici, comme si cela allait détruire Hélion alors que pourtant, ça ne serait pas le cas, pas si c'est fait de manière équilibrée bien entendu, mais les gens ici, ne sont pas fait pour penser au delà d'un certain seuil, il faut avant tout survivre car c'est tout ce qu'il nous reste pensent-ils, ou veulent-ils croire. Mais la réalité est ailleurs, presque impossible à voir pour la plupart des gens, parce que cet espoir là est mort depuis un moment, bien avant nos naissances, et depuis, cet héritage là est celui qui prédomine. Finalement, il allait me chercher une tablette pour que je puisse voir si cette archive était belle et bien disponible pour moi, à défaut de l'être pour le commun des mortels.

" Je ne crois pas que l'on vienne te poursuivre pour un bout de comptine que personne ne connait à part toi et peut être une ou deux personnes. Mais c'est comme tu le sens, je ne veux pas te mettre mal à l'aise en cherchant cela si ça ne te convient pas. Je ne pense pas qu'on remonte jusqu'à toi, au pire, on remontera jusqu'à moi, et comme je suis archiviste, il est normal que je consulte certaines choses comme celles-ci. "

Je me connectais donc au serveur de sa tablette, pour chercher cette comptine. Mais avant de faire quoique ce soit d'autres, j'attendais son aval, une dernière parole pour que cherche ou non, ce qu'il voulait voir sans forcément le savoir, comme si finalement, il avait envie de garder le mystère, comme pour ne pas couper la magie qui pourrait être là en ne sachant pas la fin de cette petite comptine. J'allais en tout cas, lui montrer d'autres secrets que je possédais, et avant de lui passer cette fameuse clé usb avec une vieille série le mettant en scène, je lui montrais donc que je savais me battre, enfin, en théorie, car dans mes gestes mal maîtrisés, je lui fracassais la tête, un peu, un peu trop peut être, car il semblait sonné, assommé, comme presque mort. Je ne m'en rendais pas compte immédiatement mais en ne le voyant plus dans mon champs de vision, je m'en inquiétais. Il s'était effondré sur le canapé. Immédiatement, je prenais son pouls, il respirait encore, mais je ne savais pas quoi faire, concrètement, je ne suis pas infirmière ou quoique ce soit dans ce genre là. Je le secouais alors légèrement, comme pour le réveiller, en espérant que cela fonctionnerait, même si je n'étais sûre de rien, la crainte se lisant facilement sur mon visage. Sans m'en rendre compte même, l'espace de quelques secondes à peine, un de mes iris vrilla, changeant légèrement de couleur.


_________________

« you got to be good to be true »
▬ Riviera. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: {Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux   

Revenir en haut Aller en bas
 
{Venia} - Prendre au jeu des maux pour en faire des mots doux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: Helion :: Niveau 0 :: Résidences :: Sud-Est-
 
Sauter vers: