AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Informations RP

Φ Nous sommes en 2481
Φ Chapitre I en cours
Φ Rejoignez Reiver !
Φ Privilégiez les rôles attendus
Informations HRP

Φ Retrouvez AD sur Bazzart et PRD
Φ Collectionnez les trophées
Φ Devenez parrain ou filleul !
Φ Prochaine MàJ le Le 02/08
Personnages

41 joueurs
62 personnages
29 Hommes
33 Femmes
Helion 18 hab.
Reiver 17 hab.
Steros 15 hab.
Extérieur 10 hab.

Partagez | 
 

 Les lois de l'Univers [18/02/2481]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros



Messages : 350
Médaillons : 1810

Crédits : SIGYN.
Avatar : Katheryn Winnick
Présence : régulière

Pseudo : peregrin



Steros • Civil



 Sujet: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Mar 27 Fév 2018 - 23:20

Les lois de l'Univers

avec @Amuk Rahir


Certains disent qu’il existe deux sortes de personnes en ce monde. Les prédateurs. Et les proies. Si Hécate n’avait jamais cru en cette théorie bipolaire, force lui était d’admettre qu’hypothétiquement appliquée, elle n’aurait pas pu poser le moindre petit orteil dans la première catégorie. Au regard de sa vie, la jeune cultivatrice devait être honnête. Apprendre l’art du camouflage et fuir quand cela ne suffisait pas n’était pas l’apanage d’un cerveau reptilien mais celui d’un règne animal au régime alimentaire ras des pâquerettes. Mais si à tout lapin était donné la vitesse et la chair tendre, une survie millénaire les avait également doté d’un instinct infaillible, celui de la peur. Qui, contre toute attente, s’avérait être un puissant radar à ennui. Il permettait à Hécate, face à cet homme qui prenait en place deux fois sa largeur et une demi fois sa taille d’être persuadée que malgré son air franc, ces mèches blond vénitien dissimulaient la matière grise d’un prédateur. Ok cet instinct, et le fait d’avoir été brancardée deux heures auparavant.

Ils se trouvaient tous devant les ruines du potager. Le nouveau, deux protecteurs et Hécate. Après l’avoir questionné puis lui avoir alloué une place dans l’un des bâtiments en dur où chacun logeait depuis le tremblement de terre, ils l’avaient amené ici. Le temps pour lui de poser affaires et corps avant sa rencontre avec son gardien, c’est à dire elle. A partir de maintenant, c’était à Hécate de se charger de ce grand gaillard qu’elle toisait d’un œil incertain. Lui faire visiter le campement, lui expliquer son fonctionnement, et sous couvert de ces journées découvertes, en apprendre d’avantage sur lui et monitorer son intégration.

Hécate avait l’habitude de prendre sous son aile les nouveaux arrivant. Réfugiée depuis huit années, elle avait acquis de par son ancienneté et sa fonction, un statut respecté au sein du campement. La confiance qu’on accorde à ceux qui vous mettent la cuillère dans la bouche sans doute. Steros avait beau être un lieu d’accueil pour toutes âmes perdues désirant se reconstruire, elle n’était pas aveuglée par l’altruisme au point de bousculer le fragile équilibre construit. Toute âme avec une noirceur trop prononcée et récitant le pater à l’envers était fermement conduit vers la sortie. Et Hécate l’avait fait sans état d’âme. Elle savait être louve quand il le fallait. Attendrie devant l’innocence, crocs sortis devant la menace.

Alors que les deux gardes s’éloignaient, la jeune femme prit les devants et se présenta, resserrant le châle coloré autour de ses épaules, subtile tentative pour éviter tout contact physique.

« Bonjour Amuk, je m’appelle Hécate Vesper et je serais ton binôme à Steros. Si tu as la moindre question, le moindre problème d’ordre matériel ou humain, fais m’en ouvertement part et à nous deux, nous trouverons la solution. Si tu n’es pas trop fatigué, on peut commencer par un tour du propriétaire. »

Sans doute était-ce la tension mais elle venait de débiter d’une traite sa tirade sans feindre l’identité de son binôme, ne lui laissant de fait, aucune chance de se présenter par lui-même. Avait-elle peur que son nom sorti de sa propre bouche ne distille les vapeurs soufrées de son passé ? Malgré cela cependant, sa voix était restée douce, intraitable Hécate que la vie prend au défi de survivre avec le sourire. Presque symboliquement, elle lui ouvrit la barrière derrière laquelle elle était restée campée pour lui ouvrir l’accès au potager.

« Seuls les personnes autorisées à travailler ici peuvent entrer. Et toi à présent, si tu as besoin de me trouver. » Elle eut un léger sourire avant de le laisser faner.

« Je gère la totalité des trois hectares alloués à l’agriculture dans le campement. Et comme tu peux le voir les derniers évènements n’ont pas joué en notre faveur.»
La terre qui s'étalait sous leurs yeux ressemblaient plus à un terrain miné par une guerre de taupes séculaire qu'à un potager. Au tremblement de terre et à la pluie acide, peu avait survécu, au froid glacial le reste avait trépassé. Avec l'aide des ouvriers du campement, le sol avait été tapissé au maximum de paille, plastique, et tout autres semblants de couverts pouvant protéger le sol de la morsure des gelées, mais les dégâts étaient innombrables. Passant par dessus une barrière effondrée, Hécate ne put s'empêcher de demander.

«Comment…  est-ce… à l’extérieur ? »

Entamant une marche lente le long des champs, la jeune femme croisa vaguement le regard d'Amuk, sincèrement concernée. Voir son potager partir en fumer l’avait détruite. Mais qu’en étaient-ils de ceux qui avaient perdu bien pire et que personne ne venait relever. Était-ce pour cette raison qu’Amuk était venu à Steros ? Car il n’y avait bien que deux choses qui amènent les hommes de son envergure au campement de réfugiés, les remords et la solitude.

_________________

   
Rising
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Personnage
Occupation : En examen
Âge : 29 ans
Localisation : Steros

Messages : 20
Médaillons : 537

Avatar : Conor McGregor
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Marko



Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Lun 5 Mar 2018 - 7:53

Les lois de l'univers



Amuk avait erré pendant des semaines après le meurtre brutal de son amante. Des semaines dans un environnement hostile, froid, sombre et à peine respirable depuis que la montagne avait explosé. Des semaines à prier le désert qu’il avait quitté de lui donner la force de continuer à vivre. De lui prêter de sa chaleur. De le pardonner pour le quasi fratricide qu’il avait commis. Les hommes qu’il avait tué étaient comme ses frères après tout. Morts de s’en être pris à une étrangère dont le feu avait brûlé le cœur de l’esclavagiste. Amuk s’était sincèrement cru abandonné par cette force puissante qui guidait sa vie, modelait le destin des hommes et donnait son immortalité au désert. Les abris étaient peu nombreux sur son chemin et si Sheyla lui avait à plusieurs reprises parlé d’un bastion de paix et de sûreté, ils n’en avaient jamais su la localisation exacte.

Finalement, se furent les éclaireurs de Steros qui le trouvèrent, transi et affamé par le manque de gibier. Ils l’emportèrent jusqu’à leur campement, qui se révéla avoir souffert également des récentes intempéries, puis ils lui posèrent quelques questions avant de lui indiquer qu’il logerait avec un de leur nouveau venu le temps qu’ils construisent sa propre habitation. Cependant, cette série de questions sur son passé ne fut pas la finalité de son intégration, contrairement à ce qu’il pensait. Il allait devoir faire ses preuves auprès d’une personne à laquelle on ne tarda pas à le conduire et qui se révéla être une jeune femme blonde à l’air tendu. Les deux gardiens à l’allure martiale qui l’encadraient jusque là le laissèrent alors seul avec elle, uniquement séparés par une barrière qui délimitait un terrain recouverts de débris, pailles et plastique.

Les yeux de l'homme se baladèrent un instant sur les terres ravagées par l’explosion de la montagne, puis revinrent se poser sur la blonde, l’examinant comme si elle n’était rien de plus qu’une potentielle marchandise. Avoir été chasseur d’homme pendant si longtemps lui avait laissé des habitudes, mais aussi des aptitudes à évaluer superficiellement ceux de son espèce. Sa nouvelle surveillante n’avait pas l’attitude d’une guerrière, ni même d’une combattante, et si sa façon de le regarder pouvait donner l’impression qu’elle se mettait à pied égal, voir supérieur à lui, il lui semblait que montrer les crocs suffirait à la faire trembler.

Cependant, Amuk était loin de vouloir réaliser ce genre de bêtises. Saisi par le froid qui régnait toujours, il tremblait. Ses bras étaient croisés sur son torse puissant, mais plutôt que d'y voir un défi, on devinait une vaine tentative de garder pour lui le peu de chaleur que lui accordait son manteau de fortune. Il avait davantage l’air d’un chiot abandonné que du terrible chasseur d’homme qu’il était quelques mois plus tôt. Une distinction qui jouerait sans doute en sa faveur pour son intégration, malgré la méfiance qu’il percevait dans tout le langage corporel de la jeune femme en face de lui. Elle ne lui laissa d’ailleurs pas l’occasion de se présenter, préférant lui indiquer immédiatement qu’elle connaissait nom et sous entendant qu’elle avait eu vent de l’histoire servie aux protecteur.

-Bonjour Hécate, il hésita un instant avant de poser sa question. À quoi sert un binôme ici ?

On ne lui avait presque rien dit, en dehors des mise en garde d'usage. Il ne sera pas toléré qu’il fasse du mal à qui que ce soit dans Steros. Il ne sera pas toléré qu’il reprenne ses activités de marchand d'esclaves. Il ne sera pas toléré qu’il sorte sans y avoir été invité pour le moment. Il avait menti en assurant ne pas avoir eu le choix, ne jamais avoir aimé ça. On l’avait cru. Il n’échapperait pourtant pas à la surveillance imposée dans les premiers temps. Frissonnant, il passa la porte qu’on venait de lui ouvrir en soufflant sur ses mains pour les chauffer, avant de se frotter les bras.

-Les plantes sont fragiles, elles ne poussent ni dans le désert, ni dans le froid, dit-il en claquant des dents. Comment faites vous pour nourrir le campement depuis la grande obscurité ?

C’est ainsi qu’il avait appelé le phénomène qui avait plongé son monde dans le noir et l’étouffement, quelques semaines plus tôt. Sans lumière, sans eau potable, les plantes avaient décrépi dans la nature. Il imaginait sans mal les dégâts causés sur de si fragiles plantations. Il imaginait moins comment une si grande communauté pouvait survivre sans vivres.

-L’extérieur c'est… terrible. Le gibier a fui. La terre est couverte de poussière. Il faut creuser pour les racines et même elles sont contaminées par les mauvaises pluies. Ses tremblement s’accentuèrent. Et il y fait si froid…

Ses yeux se plantèrent dans les siens un instant. Dans son regard on pouvait voir les épreuves passées pour survivre, la difficulté que ces derniers jours avaient représenté pour lui, mais aussi la détermination enragée qu’il avait su déployer pour survivre. Amuk avait survécu. Pour lui. Pour Sheyla, aussi. Cette femme aurait elle montré autant de méfiance devant la jeune femme qu’il avait fini par aimer ? Cette question resterait à jamais sans réponse, aussi il se contenta de détourner les yeux pour observer d’un air désolé le reste des plantations qu’ils parcouraient d’un pas raide.

-Ici aussi, il fait froid, nota-t-il dans un souffle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t941-amuk-looking-for-redemption
avatar

Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros



Messages : 350
Médaillons : 1810

Crédits : SIGYN.
Avatar : Katheryn Winnick
Présence : régulière

Pseudo : peregrin



Steros • Civil



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Mer 14 Mar 2018 - 21:20

Les lois de l'Univers

avec @Amuk Rahir


Il grelottait, c’était un fait. Toute cette masse de muscles ne lui était d’aucune aide contre le froid qui s’abattait depuis quelques semaines sur les terres alentours. Cherchait-il à inspirer sa pitié ? A provoquer chez elle cette empathie qu’il sentait poindre en elle. Hécate connaissait les gens de son espèce. Ces chercheurs de fêlures, ces exploitants de débris de glace qui croyait en exacerber l’éclat en le brisant en mille morceaux. Son regard sur elle avait beau la faire frissonner de l’intérieur, elle se força à rester de marbre, quitte même à soutenir son regard, lui signifier son désaccord alors qu’il la soupesait sans l’ombre d’un remord. Alors, à combien de piécettes trébuchantes m’évalues-tu charognard ? Se retint-elle de lui dire. Etait-ce par seule habitude qu’il agissait ainsi ? Dans tous les cas Hécate était certaine que de son côté, jamais elle ne s’habituerait à être dépouillée de son humanité de la sorte, et qu’elle s’y opposerait, sans cesse.

Elle n’avait pas vraiment poussé pour devenir le binôme d’Amuk, ou si peu... Mauvais endroit mauvais moment comme on dit. Elle était venue voir Zorhan quand elle était tombée sur l’arrivée remarquée du colosse. A vivre à Steros depuis quelques années, on apprenait à reconnaître chaque visage, si bien qu’une nouvelle plante dans les environs ne passait jamais inaperçue. Cela faisait plus d’un an qu’elle n’avait pris aucun nouvel arrivant sous son aile. Pas par manque de volonté… elle avait toujours apprécié guider les réfugiés vers une nouvelle vie, leur montrer qu’un endroit plus sûr existait. Que les nuits à la belle étoile à ne dormir que sur une oreille n’était pas la seule définition du repos, ni celui de l’éternel d’ailleurs. Mais le potager l’avait tant accaparé et les volontaires étaient si nombreux qu’Hécate n’avait pas eu besoin de se justifier. Pourtant celui là faisait tant l’unanimité que son cercle d’adeptes se réduisit au premier habitant passant la porte de l’intendance… en l’occurrence Hécate.  Après un bref topo de son interrogatoire, la jeune femme avait accepté. Et en tentant de percer la verrière opaque qui servait de regard à Amuk, elle se demandait encore pourquoi.

« Quand on a vécu longtemps à l’extérieur et qu’on a appris ses lois, il est parfois difficile de s’adapter aux règles d’une communauté comme Steros. Le binôme est là pour guider le nouvel arrivant à travers le camp, à faire ses marques, et à ne pas faire de bévue qui risquerait d’en ralentir la cadence. Il est là également pour lui faire découvrir les différentes activités possibles et le guider vers celle qui l’aidera à s’épanouir tout en servant la communauté. »
Elle faillit laisser échapper la question qui lui serait venu naturellement avec tout autre réfugié mais se retint. On ne demande pas à un esclavagiste à quoi il est bon… sous risque d’en comprendre trop aux travers des compétences citées. Lui laissant passer le seuil du potager elle eut un soupir sincère à la question d’Amuk.

« C’est impossible… il nous reste des provisions heureusement pour tenir quelques mois et plus avec le rationnement, et une partie de la serre mais si le froid persiste il faudra trouver d’autres solutions. » Les quelques bâches au sol ne suffiraient pas à protéger la terre du manteau cristallin qui s’étendait tout autour. Ils longèrent les champs, marchant tantôt sur la terre gelée, tantôt sur des planches placées ça et là aux endroits où les crevasses trop profondes causées par les pluies n’avaient pas pu être égalisées. Les mots d’Amuk touchèrent la jeune femme exactement là où il le fallait. Elle imaginait sans mal les vastes étendues vides de vie, la mort semée par les cendres et l’orage acide. Elle fut captée par ce regard profond, avide de lui révéler le désespoir du dehors et l’oasis que représentait pour lui un lieu comme Steros. Pourquoi lui… se demanda Hécate. Pourquoi un homme comme lui vivait quand d’autres mourraient ? Pourquoi à travers ces yeux, elle comprenait qu’être un survivant voulait dire être prêt à tout, tuer son prochain y compris ? Il était à l’opposé de sa vision du monde. Et pourtant, alors qu’il renouvelait cette fois clairement sa transformation prochaine en homme de neige, Hécate délassa son châle pour le lui passer dans un froncement de sourcils. De une, une chaude blouse l’attendait deux pas plus loin et cette carrure là n’y rentrerait pas, de deux… Le monde qu’elle avait entraperçu l’avait effrayée certes, mais la jeune femme avait une telle foi en la vie qu’elle se transformait souvent en une croyance enfantine d’une destinée commune. Que cet homme ait survécu à tant d’épreuves et qu’il ait croisé son chemin était un enchevêtrement trop bien tissé pour être ignoré.

« Prends le, nous passerons te chercher des vêtements plus chauds ensuite. Je n’ais encore fait mourir personne sous ma protection. Tu serais une première. » elle eut un sourire à peine voilée avant de sentir le frisson d’Amuk contaminer ses propres muscles. L’enjoignant à accélérer l’allure ils arrivèrent bientôt à hauteur d’une grande serre en piteux état. Elle prit soin, sur le parcours, de lui expliquer la pseudo hiérarchie qui régnait au sein du campement, ou tout du moins le rôle du  guide, de l’intendance, des protecteurs. Elle finissait de lui expliquer que tous autres habitants que les protecteurs ne pouvaient sortir de l’enceinte de Steros que sous bonne garde et raisons quand ils franchirent dans un courant d’air de chaleur le pas de la serre. Il y régnait encore une relative douceur mais là encore, les dégâts étaient sans nom. Une poignée de personnes s’afféraient à réparer les trous béants causés par la pluie et ils relevèrent la tête avant de se remettre au travail, partagés entre le sérieux dû à la présence de leur coordinatrice et celle de cet étrange colosse au poncho coloré. Hécate attrapa un manteau chaud sur le revers d’une bêche plantée, omettant de sortir de sous les débris un deuxième qui aurait parfaitement convenu à Amuk. Un peu de couleurs le lui rendait sans doute légèrement plus sympathique.

« J’aurais besoin de bras dès demain pour continuer les réparations. Penses-tu être d’attaque ? ». Un hennissement lointain leur répondit et les yeux de la jeune femme se dirigèrent vers l’est.

« Prochaine étape les écuries.  A moins que tu ais des questions ? »
Deux interrogations en si peu de temps alors qu’elle n’avait cessé de les empêcher. Hécate attrapa deux pommes rabougries dans une cagette, doutant qu’on ait pris la peine avec les derniers évènements, de nourrir ce grand gaillard, elle les lui lança, testant ses reflexes par la même occasion. Ce n’était pas la hache de guerre, mais c’était un début.


_________________

   
Rising
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Personnage
Occupation : En examen
Âge : 29 ans
Localisation : Steros

Messages : 20
Médaillons : 537

Avatar : Conor McGregor
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Marko



Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Lun 19 Mar 2018 - 9:48

Les lois de l'univers



Amuk n'eut pas besoin de plus de précision pour comprendre que le principe de binômes, aussi bien pensant qu'elle le décrivait, servait surtout à surveiller les nouveaux arrivants pour qu'ils ne fassent pas de mal à la communauté. Quant à l'idée de s'épanouir en aidant la communauté... bah ! Il ferait les efforts qu'il avait à faire. Il devait le faire. Il espérait aussi sincèrement trouver une sorte de repos ici, une paix intérieure qui lui ferait oublier à la fois l'homme qu'il avait été et la femme qu'il avait aimé. Repartir à zéro avec des inconnus, dans l'abri relatif que pouvait représenter cet endroit. Amuk pouvait le faire. Il devait au moins essayer. Pour elle.

Franchissant la porte du potager, Amuk s'inquiéta de l'état des lieux auprès d'Hécate, qui lui confirma ce qu'il pensait au premier abord. L'endroit avait été frappé durement par les différents cataclysmes qui avaient secoué la Terre, récemment, ne laissant absolument pas suffisamment de cultures en forme suffisante pour permettre à tout le camp de se nourrir. Ils allaient devoir trouver un plan de secours rapidement, sans quoi la fin des rationnements n'annoncerait rien de plus que la fin du rêve que représentait l'endroit. La famine était un fléau qui savait comment déchirer l'âme même des plus avertis. Ça n'était pas ce que Amuk souhaitait à cet endroit. Il suffisait de voir l'accueil méfiant, mais au moins poli de son nouveau binôme pour savoir que les habitants de Steros n'étaient pas mauvais, qu'ils ne méritaient sans doute pas ce qui leur arrivait.

Marchant précautionneusement là où elle marchait elle-même pour ne rien abîmer de plus, il fit en sorte de satisfaire sa curiosité sur l'état des choses à l'extérieur. La situation ici était mauvaise, mais ça n'était rien comparé à ce qu'il avait dû subir, ces derniers jours, avant d'arriver ici. Seul et sans ressources, il avait commencé à céder au désespoir lorsque les guetteurs de Steros l'avaient retrouvé, grelottant dans le froid et à moitié affamé. Voilà ce qui attendait la plupart des habitants du campement s'ils ne trouvaient pas une solution pour la nourriture, rapidement. Relevant enfin le fait qu'il n'était pas adapté pour une telle température, Hecate se débarrassa de son châle pour le lui donner, et il ne se fit pas prier pour s'envelopper dedans.

-Merci, réussit-il à se souvenir de dire avant d'accélérer le pas.

Maintenant, c'était elle qui avait froid, mais c'était son choix, pas celui d'Amuk. Leur rythme de marche plus rapide leur permis de se réchauffer un minimum alors qu'elle lui expliquait comment les choses fonctionnaient ici. Elle lui décrivit les rôles idéalistes du guide, de l'intendance et des protecteurs, avant de lui expliquer que personne n'avait le droit de quitter Steros en dehors de ces derniers. Cette information fit froncer les sourcils à Amuk, qui se raidit alors qu'ils passaient la porte d'une serre en mauvais état. Personne ne pouvait sortir ? Il dévisagea un instant les quelques personnes qui s'affairaient à colmater les trous dans le toit avant de reporter son attention sur Hécate, qui s'était trouvée une veste. Des travailleurs qui n'avaient pas le droit de quitter le camp. La pauvreté. Le rationnement. Plus il y regardait de près, plus Amuk voyait de similitudes entre ces gens et les esclaves qu'il vendait autrefois au plus offrant. Cette idée le fit hésiter un peu avant de répondre, s'accrochant à l'idée que Sheyla avait de cet endroit.

-Tant qu'on me dit quoi faire, je peux le faire, confirma-t-il finalement.

Au premier hennissement qui lui parvint, Amuk tourna brusquement la tête vers l'origine du bruit, manquant de rater la pomme que Hécate lui lança. N'attendant pas qu'elle lui montre le chemin, il sortit de la serre, mais resta soigneusement sur le pas extérieur de la porte, une main accrochée à la chambranle pour s'empêcher d'aller plus loin. Les chevaux, voilà au moins quelque chose qui lui était familier. Tournant une nouvelle fois la tête vers Hecate, il s'adressa à elle, ne pouvant dissimuler l'espoir dans sa voix.

-Vous avez des chevaux ?

Il attendit qu'elle le rejoigne pour mordre dans sa pomme, visiblement pressé de se rendre aux écuries qu'elle lui faisait miroiter, malgré le froid qu'il retrouva en dehors du bâtiment. Amuk adorait les chevaux. Il avait littéralement grandi sur un cheval. Il n'y avait pas meilleur exemple de servitude d'une bête pour l'Homme, mais il n'y avait également pas meilleur exemple d'alchimie que celle qui unissait un cavalier avec son chevaux. Les chevaux étaient utiles lorsqu'il s'agissait de rattraper des esclaves en fuite, ou de parcourir de longues distances sans trop se fatiguer, mais ils étaient aussi les compagnons en qui Amuk avait le plus confiance. Bien plus qu'en ses collègues de l'époque en tout cas. Devançant les questions qu'elle pourrait vouloir lui poser, il précisa :

-Je m'entends très bien avec les chevaux. J'ai appris à monter et à dresser quand j'étais enfant. J'ai passé plus de temps sur un cheval que sur mes deux jambes, je pense.

Qu'elle fasse ce qu'elle voulait de cette information, en attendant il se retenait simplement de ne pas la dépasser pour foncer seul vers l'est, la direction d'où lui étaient venus les hennissements. Cependant, une question lui restait. Une question qui l'inquiétait.

-Pourquoi vous n'avez pas le droit de sortir ? Est-ce que vous n'êtes pas libres ?

Amuk était un enfant du désert. Il avait connu les immensités désertiques, la liberté de se rendre où il le voulait, quand il le voulait, de ne pas avoir de contrainte, de ne jamais dormir au même endroit. L'idée même d'être non seulement sédentaire, mais également contraint à ne pouvoir quitter les murs de Steros l'inquiétait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t941-amuk-looking-for-redemption
avatar

Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros



Messages : 350
Médaillons : 1810

Crédits : SIGYN.
Avatar : Katheryn Winnick
Présence : régulière

Pseudo : peregrin



Steros • Civil



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Ven 30 Mar 2018 - 22:57

Les lois de l'Univers

avec @Amuk Rahir

Les paroles d’Amuk réveillaient en elle des sentiments presque oubliés. Après huit ans à vivre dans le confort, on s’y habitue. Vite, très vite. On oublie les mois de privation, les exodes forcés, les nuits sans sommeil. La sécurité a de cela qu’elle est si tentante qu’on serait prêt à tout oublier, tout donner pour la posséder. En échange, on accepte d’être dépossédé de ses instincts premiers, et d’une liberté de mouvement seulement régie par ses envies. On échange l’apparat d’une cigale contre l’habit de la travailleuse fourmi. Arriver jusqu’à Steros n’avait jamais été facile. Hécate en avait payé un lourd tribu. Mais y arriver seul, avec pour unique compagne le désespoir et comme ombre une mort rôdeuse n’avait rien d’enviable. Il avait de la chance. Beaucoup de chance que les éclaireurs du bastion patrouillent plus loin que leurs limites habituelles. Le campement avait perdu toute une équipe lors du tremblement de terre, et à ce jour encore elle demeurait introuvable. Sans envoyer ses hommes à la mort, il avait été décidé d’élargir les recherches, et Amuk était tombé dans leurs filets. Son visage portait les traces de la gelée et de la privation et Hécate nota sans lui en faire part de prendre le temps de lui confectionner un baume à base de graisse pour ses engelures.

Bien qu’elle eut remarqué le temps d’arrêt de son binôme à la mention de restriction de sortie, elle fit semblant de ne rien voir. Une fois à l’intérieur de la serre, une chaude veste sur ses épaules et deux pommes logées dans les mains de son invité, elle prit un moment pour évaluer l’avancée des travaux, attrapant du bout des doigts un morceau de tissu qu’elle entreprit de mieux colmater au niveau de la brèche qui lui léchait le visage. Lorsqu’elle redressa la tête Amuk était déjà sur le pas de la porte, à la presser de questions sur les chevaux. Son attitude avait imperceptiblement changée à la mention des animaux et Hécate ne put s’empêcher de s’approcher de lui, soupesant ce regard sombre où un rai de lumière était apparu. D’une main vers l’extérieur elle l’empressa de passer le pas en secouant lentement la tête.

« En effet nous avons quelques chevaux. Ils sont rares, c’est pourquoi nous y veillons comme à la prunelle de nos yeux. » De nouveau elle hocha la tête à ses dires. Elle connaissait des tribus de réfugiés passés maitre dans l’art du dressage équin. Jamais son peuple n’en avait eu, ils s’étaient toujours déplacés à pied. Mais elle en avait déjà vu, et avait été subjuguée par leur allure racée, altière, et cette intelligence en dépit de leur domestication. Malgré leur allure rapide, elle pouvait sentir l’impatience d’Amuk à ses côtés. Bien que sa méfiance à son égard fût intacte, elle accomplissait son rôle de binôme à la perfection et enchaina sur la géographie des lieux. L’infirmerie, la place centrale, les habitations, les bureaux, alors qu’il se dirigeait vers les écuries.  

Le malaise qu’elle avait senti chez Amuk quelques minutes auparavant à l’entrée de la serre ressurgit et Hécate tenta de répondre du mieux qu’elle le pouvait.

« La plupart des habitants de Steros savent à peine se battre et ont trouvé en ces murs un refuge qu’ils peuvent appeler leur chez soi sans vouloir aller plus loin. Il serait dangereux pour eux et pour Steros de laisser chacun vagabonder au delà du bastion. Pour ceux qui le désire cependant et qui ont les compétences requises pour se débrouiller à l’extérieur, les patrouilleurs sont un bon choix. Tu devras rendre des comptes certes, mais tu pourras sortir… si ça te tient vraiment à cœur. »

Sur ce point elle ne pouvait que le comprendre. Son traumatisme l’avait empêché de sortir pendant huit ans. Mais lorsqu’elle avait enfin franchit le pas, l’air de l’enceinte de la ville avait eu ce goût vicié et l’appel avait été trop fort. Elle se rappela alors sa réponse pour le moins platonique quand elle lui avait demandé s’il se sentait prêt à travailler et Hécate ne put s’empêcher de laisser sa curiosité prendre le dessus.

« Qu’est tu venu chercher exactement à Steros ? » Ils arrivaient aux abords des écuries et l’odeur encore présente du foin et des animaux leur sauta aux narines. De belle taille, l’enclos séparait vaches et équidés au nombre d’une petite dizaine. Etrangement, il n’avait pas subi d’aussi gros dégâts que le reste du campement. La clôture avait tenu bon et seules deux stalles faisaient grise mine. Eagon, le bâtisseur de Steros les avait fait en un bois plus solide pour empêcher les animaux de s’échapper, et cela avait payé. Les chevaux trottèrent instinctivement à leur rencontre et Hécate croisa les bras, restant en retrait alors qu’elle observait Amuk  s’approcher des bêtes. Les avoir vu à Steros à son arrivée l’avait ravie, mais elle gardait pour ces animaux une appréhension novice à les approcher.  



_________________

   
Rising
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Personnage
Occupation : En examen
Âge : 29 ans
Localisation : Steros

Messages : 20
Médaillons : 537

Avatar : Conor McGregor
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Marko



Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Sam 9 Juin 2018 - 21:16

Les lois de l'univers



Amuk suivait Hecate sans la dépasser malgré son impatience et essaya de prêter attention à ce qu'elle lui disait. C'était important. Peu de chevaux, comme on pouvait s'y attendre, mais bien soignés. Il imaginait sans peine les problèmes de ressources qu'une communauté aussi grande, mais aussi pauvre pouvait rencontrer, aussi il était déjà étonnant qu'ils aient pris la peine d'en apprivoiser. Pour qu'un cheval soit en bonne santé, il fallait pouvoir subvenir à des besoins important, sans parler des soins éventuels et déléguer des gens pour s'en occuper tous les jours.

Elle lui expliqua la disposition de Steros, puis eut l'air de choisir ses mots pour répondre à sa question suivante, concernant les droits de quitter le camp à sa guise ou non. Peu de gens savaient se servir d'une arme, ne cherchant que la protection des murs de l'enceinte et étaient pleinement satisfaits de rester coincés intra-muros. Ce qui n'était pas son cas. Elle lui fit alors comprendre que laisser des habitants sortir serait dangereux, à la fois pour eux et pour Steros et que seuls les patrouilleurs avaient donc l'autorisation de quitter l'enceinte du camp.

Cette information ne fit que refermer un peu le visage de l'homme du désert, qui voyait toujours plus de ressemblance entre la situation des réfugiés et celles des esclaves. Ils avaient affaire à un pénitencier géant et ne semblaient même pas s'en rendre compte. Sheyla, comme tu aurais été déçue... Ou peut-être ne l'aurait-elle pas été ? Il se rappelait de ses tendances à idéaliser tout ce qui pouvait l'être, à chercher à voir le meilleur, même en lui, lorsqu'il n'y avait pas. La vie ici lui aurait sans doute bien mieux convenu que l'existence de nomade à laquelle il l'avait contrainte. Cependant, Amuk était réticent à l'idée de subir ce qu'il avait imposé à tant d'autres que lui.

Lorsqu'ils arrivèrent en vu de l'enclos, il se força pourtant à faire le calme dans son esprit, chasser le doute, la colère latente qui sommeillait toujours en lui. Il se força également à ralentir le pas, conscient que les bêtes seraient plus nerveuses de voir quelqu'un approcher rapidement. Ce changement d'allure eu l'avantage de lui permettre de s'arrêter assez rapidement lorsque Hécate lui posa sa question.

-La paix. La sécurité. Une situation plus stable que celles que j'aurais pu avoir à l'extérieur, énuméra-t-il. Qu'est-ce que tu as cherché en venant ici ? Lui demanda-t-il alors.

Son regard intérogatif resta un instant sur elle avant qu'il ne reprenne sa marche pour s'approcher des chevaux, remarquant qu'elle restait en retrait alors qu'il s'accoudait tranquillement à la barrière. Les grands mammifères s'approchèrent alors, par curiosité et Amuk sourit en leur tendant une main dans laquelle une bonne moitié de sa pomme restait. Le plus rapide l'aurait. À celui-ci, il se permit de tendre l'autre main pour le toucher, puis le caresser avec douceur. Son estomac grondait toujours, mais dès l'instant où il avait su qu'il y avait des chevaux, il avait prévu de partager son maigre repas avec l'un d'entre eux. Il se tourna vers Hécate, toujours derrière lui et haussa un sourcil.

-Tu ne viens pas les saluer ?

Encore une fois, il l'observa. Les bras croisés, le corps droit, mais le regard attentif. Elle n'avait pas particulièrement envie de venir voir les chevaux, mais n'hésiterait pas à s'élancer vers lui en cas de problème d'un côté ou de l'autre de la barrière, sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t941-amuk-looking-for-redemption
avatar

Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros



Messages : 350
Médaillons : 1810

Crédits : SIGYN.
Avatar : Katheryn Winnick
Présence : régulière

Pseudo : peregrin



Steros • Civil



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Dim 17 Juin 2018 - 12:43

Les lois de l'Univers

avec @Amuk Rahir

Sans en avoir l’air, Hécate observait le visage buriné de l’homme à ses côtés. Epiant discrètement l’impact de ses mots sur celui dont la présence ici ne dépendrait que de son bon vouloir. C’était une responsabilité que la cultivatrice ne prenait pas à la légère. Et en lisant le froncement de sourcils d’Amuk à sa description du campement, elle en tirait immédiatement des interprétations. Il n’aimait pas ce qu’il entendait. Il n’aimait pas se sentir environné de murs. Ne les considérait pas pour ceux qu’ils étaient, une protection. Car pour des hommes que la puissance a servi, il est difficile de sentir un besoin quelconque d’être protégé.

Le rappel amer de son passé d’esclavagiste laissa des pensées insidieuses traverser l’esprit de la blonde cultivatrice. Lui soufflant que ces murs étaient bien plus grands que les cages dans lesquelles il devait enfermer ses victimes d’alors et qu’elle lui aurait bien fait passer une semaine dans les geôles des protecteurs pour lui faire apprécier la liberté de mouvement de Steros. Elle les chassa cependant dans les limbes de son esprit. Pas de conclusions, juste des interprétations, des portes multiples qu’elle se laissait pour l’instant le bénéfice de laisser entrouvertes.

Son regard sur elle, dur comme la pierre lui fit automatiquement ralentir le pas pour suivre le nouveau rythme d’Amuk. Quelque chose dans les mots qu’il énumérait ne lui convenait pas. Peut-être ne le croyait-elle pas tout à fait. Cherchait-il simplement un refuge temporaire à Steros, qu’il pourrait quitter dès les temps meilleurs revenus. Elle poussa cependant dans son sens, autant pour nourrir la conversation que pour défendre la communauté.

« Tu trouveras ces choses là à Steros. La stabilité, elle, te donnera le temps de trouver qui tu veux être, d’avoir le choix. Tu places peut-être la liberté de mouvement au delà de tout pour l’instant. La liberté de l’esprit l’est tout autant. »  Le retour de bâton la surprit et elle parut décontenancée un instant par sa question avant de s’autoriser à répondre.

« Je n’ai pas cherché Steros, c’est elle qui m’a trouvée. »  elle eut un sourire moqueur à sa propre emphase. Ses mains pianotant sur ses avants bras à mesure qu’elle observait Amuk s’approcher des bêtes.

« Mon clan a été attaqué il y a 7 ans, et j’ai été laissée pour morte. Les protecteurs de Steros m’ont retrouvé et accueilli. »  Elle s’arrêta là, sans plus de détails sur leurs agresseurs venus du Dôme ou sur le lien développé avec celui qui l’avait sauvé, Zorhan. Assez cependant pour satisfaire la curiosité d’Amuk. Ses yeux clairs suivirent ses mouvements alors qu’il s’adossait à la barrière, glissait un morceau de pomme dans la bouche du baie canasson jusqu’à poser sa main le long de son chanfrein. Comment un homme qui avait considéré ses frères comme des moins que rien pouvait se tenir devant elle, à caresser d’égal à égal un animal.

Sa question la tira de ses réflexions et elle avança lentement jusqu’à la barrière sans pour autant s’y adosser. Autant pour lui cacher l’appréhension qu’il avait sans doute décelée chez elle que pour observer d’un peu plus près ce phénomène étrange qu’était Amuk.

« Je te ferais rencontrer Leary Meehan, c’est elle qui s’occupe des chevaux ici. »  Les bras toujours croisés son regard suivi les naseaux soufflants de la bête qui remontait la manche d’Amuk, espérant peut-être trouver d’autres friandises.

« Qu’est-ce que tu leur trouves … par rapport aux hommes ? »  elle avait lâché sa question sans trop y réfléchir, étonnée de la relation quasi naturelle entre les deux êtres vivants quand elle-même se sentait remplie d’appréhension par rapport au nouvel arrivant.

_________________

   
Rising
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Personnage
Occupation : En examen
Âge : 29 ans
Localisation : Steros

Messages : 20
Médaillons : 537

Avatar : Conor McGregor
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Marko



Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Dim 17 Juin 2018 - 19:46

Les lois de l'univers



Elle lui confirme qu'il trouvera tout ce qu'il recherche à Steros avec une loyauté à toute épreuve. Un paradis cloisonné n'en est pas moins une prison. Une prison après laquelle Sheyla avait couru depuis sa propre captivité auprès de lui. C'est en y pensant en ces termes que Amuk se rendit à l'évidence. Même si elle avait eu l'autorisation de quitter Steros momentanément pour une courte expédition à l'extérieur, elle ne l'aurait sans doute pas fait, préférant de loin la sécurité que lui procurait les palissades qui protégeaient le bastion. En serait-il de même pour lui ? Il n'était plus en groupe désormais. Il n'était plus protégé par le nombre, par l'efficacité complémentaire d'autres que lui. En chemin ici il avait déjà croisé la route de miliciens et n'avait pu compter que sur la bonté de l'une d'entre eux pour s'en sortir en vie. Il n'en serait pas toujours de même. Peut-être valait-il effectivement mieux rester enfermé à l'intérieur que de s'exposer inutilement à la mort pour le simple plaisir d'un galop à l'extérieur.

C'est un autre dilemme philosophique que lui posait donc cette réflexion. La sécurité contre la liberté, était-ce un marché trop dur à accepter pour un homme tel que lui ? C'était un marché que Sheyla aurait accepté sans aucune hésitation, un marché qu'elle aurait appelé de ses vœux, qu'elle aurait tout fait pour avoir une chance de passer. Un marché que sa blonde surveillante n'avait sans doute pas hésité à passer non plus, d'après ce qu'elle lui disait, bien que dans son cas, il y ai également une dette de vie sous-jacente qui jouait sur la fidélité qu'elle devait éprouver.

-J'imagine sans mal le soulagement que ça a dû être.

Lui-même avait été ramassé dans un état pitoyable par les éclaireurs de Steros. Il avait connu l'impuissance de voir un être cher mourir, mais également la détermination qu'il lui avait fallu pour abattre ceux qui avait été ses amis et partenaires. Tout ça pour rien. Tout ça pour être le dernier debout, à atteindre un enclos qu'il n'avait jamais véritablement cherché, à se poser des questions qui n'avaient pas lieu d'être. Évidemment qu'il valait mieux accepter ce que Steros proposait. C'était de loin la meilleure option pour ne pas mourir dans les prochaines semaines, que ça soit par la faim ou en tombant dans une embuscade tendue sur son chemin.

La présence des chevaux l'aidait à garder un certain optimisme quant à cette situation. Ils étaient un facteur important, quelque chose qu'il connaissait dans un milieu dont il ignorait tout. Beaucoup de gens. Beaucoup de stagnation. Des interactions, sans aucun doute, qu'il allait devoir se forcer à avoir sans dégoutter ses interlocuteurs. Il lui serait sans doute toujours possible de faire ses preuves, puis de chercher un compromis pour pouvoir sortir quelques fois. Sa rencontre probable avec celle qui s'occupait des chevaux devenait donc une épreuve qu'il devrait passer avec succès s'il voulait réussir à s'intégrer.

-J'aimerais beaucoup rencontrer cette personne, confirma-t-il alors, avant de lâcher un drôle de rire, guttural, comme s'il n'avait plus l'habitude d'émettre ce genre de son. C'est une question étrange. En tout cas, à poser à quelqu'un comme lui. Il n'y a pas de différence, à part l'intelligence, sans doute.

Il asservissait aussi bien les chevaux que les hommes après tout. Il fallait nourrir un cheval et le soigner pour qu'il reste en bonne santé, mais il en allait de même pour un esclave humain. Un cheval savait cependant accepter sa condition et les avantages qui en découlaient. La nourriture. Les bons traitements tant que le travail était bien fait. Un endroit en sécurité où vivre et dormir sur ses deux oreilles. Amuk se plaçait cependant à la fois au dessus des chevaux et des hommes. Il y avait ceux qui asservissaient et ceux qui étaient asservis. Amuk ne porterait jamais de mors ni de selle. Il choisit cependant de ne pas s'étaler sur la question.

-Toi, pourquoi regardes-tu les dresseurs de ces chevaux avec amitié, mais tu me dévisages comme un monstre sans cœur ? Ne sont-ils pas prisonniers, tout comme des esclaves ? N'ont-ils pas connu les plaines et le goût de la liberté ? Il ne la regardait pas vraiment en disant ça, continuant de donner de l'attention aux chevaux qui se trouvaient devant lui, cherchant à connaître ces grandes créatures. Est-ce qu'ils n'ont pas été capturés, puis dressés pour servir l'homme ? Il en toucha un autre, regrettant de ne pas avoir plus de pommes à leur donner. Ils sont bien traités, mais qui peut dire si au fond ils ne regrettent pas ce qu'ils ont connu quand ils n'avaient pas encore de fers ? Il tourna enfin son regard vers elle, cherchant à savoir si sa logique avait fait son chemin ou si elle se heurterait à un mur de déni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t941-amuk-looking-for-redemption
avatar

Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros



Messages : 350
Médaillons : 1810

Crédits : SIGYN.
Avatar : Katheryn Winnick
Présence : régulière

Pseudo : peregrin



Steros • Civil



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Dim 24 Juin 2018 - 13:17

Les lois de l'Univers

avec @Amuk Rahir

Avait-elle posé cette question au hasard ? Ou son subconscient lui soufflait-elle que quelque chose ne tournait définitivement pas rond dans ce tas de muscles où le plus vital manquait ? En posant cette question, elle était consciente de toucher le point sensible qui les opposait et les opposerait peut-être à jamais. Leary lui avait dit une fois que les chevaux sentent l’intangible, se dirigent vers ceux en qui ils peuvent donner toute confiance. Ce cheval devait être complètement inconscient, ou bien l’attrait de la nourriture lui avait fait oublier son instinct ? Toujours est-il que le sien d’instinct lui criait de se méfier de cet homme. Ses yeux devaient d’ailleurs trahir ses pensées car il toucha juste. Elle le considérait en effet comme un monstre sans cœur et ne fit rien pour le nier, se contentant d’observer son profil toujours dirigé vers les équidés.

Il y avait du vrai dans ce qu’il disait certes. L’homme avait dompté le cheval. C’était un fait, comme il l’avait fait du chien, cochon, poule et autres animaux qui trônaient à présent dans la basse cours de Steros. Et il était idiot de penser qu’il existait entre hommes et animaux, un accord tacite d’être nourris et logés puis mangés sans autre forme de procès. Elle coupa cependant net les envolées philosophiques de son protégé, sentant ses doigts fouiller le bois moulu de la barrière avec colère.

« Nous parlons d’êtres humains que toi et ton clan avait fait souffrir, utilisés pour bien plus que du simple travail manuel, considérés comme des moins que rien sans droit de parole pour satisfaire des besoins individuels sous couvert d’autres choses. »

Elle les connaissait, ces groupuscules prêts à vendre leur âme, à oublier la nature des frères qu’ils asservissaient pour un peu de nourriture. Son propre clan les avait évité comme la peste mais les histoires avaient circulé plus vite que le vent. La jeune femme se recula de la barrière, jouer à cette mascarade avec cet homme lui pesait.

« Alors ne t’avises plus jamais de me faire la morale sur ce sujet. Rien ne justifie ce que tu as fait. Rien. » Son regard chercha le sien, froid et dur, se demandant s’il avait un jour éprouvé ne serait-ce que de la compassion, bien qu’elle en douta. Il y avait une palette d’émotions que ce genre d’individu ne pouvait pas ressentir, et il aurait sans doute confondu de l’empathie à de l’admiration ou du respect s’il avait croisé son chemin.

Cette première rencontre tournait au vinaigre, et Hécate s’en rendait compte. Elle avait aligné tous les signaux pour s’y diriger, oubliant ses devoirs. Son but était de l’accompagner, pas de le provoquer jusqu’à composer un dossier en sa défaveur.

« Je dois te montrer le reste du campement, viens. » Sentant ses nerfs à fleur de peau elle se retourna, se soustrayant à la vue d’Amuk, se doutant qu’il la rattraperait de toute façon sans mal puisque jusqu’à présent, c’était elle qui trottinait à ses côtés. L’odeur du foin se dissipa, remplacé par les odeurs d’une fourmilière humaine en plein travail. Hécate indiqua tour à tour les cuisines, l’infirmerie, les bureaux administratifs et les différentes fonctions et pseudos règles de chaque lieu somme toute assez basiques. Si un problème survenait ou nécessitait un arbitrage, les bureaux de l’intentant et de la lieutenante étaient ouverts avec permission préalable. Le bloc des machines regroupait quelques bâtiments à l’écart où recherches et tests s’effectuaient.  Chacun avait le droit à une ration équilibrée au regard du travail à faire, restreinte en raison des derniers évènements. Les repas étaient servis à heures régulières au sein d’un vaste espace de tables allongées protégées par une pergola qui faisait aujourd’hui triste mine. Il était possible d’aller directement aux cuisines chercher sa portion si le travail ou l’envie vous prenait de rester seul. C’est par ce dernier lieu qu’Hécate termina sa visite et le fit asseoir sous la structure de métal branlant. Ces minutes à expliquer les lieux lui avaient permis de reprendre contenance et c’est d’un ton maitrisé qu’elle clôtura.

« J’ai fini la visite de Steros, maintenant tu peux me poser toutes questions qui n’ont pas encore de réponses à tes yeux. »

Elle s’obligea à plonger une nouvelle fois son regard dans celui d’Amuk, souhaitant être le plus franche possible vu qu’il semblait être capable de soupeser une personne rien qu’en lisant ses prunelles.

« Je veux que tu saches que quelque soit mon opinion… » elle se racla brièvement la gorge au souvenir de son emportement.
« … je resterais objective. Comme tu l’as sans doute compris je suis là pour t’aider à t’intégrer, mais aussi pour protéger Steros. Et tout le monde a le droit à une seconde chance. » une voix lui susurra un « je suppose » mais elle la fit taire.
« … et je ne m’opposerais pas à cela. » à part si tu fais une énorme boulette crièrent ses yeux clairs.

_________________

   
Rising
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom
avatar

Personnage
Occupation : En examen
Âge : 29 ans
Localisation : Steros

Messages : 20
Médaillons : 537

Avatar : Conor McGregor
Pseudo : Jojo
Multi-comptes : Marko



Out • Aspirant Steros



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Mer 18 Juil 2018 - 20:25

Les lois de l'univers



Les signes de colère étaient présents chez son accompagnatrice. Son discours, bien parfaitement logique et raisonnable, semblait la déranger à un point assez important pour qu'il commence à se faire ses propres théories sur les raisons de son énervement. Il ne croyait pas vraiment en la bonté humaine gratuite. Il avait connu suffisamment d'hommes et de femmes qui le traitaient de monstres, mais ayant simplement des vices différents des siens, pour savoir que le bien absolu n'existait pas. Il y aurait toujours une question de point de vu dans l'affaire. Celui d'Hécate était tout tranché, dans tous les cas. D'ailleurs, elle ne loupa pas cette occasion pour lui faire une leçon de morale qui ne lui fit ni chaud ni froid.

Ça dépend. avait-il envie de répondre. Lui-même avait effectivement préféré utiliser les esclaves pour assouvir ses besoins, ses pulsions, mais encore une fois, on forçait les chevaux à s'accoupler pour donner une meilleure descendance. Il ne voyait toujours pas la différence avec son exemple. Quand à certaines personnes, elle traitait les esclaves durement, mais pas autant qu'on le pensait. Un esclave en bonne santé est un esclave inutile. Un esclave mort est une perte d'argent et de bien incalculable. Personne ne ferait exprès de pousser un être humain lui appartenant jusqu'à un extrême trop dangereux. La vie humaine avait une valeur marchande trop précieuse pour ça. Tout comme les chevaux.

Cependant, au lieu de répondre, il adressa un sourire froid à sa guide lorsqu'elle le mit en garde contre la poursuite de cette conversation. Elle ne voulait rien entendre, soit. Elle avait les pouvoirs suffisants pour le faire taire et il respectait ça, bien qu'il n'en soit pas ravi pour autant. Après un instant de silence pendant lequel Amuk continua simplement de flatter l'encolure du cheval le plus proche, Hécate s'arracha à la barrière et déclara devoir lui montrer le reste du camp d'un ton brusque.

L'homme du désert la suivit donc, restant remarquablement sage pendant tout le reste de la visite, dévisageant les autres habitants du fort lorsqu'il les croisait, tâchant d'estimer à qui il avait à faire, qui seraient les fortes têtes, qui semblaient plus effacés, traumatisés, enregistrant également les lieux et les explications alors que ses yeux observaient en détail chaque endroit qu'elle lui désignait jusqu'à ce qu'ils finissent leur tour en s'asseyant à une grande table qui devait servir de lieu commun où les villageois mangeaient, lorsqu'il était temps. Elle lui assura alors qu'elle répondrait à ses questions et que quel que soit son avis sur le sujet, elle n'essayerait pas volontairement de l'empêcher de s'intégrer, malgré son avis visiblement négatif à son sujet. Très beau joueur de sa part. Amuk se pencha alors en avant, s'appuyant sur ses avant bras, sur la table et joignant ses mains entre elles pour répondre.

-Merci, lâcha-t-il simplement, d'un ton neutre.

Il regarda ses mains, puis détailla une nouvelle fois sa vis-à-vis sans rien laisser transparaître de ce qu'il pensait.

-Je n'ai pas de questions, il accusa un bref silence. Crois moi si tu me veux, mais je ne suis pas ici pour poser des problèmes. Je n'étais pas censé arriver seul ici. J'ai laissé derrière moi une vie à faire du commerce d'êtres humains pour chercher la rédemption dans les yeux d'une personne. Ses yeux ne quittaient pas les siens alors que le souvenir de Sheyla lui faisait serrer les mâchoires. Un éclat plus dur traversa ses yeux et ses jointures blanchirent. Aujourd'hui cette personne est morte. Cet endroit, c'était son rêve. La dernière chose que je peux faire pour elle c'est essayer de faire les choses correctement ici. Mes actes parleront d'eux-même, conclu-t-il finalement avec une détermination à toute épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t941-amuk-looking-for-redemption
avatar

Personnage
Occupation : Cultivatrice & Herboriste
Âge : 32 ans
Localisation : Steros



Messages : 350
Médaillons : 1810

Crédits : SIGYN.
Avatar : Katheryn Winnick
Présence : régulière

Pseudo : peregrin



Steros • Civil



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   Dim 29 Juil 2018 - 12:50

Les lois de l'Univers

avec @Amuk Rahir


Aucun d’eux ne convaincrait l’autre aujourd’hui, Hécate en était persuadée. Leurs opinions se mesuraient, s’exprimaient, mais elles ne laissaient pas un pouillème de terrain à l’autre. Bien qu’elle sache pertinemment qu’Amuk pouvait apporter beaucoup à Steros, elle avait également peur de ce qu’il pouvait fragiliser, voir abimer. Son regard sur le campement et ses habitants ne lui avait pas échappé. Il était le genre d’homme à examiner chaque chose, chaque être vivant d’un coup d’œil, à le scanner, puis à le ranger savamment dans une case et à agir en conséquence. Il lui faisait penser à ces histoires séculaires qui se racontent au coin du feu sur ces reptiles gigantesques à l’intelligence froide et à la puissance brute, monstres de terre, d’eau, d’air, et de feu.

Lorsqu’ils s’attablèrent, elle dû d’ailleurs se forcer à rester immobile et le regarda joindre ses mains sur la table, soutenues par des bras de colosse alors qu’il réduisait par la même l’espace entre eux. Sans reculer, elle garda ses propres membres posés sur le bois, l’un sur l’autre. Seul son index vint légèrement tapoter son bras, signe de sa fébrilité. Les prunelles sombres vinrent de nouveau crever la surface claire de la cultivatrice. Elle avait envie de le croire. Croire qu’une personne avait pu changer ce mastodonte en quelque chose de plus humain, à défaut d’inoffensif. Mais en avait-elle eu le temps, ou bien n’avait-elle que brièvement ouvert une porte qu’Amuk tentait de ne pas refermer ? Existait-il une lutte intérieure dans ce regard sans émotion qu’Hécate peinait à sonder ? Un éclat, plus dur, plus profond lui souffla que oui.

« Je suis désolée pour ta perte. » répondit sincèrement Hécate. Personne n’arrivait à Steros indemne. Et le deuil faisait souvent parti des premières épreuves à surmonter lorsqu’on apprenait à vivre ici. Etait-ce quelqu’un de sa famille, un ami, un amour ? La curiosité d’Hécate dépassait souvent sa pensée mais le monde des défunts était une limite assez claire pour n’être pas franchie.

« Les rêves sont souvent broyés, et que tu reprennes le sien … c’est louable de ta part. J’espère qu’il pourra devenir le tien. Car être à la hauteur de nos morts est un combat sans fin. » murmura la jeune femme.

Elle pensa à Zorhan qui avait tant perdu, et que le poids des morts avait enfermé dans un carcan d’obligations. Ils étaient devenus des nemesis et Hécate se battait chaque jour contre ces brumes de l’esprit. Elle reprit d’une voix quelque peu adoucie.

« Prends ton temps, repose toi pour aujourd’hui, demain nous irons voir Leary, elle a peut-être du travail à t’offrir. T’as t-on montré ta tente ou as-tu besoin que je t’y accompagne ? »

_________________

   
Rising
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.afterdawn-rp.com/t613-hecate-vesper-cause-i-ve-got-memories-and-travel-like-gypsies-in-the-night-termine#bottom

Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Les lois de l'Univers [18/02/2481]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les lois de l'Univers [18/02/2481]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Bastion Steros :: Campement :: Lieux Communs-
 
Sauter vers: