AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Steros !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le --/10
Personnages

44 joueurs
65 personnages
30 Hommes
35 Femmes
Helion 17 hab.
Reiver 19 hab.
Steros 16 hab.
Extérieur 12 hab.

 

 Small circumstances produce great events. [04/02/2473]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn <3

Messages : 329
Médaillons : 913

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Dim 25 Fév 2018 - 23:42


Julyah

ft. Bishop

Small circumstances produce great events.


Une semaine de lente agonie. Une semaine à peine que j’étais rentré et dans un sens, un soulagement exquis d’avoir quitté ce putride endroit. Reiver n’était pas de loin mon domicile préféré, de me dire que je n’y servais plus à rien m’enchantais totalement. Les années y avaient été trop longues, trop mornes. Certes, quelques rencontres qui ont changé ma vision des choses, dont Nenia, qui grâce à elle je pourrai envisager un nouvel avenir à Helion. Encore loin de penser à de telles choses, ma priorité à ce jour se portait sur mon genou. Grosse priorité car, actuellement je ne pouvais plus poser la jambe à terre.

Neuf jours exactement que l’accident avait eu lieu. Neuf jours qu’un enfer sans nom se déchaînait dans les contusions de ma guibole. Une balle mal placée pendant une sortie en extérieur. Je remercie encore Nast pour sa réactivité de m’avoir sorti de ce mauvais piège. Je remercie encore à mon bourreau de ne pas avoir su viser. Si cette balle avait fini dans la tête, je n’aurais jamais pu remercier personne. Mais si j’avais été à sa place, je ne me serais pas gourré, ça c’est sûr. Si au moins je savais faire quelque chose de mes dix doigts, et bien c’était visé. J’espère que son erreur a révélé leur position et que mon escouade a pu me venger, je l’espère oui.

Dans mon malheur, j’avais eu beaucoup de chance. Décidant de me renvoyer à Helion plutôt que de me laisser à l'hôpital de Reiver, j’ai raté la chance de m’occuper des chiottes des miliciens. Ils auraient pu me garder en tant qu’agent de ménage vu que je ne servais plus à rien pour eux. Mais ce ne fut pas le cas, c’était donc au dispensaire d’Helion que j’entamai ma dure et longue convalescence. L’opération ne c’était pas vraiment bien passée, les retours étaient négatifs, me disant que ma jambe était fichue et que je ne pourrai sûrement plus jamais l'utiliser.

C’était sans compter sur la force, la motivation qui nous anime. Les beaux discours des docteurs me passaient complètement au travers. J’étais décidé à remarcher, quoi qu’ils disent, je le savais qu’au fond de moi je pourrais trouver cette force. Peut-être pas seul, peut-être pas de suite, c’est certain. Il me faudrait du temps, j’en étais conscient, bien conscient. Mais pour l’instant la douleur ne voulait pas diminuer, les médicaments se faisaient rare et surtout plus pour un pauvre milicien à la retraite. C’était donc avec des grimaces et des gémissements que j’essayais de la combattre, sans vraiment grand succès.

À ce moment même, la porte se fit grinçante. Encore un de ces fichus docteurs. J’essayai de reprendre le contrôle de mon afféterie pour rester le plus neutre possible devant ce nouveau visage. Je n’avais vu que très peu de gens depuis mon retour et tous ceux que j’avais osé croiser n’avait daigné m’accorder un peu plus de complaisance qu’il n’en fallait.
Donc d’un air cafardeux, mon regard se porta vers la fenêtre, observant les bâtiments gris plutôt que le nouveau venu.



(c) ANAPHORE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 414
Médaillons : 2389

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo internet : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Mar 27 Fév 2018 - 22:35

Ce n’était plus comme les premières fois. Tout ce sang, ces râles, ces pleurs, ces toux … non, maintenant Julyah était rôdée. Elle resserra son tablier blanc, attacha ses cheveux en une natte solide, puis inspira un grand coup devant la glace. « Helion à besoin de toi » se disait-elle dans un murmure presque inaudible. Ces trois dernières années lui avaient permis d’endosser le rôle d’une infirmière confirmée, mais malgré tout, Julyah n’aimait pas rejoindre le dispensaire du niveau 0. C’est là qu’on y trouvait les cas les plus graves, les personnes les plus démunies. Mais son père, qui travaillait au centre de recherches du niveau 2, lui avait expliqué qu’il était important d’être confronté à la maladie, à la misère du monde, pour trouver LA solution. La solution qui règlerait tous les problèmes. La jeune femme était convaincue que son père avait raison. C’était un homme bon, juste, loyal envers Hélion et qui se donnait à fond dans le bon fonctionnement de de toute la structure. Et c’est pour cela qu’elle l’admirait.

Afin de décrocher encore plus de fierté dans les yeux de son père, Julyah avait postulé pour devenir médecin. Elle avait le talent requis et des connaissances solides pour porter ce titre. Pourtant, il lui faudrait attendre encore quelques années avant qu’on lui accorde la direction d’un service. Pour le moment, elle se contentait de suivre les instructions de ses supérieurs et d’apporter le maximum de soutien aux plus malades.

Passant dans les couloirs, beaucoup voyaient en Julyah un ange tout droit tombé du ciel. C’était une belle femme, un petit diamant à l’état brut et sa bonté touchait la plupart des gens. Elle s’arrêtait pour couvrir un patient, ou caresser la joue d’un enfant malade, ou bien encore apporter des paroles réconfortantes aux mères des familles les plus inquiètes.

« Julyah ! Julyah ! » vociféra le Dr Hauss.

L’infirmière se raidit et quitta la vieille femme dont l’état de santé était plus qu’alarmant.

« Tenez. Si vous souhaitez prendre ma relève un jour, prenez ce dossier. Un certain Bishop qui nous vient tout droit de Reiver. Encore un qui ne fera pas long feu … une balle dans la jambe. A quelques centimètres près et la rotule pétait en éclats. On lui a sauvé sa jambe, mais il lui faudra des séances de rééducation. »
« Vous … voulez dire que vous me laisser prendre en charge ce patient ? Je … je veux dire, tout le dossier complet ? Toute seule ? »
« Oui. J’ai assez confiance en vous et en vos capacités pour faire preuve de lucidité. Mais une seule fausse manoeuvre … et mademoiselle Haroys, soyez sûre … que jamais votre nom figurera comme celui de votre père. Alors au boulot, le patient attend ! »

Julyah lui décrocha le plus beau sourire de toute sa jeunesse et le docteur Hauss ne put rester insensible. Même s’il se montrait brut avec elle, il l’appréciait énormément et ne put s’empêcher d’exprimer un petit rictus du coin des lèvres. Hauss voulait le bien et la réussite de Julyah. Et il savait qu’en se montrant intransigeant, elle montrait rapidement les échellons.

Le dossier en main, Julyah poussa la porte de la chambre 308, le cœur battant à tout rompre. Bon sang, elle ne réalisait pas encore … mais on venait de lui donner en charge son premier patient. Mince, elle n’était qu’une infirmière ! Mais il fallait bien un début à tout. Si Hauss jugeait qu’elle était prête, alors c’est qu’elle l’était. N’est-ce pas ?

Le patient était jeune. Elle avança prudemment dans la chambre, se mordant la lèvre inférieure, comme confuse de rentrer dans un périmètre qui ne lui appartenait pas. Constatant qu’il l’ignorait littéralement, Julyah plongea les yeux sur le dossier, puis se racla la gorge pour marquer sa présence.

« Monsieur Ven Bishop, c’est bien ça ? »

La lumière de l’extérieur qui s’engouffrait péniblement par la lucarne, éclairait la blouse et la peau blanche de Julyah. Elle ressemblait à une petite poupée de porcelaine qui n’avait pas sa place dans un tel lieu. Elle s’avança vers le lit et déposa un regard doux et amical sur la jambe bandée du jeune homme.

« Je suis Julyah Haroys, l’infirmière qui va s’occuper de votre rééducation. Il va bien falloir vous sortir de ce lit un jour. »

Ses lèvres pulpeuses s’étirèrent automatiquement. Ce garçon était charmant. Il avait dans son regard, un on ne sait quoi d’intriguant. Il venait de l’extérieur, plus précisément de Reiver. C’était un soldat, un homme de front, un qui s’était battu pour la sauvegarde d’Hélion. Et woaw … Julyah en était presque émue. Elle se sentait idiote face à lui. Ils avaient pratiquement le même âge et pourtant, dans son regard, elle semblait déceler tellement de choses. Dire que sa vie à elle, n’avait débuté réellement que quatre ans plus tôt. Il devait avoir tant de choses à dire à sa famille. Ne voyant aucune trace de cadeau ou de passage dans la chambre, Julyah en déduisait qu’il était seul. Ou que le dispensaire n’avait pas prévenu la famille du blessé.

« Quelqu’un est venu vous rendre visite ? » demanda-t-elle de la manière la plus innocente du monde.

Elle attrapa une chaise et s’installa devant plus, à un mètre seulement du lit.

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 329
Médaillons : 913

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Jeu 1 Mar 2018 - 21:14


Julyah

ft. Bishop

Small circumstances produce great events.


D’un air las, comme si le fardeau du monde reposait sur mes épaules, je me tournai vers la nouvelle venue. Sa voix se voulait plus différente, plus douce, que tous les docteurs que j’avais alors rencontrés. Quittant la vitre fade du regard, pour me reporter sur elle, je fus extrêmement surpris de voir un si joli visage, de si beaux yeux. Le contexte n’aidant pas, éclairée par un rayon lumineux qui enjolivait si gracieusement ses traits, je découvris devant moi, une femme comme je n’en avais rarement vu. Ce n’est pas comme si la gent féminine se faisait rare à Reiver, mais un peu quand même. La plupart sont des soldates bien entraînées, qui ressemblent plus à des mecs virils que moi. Les civils, je n’en avais côtoyés que très peu et l’on peut dire qu’à l’époque, je n’étais pas dans une mentalité pour y penser.

D’un sourire presque timide, gardant une finesse certaine, la jeune brune s'avança tout en se présentant. Julyah, un nom qui sonnait clairement bien, qui avait des teintes de pureté. Cela se voyait, on aurait dit un petit ange tombé dans les méandres de l’enfer. Je me demandais comment elle avait atterri dans le dispensaire du niveau zéro, elle avait tellement l’air de ne pas y avoir sa place. Mais pourtant, elle était là, bien devant moi. Restant bouchée bée, sans répondre à sa première question, je gardais la bouche béante, laissant l’ouverture à n’importe quels insectes volants qui passeraient devant. La nouvelle arrivée m'annonça alors qu’elle serait en charge de ma rééducation, c’était donc elle qui allait suivre mon dossier. Il fallait que je reprenne mes esprits. Ce n’était pas vraiment mon genre de me laisser déstabiliser et encore moins de le montrer, non vraiment pas.

À en juger par ses traits, elle ne devait pas être bien plus âgée que moi, et pourtant, elle paraissait si fragile, si simple. Comme si tous les problèmes de la vie, ceux qui te bouffent jusqu’à la moelle, ne l’avaient pas encore atteint, ne l’avaient jamais atteint. D’une foulée fluide, elle s’approcha, m’observant secrètement après m’avoir demandé si quelqu’un était déjà venu me voir. Un sourire s'immisça sur mon visage, comme si elle avait dit la plus grosse blague de la terre.

“Je suis ravie de vous annoncer que vous êtes la première…. et sûrement la dernière.”

L’image de ma mère me revint, de mon père. Je n’avais absolument aucune idée s’il était encore à Helion et puis au fond je m’en foutais royalement. Même si une part au fond de moi espérait qu’il était en train de crever dans le désert Ardeus, bouffé par mille sauvages en même temps. Je chassais au plus vite pour me concentrer sur ce visage en face de moi, un quelque chose que je ne saurais décrire naquit doucement dans le fond de mon ventre.
Mais il fallait que je reste concentré, elle était sûrement là pour me parler sérieusement et ce n’était pas le moment pour me laisser divaguer dans de troubles mirages.

“Mais qu’est-ce que vous entendez par sortir de ce lit un jour? Je vais pouvoir remarcher normalement? Enfin, j’me doute que je ne vais pas vivre ici toute ma vie.. Mais je croyais que le fauteuil roulant était ma seule destination. ”

Une chose dont j’étais des moins sûrs, mais comme je le disais, la force, le courage, est propre à chacun.  Et si une jeune fille comme elle était dans l’optique de m’aider, de m’apporter un peu d’aide, alors à aucun moment, je n’hésiterais à la saisir. Même si cette jeune infirmière n’avait pas l’air vraiment très sûr d’elle, qu’elle avait l’air toute fraîche dans son métier, pourquoi pas ne l’accepter. En temps normal, j’aurais sorti une raillerie, me moquant de son air juvénile qui, j’aurais pu appeler ça, de l'incompétence. Mais elle n’avait pas l’air de mériter cet attrait de moi, qui pourtant est le masque que je porte mieux.





(c) ANAPHORE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 414
Médaillons : 2389

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo internet : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Jeu 1 Mar 2018 - 23:10

Elle ne put s’empêcher de sourire face aux remarques de son patient. Son premier patient, son tout premier patient. Elle n’en revenait toujours pas que le Docteur Hauss eut la bonté de lui accorder autant de responsabilité. Après tout, ce n’était pas rien. Dans un sens elle était émerveillée à l’idée de voir Ven progresser de jour en jour, et tout cela grâce à ses conseils, les soins qu’elle lui portera. Mais dans un autre sens, Julyah avait une peur bleue. Et si elle ne s’entendait pas avec lui ? Si il se passait quelque chose qui la dépasserait et dont elle ne maitriserait pas la situation ? C’était l’avenir de ce jeune homme qu’elle avait entre les mains. Soit elle réussissait et il pouvait remarcher sans aucun problème, soit elle périssait dans sa mission et Ven finirait ses jours dans un fauteuil roulant. Mais la deuxième option n’était même pas envisageable. Du moins, Julyah croisait les doigts en son fort intérieur, pour que jamais elle ne se produise.

La jeune femme tourna les feuilles du dossier d’une façon énergétique et nerveuse, avant de considérer brièvement la jambe bandée du jeune homme. Avant de se lever, il fallait déjà s’occuper du bandage. Le tissu blanc ne paraissait pas être frais de la veille … A croire qu’on avait délaissé ce pauvre garçon. Enfin, le dispensaire du niveau 0, n’était pas l’endroit le plus enclin à retrouver la bonne santé. Julyah n’aimait pas cet endroit. Non pas parce qu’elle y côtoyait la maladie incessante, mais parce qu’elle ne voyait que trop rarement des malades recouvrir une santé décente. C’était presque affligeant de voir que certains médecins baissaient les bras avant même de prononcer un diagnostique. Le dispensaire craquait dans tous les sens du terme et les personnes trop malades, les blessés lourds, les enfants mal nourris … toutes ces personnes étaient généralement laissées à l’abandon. Il y avait bien trop à faire et trop peu de matériel. Il est vrai que Julyah préférait travailler aux étages supérieurs, où les conditions de travail étaient bien moins stressantes.

« Et bien oui, je ne vais pas laisser un combattant de Reiver finir en chaise roulante ! Avec mon aide vous allez voir, vous pourrez rapidement marcher, courir, sauter, faire tout bon ce qui vous semble ! Mais avant tout, je vais nettoyer votre jambe et refaire un bandage. »

Un large sourire entailla son visage en porcelaine. La jeune femme lui fit signe de dégager la couverture du lit pour dévoiler l’entièreté de la jambe. De ses doigts délicats, Julyah desserra le bandage pour, petit à petit dévoiler la jambe à nue. La blessure avait plutôt bien cicatrisé. Elle hocha significativement de la tête en voyant les coutures de la plaie, à quelques centimètres en dessus de la rotule. Le Docteur Hauss avait bien fait son boulot et Julyah espérait un jour en faire de même. Elle attrapa une éponge et appliqua une eau tiède aux alentours de la blessure, nettoyant délicatement les résidus de peau morte.

« Racontez moi un peu ce qui vous ai arrivé ? On m’a dit que quelqu’un vous a tiré dessus lors d’une expédition … comment la vie est à Reiver ? Mon père m’en a parlé des tas de fois quand j’étais petite, mais j’aimerai entendre la version d’un homme qui en revient fraichement. J’aimerai tellement voir de mes propres yeux l’avant poste, un jour … quitter le dôme pour explorer le monde extérieur. »

Ses yeux pétillaient tandis qu’elle se perdait dans le regard de Ven. Elle l’imaginait armé jusqu’aux dents, affrontant les tempêtes de sable, bravant les bêtes féroces du désert, tirant sur des ennemis invisibles. Julyah n’avait aucune idée de ce qui pouvait bien se passer là dehors. Elle découvrait à peine le fonctionnement d’Hélion et avait toujours du mal à ouvrir les yeux sur certaines choses. Petite, elle était restée enfermée dans une chambre stérile, où rien ne pouvait lui arriver. Elle avait passé des années à rêver, à croire qu’une vie au delà des murs d’Hélion, pouvait exister. Une vie meilleure avec des paysages verdoyants.

« Vous avez l’air robuste … j’espère que l’homme qui vous a causé ces dommages ne s’en ai pas sorti indemne. Enfin … »

Elle lâcha un soupire avant d’essorer l’éponge dans un bac d’eau.

« Il n’est jamais bon de vouloir le malheur de quelqu’un d’autre. Même quand il nous a causé du tort. Le pardon est une bonne vertu. Ca va, je ne vous fais pas trop mal ? »

@Ven Bishop

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 329
Médaillons : 913

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Mer 7 Mar 2018 - 22:10


Julyah

ft. Bishop


Small circumstances produce great events.


Observant la jeune brune face à moi, baignée dans la lumière qui auréolait autour d’elle, je souris face à sa nervosité. Maltraitant presque mon dossier pour m’en tirer une conclusion, elle me paraissait concentrée, cherchant à se faire le plus professionnel possible. Oui, alors j’en aboutis que ma conclusion était correcte, une petite bleu, mais qui jouait bien son rôle. Pas que cela me dérange, peut-être qu’elle manquait d’expérience, mais au moins elle prenait le temps de me parler, de se pencher plus de quelques secondes sur mon cas. À Reiver, à Helion, je n’avais jamais vraiment eu à faire à tous ces médecins, docteurs ou rebouteurs de quelque sorte, jamais eu de problème grave pour m’attarder dans un dispensaire ou un hôpital. Mais depuis ce tragique accident, j’étais déconcerté de voir la pagaille dans l’organisation de ces derniers. Je me doute bien qu’au niveau deux, les choses sont bien plus .. carrés, prise en charge dira-t-on. Mais mon souvenir était bien vague, j’avais quitté l’étage bien trop jeune pour me rappeler de chose comme ça. Mais cette fameuse Julyah, avait l’air de le savoir bien plus que moi.
D’une voix douce, elle me rassura, me certifiant que le but d’un milicien, n’était pas de finir dans une chaise roulante. Elle avait l’air fascinée par ce statut. Qu’est-ce qu’on peut bien trouver à un milicien? Il se bat pour protéger un gouvernement , un gouvernement qui n’hésite pas à abuser de son pouvoir, un gouvernement corrompu. Bien de choses sont trop cachées, mais je n’étais personne pour casser les idéaux d’une telle jeune femme, au contraire, je jouerais son jeu s’il le fallait.

“Courir ? sauter ? Eh bien, vous savez mettre un homme en confiance dit-donc !”


Un sourire aux lèvres, doucement, j’entrepris de relever le drap blanc de ma jambe pour qu’elle puisse travailler convenablement. Une petite grimace s’offrit sur mon visage lorsqu’elle  s’engagea à défaire le bandage. C’est vrai que cela faisait quelques jours qu’il n’avait pas été changé, la compresse s’était bien collée à la plaie, ce qui me provoqua un petit frisson tout le long de ma colonne vertébrale. Julyah observait ma jambe, appliquée dans ses gestes, délicate. Cela m’était rare de me retrouver face à une personne comme elle et j’en profitais, même si ce moment ne devrait durer qu’un court instant. Je l’observais sans broncher, une chose qui ne m’était pas habituelle d’ailleurs. J’étais plus du genre à parler tout le temps, à sortir des vannes bien trop nulles ou charrier les personnes, mais devant elle, je me sentais tout intimidé. Je ne sais pas si c’est le fait qu’elle soit médecin et qu’elle prenne du temps pour moi, qu’elle avait l’air si intelligente ou juste sa beauté naturelle, authentique.

D’un air enthousiaste, pleine d’entrain, l'infirmière me posa plusieurs questions sur Reiver, sur l’horizon qui s’offre par-delà le dôme. Sa curiosité était impressionnante, On aurait presque dit qu’elle avait été enfermée toute sa vie dans un salle sans rien apprendre de l’extérieur, du monde qui nous entoure. Mon regard se voulait à moitié amusé, du fait de son innocence et à moitié éreinté, à l’idée de repenser à toutes ses choses. Mon accident était loin d’être glorieux et je ne l’avais encore jamais expliqué, j’avais juste essayé d’oublier.

“Humm… C’est un peu compliqué.. . Mais si vous tenez tellement à savoir...Vous êtes mon docteur attitré après tout “

Je me voulais un peu pensif, cherchant mes mots, puis soudain, je plongeai un profond regard dans le sien, mettant tous ses sens à l’écoute.

“Nous étions dans le désert, mon escouade et moi, depuis quelques jours. J’étais en binôme avec un dénommé Ast, un type sympa, mais jeune dans son expérience, un bleu quoi. Nous nous apprêtions à monter notre camp pour la nuit et puis soudain ! Surgissant de nulle part, une bande de Sabre à dent longue ! C’est des gros félins avec des dents qui font presque notre taille ! Si si j’vous assure ! C’était dingue, un combat acharné, nous nous roulions dans le sable, essayant de contrer leurs immenses crocs avec nos fusils ! J’entendais Al crier, je ne percevais plus le reste de l’escouade, mon coeur battait à dix mille à l’heure !”


Tout en racontant mon récit, d’une manière intense, pour essayer de l’immerger complètement, je mis une main sur ma poitrine pour imiter les pulsions de mon coeur.

“ Le combat dura bien bon 20 minutes, je voyais des griffes voler de tous les côtés, du sable me piquait les yeux.  Essayant d’atteindre la bête avec mon couteau, je puisais dans les dernières forces qu’il me restait. J’allais presque abandonner, me disant que c’était la fin, que j’allais y rester et que mon heure était venue !  Puis soudain, en mettant la main à ma ceinture, je me rappelai qu’il me restait un dernier glock. Alors, par je ne sais quel miracle, je réussis à le coller contre le poitrail du féroce, essayant de viser le coeur. Mais va savoir où est placé l’organe sur une bête pareil !”

Une petite moue sur mon visage en m’imaginant la scène, je la regardais comme si elle allait me donner la réponse, comme si elle savait mieux que moi l’anatomie d’une telle créature. Je repris une bonne inspiration pour pouvoir finir mon histoire.

“Donc, j’en étais où ? Le coup de feu ! Bah pas d’chance, j’le rate. Certes, il fait un bon de deux mètres et revient aussi tôt à la charge, même pas eu le temps d’me relever. Et c’est là que j’vois notre chef d’escouade derrière, tenant son fusil en jou, prêt à me sauver la vie. Et c’est ce qu’il a fait le bougre. Mais bon, la balle a traversé l’animal pour finir sa course dans ma jambe.”

Je désignai mon genou d’un air las, un léger sourire aux lèvres. Bon j’avoue que mon récit était un peu arrangé, un peu spectaculaire, elle s’en rendrait sûrement compte, espérons juste que cela lui remplisse ses yeux de biche par mille étoiles. Sa dernière phrase me résonna dans la tête, oui, le pardon était une belle vertu, peut-être que oui. Peut-être devrais-je apprendre à mieux l’utiliser… D’un signe je lui indiquai que tout allait bien même si la grimace qui venait de s'immiscer sur mon visage contredisait directement mon geste.





(c) ANAPHORE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 414
Médaillons : 2389

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo internet : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Ven 16 Mar 2018 - 12:44

Son histoire … était si excitante et exaltante ! Julyah l’écoutait comme une enfant à qui l’on racontait le plus merveilleux des contes. Elle avait l’impression d’entendre son père lui parler de ses années passées à Reiver. Ainsi, tous les miliciens qui avaient passé le mur de verre, se retrouvaient plongé au cœur de péripéties folles et intrépides. Bien sûr, ces aventures les menaient généralement à un retour immédiat, sous les bons soins des infirmières et des médecins d’Hélion. Elle avait ouïe dire qu’il existait un centre médical à Reiver, mais ce dernier ne possédait pas toutes les ressources nécessaires pour soigner les maladies et les blessures les plus graves.

Ven racontait avec tant de fougue et d’énergie que Julyah faillit renverser toute la bassine d’eau souillée au sol. Elle rattrapa son geste de justesse, puis se concentra sur la suite du récit. Quelle chance dans sa malchance … il avait pu croiser des créatures du monde extérieur. Des sabres à dents longues ? Rien que leur description la fit frémir. Elle n’avait jamais eu l’occasion de voir un seul animal au sein du dôme. Peut-être un chat une fois, mais ça s’arrêtait là. Petite, elle était restée enfermée dans une bulle stérile, n’appréciait l’extérieur que par derrière sa grande bée vitrée. Alors elle s’était imaginée le monde par le biais de ce qu’elle pouvait voir du lointain. Un monde bien différent de ce que lui décrivait Ven.

« Hé bien … c’est une histoire folle que vous me racontez là. Jamais je n’aurai cru que l’extérieur présentait des dangers aussi … féroces. Mon père était milicien avant de devenir un grand docteur. Il travaille actuellement au centre de recherche comme chef de labo. C’est lui qui contrôle le système de la régulation et qualité de l’air d’Hélion. »

Elle ne pouvait pas s’empêcher de mettre son père en avant. C’était un homme brillant, intelligent et serviable. Il avait tout d’un homme parfait aux yeux de Julyah. Il mettait son génie au service du dôme et permettait à un bon nombre de réfugiés de vivre sereinement. Et ça, c’était une qualité exemplaire, inébranlable pour la jeune femme.

« L’essentiel c’est d’être revenu en vie. Heureusement la balle n’a pas fracturé la rotule. Comme je l’ai dit avant, avec un peu de rééducation, vous pourrez vite retrouver votre vigueur d’avant. Je sens que vous êtes quelqu’un de très énergique, Ven. »

Un sourire, encore. Décidément, ce jeune homme lui plaisait. Du moins, elle ne pouvait pas s’empêcher de l’imaginer affrontant le danger du monde extérieur. Ici, hormis les malades, les mourants et les affreuses blessures, elle ne voyait rien. Les quartiers du niveau 2 étaient propres, calmes, lumineux. On s’y ennuyait presque. Ven devait probablement connaître toute une autre vie.

« Je suis curieuse Ven … mais … vous avez le droit de ne pas me répondre. Mais … comment êtes-vous arrivé à Reiver ? Je veux dire, d’où venez vous à la base ? »

De ses grands yeux bleus hypnotiques, elle fixait le jeune homme comme pour l’inciter à répondre.
Il était essentiel pour elle de connaître les origines de son patient. Elle pourrait ainsi procéder à des examens complémentaires si nécessaire. Quelqu’un né à Hélion avait moins de chance de développer une maladie qu’une personne née en dehors du dôme. Elle restait sur un plan médical, mais en même temps, quelque chose la poussait à vouloir connaître d’avantage Ven. Mais plus pour la personne qu’il était et non pour le patient dont elle avait la charge. Etait-ce vraiment professionnel ? N’était-elle pas en train de mettre en péril son avenir de médecin ?

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 329
Médaillons : 913

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Dim 18 Mar 2018 - 17:13


Julyah

ft. Bishop

Small circumstances produce great events.


Son sourire angélique inspirait mon récit, je la voyais concentrée, prête à rentrer dans mon histoire comme si elle y était elle-même présente. Depuis mon retour, je n'en avais parlé à personne, ni proche rassurant, ni inconnu douteux. Mon accident avait été resté enfoui au fond de moi, et le fait de pouvoir le raconter, de le faire partager, me soulager d’un grand poids . Un événement drastique, qui m'imposait aujourd’hui un changement de vie radical, une mobilité peu certaine. Mais pourtant, la jeune infirmière, dans sa voix, dans son comportement, avait l’air confiante, assez persuadée que mon quotidien ne serait pas si désastreux. Le seul doute qui me coinçait le fond de la gorge, était mon avenir. Qu’allais-je faire maintenant? La seule chose pour laquelle j’étais plus ou moins bon, se trouvait à Reiver, entre les murs de l’armurerie. Devenir milicien boitant à Helion, n’était pas envisageable, non pas du tout même.


Ses yeux fins montrèrent à quel point elle était touchée par mon histoire, me racontant que son père avait également fait partei de Reiver en tant que milicien, et qu’aujourd’hui il était devenu un grand scientifique. J’en déduisis donc qu’elle avait suivi certaines traces de son père, mais pas toutes, vue sa réaction à mon récit. La curiosité que je voyais refléter en elle me faisait penser à moi, plus jeune, lorsque ma mère me contait les récits d’une comptine familiale.

“Vous me dites que votre père était milicien, mais vous n’êtes jamais allé à Reiver ? J’avoue être curieux de cette flamme désireuse qui vous anime? On dirait que le monde vous fascine tant.”

Il y avait ce petit quelque chose, ce sentiment que j’avais eu en découvrant les grandes étendues de sable, les denses forêts d’arbustes géants, ce petit quelque chose que je retrouvais dans son regard. S’en était déroutant, alors que la plupart des habitants d’Helion se préfèrent en sécurité dans la capuche de fer, la belle en était bien différente. Dans une moue confiante, rassurante, je l’écoutais me certifier que tout allait bien se passer.

“J’en suis persuadée, en tout cas, avec votre aide, je n’en doute pas une seconde.”

C’était un sourire fin qui s'immisçait sur mon visage, le premier sourire sincère que j’avais émis depuis le drame. Même si au fond je n’en étais pas certain, pas convaincu à cent pour cent, je me devais de lui accorder cette chance. Une part au fond de moi savait, qu’elle pourrait faire des merveilles si seulement on lui accordait une chance. L’observant continuer à panser ma plaie, je détaillai chacun de ses mouvements, comme si sa douceur avait le pouvoir d’apaiser ce feu bouillant qui régnait en moi, cette colère que j’avais tant de mal à calmer. Une colère due à la situation, à ma situation que je prenais bien trop à coeur. À ce moment même, sa curiosité l’emporta, avec délicatesse et humanisme, d’un regard qui en était presque envoûtant, Julyah me questionna sur mon passé, sur mon parcours.

Un léger assombrissement dans le regard, j’hésitai un long moment. C’était une histoire dure, compliquée, que j’avais fait part à très peu de personnes depuis mon enfance. Mais elle, elle n’avait pas l’air d’être dans le jugement, dans sa façon de faire je me sentais en confiance, un peu dérouté par tant d'intérêt, mais en sécurité. Juste, je n’arrivais pas à savoir si c’était la personne qu’elle était, en tant que femme, en tant qu’humaine, ou bien le docteur qu’elle devait être qui s'intéressait comme cela à moi. D’un côté, j’aurais tant voulu que son attention se porte sur ma personne et non sur le patient que je représentais, mais bon, je m'avançais déjà trop pour penser à ce genre de chose.


"Et vous Julyah, comment en êtes-vous arrivez là ? Nous allons jouer à un petit jeu si vous le voulez bien, à chaque réponse sur vous, j’y répondrais de même pour moi. Cela vous va ? Cela te va ? “

Mon regard se voulait intense et profond, comme si ce petit jeu que j'installais entre elle et moi était d’une grande importance. En effet, au fond s’en était le cas. Je pense être capable de raconter mon passif, aussi dur qu’il soit, mais il me fallait un peu d’aide, oui un appui peut-on-dire.

“Je pense que vu nos âges respectifs, on pourrait se tutoyer, qu’en penses-tu ?”





(c) ANAPHORE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 414
Médaillons : 2389

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo internet : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Jeu 22 Mar 2018 - 18:22

Tant de questions soudaines. En tant qu’infirmière, Julyah n’avait pas l’habitude de passer autant de temps avec les patients. Elle discutait brièvement, leur apportait soutien et amour, puis devait, généralement, filer vers d’autres occupations. Mais là, on lui avait distribué un rôle. Un rôle important car aujourd’hui elle tenait le futur d’un jeune homme entre ses petits doigts. Dans un sens ça lui faisait peur et dans un autre sens une vague de fierté l’envahissait. On lui accordait assez de confiance pour lui donner des responsabilités. Dans son petit esprit encore immature, elle se voyait revêtir la blouse blanche du médecin et diriger un grand service de soin. Ou mieux encore, se tenir aux côtés de son père dans l’avancée scientifique du dôme. Les scientifiques brillaient de milles feux à Hélion. C’était un honneur de faire parti de l’élite et de ceux qui permettaient un avenir pour l’humanité. Mais au fond, elle savait qu’il ne s’agissait là que d’un rêve. Elle n’avait ni l’étoffe, ni le caractère pour faire partie de ces gens là.

Elle se contenta de continuer son nettoyage délicat tout en écoutant attentivement les questions de Ven. Il souhaitait la tutoyer et Julyah approuva d’un signe vigoureux de la tête. Depuis le début de la conversation, elle trouvait ça étrange de vouvoyer un garçon qui devait avoir tout juste vingt ans.

« Petite, j’étais très malade. Je n’avais pas le droit de sortir de chez moi. En fait, j’avais une maladie rare et l’appartement de mes parents contenait un air particulier qui me maintenait en vie. Il m’est arrivé une fois de sortir, mais j’ai failli mourir d’étouffement … j’ai guéri le jours de mes 18 ans, donc il n’y a pas si longtemps que ça. C’est pour ça que la vie à l’extérieur du dôme m’intrigue. Petite, je passais mon temps à regarder par la fenêtre. Les seuls mouvements de vie que je voyais étaient toutes les choses qui se passaient dans le désert entourant le dôme. »

Un petit sourire forcé se dessina au coin de ses lèvres. Voilà, la jambe était nettoyée et le bandage sale jeté. Elle fit signe au jeune homme de se redresser, puis l’apprentie médecin se leva pour chercher deux béquilles. Elle les posa contre le mur au côté du lit, et attrapa un rouleau de bandage blanc, propre.

« Je vais refaire le bandage. Tu me dis si je serre trop fort. »

Elle commença son travail avec rigueur et sérieux. Julyah prenait à cœur sa nouvelle mission et souhaitait que Ven soit le patient le plus comblé au monde. Elle savait que les véritables médecins viendraient le questionner sur l’attitude de la jeune fille. Alors elle s’appliquait du mieux qu’elle le pouvait.

« Comment je suis arrivée là ? Humm et bien … c’est à cause de ma mère principalement. En guérissant, j’avais une envie de découvrir le monde. Ma mère étant sage femme m’a proposé de devenir infirmière. Comme ça, je pouvais découvrir le dôme tout entier et me rendre utile par la même occasion. Vu que j’apprenais vite et bien, mon père a décidé de me former à la médecine et petit à petit j’ai pu intervenir pour des malades et blessés plus importants. Au début ça me faisait peur. Surtout quand des miliciens de Reiver revenaient sur des brancards … ils étaient généralement dans des états épouvantables. J’ai vu des blessures pires que la tienne Ven et des hommes retrouver la force de vivre. Par contre, je ne les ai jamais vu quitter le dôme pour Reiver … »

Elle préférait être la plus honnête possible, ne pas lui créer de faux espoirs. Qu’allait-il devenir après son rétablissement ? Elle n’en savait rien. Mais une chose était sûre, il pouvait trouver de quoi s’occuper à Hélion. Il y avait tant de choses à faire ici.

Après avoir serré le bandage dans un nœud bien ferme, la jeune femme lui accorda un sourire radieux tout en lui tapotant sur l’épaule.

« Hé voilà ! Nouveau bandage tout propre ! Tu peux essayer de te lever et attraper ces deux béquilles ? On va commencer la rééducation. »

Voyant qu’il éprouvait une certaine difficulté à s’appuyer sur ses jambes pour se lever du lit, Julyah l’aida.

« Maintenant, à toi de me dire d’où tu viens ! »

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee
avatar

Personnage
Occupation : Ingénieur armement
Âge : 28 ans
Localisation : Helion

Rhaelyn &lt;3

Messages : 329
Médaillons : 913

Crédits : Lyn d'amour <3
Avatar : Evan Peters
Présence : 7/7

Pseudo internet : Sha Lottie
Multi-comptes : Slown Erzion / Kaenya Obs




Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Dim 25 Mar 2018 - 17:54


Julyah

ft. Bishop

Small circumstances produce great events.


C’était une porte, un passage vers la confidence, qu’elle m’offrait à coeur ouvert. Rien ne l’obligeait à m’en dire tant, à s’ouvrir comme cela à moi. Mais pourtant, c’est ce qu’elle fit, installant en moi un rapport de confiance et de révélation. La jeune fille avait l’air de sortir de ses sentiers battus, c’était donc sans une once d’hésitation, qu’elle me raconta son enfance, ce parcours qui avait l’air bien plus pesant qu’il n’y paraissait. Rester enfermé dans une bulle, sans côtoyer un monde aussi vaste, même si cela ne se résume qu’à un dôme. C’était donc tout mon contraire, après avoir valsé entre Helion, l’extérieur pour revenir ensuite à mon point de départ, elle, elle n’était même pas descendue de son haut perchoir. Mais finalement, elle avait eu de la chance dans son malheur, la chance d’avoir un père si brillant, d’avoir une mère qui a pu la pousser vers un avenir meilleur. Ce petit bout de femme, qui à la base ne me paraissait pas vraiment sûre d’elle, me montrait un autre jour d’elle, une autre facette, qui finalement me faisait monter un petit sentiment d’admiration. Cela se voyait qu’elle voulait se surpasser, qu’elle voulait prouver de quoi elle était capable, et si je pouvais l’aider, en devenant son patient, j’espérais juste ne pas en être le cobaye.

Je l’avais écouté attentivement tout en essayant de dissimuler des grimaces de douleur, pas que je sois une chochotte, mais la plaie encore à vif, me rappelait à quel point j’étais vivant. Le nettoyage en était presque terminé,  je pus percevoir la croûte qui commençait doucement à guérir sur ma jambe. Julyah prit le bandage neuf tout en continuant son histoire, et moi j’étais là, l’observant dans sa délicatesse et son travail qui était minutieux et précis. Même si elle n’était qu’une débutante, je ne pouvais que l’admirer. Admirer ses mains glisser délicatement le bout de tissu sur ma jambe, admirer les contours de son visage concentré. Il y avait ce quelque chose qui enlevait en moi ce petit sarcasme dont , d’habitude j’aurais fait part. J’avais l’impression que dans un sens, elle m’adoucissait.


“Hum.. Je vois, cela n’a pas eu dû être facile pour toi de te confronter aux strates inférieures. Je sais un peu comment est la vie là-haut, mais j’imagine que c’est d’un façon différente que tu l’as perçu.  De voir les malheurs des miliciens, des classes inférieurs, ça peut être un choc pour certains. Mais je suis sûr que tu en as tiré que le meilleur. Tu as l’air d’être une personne bien Julyah.”

Lorsque je prononçais ces derniers mots, j’avais planté mon regard dans ses grands yeux innocents. En effet, j’étais des plus sincères, peu de docteurs, peu de personnes même, que ce soit à Helion ou à Reiver, m’avait porté un intérêt comme elle avait l’air de le faire. J’en déduisis donc qu’elle ne pouvait être qu’une personne bien, une personne sincère. Dans son regard, lors de sa dernière phrase, je pus percevoir une légère compassion, comme si l’évidence qu’elle venait de m’évoquer aurait pu m’accabler, comme si s’en était une mauvaise nouvelle.

“Tu sais, si je peux éviter, par un moyen quelconque d’y retourner… Alors que grand bien, me fasse… Je n’y avais pas vraiment ma place finalement… À part les virées en extérieur, Reiver, n’était pas vraiment fait pour moi. “

C’était en m’attardant sur son travail, que j’avais baissé les yeux. Une évidence qui maintenant me sautait aux yeux. Finissant le bandage, Julyah me proposa alors de commencer la rééducation. Ne pensant pas que ce moment viendrait si vite, j’approuvais d’une certaine moue pas vraiment convaincu. En même temps, si personne n’était là pour me pousser, je ne me bougerai pas, par ma seule volonté, s’en était sûr. M’offrant sa main pour m’apporter une aide, histoire que je me lève, je l’attrapai calmement, prenant une grande inspiration, me gonflant d’un courage que j’avais perdu depuis l’accident. Sa peau était douce, légèrement froide, mais à son contact, j’eu un léger frisson. Une ondulation de sérénité, je ne sais pas si c’était elle, la situation, mais en sa compagnie, je me sentais plus à l’aise. Comme si les tabous que je pouvais m'imposer inutilement, n’était que futilité.

“Oui, c’est donc à mon tour, tu as joué le jeu, alors je vais le jouer moi aussi.”


D’un sourire peu certain, je me concentrais dans ma tâche pour éviter son regard. Si je devais raconter quelque chose qui m'était dur, je ne pourrais le faire correctement tout en voyant son regard peser sur moi.

“Je suis né à Helion, dans le niveau 2. Mon père était ingénieur en armement, assez réputé et très aimé par le gouvernement. J’imagine qu’il apportait beaucoup à l’évolution du dôme. Il m’a initié dès le plus jeune âge à son métier, et c’est une passion que je me suis découverte. Mais en parallèle, c’était un connard.. Ma mère a beaucoup souffert à cause de lui, même si elle essayait de me le cacher. Un jour, quand j’avais treize ans, j’ai voulu aller le dénoncer. Ma plus grande erreur, j’imagine qu’à cause de cet acte de bravoure, ma mère est morte maintenant. Ils l’ont exclu du dôme, et moi, ils m’ont envoyé à Reiver. T’imagines bien que la parole d’un gamin n’a aucune valeur contre un bon partisan du système.”


Un léger rire ironique me parvint, lui jetant un léger coup d’oeil pour dédramatiser les choses. Après tout, j’avais qu’à réfléchir mieux à ce moment-là, au lieu d’aller tout bêtement raconter une vérité que personne ne voulait admettre.

“Puis j’ai fait mon p’tit bout de chemin à l’avant-poste. Assez difficilement, je l’avoue, j’étais considéré comme un traître et un révolutionnaire, alors que pas du tout. C’est une  étiquette qui ne m’a jamais lâché, du coup, j’ai… comment dire… Subit pendants de nombreuses années ce statut. La seule chose qui m’a redonner un peu goût à la vie, était l’extérieur. De découvrir un monde si étendu qui se cache derrière les remparts, de découvrir une diversité si vaste, que ce soit sur la faune et la flore. J’avais envie de prendre mon baluchon et d’me tirer. Mais le sort en à voulu autrement.”

Tout en ayant attrapé les béquilles, j’essayai tant bien que mal de faire quelques pas. Non sans vraiment, grand succès. La douleur tiraillait mon visage. De me sentir à la verticale me déstabilisait légèrement, perdant une certaine motricité. Même si j’essayais de ne pas le montrer devant elle, je ne sais pas si c’est le choc de me lever ou le fait d’avoir raconté mon histoire qui me faisait tourner la tête.



(c) ANAPHORE

_________________
I know a lot. But I didn't see anything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t765-helion-bishop-_-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages http://www.afterdawn-rp.com/t760-bishop-la-tete-trop-pleine-pour-l-avoir-dans-les-nuages#bottom
avatar

Personnage
Occupation : Scientifique
Âge : 29 ans
Localisation : Helion

Remember about my father

Messages : 414
Médaillons : 2389

Crédits : me
Avatar : Olga Kurylenko
Présence : 6/7

Pseudo internet : Jekka
Multi-comptes : Eagon Niehaus

Chercheuse et médecin (Pneumologue). Elle cherche un traitement contre les maladies pulmonaires et contrôle la qualité de l'air d'Hélion. Pense que son père a été l'investigateur d'un meurtre de masse avec le père de Vaughn.
Est pure et croit naivement pouvoir sauver le monde.



Helion • Élite



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   Ven 4 Mai 2018 - 22:14

Leurs histoires étaient bien différentes. Julyah qui avait toujours rêvé d’aventures se demandait maintenant si quitter le dôme valait vraiment la peine. Mais sentir le vent lui caresser le visage, la chaleur des rayons du soleil lui réchauffer la peau, sentir les grains de sable lui glisser entre ses doigts. Toutes ces sensations qu’elle ne connaissait pas dans ce lieu stérile, l’appelaient. Ven connaissait toutes ces choses, mais pourtant elles n’avaient pas fait de lui un homme plus enclin à vivre dans le monde extérieur. Tout semblait être relié au dôme. Comme si une fois entré ici, on ne pouvait plus jamais en ressortir. Du moins, pas plus loin que Reiver.

Quand il décrivait sa vie, Julyah ne pouvait pas s’empêcher d’éprouver un pincement au cœur. Son combat n’était pas facile. Etre persécuté au dôme, puis à Reiver, revenir blessé … il avait de quoi être en colère contre le monde entier. Comment aurait-elle réagit si on lui avait enlevé sa mère à cause de son père ? Non. Elle n’arrivait même pas à se l’imaginer. De toute évidence, leur vécu n’était pas le même. Mais chacun avait surmonté les vicissitudes de la vie à son niveau.

Lorsque les doigts de Ven se refermèrent sur les siens, Julyah éprouva une bouffée de chaleur étrange envahissant toutes les parcelles de son corps. C’était la première fois qu’elle était en contact direct avec un garçon de son âge. Du moins, ce genre de contact. On aurait pu croire qu’il s’agissait que d’une poignée de main, mais il s’agissait de quelque chose qui allait bien au delà de ça. Elle décrocha un sourire crispé, mais sincère, s’efforçant de ne laisser présager aucun tourment, aucune forme de déstabilisation. Après tout, elle devait rester professionnelle si elle voulait être médecin.

Mais s’être livrée ainsi à Ven avait ouvert une porte. Une porte qu’il avait lui même agrandit en se livrant à son tour. Ce n’était pas tous les jours que les gens racontaient leurs histoires passées. Au dôme, la plupart des habitants cachaient leur misérable vie sous un masque. On préférait taire le malheur et les conditions de vie malheureuse, plutôt que de les exposer. Le dôme était le seul endroit viable et les gens étaient trop accrochés à leur survie pour critiquer le système. Certains osaient lever la voix, réveiller les esprits endormis, mais en général, ils étaient mal vus, ou finissaient dans des endroits dont on préférait ne pas prononcer le nom.

Julyah était reconnaissante envers le système. Sans le dôme, elle n’aurait pas vu la lumière du jour bien longtemps. Mais en même temps, beaucoup de choses la dérangeaient. Sauf qu’elle n’osait rien dire. Ne rien exprimait et se le gardait pour elle. Elle avait bien trop peur de passer pour une ingrate et d’être bannie.

« Doucement Ven. Tu dois y aller doucement. Comme ça … »

Elle plaqua une main contre le dos du jeune blessé pour l’aider à faire quelques pas douloureux. La rééducation ne se ferait pas en un seul jour, mais il fallait bien commencer par quelques pas. Voyant qu’il souffrait, elle l’incita à reprendre place au bord du lit. Elle accompagna son mouvement et s’installa à ses côtés, les pieds touchant à peine le sol poisseux.

« Dis moi … que comptes-tu faire une fois rétabli ? Tu penses retourner au niveau 2 et rejoindre ton père ? Ou retourner à Reiver ? »

Les deux options paraissaient complètement absurdes. Mais il n’allait quand même pas vivre comme un moins que rien au niveau 1 ou pire, au niveau 0 ? L’idée même qu’il puisse se retrouver seul, perdu dans un nouveau système de vie, lui brisait le cœur. Elle passa une mèche noire derrière ses petites oreilles, puis dévisageait un instant les contours de son visage carré. Il était beau et indéniablement, il lui plaisait. Mais était-ce réciproque ? Avait-elle le droit d’éprouver une attirance pour un patient, surtout son premier patient ? Bizarrement, Julyah était rongée par un mélange de culpabilité et de désir. Elle n’avait encore jamais connu le goût d’un baiser, d’une caresse ou d’un regard apaisant. Toute sa vie, elle l’avait passé dans une cage, dans un rêve, pour être aussitôt éjectée dans une aide sociale perpétuelle.

« C’est étrange … si on avait éjecté l’un de mes parents du dôme, je ne sais pas si j’aurai réussi à m’en remettre. Et si j’aurai même réussi à pardonner à la personne responsable de ce bannissement. Je suis désolée pour toi Ven. Je suis désolée pour tout ce qui t'est arrivé. Vraiment. »

Son regard dans le sien, sa main sur la sienne, Julyah paraissait suspendu dans un autre espace temps. Une dimension où elle n’entendait plus les cris agonisants des autres patients dans un couloir encombré, ni ne ressentait la chaleur poisseuse de la chambre ou les odeurs nauséabondes des malades de l’hôpital. Elle était simplement là, assise à côté de lui. Oui, tout simplement.

@Ven Bishop

_________________
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Il n'était même pas sûr d'être en vie puisqu'il vivait comme un mort. Moi, j'avais l'air d'avoir les mains vides. Mais j'étais sûr de moi, sûr de tout, plus sûr que lui, sur de ma vie et de cette mort qui allait venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t666-helion-julyah-haroys-sois-bon-et-dieu-te-le-rendra http://www.afterdawn-rp.com/t657-julyah-haroys-terminee

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Small circumstances produce great events. [04/02/2473]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Small circumstances produce great events. [04/02/2473]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: Helion :: Niveau 0 :: Dispensaire-