AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Rejoignez les Clans !
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations
Φ Les RP libres
Φ Début de l'intrigue !
Φ Profitez de la section RP de groupe
pour proposer vos idées RP

Flash info
MàJ Mise à jour #6 en place, un coup de neuf o/
PROMO Médaillons Soutenez AD sur Bazzart et PRD ! (doubles post interdits)
Intrigue Ne pas lancer de RP dépassant le 14/03/2481





Attendus
Merci de privilégier Helion Steros
évitezles Natifs
Personnages
41 joueurs ◈ 62 personnages
30 Hommes ◈ 32 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 15 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 12 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 17/01/2481
Φ Ne pas RP après le 14/03/2481
En RP

Partagez | 
 

 +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Lun 26 Fév 2018 - 20:29

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings

- J'crois qu'on a vu pire comme prédateur...

La remarque d'Eiven n'avait fait qu'accentuer son sourire alors que son esprit se désembrumait peu à peu, la vigueur lui revenant par vagues. Le dragguier avait atteint son pic d'effet, et il retrouvait tranquillement une lucidité certaine. Il n'ignorait pas que celle-ci n'était qu'illusoire, et qu'il aurait autant de souvenirs le lendemain qu'après s'être pris une caisse monumentale, tout comme il n'ignorait pas non plus que le terme de "lucidité" n'était que tout relatif : il restait bien plus désinhibé que d'accoutumée. Preuve en fut son geste suivant, lorsqu'il se pencha lentement vers la gorge d'Eiven pour la mordiller doucement. Son geste était particulièrement mesuré et précis: il n'avait saisi ni la jugulaire, ni la carotide, ni le nerf derrière le muscle sternocléidomastoïdien, seulement la peau que ses canines pincèrent doucement. Il maintint ainsi sa prise quelques secondes, sa respiration brûlante venant réchauffer la gorge de la jeune femme, avant de venir lui murmurer quelques mots au creux de l'oreille:

- Mais j'ai quand même des crocs ~, sussura-t'il à la demoiselle.

Krymov n'avait jamais été très doué dans l'art de la séduction, c'était un fait avéré, et dont on pouvait se douter à en voir son comportement usuel. Leyrah lui avait sauté dessus pour une raison inconnue, et les deux précédentes...La première, on la lui avait flanquée de force, et il s'en foutait à un point inconcevable, quand à la seconde, elle s'était attachée à lui après des faits assez peu glorieux. Il avait eu beau massacrer ses parents et son frère devant elle, elle avait développé un attachement malsain au meurtrier de sa famille. On est jamais vraiment conscient de ce qu'on fait, à douze ans. D'ailleurs, elle n'avait pas passé son treizième anniversaire. Bref: Krymov n'avait jamais su réellement séduire, et il ne s'était jamais essayé à améliorer ses compétences en la matière. En revanche, lorsqu'il s'agissait de jouer avec l'excitation d'une femme, quoi qu'il n'en aie pas connu beaucoup, il avait naturellement la maîtrise de son timbre de voix et de ses gestes, ayant rapidement compris que l'approche psychopathique lors d'un interrogatoire avait un impact impressionnant sur l'interrogé, et que cette même approche, très légèrement dosée, avait tendance à plaire aux demoiselles en règle générale, qu'elles soient payées pour leur prestation ou non. Non, il n'avait pas prévu de rémunérer Eiven pour quoi que ce soit, en revanche, force était de reconnaître que lui qu'on disait absolument frigide n'avait absolument plus rien de froid à cet instant, ni le sang ni les muscles...Se retrouver ainsi au dessus de ce corps gracile et pourtant si agréable à regarder, sentir les muscles tendus sous la peau, plonger son regard brun dans celui, mordoré, de la belle native, l'inhibition de l'alcool... tout cela avait fait renaître en lui quelque chose qu'il n'avait pas connu depuis bien longtemps...du moins pas à haute dose...
CODAGE PAR AMIANTE@Eiven Hadler

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Lun 26 Fév 2018 - 22:04



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

Des questions, la situation en soulevait des dizaines, des centaines et des milliers. Des questions auxquelles je ne voulais pas répondre car j'étais lasse de devoir constamment chercher les réponses à ces questionnements innombrables. Pourquoi certaines choses m'arrivaient ? Pourquoi certaines personnes agissent de telle ou telle façon avec moi ? Que pouvais-je faire pour arranger les choses dans ce cercle vicieux où ceux qui me détestaient pour mon statut d'étrangère me reprochaient aujourd'hui mon statut d'intégrée ? Je ne voulais pas tenter de comprendre ce qui se passait. Mon esprit était parti bien loin et je ne pouvais nier le bien que cela me procurait. Peut-être devrais-je continuer à boire quelques gorgées pour être sûre de réellement lâcher prise... Peut-être serait-ce une erreur que demain viendrait à me faire regretter...

Quelle importance ça aurait ?
Qui viendrait à me reprocher cette insouciance partagée ?

Bien que l'ombre omnisciente du Commandant persistait à vouloir me mettre mal à l'aise, quelques mots de plus de la part de Krymov suffirent à me dire que ça non plus, ça n'avait pas d'importance. Ce n'était pas à sa porte que je m'étais risquée de frapper, sans doute était-ce pour une bonne raison... Les lèvres du sergent vinrent lentement se poser sur mon cou et je sentis le pincement de ses dents tenter de laisser leur marque sur ma peau. Une vague électrisante me parcouru le corps de l'impact de sa morsure retenue à chaque extrémité de mes membres. Un sursaut leva ma poitrine dans une inspiration profonde à cet élan auquel il s'adonnait. Son souffle s'éternisait sur mon cou comme une caresse insidieuse. Ma main remonta doucement jusqu'à sa nuque, fermant les yeux à la saveur de son geste. L'alcool n'aidait pas et m'empêchait de réagir. Au vue des doutes que j'observais à l'égard de mes sentiments pour Krymov, je l'aurais arrêté, je serais restée farouche à l'idée que nous franchissions une barrière pourtant mise à terre. Sachant très bien sa position, je ne voulais pas risquer de m'aventurer sur un terrain où je serai seule à choir. Malgré cette appréhension, l'ivresse me faisait mettre de côté ces sentiments en me criant de mettre cette nuit dans une bulle coupée du monde, coupée de toute conséquence et des répercussions que ça pourrait avoir. Un jeu dangereux auquel mon corps lascif semblait déjà décidé à participer.

Entrant alors dans son jeu sans m'y sentir forcée ni contrainte, je me persuadai qu'au vu des circonstances, me perdre dans ses bras serait une façon de me prouver que tout n'était pas perdu. Même si tout ceci était couvert d'alcool et d'inconscience, j'aurais une raison de croire que je n'avais pas réduite au néant... de quoi ralentir ma chute vers cet abîme dans lequel je sombrais depuis que Drake m'avait réduite à l'état d'objet, de souillon sans voix ni intérêt. « Méfie-toi, c'est dans ta tanière que nous sommes. Peut-être est-ce moi la prédatrice », me prenais-je au jeu en glissant mes mains sur le haut de son dos où mes ongles vinrent dessiner leur sillon au travers de son vêtement. Mon ton provocateur s'accompagnait d'un soupir suave.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Lun 26 Fév 2018 - 23:25

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings


La réponse au geste du sergent ne se fit pas attendre: les seins fermes de la jeune femme se plaquèrent contre ses pectoraux alors qu'elle se cambrait légèrement en inspirant profondément. Le contact provoqua chez Krymov une légère crispation de la mâchoire, en plus de l'augmentation drastique de sa température corporelle et des signes extérieurs de son excitation (pour ne pas entrer dans les détails), mais il prêtait un soin tout particulier à ne pas faire entrer en contact leurs entrejambes. C'aurait été aller trop vite. Ne pas profiter de ces moments initiateurs aurait été une grave erreur, qu'il ne se permit pas, ne serait-ce que pour le plaisir de l'entendre sussurer :

-Méfie-toi, c'est dans ta tanière que nous sommes. Peut-être est-ce moi la prédatrice...

Une prédatrice en bien mauvaise posture, mais dont le cheminement des ongles sur le dos musclé et couvert de cicatrices du sergent semblait loin d'être déplaisant...un frisson le parcourut des épaules jusqu'aux fessiers alors qu'il venait la bâillonner d'un baiser passionné. Jamais, sobre, il ne se serait permis de l'embrasser de sa propre initiative, mais il venait le faire, et de belles manières, sortant le dos pour l'inviter à appuyer ses griffures. Il laissa choir sa veste sur le côté, tandis que ses mains puissantes venaient saisir fermement les hanches de la jeune femme...ô combien se maudirait-il d'avoir fait ça s'il s'en souvenait le lendemain matin...Mais à l'instant précis où se déroulaient les évènements, il n'y avait qu'elle et lui. Qu'importait le cadre? Qu'importaient les éventuelles conséquences? Rien. Rien du tout. Juste elle, lui, et un désir commun qui se manifestait de bien des façons. Il semblait ne jamais vouloir séparer ses lèvres de celles de la belle, mais finit par malgré tout mettre fin à ce baiser enflammé en mordant sa langue entre ses canines.

- Reste à voir si nous sommes deux prédateurs, deux proies, ou un peu les deux à la fois...

CODAGE PAR AMIANTE@Eiven Hadler

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mar 27 Fév 2018 - 1:25



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

Un jeu de chasse partagée. Où il serait la proie traquée que j'aurais pistée jusqu'à son nid. Un instinct que j'avais perdu à être pieds et mains liées à un groupe ou un autre. Que ce soient ceux qui avaient voulu me vendre ou Reiver. Malgré ces mois passés à ne rien pouvoir faire, mon alchimie même laissaient se reproduire ces sensations que j'affectionnais tant dans la chasse. La séduction était également une traque, une chasse de l'autre. Mais la seule fois où j'avais mêlé la luxure et la chasse, ça m'avait brisé le cœur. Un cœur que j'avais nourri d'un espoir qui s'était évanoui. Et ce jour encore récent où, pourtant, l'objet de mes désirs avait à nouveau croisé ma route. Jinx... Pourtant, on ne m'y reprendrait pas.

J'avais beau savoir ressentir des sentiments profonds pour Krymov, je n'étais pas prête à m'enterrer dans ceux-ci. Préférant de loin me laisser aller à une passion partagée tant que le vide ne serait pas fait dans ma vie. Cette nuit, je n'assumerai pas les sentiments que j'ai pour le sergent. Ne voulant pas dénaturer cet instant ni laisser à cette folie partagée de poids sur ses épaules. Je sentis sa peau frémir, ou peut-être n'était-ce que le tressaillement de ma propre ébullition. Ses lèvres vinrent capturer les miennes dans une ardeur passionnée à laquelle je me joignis sans retenue. Un vertige me saisit. Une chute qui n'avait rien à voir avec l'alcool bien que je le mis sur ce compte. La danse licencieuse qu'il m'offrait avait une saveur que je ne saurais décrire. J'appréciais la dichotomie mélangeant sa fermeté sensuelle et sa férocité libidineuse. Le miroir de désirs inassouvis que je souhaitais faire voler en éclats, peu importe les années de malheurs supposés que cela me prodiguerait. Ce qu'il y a de bon quand on pense avoir touché le fond, c'est qu'un rien peut nous laisser croire que l'on est capable de remonter la tête pour sortir des eaux troubles. Les lèvres de Krymov et ses mains venant empoigner mes hanches matérialisaient sur l'instant cette impression d'être sortie des profondeurs obscures dans lesquelles j'avais l'impression de me noyer depuis que Drake m'avait...

Y penser était une mauvaise idée. Mais le pincement de Krymov suffit à me ramener à la réalité dans un électrisant élan de vie. Sa veste fichant le camp, je dessinai sur la peau de son dos le voyage de mes mains qui s'évadaient sur celui-ci. Ses lèvres s'éloignèrent des miennes sans que je ne les retienne, plantant mes yeux dans les siens alors qu'en toute impudence s'y reflétait le désir que je ressentais pour lui. Autant son esprit que son corps ne me laissaient indifférente. Mes jambes se glissaient langoureusement en quête de son contact alors que l'une de mes mains remonta jusqu'à se faufiler dans ses cheveux noirs de jais. Mes doigts se resserrèrent sans prêter attention aux mèches tirées par ce geste et j'approchai avec détermination son visage du mien. Contournant ses lèvres pour aller me loger au creux de son oreille à laquelle je vins expirer un soupir voluptueux avant d'aventurer l'extrémité de ma langue sur le lobe que je vins mordre avec une douceur inquisitrice. « Tu devras apprendre à être les deux », échappai-je dans un sourire vicié. L'alcool était indubitablement à remercier. Abaissant ces craintes qui forgeaient jour après jour une nouvelle armure contre les autres. Après ce que j'avais vécu, jamais je n'aurais pensé trouver en cet hédonisme une porte de sortie et pourtant...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mar 27 Fév 2018 - 2:58

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings

- tu devras apprendre à être les deux, minauda-t'elle en tentant une approche qui aurait sans aucun doute encore mieux réussi si elle avait essayé avec son oreille gauche.
- Pourquoi pas...Mais quitte à être un bon prédateur...prends plutôt l'côté où j'ai encore les nerfs fonctionnels...

Un petit sourire amusé se fendit sur son visage. Quelques années plus tôt, il s'était retrouvé empêtré dans un espèce de bayou aux lianes acides...l'une d'elle avait détouré son oreille, droite alors qu'il tentait désespérément d'en toucher le moins possible, et si il avait conservé son audition, il avait perdu toute sensibilité à cet endroit-là. Evidemment, il n'allait pas s'amuser à lui raconter l'histoire à cet instant, son esprit était à d'autres priorités...Des priorités qui lui firent glisser les mains sous le haut d'Eiven pour attraper un peu plus fermement ses hanches, mais surtout, être à peau contre peau...Son corps était brûlant d'une ardeur qu'il ne lui connaissait pas, une espèce de ferveur contenue qui se lisait dans ses gestes et dans son regard. Il en serait presque venu à éprouver des remords à l'idée d'ainsi profiter de la situation, mais elle ne répondait pas négativement à ses avances, aussi brutes soient-elles, alors...y avait-il vraiment à avoir des regrets? Non, il n'avait définitivement pas pris cette option dans son starter pack "sentiments et émotions", déjà bien assez limité comme ça, mais incluant malgré tout le désir et l'extase. Le premier était déjà bien ancré en eux, et il devait se retenir pour ne pas lui retirer tout de suite son haut sans lui demander son avis ni prendre la peine de ce faire délicatement. "retirer". "arracher" aurait été plus juste, en réalité...Mais il n'en fit rien. Ses muscles s'étaient tendus lorsqu'elle avait remonté jusqu'à ses cheveux sa main blanche et fine pour mieux diriger sa nuque et sa tête,tendus pour mieux profiter de la caresse des ongles de la jeune femme contre sa peau jusqu'à ce que celle-ci parvienne à son objectif. Elle se cambrait, cherchait à étendre le contact de leurs deux corps...et c'est après un rapide exercice de contorsion, le temps de déclipser les fixations de ses bottes et après les avoir fait royalement valdinguer plus loin qu'il la laissa un peu plus respirer et lui offrit un peu plus de contrôle en ramenant ses jambes entre celles de la jeune femme, plutôt que de la laisser dans l'inconfort que son gabarit pouvait offrir. Si on lui avait dit, 24 heures plus tôt, que sa matinée commencerait comme ça, jamais il ne l'aurait cru, se connaissant suffisamment lui-même pour savoir que sa sobriété aurait été fatale à ce moment de proximité, et pourtant, les voilà l'un contre l'autre, sur le sol de béton d'un bloc d'officier nu et froid.

- Et toi...est-ce que tu sais être les deux en même temps?, demanda-t'il en passant sa langue sur ses lèvres.

Avant qu'elle n'aie eu le temps de répondre, il prit appui sur ses hanches, qu'il balança vers la gauche en serrant Eiven contre lui, pour inverser leurs positions de nouveau, faisant passer la jeune femme au-dessus de son corps plus taillé pour le combat que pour les relations sociales, et encore moins aussi...proches. Pourtant, il n'était pas mal à l'aise, quand bien même la quantité d'alcool qu'il venait de s'enfiler aurait mis à mal les foies, estomacs et cervelles de la majorité des gens de son gabarit (surtout à Reiver...impossible de se mythridatiser), quand bien même, aussi, il n'avait pas vraiment eu de relations ne serait-ce que plus que cordiales avec qui que ce soit depuis...cinq bonnes années, il semblait assez serein. En réalité, il n'avait absolument aucune idée de qu'il allait faire à la seconde suivante, et il ne réalisait qu'à moitié la portée de ses gestes, mais il était avec elle, et c'était déjà beaucoup...D'autant que la matinée ne faisait visiblement que commencer. Se taper dessus aurait donc servi d'échauffement pour une activité physique qu'il n'avait pas pratiquée depuis bien longtemps? Rien n'était sur à ce sujet. Ils se cherchaient, ils jouaient, presque comme des adolescents "normaux" découvrant les joies de l'extase des sens...Mais rien n'était encore fait, et quand bien même il restait bien allumé malgré l'effet du dragguier, il était hors de question de la contraindre à quoi que ce soit. Cette phrase resta dans sa tête un instant. C'était beau d'avoir des valeurs, mais vu comme les choses étaient parties...difficile de dire qui allait forcer la main à qui. Fort heureusement, il ne devrait, ni d'un côté ni de l'autre, y avoir besoin d'insister bien longtemps pour que ce petit jeu se transforme en autre chose d'encore moins appréciable par le commandant, s'il avait été au courant...Il en rit intérieurement. Il appréciait Goran. Mais il n'en avait absolument rien à foutre. Et elle? Aurait-elle, au dernier moment, un instant de regret? De peur, peut-être? En tout cas, elle n'avait pas peur de lui. C'était déjà un bon début.

CODAGE PAR AMIANTE@Krymov Sherkan

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mar 27 Fév 2018 - 11:20



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

Ignorant les détails de ses sensations et de ses handicaps, je ne me formalisai pas de cette balle tirée à blanc, parcourant sans délicatesse sa chevelure en susurrant, défiante avec un sourire narquois audible : « qui te dit que c'est ton plaisir qui m'importe ? » Bien sûr que la réciprocité était la part du jeu qui m'intéressait le plus, mais malgré l'ivresse de Krymov et mon manque de lucidité, je gardais à l'esprit que tout ceci ferait mieux de n'être que physique. En cela, un élan de faux égoïsme pouvait sans doute le rassurer. Je me sentais fébrile face au désir découlant de cette attraction presque chimique qui éprenait nos corps. Énergie érotique avec laquelle nous jouions sans vergogne.

Le cliquetis des attaches de ses bottes fit place au bruit sourd laissé par ses dernières lorsqu'il les abandonna. Un bref instant d'air frais auquel je souhaitais mettre fin. Je ne voulais plus que ses mains quittent mon corps capricieux de cette attente sulfureuse. Mon cœur battait à résonner dans tout mon être alors que ma respiration tentait de rester régulière, profonde à en soupirer l'ardeur que je contenais. Mon épiderme brûlait de cette excitation sans considérer la fraîcheur du sol rigide. Ce qui nous entourait n'avait pas la moindre importance. Mes yeux le toisaient d'une avidité complice alors que sa langue se languît sur ses lèvres que je rêvais de dévorer. Me mordant la lèvre inférieure, je n'eus le temps de rétorquer quoi que ce soit, Krymov nous fit faire volte-face, me laissant le surplomber tout en gardant mon corps contre le sien. La moiteur naissante de sa peau éveillait une envie bien éloignée des conventions et de la bonne pensée. Un fourmillement me traversant, un plaisir coupable donc je me délectais impunément dans un gémissement sensuel. Incitation enfiévrée à approcher ses lèvres sans les toucher, à effleurer de ma main son torse jusqu'à faire de cette caresse une réalité dont le chemin se dessinait jusqu'à l'orée de son intimité.

Avant de m'aventurer plus loin, je posai mes lèvres sur les siennes un bref instant pour y saisir de mes dents sa lippe, le targuant d'un regard aguicheur. De ces yeux dans lesquels on devine une bêtise inéluctable. Relâchant sa lèvre, j'abandonnai mes mains à la caresse de son torse où étaient peints les affres de sa vie. Véritable recueil d'histoires dont j'étais certaine de vouloir ignorer la grande majorité. À cet instant, ces marques n'avaient d'importance que le fait qu'elle appartenait à l'être que je désirais. Mes lèvres descendirent le long de son cou, sur sa clavicule, son épaule. Revinrent vers son torse dans des baisers de promesses délicates et interdites. Mes doigts se contractaient comme si de leurs extrémités des griffes désiraient se planter dans la chair tant cette étreinte suave me nourrissait de ce plaisir impudique. Arrivée à son nombril, je me redressai, à califourchon sur lui. De gestes mesurés, je laissai mes mains lever le voile sur mon ventre, ma taille, la courbure naissante de mes seins, ôtant ce vêtement qui me couvrait. Une brassière d'un gris clair loin de toute fantaisie - à l'image de Reiver... - maintenait encore l'inégalité de nos états. Sans attendre sa permission, je déliai sa ceinture de gestes brefs, m'arrêtant un instant pour faussement l'interroger à la vue de son sous-vêtement. Un sourire en coin, je l'incitai à abandonner ce pantalon et cette coque qu'il portait en faisant glisser les vêtements jusqu'à ses chevilles.

+18 :
 

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mar 27 Fév 2018 - 18:09

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings


- Qu'est-ce qui te dit que c'est ton plaisir qui m'importe?

Krymov ne répondit rien. C'était une petite égoïste qui pouvait s'avérer chiante comme la gale, mais il la savait trop peu imbue de sa petite personne pour ne pas se préoccuper de la réciprocité de la chose, cela ne faisait aucun doute. Sa fierté masculine lui fit se poser un instant la question la plus épineuse à laquelle un célibataire endurci pouvait être confronté: saurait-il faire en sorte que la suite des évènements soit aussi agréable qu'elle s'annonçait ? Mais il en fallait plus encore pour faire hésiter un Krymov avec une idée en tête. Ou un Krymov ivre. Ou un Krymov victime d'une excitation érotique qui commençait à devenir insoutenable...Alors les trois en même temps, inutile d'être un génie pour comprendre que si il eut un instant d'égarement dans ses pensées, il ne lui fallut qu'une seconde pour laisser derrière lui ce questionnement et revenir aux choses sérieuses. Bonnes moeurs, raison, ordres explicites ou tacites...Il n'en avait absolument plus rien à faire. Les caresses et la morsure d'Eiven le firent soupirer profondément, un soupir brûlant qui lui fit au passage resserrer son emprise sur les hanches de la native, sans parler de ce regard qui croisa le sien un bref instant, si court, et pourtant si intense...

Une envie, un désir à assouvir au plus vite, c'était ce qui se lisait dans leurs yeux à tous les deux. Les pupilles dilatées du sergent traduisaient une violence, une fureur qui ne se retrouvait pas dans celles d'Eiven. Les iris de la native, eux, irradiaient d'une lueur bien plus vicieuse, insidieuse, et pourtant d'une intensité plus que certaine. La native comme le gradé brulaient d'une ardeur passionnée, attisée par l'interdit et une attraction qui dépassait de loin le simple domaine du physique. Jamais Krymov ne l'admettrait tant qu'il serait milicien à Reiver, mais il éprouvait pour elle bien plus que ce qu'il ne laissait transparaître...Il fremissait sous les baisers de la jeune femme, ne pouvant détacher son regard de celle qui suivait la trace de ses pectoraux et de ses abdominaux jusqu'à retirer le vêtement qui couvrait le haut de son corps, faisant inspirer profondément le sergent, bien loin de déprecier le spectacle de ces hanches marquées et l'arrondi suggestif de la poitrine d'Eiden. Quand bien même il avait eu l'occasion de passer du temps avec elle, et même s'il devait bien admettre qu'il la trouvait séduisante, jamais il n'aurait pensé qu'elle puisse avoir un corps aussi attirant, une fois retiré son vêtement d'entraînement, pourtant peu ample... sa contemplation fut interrompue lorsqu'il se rendit compte que sa ceinture était en train de foutre le camp. Non pas que ça le dérange, preuve en était qu'il se laissa faire et envoya son falzar coqué valser vers les caisses qui contenaient son matériel d'un coup de cheville.

+18:
 


CODAGE PAR AMIANTE@Eiven Hadler

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mar 27 Fév 2018 - 22:38



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

La docilité sensuelle de Krymov m'enivrait d'un plaisir délétère dont je me sentais agréablement esclave. Mes mouvements accompagnaient sa courbure et ses gestes. Sa main se glissant entre mes cheveux me donnait des frissons de bien-être qui me faisaient me sentir vivante, entière, complète. Lui et moi abandonnés dans cette danse charnelle sans retenue. Nous noyant tout deux dans un excès qui nous dépassait mais nous toisait inconsciemment. J'avais envie de lui, de sentir son corps contre le mien, son souffle contre ma peau. Je voulais que chaque parcelle de son être imprègne le mien, que dans une ritournelle enfiévrée nous partagions l'extase d'un plaisir incommensurable.

+18 :
 

Esprit joueur, les commissures de mes lèvres s'étendirent en un sourire plus malicieux. M'éloignant de lui non sans mal, laissant redescendre cette tension sexuelle qui peu à peu devenait maîtresse de chacune de mes cellules, je me dirigeai vers la bouteille d'alcool laissée à l'abandon. « Les prédatrices de mon espèce peuvent user de bien des armes insoupçonnées pour achever leurs proies. Mais il paraît qu'avec un peu d'ivresse, elles se désarment pour ne laisser place qu'au plaisir », lançai-je d'une voix taquine. Prenant la bouteille, j'en bus deux gorgées. Les lampées passaient déjà bien mieux que les premières. Sans lâcher la bouteille des mains, je retournai vers Krymov. Marchant par-dessus lui en disposant un pied de chaque côté de son corps demandeur. « Arriverez-vous à tenir la distance de vos prétentions, sergent ? » Un sourire, tête baissée pour le toiser du regard en lui tendant la bouteille d'alcool.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mer 28 Fév 2018 - 8:35

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings

Aussi prêt d'exploser qu'une centrale nucléaire sous un bombardement un jour de canicule, il se retenait de devenir fou. Le désir qu'il éprouvait pour la jeune femme avait annihilé tout le reste, à l'exception du plaisir qu'il ressentait. Ses mains jouant avec les cheveux d'Eiven étaient le seul contact qui le rappelait à la réalité...Un cercle bien vicieux, car il n'y avait pas que la chevelure de la jeune femme qui à cet instant était en contact avec son corps. Ethique, respect des consignes, regard des autres, température de la pièce...Il n'en avait plus rien à faire depuis longtemps déjà. C'était pure folie que ce qu'ils étaient en train de faire, et ils le savaient parfaitements. Ils était fous, fous d'une envie irrépressible de l'autre, et peu importait ce qui n'était pas à cet instant le croisement de leurs regards ou le contact de la peau du sergent contre celle de la native.


+18:
 

Il revenait à la réalité qui l'entourait sans entendre la première phrase qu'elle prononça alors qu'elle se relevait en soustrayant sa chevelure à la main qui s'y était délicieusement perdue, allant chercher la bouteille à laquelle elle soutira deux gorgées avant de lui tendre avec le même sourire qui avait pris place sur son visage alors qu'elle mettait entre leurs corps une distance qui tempéra pour quelques instants l'ardeur de leur désir.

-  Arriverez-vous à tenir la distance de vos prétentions, sergent ?
- Mes prétentions avant que t'arrive n'incluaient pas qu'on passe du temps ensemble...J'crois qu'on en est déjà bien loin..peut-être pas encore assez, même, feignit-il de ne pas comprendre la réelle portée de la question pour signifier qu'en l'instant présent, ce genre de préoccupations ne lui importaient guère.

Elle avait passé ses jambes autour des hanches du sergent, un pied de chaque côté, debout au dessus de lui, en lui tendant la bouteille qu'il ne pourrait attrapper qu'en se redressant un peu. Krymov avait beau être docile, il n'en était pas pour autant soumis, sa jugulaire battant le rythme effréné de son coeur. Elle tenait fermement le récipient et il espérait qu'elle en fasse autant l'instant suivant alors qu'il ramenait doucement ses pieds là où se trouvaient précédemment ses genoux sur le sol.

- Hmm...la fais pas tomber! lui dit-il en guise d'avertissement.

Il se redressa d'un bloc en entourant les cuisses de la belle de ses bras musclés, ramenant ses mains sous le postérieur de celle-ci pour la soulever sans mal et la soutenir, plaquant son pectoral contre la poitrine de la native en l'embrassant de nouveau fougueusement. Par le contact de ses lèvres et l'intensité de l'instant se traduisait à la perfection la dégénerescence de sa retenue qui peu à peu semblait ne plus réussir à contenir ses envies les plus primaires. Le dragguier lui donnait l'énergie de faire bien des choses, l'aidait à retrouver des réflexes, mais exacerbait aussi ses comportements les plus primaux...Mais il n'en était pas au point de rupture...pas encore.  Il mit fin au baiser pour venir parsemer son cou de baisers, voire par endroit de petites morsures.

- Il en restera une, si t'as encore soif, murmura-t'il, amusé, avant de reculer doucement son visage  et, maintenant Eiven droite, se pencha sur le côté pour saisir le goulot entre ses dents et ses lèvres, l'arrachant à la main d'Eiven d'un geste sec de la tête sur le côté, et, plaquant sa langue contre son palais pour éviter que le liquide ne file s'installer dans sa trachée, releva la tête en arrière et laissa descendre ce qui restait dans le contenant.

Une bonne moitié de la bouteille venait d'y passer d'une traite, alors qu'il la balançait par dessus son épaule d'un geste de la tête aussi sec que celui qui avait servi à la soustraire des mains d'Eiven, avançant lentement vers le mur face à lui alors que ses mains se séparaient, l'obligeant à forcer sur son bras gauche, le droit remontant dans le dos de la native doucement en une caresse volontairement étendue dans le temps. Ses doigts passèrent contre l'attache du sous-vêtement qu'elle portait encore, et il reconnut une agrafe classique à trois points (les autres systèmes d'attache étaient pour lui encore plus indémontables que certains fusils grippés de l'arsenal).

18+:
 
CODAGE PAR AMIANTE@Krymov Sherkan

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mer 28 Fév 2018 - 11:40



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

L'obscurité profonde de ses yeux appelaient à bien des mystères enfouis qui me laissaient rêveuse. Sa chaleur et la douceur qu'il mêlait à sa férocité sauraient me faire perdre la raison. Jamais je n'aurais pensé pouvoir rencontrer cette part de lui. J'évitais de lui prêter le moindre sentiment, tentais de me dire que tout ceci n'était qu'une alchimie entre une femme et un homme sans aucune autre portée. Mais je n'y parvenais que difficilement. Voire même pas du tout... J'avais sans doute besoin de croire en cet instant que quelqu'un pouvait m'aimer avec cette sincérité dont Krymov avait toujours fait preuve. Qu'en dépit de ce que j'éprouvais envers moi-même, la honte et l'écœurement ne se lisaient pas sur mon visage... Je souris aux paroles de Krymov dont je me servais comme proie pour renverser la vapeur de la nuit dernière. Un tour peut-être malsain mais outrageusement excitant.

Faire se calmer les palpitement en s'offrant encore un peu d'alcool, pour oser passer le cran au-dessus sans craindre que certaines pensées, certains souvenirs ou simplement un certain visage ne vienne déchirer ce moment si précieux. Krymov glissa ses pieds en remontant ses genoux, m'avertissement par la même de ne pas faire tenir la bouteille que je tendais à son aplomb. Un froncement intrigué et curieux, aux commissures arquées dans un sourire méfiant. C'est alors qu'il se releva en un élan bien plus assuré que ses coups lorsque l'on se battait. Et heureusement... La surprise me fit sursauter d'un gémissement stupéfait alors qu'il me porta, profitant de l'étreinte pour me targuer d'un baiser dont la frénésie me laissa euphorique. Une main agrippée à la bouteille et l'autre se perdant dans ses cheveux brun pour y prendre prise, j'échangeais avec lui cette danse passionnée qui me donnait l'impression de m'envoler. Atterrissant avec peine, je le laissai attraper la bouteille de ses dents et s'enfiler ce qui en restait. Ma mine contrite lui fit me rappeler qu'il en restait encore une si je souhaitais boire. J'avais eu bien plus que ma dose pour rester maîtresse de moi-même, mieux ne valait pas tenter de le sort à poursuivre ce sabotage.

Ses baisers frénétiques et son emprise me guidaient vers une merci à laquelle je consentais à ma grande surprise. À vouloir que cette homme m'étreigne, me caresse et me possède... Je cherchais à atteindre ses lèvres alors qu'il avançait de quelques pas en glissant une main lascive dans mon dos. Dans un sourire mordillant ma lèvre inférieure, je devinais ce qu'il allait faire sans grande surprise et en même temps avec un certain frisson de désir. Je voulais m'offrir à lui mais préférais qu'il vienne me conquérir. L'agrafe céda dans un déclic tendancieux et le tissu se détendit, libérant le galbe de mes seins sans pour autant les dévoiler. Sa main voyagea à nouveau au bas de mes reins pour me soutenir et il vint confronter mon dos au froid glaçant du mur. Un contraste qui fit frémir ma peau et inspirer longuement. Détaillant ses traits le regard empli de cette envie qui me tourmentait, j'expirai tout aussi lentement. Je ne sais qui du désir ou de l'alcool m'enivrait le plus... Krymov proposa de son ton rauque et séduisant que l'on vienne à se mettre d'égal à égal. Mon cœur battait... battait si fort... Notre proximité physique et celle de l'instant fatidique... Même si je n'étais pas d'un naturel pudique, j'avais cette appréhension de décevoir, de ne pas être à la hauteur et de ne pas mériter ce partage. L'ombre de l'humiliation que j'avais subi qui ne parvenait pas à m'abandonner malgré l'alcool et l'isolation. Un bref instant, mes yeux se plissèrent de cette crainte que j'œuvrai pour masquer avant que Krymov ne se mette à soupçonner quoi que ce soit.

Il ne savait pas ce que j'avais vécu, et heureusement car sinon peut-être n'aurait-il pas même osé me toucher ou encore me regarder de la manière dont il le faisait. Était-ce une trahison ? Un abus de confiance ? Je ne voulais pas qu'il sache car je ne voulais pas qu'il me regarde comme je soupçonnais Goran de me regarder. Je ne voulais pas qu'il voit encore en moi cette jeune femme victime d'un monde où il juge qu'elle n'a pas sa place. J'étais plus forte que ça, je pouvais survivre à Reiver autant que j'étais parvenue à survivre dehors. Et c'est cette force que je voulais inspirer. Non la pitié mêlée à la compassion. Délicatement, je vins faire glisser les bretelles de ma brassière le long de mes bras, regard timide et hésitant qui ne relevait pas du jeu mais pouvait sans nul doute passer pour une comédie bien jouée. Découvrant ainsi ma poitrine ferme dont les tétons durcis témoignaient de mon excitation, je fis tomber la brassière et vins poser une main sur son épaule, caressant sa peau ardente jusqu'à sa nuque, et l'autre sur son torse, ongles prêts à lacérer ce corps que je désirais d'une impatience meurtrière. Amenant mes seins à effleurer son torse, j'approchai mes lèvres des siennes, collant mon front au sien. Sentant son souffle sur mon visage telle la caresse d'une brise impétueuse. « Je vais avoir du mal à égaliser si tu persévères à me maintenir ainsi », murmurai-je avant de venir mordiller ses lèvres dans un baiser à la fougue incandescente dont le plaisir venait habiter mon bas ventre et faire frémir le moindre de mes sens.

Je n'inspirais pas la tendresse adolescente d'une pucelle s'aventurant en terre inconnue et au contraire, cherchais à provoquer les instincts les plus primaires. Que ce soit les siens comme les miens. J'avais besoin de cette colère et de cette passion. De cette impulsivité mêlant l'extase au danger. Ce n'était certainement pas la meilleure thérapie, mais je sentais cette envie de vouloir être bousculée autant que j'avais pu l'être au sens inverse. Pouvoir sentir l'adrénaline d'un instinct interdit où chaque geste brusque ou langoureux ne se voyait pas inspiré par méchanceté et cruauté, mais par l'exaltation d'un vice partagé.

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Jeu 1 Mar 2018 - 11:38

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings
La brassière d'Eiven tomba, révélant aux yeux du milicien une poitrine du genre de celles pour laquelle la moitié des femmes de ce mondent tueraient. Des seins fermes et galbés, des tétons roses marqués juste ce qu'il fallait...Elle avait l'attitude d'une adolescente se dévoilant pour la première fois, et subissant de tout leur poids le lot d'interrogations qui accompagnent ce moment fatidique. Il manqua de réagir : il ne l'imaginait absolument pas ainsi, et encore moins après ce qu'elle venait de faire...Que craignait-elle? Qu'il la repousse? Avec un corps pareil, ç'aurait été un crime ! qu'il la juge? Usuellement, il ne jugeait pas, alors ivre, encore moins, et la situation ne se prêtait à nul jugement à proprement parler : il n'allait pas condamner son geste ni sa pensée. Elle était encore plus belle ainsi, timide, fragile, presque apeurée, tenant plus de la proie que du prédateur qu'elle incarnait quelques secondes auparavant...une proie que le sergent ne comptait pas laisser s'enfuir, et qu'il se retenait de déshabiller au couteau pour accélérer le mouvement pour mieux profiter de la vue, malgré les supplications ardentes de son corps.

Le regard de Krymov se perdit sur l'excitant spectacle qui s'offrait à lui jusqu'à ce que la main d'Eiven vienne se poser sur son épaule en remontant jusqu'à sa nuque, rejointe par sa consoeur qui glissa le long de ses pectoraux, laissant sur la peau épaisse une légère marque rougie au passage des ongles de la native. Leurs visages se rapprochèrent jusqu'à ce que leurs lèvres en viennent presque à se retrouver, alors que l'un comme l'autre pouvait ressentir la respiration chaude de l'autre contre sa peau.

- Je vais avoir du mal à égaliser si tu persévères à me maintenir ainsi, lâcha-t'elle dans un murmure qui fit grimper une bouffée de chaleur dans la totalité du corps du milicien, sublimée par un mordant baiser auquel il répondit avec toute l'ardeur dont il était capable alors que ses mains se crispaient légèrement sur les fesses de la jeune femme, les agrippant avec une fermeté significative.

Effectivement, elle aurait du mal à retirer son pantalon dans cette position. Aussi, c'est sans rompre ce baiser enflammé qu'il la reposa au sol en dénouant d'un geste assuré le noeud du cordon servant de ceinture à la jeune femme, tirant la partie de la corde qui n'en était pas pourvue en direction de ses fessiers pour la retirer de ses logements de tissus d'un geste sec de l'autre main, remontant celle désormais libre contre les hanches nues de la native, qu'il surplombait d'une dizaine de centimètres, faisant obstacle de son corps dans toutes les directions où elle pouvait tenter d'aller, le mur complétant de sa façade glacée le rempart humain brûlant de désir qui la gardait "captive". Captive de ses bras, de ses lèvres, de ses caresses. Bien doux emprisonnement que celui-ci...


+18:
 

CODAGE PAR AMIANTE@Eiven Hadler

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Ven 2 Mar 2018 - 0:11



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

Ses baisers me transportaient loin, si loin que j'avais l'impression dans perdre toute notion de temps et de raison. Ce n'était pas déplaisant mais transcendant. L'extase promise me rendait si impatiente que j'en brûlais de l'intérieur. Mon cœur frappant si fort mes côtes dans un rythme effréné que j'en craignais pour ma vie... Bien qu'il fusse grandiose de mourir d'un tel mal, j'étais heureusement plus endurante que ça. Souffle haletant et soupirs lancinant d'une mélopée sensuelle, je laissais Krymov me guider. À mes mots, il m'accorda le minimum d'espace nécessaire pour que je puisse ôter mon pantalon. Le cordon dénoué, je n'avais qu'à le faire glisser. Ses mains ne me quittaient pas, comme si de son inconscient il redoutait que n'arrive l'instant où nos corps viendraient à s'éloigner l'un de l'autre. Était-ce une supposition faussée par ces sensations que l'on s'infligeait doucereusement depuis de longues minutes déjà ? Je ne voulais pas le croire. Je voulais croire qu'il y avait plus et cette seule pensée déchaînait en moi l’ébullition d'un plaisir qui me dépassait. Garder le contrôle devenait de plus en plus complexe...

Surveillée par son corps dénudé tentateur, détaillée par ses prunelles au noir devenu si intense de part la luxure qui s'y lisait, cette passion véhémente qui nous habitait, je fis descendre très lentement mon vêtement le long de mes cuisses, mordillant sensuellement mes lèvres, et l'abandonnai totalement. Moi non plus je ne voulais plus quitter son contact, sa chaleur, son odeur... Ses mains remontèrent jusqu'à ma poitrine dont il se jouait d'une lubricité excitante et exaltante. Ses mordillements et le passage de ses lèvres déclenchaient des pulsions sauvages en moi que je persévérais à retenir. Mais je me sentais imploser... Oubliant mes craintes jusqu'à la moindre appréhension. Je n'eus qu'un léger frémissement d'effroi lorsque je me retrouvai légèrement dos à lui... Ce n'était pas Drake... il ne me voulait pas de mal... Il ne voulait pas me nuire... « Krymov... » gémis-je dans un murmure non maîtrisé, un murmure lancé sur le souffle d'une expiration.

Enchaînement de douces caresses et de délicieuses morsures, valse entre bien-être et désir violent. Un mélange si intense et salvateur... Cet homme venait à posséder mon âme... je n'attendais qu'une chose : qu'il en vienne à posséder mon corps. Cette situation était impensable et pourtant si réelle... Ou bien n'était-ce qu'un rêve ? Je m'en fichais, je me fichais éperdument de tout. M'abandonnant alors, je le laissai parcourir mes courbes sans l'entraver. L'accompagnant de caresses et de ces pulsions où mes doigts se resserraient et griffaient ou tiraient ses cheveux alors désordonnés suite à nos échanges. Mes muscles en venaient à tressaillir de légers tremblements tant mon désir pour Krymov s'intensifiait à mesure qu'il profitait de mon intimité. De mouvements lascifs, je me cambrais et me rapprochait de lui dans une danse s'alliant au rythme que le sergent m'inculquait. Mon sous-vêtement semblait n'être qu'une bien fade barrière inutile et attendrissante alors que de mes gestes je l'invitais déjà à s'emparer de moi.

+18 :
 

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Ven 2 Mar 2018 - 12:49

HRP à l'attention des lecteurs:
 


Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings


Cette nana allait m'rendre dingue. Totalement dingue. D'un côté, c'était pas comme si j'avais lancé l'affaire, elle était juste venue s'faire taper dessus, à la base...Ca avait un peu dérapé sur les bords, et beaucoup au milieu parce que j'étais torché à la gnôle. M'enfin, elle venait pour se faire allumer la gueule. Au final, on s'était allumés mutuellement, mais allumés tout court...Mais bordel, si y a un truc qui tire les ficelles dans les nuages, c'était quoi l'délire de m'foutre une nana pareille dans les pattes? Dans l'idée, ça m'dérangeait pas d'm'en faire une pote, voire une amie si on poussait un peu l'bouchon! Mais ça faisait pas quinze jours qu'on se connaissait, j'en avais le palpitant qui jouait une salsa à chaque fois qu'elle se pointai, et autant vous dire qu'à c'point de la soirée, on était pas partis pour se cuire des pancakes...Je râle, je râle, d'accord, mais si l'objectif était d'me niquer mon mode de vie et ma p'tite existence pépère dans un coin d'Reiver, avec ses connards en tous genres en m'balançant quelqu'un d'ENFIN un minimum cortiqué avec un corps qui vous raidit n'importe quel homme à en faire passer les blockhaus pour des flans grisâtres et granuleux à côté, c'était réussi, et à merveille!

Et pour les bonus en séduction en tout genre, là, la nature avait pas lésiné sur les moyens, qu'ils soient physiques ou non...J'en ai eu des frissons plein l'échine quand elle a murmuré mon nom avec un espèce de ton...C'était un truc bizarre, à tiers-chemin entre la supplication, la peur et une furieuse envie d'bien plus que des caresses...Au moins, sur l'dernier, on était d'accord, mais...Comment dire... Même sa voix avait d'quoi réveiller un cadavre pour un dernier foxtrot! Et ces soupirs...j'allais finir par arriver au bout d'ma capacité à utiliser autre chose que mon cerveau reptilien. Tout ça pour dire que l'destin, ou j'sais pas quoi dans le genre, m'avait jeté dans les pattes cet espèce de petit bout de femme qui devait même pas avoir ses trente berges, et qui m'mettait l'coeur et l'corps comme si j'étais un môme de seize ans qui v'nait d'tomber sur LA gonzesse parfaite. Seul'ment, j'avais déjà doublé mes seize ans, et j'avais rien d'mandé à personne. J'avais la réputation du type qui aime personne, celui qu'les femmes vont pas voir parc'qu'il les reçoit comme les mecs: avec une bonne taloche dans la gueule, et elle...rhaaaaaa! C'était à en dev'nir taré. Elle me rendait dingue, furieux, au point qu'j'en avais le sang brûlant, le corps qui suppliait d'calmer l'incendie qui m'parcourait l'circuit veineux, la cervelle partie s'balader à deux cent bornes, et les mains qui prenaient des initiatives qu'mon cerveau n'assimilait que comme... "vous avez carte-blanche".


+18:
 


CODAGE PAR AMIANTE@Eiven Hadler

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Ven 2 Mar 2018 - 16:45



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

Dérobée à ma volonté par mon propre corps, je n'aspirais qu'à un plaisir hédoniste coupable. De ces envies et ses idées qui vous traversent honteusement l'esprit et auxquelles s'ouvrirait une fenêtre où vous pourriez y laisser libre cours sans craindre le moindre refus. Comme si plus rien n'existait, comme si plus aucune barrière n'avait pu résister. Une synergie déroutante dans laquelle je trouvais refuge. Un doux refuge dont je ne voulais sortir. Jamais...

+18 :
 

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Lun 5 Mar 2018 - 11:45

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings
+18:
 


CODAGE PAR AMIANTE@Eiven Hadler

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Lun 5 Mar 2018 - 20:06



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

De plus en plus, dans une délicate violence, il me noyait de ce plaisir qui parcourait la moindre parcelle de mon corps. Pas un endroit de ma peau pouvait être touché sans que le frémissement de ma sensibilité exacerbée par l'extase ne se fasse ressentir. J'étais une étincelle prête à déclencher un feu ravageant toutes les forêts et toutes les plaines. Sur le point d'imploser tant l'excitation m'habitait...
+18 :
 

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
avatar
Messages : 179
Médaillons : 468
Crédits : Vankounette o/
Avatar : Scott Adkins
Pseudo : Cap'tain Parpaing / Vulture / Zakh
Présence : active
Multi-comptes : Yura Orzhov et Corvo


Personnage
Occupation : Sergent
Âge : 35
Localisation : Reiver
Reiver • Officier



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Mer 2 Mai 2018 - 21:25

Eiven
&
Krymov
Du rhum, une femme et des parpaings
Z’avez déjà fait péter du semtex ? Non, j’parie qu’non. Au début, on s’demande c’que peut faire un p’tit bout d’la taille d’une brique, mais dès qu’on a posé le morceau, on sent, avant même d’activer l’détonateur, que l’explosion s’annonce pas piquée des hannetons. Et quand ça pète, c’est encore plus raide que c’qu’on imaginait. Le sexe, des fois, c’était comme le semtex. Mais là...c’était plus comme de la thermite. On s’était cherchés, à s’tourner autour comme des fauves, on savait pas trop ou on allait (enfin, moi, j’en avais aucune idée) quand elle est rentrée dans ma piaule. Ca avait pas explosé. Pas tout d’suite. Ca avait chauffé, d’un coup, jusqu’à rayonner, irradier, et faire fondre toutes nos barrières. Et ça n’avait pas fait chauffer qu’nos corps. Rien qu’à respirer son odeur, j’en étais dingue, l’sang qui battait aux tempes, les muscles (et pas que) bandés à s’en rompre, et son corps...j’me suis déjà assez étendu sur l’effet qu’elle me f’sait pour pas en rajouter une couche. J’vais finir par passer pour un sentimental, sinon.

Spoiler:
 
De longues secondes, voire minutes, silencieuses, juste entrecoupées de baisers de plus en plus calmes, de plus en plus doux, le temps de redescendre sur terre…L’septième ciel m’allait bien, pourtant, mais il fallait bien revenir à la réalité, à un moment...Malheureusement. Ma main s’perdit dans ses cheveux, ramenant son corps contre le mien pour échapper à la froideur de la pièce. J’sais pas c’qui m’a pris d’ouvrir ma gueule. C’était c’genre de moments ou on appréciait l’silence, d’être juste l’un contre l’autre...mais l’alcool délie la langue.

- Tu m’rends dingue, Eiven, j’t’apprécie beaucoup plus que j’devrais…J’sais pas si c’est bien ou pas, et j’m’en fous...Mais j’t’apprécie vraiment beaucoup plus que d’raison...

CODAGE PAR AMIANTE@Krymov Sherkan

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3004
Médaillons : 2154
Crédits : Vanka / Anaphore
Avatar : Lyndsy Fonseca
Pseudo : Vanka
Présence : Présente

Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Wolfrem, Ayeen


Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Âge : 27 ans
Localisation : Reiver
Reiver • Civil, évolué



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   Sam 12 Mai 2018 - 22:24



Du Rhum, une femme et des parpaings
Fifty thousand tears I've cried. Screaming deceiving and bleeding. You won't hear me. Don't want your hand this time I'll save myself. Maybe I'll wake up for once not tormented daily defeated. Just when I thought I'd reached the bottom : I'm dying again. I'm going under, falling forever. I've got to break through : blurring and stirring the truth and the lies... So I don't know what's real and what's not. Always confusing the thoughts in my head so I can't trust myself anymore. Scream at me : I'm so far away... I won't be broken again. I've got to breathe, I can't keep going under.

Évanouie par cette extase partagée, je restais lascive, blottie contre lui. Ma tête tournait mais j'ignorais si c'était dû à l'alcool ou à l'écho de cet orgasme libérateur. Sûrement les deux... Rien ne semblait avoir d'importance à cet instant. S'il n'était pas ma première fois, je devais admettre que nous avions placé la barre assez haute pour que ce moment reste gravé dans ma mémoire. Dans mon être. Cette synergie ressentie faisait frissonner chaque parcelle de mon être telle une litanie envoûtante. Krymov... je ne voulais plus avoir à m'échapper de son contact ne serait-ce qu'une seconde... Une passion partagée et exacerbée par ce dérapage incontrôlé. Comment d'un combat en étions-nous arrivés à nous abandonner de la sorte l'un à l'autre ?

Ses mains crassaient agréablement mes cheveux, une sensation irradiante, un apaisement certain qui me faisait perdre pied. Cette intimité partagée nous rendait plus proche qu'aucun de nous n'aurait pu imaginer. Si, égarée, je m'étais permise d'approcher ses lèvres, d'enlacer son corps et de le considérer comme le seul homme envers qui je pouvais avoir de l'affection, je ne m'attendais pas à ce que nous allions si loin. Mais après ce que j'avais enduré, j'en avais ressenti le besoin. Ainsi lovée contre lui, de l'avoir senti en moi et bien au-delà, ça m'avait fait comprendre que rien n'avait réellement changé. Drake ne m'avait pas aussi brisée que je le soupçonnais... Si sans l'alcool je n'aurais certainement pas été capable ne serait-ce que d'accepter de me retrouver à nue face à Krymov, au moins à présent je restais intimement persuadée qu'avec du temps, je réussirai à faire tomber les barrières que l'agression que j'avais subi m'avait forcé à ériger.

Attendant que le sommeil me rattrape, exténuée par nos ébats, je laissais l'extrémité de mes doigts dessiner sur son torse des arabesques abstraites. Mes paupières se faisaient lourdes mais sa voix parvint à m'atteindre. Mes lèvres s'étirèrent en un large sourire alors que je n'étais même pas sûre des mots qu'il avait prononcé. J'avais de l'importance à ses yeux, une estime qui n'était pas à sens unique. Mais ça, il le savait déjà... à jeun, ça m'aurait fait me poser des questions légitimes comme le fait qu'à chaque pas en avant que je fais vers lui, il impose un pas en arrière, comme une distance nécessaire à maintenir pour ne pas que ce genre de situation ne vienne à se produire.

Si Goran l'apprenait ? Je me fichais éperdument de ce qu'il pourrait penser... il était là pour moi, certes. Il m'avait sauvé la mise plus d'une fois, certes. Mais ce serait constamment avec un temps de retard. Là où Goran gambergeait et se posait des questions, Krymov agissait. Une impulsivité qui lui faisait défaut, qui lui coûterait sûrement très cher un jour... Un tempérament qui empêchait de penser à demain car le présent était lui-même incertain. Rien ne pourrait se construire avec lui, mais au moins il était là et sur ce présent chaotique, nous étions bien. C'était tout ce qui comptait. Trop vulnérable pour prétendre penser à demain, je prenais le présent comme il se présentait sans réfléchir aux conséquences que ça pourrait avoir pour moi, pour Krymov, pour qui que ce soit. Si d'ordinaire j'aurais freiné le pas, là je relevai la tête pour venir le surplomber et l'embrasser avec une tendresse éloquente. « Oublie ta raison et laisse ce sentiment t'envahir comme il m'envahit », susurrai-je avant de l'embrasser à nouveau. Nous n'étions sûrement pas en état de repartir de plus belle mais le désir que je pouvais ressentir pour lui n'avait que faire de mon état physique...

inspired by bat'phanie propulsed by vanka

_________________
you should not leave me


ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://www.afterdawn-rp.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: +18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings   

Revenir en haut Aller en bas
 
+18 (01/01/2481) Terminé - Du rhum, une femme et des parpaings
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Avant-poste Reiver :: Hébergement :: Blocs Officiers-
 
Sauter vers: